Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pourquoi le dollar monte... et le déficit américain baisse ?

Pourquoi le dollar monte... et le déficit américain baisse ?

Vous aviez peut-être remarqué, en fin d’année dernière, que les Etats-Unis avaient donné des facilités fiscales à leurs entreprises pour rapatrier des fonds de tous les pays du monde, dans lesquels ces entreprises avaient des filiales, vers les Etats-Unis.Le but, louable semble-t-il, était de combler le trou béant de la dette américaine, et donc de faire remonter le dollar. A ce titre, les Européens en étaient satisfaits, puisque la faiblesse du dollar et la force corrélative de l’euro gênaient beaucoup les entreprises européennes -dont françaises- dans leurs exportations. Elles favorisaient également les importations, et en particulier celles de Chine, dont la monnaie était liée au dollar par un taux fixe.

La raison pour laquelle les entreprises américaines conservaient des fonds importants à l’extérieur des Etats-Unis était fiscale, en ce sens que ces entreprises commencent à payer des impôts dans le pays de la filiale au taux de l’impôt sur les sociétés de ce pays, puis en payent une seconde fois, lorsqu’elles rapatrient des fonds aux Etats -Unis dans les comptes de la maison mère, au taux de l’impôt sur les sociétés américain soit 35 pct. Or, dans beaucoup de pays au monde, le taux de l’impôt sur les sociétés est inférieur à 35 pct, et donc les entreprises avaient intérêt à y laisser leurs fonds.

Le fisc américain a ramené exceptionnellement pour un an le taux de l’impôt sur les sommes rapatriées de 35 à 5.25 pct. L’estimation des retours de fonds aux Etats-Unis, provoqués par cette mesure, est d’environ 400 milliards de dollars, une somme énorme, double de celle prévue à l’origine, et qui donc va bien réduire la dette américaine. Cette somme va, d’une part, générer 20 milliards de dollars d’impôt et va, d’autre part, contribuer à la croissance américaine pour 1pct sur deux ans. D’ailleurs, le déficit du budget américain fin septembre vient de baisser spectaculairement de 413 milliards de dollars en 2004 à 317 en 2005 !

A cette occasion, les Etats-Unis se sont aperçus que leur politique fiscale encourageait l’évasion fiscale au profit des pays étrangers et aux dépens des emplois aux Etats-Unis. On estime que les sommes rapatriées pourraient créer 700 000 nouveaux emplois aux US l’an prochain. Le débat politique est donc maintenant de savoir si on ne devrait pas prolonger cette mesure indéfiniment pour favoriser la création d’emplois.

En ce qui concerne l’Europe, les taux d’impôts sur les sociétés dans les pays riches sont semblables à ceux pratiqués aux Etats-Unis, et donc le phénomène de maintien à l’étranger de fonds doit y être similaire. Nous ne sommes donc pas, en principe, touchés par le rapatriement effectué par les entreprises américaines ; par contre, la question du rapatriement des fonds laissés à l’étranger par les sociétés européennes et celle de la création d’emplois potentiels corrélés est tout aussi pertinente.

Ne devrions-nous pas faire de même, puisque ça crée des emplois ? Thierry Breton, un peu de "taxation créative", svp...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • (---.---.183.118) 11 octobre 2005 16:48

    Je suis peut-être idiot, mais j’ai pas compris en quoi ça créait des emplois !

    Que les boîtes veuillent faire baisser leur impôts, ça je le comprends. Qu’elles soient prêtes à prétendre n’importe quoi, ça aussi je le comprends par contre :)


    • argoul (---.---.18.97) 12 octobre 2005 07:38

      Cela crée des emplois parce que de l’argent qui rentre est de l’argent qui s’épargne (et aide l’investissement via actions ou obligations, y compris la dette de l’Etat), de l’argent qui se consomme (et fait marcher le pays où il rentre), de l’argent qui paye des taxes indirectes (TVA, vignettes, accises, etc.). Plus il y a de flux d’argent, plus il y a d’activité - donc d’emplois. Mais allez faire comprendre ça à des fonctionnaires qui sont assurés à vie d’un poste, payés uniformément quelle que soit la conjoncture et dont l’idéologie est le contrôle, pas l’incitation... C’est là, le vrai problème français, à mon avis.


      • Jean Zin (---.---.225.164) 12 octobre 2005 10:12

        On voit donc que la cause du chômage est bien monétaire, tout le reste est de la pure propagande...

        http://perso.wanadoo.fr/marxiens/politic/chomages.htm


        • Sylvio (---.---.229.7) 17 octobre 2005 22:07

          En gros de l’argent à l’étranger c’est de l’investissement à l’étranger, on peut vraiment assimilez à ça vu qu’en gestion du passif sert toujours à investir (ou à default épargner mais ça revient au même si c’est à l’étranger).

          Donc si les US ramènent leur sous chez eux forcément c’est moins d’investissement à l’étranger donc un afflue d’argent mais moins d’argent à l’avenir (tout investissement est fait pour être rentable et rapporter de l’argent).

          Cela montre 2 choses :
          - Bush (comme le gouvernement français) a plus une tune, la solution en ramené quite (pour le gvt fr, ça passe par les privatisation d’autoroute, etc) à ce que ce retour d’argent soit très mauvais pour l’économie future mais ce sera l’affaire d’un autre gouvernement.
          - Bush lance une mesure qui induit un renfermement des USA sur elle même, il arrête d’investir ailleurs, ramène leur tune chez eux, cela nuit aux économies des pays visés qui auront moins de service proposé, moins d’emplois proposé par des sociétés américaines.

          Bref ceci est mauvais pour tout le monde :
          - L’économie américaine se prive ou limite un marché futur (qui pourra être investit par d’autres pays)
          - L’économie des pays où l’investissement est réduit va stagné ou baissé mais l’investissement sera repris par d’autre ou par le marché intérieur.

          Par contre :
          - Les USA auront moins de dettes, plus d’argent en interne ou pour leur marché interne, moins d’intéret à remboursé.
          - Bush aura moins de critique quant à ses dépenses catastrophiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès