Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Prévenir d’un mauvais chiffre n’est pas guérir

Prévenir d’un mauvais chiffre n’est pas guérir

Pour une fois, les chiffres du chômage tombent un peu plus tôt que prévu.

Il est vrai que quand on détient une si mauvaise nouvelle, il est plus tentant de s’en délester au plus vite que de vouloir la garder au chaud quelques jours de plus, bien inutilement...

Sans dévoiler les chiffres exacts, on sait d’ores et déjà qu’ils seront mauvais, très mauvais même.

Chargé d’annoncer la mauvaise nouvelle à la presse, Laurent Wauquiez, secrétaire d’État à l‘emploi, lâche une estimation sur RMC Info : 30.000 à 40.000 chômeurs de plus à fin août.

Les chiffres officiels tomberont dans quelques jours. En dessous de 30.000 unités, ils diront que c’est un moindre mal. Au dessus, ils évoqueront les premières retombées de la crise des sub-primes en France, la récession américaine, la crise mondiale.

Ils éviteront de soulever les sujets éminemment sensibles, comme la mauvaise santé persistante de notre appareil industriel, le déficit de compétitivité de la France à l’international et l’incapacité chronique de l’État à alléger le fardeau qui pèse sur nos TPE/ PME.

Quatre mois de hausse consécutive du chômage, cela ressemble bigrement à une inversion de tendance, d’autant qu’il y a quelques semaines encore, la Ministre Christine Lagarde se montrait résolument optimiste, annonçant une super croissance pour 2008 et même le plein emploi pour demain.

Il est vrai que, de son côté, l’APEC titrait dans sa note trimestrielle de juillet sur une situation de quasi plein emploi pour les cadres. Les experts, plus cyniques, se bornaient à une simple équation, ou plutôt une équation simpliste : moins d’actifs, moins de chômeurs.

Au fond, ce mauvais chiffre, nul ne semblait l’envisager.

Est-ce grave docteur ?

Oui, c’est grave, d’autant plus grave que la hausse spectaculaire intervient en plein cycle des premières vagues des départs en retraite des baby boomers - qui ne sont déjà plus de simples vaguelettes - un mouvement naturel suffisant jusqu’ici à ramener le curseur du chômage à un niveau politiquement correct.

Il est à craindre que le gouvernement n’ait que trop misé sur ses effets bénéfiques sans prendre la juste mesure des effets négatifs collatéraux, que 80.000 patrons de PME en âge de prendre une retraite méritée, peuvent ainsi chaque année générer, lorsque la transmission échoue, en l’absence d’un nouveau capitaine repreneur.

Christine Lagarde entend réunir dès lundi à Bercy les représentants du réseau public de l’emploi et les organismes en charge de la formation professionnelle.

Mais que peuvent-ils faire qui n’ait déjà été tenté ? En quoi pourront-ils peser demain, eux qui ne font qu’accompagner les chômeurs dans leur marche vers l’emploi.

Gageons qu’à défaut d’idées neuves, ces derniers exigeront de l’État les moyens humains qu’ils n’ont jamais cessé de revendiquer.

Certes, il est encore possible de rechercher des gains d’efficacité en fluidifiant l’accès aux offres d’emploi. De ce point de vue, il est clair que le site anpe.fr, premier site de l‘emploi en France, ne peut à lui seul répondre à cet objectif qualitatif.

Trop souvent, les demandeurs d’emploi se trouvent confrontés à des offres déjà pourvues, caduques, voire parfois même inexistantes. Aujourd’hui, les entreprises n’hésitent plus à passer par des relais spécialisés et à miser sur la création de sites web corporate.

A ce titre, le recensement des sites et banques d’emploi spécialisés et l’accès facilité aux rubriques RH des sites web des entreprises sont une piste d’amélioration.

Mais ce n’est pas suffisant.

Ainsi, plus crucial à régler est le problème de la transmission d’entreprises et notamment familiale, qui devrait être pris à bras le corps.

Si une série de lois récentes, quoique tardives, a vu le poids de la fiscalité reculer, la question de la transmission des entreprises est loin d’être réglée.

Un autre chantier est celui des associations employeuses qui actuellement vivent une grande mutation, avec le recul de l’intervention publique et la crise de la vocation associative.

Certaines d‘entre-elles, ayant déjà un pied dans le champ concurrentiel, vont devoir se transformer en Sarl. Si le statut de SCOP semble avoir les faveurs de certains futurs dirigeants associés, il conviendra d’accompagner ce mouvement plutôt que de laisser faire.

En effet, beaucoup d’associations préfèrent encore recourir au dépôt de bilan, plutôt que d’offrir à leurs salariés une autre alternative que le chômage.

C’est sur ces multiples chantiers déjà ouverts, et d’autres, que l’on attendra le gouvernement au tournant.


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 27 septembre 2008 11:42

    les asso vont faire des rsa au lieu des cav/cae
    le temps de travail sera divise par 3 et le salaire diminuer
    donc 3x plus de boulot
    et hop le chomage visible baisse magiquement


    • jobsanter 29 septembre 2008 15:52

      et tous ces gens qui survivent dans les campagnes sans espoir de retravailler... même sans la crise, c’est toujours la crise chez nous.

      J’ai conscience que nous autres dans les campagnes, nous coûtons fort cher à la société et pourtant nous sommes dans la misère matérielle et l’indigence sociale.

      Pourquoi maintenir dans ces villages (c’est mon cas) des gens qui seraient mieux en ville à partager leur compétences dans un travail utile ?

      Pourquoi maintient-on volontairement des gens enfermés dans les campagnes qui meurent à grand frais pour la société ?

      Pourquoi nos gourvernants ne voient pas ce qui va arriver dans 1 an, dans 6 mois, dans 8 jours ?

      Pourquoi n’utilisent-on pas l’intelligence qui existe en France plutôt que favoriser les forces égoïstes de l’argent et du profit personnel ?

      Job,

      enfermé à Lormes (Morvan)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès