Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Protectionnisme (subst., masc.)

Protectionnisme (subst., masc.)

 
 « Doctrine préconisant, ou système mettant en pratique un ensemble de mesures restrictives ou prohibitives pénalisant l'introduction dans un pays de produits étrangers, afin de favoriser les activités nationales et de les préserver de la concurrence étrangère » : c’est le définition du protectionnisme donnée par un dictionnaire (le Vocabulaire économique et financier de Bernard et Colli). Est-ce le seul sens auquel est employé ce mot ? Qu’entend la théorie la plus classique par ce mot ? Et que veut-il dire pour ses opposants ou partisans actuels, ou pour les divers observateurs du monde réel d’aujourd’hui ? Quelles sont les formes possibles de protectionnisme ? Quelles relations a le protectionnisme avec le libre-échange, l’autarcie, le mercantilisme, les droits de douane ou subventions aux exportations, la dévaluation, la TVA sociale ? Quels pays sont protectionnistes aujourd’hui ? Et le protectionnisme est-il toujours bon ou toujours mauvais ?
 
 Le « protectionnisme » dont parle la théorie la plus classique.
 
 Dans les exposés les plus simples de la théorie classique du commerce international, on commence par exposer la théorie « néoclassique » des « avantages comparatifs », qui fait l’hypothèse que les taux de change, valeurs des monnaies les unes par rapport aux autres, ne sont influencés que par les échanges commerciaux. Les taux de change se maintiennent alors automatiquement dans un état dit de « parité de pouvoirs d'achat », tel que le niveau des prix soit le même d’un pays à l’autre. Cela permet alors que les balances commerciales des pays se maintiennent toutes en équilibre, quelles que soient les différences de coût du travail, ou de niveau d‘équipement, d’organisation et de qualification des travailleurs d’un pays à un autre.
 
 On définit ensuite l’autarcie comme le fait pour un pays de ne faire aucun échange avec le reste du monde. Puis on définit le protectionnisme comme la politique commerciale d’un pays qui ne s’interdit pas l’usage d’instruments, qui ont pour effet de freiner ses échanges avec le reste du monde, sans forcément les bloquer totalement. L’usage de divers instruments peut avoir un tel effet, par exemple des « droits de douane », taxes sur les biens importés, ou des quotas de biens importés, ou des normes sur les biens vendus sur son sol que les pays étrangers ont du mal à satisfaire, ou encore une préférence de son État pour les entreprises locales quand il achète des biens ou donne des places sur des marchés. A grand renfort de courbes mathématiques, la théorie classique montre alors comment l’autarcie, ainsi que l’usage par un pays d’instruments qui freinent ses échanges avec le reste du monde, nuisent au pays et à ses partenaires, en ce sens que chacun consommera globalement moins de biens. Le commerce international permet en effet une spécialisation des pays, chacun dans les activités où il a un « avantage comparatif », qui permet que les pays produisent ensemble plus de biens, et que chacun profite d’une part de ce surplus de production. Une politique commerciale libre-échangiste, par laquelle le pays ne met aucun frein à ses échanges, est donc dans le cadre des hypothèses de la théorie des avantages comparatifs, celle qui sera la plus bénéfique au pays et aux autres.
 
Le « protectionnisme » dont on parle assez souvent aujourd’hui.
 
 Mais dans le monde réel, les hypothèses de la théorie des avantages comparatifs ne sont pas vérifiées. De multiples forces, autres que les échanges commerciaux, peuvent s’exercer sur les taux de change. Par exemple l’intervention d’une banque centrale comme celle de la Chine visant à déprécier sa monnaie par rapport aux autres, ou le rôle de monnaie d’échange internationale joué par la monnaie d’un pays particulier comme les USA, l‘autorisant à être durablement en déficit commercial, ou un rôle de monnaie de réserve, sous la forme de laquelle les capitaux se thésaurisent, comme l’euro, la livre, le yen ou le dollar, attirant les capitaux vers le pays où cette monnaie a cours, ou encore la décision par des pays de fusionner leurs monnaies dans une monnaie unique comme l‘euro, empêchant à ces pays de dévaluer les uns par rapport aux autres, et les forçant à avoir un même taux de change par rapport au reste du monde, ou encore la décision par un pays de maintenir fixe le taux de change de sa monnaie par rapport à une monnaie importante comme le dollar, comme le fit l‘Argentine par le « currency board » jusqu’à ce que cela la conduise à une grave crise
 
Les monnaies des pays peuvent alors être surévaluées ou sous-évaluées par rapport à un état de parité des pouvoirs d’achat. Des déséquilibres des balances commerciales peuvent alors être maintenus par ces déséquilibres monétaires. Les appareils productifs des pays en déficit peuvent alors s’éroder, et leur croissance être affaiblie. Et le commerce que ces pays font avec l’étranger peut alors être pour certains de leurs travailleurs, une source de concurrence sur le coût du travail avec des travailleurs étrangers moins coûteux, qui peut elle-même être une cause de chômage ou exercer une pression à la baisse sur leurs revenus. 
 
Certaines de ces forces autres que les échanges commerciaux, qui agissent sur les taux de change et déséquilibrent les échanges commerciaux, peuvent être exercées par un pays, par exemple la dépréciation de sa monnaie par la Chine, visant à favoriser sa production. De plus, les pays peuvent aussi favoriser leurs productions sur les marchés étrangers, en subventionnant les biens qu’ils exportent. Si un pays couple des droits de douane de D% du prix des biens importés, avec des subventions aux exportations de D% du prix des biens exportés, alors cela a le même effet sur les prix des biens qu’il produit ou non, qu’une dévaluation de D% de sa monnaie par rapport aux autres, non seulement sur son propre marché mais aussi sur les marchés étrangers. Cela a donc le même effet sur ses échanges commerciaux qu’une dévaluation. Un pays peut aussi utiliser un instrument qui s’appelle la « TVA sociale », consistant en une augmentation de la taxation des biens consommés sur son territoire, couplée à une baisse de la taxation de la production de biens sur son territoire. Une TVA sociale augmentant de D% la taxation de la consommation, et baissant de D% la taxation de la production, a à nouveau le même effet qu’une dévaluation de D%, sur les prix des biens qu’il produit ou non, sur son territoire et à l’étranger. Par exemple l’Allemagne a récemment utilisé cet instrument qu’est la TVA sociale, dans le but de favoriser sa production.
 
On voit donc, premièrement, qu’un pays peut par certaines actions, non seulement réduire le volume de biens qu’il échange, mais aussi modifier la part de biens qu’il importe par rapport à la part de biens qu’il exporte, sans forcément modifier le volume total de biens qu‘il échange. Il peut donc non seulement freiner les échanges, mais aussi les déséquilibrer, sans forcément alors les freiner. Par exemple il peut agir pour maintenir un excédent de sa balance commerciale, comme la Chine ou l’Allemagne, ou pour maintenir un déficit de sa balance commerciale, comme les USA, en supposant qu’ils aient aussi imposé que leur monnaie soit la monnaie d’échange internationale, dans le but de se permettre des déficits commerciaux. Pour tenir compte de cela, on peut décider d’étendre la définition du protectionnisme, en ne le voyant plus seulement comme l’usage par un pays d’instruments qui freinent ses échanges, ou qui favorisent ses productions uniquement sur son propre territoire. On peut décider de définir plus généralement le protectionnisme comme l’usage par un pays d’instruments, ayant pour effet de favoriser sa production par rapport aux productions étrangères, sur son marché ou sur les marchés étrangers, sans que cela soit du à une de baisse sur son territoire du coût du travail, ou à une amélioration du niveau d’équipement, d’organisation ou de qualification des travailleurs. 
 
On peut alors parler de protectionnisme douanier quand les instruments utilisés sont des droits de douane, des quotas, des normes excluantes. On peut parler de protectionnisme monétaire quand l’instrument utilisé est une dépréciation de la monnaie provoquée unilatéralement par le pays. Et on peut enfin parler de protectionnisme fiscal quand l’instrument utilisé est la TVA sociale, du favoritisme de l’État pour les entreprises locales, des subventions aux exportations, ou des taxes ou subventions appliquées à des biens satisfaisant ou non des normes, comme par exemple une « taxe carbone »
 
On pourrait aussi parler de protectionnisme offensif quand il favorise la production locale sur le territoire du pays mais aussi sur les territoires étrangers, quand donc il peut déséquilibrer les échanges en plus, ou au lieu de les freiner. Et on pourrait parler de protectionnisme défensif quand il ne favorise la production locale que sur le territoire du pays, et a plutôt pour effet de freiner les échanges. 
 
Les divers contextes possibles du protectionnisme.
 
Deuxièmement, on voit que les contextes dans lesquels peuvent être utilisés les instruments protectionnistes sont divers. On peut imaginer qu’un pays se trouve dans un contexte où les hypothèses de la théorie des avantages comparatifs sont vérifiées. Les principaux pays du monde se seraient mis d’accord sur un système monétaire international, comprenant notamment des règles concernant leurs politiques de change, et sur des règles concernant leurs politiques commerciales, garantissant que les équilibres commerciaux se maintiennent, quelles que soient les différences de coût du travail, de niveau d’équipement, d’organisation et de qualification des travailleurs de chaque pays. C’étaient peut-être les objectifs du système monétaire international du Bancor proposé sans succès par Keynes à la conférence de Bretton Woods en 44, et de la charte de la Havanne qui fit l’objet d’un premier accord en 48 mais ne fut jamais appliquée. Dans un tel contexte, l’usage d’instruments protectionnistes, sans que d'autres pays en usent, ne pourrait qu’introduire des déséquilibres commerciaux, ou freiner les échanges bénéfiques à tous. 
 
Par contre, dans un contexte comme celui d’aujourd’hui, où des déséquilibres monétaires et commerciaux sont maintenus par de nombreuses forces, l’usage d’instruments protectionnistes peut servir à un pays pour revenir à un certain équilibre de sa balance commerciale, quitte éventuellement à freiner ses échanges, mais au moins sans être forcé de modifier sur son territoire le coût du travail, le niveau d’équipement, d’organisation ou de qualification des travailleurs. Le protectionnisme peut donc aussi être un instrument grâce auquel un pays peut conserver une certaine autonomie de décision concernant la vie économique sur son territoire, sans pour autant peut-être, se mettre en autarcie ni en guerre.
 
Les diverses intentions possibles du protectionnisme.
 
Troisièmement, on voit que les intentions des pays qui utilisent des instruments protectionnistes peuvent être diverses. On peut donner le nom de mercantilisme, à une politique commerciale protectionniste qui a la particularité d’être animée d’intentions hostiles, excessivement méfiantes ou agressives. Depuis au moins le XVIème siècle en Europe, on voit régulièrement des États avoir une politique commerciale mercantiliste. Quand il est agressif, le mercantilisme est une attitude de refus d'une réciprocité de l'échange commercial avec le reste du monde, en cherchant à lui vendre plus de bien qu’on ne lui en achète. Et c’est un refus de s'engager avec des armes égales dans la concurrence avec le reste du monde, en cherchant à se favoriser de manière abusive. Quand il est une sorte de repli excessif, le mercantilisme est celui d'un État qui ne veut pas trop d'échange commercial quel qu'il soit, ou pas trop de concurrence avec le reste du monde quelle qu'elle soit. Les États qui adoptent une attitude mercantiliste, font cela pour préserver ou accumuler des réserves de change (« la richesse du Prince »), ou pour préserver ou agrandir leur appareil productif (« la puissance économique du Royaume »). 
 
Au moins en partie grâce à leurs attitudes protectionnistes, la Chine et l'Allemagne font de très importants excédents commerciaux. On peut donc dire que la Chine et l'Allemagne sont deux grands États mercantilistes d'aujourd'hui, assurément pour ce qui concerne la Chine, et avec plus de doutes pour ce qui concerne l'Allemagne. Il est vrai en effet que l'Allemagne fait plus de la moitié de son excédent avec les autres pays de la zone euro, et peut-être que c'est plus grâce à l'euro, que grâce à la TVA sociale, qu'elle fait cet excédent. Mais il est vrai aussi que l'Allemagne, en exerçant une pression à la baisse sur le coût du travail sur son territoire, par la TVA sociale et par d'autres moyens, a nui à la compétitivité des autres pays de la zone euro par rapport à elle, sans que ces autres pays puissent voir le marché ajuster les valeurs de leurs monnaies respectives par rapport au mark. Privés d'une monnaie dont la valeur peut s'ajuster par rapport à la monnaie allemande, les autres pays de la zone euro ne peuvent qu'agir sur le coût local du travail, s'ils veulent retrouver de la compétitivité par rapport à l'Allemagne. De plus, la pression à la baisse sur les salaires allemands a réduit la demande des consommateurs allemands, qui aurait pu être une source de croissance pour les autres pays de la zone euro.
 
Contrairement au mercantilisme, le protectionnisme qu'appellent de leurs vœux de nombreux économistes et dirigeants politiques français d'aujourd'hui, n'est pas animé d'agressivité ou de méfiance excessive vis à vis du reste du monde. Il n'est pas motivé par un refus de l'échange commercial réciproque, ou par une hostilité à trop d'échange commercial quel qu'il soit, mais par un refus de l'échange commercial non réciproque. Il n'est pas motivé par un refus de la concurrence à armes égales, ou par une hostilité à trop de concurrence quelle qu'elle soit, mais par un refus de la concurrence sur le cout du travail, qu'on peut considérer comme une concurrence à armes inégales. 
 
Non seulement la non-réciprocité de l'échange commercial dégrade l'appareil productif de la France, qui est pourtant à long terme le seul fondement de sa prospérité et de sa puissance. Non seulement encore, cette concurrence sur le coût du travail est une source importante de chômage, et exerce une pression à la baisse sur les salaires et les dépenses de l'Etat. Mais en plus, le fait que des entreprises localisées dans les pays émergents, puissent concurrencer les entreprises de France en utilisant l'arme d'un plus bas coût du travail dans ces pays, les dispense d'être concurrentielles par leurs innovations, par la qualité des biens qu'elles produisent, ou par l'efficacité de leurs processus de production (et ce suffisamment pour compenser le handicap qui leur vient du coût, quand même assez faible aujourd'hui, du transport des biens qu'elles produisent vers la France). Quant aux entreprises de France, elles savent que même en déployant toute la créativité, tout le soin, toute la rationalité du monde, leur effort pour lutter contre des entreprises pouvant payer le travail beaucoup moins cher qu'en France, est très probablement voué à l'échec. Ainsi la concurrence sur le coût du travail, loin de stimuler l’activité en France, la tue, et loin de stimuler l’activité dans les pays émergents, l’encourage à la médiocrité. Destruction de l’activité, illustrée par les friches industrielles françaises, encouragement à la médiocrité, et vulnérabilisation des travailleurs les moins qualifiés : cela fait beaucoup de choses par lesquelles la concurrence sur le coût du travail, loin de nous apparaître comme une source de progrès, devrait nous apparaître plutôt comme une source de régression vers le Moyen-Age.

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Piotrek Piotrek 3 août 2011 16:01

    Quoi, la France est le 5ème exportateur mondial, dans les 15 premiers pour le PIB par habitant et le salaire moyen dans le monde (qui compte tout de même 200 pays) et on lui fait des misères ?

    Quoi, la France est le 5ème exportateur mondial, dans les 15 premiers pour le PIB par habitant et le salaire moyen dans le monde (qui compte tout de même 200 pays) et on lui fait des misères ?

    Pour la Chine et l’Allemagne, c’est pas du protectionnisme, mais de l’abus de position dominante, car ces pays disposent de privilèges que d’autres pays n’ont pas. Et ne pensez pas qu’en Europe, la France (ou plutôt les entreprises françaises) n’en profite pas.

    Si l’on parle des gains hypothétiques du protectionnisme, il faut au minimum traiter des inconvénients hypothétiques. J’ai beau essayer de tordre les idées dans tous les sens mais je n’arrive pas à voir comment créer une bulle de bonheur financier dans un monde compétitif sans contrepartie significative.

    Enfin, si cela est mis en place, les puissants voyant que d’autres pourraient suivent le pas, n’hésiteraient pas à déclencher une tempête de calomnies, traitant la France de repaire de tricheurs ce qui entrainerait des sanctions immédiates quant aux produits français


    • rastapopulo rastapopulo 3 août 2011 16:16

      Si il faut se baser sur le 30 piteuses à crédit pour raisonner, des pans entier de l’histoire, dont les 30 glorieuses, sont occulté. 


    • samuel_ 3 août 2011 19:29

       « Faire des miseres » à la France ce n’est pas decrire ses maux pour revendiquer un remede.
       C’est dire que tout va bien pour la France alors qu’elle va mal et la laisser aller mal.

       De meme, ce n’est pas de la « negative attitude » de vouloir que certaines choses choses changent en se fondant sur des maux qu’on voit.
       Et votre « positive attitude » consiste a vouloir croire que tout va bien en France pour que rien ne change.

       Mais personne n’est dupe : le conservatisme n’est pas l’attitude la plus constructive et positive qui soit.

       Sur les chiffres, je ne suis pas vraiment d’humeur a vous sortir les chiffres qui indiquent que ca va mal c’est une longue histoire mais allez je vais faire un petit effort.

       D’abord ce serait sympa de comparer les exportations aux importations : il y a plus d’importations que d’exportations, on est en deficit commercial. De plus le deficit est plus grand encore si on efface l’effet de la surevaluation de l’euro qui surevalue nos exportations et sous evalue nos importations

       D’autres chiffres qui montrent que ca va mal : la croissance minable, le chomage de masse, l’investissement minable, la modification en defaveur des salaries de la repartition de la richesse produite en france, les revenus excessivement eleves de la rente et du surprofit, il y a aussi les chiffres de la desindustrialisation de la france avec 2 millions d’emplois perdus en 30 ans avec au sommet des medias des gens qui disent que tout va bien pour que rien ne change.

       Et ce que disent des temoignages plutot que des chiffres, c’est que les salaries peu qualifies qui ont encore un emploi n’osent plus revendiquer de peur d’etre trop couteux, ce qui reflete la modification du rapport de force entre salaries et patrons dans les grandes entreprises.

       Enfin, vous essayez finalement de nous dissuader de sortir des maux ou on est par des menaces de grands mechants loups qui nous puniraient. Si nous sommes dependants de gens qui veulent nous faire du mal alors attendre de peur qu’ils nous punissent ne pourra qu’empirer le mal en nous rendant plus dependants encore. Il n’y a pas d’agressivite dans les mesures pour sortir des problemes et les autres etats du monde le comprendront bien de toute facon.

    • Piotrek Piotrek 3 août 2011 23:12

      D’abord ce serait sympa de comparer les exportations aux importations : il y a plus d’importations que d’exportations, on est en deficit commercial. De plus le deficit est plus grand encore si on efface l’effet de la surevaluation de l’euro qui surevalue nos exportations et sous evalue nos importations

      Justement ! Tout le monde ne parle que de cette balance commerciale déficitaire sans vraiement voir que l’écart n’est pas si énorme entre les sommes mises en jeu

      Il faut justement aller voir les chiffres, avant et après Euro, et bien les voila

      Le document le plus révélateur est à mon avis la Balance commerciale par groupe de biens
      Téléchargez l’excel correspondant et voyez ce qui a changé depuis l’age d’or dans la structure des impotations et des exportations francaises :
      Les gros déséquilibres récents, c’est l’energie (l’explosion du prix du pétrole avec le baril à 100$, du gaz) ensuite les biens intérmédiaires (les matières premières que l’on transforme pour revendre) puis l’Industrie des biens de consommation depuis la fin des années 90 (les biens technologiques ? TV, PC etc ?)
      Viennent ensuite l’automobile (ou les importations et les exportations reculent très nettement)

      Donc on ne produit pas de pétrole, on ne produit pas de matières premières mais est-ce vraiement une injustice qu’on peut combattre à coup de protectionnisme ? Sachez qu’ici en Grèce on exporte des olives pour importer des voitures (francaises, hé oui) les échanges internationaux ne sont pas aussi symétriques qu’on peut le penser.

      Et votre « positive attitude » consiste a vouloir croire que tout va bien en France pour que rien ne change.

      Non, je dis juste : ne tuons pas la poule aux oeufs d’or a coup de pelle. Et « positive attitude » c’est pas vraiement ce qui me qualifie le mieux

      Enfin, vous essayez finalement de nous dissuader de sortir des maux ou on est par des menaces de grands mechants loups qui nous puniraient.

      Dans l’ordre
      1) C’est peut-être un suicide économique
      2) Par définition, un protectionnisme s’annule avec le temps à cause de la réaction protectionniste des autres
      3) Le role premier du FMI est de... lutter contre les protectionnismes, il l’a toujours fait


    • samuel_ 4 août 2011 01:32

       @ Piotrek


       Moi aussi je connais les chiffres de la balance commerciale (pour 2008 mais pas grand chose n’a change depuis). J’ai meme écrit un article sur Agoravox dessus.

       Nous sommes en déficit sur les biens naturels (agriculture, petrole, metaux) et sur les biens manufactures. 
       Sur les biens manufactures, nos plus gros deficits sont avec l’Asie emergente et avec le reste des pays riches (Europe occidentale, USA, Japon, Océanie). L’Asie emergente nous vend pour 71 milliards de biens manufactures et nous achete pour 38 (presque pour moitie moins !). Les autres pays riches nous vendent pour 369 milliards de biens manufactures et nous achetent pour 325 (un peu plus de 10% de moins). Les deficits cumules sur les biens manufactures echanges avec Asie emergente et autres pays riches sont donc de 77 milliards (3% de notre PIB). Le mercantilisme allemand et chinois, ainsi que la surevaluation de l’euro par rapport au dollar et un peu aussi a la livre anglaise et au yen japonais, prennent ici leurs effets. 
       Pendant ce temps la notre deficit sur les biens naturels echanges avec le monde entier est de 74 milliards (2,9% du PIB) : un peu moins que 77. Et pour les echanges qui restent, c’est a dire echanges de biens manufactures avec autres pays que les pays riches et l’Asie emergentes (c’est a dire, pays pauvres, et emergents d’Amerique latine, d’europe centrale, et du maghreb et turquie), nous avons un excedent de 50 milliards (1,9% du PIB). Ce qui ramene notre deficit total, sur tous types de biens et avec tous pays, a 101 milliards (3,9% du PIB). 

       Et il faut rajouter que ces chiffres ne tiennent pas compte de la surevaluation de l’euro, qui sous evalue nos importations, notamment venant des emergents dont ceux d’Asie et des pays riches comme les USA et l’Allemagne (l’euro est plus surevalue pour nous que pour l’Allemagne). Nos deficits en volume sont plus accentues qu’en valeur. 

       Mais la ou nous divergeons vraiment ce n’est pas sur les chiffres puisque ce sont des donnees positives, mais plutot sur leur interpretation.

       Le deficit commercial est uniquement pour vous un probleme financier : nos reserves de change fondent un peu.

       Pour moi le deficit commercial dit quelques trucs en plus, mais surtout il ne dit pas tout.

       Il dit que les echanges sont non reciproques. Qu’il est faux que les emplois mobilises pour produire les biens exportes compensent les emplois qu’il aurait fallu mobiliser en France pour produire les biens importés. Il y a, pour les biens manufactures, une difference d’environ 2 millions d’emplois.
       Il dit que notre appareil productif s’erode, puisque la difference entre notre production et notre consommation est ce deficit commercial. Nous consommons plus que ce que nous produisons. Il est donc faux aussi que la desindustrialisation est due a une amelioration de la productivite ou baisse de la consommation de biens manufactures : elle est due a ce que nous avons tranfere dans les pays emergents la production de ce que nous consommons comme biens manufactures.

       Mais surtout, ce que ne dit pas le deficit commercial, c’est qu’on nous rebat tous les jours les oreilles avec cette idee qu’il faut reduire le cout du travail pour revenir a l’equilibre commercial. C’est en cela que le commerce international sans protectionnisme est nuisible. Le protectionnisme permet d’avoir chez nous le cout du travail que nous voulons, sans avoir de deficit commercial. 
       Et ce que ne dit pas non plus ce deficit, c’est l’absence de solidarité nationale en France. Les travailleurs peu qualifies patissent du libre echange, pendant que les consommateurs non exposes a cette concurrence en profitent a travers prix plus bas, et pendant que les detenteurs du capital en profitent encore plus a travers meilleures marges et meilleurs rendements des capitaux investis, rendus possibles par plus bas cout du travail dans pays emergents. 
       
       Par contre le deficit commercial nous dit du coup une derniere chose. Il est la mesure de combien une partie de la France a laissé tomber comme une vieille chaussette une autre partie de la France. Combien les consommateurs non exposés a la concurrence des pays emergents, et les detenteurs du capital, ont laissé tomber les travailleurs peu qualifiés, en se detournant d’eux pour leur preferer des travailleurs plus vulnerables du reste du monde.
       
       Meme si du coup il faut completer la donnee du deficit commercial avec celle de la modification de la repartition de la richesse produite en France en defaveur des salaries (que je donne dans un autre article sur agoravox). Le premier chiffre nous indique combien nous nous sommes detournes d’eux. Et le deuxieme nous dit combien ceux qui gardent un emploi souffrent d’une pression a la baisse sur leurs salaires.

    • rastapopulo rastapopulo 3 août 2011 16:13

      Débat très ancien et il est bizarre d’avoir donner une suprématie totale au libre-échange. C’est vraiment un appauvrissement de la pensée.

      Leibnitz :
      En faisant en sorte que les biens manufacturés soient produits localement plutôt qu’importés, le monopole est évité puisque notre Société est toujours encline à fournir les produits à leur juste prix, ou même dans beaucoup de cas à meilleur marché. Elle écartera particulièrement la formation de tout monopole de marchands ou corporation d’artisans et évitera l’accumulation excessive de la richesse par les marchands ou l’appauvrissement excessif des artisans - ce qui est particulièrement le cas en Hollande, où la majorité des marchands mène grand train alors que les artisans sont maintenus dans une continuelle pauvreté et soumis à un dur labeur. Ceci est nuisible à la République puisque même Aristote reconnaît que l’artisanat doit être une des activités les mieux rémunérées. « Nam Mercatura transfert tantum, Manufactura gignit » (car le marché ne peut offrir que ce que les manufactures produisent). Et, en effet, pourquoi tant de personnes devraient-elles se trouver dans la pauvreté et la misère pour le profit d’une si petite poignée d’individus ? Le fermier ne vit pas dans le besoin puisque son pain est garanti, et le marchand possède plus qu’il n’en faut. Le restant de la population se retrouve soit sans ressources soit au service du gouvernement (État). La Société peut identiquement satisfaire tous les besoins du fermier, pourvu qu’elle lui achète toujours ses denrées à un prix suffisamment juste, qu’il soit bas ou élevé. Nous pouvons ainsi nous prévenir pour toute l’éternité des pénuries alimentaires d’origine naturelle puisque la Société peut constituer une réserve générale de céréales.

      List :

      Un individu peut posséder de la richesse, c’est-à-dire des valeurs échangeables ; mais s’il n’est pas capable de produire plus de valeurs qu’il n’en consomme, il s’appauvrira. Un individu peut être pauvre, mais, s’il est en état de produire au-delà de sa consommation, il deviendra riche.

      Le pouvoir de créer des richesses est donc infiniment plus important que la richesse elle-même ; il garantit non seulement la possession et l’accroissement du bien déjà acquis, mais encore le rétablissement de celui qu’on a perdu. S’il en est ainsi des simples particuliers, c’est plus vrai encore des nations, qui ne peuvent pas vivre de rentes. L’Allemagne a été dans chaque siècle désolée par la peste, par la famine ou par la guerre civile et étrangère ; mais elle a toujours sauvé une grande partie de ses forces productives, et ainsi elle a toujours recouvré promptement quelque prospérité, tandis que l’Espagne riche et puissante, mais foulée par les despotes et par les prêtres, l’Espagne en pleine possession de la paix du dedans est tombée dans une pauvreté et dans une misère toujours plus profondes. Le même soleil éclaire encore les Espagnols ; ils possèdent toujours le même sol, leurs mines sont encore aussi riches, c’est toujours le même peuple qu’avant la découverte de l’Amérique et avant l’établissement de l’Inquisition ; mais ce peuple a peu à peu perdu sa puissance productive, et c’est pour cela qu’il est devenu pauvre et misérable. La guerre de l’émancipation a coûté à l’Amérique du Nord des centaines de millions ; mais la conquête de son indépendance a immensément accru sa puissance productive ; aussi, dans l’espace de peu d’années après la paix, a-t-elle acquis infiniment plus de richesses qu’elle n’en avait jusque-là possédées. Comparez l’état de la France en 1809 et en 1839, quelle différence ! Et pourtant la France a perdu depuis 1809 la domination sur une partie considérable du continent européen, subi deux invasions dévastatrices, et payé des milliards en contributions de guerre et en indemnités.

      Un esprit aussi pénétrant que l’était Adam Smith ne pouvait pas méconnaître entièrement la différence qui existe entre la richesse et ses causes, ni l’influence décisive de ces causes sur la condition des peuples. Dans son introduction, il dit en termes nets que « le travail est le fonds qui fournit à une nation ses richesses, et que l’accroissement de ces richesses dépend principalement de la force productive du travail, c’est-à-dire du degré d’habileté, de dextérité et d’intelligence qu’on apporte dans l’application du travail, et de la proportion existante entre le nombre de ceux qui sont employés à un travail utile et le nombre de ceux qui ne le sont pas ». On le voit, Smith avait parfaitement reconnu que la condition des peuples dépend principalement de la quantité de leurs forces productive

      http://www.solidariteetprogres.org/sp_Protectionnisme_originaux.php3


      • samuel_ 3 août 2011 19:42

         Merci pour ces textes tres interessants
         Si vous etes amateur de bons textes je vous conseille l’excellent texte de Sapir donné en lien dans l’article a partir du mot « bancor » dans la partie sur les divers contextes possibles du protectionnisme. Il y parle de l’histoire de l’économie internationale a la sortie de la guerre avec le bancor de keynes, il y parle de protectionnisme et de controle des changes, c’est un texte magistral.

      • Lucknow 3 août 2011 22:19

        Franchement bien cet article, il me rappelle d’ailleurs, par la relativisation des dogmes libre-échangistes, le pragmatisme d’observations sur la réalité des échanges, comme il semble le cas pour l’exemple de l’Ipad, qui montre que l’hypothèse d’une vérification de la loi des avantages comparatifs ne tient pas.


        • Pépé le Moco 3 août 2011 22:46

          @ l’Auteur,

          Merci pour cet article très pertinent !

          Effectivement, la politique du « libre-échange sans entrave » n’est qu’une utopie, de nombreux moyens sont à la dispositions des états et des entreprises multinationales pour entraver la pseudo-libre concurrence.
          Un très grande majorité de personnes en charge de responsabilités en France (appelé les poissons volants, voir ci-dessous sur Verneuil), défende cette médiocre utopie et dispose des relais (les média) et complaisances pour diffuser leur propagande. Ils ressemblent (ou sont) ces marxistes qui ont cru, dans les années 70, que les régimes communistes pourraient sortir de la dictature. Ces mêmes crétins conduisent les français dans un abîme équivalent, mais pour une autre cause : le « libre échange sans entrave ». Les défenseurs du programme du C.N.R. doivent se retourner dans leur tombe.

          Et malheureusement, depuis l’Acte Unique Européen (1986 - 1987) et le Traité de Maastricht (1992 - 1993), la France n’est plus en mesure de décider, via ses représentants (ou oligarques), de sa politique économique. Depuis, la France, en tant qu’état-nation, n’est plus !

          L’Europe est devenue ce qu’Henri Verneuil, un visionnaire, avait prédit dans son film de 1961 « Le Président » (extrait).

          PS : Si quelqu’un connait le nombre de diffusion de ce film depuis les années 70 à nos jours, n’hésitez pas à vous manifester via AV. Merci d’avance.


          • easy easy 4 août 2011 08:51

            La créativité (dont chacun possède les germes à la naissance, à mon sens) provient de la sensation ou conviction qu’on se trouve dans un monde ouvert qui attend ses Prométhée.
            Il me semble que si dès sa naissance, on persuade directement ou indirectement un enfant que le monde n’attend ou n’espère rien de lui, il sera très peu créatif.

            Or, bien des discours ou attitudes d’adultes persuadent beacoup d’enfants qu’ils sont au mieux attendus en obéissance, au pire en « bons à rien » voire en « nuls »

            C’est donc une minorité d’enfants qui grandissent en développant leur créativité.


            Le protectionnisme n’intéresse jamais un créatif
            Mais pour les infirmes de la créativité, il ressort comme solution de bon sens.
            Le protectionnisme porte très bien son nom mais il ne protège pas que l’économie. Il protège en réalité une infirmité.



            Oh, je ne suis pas en train de dire que la créativité est Bien !

            J’aurais tendance à dire qu’il n’y a pas à la juger en Bien ou Mal, ce même qu’il n’y a pas )à juger si un homme qui court très vite est Bien ou Mal

            Je dis seulement que c’est comme ça, il y a des gens créatifs (peu nombreux) et d’autres qui ne le sont pas ou qui le sont moins (parce qu’ils ont été interdits de créativité dans leur enfance). Et face à ce constat, il est de toute bonne logique que les non-créatifs apprécient les créations des créatifs dans une certaine mesure (quand elle leur permet de ne plus laver leur linge à la main, de partir en Tunisie en Avion pour cent balle, de recevoir des SMS) mais ils renâclent très logiquement lorsqu’ils se sentent dépassés et, par exemple, menacés de chômage.



            Là, j’ai insisté sur la créativité, volet nettement intellectuel de nos possibilités. M’enfin il y a aussi le courage ou l’ardeur au travail qui joue dans la stratégie de protection.
            Quand des oisifs voient débarquer des navires, des gaillards musclés disponibles pour remuer la terre en tant qu’esclave, ils apprécient.
            Mais quand des oisifs ou pas trop travailleurs voient arriver des gaillards volontaires pour faire leur boulot à leur place en encaissant alors leur salaire à leur place, ils trouvent ça moins amusant.


            Même un créatif très travailleur peut désirer quelque protection s’il sent son débit un peu faible. Par exemple, au Japon, il y a 1000 ans, si un type découvre qu’en utilisant le jus d’une plante et en procédant d’une certaine manière, il peut teinter des tissus en bleu, il va craindre, s’il en fait métier, que d’autres le copient. Il découle de cette crainte des demandes de protections et, à la suite, se forme ou se confirme le shogunat.

            L’INPI existe parce que même les créatifs ont envie de protéger leurs revenus. 

            Il n’y aurait que les plus artistes des créatifs, ceux qui ne produisent que des pièces uniques et non reproductibles pour moins cher, que ce soit une table ou un tableau, qui n’auraient jamais envie de protection.

             

            Enfin, il existe une composante narcissique, communautariste, religieuse, xénophobe, raciste, dans tout protectionnisme.


            • JL JL 4 août 2011 10:40

              Bjr Samuel,

              Excellent article qui pose la question de cette « idéologie » qui fait tant de dégats, le « libre-échange.

              De fait, le libre-échange c’est de l »interventionisme marié au droit d’ingérence, et donc, par définition, du protectionnisme en creux.

              Le libre-échange est cette doctrine inique qui admet que l’envahisseur utilise les armes de son choix pour conquérir un marché et qui dans le même temps refuse ce même droit aux « envahis » pour se protéger : les armes agressives y sont permises, les armes défensives y sont interdites.

              Aberrant !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

samuel_


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès