Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Qu’est-ce qui fait courir la Fed ?

Qu’est-ce qui fait courir la Fed ?

En 2008, les craintes inflationnistes avaient commencé à se dissiper dès l’été et ce à partir du moment où, au mois d’Août, la conjoncture économique Américaine faiblissait dangereusement. La Production Industrielle US négative de 1.1% publiée le 15 Septembre fut la première statistique à prouver un affaiblissement économique notoire qui contaminait usines, mines et d’une manière générale tout l’appareil de production Américain. La fabrication d’autos s’était ainsi effondrée à - 12% au plus bas depuis 10 ans, et ce mal s’étendait à l’ensemble de l’éventail productif, des fournitures pour le bâtiment aux semi conducteurs...

En fait, l’économie US était à l’époque en récession depuis déjà neuf mois mais la Fed ne le savait pas encore de manière officielle par les chiffres du P.I.B. même si la statistique de la Production Industrielle du 15 Septembre lui indiquait sans équivoque un déraillement en cours de son économie ! Par ailleurs, le taux d’inflation bien en-dessous de ses objectifs, la faillite de Lehman survenue la veille ( Dimanche 14 Septembre ) et la déroute boursière du Lundi 15 auraient été d’autres motifs suffisants et susceptibles de motiver une baisse de taux agressive à l’occasion de sa réunion tenue le lendemain 16 Septembre. Pour couronner le tout, un besoin impératif de stimulation de l’économie était très clairement signalé par le marché obligataire qui escomptait au lendemain du 15 Septembre un taux d’inflation sur 5 ans à des niveaux inédits de 1.23%...
 
En dépit de l’intensification des signaux annonciateurs de récession et de la dégringolade des anticipations inflationnistes, la Réserve Fédérale réagit pourtant à l’issue de sa réunion du 16 par un communiqué Soviétique selon lequel les potentialités d’une récession étaient contrebalancés par une inflation qui risquait, selon elle, de s’accélérer ! Morceaux choisis en traduction libre : " Le FOMC a décidé aujourd’hui de maintenir le taux des federal funds à 2%. (...) L’inflation a été élevée du fait de prix élevés énergétiques et des matières premières. (...) Le FOMC est préoccupé tant par le ralentissement de la croissance que par la montée des risques inflationnistes." En résumé, il est navrant de constater que la montée en puissance de cette crise ait été gérée par la Banque Centrale Américaine à l’occasion de cet épisode fondamental sans une once de pro activité ou de "forward looking" ( esprit visionnaire ). L’analyse - et la critique - sont certes faciles aujourd’hui mais la Fed aurait au moins pu, en effectuant sa synthèse, se donner la peine de scruter les marchés boursiers et obligataires qui, constamment en avance d’une guerre sur elle depuis Décembre 2007, anticipaient en Septembre 2008 un tassement de l’inflation et une montée en puissance de la récession ! 
 
Une politique monétaire ne se décide certes pas sous la pression des marchés financiers mais le fait est que ceux-ci ont indéniablement escompté dans leurs prix une situation que la Réserve Fédérale US a délibérément choisi de ne pas interpréter comme étant des signaux d’alarme. En réalité, le communiqué de la Fed - qui se voulait neutre car expliquant avec langue de bois que les risques de récession et d’inflation étaient équivalents -, dévoile tout bonnement l’état d’incompréhension et de perplexité de la Banque Centrale par rapport à sa propre évolution économique ! Ayant ainsi délibérément opté de ne pas écouter le message explicite envoyé par les marchés, la Fed fut donc dès lors confrontée à une situation qui se dégradait crescendo car elle s’obstinait dans l’adoption de mesures visant à renflouer le système financier au lieu d’adopter une politique monétaire expansionniste.
 
Ainsi, en dépit de l’indice Standard & Poor’s qui perdait près de 18% la semaine du 6 Octobre, la Réserve Fédérale insufflait un dose supplémentaire de perplexité sur les marchés en prenant ce même 6 Octobre la décision invraisemblable - et sans précédent depuis sa création - qui consistait à rémunérer les réserves déposées par les Banques dans ses livres. Cette mesure impossible à justifier fut interprétée de la seule manière possible, c’est-à-dire comme une mesure de resserrement de politique monétaire dans un contexte de tempête financière ! Et acheva en conséquence de déboussoler marchés obligataires (qui précipitèrent aux oubliettes dès le lendemain leurs anticipations d’inflation) ainsi que plus généralement les marchés financiers qui subissait de plein fouet une remontée des taux d’intérêts réels provoquée par le raffermissement du billet vert ainsi que par l’effondrement de la Production Industrielle, du marché immobilier, des bourses et des matières premières...autant d’évènements spectaculaires qui plaidaient indubitablement pour des mesures opposées à celles adoptées par la Fed, à savoir en faveur d’un assouplissement massif de sa politique monétaire traditionnelle en ces semaines tourmentées.
 
Pour autant, le discours de Bernanke du 15 Octobre qui évoquait le contexte macro économique très difficile que traversait l’économie de son pays ne tablait nullement sur un rétablissement du système financier grâce au rétablissement de la croissance. En réalité, les autorités monétaires US, accordant toute leur attention, toute leur énergie et tous leurs deniers à leur système financier, étaient persuadés que la crise financière se devait d’être solutionnée avant la crise économique. En d’autres termes, confirmant ainsi sa propension à prendre des décisions plus inspirées par l’usage du rétroviseur que par l’anticipation pro active, la position de la Fed était limpide : Pas de retour à la croissance sans sauvetage du système financier !
 
La décision de ne pas stimuler dans l’immédiat l’économie par un assouplissement de politique monétaire fut donc prise sciemment et en toute connaissance de cause, la priorité étant donc de résoudre l’imbroglio financier ! Morceau choisi du discours de Bernanke le 15 Octobre en traduction libre : " La trajectoire de l’activité économique des prochains trimestres dépendra en finalité du degré de retour à la normalité des marchés financiers et des crédits". Au demeurant, cette approche déplut hautement aux marchés financiers qui poursuivirent leur détérioration en même temps que l’ensemble de l’économie sans pour autant que la Banque Centrale ne réduise ses taux qui étaient toujours à 1%...En effet, les taux d’intérêts Américains officiels furent maintenus à ce niveau tout au long du mois de Novembre 2008 en dépit de l’écrasante majorité des modèles macro économiques qui, indiquant un resserrement de facto de politique monétaire, plaidaient désespérément pour une politique expansionniste.
 
Pour la Fed - et comme en 1930 -, le diagnostic était clair : c’était l’implosion du secteur bancaire qui affectait la vie économique et non l’inverse. Pourtant, Lehman n’aurait probablement pas sombré dans la faillite si l’économie Américaine n’était en récession depuis neuf mois ! 

Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 23 juin 2009 12:27

    Mr Santi, vos analyses sont souvent pertinentes, toutefois elles souffrent des mêmes tares que la plupart de analyses financières : une exclusivité technique.

    Dites-vous bien que la FED est aux mains d’une équipe de cinglés (et c’est encore plus vrai maintenant puisqu’Obama a décidé de renforcer ses pouvoirs) dont l’objectif est d’instaurer une oligarchie exclusivement financière.

    Par conséquent, ce qui vous paraît comme des erreurs successives de la FED correspond en réalité à une stratégie qui suit et, pour l’instant, atteint parfaitement ses objectifs. Je sais, pour un homme du système comme vous c’est difficile à admettre, mais reconnaissez quand même que dans votre théorie, la probabilité d’accumuler autant d’erreur est quand même consternante.

    A noter également que le même type de dictature financière se met en place actuellement en Europe, juste après, comme par hasard, que l’Europe ait décidé, elle aussi, de changer ses normes comptables dans l’objectif de gagner 1 an avant de déclarer son magma souterrain d’actifs toxiques.

    _______________________________

    Alerte Info


    • FR-ank FR-ank 23 juin 2009 12:49

      Bon article technique mais je ne pense pas que cela soit une accumulation d’erreurs mais plutot recherche ou voulu par les manipulateur de la Fed soit wall street...qui rappelons-le malgre tous les beaux discours d’OBAMA sont les vrais decideurs (n’oublions pas qu’OBAMA a place les pires lobbyst de wall street au gouvernement)
      un article d’anticipation politique montre bien que tous les indicateurs usuels sont en berne...
      Cordialement.


      • Alpo47 Alpo47 23 juin 2009 12:52

        Les décisions de la FED ne sont consternantes et incompréhensibles que si l’on ignore, ou oublie, que celle ci est un consortium de banques privées.
        Les pouvoirs régaliens de la FED ont été concédés à l’origine (aux alentours de 1930, il me semble) à 4 banques d’affaire qui sont les banques Rotschild, Warburg, J.P.Morgan et Rockfeller... Sans doute Goldmann Sachs, au vu de son immense pouvoir dans l’appareil d’Etat US, est elle venue se mêler à ce groupe (?). Il est probable que cette structure ait évolué en incluant d’autres groupes (?).

        Au vu de cela, on comprend mieux, le sens des décisions de cet organisme qui ne défend que les intérêts de l’oligarchie financière, ainsi que l’application constante de l’adage : « Privatiser les bénéfices, mutualiser les pertes ».

        Quand à Obama, on voit de plus en plus clairement que ses décisions vont toujours dans le sens de la défense des intérêts de la finance, qui soit dit en passant, a été la principale contributrice à sa campagne.


        • Nicole 23 juin 2009 17:51

          Le film à voir pour comprendre l’histoire de la FED :

          http://video.google.com/videoplay?docid=5232639329002339531


        • plancherDesVaches 23 juin 2009 14:44

          Tout a été dit, sauf une chose.

          Quelqu’un aurait-il des nouvelles de la création de leur propre monnaie par les Pays du Golfe.. ???


          • Internaute Internaute 23 juin 2009 18:06

            Ca va chauffer !

            « L’agence de notation financière Moody’s Investors Service a prévenu que sa notation Triple-A relative aux États-Unis pourrait être éventuellement menacée si l’administration Obama ne parvenait pas à ramener dans une trajectoire descendante la dette publique, et/ou si le statut de monnaie de référence internationale du dollar venait à être sévèrement mis en péril. »

            Comme je vois mal comment Obama pourrait réduire la dette publique, les US vont perdre leur AAA. Il se trouve que le principal partenaire commercial de la Chine est maintenant le Brésil, devant l’Europe puis les US. Avec le Brésil, les chinois ont décidé de commercer dans leur monnaie et d’oublier le dollar. Les choses bougent doucement mais vu les masses en présence, le choc final risque d’être terrible. Un peu comme un pétrolier de 300.000 tonnes qui aurait oublier de freiner dès Gibraltar pour accoster à Marseille.


            • Pyrathome pyralene 23 juin 2009 18:47

              Fumisterie !! la stratégie du choc......pour mieux asservir les peuples,mais petit os dans le beefsteak,la situation va leur échapper,à force de jouer avec les allumettes,on fini par se brûler....c’est le début de la fin de l’empire....


              • boris boris 23 juin 2009 19:54

                Empire aux pieds d’argiles, le choc va être rude et entrainera une cascade d’événements aussi mortiféres les uns que les autres.

                Les vagues scélérates ne cesseront de déferler en rang serré, puissantes et dévastatrices.

                Le hic cher pyralene, c’est que la situation leur à déjà échappée et qu’il va y a voir des dommages collatéraux assez mahousse.


                • millesime 23 juin 2009 20:32

                  « les vagues scélérates » voila quelqu’un qui est un lecteur de LEAP/2020... !
                  saine lecture en effet...j’en fait part sur mon blog... !
                  Mrs Santi semble trop « dans le système » de sorte qu’il est en dehors des clous.. !

                  http://millesime.over-blog.com


                  • Michel Santi Michel Santi 24 juin 2009 09:34

                    Mrs Santi semble trop « dans le système » de sorte qu’il est en dehors des clous.. !

                    Méfiez-vous quand même du cheval de Troie...


                  • Olga Olga 24 juin 2009 09:45

                    Tiens, ça ferait un joli titre ( à la Boileau-Narcejac) : 

                    Le cheval deux trois aimait trop les chiffres 
                     smiley 

                    Désolée 


                  • plancherDesVaches 25 juin 2009 17:39

                    Ca a l’air de s’épaissir, chez l’oncle Sam :
                    http://contreinfo.info/
                    « USA : de nombreuses banques ne parviennent pas à payer les dividendes dus sur les capitaux fournis par le Trésor US (WSJ/Calculated Risk) »
                    « Warren Buffet : l’économie américaine est en ruine, aucun signe de reprise (CNBC) »
                    « Les pertes sur les cartes de crédit contraignent les banques à refinancer leurs véhicules hors bilan (FT) »
                    Chez nous aussi, ça a l’air d’être la fête :
                    « Grosse dose d’injection : La BCE a prêté mercredi aux banques 440 milliards d’euros à 1% pour une durée d’un an (FTA) »

                    Un crédit revolving à 1%, ça me plairait bien smiley


                    • ASINUS 28 juin 2009 13:31

                      la fed meriterait d avoir devant elle un Andew Jackson qui lui ferait subir le meme sort que son ancetre aussi prevaricatrice bank of america 


                      • plancherDesVaches 28 juin 2009 20:08

                        En tout cas, la FED n’a pas besoin de courir pour sauver les meilleurs protecteurs de l’argent du 3ème Reich, de la Mafia, et de la phynance :
                        http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/economie/finance_et_marches/20090 625.OBS1872/secret_bancaire__en_suisse_rien_ne_sera_assoupli.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès