Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quand la BCE veut gouverner l’Italie en direct

Quand la BCE veut gouverner l’Italie en direct

"Se non è un programma di governo, poco ci manca"

"Si ce n'est pas un programme de gouvernement, il manque peu de chose pour que ce le soit".

C'est en ces termes indignés que le Corriere della Sera révèle le contenu d'une lettre, qui aurait du rester secrète, adressée par Jean-Claude Trichet et Mario Draghi à Silvio Berlusconi.

Et que manque-t-il pour que le contenu de leur lettre soit un programme de gouvernement ?

" Ci manca per l'esattezza giusto l'intenzione di pubblicare quel testo..." : il manque juste l'intention de publier ce texte-programme, d'annoncer ses intentions politiques comme il est coutume de le faire dans les pays démocratiques.

C'est en échange de son soutien contre les attaques des marchés financiers que la BCE se permet de prendre ainsi en mains en direct le destin de l'Italie.

D'après le Corriere dela Sera, cela faisait plusieurs jours qu'on se doutait que Frankfort dicterait sa loi à l'Italie, mais le journal est surpris du niveau de détails avec lequel le "programme de gouvernement" de la BCE pour l'Italie est développé.

C'est toute la structure de l'économie italienne qui doit, selon les banquiers centraux, être libéralisée : le programme de privatisations exigé est détaillé, et il s'étend jusqu'aux régies des collectivités locales. La lettre prévoit aussi un calendrier, qui doit être le plus rapide possible pour éviter qu'il se déroule durant l'année électorale 2013.

La lettre de Trichet et Draghi parle aussi du marché du travail, un sujet qui, en théorie, n'a pas été délégué par les Etats-membres à l'Union européenne. Les gouverneurs demandent plus de flexibilité, et, là encore, ils entrent dans les détails : facilitation des licenciements ; contrats à durée déterminée ; interventions sur le service public ; "dépassement" du système actuel, qui protègerait trop les salariés en place au détriment des jeunes et des précaires.

Le Corriere della Sera ajoute que ce programme n'est pas improvisé, et qu'il reprend des analyses sur l'Italie faites maintes fois, à Francfort en particulier, mais pas seulement.

On pourrait ajouter que ce programme est celui que la bureaucratie européenne souhaite pour toute l'Europe, et qu'elle a maintenant un moyen de chantage pour l'imposer aux peuples, puisqu'il conditionne l'aide de la BCE, cette aide dont tout pays peut avoir besoin à terme, puisque tous s'endettent à vitesse grand V en transférant sur le contribuable les pertes des banques, et en transférant sur les Etats les moins endettés la dette des autres.

Rappelons que ces possibilités de chantage des créanciers, relayés par le BCE, n'existent que parce que les Etats ont transféré aux banques leur pouvoir régalien de battre monnaie, pouvoir exorbitant qui ne devait en au aucun cas être privatisé comme il l'a été.

En France, cette privatisation date de la loi Pompidou-Rotschild de 1973, maintenant reprise aux traités européens. Depuis cette loi, l'Etat ne peut plus battre monnaie. Il doit donc emprunter aux banques. Celles-ci créent de la monnaie et la prêtent contre intérêts aux Etats. On n'a rien inventé de mieux pour se rémunérer de façon artificielle.


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • manusan 9 août 2011 11:05

    J’en profite pour glisser une info passée inaperçue :

    Les politiciens Londonien proposent de baisser les impôts pour les gens qui gagne plus de 150’000£

    http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/osborne-plans-to-cut-50p-income-tax-rate-2332150.html


    • rikoder rikoder 9 août 2011 13:33

      Excellente info.

      Ca me rappelle la version US pour l’or et l’argent.

      A cause du Dodd-Franck Act, les americains ne gagnant pas plus de 200K$ ne peuvent plus echanger sur les marches de l’or et de l’argent depuis le 15 juillet 2011.

      Mais reveillons nous ! On se fait socialement enterrer vivant !

    • Antoine Diederick 9 août 2011 11:17

      Le gros problème avec ces questions c’est évidemment le court-circuit des parlements nationaux

      En france , si je me souviens bien, l’Assemblée nationale ne doit pas être consultée pour une intervention militaire (cfr : Libye) mais dans d’autres pays oui....

      Or , il se fait que c’est la Parlement européen qui a soutenu l’intervention via l’OTAN.
      ( Que quelqu’un me détrompe si je suis mal informé, les Verts aussi avec le PPE).

      Et, cette remarque comme valeur d’illustration, de cette possible volonté des instances européennes à unifier, intégrer , malgré les réticences parfois très pertinentes, valables et légitimes.

      Oui, il y a un problème avec le Parlement européen et les instances européennes ,même si je pense qu’il serait bien de rénover cette europe qui commence à nous décevoir...pour une autre Europe politique...


      • ja.poirier 9 août 2011 11:39

        voila le vrai visage de cette europe !! pour une Europe des nations en coopération !


        • Lorelei Lorelei 9 août 2011 13:48

          court circuiter les parlementaires les peuples quand on dit que l’union est totalitaire dans son systeme c’est un euphémisme et dommage que les peuples ne fassent pas comme les islandais non à leurs dettes c’est pas la nôtre c’est leur systeme pourri, pas le votre pas le mien, où il y a ma signature nul part donc ...


          • Ouallonsnous ? 9 août 2011 17:43

            Il ne s’agit plus eulement de constater le pouvoir de nuisance de l’OTAN , des nèo-colonialistes anglo-européo-USraéliens, et de leurs valets, les gouvernements et parlementaires des pays de l’UE, mais d’utiliser tous les moyens pour les neutraliser définitivement, y compris militaires !

            Nos forces armées n’ont plus rien à faire dans les guerres colonialistes et de pillage acutelles menées par l’Empire. Elles doivent être revenir à disposition de leur pays d’origines pour les protéger des anglo-USraéliens et ensuite passer à l’offensive afin de les détruire. Fini de tergiverser !


          • titi 9 août 2011 23:10

            Vos mieux lire ça que d’être aveugle...


          • BA 9 août 2011 14:40
            Dépêche Reuters :

            Les rendements des emprunts italiens et espagnols sont en repli mardi en matinée, les investisseurs s’attendant à de nouveaux rachats de la part de la Banque centrale européenne (BCE), tandis que la France et la Belgique pourraient à leur tour être sous pression.

            « Nous n’avons pas encore vu de rachats de la BCE, mais on s’attend à ce qu’elle s’implique à nouveau, et dans des volumes importants », explique un trader.

            La BCE a élargi lundi son programme de rachat à l’Italie et l’Espagne, troisième et quatrième économies de la zone euro, intervenant de façon importante sur les marchés obligataires.

            Mardi, le rendement du papier italien à 10 ans reculait de 19,7 points de base (pdb) en matinée, à 5,134%, tandis que son homologue espagnol se détendait de 16,3 pdb à 5,05%.

            Le marché obligataire pourrait tester la détermination de la zone euro à affronter la crise de la dette en mettant sous pression d’autres pays en délicatesse avec leurs finances.

            « En fin de compte, l’Italie et l’Espagne sont sorties du jeu, donc nous allons regarder ensuite du côté de la Belgique et de la France - des pays qui sont sans protection », prévient un autre trader.

            Le rendement des obligations françaises à 10 ans grimpait de 7,5 pdb sur la séance à 3,22 %, soit la plus mauvaise performance parmi les pays de la zone euro.

            (Dépêche Reuters)

            Alerte !

            La France et la Belgique sont attaquées !

            Alerte !


            • lesdiguières lesdiguières 9 août 2011 15:20

              Et pour ne pas perdre complètement le moral :

              Haro sur les bourses ;

              http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre36868.html

              Merci


              • Winston Smith 9 août 2011 19:16

                « Rappelons que ces possibilités de chantage des créanciers, relayés par le BCE, n’existent que parce que les Etats ont transféré aux banques leur pouvoir régalien de battre monnaie, pouvoir exorbitant qui ne devait en au aucun cas être privatisé comme il l’a été. »



                Pas du tout : c’est bien l’Italie qui bas ses Euros et imprime ses billets.

                Si par ailleurs vous parlez de la Masse monétaire, elle est parfaitement contrôlé par l’Etat, via la BCE, qu’est là pour ca (oui, ca ne sert pas jusque qu’à décorer, étonnant ?)
                Du reste, pour que ca rentre dans le crâne, la BCE est justement en train de créer plein de monnaie ces dernier temps !

                C’est pas facile, ce qui est difficile, pas vrai ? Surtout qu’on on n’a jamais ouverts un seul livre sérieux sur le sujet. Mais alors, pourquoi donner son « opinion » ?

                • Catherine Segurane Catherine Segurane 10 août 2011 07:07

                  Votre ton professoral et puant n’est justifié par rien. Ce n’est que de l’arrogance.



                • Catherine Segurane Catherine Segurane 10 août 2011 07:05

                  L’Europe telle qu’elle se construit actuellement est incompatible avec la démocratie.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès