Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Propositions pour l’emploi de Marine Le Pen : une double erreur (...)

Propositions pour l’emploi de Marine Le Pen : une double erreur d’analyse

Le sujet du chômage, de la création d’emploi, devrait être le thème essentiel de la campagne. Malheureusement, les sujets de diversion fleurissent et l'emploi est insuffisamment traité par la presse et par les médias. Que proposent les candidats et sont-ils crédibles ? Après avoir analysé les propositions pour l'emploi de Nicolas Sarkozy (un vide sidéral !), les propositions de François Hollande (un chèque en bois !), les propositions de François Bayrou, les propositions de Jean-Luc Mélenchon, terminons notre série avec Marine Le Pen.

Marine Le Pen estime que la France n’est pas condamnée à la fatalité du chômage de masse et de la précarité de l’emploi. Les causes de la montée du chômage et d’un tassement des salaires seraient selon elle l’immigration massive et notre soumission à une Europe ultra-libérale qui a ouvert les frontières à tout va, qui accepte le dumping social, fiscal, environnemental et qui nous soumet aux marchés financiers.

Des propositions concernant l'emploi s’articulent principalement autour de :

  • Une politique protectionniste (rétablissement des frontières nationales, taxes des importations aux frontières, forte limitation de l’immigration) et une sortie de l’euro et même de l’Union européenne. La sortie de l’euro, se traduisant par une dévaluation, rendrait nos exportations plus attractives, ce qui aurait un effet de relance sur l’économie, donc la création de nouveaux emplois.
     
  • La fin des politiques « d’accompagnement social » du marché de l’emploi (contrats aidés ou autres emplois jeunes) qu’elle juge inefficaces.
     
  • La réindustrialisation de la France ; le soutien aux PME, artisans et commerçants ;
     
  • L’emploi des jeunes et des seniors, favorisé dans le cadre de la stratégie de réindustrialisation dela France. Incitation des entreprises qui participent à la reconstruction des filières industrielles à utiliser les compétences des jeunes issus des filières professionnelles et des seniors exclus prématurément du marché du travail.
     
  • L’obligation donnée à l’Etat et aux collectivités locales de réserver une embauche sur trois dans la fonction publique aux personnes de plus de 45 ans issues du secteur privé.
     
  • La valorisation de l’apprentissage pour favoriser l’insertion des jeunes dans l’artisanat. L’objectif sera de passer à la fin du quinquennat à environ 700.000 apprentis contre 500.000 aujourd’hui. Elle propose d’abaisser à 14 ans l’âge légal pour pouvoir bénéficier d’un contrat d’apprentissage, de développer l’orientation vers les filières professionnelles et d’augmenter les financements des régions.
     
  • Une sanction très sévère de l’emploi de travailleurs clandestins : il constitue, selon elle, une concurrence déloyale au marché légal du travail. L’employeur sera passible de sanctions pénales et de la fermeture administrative de son établissement.
     
  • La priorité à l’emploi des personnes avec la nationalité française. Une loi contraindra Pôle Emploi à proposer, toujours à compétences égales, les emplois disponibles aux demandeurs d’emploi français. Les administrations respecteront ce principe.
     
  • L’élargissement de la liste des emplois dits « de souveraineté » : dans les secteurs régaliens, les professions seront réservées aux personnes qui possèdent la nationalité française.
     
  • Pas de remise en cause de la loi sur les 35 heures afin de ne pas « perturber » le fonctionnement du marché du travail. En revanche renégociation de la durée hebdomadaire du temps de travail à la condition qu’elle s’accompagne d’une augmentation proportionnelle du salaire.
     
  • La hausse de 200 euros net « sur tous les salaires » allant jusqu’à 1,4 fois le Smic, grâce à la prise en charge par l’État du même montant de cotisations salariales.
     
  • Dans le secteur privé, indexation des salaires sur l’inflation. L’impôt sur les sociétés sera modulé pour inciter les entreprises à adopter une politique salariale plus généreuse et distribuer davantage de leurs profits à leurs salariés. Une réserve légale de titres sera instaurée : l’objectif est de reconnaître au personnel une part de propriété dans l’entreprise, sans droit de vote, mais permettant le versement de dividendes.
     
  • Dans la fonction publique, évolution du point d’indice sur lequel est basé le calcul des salaires : le point d’indice augmentera plus sensiblement pour les petits salaires et dans une moindre mesure pour les plus hauts salaires. Les hauts fonctionnaires, qui bénéficient de primes, pourront même voir leur traitement gelé pendant les premières années du quinquennat.
     
  • La revue du fonctionnement de Pôle Emploi : il fera l’objet d’un audit en collaboration avec les représentants des demandeurs d’emploi. Vérifier « plus sérieusement » que les demandeurs d’emploi se conforment aux obligations imposées par Pôle Emploi : obligation de recherche, d’acceptation d’un emploi dans les conditions qui seront définies.
     
  • La reprise en main par l’Etat de la politique de formation professionnelle. Instauration d’un service public de la formation tout au long de la vie avec la mise en place d’un « chèque formation ».
     
  • Une grande réforme des syndicats avec comme objectif principal d’assurer une meilleure représentation des salariés. Suppression du monopole de négociation accordés aux syndicats les plus représentatifs et revoir les modalités d’élections des représentants des salariés.

 

Certaines de ces propositions concernent une préservation du niveau des salaires. Mais celles visant à sauvegarder l'emploi et lutter contre le chômage reposent une analyse doublement contestable : 

d’une part la désignation de l’immigration comme une cause majeure du chômage (et de nos déficits sociaux), alors qu’il n’en est rien. Voir cet article récent « Emploi : réduire l'immigration, fausse piste pour les experts » ou encore cet article. Ce n’est pas l’enjeu de l’emploi aujourd’hui. Patrick Simon, démographe à l'Ined, explique que « Sur le papier, il peut être séduisant de mettre face à face chômeurs et immigrés ». Mais autochtones et immigrés n'occupent pas les mêmes types d'emplois, et se font peu concurrence. « Ils seraient plutôt complémentaires. La plupart des études réalisées constatent d'ailleurs un très faible impact de l'immigration sur le taux de chômage ». En France et en Europe, le marché du travail est très segmenté. Les immigrés y occupent souvent des emplois peu qualifiés, peu rémunérés, aux conditions de travail difficiles. Les secteurs de la restauration, du bâtiment et des services à la personne par exemple, peinent malgré tout à pourvoir des offres d'emploi que les autochtones jugent insuffisamment attractives. D'après la dernière enquête sur les besoins de main d'œuvre réalisée par Pôle emploi, 61% des offres d'aides à domicile posent ainsi des difficultés de recrutement.

D’autre part l’idée faussée que l’euro (trop fort) et l’Europe (trop libérale) sont responsables de la montée du chômage, n’ont pas protégé nos emplois, ayant favorisé les délocalisations. On peut certes reprocher à la politique européenne n’avoir été trop naïve à l’égard de certains pays comme la Chine, en n’exigeant pas la réciprocité sur l’ouverture des marchés publics, trop laxiste sur les normes sanitaires et environnementales qui devraient être les mêmes à l’entrée des produits que celles imposées en Union européenne, en n’agissant pas plus fermement sur la surévaluation de sa monnaie. Il est possible d’œuvrer pour des échanges réciproques et plus loyaux et corriger ses facteurs nuisant à nos emplois, sans pour autant sortir de l’Union et fermer les frontières. De plus, une sortie de l’euro, se traduisant par une dévaluation relative de la nouvelle monnaie d’environ 20 ou 30%, aurait un impact extrêmement négatif sur le renchérissement de nos importations, du pétrole notamment, grevant le pouvoir d’achat, ainsi qu’un renchérissement de la dette libellée en euro, déjà abyssale (1700 milliards), d’environ 400 milliards, de même pour les intérêts annuels de la dette qui augmenteraient de plus de 10 milliards, à moins de déclarer l’Etat en faillite, de refuser de rembourser nos dettes, mais avec la cessation de paiement de l’Etat, l’impossibilité de payer les fonctionnaires et leurs retraites, un scénario à la Grecque.

Curieusement, la sortie de l’euro n’apparaît plus dans la profession de foi de Marine Le Pen, ni dans son clip officiel de campagne … Se serait-elle rendu compte d’une bévue ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 13 avril 2012 10:03
    Le fond de commerce du fn a toujours été l’anti étranger.
    Le thème reste porteur mais l’étranger pour le fn est une personne de couleur et maintenant il devient plus difficile de distinguer les étrangers sur ce simple critère car de nombreux français de couleur sont né en France donc Français.
    Le thème se reporte sur l’islam , le voile etc ..

    Le fn n’a jamais été bon au niveau économique.
    Toujours des programmes génériques sans analyse économique 

    C’est du racolage éléctoral 

    Philippe

    • mbdx33 mbdx33 13 avril 2012 11:25

      @l’auteur
       vous écrivez :

      « ...Curieusement, la sortie de l’euro n’apparaît plus dans la profession de foi de Marine Le Pen, ni dans son clip officiel de campagne … Se serait-elle rendu compte d’une bévue ? »

      Sur son programme il est dit ceci :

      "...POSITIONS

      Dans le cadre de l’article 50 du Traité de l’Union Européenne, il convient d’initier une renégociation des traités afin de rompre avec la construction européenne dogmatique en total échec. ...« 

      Rappel : article 50 du TUE :

       »...1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

      ...« 

      ET AUSSI ET SURTOUT CECI :

      sur http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/redressement-economique-et-social/euro/

       »...POSITIONS

      ...2. La France doit préparer, avec ses partenaires européens, l’arrêt de l’expérience malheureuse de l’euro,...
      Le couple franco-allemand doit jouer ce rôle moteur dans cette concertation et cet arrêt programmé de l’expérience de l’euro...
      Sortir de l’euro constitue un défi technique, mais ne provoquera aucunement le cataclysme décrit par les idéologues et autres fanatiques de la monnaie unique. Bien préparée, concertée avec les autres nations européennes, la fin ordonnée de l’euro est la condition de la renaissance économique de la France....
      3. Afin d’accompagner la sortie de l’euro,...
      5. La coopération européenne permettra d’examiner, pendant toute la durée de la négociation, l’ensemble des options envisageables pour rétablir la souveraineté monétaire des Etats membres....
      6. La réintroduction du franc ...

      On retrouve ses positions résumées aussi ici et ici et dans le chiffrage du programme

      C’est pourtant clair non ? Sortie de L’Euro et de L’Europe et retour à la souveraineté nationale avec des accords de coopération entre états signés au cas par cas.


      • Beaurepaire Beaurepaire 13 avril 2012 11:42

        La France est dans une situation économique catastrophique. On nous parle de crises depuis 35 ans. Il faudrait donc mieux parler de déclin et de mauvaise gestion car cela n’est en rien passager. Depuis 2007 on doit désormais, compte-tenu des chiffres, parler de l’effondrement de notre économie et il faut sérieusement envisager une banqueroute comme en 1789 ou en 2000 en Argentine. 


        Nous avons connu depuis 2007 une série de régressions sociales, d’autres sont à venir. Sarkozy parlait de réformes. Il parlait aussi de taxes pour désigner des impôts nouveaux.

        L’économie mondiale est en pleine expansion. L’inquiétude vient de l’excès de liquidité dans l’économie mondiale. Nous appartenons à la zone euro, est-ce bien pour l’emploi et les salaires ?



        • Les chiffres de l’immigration dans la zone euro on ne les a pas. Pas d’article, non plus... Censure... sujet tabou ! Et surtout pas de frontières efficaces... Klarsfeld promet de faire construire un mur face à la Turquie, mais il oublie les centaines d’îles grecs de la Mer Egée. Et puis à quoi bon même mettre des barbelés partout . L’Espagne l’été dernier a enfin expulsé des centaines de milliers de chômeurs immigrés qui sont venus en France toucher des aides ou dans certains cas prendre le travail des Français. Sans aides on ferait des milliards d’économies et ils ne viendraient. Les jeunes Espagnols eux veulent travailler en Espagne, car ils cherchent du travail pas des aides. Nos banlieues, les DOM/TOM et nos campagnes sont pleines de jeunes non formés qui attendent un travail. Mais les patrons emploient des immigrés clandestins qu’ils exploitent un max.

        • L’Allemagne qui pour les économistes du système montre que la zone € ça peut marcher. Sauf que l’Allemagne a racheté toutes les industries à la chute du bloc soviétique et pousser les pays du sud de l’Europe a s’endetter pour acheter des productions allemandes. La France de Sarkozy dans le même temps de grande puissance est devenu un pays de la zone méditerranéenne. 



        Les ultra-libéraux ont comme modèle la Chine où l’esclavage a trouvé sa version actualisée. Le « Smic » local va passer à 1.500 yuans, soit 185 euros. Pour rappel en France, il s’établit en Franc à 1.398,37 euros brut depuis le 1er janvier 2012. 


        Il nous reste encore du chemin à parcourir, mais avec quelques millions d’immigrés et une gestion à la Sarko ou à la Hollande en Corrèze, impossible n’est pas français lol Un peu de patience Madame Parizot, vos marionnettes agissent lol


        Et puis en France, « notre peuple d’origines maghrébines », a Mélenchon. 

        En Chine c’est surtout le massacre des moines tibétains qu’il essaie de justifier 

        Mais, en matière de salaires, c’est Cuba son modèle, dont le PIB par habitant se place 95e : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_Cuba


        Marine Le Pen propose une alternative au système ultra-libéral et UMPS-MEDEF, proche des recettes du couple Kirchner en Argentine après la banqueroute en 2000 :



        • Al West 13 avril 2012 12:15

          D’un point de vue strictement économique (et pas humain) elle a raison sur quasiment tout.
          Concernant les travailleurs sans-papiers, personne ne connaît les véritables chiffres.
          J’ai en revanche été assez amusé du récent aveu (?) de Bruce Toussaint (voir ici à 8:20) selon lequel il y aurait « des millions » de sans-papiers (il précisera ensuite de 1 à 2 millions) en France alors que les chiffres officiels sont toujours de moins de 500 000.


          • foufouille foufouille 13 avril 2012 13:44

            le patron qui embauche un clandestin, n’embaucheras pas plus des francais
            comme le sous traitant, il veut plein de fric
             


          • mbdx33 mbdx33 13 avril 2012 17:48

            @ALWEST
            D’un point de vue strictement économique (et pas humain) elle a raison sur RIEN.

            Dire que les immigrés sont responsables du chômage, c’est de la foutaise. Toutes les études démontrent le contraire environ 48Md€ de dépenses pour 60 encaissés grace à la MO immigrée.
            En plus les immigrés occupent des emplois que bon nombre de français ne voudraient pas.

            L’abrogation de la loi de 1973 faisait déjà parti du programme éco du FN dans les années 80 et nous n’avions pas l’euro.

            L’avortement idem

            La laïcité, elle a beau jeu de reprendre la laïcité alors que son père s’est évertué à la combattre pour imposer les écoles cathos.

            Economiquement, Marine le Pen, c’est un répondeur téléphonique, elle récite son message sans savoir de quoi elle parle. A chaque fois qu’elle est confronté à un sujet sa réponse est toujours la même : je récite ma fiche qui s’approche le plus du problème et je conclus par un « Croyez moi »
            La preuve par l’image dans parole de candidat sur TF1
            http://videos.tf1.fr/parole-de-candidat/parole-de-candidat-avec-marine-le-pen-7039540.html

            Elle n’a rien pipé aux questions du panel de français présents sur le plateau, elle était hors sujet à chaque fois.

            Ou alors comme avant hier par un coup d’éclat avec son « hors du cadre » sur France 2, c’était d’un ridicule...
            Vous imaginez que cette femme pour faire comprendre une idée aux français, elle nous sort son petit coup du casse tête chinois, on se croirait au primaire ou au centre aéré. Et elle ambitionne de diriger un pays ? comment va t’elle faire quand elle devra négocier et se faire comprendre auprès du président chinois ou turc, ... Elle fera des dessins aussi ou des gestes ? Bref c’est une guignolette !!!


          • Al West 13 avril 2012 19:14

            mbdx33,

            La question de la « rentabilité » de l’immigration est complètement différente, ça n’a rien à voir avec l’emploi. Le fait est que les immigrés occupent des emplois, point barre. Si on libère ses postes, ça donnera du travail à d’autres personnes et vous ne devez pas être bien en phase avec la situation économique et sociale actuelle du pays si vous prétendez que les Français ne veulent pas des postes qu’occupent les immigrés. Les gens sont prêts à faire beaucoup de sacrifices maintenant pour avoir du travail.

            Sinon je vous rejoins sur le coup des neuf points à relier, c’était d’un ridicule sans nom, ça m’a même fait rire tellement c’était bidon.


          • foufouille foufouille 13 avril 2012 19:47

            @ al
            tu es ok pour 60h/sem paye 600€ ?


          • Al West 13 avril 2012 20:35

            foufouille,

            Pour manger oui je le ferais, mais de toute façon la question ne se pose pas puisque c’est illégal smiley
            Un travailleur avec papiers ne pourrait pas être embauché dans ces conditions.


          • foufouille foufouille 13 avril 2012 23:09

            @ al
            mais un clandestin le peut
            je preferais encore buter le patron


          • Al West 13 avril 2012 23:38

            foufouille :

            Là on tourne en rond, le principe c’est que justement il n’y ait plus de clandestins (ou alors beaucoup moins).
            Sans clandestins, les patrons sont obligés d’embaucher des salariés français et ce avec des salaires décents (enfin au moins le SMIC quoi, comme la loi l’impose).
            Après la question c’est : est-ce que les patrons des grands groupes joueraient le jeu et emploieraient des Français où décideraient de délocaliser. Là il faudrait encore faire attention et faire en sorte que les grands groupes arrêtent de se gaver, que ce soit au niveau du taux d’imposition (CAC40 vs PME...) ou délocalisations (créent de l’emploi mais pas en France).
            Donc je répète que d’un point de vue strictement économique (et pas humain, je l’accorde) c’est tout à fait sensé.


          • foufouille foufouille 14 avril 2012 11:40

            @ al
            ces gens la ne fonctionnent pas comme ca
            c’est comme le bailleur qui ne peut plus louer son gros taudis
            le prive vend
            le public effondre le HLM

            le bon patron a deja ses employes
            la solution serait que l’etat les nationalise ou prete de l’argent a leur remplancant


          • Soi Même 13 avril 2012 18:26

            A ton déjà vue en France, un chef de l’État répondre réellement au problème de l’emploi ?

            Et bien non, aucuns et pour causse, celui qui détiens les finances détiens le pouvoir.

            Donc tous ces discourt ne peuvent êtres que des démarches démagogiques, et de l’autre caresser dans le sens du poil la haute Finance.

            Car la haute Finance aime bien en réalité les discourt qui expriment entre les lignes la vassalité de celui qui le prononce. Car en réalité les sujets qui fachent ne sont jamais abordés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès