• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pourquoi les investisseurs étrangers font la ruine de la France (...)

Pourquoi les investisseurs étrangers font la ruine de la France ?

Les investissements étrangers sont une perte de contrôle du savoir-faire et des brevets français. Ils entraînent mécaniquement des pertes d'emplois au sein de l'entreprise achetée et chez les prestataires. L'argent obtenu par la vente de l'entreprise ne profite pas aux français. L'argent est volatil, la vraie richesse réside dans les savoir-faire. Les mouvements des marchandisent induits par ce genre de prise de contrôle étranger augmentent la pollution par le transport. Personne ne paye ces dégâts. Ce pillage ne peut être contré que par une intervention de l'État faisant barrière aux mouvements de capitaux. Ce transit de capitaux est responsable de la destruction des emplois. Montrer du doigt les migrants sur le problème de l'emploi ne sert qu'à détourner vers les faibles la légitime colère des travailleurs qu'ils devraient avoir envers les décideurs (élus, actionnaires).

Un investissement étranger c'est l'achat d'une entreprise française (ou d'actions d'une entreprise française) par un groupe étranger. Mis en valeur par le gouvernement au travers de cabinets tels que France Stratégie, qui préconise par ailleurs la baisse des taxes et des salaires des Français, il est assez aisé de montrer que loin d'avoir à y gagner, nous y perdons déjà.

 

Les investissements étrangers sont une perte de contrôle

Bien évidemment, l'investisseur étranger contrôle l'activité de l'entreprise. Il a le pouvoir de décider des nouvelles orientations à donner à l'entreprise. C'est donc une perte de contrôle stratégique. De plus, le nouveau propriétaire a acheté au passage les savoir-faire et les brevets de l'entreprise. Il peut les relocaliser partout ailleurs et notamment dans son pays d'origine. C'est donc une perte de compétitivité pour la France. Pour aller jusqu'au bout du raisonnement, il a également le pouvoir de relocaliser toute l'entreprise dans son pays d'origine.

Prenons l'exemple d'un pays qui a moins d'entreprises innovantes que la France. Ce pays n'a pas une école gratuite et de haut niveau (il fait peu de dépenses) et bien évidemment a un faible niveau de taxes (il n'a pas besoin de recettes). Le savoir-faire est moins présent sur son sol, ses groupes ont tout intérêt à capitaliser et à attendre une opportunité de pillage extérieur plutôt que de demander à financer la formation de la population locale.

 

Les investissements étrangers détruisent des emplois de l'entreprise française

les investissements étrangers détruisent les emplois des entreprises françaises

Un groupe qui achète une entreprise supprime mécaniquement des emplois. La première règle d'un patron d'un grand groupe qui maximise ses profits de court terme, c'est de rationaliser les ressources. Autrement dit, faire des économies. La première décision c'est de supprimer de l'entreprise achetée les activités déjà réalisées par le groupe. Par exemple, un groupe italien achète un entreprise XXX qui construit des bateaux. Ce groupe est déjà présent sur le domaine et a déjà une équipe de Recherche et Développement. Bien évidemment, il ne gardera pas l'équipe de R&D française pour faire doublon mais va supprimer ces emplois français devenus une charge pour lui.

 

Les investissements étrangers détruisent des emplois des prestataires français

les investissements étrangers détruisent les emplois des prestataires français

Bien souvent, l'entreprise française fait travailler des TPE-PME de proximité. Ce sont ses prestataires extérieurs, des partenaires historiques. Ce sont des entreprises qui ont développé une activité pour répondre à la demande d'un « donneur d'ordre » local. Dès l'achat de l'entreprise française, les prestataires privilégiés seront ceux du groupe. La perte sèche d'activité des entreprises françaises induit mécaniquement des destructions d'emplois.

Le nouveau groupe privilégie ses propres entreprises pour de multiples raisons :

Le coût  : il se vend à lui-même à tarifs préférentiels

La concurrence : il fait aux prestataires une concurrence déloyale pour faire baisser leurs prix

La prise de contrôle  : mettre en difficulté les prestataires c'est pouvoir les racheter à bas prix (stratégie Airbus)

L'optimisation fiscale : contrôler une chaîne mondiale permet de mettre artificiellement en déficit un maillon de la chaîne sur un pays développé avec des taxes (France) et de placer le siège social, seul bénéficiaire dans un paradis fiscal (Luxembourg)

 

L'argent est volatil, les emplois et savoir-faire sont la vraie richesse.

Les investissements étrangers sont l'achat d'un contrôle de l'activité. L'argent n'est pas donné aux salariés ou à l'État mais aux anciens patrons/actionnaires. Il n'y a aucune raison de penser que cette somme sera réinvestie en France plutôt que dépensée ailleurs, voir mise dans des placements financiers. Le savoir-faire français a été transformé en savoir-faire étranger avec, pour compensation, de la monnaie qui ne sera pas investie en France non-plus. C'est la double peine.

 

Les investissements étrangers détruisent la planète

Intégrer une entreprise française à une chaîne d'activité mondiale, augmente les exportations (vers le nouveau groupe), augmente les importations (depuis le nouveau groupe) en supprimant des emplois. Les nouveaux transits organisés ont un impact écologique évident. Il s'agit d'un gaspillage d'énergies fossiles. La formation de ces chaînes mondiales n'est rendue possible que par la non-taxation des transports polluants. Si les transporteurs payaient réellement les coûts de pollution induits par le transport des marchandises plutôt que de produire sur place ce système ne serait pas aussi intéressant.

 

Il est nécessaire de protéger les entreprises françaises d'une prédation extérieure

Empêcher les prises de contrôle par des groupes étrangers passe par l'intervention de l'État. L'État français doit avoir pour objectif la préservation des intérêt nationaux et pas la liberté d'enrichissement de quelques patrons/actionnaires. L'exemple américain de protectionisme est à l'oeuvre. Malgré la vente des actions d'entreprises américaines à des financiers étrangers (notamment chinois) le gouvernement empêche la délocalisation des entreprises locales à l'extérieur du territoire, et ce, en plus de frontières douanières que nous n'avons même pas.

 

Pour les emplois français, il faut une frontière de marchandises et de capitaux et non d'humains

Une frange active de la politique du protectionnisme se trompe de cible. Ce ne sont pas les personnes migrantes qui détruisent les emplois français mais les investisseurs étrangers qui pillent les savoir-faire. Ce genre de combat au sein d'une même classe sociale (travailleurs) pour des questions d'origine, permet aux responsables du pillages - les détenteurs de capitaux - de se faire oublier.


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 14 avril 08:25

    « Ce genre de combat au sein d’une même classe sociale (travailleurs) pour des questions d’origine, permet aux responsables du pillages - les détenteurs de capitaux - de se faire oublier. »


    D’accord avec cette conclusion. La technique de diversion et de division est utilisée depuis que le monde est monde, et peut-être est-elle en coursaussi chez les grands singes ?

    Par contre, on ne peut pas mettre sur le dos des investisseurs étrangers les actes des capitalistes français qui vendent leurs entreprises ou les délocalisent pour améliorer leurs profits même quand l’unité de production est rentable. La plupart des investisseurs étrangers sont des fonds de pension et non pas des industriels. Ils fonctionnent en aveugles et recherchent le meilleur rendement et la plus grande sécurité. Ils n’ont aucun projet de société. Bien sûr, il faut dénoncer ce système qui permet de payer des retraites dans certains pays en saignant d’autres pays (ou d’autres classes sociales dans le même pays), mais il ne faut pas oublier "les eaux glacées du calcul égoïste qui portent nos compatriotes les plus riches à appauvrir les plus démunis si cela leur permet d’améliorer leurs revenus. Un membre de la famille Peugeot avait pour projet récemment d’abandonner la production automobile pour consacrer l’ensemble de l’activité du groupe à la finance en développant ses propres banques déjà en place : les risque est peu-être plus important (quoi que ?) mais les charges bien moindres et le profit dégagé plus important pour la même mise. Pardon ? Vous dîtes ? Les ouvriers ? L’état ? Ecoutez, hein, occupez-vous de vos affaires !

    • Spartacus Spartacus 14 avril 08:51

      Quelle science économique au niveau de la Corée du Nord. 


      La mobilité des personnes et des capitaux est une liberté fondamentale. L’auteur voudrait vivre dan un pays prison. 

      Encore un zozo qui n’a jamais rien créé et jamais rien investi et qui parle sans rien savoir.

      L’investissement n’a pas pour but de détruire mais faire prospérer. Incroyable.

      Mais que l’auteur se rassure,  investir dans le pays qui taxe le plus au monde n’est pas bien rentable.Apple n’est pas en France, Netflix n’y est pas non plus, Amazon non plus, et le créateur d’Ikea n’a pas investi dans son siège social mondial chez nous non plus....

      L’auteur doit être heureux, les étrangers n’investissent pas. 
      Et en plus il en voudrait moins. Curieusement, la ruine vient surtout du non investissement.

      Heureusement qu’il y a des investisseurs étranger, si on contait sur les zozos qui ont peur de leur ombre.

      L’auteur ferait mieux de s’intéresser au taux de mortalité des entreprises qui ne trouvent pas de capital risque pour investir. 

      L’investissement étranger est une bénédiction...

      • samuel 14 avril 09:20

        @Spartacus

        Les investisseurs sont en fait les nouveaux seigneurs de cette terre.
        Ils investissent à la conditions sine quanone que le taux de profit passe un certain seuil.
         
        En d’autre terme, il faut des bas salaire pour des hauts profits.

        Heureusement que la classe laborieuse existe toujours pour permettre aux investisseurs d’être des seigneurs jouissant du privilège de leur capital...

      • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 14 avril 09:31

        @Spartacus
        Bonjour M. François Lenglet, ravi de pouvoir enfin discuter avec vous.
        Le petite introduction de mon article consiste à rappeler ce que constitue un « investissement étranger » : Un investissement étranger c’est l’achat d’une entreprise française (ou d’actions d’une entreprise française) par un groupe étranger.
        Il ne s’agit donc pas de faire prospérer pour ce contexte précis mais de prendre le contrôle. À l’avenir, merci de lire l’article.
        Je pense que vous devriez répéter votre discours devant les ouvrier de Florange, STX ou BN par exemple. Il serait très heureux d’entendre la bonne parole et de comprendre enfin quelle « prospérité » ils ont obtenus.

        Mais que l’auteur se rassure,  investir dans le pays qui taxe le plus au monde n’est pas bien rentable.Apple n’est pas en France, Netflix n’y est pas non plus, Amazon non plus, et le créateur d’Ikea n’a pas investi dans son siège social mondial chez nous non plus....

        Vous nous apprenez qu’il n’y a pas de magasin Apple, Ikea ou de centre de distribution Amazon en France ? Jusqu’ici je pensai que vous exprimiez des idées. Vous me rassurez, vous faisiez de l’humour...
        Pour les autres lecteurs qui pourraient vous prendre au sérieux, la construction de magasins, de bâtiments et l’embauche de salariés, c’est de l’investissement mais pas au sens de la prise de contrôle d’une entreprise. La France est bien évidemment extrêmement rentable pour ces enseignes. D’autant qu’elles n’y payent pas d’impôts puisque leurs sièges sociaux sont dans des paradis fiscaux bien connus. Les magasins français achètent à perte leurs produits au siège social, seul à réaliser des bénéfices.

        le pays qui taxe le plus au monde
        Mais d’où tirez-vous cette information ? De quelles taxes parlez-vous ? La TVA est la même pour tout le monde en Europe... La taxe sur les société est au même niveau en France qu’en Allemagne ou aux États-Unis... Certes en Lituanie ou en Roumanie c’est en-dessous. Peut-être à mettre en rapport des infrastructures de ces pays par rapport au notre... De plus l’ensemble des niches fiscales en France font que les grosses entreprises parviennent à ne quasiment pas payer de taxes professionnelles. Ce qui fait de la France un des pays qui taxe le moins pour les grosses entreprises.

        L’auteur ferait mieux de s’intéresser au taux de mortalité des entreprises qui ne trouvent pas de capital risque pour investir.
        C’est exactement de ça dont il est question ici, vous avez compris quelque chose finalement. Les entreprises françaises ont besoin de financement. Elles ont besoin d’emprunter pour investir, pas de brader leurs activités à des charognards.

        L’investissement étranger est une bénédiction...
        Amen
        L’investissement étranger est un palliatif, le pillage des entreprises françaises délaissées par l’État qui ne fait rien pour proposer les solutions en interne. Il suffirait d’un décret du président par exemple pour donner une licence bancaire à la Banque Publique d’Investissement.


      • Spartacus Spartacus 14 avril 11:38

        @Pierre Chaillot
        Un investissement est un investissement. Point. Qu’importe le racisme de la nationalité de l’investisseur.


        Se justifier par la démagogie d’exemples caricaturaux en faisant croire a des ouvriers naïfs qu’un site pas rentable à un avenir. C’est ridicule !
        Faire des barres métalliques à exporter à 800kms des ports de Amsterdam Rotterdam ou Le Havre et expliquer qu’il y a un avenir est une honte.

        Florange était tellement rentable et avait un avenir tellement radieux, qu’aucun investisseur n’a accepté de reprendre cette activité même avec un loi stupide pour attirer le bobo....

        En vertu de ta logique on se demande pourquoi ils n’ont pas trouvé.
        Même l’état avec l’argent du contribuable ne l’a pas fait.

        STX est au contraire la preuve que si les étrangers n’étaient pas là la boite serait morte depuis des années faute de trouver localement des investisseurs.

        La taxe sur les société est à 34.4% en France, à 30% en Allemagne. Elle est quasi partout sur terre inférieure.

        Sans compter les centaines de taxes indirectes (pas de péages en Allemagne).
        Je le sais, j’utilise une société de logistique en Allemagne en Bavière, région ou il y a actuellement 2% de chômage.

        Et vous auriez des notions de gestion, l’emprunt est un engagement de long terme généralement utilisé pour des engagements matériels nantis. 
        C’est une contrainte bien plus emmerdante qu’un investissement privé.

        Il est structurellement impossible d’emprunter pour des investissement immatériels (personnels, logiciels, procès) autrement que par de l’apport extérieur ou fonds propres.

      • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 14 avril 12:04

        @Spartacus
        Un investissement est un investissement. Point. Qu’importe le racisme de la nationalité de l’investisseur.
        Vous n’avez toujours pas compris la notion d’« investissement étranger ». Il ne s’agit pas de la ligne « investissement » que vous trouvez dans le bilan d’une entreprise, mais de l’achat de l’entreprise elle-même.
        Vous utilisez le terme de racisme pour choquer le lecteur, j’attends le point Godwin avec impatience.

        Florange a été la cible d’une OPA je vous le rappelle. Cette prise de contrôle s’est suivie d’un non-investissement délibéré d’ArcelorMittal pour justement, baisser la rentabilité du site et le fermer.
        Il s’agit d’une agression économique d’un groupe ayant l’ambition de créer un monopole, pas une opération de développement économique participatif.

        STX a son carnet de commande plein pour les 20 prochaines années. Sa vente ne montre qu’une seule chose : la rentabilité, les actionnaires s’en contrebalancent quand il s’agit de récupérer des liquidités immédiatement. Pour reprendre une entreprise comme STX (qui fait partie des leaders mondiaux de construction navale) il faut une puissance financière énorme et avoir un projet pour cette branche. La concurrence est limitée dans ce genre de cas... Les repreneurs n’investiront pas dans l’activité nazairienne, ils supprimeront des emplois et la fermeture de la R&D est déjà prévue.

        La BN est vendue tout les 5 ans environs, elle a toujours été rentable. Il ne s’agit encore une fois que de récupérer des liquidités.

        Chaque prise de contrôle d’une groupe étranger détruit des emplois. C’est de la microéconomie de base. Vous pouvez le vérifier sur les exemples que vous voulez.
        La suppression d’emploi à aussi lieu dans l’autre sens, quand un groupe français achète une entreprise étrangère. Je n’ai pas fait la contraposée de l’article pour une question de longueur.

        Vous pensez réellement que 4 points de taxes sont un frein ? Apprenez que les principaux « investisseurs étrangers » en France sont allemands...
        Je vous rappelle au passage que la TVA française a été relevée à cause de la concurrence déloyale que nous faisions sur notre sol...
        De plus vous parlez de taux « théoriques » ou « maximum » de taxes. Toutes ces taxes sont contournées grâce à de nombreuses niches fiscales, les entreprises du CAC 40 payent une taxe professionnelle bien en-dessous de 33%. Vous trouverez des chiffres un peu partout là-dessus, personne n’a réalisé de calcul exact récent et personne ne sait prendre en compte l’optimisation fiscale que je vous ai déjà expliquée 2 fois.


      • Trelawney Trelawney 14 avril 12:30

        @Pierre Chaillot
        STX a son carnet de commande plein pour les 20 prochaines années. Sa vente ne montre qu’une seule chose : la rentabilité, les actionnaires s’en contrebalancent quand il s’agit de récupérer des liquidités immédiatement. Pour reprendre une entreprise comme STX (qui fait partie des leaders mondiaux de construction navale) il faut une puissance financière énorme et avoir un projet pour cette branche. La concurrence est limitée dans ce genre de cas... Les repreneurs n’investiront pas dans l’activité nazairienne, ils supprimeront des emplois et la fermeture de la R&D est déjà prévue.
        STX qui est une société Coréenne à fait faillite et le chantier naval de Saint Nazaire s’il veut survivre doit être racheté par une autre constructeur naval. C’est pour cela que le constructeur italien s’est mis sur les rangs pour acheter ce chantier. Maintenant si personne ne se propose au rachat, Saint Nazaire ferme et point barre.


         Apprenez que les principaux « investisseurs étrangers » en France sont allemands...
        J’ai revendu mon entreprise de d’entretien et de réparation dans l’industrie pétrolière (85 salariés et 42 millions d’euro de CA). L’entreprise réparait des plateforme de forage partout dans le monde et surtout en Russie. J’avais développé l’activité sur l’éolien avec plusieurs brevet à la clé. Aucun groupe industriel français (même Total) n’a daigné regarder le dossier. Seul des allemands et russes se sont montrés intéressés. C’est d’ailleurs un consortium Germano-Russes qui s’est mis sur les rangs et a conclu la vente. Aujourd’hui ils sont à plus de 150 salariés et pas loin de 200 millions de CA et la R&D carbure plein pot. Devinez où se cache la rentabilité ? Ca commence par « investi » et se termine par « ssement »

        Avant de critiquer les investisseurs étranger essayez de chercher les investisseurs français et vous verrez qu’ils ne sont pas légions

      • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 14 avril 12:44

        @Spartacus


        La taxe sur les société est à 34.4% en France, à 30% en Allemagne. Elle est quasi partout sur terre inférieure.
        Une dernière chose sur la taxe sur les sociétés. Quand je dis qu’il s’agit d’un taux maximum. Je vous rappelle qu’en France les premiers 38 120€ de bénéfice ne sont taxés qu’à 15%. Seul ce qui est au-dessus est taxé à 33,33%. Autrement dit, pour les petits-bénéfices la France est largement plus compétitive qu’ailleurs.
        Faisons le calcul pour 100 000€ de bénéfices (pas de chiffre d’affaires attention, vraiment le bénéfice)
        La taxe est donc de 15% pour 38 120 € soit : 38 120 x 15% = 5 718€
        La taxe pour les 62 880 € restant est de 33,33% soit : 62 880 x 33,33% = 20 958 €
        Le total : 5718 + 20958 = 26 675 € Soit un taux réel de 26,7% !

        Comparer la taxe maximale française sans prendre en compte son caractère progressif, c’est soit de la bêtise, soit du militantisme.

        Votre discours sur l’investissement immatériel n’a pas plus de sens. Si votre propos c’est de dire que les banques ne veulent pas vous prêter, oui, vous avez raison il y a un problème avec le crédit. Ne le réglons en vendant les entreprises au plus offrant !
        Sinon l’emprunt n’est pas non plus le seul moyen de financement d’une entreprise. Surtout si vous vous plaignez des taxes sur le bénéfice, il serait peut-être temps de les passer dans la ligne « investissement » qui justement n’est pas taxée...


      • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 14 avril 12:59

        @Trelawney
        Entièrement d’accord avec vous sur le problème des repreneurs.
        Ceci-dit que sont devenus vos 85 salariés depuis ? Votre entreprise est-elle vraiment un bon exemple pour contrer mon propos, s’est-elle réellement développée depuis ou a-t-elle été mangée par le groupe acheteur ?
        Pouvez-vous témoigner d’une utilisation de l’argent touché par cette vente pour des investissements autres ?
        Il me semble qu’en vendant vous avez accepté un clause de non-concurrence pendant 3 ans et n’avez pas pu remonter la même activité par exemple...

        Le principal objet de l’article c’est justement de contrer le terme « investissement ». Il s’agit parfois d’investissements, souvent de pillage.


      • Alren Alren 14 avril 13:25

        @Trelawney

        la fermeture de la R&D est déjà prévue.

        Elle n’aura pas lieu si JLM est élu !!! Mais c’est sa seule chance d’être sauvée ...


      • Spartacus Spartacus 14 avril 13:41

        @Pierre Chaillot
        38120€ de bénéfices....Vous parlez du boulanger ou du charcutier du coin ?


        C’est sur ! C’est dans ces secteurs aussi porteurs en bénéfices que l’investissement étranger est légion...  smiley



      • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 14 avril 13:51

        @Spartacus
        Vous pensez valoir mieux que ça ?
        Peut-être n’avez-vous pas compris le raisonnement. Même si votre bénéfice est de 100 000€, vous êtes aussi imposés à 15% sur les 38 120 premiers euros.
        Non, en effet dans ces secteurs peu de prédations étrangères, seul le déblocage des prêts permet l’investissement. Et en ce moment les banques ne jouent pas le jeu, accentuant la crise des petits patrons.


      • Trelawney Trelawney 14 avril 14:34

        @Pierre Chaillot
        Ceci-dit que sont devenus vos 85 salariés depuis ? Votre entreprise est-elle vraiment un bon exemple pour contrer mon propos, s’est-elle réellement développée depuis ou a-t-elle été mangée par le groupe acheteur ?

        Ils sont passé à 150 employés avec pas de délocalisation mais un fort développement au Danemark où j’avais la filiale éolienne. les repreneurs ont fait et font encore mieux que moi et c’est normal ils ont plus de compétence


        Pouvez-vous témoigner d’une utilisation de l’argent touché par cette vente pour des investissements autres ?
        Placé de façon légal en Suisse. Quand on veut des nougats on va à Montelimar et quand une veut une banque sérieuse on va en Suisse. Cet argent servira à mes enfants lorsqu’ils auront envie de se créer une entreprise
        Il me semble qu’en vendant vous avez accepté un clause de non-concurrence pendant 3 ans et n’avez pas pu remonter la même activité par exemple...
        J’ai vendu pour prendre ma retraite et depuis j’ai troqué ma posche4S pour une 207 diesel. Je cultive mon potager, me nourrit de légume bio et j’ai des triglycéride et des gamma GT à la normal. Et je fais le guignol sur Agoravox

      • Et hop ! Et hop ! 14 avril 15:54

        @Spartacus : «  La mobilité des personnes et des capitaux est une liberté fondamentale. L’auteur voudrait vivre dan un pays prison. »


        Selon vous, jusqu’au traité de Maastrich, la France était une prison, et l’économie française celle de la Corée du Nord ?

        En 1990, grâce à son secteur productif public (EdF, GdF, Aérospatiale, Airbus, France Télécom, Snecma, Giat industrie, CGE, Assistance publique, Education nationale, etc) et privé (Saint-Gobain, Péchiney, Usinor, Legrand, Bouygues, Dumez, Carrefour,..), l’économie française était la 3e du monde après les USA (300 millions d’habitants) et le Japon (120 millions d’habitants), avec la meilleur productivité par employé, et la plus haute espérance de vie pour les femme.

        Seule une politique économique publique peut développer des activités à long terme (30 ans, 100 ans), l’investisseur financier privé cherche le profit à court terme, il provoque un désinvestissement.

        Il faut distinguer entre un vrai investisseur, créateur d’entreprise qui construit une usine ou des ateliers, et embauche des salariés pour développer une production, et un groupe financier international qui prend le contrôle d’entreprises françaises qui marchent déjà bien, soit pour détruire un concurrent, soit pour en tirer le maximum d’argent. L’un crée de la richesse réelle et de l’emploi, l’autres est un prédateur qui étend son monopole.

      • Parrhesia Parrhesia 14 avril 16:04
        @Trelawney
        Vous faites ici la démonstration de l’importance qu’il y aurait à rendre le plus vite possible à l’État Français son autorité sur la politique économique du pays et notamment par le biais de nationalisations...
        Et ceci, bien sûr, à condition que nous retrouvions suffisamment d’hommes politiques et d’hommes d’État à la fois français et compétents, ce qui n’est plus démontré au vue de cette élection présidentielle particulièrement décevante !!!
        Quant à l’investissement, s’ il reste indispensable, il ne résout pas tout !
        Essayez, par exemple, d’investir en France dans la fabrique de petites cuillères non protégées sur le plan douanier alors qu’elles seront en concurrence avec d’autres petites cuillères fabriquées pour rien ailleurs, et vous m’en direz des nouvelles !!!
        Et ceci est valables pour presque tous les types de production !


      • Trelawney Trelawney 14 avril 17:25

        @Parrhesia
        Essayez, par exemple, d’investir en France dans la fabrique de petites cuillères non protégées sur le plan douanier alors qu’elles seront en concurrence avec d’autres petites cuillères fabriquées pour rien ailleurs, et vous m’en direz des nouvelles !!!


        Il en existe pourtant à Thiers qui produisent des couteaux et couverts qui se vendent bien. Mais malheureusement en France aucune banque de prendra le risque de financer un pari industriel pour financer un rachat ou une création d’entreprise. Ce qui n’est pas du tout le cas en Allemagne aux Pays bas, en Belgique.

        La création et le développent de ma société n’a pas été aidé ni de l’état (à l’époque c’était Mitterrand) ni par les banques, alors qu’à l’époque on finançait des Arnault qui a détruit Boussac et ces 8000 ouvriers, Pinault qui a ruiné La redoute et Tapis dont on ne compte plus les faillites frauduleuses. J’ai financé le démarrage avec ma prime de licenciement (Alsthom) et mes économies quand j’étais légionnaire. C’est comme cela que fonctionne l’économie d’entreprise en France avec sa b.. et son couteau

      • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 14 avril 17:29

        @Trelawney
        héhé, il est important de prendre avec légèreté les sujets sérieux.

        Je vais tenter de résumer votre histoire pour le mettre en face de mes propos afin de mettre en évidence les points de convergences et de désaccord.

        Vous avez créé (ou repris) une entreprise. Vous l’avez fait prospérer (et c’est tout à votre honneur). Vous avez souhaité la vendre au moment de prendre votre retraite. Il me semble que c’est un choix à ce niveau. Il est envisageable dans une carrière, de préparer sa sortie en amont en formant un successeur, il est aussi possible au moment du passage de société individuelle à société anonyme de faire participer les salariés au capital. Voir au moment de la séparation d’avoir une reprise des salariés. Mais c’est votre choix.
        En tout cas j’ai l’impression dans votre propos que vous regrettez que les investisseurs français n’aient pas accordé d’importance à votre entreprise. C’est aussi mon cas, la première partie de mon article signale que la perte de votre savoir-faire est une perte stratégique de long terme et une perte de compétitivité. J’ai l’impression que nous sommes d’accord pour dire que la France est perdante. Il aurait même mieux valu (pour le pays pas pour l’activité en elle-même) que la puissance publique française prenne le relais le temps de trouver un autre investisseur.

        L’argent de la transaction est capitalisé de votre côté. Nous sommes passé d’un stade où de l’argent circulait dans l’économie par votre activité à un stade où l’argent stagne dans une banque suisse (je ne souhaite pas gagner un point Godwin en rappelant le rôle de ce pays dans l’économie européenne). Cet argent ne circule donc pas dans l’économie française. L’activité perdue a été remplacée par.... rien....
        Ne me faites pas le coup de dire que votre argent travaille en suisse. L’argent placé ne travaille pas. Soit il s’agit d’actions ou d’obligations, dans ce cas vous vous servez de votre capital pour que d’autres personnes travailles et vous captez une partie de la valeur ajoutée en cultivant votre potager. Soit il s’agit de produits assimilable à des paris et c’est pire. Vous ne gagnez que parce que la bulle financière gonfle et si jamais vous perdez, vous le déduisez de vos impôts, en fait grâce au capital, vous ne perdez jamais...
        Vous me dites que cet argent servira à vos enfants. Seules personnes qui méritent votre réussite. Vous me le dites sans complexe pour me dire que la formation, les soins que vous avez reçu dans votre vie, créés par la république, ne sont pour rien dans votre capital ?
        Je pense que vous confirmez ainsi mon avant dernier point.

        Vous me donnez un désaccord sur les emplois. Vous me dites que les investisseurs en ont créés. Certes mais visiblement pas en France. De plus ça n’est pas parce que le nombre de salariés est passé de 85 à 150 qu’ils ont créés de l’emploi.
        Si le groupe a racheté votre entreprise c’est certainement pour utiliser cette activité au sein du groupe. Plutôt que d’utiliser plusieurs entreprises d’entretien, acheter la votre (qui était peut-être la meilleure) et réaliser tout l’entretien par une seule entité est plus rentable. Bref, il est fort possible que votre ancienne entreprise ait servi de point de départ à la création d’une entité qui a vocation à remplacer toutes les autres. Au final, rien ne prouve qu’il s’agit d’emploi créés plutôt que regroupés ou perdus ailleurs...

        N’abusez pas des Nougats pour vos triglycérides mais continuez de publier sur agoravox, c’est l’échange qui permet de réfléchir.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 avril 19:37

        @Trelawney
        L’industrie en France est plombée par un euro trop fort, comme dans les pays du sud de l’ Europe. Les Mamamouchis européens ont décidé que pour la France, ce serait le tourisme qui remplacerait l’industrie. Circulez, ya rien à voir !


        Exemple de la Grèce et d’un euro bien trop fort par rapport au $, mais les explications valent pour tous les pays du sud de la zone euro, dont la France . Économiste JJ Rosa -Sciences P.

      • Spartacus Spartacus 15 avril 08:55

        @Pierre Chaillot
        Vous me le dites sans complexe pour me dire que la formation, les soins que vous avez reçu dans votre vie, créés par la république, ne sont pour rien dans votre capital ?


        Il ne doit rien à l’état.....Les soins, l’état est payé par les impôts...de toutes les générations.Ils ne sont pas gratuits. 
        C’est l’état qui doit tout à la société. La société ne doit rien à l’état. La société paye assez pour ça !
        C’est quoi cette morale à 2 balles pour culpabiliser les gens de prendre leur liberté. Il fait ce qu’il veut de son argent. 
        L’entreprise n’a pas pour fonction d’être le percepteur de la gamelle des castes d’état. 

        Ces gens à la tête de l’État sont les pires individus de la société, des personnes protégés par le prétexte de la cause sociale qui sont libres d’user des moyens les plus injustes. 
        Ce sont donc des « hommes sans scrupules », clientélistes, corporatistes, dirigistes qui dirigent les ressources prélevées vers leurs intérêts en utilisant le prétexte éternel de bien commun.
        L’État n’est pas un acteur légitime de l’économie

      • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 15 avril 09:24

        @Spartacus
        Vous confondez État et République...
        Je ne demande pas à ce monsieur d’embrasser les élus. Ce ne sont pas les dirigeants qui lui ont apporté des soins où de l’éducation, je suis bien d’accord avec vous. C’est la société française. L’ensemble des citoyens qui vivent sur le sol français, avec qui ce monsieur a eu beaucoup d’interactions positives qui lui ont permis de se construire. La société républicaine française (prônant les valeurs de liberté, égalité et fraternité) est la seule entité à laquelle nous devons quelque chose.

        Vous pouvez penser ce que vous voulez des dirigeants, il est même probable que nous soyons d’accord sur un certain nombre de points, mais vous êtes encore hors-sujet....


      • doctorix doctorix 15 avril 11:31

        @Spartacus
        Votre note : 2,9/20.

        C’est dommage de détenir la vérité et de ne convaincre personne...
        C’est le sort des génies, et vous êtes le Galilée d’agoravox.
        A moins que, hypothèse bien improbable vu votre haut degré de culture américaine, vous n’ayez complètement tort sur tous les points, en un plantage total.
        Il se peut aussi que votre extraordinaire mauvaise foi finisse par vous jouer des tours.

      • mmbbb 16 avril 13:59

        @doctorix ne vous en deplaise Sur Florange Spartaccus n ’a pas tout a fait tort . Comme le dit Charles Gave un liberal, si vous voulez monter une boite il faut aller en Allemagne En France la fiscalite les lois la reglementation sont beaucoup trop versatiles Admettez qu en france nous avons pas la culture d ’entreprise Giscard le soulignait déja et nous avons pas change. Notre tissu industriel de PME PMI est beaucoup trop faible . Avec la mondialisation nous avons pas su monter en gamme Les allemands ont occupé ce creneau Quant au patrimoine de nos élus , aucun n a de PEA et comme tout bon francais ils investissent dans la pierre et l assurance vie Pas un kopeck dans le tissu economique . Mais en revanche ils savent faire de beau discours et se lamenter sur le chomage J ’avais fait le salon des meilleurs ouvriers de france Un patron me disait qu il avait du mal a recruter Notre education nationale a considére pendant longtemps les travailleurs comme des cretins sauf que ces cretins d educateurs ne sont pas aperçus que l activite manuelle fait travailler toutes les zones du cerveau depuis l imagerie medicale l a confirmée Les autres nations ne sont pas plus arriérées que nous le pensions la Corée du Sud par exemple s’est spécialisé dans la fabrication de tanker nos chantiers en france n ont pas pu suivre . je ne vous fais grace du SAV en france qui est le plus souvent lamentable


      • samuel 18 avril 09:52

        @Spartacus

        Une petite expérience de pensée simplissime consisterait à dire à tous les riches individualistes de la Terre d’aller vivre sur une île.

        Pas d’impôt, pas d’Etat. Ce serait le paradis des riches.

        Seule contrainte, ne commercer qu’entre eux. Interdiction d’employer des personnes autre que les gens qui sont sur cette île.

        Je vous laisse continuer l’histoire....



      • zygzornifle zygzornifle 14 avril 10:45

        Parce qu’Hollande est l’ennemi de la finance ...... Hahahahaha ........


        • zygzornifle zygzornifle 14 avril 10:48

          Bientôt ils auront l’appui du futur président Macron qui leur donnera des idées auquel il n’avaient pas pensés .... 


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 avril 12:54

            La réponse à la question s’appelle article 63 du TFUE, qui organise la liberté des mouvements de capitaux ! Depuis Maastricht, il est interdit d’interdire aux capitaux de naviguer comme bon leur semble dans l’ UE et à l’extérieur de l’ UE.


            Exemple : Florange, mais j’aurais pu parler d’ Alstom.

            Les gouvernements ne peuvent plus s’opposer au pillage des entreprises françaises, ni aux ventes de terres agricoles, ni aux ventes du patrimoine architectural français.
            C’est Pillage « open bar » !!

            Seule la sortie de l’ UE peut permettre de remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux.


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 14 avril 12:56

              Bonjour,
              .
              Inexistantes avant le traité de Maastricht en 1992, les délocalisations ont explosé sous l’effet de la libre circulation des capitaux, des marchandises et des services, inscrite aujourd’hui dans les articles 32 et 63 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Cette politique libérale, avalisée par la gauche et la droite, est l’une des causes directes du chômage. Prétendre vouloir lutter contre les délocalisations tout en acceptant les traités européens relève de l’escroquerie politique. 
              https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/UE-escroquerie-12mai2016-WEB_V2.pdf
              .
              Nous vivons dans une UE ultralibéral, basé sur la libre circulation des marchandises et de l’argent (ceci favorise la fraude fiscale environ 60 milliards d’euros / ans de pertes seulement pour la France), hors ils n’existe pas de réciprocité avec les autres pays du monde (les pays hors UE)
              .
              Essayez d’acheter de la terre en Chine .... hors pour un chinois due à la réglementation de l’UE il est ultra facile de mettre la main sur nos terres agricoles, les aéroports, nos châteaux, etc.
              L’achat de terres agricoles par des Chinois inquiète
              http://www.la-croix.com/Economie/France/L-achat-terres-agricoles-Chinois-inquiete-2016-04-15-1200753620
              .
              Pourquoi, au fait, fallait-il donc vendre en urgence la moitié du capital du très rentable aéroport de Toulouse, propriété de l’État, donc des Français ? Sans doute pour faire baisser de quelques dixièmes de pourcentage le déficit budgétaire de 2015, avant qu’il ne reparte à la hausse en 2016 ! Autant dire pour rien, si ce n’est pour complaire à l’oligarchie euro-atlantiste qui a décidé du pillage de notre pays.
              .
              Ce nouveau bradage confirme une nouvelle fois que les européistes, qui imposent aux Français une propagande constante affirmant qu’il faut « faire l’Europe pour peser face aux Américains et aux Chinois », sont les premiers à tout vendre et tout céder aux mêmes Américains et Chinois dès que les Français ont le dos tourné… Rarement dans l’Histoire on aura vu une aussi grande combinaison de traîtrise, de lâcheté, de mensonge, de corruption et de cynisme, que dans les élites dirigeantes actuelles.
              https://www.upr.fr/actualite/france/le-banquier-socialiste-macron-decide-de-vendre-le-tres-rentable-aeroport-de-toulouse-blagnac-aux-chinois
              .
              L’Argentine, la Russie, l’Inde et la Chine caracolent en tête des pays les plus protectionnistes, selon l’organisme Global Trade Alert.
              https://www.lesechos.fr/08/03/2012/LesEchos/21140-029-ECH_de-la-chine-a-la-russie—les-mesures-protectionnistes-se-multiplient.htm
              .
              Il est grands temps de retrouver notre souveraineté, notre démocratie, de reprendre le contrôle de notre politique, de reprendre le contrôle sur notre monnaie et cela n’est que possible que par le FREXIT, donc l’UPR est le seul parti politique en France à proposer aux français !
              .


              • Lambert 14 avril 14:13

                Article très intéressant. Merci Monsieur.


                • HELIOS HELIOS 15 avril 11:00

                  @Lambert


                  Article interressant, vous dites ? NON

                  cet article n’est pas interressant, il est PARTISAN !

                  PARTISAN car il nie un élément fondamental qui s’appelle LIBERTE.
                  La Liberté est bafouée parce que derrière cette vision strictement comptable de l’activité humaine, le modèle social proposé est un modèle stérilisant des cultures, de l’histoire et des sociétés qui n’ont pas vocation a converger vers un métissage uniforme.

                  Le modèle de liberté assumé par ceux qui pratiquent les mouvements d’entreprise suppose un ensemble civilisationnel homogène, où il n’y a pas une domination flagrante et où les mêmes regles s’appliquent partout.

                  Equilibrer le développement et refuser les aventures décrites dans ce billet c’est harmoniser les règles pour que les uns ne profitent pas des autres. Il manque juste un pu de régulation pour qu’un ensemble comme l’Europe soit dans une configuration gagnante pour tout le monde....


                  PAR CONTRE, cet article qui tente de justifier la migration de « travailleurs » est une ode a ce metissage insupportable. L’article qui attaque l’économie oublie ce que vaut l’aspect humain. Il stigmatise la reorganistation industrielle et economique et il justifie l’eradication de la culture locale et des valeurs sur lesquelles se sont fondées des civilisations entieres et qui ont même produit les moyens de profiter de la richesse créee par les peuples.


                  Alors ; sans defendre la predation des acteurs financiers, qui sont decrit dans l’article, et qu’il faut a l’evidence réguler, s’il y a un controle bien plus necessaire et absolument fondamental pour toute une civilisation, c’est la maitrise du metissage induit par une immigration délirante et suicidaire.
                  Le premier respect se doit a l’humain AVANT celui dû a l’économie.


                  Les meilleurs candidats a la representation de notre peuple ne peuvent ignorer ces faits. Si les plus competents d’entre eux sont eliminés a chaque fois, c’est parce qu’ils supportent aussi cette immigration que rien ne justifie, livrent nos systemes economiques a des charlots qui eux sont elus.

                  Quand cela changera-t-il et quand aurons nous des representants respectueux de nous tous et donc d’eux-mêmes ?

                • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 15 avril 15:11

                  @HELIOS
                  Mais de quoi parlez-vous... Ai-je dit à un quelconque moment qu’il fallait ouvrir grand les frontières à tous les travailleurs du monde et ne pas faire d’harmonisation en Europe ?
                  Vous surinterprétez mes propos il me semble.
                  Vous semblez oublier que nous ne vivons pas dans un pays anglo-saxon dont la devise est uniquement liberté.
                  En France les 3 composantes liberté/égalité/fraternité sont à respecter. Vous ne pouvez pas justifier une mesure par un principe d’égalité si cette liberté est nuisible aux 2 autres. De même que vous ne pouvez pas non plus accorder une liberté si elle nuit à autrui.
                  La liberté n’a pas à être absolue, la société n’est pas la jungle.

                  D’ailleurs vous mettez en avant un principe de liberté pour juste en-dessous faire valoir un contrôle sur les humains...
                  Qui est partisan ?


                • HELIOS HELIOS 15 avril 16:38

                  @Pierre Chaillot... 


                  d’accord, en ce qui concerne les migrants, j’ai fait un raccourci que votre phrase : ***** Montrer du doigt les migrants sur le problème de l’emploi ne sert qu’à détourner vers les faibles la légitime colère des travailleurs ***** m’a laissé supposer que vous etiez pour cette immigration, ce qui n’est pas sans raison au vu des positions des socialistes et communistes en général.

                  pour le reste, vous n’avez pas le droit de déclarer que notre devise, Liberté, Egalité, Fraternité s’applique a la terre entiere. C’est la devise française et - par exemple - le Yemen, le Balouchistan ou je ne sais où. Seuls, les droits de l’homme sont a pendre en consideration, et il n’est pas ecrit que la France doit fournir du travail a tout le monde, surtout qu’elle ne peut même pas en fournir a ses citoyens.

                  Enfin, je ne veux pas de controle sur les humains, si ce n’est celui d’une societe légitime (regie par la loi, donc) et par la morale multi millenaire que nous avons construite. La liberté dont je parle, c’est celle que vous a enseigné le maitre d’ecole, et elle s’arrete la où commence celle des autres...français !

                • Pierre Chaillot Pierre Chaillot 15 avril 18:07

                  @HELIOS
                  Je ne dis pas que notre devise doit s’appliquer à tout le monde. Je respecte le libéralisme économique américain.... Chez eux, car il correspond exactement à leur devise : liberté.

                  Il me semble en effet que nous n’avons pas à gérer toute la planète, ce serait de l’impérialisme. Il faut beaucoup mieux coopérer avec les autres pays pour qu’ils se développent ;... Chez eux en effet. La première chose à faire c’est de ne pas aller faire de pillage de ressources avec les autres et de commercer équitablement pour ces ressources.

                  elle s’arrete la où commence celle des autres...français !
                  Il n’y a pas besoin de rajouter le terme. Nous pouvons respecter tout le monde sans les intégrer à la république nécessairement.


                • Descartes Descartes 14 avril 14:43

                  oui, article intéressant.
                  je pense aussi qu’un contrôle de mouvements de capitaux aurait protégé le tissu industrialo-technologique français, de même qu’une politique monétaire nationale visant au maintien de l’emploi et non à une inflation moindre.
                  ceci est infaisable dans l’UE.


                  • Et hop ! Et hop ! 14 avril 15:57

                    @Descartes : Il y avait toujours eu un contrôle des mouvements de capitaux en France, depuis plusieurs siècles (Philippe le Bel), il a été supprimé avec Mastrich et l’abandon de la monnaie nationale. Cela a permis à des financiers prédateurs de piller notre économie.


                  • joletaxi 14 avril 15:14

                    l’auteur a raison
                    ces salauds de capitalistes français sans foi ni loi ont racheté ,souvent sous la valorisation, les plus beaux fleurons de l’industrie belge, et maintenant il ne reste plus que des décombres industriels qu’ils se garderont bien de dépolluer.
                    Mais que fait le gouvernement , les vendus

                    et encore dernièrement, ces ordures vont accueillir les activités de Caterpilar, que la direction ferme à Charleroi, sous prétexte fallacieux de conflits justes et citoyens que mène la centrale syndicale de gauche.

                    faudra pas nous demander d’être solidaires hein, chacun pour soi


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 avril 19:26

                      @joletaxi
                      Les Traités européens n’organisent pas la solidarité, mais la concurrence entre pays ! Il faut les remplacer par des accords de coopération, bi ou multilatéraux entre pays, par exemple entre la France et la Belgique.


                      Il existe en Belgique un mouvement comme l’ UPR :
                       le MIB, Mouvement pour l’Indépendance de la Belgique.

                    • macchia 14 avril 23:32

                      je suis d’accord , mais on oublie que les autres pays européens ont les mêmes soucis, chacun a ses faiblesses et les autres en profitent. Exemple : Lactalis a acheté Parmalat et a profité de ses finances


                      • bob de lyon 15 avril 11:52

                        À propos de chantier naval et autre...

                        Un éminent spécialiste d’Antenne 2 énuméra et compara combien les sociétés françaises cannibalisaient les entreprise italiennes ; effectivement le bilan était en notre faveur mais il oubliait juste de préciser les différences fondamentales entre une société de construction navale – stratégique - et une entreprise de torréfaction de café…

                        Je me souviens qu’à la construction de Creys-Malville, les italiens réclamèrent la fabrication de l’alternateur et la robinetterie… Quand il fallut satisfaire aux travaux pratiques, il s’avéra qu’ils ne savaient fabriquer ni l’un ni l’autre, donc nous fûmes obligés de les mettre à niveau, d’où une ultime limite technique de l’alternateur à 525 MW alors que nous étions capables de construire 1300 MW, (ils ne savent toujours pas faire !), ce fut la même chose pour les circuits hydrauliques.

                        Les commentateurs économiques effectuèrent quelques études, probablement Science PO, mais nous soupçonner à ce point d’être des imbéciles crasses m’obligent à penser qu’il serait souhaitable que parfois quelques coups de pied au cul…


                        • mmbbb 17 avril 09:27

                          @bob de lyon en France on a d excellents ingenieurs et nous sommes loin d etre con mais c’est notre mentalite et la lourdeur administrative Par ailleurs ce que ne souligne pas Fi Fi c’est le parachutage de certains patrons souvent issu de l ENA qui sont non seulement irresponsables et arrivent a mettre des boites a terre Voir la chute d Alcatel un cas d’ecole Le Point a ecrit un papier à ce sujet sur cette spécificite francaise dont l europe n’est en rien responsable Un des responsables de Mercedes etait apprenti et est devenu cadre Impensable en France Nous avons laisse le haut de gamme alors que nous etions les leaders auparavant c’est couillon Par ailleurs lorsqu une boite comme Dassault est performante, le jeux national est de tirer à boulet rouge un comble J ai eu quelques discussion au sujet du Rafale , ce correspondant avait la faiblesse de croire que l on pouvait confier la conception a une autre entreprise puisque Dassault nuisait a l independance de la france selon sa these Comme si un tel projet pouvait sortir du chapeau tel quel .Effectivement les Europeens ont concu un avion en commun le Typhon , mais c’’est un fer a repasser volant Il est plus puissant puisqu il a deux enormes reacteurs c’est ce qui le différencie sur ce point Par ailleurs Dassault fabrique la serie des Falcon est leader sur le marche et l etat est absent de cette réussite C’est Marcel Bloch qui initia ce projet Par ailleurs il est interdit dans ce pays d etre fier des entreprises qui innovent et sont leader sur le marche Il est interdit de considerer des patrons comme Mr Paniol et Szydlowski par exemple, ayant cree Turbomeca comme des genies. Les americains sont fiers . Nous avons juste le droit de maugréer de chialer d envier de jalouser de denigrer c’est un sport national . A l instar des braves intellos qui s’ emeuvent de la reussite de Google mais oublient que ces fondateurs etaient partis de rien juste un projet en tete Quoi qu il en soit il y a tout de meme des belles reussites comme cette start up francaise Deviallet ayant conçu une enceinte connectee la Phanthom dont Apple a retenu le concept est s’est associe à ce projet Un marche inespere pour cette boite .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès