Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Profession : Hedge Fund Manager

Profession : Hedge Fund Manager

Quel est le profil du gérant de hedge fund ? Qui pilote ces géants de l’économie financière ? Ce métier fascine, de même qu’il effraie, à l’image du lobbyiste en politique qui est toujours « border line » aux yeux de l’opinion publique lorsqu’il n’est pas diabolisé par un Olivier Besancenot ou une Arlette Laguiller.


Si les meilleurs analystes du classement Institutional Investor, avec de bonnes références, constituent la cible privilégiée des cabinets de recrutement, les hedge funds recrutent également des analystes de banques d’affaires, des anciens traders et des docteurs en économie ou en mathématiques quantitatives, qui ont une expertise précise.

Dans tous les cas, une simple formation en école de commerce, de préférence à profil international comme HEC ou l’ESSEC, n’est pas suffisante. Le bon analyste doit non seulement connaître le marché mais aussi savoir interpréter des signaux non-économiques susceptibles d’avoir un impact. Il doit donc posséder une double casquette en management financier et management de l’information, à quoi doit s’ajouter une certaine connaissance dans un secteur particulier, comme par exemple la santé ou la technologie. De fait, la « due diligence  », processus qualitatif et quantitatif d’identification, d’analyse et validation du rachat d’une cible, implique une connaissance des fondamentaux et un véritable savoir-faire en intelligence économique.

Aussi, si l’on se réfère à un article du Figaro publié le 3 mars 2005, « un bon analyste senior qui travaille pour un des meilleurs hedge funds peut se faire deux millions de dollars », explique Michael Flood. Les jeunes analystes capables de travailler dur pour financer une retraite anticipée sont les proies les plus recherchées par les hedges funds. « Mais comme pour les sportifs de haut niveau, la carrière est courte. A partir de 35 ans, ils commencent à s’épuiser... », rappelle un journaliste du Figaro dans un article publié le 14 février 2007.


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • ZEN zen 26 février 2007 12:02

    Facile d’évoquer la « diabolisation » évoquée par l’auteur, qui fait ainsi abstraction de tout recul critique. Même certains économistes capitalistes et de personnes politiques conservatrices sont en train de souligner les méfaits de cette ultrafinanciérisation de l’économie :

    http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-865670,0.html


    • ZEN zen 26 février 2007 12:07

      confirmation :

      INQUIÉTUDES SUR LE FRONT DES HEDGE FUNDS

      "Peu avant la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-7 à Londres, les 2 et 3 décembre, le Financial Stability Forum a organisé deux « groupes de travail informels » réunissant des cadres supérieurs de hedge funds et de grandes banques, ainsi que des autorités de supervision. Le premier s’est réuni le 22 novembre à Londres, l’autre le 28 à New York, sous le parrainage de la Security and Exchange Commission (SEC). Le thème central des deux réunions était la « gestion de risques » par les hedge funds et leurs partenaires, en particulier en matière de produits dérivés de crédits, un marché en expansion rapide.

      Gerald Corrigan, président du « Counterparty Risk Management Policy Group II », a repris le même thème dans une interview parue dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 2 décembre. Malgré un verbiage qui se voulait « rassurant », l’ancien directeur de la Réserve fédérale de New York a néanmoins reconnu que tout désastre au niveau des produits dérivés d’une quelconque grande banque pourrait menacer l’ensemble du système. Corrigan s’est dit préoccupé par les modèles informatiques de gestion des risques utilisés par les banques. Conçus pour répondre aux exigences des traders, il est donc « indispensable » qu’ils soient contrôlés « de l’extérieur » afin de détecter des risques potentiels.

      Interrogé sur les possibilités d’un autre « choc sur le système financier » dans son ensemble, Corrigan estime que cette probabilité a diminué ces dernières années, tout en admettant que si un choc systémique se produisait aujourd’hui, les dommages potentiels seraient beaucoup plus importants que par le passé. La plus grande menace pour le système financier serait sans doute l’activité des produits dérivés, compte tenu notamment du processus de concentration dans le secteur bancaire. « Le cœur du système financier international est actuellement composé d’un nombre relativement limité d’institutions très grandes et complexes. Ces institutions dominent plusieurs secteurs comme le marché des produits dérivés. Qu’une seule de ces institutions ait un problème qui menace son existence, et les marchés financiers seraient confrontés à un défi immense. »

      Solidarité et progrès

      (voir aussi tous les articles d’Avox sur ce sujet)


    • Forest Ent Forest Ent 26 février 2007 12:02

      « Quelles sont les études à faire pour travailler dans un hedge fund ? »

      Dommage d’effleurer ainsi un sujet pareil.

      Les hedge funds ont acheté en 2006 pour 600 milliards de $ de capital sur la planète, pas loin de la place de Paris, dont 300 aux US, avec 4 achats au dessus de 30 milliards. Une plainte antitrust est en cours. Un projet de loi a été déposé aux US pour essayer d’introduire un peu de transparence, à la manière de la Sarbanes-Oxley. Même Bébéar commence à s’inquiéter du risque systémique.

      Il y aurait tant à dire sur les hedge funds. Dommage.


      • Pierre-Antoine Pierre-Antoine Rousseau 26 février 2007 12:24

        Le sujet concerné est le profession d’analyste financier au sein d’un hedge fund. Pour des informations commplémentaires, sur les hedge funds, n’hésitez pas à visitez l’unique blog francophone et anglophone sur les hedge funds : http://www.hedgefundswatch.blogspot.com

        Sur le métier de lobbyiste : http://ie-lobbying.blogspot.com/2007/02/devenir-lobbyiste.html


        • Pierre-Antoine Pierre-Antoine Rousseau 28 février 2007 13:50

          A philippe Renève, Je fais allusion à l’analyse financier qui pilote en somme l’investissement du hedge fund.

          A Florence5, Je tiens à signaler que je ne suis qu’un étudiant en intelligence économique, absolument pas un recruteur faisant de la publicité pour son fond d’investissement. Je suis conscient de la fragilisation du système financier, en grande partie du fait des « fonds d’investissement spéculatifs à hauts risques » http://hedgefundswatch.blogspot.com/search/label/Hedge%20Funds%20regulation

          Et puis aux envolées lyriques contre les hedge funds d’une profane, je préfère l’argumentation froide et chiffrée. Si les hedge funds existent, qu’ils sont constitutifs de l’économie financière, c’est qu’il y un besoin identifié lié à un système de retraite particulier (« par capitalisation »). Pas d’effet sans cause.

          A l’Enfoiré, cet article n’a pas pour motif d’expliquer ce qu’est un hedge fund et comment il fonctionne. Wikipédia est très complet à ce sujet.


        • Florence5 (---.---.222.190) 26 février 2007 14:42

          Cet entrefilet n’est pas un article. C’est une définition de fonction (ou fiche de poste) incomplète. Vous recrutez ?

          La capacité de nuisance, le pouvoir d’influence, la rapacité des hedge funds dont même des chantres patentés du libéralisme s’inquiètent, voilà des sujets.

          Et quid de la fragilisation du système financier par la multiplication (quantitative en nombre et en volume) des produits dérivés ?

          Et l’indécence de rémunérations et de profits faramineux alors que ces entités n’accroissent en RIEN la richesse mondiale à répartir, mais a contrario enrichissent un club de happy few ?

          Ce n’est pas un articulet dans ce genre qui changera la réalité. Quant à une éventuelle tentative d’amélioration de l’image de ces gens, ce papier n’y saurait contribuer.

          D’ailleurs, les compétences individuelles de ces personnes ne sont pas en cause. Seulement (! !) la finalité de leur collaboration.

          Je ne savais pas qu’il y avait une vitrine recrutement sur AgoraVox. Cette lacune est comblée.


          • L'enfoiré L’enfoiré 26 février 2007 23:16

            Bonjour,

            Je crois qu’il aurait fallu un peu appuyer plus sur ce que constitue les Hedge Funds. Les techniques de la bourse contrairement aux idées reçues ne sont pas connues. Que faut-il pour être un « Hedge Fund representative » ? On en parlait ce matin encore à la radio. Il faut aller chercher les sociétés qui sont en perdition ou qui pourraient aller mieux. Alors, on débarque sur place et on expose sa « bonne parole ». Et on fait bouger l’action. Vers le haut, si possible. On essaye de voir par quels moyens scientifiques, sociaux, mondialistes, il serait possible de relever la barre. Frileux s’abstenir, pour les patrons en place, pour les travailleurs et pour les actionnaires. Mais, c’est parfois un bien... pour certains. Qui ne risque rien n’a rien. smiley


            • bob (---.---.20.87) 3 mars 2007 19:00

              Cet article ne fait que presenter ce qu’est un hedge fund manager. Ne tirez pas sur le messager si le message ne vous convient pas.

              Il est neanmoins vrai que beaucoups de Hedge funds utilisent le delit d’initie pour s’enrichir. La loi est supposee punir ce genre de delit mais il est plus facile de prendre en voleur de scooter qu’un delinquant en col blanc.


              • armand (---.---.139.30) 5 mars 2007 19:11

                Délits d’initiés chez les Hegde Funds ? Sans blague ! Quand on sait que plus de la moitié des sociétés US ont tripatouillé les dates des stock-options pour enrichir leurs cadres sup’ (un peu comme choisir son numéro de Loto après le tirage...) on peut s’attendre à tout. Mais ce qui frappe chez les managers de Hedge funds c’est leur comportement moutonnier : les fonds achètent en masse dans un secteur, ça fait flamber les cours, puis ils vendent tous (prise de bénef ou margin calls quand ça baisse ailleurs) et les cours s’écroulent. D’autres caractéristiques : les HF ont beau concentrer des milliards, leur effet de lévier est démultiplié par les sommes astronomiques qu’on leur prête. J’allais oublier, pour couronner le tout, leur domiciliation dans les paradis fiscaux. En somme, le problème des HF-et des fonds d’investissement en général - est leur affranchissement des règles comptables de base. On n’achète pas au prix du jour mais on spécule à l’aide d’instruments financiers d’une complexité croissante, avec de l’argent qu’on n’a pas.


                • chris 30 avril 2007 19:36

                  certains, pour se faire remarquer ou débaucher essaient de se faire un nom en participant à des concours financiers type boursematch.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès