Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Prends-en de la graine !

Prends-en de la graine !

Le premier des droits de l’homme, c’est celui de se nourrir correctement.
Sans accès à la nourriture, tout le reste n’est que tartufferie.

Brochette
brochette

Pour briser ce « ­­confusément », il faut rendre son unité au monde. Rattacher riches et pauvres, vainqueurs et vaincus - comme des liens de cause à effet.
François Ruffin, La Guerre des classes, Fayard, Paris, octobre 2008, p. 171.

Il a bien raison, François Ruffin de soumettre le brouhaha médiatique à sa grille de lecture que certains qualifieront de simpliste, ringarde ou éculée, de tout rapprocher de l’inévitable guerre entre le Capital et le Travail. Parce que cette crise avec laquelle on nous matraque pour nous empêcher de penser le monde, cette crise n’est jamais qu’un gros rot d’indigestion de ceux qui possèdent aux dépens de ceux qui triment. Deux petites infos se répondent ainsi ce matin et donnent la mesure de ce qui arrive vraiment : Etats-Unis et UE ont dépensé en une semaine de quoi nourrir le monde pendant cinquante ans et le sondage publié dans Le JDD du 12 octobre sur le travail des Français le dimanche est truqué. Le capital qui confisque de quoi nourrir tous les affamés de la Terre pendant un demi-siècle est le même capital qui dit au travail qu’il va falloir encore trimer plus. Plus, toujours plus pour eux et toujours moins pour tous les autres. Ils disent que leur système est un progrès pour l’humanité, mais ils affament le monde. Ils oppriment les peuples de la pire manière que ce soit, par la faim.

Ils sont en train de privatiser le vivant pour que nous soyons totalement dépendants d’eux pour notre survie. Ils s’arrogent ainsi le droit de vie et de mort sur l’ensemble de l’humanité, décidant par leur argent qui aura le droit aujourd’hui de manger ou qui devra s’allonger dans un fossé en attendant la fin. Ils décident aussi de la qualité et de la variété de ce que nous avons le droit d’absorber pour nous nourrir. C’est ainsi que la Communauté européenne, aux ordres du capital, a décidé que nous allions payer fort cher le droit de manger des fruits et des légumes encore plus nocifs. Alors même que la relation entre environnement pollué et prévalence des cancers est enfin admise, du bout des lèvres. Consommez plus pour nous enrichir plus et crever plus vite, plus nombreux et plus jeunes.
Comment pouvons-nous accepter cela une seconde de plus ?

Une histoire de goût

Petit piment
Petits piments de HLM
À quand remonte la dernière fois que vous vous êtes vraiment régalés d’une tomate pleine de soleil, que vous avez goulûment planté vos crocs dans sa pulpe gorgée de saveurs ? Cela m’est arrivé cet été, quand nous avons échangé avec des amis un peu de maintenance informatique contre un panier de légumes de leur jardin. Parce que ce n’est pas dans les supermarchés que je risque de croiser des fruits pareils. Même plus au marché du bled, où les tomates ont la même gueule lisse et le même manque de goût et de texture que celles de la grande distribution. Toujours les mêmes petites boules dures et imputrescibles que l’on peut oublier sans dommage pendant plus d’un mois au fond du frigo. Toujours les mêmes légumes, un de chaque sorte, été comme hiver... déprimant, pas bon, pas envie. Des années de recherches agronomiques pour ça : des trucs qui poussent hors sol, hors saison, hors goût, qui peuvent passer des jours et des jours en chambres froides sans bouger, qui peuvent sauter d’un continent à l’autre, qui se logent dans des petites cases normées, optimisation de l’espace, rentabilité maximale.
Je me souviens d’une boutade des années 80, où l’on disait que l’Europe ne servait à rien, si ce n’est à calibrer les concombres... sauf que ça, ce n’était pas rien. C’était tout. Notre droit à manger de bonnes choses contre leur impératif de profit à tout prix. Aujourd’hui, les légumes sont bien calibrés, bien chers et bien dégueulasses. Du coup, ils ont pondu du marketing sous couvert de santé pour nous faire avaler la couleuvre : il faut manger cinq fruits et légumes par jour. Il faut bouffer leur frankenfruits, avec leurs pesticides au taquet, leurs OGM et leurs prix toujours plus élevés, parce que... c’est de la faute au gel, au manque de pluie, de soleil... marrant comme argument quand on pense deux secondes qu’il s’agit de végétaux de serres cultivés hors sol. D’ailleurs, les légumes de mes voisins, les deux pieds dans le crottin, ils n’ont pas tant souffert que cela des aléas climatiques...

Tout le monde est d’accord pour dire que les légumes du jardin, c’est bien meilleur... alors quoi ? Pourquoi tous ces jardins d’agrément avec leurs fleurs stériles et leur pelouse au Roundup, que ce soit dans les bleds ou les banlieues pavillonnaires ? Ce n’est même pas une question de temps ou de pénibilité, quand on voit le temps passé à tondre l’herbe au carré, à biner autour des bégonias.

À quel moment est-il devenu évident que l’autoproduction alimentaire familiale était moins importante que les fonctions ornementales ?

Extension du domaine de la culture

Potager de HLM
Potager urbain
Dans mon bled, comme ailleurs, il y a des gosses de l’âge de ma fille qui ont déjà toutes leurs dents bouffées par des caries, des mouflets gonflés comme des popcorns, nourris aux croquettes pour humains et dont les parents pensent qu’un verre de nectar de fruits blindé au sucre, c’est un fruit comme un autre. Nous nous sommes laissés entraîner dans la médiocrité alimentaire pour le plus grand profit de quelques-uns. Les gens n’ont pas faim sous nos latitudes... certes, pas encore, mais beaucoup souffrent de malnutrition. Quand Bové démontait le MacDo de Millau, il avait déjà tout compris. Tout comme Via Campesina et son combat pour la souveraineté alimentaire. L’autosuffisance. Le fait que les gens ne puissent plus crever de faim ou de malbouffe pendant que leur pays exporte des matières premières agricoles à gogo. La faim est rarement un problème climatique ou agraire. C’est plus souvent une arme politique, économique, utilisée volontairement, une arme de destruction massive qui ne dit pas son nom. Et ce n’est pas seulement un problème de pays pauvre.

Il y a un an, alors que j’amenais ma fille à l’école, j’ai vu un homme se diriger derrière sa barre HLM avec une binette. Je l’ai suivi, et j’ai découvert que cet homme avait pris son alimentation en main. Sans terre. Sans moyens. Il a juste décidé de mettre en culture le petit trottoir d’herbe pelé qui entoure souvent les immeubles et dont personne ne fait rien. Il fait descendre au besoin un tuyau d’arrosage par la fenêtre de sa cuisine. Il a récupéré des culs de bouteilles en plastique pour ses semis. Et ça pousse.
Bien sûr, ce n’était pas prévu, cette utilisation d’un non-espace public, une bande de terrain dont on ne fait rien, qui ne sert à rien, qu’on ne voit pas, n’entretient pas, qu’on ne pense même pas. Lui, il a simplement changé de point de vue et il améliore son ordinaire. Rien ne l’empêche de le faire.

Dans la cité à côté, au milieu des barres, il y a le carré de pelouse. Un truc grand comme un immeuble comme il y en a des milliers et des milliers dans les cités où l’on parque les pauvres. Ceux qui font leurs courses dans les discounters. Qui ont les dents pourries. Qu’ils ne peuvent même plus faire soigner. Ce carré, ce n’est même pas de la pelouse. C’est vaguement tondu deux fois par an, pelé par endroits. Ça bouillasse en hiver et ça poudroie en été. Les gens n’y vont même pas y prendre l’air ou le soleil, les gosses y jouent à peine. Encore un non-espace. Qui pourrait fournir la cité en fruits et légumes frais pour peu d’efforts. Avec quelques outils, beaucoup de conseils. Et surtout, l’idée que c’est possible.

Sème à tout vent
Dans l’association culturelle du bled,
la culture, ça ne s’arrête pas aux livres...

Réinvestir l’espace public. Pas pour passer, pas pour flâner, encore que..., mais pour s’approprier le droit de se nourrir correctement. Recréer les jardins ouvriers dans les impensés de la ville, les interstices du tissu urbain. Une jardinière de tomates sur le balcon, un pot de persil à la fenêtre, une rivière de tomates en bordure du parking.
Varier les plaisirs, partager les récoltes. Du temps gagné sur la télé et l’isolement. Et surtout, moins d’argent pour les rois de la malbouffe, les accapareurs du vivant.

Ce n’est pas pour rien que les semenciers poursuivent Kokopelli et ses graines que l’on peut resemer. Ce n’est pas pour rien que les géants cherchent à écraser le nain joueur de flûte : pour nous priver de notre droit à nous alimenter par nous-mêmes, pour nous rendre totalement dépendants. Il faut que nous occupions nos carrés de jardin à faire de l’ornemental coûteux selon leurs critères : des espèces hybrides et stériles, qu’il faut racheter tous les ans, avec des tas d’intrants chimiques que nous achetons à prix d’or. Et qu’en plus, nous n’ayons pas d’autre choix que de leur acheter leurs légumes pour nous nourrir. Fort mal, par ailleurs. Dans son dernier bouquin, Kokopelli démontre que non seulement les quelques pauvres espèces qui sont couramment proposées à la consommation sont déprimantes en termes de goût et de variété, mais qu’en plus cet appauvrissement gustatif s’est accompagné d’un terrible appauvrissement nutritionnel.
On comprend mieux pourquoi Kokopelli se mange procès après procès.

Cela n’a l’air de rien, mes histoires de légumes, de réappropriation des friches urbaines, mais c’est pourtant le début de la remise en cause du système qui nous opprime. La révolution ne se fait pas forcément dans la rue ou à coup de pavés. Les grands changements sont toujours plus discrets, plus profonds et plus diffus. Rien d’insurmontable et, pourtant, de cette simple revendication peut germer de nouvelles pratiques, de nouveaux rapports sociaux, de nouveaux circuits économiques.

De simples petites graines...


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 octobre 2008 10:09

    Bonjour,

    Votre article fleure bon le vieux catalogue des ressources des années 1975, la bible des babas, pleins de truc, agréable à lire, pas comme l’émission de l’insupportable Courbet et ses invités qui viennent faire leur promos en débitant des banalités. Cette émission est de mauvais goût. On rêverait de jeter des tomates sur Courbet et Mireille Dumas et Cauet. Finalement, c’est utile les tomates sans goût.

    Pourtant c’est facile à poduire. Cet été, je n’ai mangé que ça, des tomates sucrées et odorantes, achetées sur le marché.

    Une remarque sur le capitalisme. Il faut arrêter de dire que le capitalisme affame les gens. Si les pays pauvres crèvent de faim, c’est parce qu’ils n’ont pas de planning démographique et se reproduisent comme des animaux. En plus, les prêches du Pape n’arrangent rien. Ce n’est pas correct mais il faudra bien un jour mettre sur la table la question démographique et cesser de nous culpabiliser.


    • décurion 14 octobre 2008 11:11

      Il n’y a guère, il fallait beaucoup de bras, pour cultiver la terre.
      Deux bras = une bouche de plus. Un cercle vicieux, jusqu’à la mécanisation qui doit beaucoup au progrés, et rien au capitalisme.
      Peut etre que si "On" leur vendait moins d’armes et plus de tracteurs, ils seraient moins prolifiques et mieux nourris ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 octobre 2008 11:15

      Des tracteurs et aussi des livres. Quant aux armes, effectivement, ça arrange quelques uns mais qu’on ne mette pas ça sur le compte du capitalisme. C’est très tendance l’anticapitalisme en ce moment, c’est très con aussi, tout aussi con que l’hitlérisme en 1930. Il faut bien un peu de provocation


    • decroissant 14 octobre 2008 11:18

      Desole mais je ne partage pas votre point de vue...Penser que les pays du tiers monde crevent de faim a cause d’une natalite non maitrisee est au mieux de la meconnaissance, au pire de l’escroquerie intellectuelle.
      Lisez les bouquins de Jean Ziegler, il sait de quoi il parle.


    • jondegre jondegre 14 octobre 2008 11:22

      C’est a dugue qu’il faut envoyer des bouquins.

      Quand a traiter d’anticapitalisme le fait de divulguer des informations sur le pouvoir financier et ses indecenses, c’est tout simplement pas digne d’un contributeur "journalisme citoyen". Le mot capitalisme n’apparait meme pas dans l’article de monolecte (brillant).
       


    • décurion 14 octobre 2008 11:28

      Je veux bien croire que l’anticapitalisme puisse chez certains etre aussi con que tendance, mais croyez bien, qu’il en est chez qui , c’est quasi viscérale, et à trop les traiter de cons, souhaitez qu’ils vous ignorent et délaissent l’argument du baton.


    • Krokodilo Krokodilo 14 octobre 2008 12:13

      Je suis assez d’acord sur ce point de la démographie et de la culpabilité de l’église catholique (la blague dit qu’ils aiment tellement les pauvres qu’ils en veulent davantage), à la réserve près que les femmes de ces pays n’ont pas ou peu accès au planning familial. L’Unesco sait depuis longtemps que la démographie est inversement corrélée à l’éducation : quand les filles ont accès à l’éducation, le reste suit. Quand il n’y a pas de système de retraite, les gens veulent au moins un garçon pour assurer leurs vieux jours, etc. Outre la corruption des élites.


    • Emile Red Emile Red 14 octobre 2008 12:55

      @ Duguet le nouveau Sevran

      "Si les pays pauvres crèvent de faim, c’est parce qu’ils n’ont pas de planning démographique et se reproduisent comme des animaux"

      Europe :

      Superficie 10 392 855 km² (7 %) Population 733 000 000 hab. Densité 71 hab./km²
      Afrique :

      Superficie 30 206 704 km² (20,3 %) Population 944 000 000 hab. Densité 31 hab./km²

      Il faut arrêter de prendre les Africains pour des lapins et proposer à Bobonne (s’il y a) de mettre un pull le soir au lieu de ses dessous sexy.
      Déplorable de bétise

    • sisyphe sisyphe 14 octobre 2008 13:07

      C’est très tendance l’anticapitalisme en ce moment, c’est très con aussi, tout aussi con que l’hitlérisme en 1930

      Puisqu’on est dans le domaine de la connerie, voici une intervention qui ne dépare pas !


    • Emile Red Emile Red 14 octobre 2008 13:11

      Si le système capitaliste avec la BM et le FMI n’avait pas poussé pour ne pas dire obligé l’Afrique à produire à l’export plutôt que de produire vivrier nous ne serions pas dans cette situation.
      Alors le capitalisme innocent, à d’autres


    • sisyphe sisyphe 14 octobre 2008 13:12

      Monolecte, merci pour cet article utile. 

      Je mets ici le lien pour l’association Kokopelli, qui vient d’être victime d’un jugement de justice absolument honteux, pour avoir mis des graines à disposition des citoyens. 
      Il faut les soutenir. 


    • Emile Red Emile Red 14 octobre 2008 13:30

      @ Monolecte

      Toujours autant de pertinence, cet article est une nouvelle perle à votre actif.


    • mauvais en horto 14 octobre 2008 22:29

      Jouer pas sur les préceptes ,vous savez très bien que FMI et compagnie, que la politique de subvention de nos produits agricoles on ruinées leurs cultures vivrières, que de grand s groupes financiers on développer sur leurs terres la culture voué a l’exportation vers les pays riches. Qu’une population rural chassée va forcement atterrirent dans les villes et crée des bidonvilles , ou aucune infrastructure sanitaire n’est prévue l’eau souiller entre autre vas faire mourir les enfants de diarrhée une des plus forte cause de mortalités infantiles dans le tiers-monde . Dans de tel circonstance ayant un taux de mortalité de l00( et encore ) pour 1000 enfants ( 4 pour 1000en France ). Dans ce genre de cas la logique de l’humain à toujours étais de faire comme chez nous autrefois beaucoup d’enfants car l’on ne sait pas lequel survivra ou pas . Un planning familial n’est possible que dans un pays ayant les infrastructures ou le calme social (qui est conditionner par la politique qui aujourd’hui ne ce basse que sur l’économie au profit du nord - depuis 500 ans plutôt mais jamais a une tel échelle- )L’Inde d’avant la colonisation Anglaise étais auto suffisante en alimentation les Anglais -comme pour les indiens d’Amérique- ce servir de la faim comme une arme pour briser la résistance à leurs colonisation . Aujourd’hui avec quelques potentats locaux nous faisons la même chose pour cultiver à grande échelle les produits de consommation tropicaux .


    • Romain Desbois 15 octobre 2008 08:47

      Le plus efficace pour maitriser les naissances est la scolarisation et surtout le niveau de vie des populations.
      De cela induit la maitrise de la contraception et un système de retraite qui remplace le "bâton de vieillesse" que sont la progéniture (sommes toutes tout à fait naturel)


    • LE CHAT LE CHAT 14 octobre 2008 10:50

      Remettre les jardins ouvriers au goût du jour , que voilà une bonne idée !
      restent les problèmes d’approvisionement en eau ( prohibitif en certains endroits )et la pollution des sols( cultiver son jardin à noyelles godault vous mène droit au saturnisme ). Les pauvres ont ils les moyens de cultiver des légumes bio ?


      • Monolecte Monolecte 14 octobre 2008 11:01

        Les pauvres ont surtout les moyens de cultiver des jardins bio : pas d’engrais, fertilisant, herbicides qui coûtent la peau du cul ! Il s’agit de remplacer la chimie par la connaissance.
        Les pauvres ne sont pas ignares, comme on aimerait tant le faire croire, ce sont leurs savoirs qui ont été dévalorisés. Cultiver son jardin, c’est aussi échanger des savoirs, avec la famille, les voisins, voire des animateurs locaux (municipaux, en régie, mutualisés, là aussi, on peut innover !), c’est penser des pratiques et les appliquer, c’est chercher des variétés adaptées au terrain, au climat, aux gens (d’où l’intérêt incontournable de Kokopelli !)


      • LE CHAT LE CHAT 14 octobre 2008 11:17

        @monolecte

        c’est bien pour cela que je te parle des jardins ouvriers , qui étaient à la mode au sortir de la seconde guerre mondiale quand la France manquait de tout . C’est d’ailleurs là que j’ai appris ce que je sais du jardinage en compagnie de mon grand père qui cultivait une parcelle de 3000 m2 ; mais la spéculation foncière a privé les pauvres de terrains , les municipalités riches disent déjà qu’ils sont trop chers pour construire des HLM , alors je te dis pas pour seulement faire du jardinage !
        mais c’est certain que celui qui a un bout de jardin et qui a du temps à y consacrer ( car entretenir un jardin en demande beaucoup ) a l’occasion d’avoir des produits de meilleure qualité .


      • Roche 14 octobre 2008 10:57

        il y a plein de petit réseaux qui se sont crées a travers la France des points de vente direct aux agriculteurs comme l’AMAP, ils ont du mal a etre véhiculés parce que bien entendu pour le commerce de masse, autrment dits les grandes surfaces, ils représentent une concurrence...

        ceux ci vendent direct aux consommation un panier constitués de fruits et légumes saisonniers.... Internet donne toutes les infos sur leur sites qui s"étalent dans toutes les villes de France, ou ses régions, au lieu d’’engraisser ceux qui nous nourissent de merde hyper chere d’ailleurs, pourquoi pas les payer eux pour des produits frais vraiment frais ? pour ma part il y a bien longtemps que je n’achète plus rien ni en grande surface ni chez les discounts...

        ce sont des salops qui nous ruinent pour de la merde... vous noterez d’ailleurs qu’avant, sur les fruits une étiquette mettait en valeur sa provenance, cequi se fait très peu de nos jours, et puis, avec la supresseion des barrières douanières que l’UE tente d’appliquer depuis des lustres pour laisser passer la merde des US, on est pas dans la mouise

        mais je ne comprends pas pourquoi les gens dorment et ne s’attèlent pas a agir dans la réalité... le pire c’est que c’est l’avenir de leur momes qu’ils mettent en péril, et c’est moi qui n’ai pas de gamin qui en parle, bon aller suis trop dégoutée en ce moment !!!


        • Roche 14 octobre 2008 10:58

          erratum

          de vente direct des agriculteurs aux consommateurs pardon lol


        • eugène wermelinger eugène wermelinger 14 octobre 2008 11:28

          Il faut absolument que vous preniez connaissance du document de ce lien :

          Jamais une femme n’aura eu autant le courage de tout nous dévoiler. 
           

          et aussi bravo et merci à Monolecte.

          • Monolecte Monolecte 14 octobre 2008 11:53

            Merci pour le lien. Cela rejoint totalement ma démarche qui consiste à refuser la dépendance alimentaire.
            Pour la petite histoire, le Codex, c’est du despotisme hydraulique : qui contrôle la source d’une ressource vitale, contrôle tout ce qui a en aval. Cela marche avec la bouffe, l’eau, l’énergie...


          • LE CHAT LE CHAT 14 octobre 2008 11:41

            on pourait prendre exemple sur les potagers du chateau de villandry pour les espaces verts urbains !
            http://www.lespotagersfleuris.com/images/liens/web/villandry.jpg

            de quoi occuper les employés municipaux , et de fournir un apport de finances supplémentaires aux municipalités qui revendraient ces légumes à prix nettement moins cher pour ceux qu’on apelle pudiquement "les français les plus démunis " ou " les exclus de la prospérité". smiley on peut rêver !


            • Monolecte Monolecte 14 octobre 2008 11:51

              Je préfère que ce soit directement les gens qui cultivent, parce qu’on ne sème pas seulement des graines, mais aussi de la fierté (celle d’inviter des potes à manger tes légumes) et le moyen de survivre quand l’argent va totalement arrêter de circuler.


            • LE CHAT LE CHAT 14 octobre 2008 11:55

              @MONOLECTE

              je te comprends , après une après midi à butter les patates , ramasser les fraises et repiquer les poireaux , les reins en compote et les ampoules aux mains , on a vraiment la satisfaction d’avoir vraiment mérité de manger ces légumes ! chacun garde au fond de soit ses racines terriennes , ça reviendrait vite !


            • maxim maxim 14 octobre 2008 13:11

              ouais ...

              faire son jardin dans son petit espace sauvage ,d’accord ,mais est ce que le jardinier va retrouver ses tomates si il les laisse à la vue et la convoitise du premier venu ?

              que dire si il a fait pousser des fraises !


              • ninou ninou 17 octobre 2008 21:17

                Maxim...Ah ! la propriété... Mes légumes à moi tout seul... Que MOA j’ai mérité.
                D’ailleurs je massacre allègrement tout animal herbivore qui s’approche de mon carré d’herbes aromatiques, vous êtes prévenus !

                Et le partage ? Je ne cultive pas mon jardin. On cultive la terre disponible et on échange.
                Des parasites, des profiteurs, il y en aura toujours. Il faut faire avec et ne pas se priver de tenter une expérience réellement enrichissante.

                Ceci dit, en y réfléchissant un peu, installer des miradors, des barbelés, des clotures électriques serait une solution à envisager d’un point de vue manipulation (positive) des esprits car chacun sait qu’on ne protège que ce qui est précieux !

                C’est dans mon jardin que se trouve la richesse de l’avenir. Faites comme moi et vous serez riches !


              • Monolecte Monolecte 17 octobre 2008 21:55

                Je pense que c’est aussi le pari de celui qui cultive son jardin d’immeuble que j’ai photographié. Il est possible qu’il se soit déjà fait choppé quelques tomates en passant, mais rien de massif et pas de dégradations visibles. Peut-être parce que chacun pour se représenter la somme de travail réel et d’affect qu’il y a dedans. je ne sais pas. Ceci dit, on gare bien nos voitures dehors...


              • Yohan Yohan 14 octobre 2008 13:15

                Ce genre d’article est plus qu’utile à la prise de conscience et il en faudra d’autres, ainsi que des exemples de bonnes pratiques. Je ne suis pas sûr que tout ce monde ait bien conscience des saloperies qu’on nous fait ingérer pour nous nourrir. L’explosion des cancers digestifs et autres vient de ce qu’on a depuis longtemps franchi le rubicond en matière d’épandage, et de méthodes vivrières. et quand on voit ce qu’on fait avaler aux bovins et aux poulets....
                Heureusement qu’il existe encore des producteurs qui font attention à ce qu’ils font et qui changent en ce moment leur fusil d’épaule, en optimisant le goût et la qualité. Si le consommateur se bouge, ça peut contribuer à sortir un peu de la malbouffe, non ?


                • Monolecte Monolecte 14 octobre 2008 14:07

                  Si je dois résumer abruptement, cela revient à : penser global, faire local !

                  Ça marche avec la bouffe, le pinard, la flotte, l’énergie et des tas de trucs.
                  Et avec l’argent, aussi et surtout...


                • Blé 14 octobre 2008 13:53

                  En lisant cet article je pensais aux vignerons (Hérault entre autre) qui doivent faire face à une attaque réglée de la concurence mondiale qui est de faire des vins au "goût" des consommateurs, c’est à dire ajouter des parfums de fruits, des herbes, bref dévalorisé au max les petits vin de terroirs.

                  Or, les élites de notre cher pays ne lèvent pas le petit doigt pour les aider sauf les élus locaux.

                  Boire un bon vin à un prix raisonnable sera bientôt qu’un souvenir. La France, pays des vins, culture profondément enracinée dans la culture populaire va disparaître.


                  • maxim maxim 14 octobre 2008 15:25

                    cet article me fout la nostalgie de l’époque où élévé à la campagne ,on avait tous les légumes et les fruits de saison ,et l’engrais ,c’était le fumier des animaux .....

                    ah dis donc ,les tomates qu’on cueillait ,qu’on essuyait sur la manche ,et qui faisait chricccc !!sous la dent ,c’est un souvenir lointain ...les belle salades qu’on faisait blanchir sous la paille ,on faisait même des endives dans la cave voûtée ,il fallait descendre le sable ,on a bavé ,des putains d’escaliers glissants à se coltiner ,mais on avait des endives ,des vraies ,pas les trucs sans goût et molasson tout justes bonnes à faire braiser ,je parle pas des tomates ,ces trucs calibrés pleins de flotte ,il faut rajouter de l’extrait de tomates pour leur donner du goût ! un comble ...

                    quand aux fruits ,prunes, pêches ,abricots ,cerises ,et les poiriers ,avec la poire à curé qu’on garde l’hiver dans le grenier sur des clayettes ,et recouvertes de foin ..

                    et le noyer bien entendu ,on allait gauler les noix ,des cernaux de noix avec des pommes ,c’est délicieux !

                    les pommes à couteau et à cidre ,le pressoir était à en face de chez nous ,vous avez déjà bu du vrai jus de pommes quand il est dans le baquet ,et qu’il commence à travailler ? un vrai sirop ( faut pas abuser parce que ça file la courante ) mais c’est vachement bon !

                    avant aussi,les femmes faisaient des conserves de légumes qu’on ébouillantait ,et conservés au sel dans des pots de grés à la cave ,pour l’hiver ,idem pour les fruits ,en bocaux et conservé dans leur sirop !

                    et il n’y avait pas de frigos ,et pourtant ,ça bougeait pas ,conservés à la cave ,ça faisait tout l’hiver .....

                    et bien voilà ,j’ai encore ces saveurs en souvenir ,et maintenant ,je vais chez Ed acheter mes légumes ,qui viennent du Balouchistan Occidental ou tout comme .....ça m’emmerde vraiment !


                    • foufouille foufouille 14 octobre 2008 15:35

                      ouais, mais a cette epoque, il etait pas question de travailler 7j/7 ni de dormir a l’usine
                      un seul cdi au smic suffisait pour vivre
                      depuis certains se sont goinfres...........


                    • maxim maxim 14 octobre 2008 15:50

                      pas la même vie ni les mêmes besoins ...

                      sur le revenu ,je serais plus réservé ,pas de crédit pour la consommation ,ni de carte bleue ,ni chèquiers utilisés n’importe comment

                      il vallait mieux avoir de l’oseille ,parce que tous se payait comptant et en espèces ....


                      • foufouille foufouille 14 octobre 2008 16:43

                        le prix de l’immo a grimpe
                        les normes obligatoires aussi
                        les taxes d’habitation et foncieres aussi
                        avec 7000f en 90 tu vivais bien, maintenant c’est proche du smic
                        la bouffe etait 2x moins cher et pas avarie
                        on voit que tu es un "petit bourgeois"
                        vas y dis nous combien tu gagnes ..............


                      • maxim maxim 14 octobre 2008 17:36

                        7000 francs en 90 ? tu vivais bien ?

                        où ça ,en plein milieu de la Lozére sans doute ,mais en Ile de France ,ça faisait déjà très juste ......

                        7000 francs c’était un salaire moyen de 1980 !


                      • foufouille foufouille 14 octobre 2008 19:58

                        jamais vecu en ville longtemps
                        tu devais vivre a monaco en 90 ..............


                      • foufouille foufouille 14 octobre 2008 20:06

                        selon wiki le smic etait de 802€ en 90 soit 5200f environ pour 169h
                        7000f etait donc bien
                        tu vis sur mars ? ou ds un tes camp du dimanche ?


                      • foufouille foufouille 14 octobre 2008 21:31

                        le salaire moyen actuel est de 1500€. sauf que 10% DES GENS GAGNE plus DE 2600€
                        ton salaire moyen est donc un exemple de ploutocratie


                      • Abolab 14 octobre 2008 15:53

                        Comment expliquer la position ostentatoire pro-vaccination affichée aujourd’hui sur CareVox (Vaccination : sans hésitation) après cette enquête participative questionnant le caractère obligatoire de la vaccination réalisée par le même réseau médiatique ?


                        • foufouille foufouille 14 octobre 2008 16:45

                          sur un site pro medecin bobo c’est normal
                          sinon plus d’invitation aux "congres" des labos
                          ben oui, faut payer le golf ............

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès