Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > PSA ! Et maintenant, on fait quoi ?

PSA ! Et maintenant, on fait quoi ?

JPEG - 10.3 ko

Certains opposent le «  bon  » capitalisme industriel d’antan au capitalisme financier mondialisé d’aujourd’hui. PSA, dont l’actionnaire de référence est constitué depuis plus d’un siècle par la même famille, les « Peugeot », prouve qu’il n’existe qu’une seule sorte de capitalisme qui perdure. Ceux qui vantent sans cesse les bienfaits de la concurrence libre et non faussée et du libre-échange ne manquent pas d’air ; D’ailleurs Philippe Varin a déclaré sans rigoler : « pour restaurer nos marges, il y a une marge de flexibilité sur le coût du travail. Nous avons le coût du travail le plus cher en Europe et nous produisons 44% de notre production en France, donc il faut baisser les charges qui pèsent sur le travail de manière massive ». Évidemment il n’est aucunement question de remettre en cause les avantages financiers, les salaires exorbitants, ni le patrimoine immobilier des dirigeants de PSA, seuls les employé payeront les pots cassés ! Évidemment on se garde bien de dire que ce qui coute cher ce n’est pas le travail salarié, mais les dividendes que l’on distribue aux actionnaires !

Avec suffisance, arrogance et dédain Parisot prétend que : « les profits des entreprises ne sont pas négociables, seul l’actionnaire peut décider du montant de ses dividendes ». Car pour elle, le salarié n’a aucun droit sur les richesses produites : l’actionnaire est tout, le salarié n’est rien ! Il ne faut pas intervenir dans la gestion des entreprises. Mais si l’investisseur met de l’argent dans l’entreprise, l’ouvrier y met sa force de travail, sa sueur et son temps, sans lesquels rien ne serait possible. De quel droit le premier aurait plus de droit que le second ?

Parisot passe également sous silence le fait que toutes les entreprises sont aidées d’une manière ou d’une autre, directement par les exonérations de charges, les diverses subventions, les crédits d’impôts, les allègements fiscaux, ou indirectement par les conditions favorables que la collectivité crée pour son développement : la formation de ses salariés, les infrastructures et les services publics dont elle peut bénéficier … Une entreprise n’est pas un ovni qui vivrait dans un monde parallèle. Une entreprise vit en interaction étroite avec son environnement économique, social et politique. Parisot et ses amis du MEDEF trouvent normal de profiter du système, d’exploiter les salariés, et de se partager les bénéfices, belle mentalité !

Les licenciements de PSA ne sont que l’arbre qui cache la forêt, le spectre du chômage plane sur plusieurs milliers d’ouvriers, de techniciens et de cadres dans de nombreuses entreprises partout sur notre territoire. Ils vont payer cash la crise du capitalisme et la pression des marchés financiers. Ils vont payer cash la dictature des agences de notation et les plans d’austérité en rafale du gouvernement Fillon ; devront-ils être aussi sacrifiés par le gouvernement Ayrault sur l’autel de la politique de la sociale démocratie ?

 Il est grand temps que nos concitoyens reprennent en main le terrain politique, et ne se laissent pas bercer par de belles paroles. Il faut se demander pourquoi les richesses produites ne profitent toujours qu’aux mêmes personnes. Pourquoi, alors que le nombre de fonctionnaires ne cesse de diminuer, le déficit de l’état ne cesse d’augmenter. Où passe l’argent soit disant économisé ? Et pourquoi, alors qu’en 20 ans la richesse produite a plus que doublé, la protection sociale a diminué et le chômage augmenté ?

Ne leur faites plus confiance, le système capitaliste s’auto-génère sur notre naïveté et notre crédulité, à croire qu’aucune autre solution n’est possible. L’absence de règles permet au capitalisme de prospérer. Il est temps d’imposer un contrôle salarié dans les conseils d’administration des entreprises, d’ouvrir les livres de comptes et de supprimer le secret bancaire. Il est temps, lorsque les capitalistes ne sont plus capables de gérer une entreprise, de l’exproprier et de la mettre en autogestion.

Sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2012/07/13/psa-et-apres/


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Croa Croa 14 juillet 2012 09:36

    « Pourquoi, alors que le nombre de fonctionnaires ne cesse de diminuer, le déficit de l’état ne cesse d’augmenter. Où passe l’argent soit disant économisé ? »

    Il n’y a pas d’économies, mais des missions régaliennes abandonnés ou sous-traitées et des services publics dégradés. La sous-traitance étant plus chère, les abandons ne compensent pas le bilan global. Les partisans d’un affaiblissement du secteur public se satisferont des dégradations des services publics puisque le privé proposera avec profit des prestations commerciales comblant le vide crée et dont nous pourrons aussi, ce qui sera un choix, éventuellement nous passer ! 

    Bref, le véritable but de tout ça n’a jamais été de faire des économies, mais d’affaiblir l’état afin que prospèrent les libres affaires. Vu sur ce nouvel angle c’est bien une réussite.


    • jaja jaja 14 juillet 2012 09:44

      Bonne question...on fait quoi ?

      Dans l’absolu il faudrait exproprier les Peugeot, confisquer leur fortune et placer en autogestion l’entreprise tout en redirigeant une partie de sa production vers la satisfaction des besoins de la population en matière de transports collectifs... là il y a du boulot...

      Mais bon il n’y a pour le moment que la lutte des ouvriers qui est possible et qu’il nous faut soutenir à fond.

      La CGT promet la « guerre » pour septembre... On verra bien ... En attendant SUD est bien seul pour tenter de bloquer immédiatement la production.... On verra ce que décideront les ouvriers eux-mêmes en espérant qu’ils ne se fient pas uniquement aux organisations syndicales dont on sait ce que sont les directions...

      Créer un Comité de lutte ouvert à tous semble possible au moins sur Aulnay et une coordination des usines en lutte (pas seulement PSA) serait hautement souhaitable afin de voir la classe ouvrière reprendre l’offensive....

      Et il faut mobiliser en dehors des usines la population, les militants des organisations politiques et syndicales, les faire participer à des manifestations et à des actions, même musclées, de soutien...

      Il faut arriver à bloquer toute la production PSA en occupant toutes les usines du groupe.... et empêcher dès maintenant les voitures de sortir des zones de stockage....


      • Mapaulo Mapaulo 14 juillet 2012 14:51

        Le trublion qui a écrit cet article n’a apparemment jamais mis les pieds dans un centre de production automobile, ne connais ni l’univers de l’emboutissage, du ferrage, de la peinture ou du montage...et encore moins le contexte à l’international,lol.
        « le roi est mort, vivent la royauté »...relol


      • Mapaulo Mapaulo 14 juillet 2012 12:25


        Le trotskisme tente un retour sur la place politique française, l’entrisme se conjugue sur les médias sociaux, hum voyons les présidentielles sont passées, Jean Luc s’est pris un râteau, et la majorité des « peugeot » de la maison mère ont voté pour le président du changement.
        Le grand père de Thierry gagnait de l’argent en fabriquant des moulins à café, et son petit fils pourrait bien y retourner. Construire des voitures pour ne rien gagner c’est de la philanthropie, les construire pour perdre 1000€ au véhicule produit c’est de la folie. Un peu avant le CAP2010, PSA faisait 800€ de profitabilité au véhicule. Mais voilà, d’une année sur l’autre entre perdre 100, 300 et maintenat 1000€ au véhicule produit alors qu’un généraliste comme VW a une profitabilité de 1400€ (marque VW), il faut bien comprendre d’ou vient le mal. Le gouvernement s’indigne, la représentante du Medef dit « restructurez », la porte parole du président du changement déclare « vous nous avez tout caché » mais bon entre philanthropie et folie je vous invite à mieux comprendre. Bien sur il n’est pas simple d’être 1 représentant du CAC40, principal actionnaire et responsable légal de plusieurs dizaines de milliers d’emplois.


        • CHIMERE 15 juillet 2012 08:08

          " Le trotskisme tente un retour sur la place politique française« ...blablablabla........................... »  Le gouvernement s’indigne, la représentante du Medef dit « restructurez ».blablablabla............


          Oui,mais si Peugeot n’avait pas cédé à son actionnaire état-unien GM qui lui a imposé d’abandonner le marché Iranien (450000 véhicules vendus en 2011 !!!),et ceci pour des motifs de soumission à l’ordre atlantico-occidental,et bien Peugeot pourrait continuer à produire des véhicules à Aulnay et partout ailleurs en France,avec profitabilité,et avec des ouvriers Français qui sont parmi ceux qui sont les plus productifs au monde,tant quantitativement que qualitativement.

          Charles De Gaulle doit se retourner dans sa tombe... !!!



        • Mapaulo Mapaulo 15 juillet 2012 15:29

          Chimère vous portez bien votre pseudo, peut-être avez vous travaillé chez SAIPA pour la marque Citroën ou IKCO pour la marque Peugeot ou encore au centre logistique de Vesoul pour le CKD, mais je vous rappelle que l’Iran est un marché de1.6 Mio de véhicules/an, que Peugeot y détenait 30% de parts de marché, que le trou d’air sera vite comblé par les locales Runna et Dena,sans parler de SAIPA qui a sa micrator, ce qui n’empêchera pas aux marques de continuer de vendre sur place des vehicules hauts de gamme comme la Tondar « full options ». L’automobile en Iran c’est aussi Daimler qui fut le 1er à se retirer suivi par Kia puis Renault et PSA. Ce qui est critiquable, c’est lorsqu’un actionnaire principal, responsable légal de plusieurs dizaines de milliers d’emplois français, est obligé de délocaliser pour une profitabilité de 150€ au véhicule alors que les charges sociales patronales représentent 780€ au véhicule produit.
          Carlos Goshn du haut de ses 10 Mio€/an a tout compris avec les charges en France (lui je l’adooooore), il réalise une marge opérationnelle part groupe (mop*) de 800€ avec sa gamme Entry, et je suis prêt à lui donner 10Mio€/mois pendant le quinquennat du changement pour éviter de faire le même scénario que chez PSA qui coûtera à notre camarade Pierre un chèque du même ordre pour aider à la restructuration ponctuelle de PSA qui souffre au travers des surcapacités de production et de sa compétitivité interne d’un surnombre de 15 000 emplois... soit 30 000 emplois à l’horizon 2015 en comptant la Fiev (sous traitance des équipementiers). Alors le blabla on en reparlera bientôt....lol


        • CHIMERE 16 juillet 2012 13:09

          @mapaulo,


          J’ai travaillé dans l’industrie auto,figurez vous...il y a longtemps,à la régie des autos renault ;lorsque j’étais étudiant...

          J’y ai eu un aperçu du taylorisme assez tôt....

          Vous précisez dans votre commentaire que l’on délocalise pour un différentiel de coût de production de 150 euros.

          J’avais,quant à mois,notion d’un différentiel de coût de production d’environ 10% sur le même modèle de « Clio »,produit,d’une part à Flins,et d’autre part,en Turquie.

          J’étais encore loin du compte.

          J’en conclue donc,que si d’une part,notre pays cessait de se comporter en paillasson des Etats-Unis et de leur peu diplomate et hystérique Mme CLINTON,et si d’autre part,nous retrouvions notre autonomie monétaire en sortant du cauchemar politico-économique de la monnaie unique dite « euro »,et en dévaluant notre nouvelle devise d’environ 25%,nous retrouverions immédiatement le plein emploi dans ce secteur,et même de comfortables marges bénéficiaires....

          Une piste à suivre,sommes toutes...non ?

        • xmen-classe4 xmen-classe4 14 juillet 2012 21:08

          les Peugeot ont mauvaise réputation, trop d’électronique inutile, trop de problème technique.


          c’est pas étonnant que de payer les personnes utilisant ces modèles de voitures deviennent trop cher.

          • jymb 14 juillet 2012 21:25

            Je rigole en lisant ou en écoutant à droite et à gauche les commentaires tarabiscotés concernant la chute du marché automobile, cherchant des explications compliquées.

            Les francais ont été écoeurés à coup d’autophobie féroce, limitations absurdes, délire technologique pour fabriquer des pseudo infractions par centaines de milliers, hostilité affichée à coup d’interdits, de ralentisseurs-casse voiture, de stationnement payant à prix d’or...

            On ne récolte que ce que l’on a semé.

            La poule aux oeufs d’or a été massacrée.

            Si les syndicats veulent être efficaces, qu’ils aillent d’abord secouer les grilles du centre de surveillance big brother de Rennes, source directe de leurs pertes d’emplois

            Qu’on le veuille ou non l’automobile est du domaine, au moins en partie, du rêve et de l’irrationnel pour beaucoup. Le rêve transformé en cauchemar, pourquoi aller vider ses poches pour l’instrument de son malheur ?


            • Mapaulo Mapaulo 15 juillet 2012 15:41

              Bien d’accord avec vous, je disais « lorsque l’eau ne coulera plus le moulin cessera de tourner » et il serait temps de récrire l’histoire de Perrette et l’Automobile Francaise sur Agoravox...lol
              J’ai déjà quelques idées sur les pensées de la laitière et encore plus pour le contenu du pot au lait..relol


            • xmen-classe4 xmen-classe4 14 juillet 2012 21:31

              une carrosserie qui se plie pour un moindre choc, plutôt que de mettre des arceaux de protection pour le moteur.( pas de justice)

              Si la voiture tombe en panne c’est plus de leur faute.

              20 ans d’épargne pour certains, et s’entendre dire qui faut sacrifier sa consommation d’essence, laisser le choix du design pour les femmes, et garder son assurance pour pouvoir faire un travail plus passionné.


              • xmen-classe4 xmen-classe4 14 juillet 2012 21:34

                j’ai oublié de dire qu’il fallais demonter le moteur pour faire une vidange.


                • xmen-classe4 xmen-classe4 16 juillet 2012 01:47

                  quand on accepte plus d’ 1M par ans et que l’on echoue c’est le :

                  fatal kill him

                  • xmen-classe4 xmen-classe4 16 juillet 2012 01:58

                    jje vous paris ma réputation, ma sacralité, mes emplois futures,ma vie, notre diplomatie internationale, mon intervention dans le politique, que vous serez plus populaire et que cela vous permeterra d’être réélu.



                    un chef d’état doit savoir tuer publiquement, cruellement et froidement les menaces qui pèsent à l’état.



                    • xmen-classe4 xmen-classe4 16 juillet 2012 02:19

                      les cinq dernières années c’étais 3000 américains de mort et de 87 partisants francais.

                      vos ne provoquez pas de ethonicide en bretagne pour vous le rappeler.
                      et ces cons vont en Iran

                      A mort ,A mort ,A mort ,A mort ,A mort ,A mort ,A mort ,A mort ,A mort ,A mort ,A mort.


                      • xmen-classe4 xmen-classe4 16 juillet 2012 02:29

                        ça c’est l’offre et la demande ! 1M de salaire par an quand certain creve de faim dans un pays qui ne doit sa fortune qu’aux DIPLOMES.




                        • xmen-classe4 xmen-classe4 16 juillet 2012 02:32

                          et la famille


                          • xmen-classe4 xmen-classe4 16 juillet 2012 02:34

                            pour faire comme avec les syndicaliste qui peuvent se tromper, ou les socialistes qui n’ont survécu que par la garce de dieu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès