Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pourquoi la dette de la France ne sera jamais remboursée

Pourquoi la dette de la France ne sera jamais remboursée

Avez-vous déjà entendu parler de l’article 104 du Traité de Maastricht ? Si ce n’est pas le cas, vous feriez bien de vous y intéresser. Il est passé inaperçu dans les médias, et pourtant il ne date pas d’hier...

Cet article - devenu l’article 123 du Traité de Lisbonne - stipule que les Etats membres de la Communauté européenne n’ont plus le droit d’emprunter auprès de leur banque centrale, mais sont dans l’obligation d’emprunter auprès de banques privées, moyennant de très forts intérêts. Auparavant, les prêts accordés aux nations concernées n’étaient pas assujettis à l’intérêt, seul le montant net de l’emprunt était remboursé.
Depuis, les banksters ont pris le contrôle d’une grande partie de la "création monétaire", en accord avec les personnages politiques censés nous représenter, nous protéger, dans tous les sens du terme.
Résultat : les banques privées en question génèrent des profits colossaux grâce à nos impôts ! Et la dette publique ne cesse de s’accroître inexorablement au fil du temps.

La France est surendettée et ce n’est rien de le dire (déficit officiel : 2 000 milliards d’euros !) Si c’était une société privée, elle aurait déposé le bilan depuis bien longtemps. Donc, pour combler les trous dans les caisses, pour paraître cette grande, prospère et puissante nation qu’elle fut jadis, la France réclame aux banques privées des fonds, qu’elle obtient immédiatement, car l’affaire est juteuse pour les créanciers. Faute de pouvoir équilibrer la balance budgétaire année après année, elle doit emprunter à nouveau. Primo pour faire fonctionner le pays, secundo pour rembourser le montant du précédent prêt, tertio pour rembourser les intérêts de ce dernier, d’un pourcentage indécent. Et ainsi de suite... C’est un cercle vicieux infernal ! Et cette arnaque engendre un effet inflationniste néfaste in fine.

Evidemment, cet article figure dans le Traité de Lisbonne, ou dans le "Traité simplifié" (*). Vous savez ce traité que nos représentants politiques désirent imposer coûte que coûte, qu’on le veuille ou non. Ils n’imaginent pas une seconde se débarrasser d’une telle aubaine qui a profité durant des décennies aux petits copains des lobbies financiers.

Dans la vidéo ci-dessous Etienne Chouard - lors d’une conférence à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence - explique comment nos dirigeants ont mis en œuvre ce système financier qui rend exsangue l’économie de certains pays européens. La dette n’est pas un sort du destin, ou due à de malencontreuses erreurs politiques. Ceci a été conçu et entretenu afin entre autres d’enrichir les nouveaux seigneurs à l’insu des citoyens.

Je pense que pour ceux qui croient encore que nos dirigeants politiques - qui se passent le relais depuis des décennies - incarnent des êtres responsables et altruistes, élus pour le bien du peuple, pour ces gens-là, le réveil risque d’être brutal. La démocratie est morte depuis longtemps, il faut se rendre à l’évidence...

http://www.dailymotion.com/video/x5swz0_maastricht-article-104_news


(*) Et il ne s’agit "que" de l’article 123 du Traité de Lisbonne. Je vous laisse imaginer la myriade d’articles et stratégies qui vont à l’encontre du pragmatisme et de la raison (OGM, lois liberticides...), à l’encontre du peuple, seul souverain en démocratie (étymologiquement et théoriquement parlant).


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (342 votes)




Réagissez à l'article

158 réactions à cet article    


  • karg se 15 septembre 2008 11:22

    Il s’agit pas d’une obligation de s’endetter mais de l’interdiction d’utiliser la banque centrale et la planche à billet pour financer sa dette. Ca n’a rien à voir.


    • bobbygre bobbygre 15 septembre 2008 11:48

      Mais les banques font bien tourner la planche à billets, elles (métaphoriquement parlant) !

      Et puisqu’elle réclame de l’état davantage d’argent qu’elle ne lui en prête (les intérets), comment peut faire l’était sinon, au final, ponctionner l’économie réelle de cet argent pour le renvoyer vers les banques privées.

      Et voilà comment, par le mécanisme de la monnaie, les banques privées pompent notre économie (puisque l’état est obligé de retirer de l’économie toujours davantage d’argent pour payer les intérets).

      Merci à cet article qui aborde un sujet crucial, sans conteste à mon avis le sujet le plus important et le moins discuté et débattu : la création de la monnaie.
      C’est par là que tout se tient. Tirons sur ce fil et tout la pelote va suivre.



    • arfarf 15 septembre 2008 11:50

      Bien sur les banque centrale et commerciale ne fond pas tourné la planche a billet a fond les manettes.... nnnoooonnnn.... 8 a 10% de M3 en plus en moyenne depuis la création de l’euro...


    • Gandalf Tzecoatl 15 septembre 2008 15:01

      "Il s’agit pas d’une obligation de s’endetter mais de l’interdiction d’utiliser la banque centrale et la planche à billet pour financer sa dette. Ca n’a rien à voir."

      Oui, mais si on veut de la monnaie entre les mains, la dette est indispensable, puisque la monnaie d’endettement a le monopole.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 septembre 2008 18:07

       Aucune dette d’aucun État n’est jamais remboursée. Pas plus que le lest qu’on jette d’un ballon. On rétablit les équilibres et on se crée de l’argent fictif que le pouvoir distrtibue aux copains. Tout ca a bien fonctionné et nous avons eu 60 ans de paix et de prospérité depuis Bretton Woods. Ca ne va plus. ? Un coup de pied sur la table et on recommence... That’s life

       Pierre JC Allard


    • manuelarm 15 septembre 2008 19:01

      juste un petit rappel historique au départ du général de gaulle, la france n’avait pas de dette, si je me souviens bien, donc les dettes contractée par la france entre 1914 et les année 50, il a bien fallut les rembourser.
      Mais peut-être que je me trompe ?


    • Gandalf Tzecoatl 15 septembre 2008 20:09

      Il semblerait que le corollaire à une monnaie d’état soit un pouvoir politique fort.


    • Jimd Jimd 16 septembre 2008 09:20

      @bobbygre

      Votre raisonnement ne tient pas la route et part dans tous les sens.

      <<Et puisqu’elle réclame de l’état davantage d’argent qu’elle ne lui en prête (les intérets), comment peut faire l’était sinon, au final, ponctionner l’économie réelle de cet argent pour le renvoyer vers les banques privées>>… qu’est ce que cela peut bien vouloir dire ?

      Les banques privees ne pompent pas notre economie…. Elle tire un revenu, non pas de l’interet lui-même comme beaucoup le pense sur ce site, mais de la difference de taux d’interet entre emprunt et prêt.

      Une opreuve : en 1929 une crise financiere. Dans les annees 30 une recession de l’economie reelle. pourquoi donc une recession de l’economie reelle ? celon votre raisonnement elle aurait due etre libere de la ponction des banques privees !!

      Et bien no et le scenario est de nouveau devant nous. La finance sert a l’economie reelle. Sans finance pas de prêt, pas d’investissement…

      Quant a remettre cela dans les mains de l’etat…

      @ Allard

      <Aucune dette d’aucun État n’est jamais remboursée. >

      Ah bon ? j’espere que vous ne detenez pas d’obligation du tresor francais (dans une assurance vie ou autre vehicule de placement) alors….

      Soyons serieux. L’etat rembourse une partie de sa dette chaque anne, paye des interet et cette dette augment chaque annee du deficit. La somme de tout cela determine la baisse ou l’augmentation de la dette.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 septembre 2008 08:25

      @ Jimd : Je ne croyais pas que la formulation prêtait a équivoque, mais vous avez raison de vouloir qu’on la précise. Je reprends donc : " acquittant certaines obligations et en assumant de nouvelles, tout État vise a un endettement net progressif qui ne sera pas remboursé, mais dont la somme croitra indéfiniment, la charge relative n’en diminuant au mieux que par l’inflation. " Ca va ? PJCA 


    • pissefroid pissefroid 15 septembre 2008 11:46

      On ne le répètera jamais assez, l’europe actuelle est à déconstruire pour pouvoir réaliser une europe démocratique.


      • beubeuh 16 septembre 2008 16:19

        C’est ça on y croit. Donc on déconstruit l’Europe, on se barricade derrière nos frontières et on vit tous dans un pays idéal dirigé par Nicolas Sarkozy ! Merde alors, la démocratie devient un état policier où le Président se torche avec l’intérêt général, nomme des ministres pour amuser la galerie et prend des décisions tout seul et régale ses amis à coups de cadeaux fiscaux. Et là vous dites : la France actuelle est à déconstruire pour réaliser une France démocratique. Vous obtenez l’indépendance des départements. Pas de bol, vous découvrez que le Président du Conseil Général est un pourri. Alors vous déconstruisez votre département, vous obtenez l’indépendance de votre ville, puis de votre quartier, de votre cage d’escalier et enfin de votre chambre à coucher. Enfin, après avoir constaté l’impossibilité d’une vie démocratique dans celle ci puisque vous vous engueulez de temps en temps avec votre femme, vous décidez de vous enfermer au cabinet où vous méditez sur les méfaits de la démocratie individuelle, dans laquelle règne le principe permanent de l’unanimité, encore un truc européen, on en sort pas.


        • Utica Utica 15 septembre 2008 11:59

          C’est totalement affligeant.

          Les ressources bloquées dans le service dela dette manqueront dans des secteurs aussi essentiels que le soutien aux familles, aux bourses d’études, au financement de la santé, à l’enseignement....

          On a là, vraiment l’impression que ce qui devrait être le pouvoir qui nous représente tous, la communauté, a été détourné pour les intérêts du capitalisme financier. Au détriment du plus grand nombre

          Très bon article. Merci de l’avoir écrit


          • Traroth Traroth 15 septembre 2008 17:03

            Ce n’est pas une impression. La dette est une excellente méthode de privatisation de l’impôt, via les intérêts.


          • Ronfladonf Ronfladonf 15 septembre 2008 11:59

            La démocratie n’est pas morte.... Elle n’a jamais vraiment existé (sauf peut-être il y a quelques milliers d’années en grèce....)


            • el bourrico 15 septembre 2008 13:02

              La démocratie n’est pas morte.... Elle n’a jamais vraiment existé (sauf peut-être il y a quelques milliers d’années en grèce....)

              Oui alors euh.... la démocratie de la Grèce antique et celle actuelle n’ont qu’un point commun... leur nom.
              J’hésite à en rajouter un autre... elles sont entièrement basées sur des talents d’orateurs, des capacités à manipuler des foules, à les amener à penser comme vous, à gober ce que vous leur sortez.


            • wanderingsoul 18 septembre 2008 14:04

              Et encore : en Grèce ne pouvait voter que dans une cité donnée les hommes natifs et d’un certain rang social (vous vous rappelez la différence entre plébéien et patricien chez les Romains ? ben c’est hérité des Grecs), pas les esclaves, pas les esclaves affranchis, pas les gens originaires d’une autre cité (le mot de "métèque" vient de là) et pas les femmes...

              Sacrée démocratie : demos = le peuple, cratie = le pouvoir. Le pouvoir du peuple ??? Quelle blague !!! Le pouvoir d’une oligarchie qui habillait son avidité de pouvoir dans les oripeaux de la démocratie pour taire le mécontentement.

              Les femmes en France ont eu le droit de vote en 1944, en Suisse au niveau fédéral en 1981. Je suis une immigrée française dans un autre pays depuis 8 ans. J’ai le droit de voter en France par correspondance alors que je ne suis pas touchée par les décisions que "mes élus" prennent mais je n’ai pas le droit de voter pour un gouvernement que je finance au travers de mes impôts dans mon pays de résidence...

              C’est toujours beau la démocratie ?????? Non, la démocratie c’est magnifique mais ça reste au stade de concept. Sa mise en oeuvre par des humains (des hommes) tord et pervertit le concept parce que ce n’est pas dans la nature de l’homme d’être altruiste, bien au contraire. Marx n’avait pas complètement tord : la démocratie dans les gouvernements capitalistes, c’est pour calmer les masses laborieuses des fois qu’elles aient des éclairs de lucidité et des envies de justice à l’égard des rares qui les gouvernent....

              Ouais, je suis amère mais aussi très lucide. Et ça fait plus de deux millénaires que ça dure, vous pensez vraiment que cela va changer ????


            • Forest Ent Forest Ent 15 septembre 2008 13:15

              C’est lassant.

              Il y a tous les jours sur AV un article pour dire que la dette de l’Etat et ses déficits sont trop importants, et pour dire qu’il devrait dépenser moins. Il y a tous les jours sur AV un autre article pour dire que si l’Etat créait sa monnaie il pourrait financer ses déficits par la création monétaire et l’inflation.

              Pendant ce temps, la plus grande crise depuis 1929 a commencé il y a un an, suite à une effarante dette privée US.

              Vous lisez des infos, des fois ? Ce matin, vous avez regardé les infos éco, par exemple ? Ca en valait le coup d’oeil.


              • ohnil ohnil 15 septembre 2008 13:44

                Que dire de plus... La situation est parfaitement résumée.


              • ZEN ZEN 15 septembre 2008 14:03

                Tout à fait , Forest

                La maison brûle...

                Cela n’étonnera que les naÎfs ou les ignorants


              • manuelarm 15 septembre 2008 14:48

                @ Zen

                La maison ne brule pas, c’est juste un petit nettoyage. On est encore loin des 10 à 20000 faillites de banques de l’après crise de 1929 (dans le monde entier).


              • Gandalf Tzecoatl 15 septembre 2008 15:00

                Forest Ent,

                N’avez-vous pas compris que cette crise nous lasse, ne ressemble qu’à un grand spectacle ? Les US ne se sont-ils pas fait une spécialité des mega reality-shows depuis un certain 11 septembre et sans doute avant ?


                Qu’alors le ciel se déchire, d’autres regardent les fleurs et les mauvaises herbes de leurs jardins me semble un choix judicieux.

                Les US n’ont pas le monopole de l’anthropocentrisme.





              • Rage Rage 15 septembre 2008 22:48

                Bonsoir,

                Nous y voilà !
                Enfin, le système financier implose. Le plus dur était derrière nous qu’ils disaient ?

                Mais cela ne fait que commencer !
                Lehman Brothers et Merill Lynch, rien que ça : des banques financières parmi les plus gros poids du système Américain. Endettés par la faillite de placements qui ne seront jamais remboursés à grande échelle. Aveuglés par la soif du profit à tout prix, du montage d’ingénieux "petits génies" permettant la titrisation, c’est à dire la "virtualisation" des sommes réellement à disposition.

                La faillite PRIVEE est colossale. 

                Elle impactera qu’on le veuille ou non toute la planète dans les semaines à venir.

                La France à l’abri ? Comme après 29 ou comme pour la Société Générale ?
                Mme Lagarde indique que l’on n’a pas de soucis à se faire : raison de plus pour croire que le pire arrive !

                Northern Rock, Bear Stearns, Fredie Mac et Fannie Mae, Lehman Brothers... à qui le tour ?

                Le système financier mondial est fondé sur un pilier commun : le partage du risque.
                Si le risque est trop grand, si même la FED et la BCE ne peuvent enrayer la chutte, alors il n’y a que 2 possibilités possible : soit tout le système tombe en domino, soit les branches pourries sont tranchées.

                Cela revient à dire que si demain, au hasard Natixis Banque Populaires et le Crédit Agricole venait, en France, à sombrer à leur tour il y aurait 2 possibilités : soit tout le système tombe, soit le CA et NAtixis sont en faillite.
                Autrement dit : l’Argentine n’est pas loin.

                Et même si cela venait à ne pas se passer ainsi, l’impact sur les croissances ainsi que sur l’inflation sera terrible : travailler plus qu’il disait... pour alimenter les délires de ces financiers là ?

                Le monde a laissé la folie de financiers lui dicter qu’un gouffre était une réussite.

                Les USA sont en train de sombrer financièrement, dans une dette privée colossale adossée à une dette publique tout aussi vertigineuse.

                Remettre les compteurs à zéro ? 
                Certains ne l’accepteront jamais.
                L’ordre mondial va changer, et pour le moment, personne ne l’imagine.

                Un jour, on finit toujours par passer à la caisse payer l’addition.


              • Gandalf Tzecoatl 15 septembre 2008 23:10

                "Le système financier mondial est fondé sur un pilier commun : le partage du risque."

                Et voilà, leur communisme les a damné, joli paradoxe, n’est-ce pas ?


              • Le péripate Le péripate 15 septembre 2008 23:56

                Tiens, ça m’avais échappé... Les Zen, Ent et Rage qui jubilent et se réjouissent des faillites des banques américaines. La Fin du Monde est proche, clament-ils... Sauf que ce qui est amoral, c’est le sauvetage des GSE (gouvernement sponsored enterprise), pour cause d’investisseurs étatiques chinois, entre autres, qui demandaient le respect des engagements implicites de l’Etat US sur un secteur para-étatique, destiné à un interventionnisme malsain dont nous n’avons pas le monopole. Là, ils disaient "privatisations des bénéfices, socialisation des pertes".
                Ce qui est moral, par contre, c’est la faillite (et encore, le terme est exagéré, il y mise sous protection de l’article 11, c’est à dire que l’entreprise continue de fonctionner sous la tutelle d’un juge). Ces faillites (et encore, une banque a trouvé un racheteur), donc, sont saines. C’est un tout autre comportement que celui qui consiste à aller droit dans le mur, style URSS, ou style... France. Jusqu’ici, tout va bien, dit le gars en chute libre....
                Je parie donc un opuscule d’Hayek contre tous les tomes du Capital de Marx que les US s’en sortiront, encore plus fort, et que nous, on continuera à plonger jusqu’à ..... Mais pour eux, ce sera toujours la faute aux US....
                C’est le capitalisme qui est moral et social, et non l’étatisme aveugle.


              • Gandalf Tzecoatl 16 septembre 2008 00:17

                C’est le capitalisme qui est moral et social :
                C’est une morale et une sociabilité, que l’on est libre de ne pas partager.


              • Forest Ent Forest Ent 16 septembre 2008 00:39

                @ péripate

                No comment.

                Vous avez une vision d’une pureté cristalline, comme on écrivait au 19ème siècle. Vous êtes très à l’aise dans les grandes généralités et la dialectique comme sport de week-end, et beaucoup moins avec les faits, les chiffres, et les dures réalités, économiques, politiques, ..., qui ne sont ni noires ni blanches. Dans votre système de pensée avec des axes du bon et du mauvais, vous avez toujours raison. Pourquoi en discuter ?


              • sisyphe sisyphe 16 septembre 2008 06:49

                Je parie donc un opuscule d’Hayek contre tous les tomes du Capital de Marx que les US s’en sortiront, encore plus fort,

                Tiens !
                Le Péripate fait dans la voyance ! smiley


                In Amerikkka he trust !
                 smiley smiley


              • Jimd Jimd 16 septembre 2008 09:13

                je pense que cela n’a rien a voir.... emme si je suis d’accord avec la remarque sur la profusio d’article.

                oui il y a une crise de la finance privee a cause d’une bulle sur les marches immobilier et une titrisation de dettes sans valeur...

                Et oui on peut aussi s’interroger sur le role de l’etat, sur la dette de l’etat, sur le budget, les missions de service public. Sur ce sujet je vous recommande le post d’attali sur sone blog. http://blogs.lexpress.fr/attali/2008/09/ultime-recours.html.



              • Le péripate Le péripate 16 septembre 2008 09:33

                Oui, en effet, pourquoi en discuter ? J’ai bien compris que face à la moquerie, à la haine, au mépris et à la bétise, le dialogue est futile. Il n’empêche, Forest, que votre réponse est un modèle de défausse.
                Nous serons (peut-être) d’accord pour dire que le libéralisme est le pire de tous les systèmes, mais, j’ajoute, à l’exception de tous les autres.
                Et pour finir, encore une généralité : des acteurs privés ont pris des risques inconsidérés, ils en sont punis. Quel meilleur moyen de diminuer le risque de "l’alea moral " ? Mais, bien sûr, ce n’est qu’une généralité, sans validité dans un monde si complexe que la gestion doive en être confiée à quelques "experts" nommés par... par qui, au fait ?


              • Le péripate Le péripate 16 septembre 2008 09:39

                Parfois, la bêtise de Sysiphe confine au génie ! Quelle subtile allusion que de germaniser un mot... Sans le dire, sans courage, lâche et veule, ce couard révolutionnaire me traite ainsi de nazi... Merci Sysiphe, ta connerie est une éloge.


              • ZEN ZEN 16 septembre 2008 09:44

                Hélas ! Péripate nous revient avec des idées toujours aussi confuses...


              • Le péripate Le péripate 16 septembre 2008 09:48

                Faudrait savoir ! Confus ou simpliste ? Accordez vos violons.


              • ZEN ZEN 16 septembre 2008 09:58

                Les deux, mon Péripate...


              • Forest Ent Forest Ent 16 septembre 2008 18:29

                @ péripate

                Oui, la démocratie, le capitalisme et le libéralisme sont les moins mauvais systèmes. Mais ils n’existent pas à l’état pur dans la nature.


              • sisyphe sisyphe 21 septembre 2008 13:06

                par Le péripate (IP:xxx.x64.142.254) le 16 septembre 2008 à 09H39 &#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;
                &#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;

                &#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;
                &#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;
                &#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;Parfois, la bêtise de Sysiphe confine au génie ! Quelle subtile allusion que de germaniser un mot... Sans le dire, sans courage, lâche et veule, ce couard révolutionnaire me traite ainsi de nazi... Merci Sysiphe, ta connerie est une éloge.

                 ??????
                Mais de quoi il parle ? 

                Si c’est d’ Amerikkka  ; complêtement à côté de la plaque, mon gars. 
                Strictement rien à voir avec une quelconque "germanisation" ; c’est la façon de l’écrire AMERICAINE, par allusion à l’amérique blanche et raciste du Ku Klux Klan
                C’est aussi le titre d’une bd célèbre..
                Donc, aucune allusion à du nazisme ; seulement à la bétise, au racisme et à la violence des bons rednecks de base ; ceux qui estiment avoir "dieu à leur côté", comme tu estimes, dans ton post auquel je ne faisais que répondre, que l’Amérique est la plus forte, qu’elle ressortira vainqueur, etc... le raisonnement du bon redneck de base, quoi ... 
                Faut assumer, mon gars... 
                 smiley


                &#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;&#9;

              • chmoll chmoll 15 septembre 2008 13:20

                La France est surendettée,fin plus en faillite koi

                j’chui quand mème surpris que vous vous en rendez compte seul’ment asteur


                • chmoll chmoll 15 septembre 2008 13:26

                  vous bilez pas comme ça,borloo vas taxer les assiettes en plastoc,l’pognon vas rentrer

                  fin un conseil, gardez les gob’lets en plastoc pour faire la manche


                  • JONAS JONAS 15 septembre 2008 13:32

                    Depuis l’avènement de F. Mitterrand, la dette pour l’immigration n’a cessé de croître, pour arriver aujourd’hui au voisinage du budget de l’Éducation Nationale 200 milliards d’euros. Ce déficit, inclus celui de Sécu. Faire la charité pour toutes les misères du monde a un prix ! Et pour ne pas choquer les Français depuis des décennies, les Gouvernements empruntent. La réalité, c’est que la totalité des impôts sur les revenus est consacrée à financer uniquement les intérêts de la dette, sans en rembourser le moindre centime. Nous ne pouvons emprunter aux banques privées qu’avec l’aval de la BCE qui est garante de nos crédits et nous sommes sur le point d’être « interdit bancaire », ce qui signifiera que nous serons privés de cette alternative au regard du montant de notre dette. Un délai de grâce nous a été accordé jusqu’en 2010, au delà, si notre balance commerciale n’est pas stabilisée, on nous coupera les vivres. Je doute fort malgré le panache des plaidoiries de notre Gouverneur, que la BCE, nous accorde de nouveaux délais, à moins que ce dernier fasse allégeances sur de nombreux chapitres… ? Bonne journée.


                    • Gilles Gilles 15 septembre 2008 15:21

                      Jonas

                      C’est quoi ce ramassis de conneries Lepénistes ?


                      Depuis l’avènement de F. Mitterrand, la dette pour l’immigration n’a cessé de croître, Faire la charité pour toutes les misères du monde a un prix !

                      Ah bon ? On file notre pognon aux miséreux du monde ? Je crois qu’on file un truc comme 0.3% du PIB, sans comptabiliser ce qu’on leur prend. Mais je crois comprendre que ce sont les immigrés qui mangent le pain des français.. ;sans rien redonner en retour, hein ?

                      nous sommes sur le point d’être « interdit bancaire », ce qui signifiera que nous serons privés de cette alternative au regard du montant de notre dette.

                      N’importe quoi ! Même trés endetté pour l’instant on est toujours largement un pays sûr pour nos créanciers et sommes trés moin d’être en rupture de paiement. On est pas en Argentine ici. D’ailleurs notre endettement est dans la moyenne des pays de l’OCDE (Italie, Japon sont 2 à 3 fois plus endettés même)



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès