Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quand EDF veut faire disparaître les tarifs réglementés

Quand EDF veut faire disparaître les tarifs réglementés

Pendant qu’à Paris EDF prétend défendre le service public et l’intérêt des consommateurs français, elle exerce un lobbying à Bruxelles pour abolir les tarifs réglementés qui protègent les consommateurs et leur fait bénéficier en France des faibles coûts du nucléaire.

Les grandes entreprises ont bien compris que, en matière de régulation, la plupart des questions sont réglées à Bruxelles. Elle y exercent aussi un "lobbying" direct ou indirect, via leur syndicats professionnels.

Cela a pour elles beaucoup d’avantages :
- elles peuvent ainsi dire à Bruxelles des choses qu’elles ne pourraient pas dire à Paris,
- elle peuvent se "cacher" sous l’ombrelle de groupements inconnus du grand public,
- et, last but not least, elles peuvent ainsi influencer plus facilement le réel décideur : la Commission Européenne.

EDF l’a bien compris qui fait un lobbying à Bruxelles pour faire disparaître les tarifs et permettre que les prix de détail une fois déréglementés s’alignent rapidement sur les prix du marché de gros (ce qui se traduirait par une hausse de l’ordre de 20% voire plus, voir mon blog).

Ainsi, dans un document passé inaperçu ici à Paris, Eurelectric (syndicat des électriciens européens dont fait partie EDF, via l’UFE) concluait que "les Etats-Membres doivent abolir la régulation des prix pour assurer que les marchés de détail sont compétitifs et que la formation de ses prix est reliée à celle des marchés de gros" et que "fixer les prix de détail pour l’ensemble des clients résidentiels ou pour une large part des utilisateurs finaux n’est pas conforme à la Directive [...]. Les consommateurs qui sont sur un marché concurrentiel ne devraient pas être autorisés à revenir à des prix régulés". [traduction libre du texte original en anglais]

Le fait qu’EDF se soit cachée derrière l’UFE ne doit cependant tromper personne : Robert Durdilly, son Président, vient d’EDF. Il a succédé à ce poste à Pierre Bart (ancien d’EDF) qui lui même avait pris la succession de Bernard Brun (d’EDF aussi). Philippe Huet, Vice-Président de l’UFE, est un salarié d’EDF, Myriam Berdy autre Vice-Présidente est salariée d’Electricité de Strasbourg, elle même filiale d’EDF. André Antolini (qui fut jusque fin 2005 directeur délégué d’EDF Energies Nouvelles) en est aussi Vice-Président. Et d’ailleurs le représentant de l’UFE dans ce rapport, Michel Matheu, est lui-même salarié d’EDF.

La volonté d’EDF est donc clairement affirmée et assumée à Bruxelles : il n’est plus question que les clients finaux français (pas même les clients résidentiels) puissent bénéficier des prix bas permis par le nucléaire, leurs prix doivent être alignés sur les prix du marché de gros (ce qui correspond en pratique à une hausse de 20% des tarifs de détail et à un prix supérieur au prix allemand, pourtant fixé -je simplifie un peu- au niveau du coût des centrales charbon).
 
Et si le document date de Novembre 2006, il y a peu de raison de penser que la position d’EDF ait changé : on se rappelle des déclarations de M. Gadonneix en Juillet dernier, qui prônait une hausse de 20% des tarifs, ce qui correspond effectivement à un alignement sur les prix des marchés de gros.
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Login Login 19 septembre 2009 10:55

     Chiche ! En échange, tout le monde peut produire et distribuer, le reseau de distribution est
     accessible à tous d’une part, et les villes sont tenues de mettre à disposition une zone de
     la patrimoine foncier à l’association locale des producteurs pour assurer le developpement 
     de ces moyens de production.

    • Daniel Roux Daniel Roux 19 septembre 2009 13:00

      L’Etat français détient encore 84,40% des actions. C’est lui le vrai patron d’Edf.

      Votre article signifie en réalité que l’Etat actionnaire demande à Bruxelles d’obliger l’Etat exécutif à renoncer aux tarifs réglementés ou en attendant à ne pas autoriser les particuliers à y revenir s’ils ont choisi le tarif libre.

      Rappelons que le problème à l’époque était qu’Edf (l’Etat actionnaire) voulait attacher le contrat au logement et non au signataire. Le locataire ou propriétaire suivant ne pouvait revenir au tarif réglementé si le locataire ou propriétaire précédent y avait renoncé. L’Etat exécutif à juger que cette acrobatie juridique était contraire au principe de base qui dit « le contrat est la loi des parties » ?

      En regardant ce cirque, on se demande qui gouverne ?


      • Candide Candide 19 septembre 2009 14:55

        les tarifs réglementés qui protègent les consommateurs et leur fait bénéficier en France des faibles coûts du nucléaire.


        Excusez-moi, mais croire (encore) que le nucléaire vous fait bénéficier de prix compétitifs en France est une idée reçue (une de plus).
        En Arizona, je paye environ 50% moins cher qu’à Montpellier pour une consommation nettement accrue (piscine et clim + surface double). 

        • François51 François51 19 septembre 2009 15:01

          EDF n’est qu’un fournisseur parmi d’autres, comme Direct energie, Poweo,etc..etc..
          l’état est encore très majoritaire chez ErDF (anciennement EDF.GDF)..... EDF bleu ciel le fournisseur, est soumis a la concurrence depuis l’ouverture des marchés en Juillet 2007.
          les tarifs régulés sont donc un handicap pour ce fournisseur. ils ne sont pas a arme égal avec les fournisseurs concurrents (Bruxelles) ne confondez pas ErDF.GrDF distibruteurs qui ont en charge, l’entretien des réseaux et les interventions chez la clientèle (vous savez, les voitures bleu Azur) dont l’état, est majoritaire avec EDF bleu ciel ou GDF Suez de simple fournisseur soumis a la concurrence dont l’état est encore majoritaire mais plus pour longtemps croyez le bien. ....


          • zelectron zelectron 19 septembre 2009 17:23

            EDF n’en est plus a une forfaiture près : c’est dans sa culture, capable avec des trémolos dans la voix de parler pour son bien du peuple, pour le peuple avec le peuple.
            C’est de la langue fourchue (visage pâle) !


            • Croa Croa 20 septembre 2009 00:26

              Article révélateur sur Bruxelles, ses tractations de couloir et la duplicité du gouvernement français.

              Une erreur cependant, répétée avec insistance en plus :

              Le « bas coût » de l’électricité ne repose absolument pas sur le nucléaire ! De plus ce « bas coût » est très relatif (!) car l’électricité n’est pas vraiment donnée !

              C’est l’électricité d’origine hydraulique qui coûte le moins cher, dans la mesure où cette énergie est abondante. Elle le fut en france aux époques où nos consommations était raisonnables.... et les centimes de Franc en aluminium !


              • Volontaires 20 septembre 2009 11:27

                Vaste débat que celui du coût du nucléaire. L’hydraulique ne représente que 15% de la production en France contre 80% pour le nucléaire. Le bas coût de l’hydraulique ne peut donc expliquer à lui seul le fait que les prix (réglementés) en France soient si bas par rapport aux autres pays. Reste à savoir si tous les coûts du nucléaire sont bien pris en compte, ce qui est un autre débat.


              • freelol freelol 20 septembre 2009 07:01

                Toujours la même mécanique en place :

                Les français payent pendant des années pour un service public de qualité.
                Les bijoux de famille sont dévalorisés et revendus aux copains du privé.
                Les firmes semi publique ou complètement privées adoptent un fonctionnement capitalistique bien éloigné des notions de service public. Collusion avec la concurrence, recherche du profit à tout prix, minimisation des problèmes sociaux ou environnementaux.

                Au bout du compte les français continuent de payer, disons de se faire plumer par ces monstres qui ont perdus leur âme.

                EDF, France Telecom, La Banque de la Poste, Autoroutes la liste est longue. J’ai bien peur qu’on ait un sévère problème un de ces jours avec une de nos vielles centrales nucléaires dont on va repousser la durée de vie sans grand remous médiatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès