Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quand la merde monte...

Quand la merde monte...

Ils n’ont toujours pas honte, pas honte...

Sur la plageHa ! au fait, c’est la crise ! Si, si, je vous jure ! Même que ça passe à la télé. En boucle. D’ailleurs, si c’est à la télé, c’est que c’est vrai. Dans les journaux, on n’est jamais sûr, avec tous ces copains et coquins de journaleux, mais à la télé, il y a des visages qui portent les mots et des regards bien droits, bien francs, bien assurés, qui traversent le salon, escaladent le plateau-repas et se vissent directement dans notre rétine. Les mêmes pupilles hypnotiques qui soulignaient il y a encore bien peu que tout allait bien dans le meilleur des mondes, les mêmes voix posées qui prédisent aujourd’hui, tranquillement, la fin de la zone de turbulences, avec encore plus d’aplomb et de douceur qu’une annonce sur un long courrier d’Air France.

Parce que c’est ça une crise : une série de remous bordéliques avec un début et une fin. Ensuite, tout rentre dans l’ordre et les cochons seront bien gardés. Il suffit de serrer les dents un petit moment, la ceinture aussi, et ça devrait finir par passer, comme une mauvaise lampée d’huile de foie de morue.

Sauf que...

Comme le décrit avec une belle précision l’ami Patrick des Suiveur(s) de Choses, la fameuse crise n’a rien d’un gentil rouleau compresseur qui nivellerait gaiement le tissu social comme une belle bande bitume tiède. Elle est sélective, la bougresse ! Elle n’a d’ailleurs pas le même début, selon la place que l’on occupe dans la société en général et sur l’échelle des salaires en particulier. Elle n’a pas non plus la même dureté pour tous et du coup, on ne peut qu’être circonspects quant aux prédictions assurées de nos Madames Soleil de l’économie. Si, déjà, ils avaient pu la voir arriver...

D’un autre côté, il faut les comprendre, quand la mer monte, nous n’avons pas tous les pieds mouillés en même temps. En 30 ans de politique économique libérale, les premiers qui ont bu la tasse étaient ceux qui avaient déjà le cul dans l’eau : le lumpenprolétariat, les gagnent-misère, les torchent-culs, les sans-grade, les chiens perdus sans collier, ceux qui ne sortent pas du moule et ne rentrent pas dans les bonnes cases, les petits bras de l’entresol, les mangent-merde, ceux pour qui la crise est une seconde nature. Ceux-là, ça fait un bon moment qu’ils pataugent sous la ligne de flottaison, un bon moment qu’ils ont même cessé d’appeler à l’aide, tant les passagers de l’entrepont s’en tamponnent de leur sort, de leur peine, de leur malheur. Que voulez-vous, ma bonne dame : ils n’avaient qu’à mieux bosser à l’école, tous ces bras cassés. Regardez, moi, je me suis faite toute seule, à la force du poignet. Quand on veut, on peut.

Le naufrage d’un monde en perdition, c’est surtout quand la foule des deuxièmes classes a les arpions qui trempent, qu’on commence à s’en préoccuper vraiment, quand les rats mouillés et affolés remontent de la cale et investissent les cuisines.
Mais quel est donc ce scandale ? Nous avions payé un bon prix pour un confort minimum !
Petites lâchetés quotidiennes, renoncements en cascades, le gros de la troupe, la fameuse classe moyenne, a fermé les yeux à s’en fendre les paupières sur toutes les petites saloperies qui tombaient drues sur le dos de ceux qui échouaient dans la grande course à l’échalote. Salauds de chômeurs, salauds de pauvres, enfoirés de malades, les cassos’ pourrissent la vie des gagnent-petits, à toujours prélever cette indigne petite miette de survie sur le fruit de leur labeur, sur cet argent si cher et si durement gagné.
C’est donc tout naturellement quand les classes moyennes ont commencé à s’enfoncer dans la merde à leur tour que le concept de crise a pu sembler pertinent. Pas de panique, mes amis ! Enfilez vos plans de sauvetage ! Pataugeons quelque temps ensemble, avant un bien mérité retour à la normale. Quand la mer monte, elle finit toujours par redescendre, non ? Enfin, sauf en cas de réchauffement climatique global, mais ces écolos ne sont que de fâcheux paranoïaques, n’allons pas nous pourrir nos prédictions de lendemains qui chantent pour si peu.

Ainsi donc, l’orchestre continue de jouer en première classe, là où les rubans froids de la marée peinent encore à déferler.
Et pendant ce temps-là, la mer monte toujours...


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Adrian Adrian 2 avril 2009 10:26

    Et pendant ce temps-là, la mer monte toujours...

    Ah bon ?


    • Gül 2 avril 2009 10:58

      Très lucide coup de gueule ! Chapeau ! smiley


      • plancherDesVaches 2 avril 2009 11:17

        Depuis septembre 2008 et l’affolement ressenti dans les hautes sphères, les conséquences sont deveues prévisibles, et tous les états ont renforcé leurs services d’ordre intérieurs.
        Et dans ce monde toujours féodal : "quand les gros maigrissent, les pauvres meurent"

        Trés bon article, même si je préfère les chiffres smiley


        • LE CHAT LE CHAT 2 avril 2009 11:28

          @monolecte

          j’adore Raoul de Godesvarwelde dont le titre de ton article parodie une de ses plus célèbres chansons !
          réaliste quand à la lutte des classe , il a aussi écrit celle ci qui évoque déjà l’inaccessible ascension sociale pour les plus humbles !
          http://www.mp3lyrics.org/r/raoul-de-godewarsvelde/tu-nes-quun-employe/

          les classes moyennes se paupérissent à grande vitesse , les riches doivent eux rester très riches ! smiley


          • Kalki Kalki 2 avril 2009 11:44

            Quand ceux du haut regardent en bas : ils ne voient que de la merde.

            Quand ceux du bas regardent en haut : ils ne voient que des trous du cul.

            En image : http://www.debarena.com/fr/img/hierarchie.jpg


            • La Taverne des Poètes 2 avril 2009 12:12

              La merde
              Qu’on voit danser le long des golfes clairs
              A des reflets d’argent
              d’argent roi, d’argent sale
              Paradis fiscal !

              La merde
              A endetté
              Les Français, ces moutons.
              Elle a tué l’azur
              La merde n’atteint pas, c’est sûr,
              La Bruni.

              Voyez
              Tout cet argent,
              Ces retraites dorées
              Voyez
              Ces pédégés blanchis
              Et ces maisons saisies.

              La merde
              Elle va monter
              Jusqu’à nos êtres chers.
              Mais épargnera toujours,
              La merde,
              Les riches de Neuilly.

              C’est la vie !



               


              • Forest Ent Forest Ent 2 avril 2009 13:32

                Il semble que la merde ait déjà atteint le ventilateur.

                When the whip comes down
                I’ll be running this town
                When the shit hits the fan
                I’ll be sittin on the can


                www.sing365.com/music/lyric.nsf/WHEN-THE-WHIP-COMES-DOWN-lyrics-The-Rolling-Stones/1275C4EE779F5C434825689A002B54BB


                • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 2 avril 2009 14:21

                  Et, j’ai une belle montre italienne.


                  • Marianne Marianne 2 avril 2009 14:24

                    Un conseil, regardez ailleurs, vous verrez moins de merde et plus d’espoir :

                    Manif contre le G20, le 28 mars à Paris

                    http://www.dailymotion.com/video/x8tb1j_stop-g20-28-mars-paris_news


                    • Frabri 2 avril 2009 14:32

                      A ceux et celles que avaient voté pour Sarkozy pour qu’il réhabilite le travail et remette ces paresseux-se-s de chômeur-se-s et de Rmistes au boulot et qui se retrouvent ou vont se retrouver au chômage on peut leur conseiller les films de Pierre Carles "Attention danger travail" et "Volem rien foutre al paîs"
                      http://www.homme-moderne.org/rienfoutre/

                      S’ils ne changent pas de système de valeurs et de mode vie ils risquent de se retrouver SDF. Retrouver un travail équivalent à celui qui a été perdu va être plus ou moins difficile..


                      • souklaye souklaye 2 avril 2009 15:08

                        Imaginez un peu l’affiche du combat passif en présence, il y a des pays divisés, des camps divisés en groupes divisés en solitude, des chefs de châteaux de sable ou d’ambulances incendiaires, des alliances consanguines ou vénales, des négociations de dupes ou sans enjeu, des traîtres bien intentionnés ou mal armés, des idylles platoniques ou antidatées, un crime utile ou fédérateur, une justice du plus fort ou du plus nombreux, puis un bain de sans, sans résultats, ni objectifs, sans perspectives ni directions.

                         

                        Le superposition des structures politiques ne crée en aucun cas plus de démocratie et encore moins un leadership collégial. Elle multiplie les pains et la clientèle.

                         

                        La théorie du sauveur cher à l’espèce humaine anime les espoirs calculateurs des patriotes de chaque côté des frontières. En cas de réussite, la béatitude règnera en maître chez les cyniques, mais aux vues de l’histoire, on peut sereinement présumer un retour de cette animalité chère au meurtre de masse légitime.

                        La suite ici :

                        http://souklaye.wordpress.com/2009/04/01/bloc-note-le-bal-des-seconds-couteaux/

                         

                         


                        • Kalki Kalki 2 avril 2009 15:13

                          							

                          															
                          							
                          								@Souk

                          Tu veux pas poster tes articles sur agoravox plutot que flooder de copier coller , pour ramener des gens sur ton blog ?

                          							

                        • plancherDesVaches 2 avril 2009 16:04

                          Bonjour Kal ki.

                          Beeen... comme tous ceux ici qui profitent d’un site pour faire leur promotion....

                          Ca dégoute, non ?


                        • Kalki Kalki 2 avril 2009 16:51

                          Leurs promissions... oui, mais on peut transformer cela :

                          Si on pouvait proposer des "mini"enquêtes, qui serait ’voté’ / plébiscité (et ou on demanderait la participation ) ça pourrait une autre manière de faire de l’information / du retour d’information / de la vulgarisation culturelle et scientifique.

                          Ça pourrait être intéressant.

                          Il faudrait un système de discussion à part de la façade/ portail (agoravox) ( et il faudrait au moin être inscrit pour voter les enquetes / et collaborer a l’enquete)


                        • plancherDesVaches 2 avril 2009 17:10

                          Oui, Kal ki.
                          Mais c’est aussi re-créer une communauté, avec ses dirigeants et un filtre à l’entrée qui ne serait pas forcément démocratique.....
                          Ouaich... A quand un respect de l’autre.....
                          Et le premier profiteur venu dira qu’un système peut être optimisé (à son avantage). Au plus je connais l’humain, au plus j’aime les animeaux. (ce n’est pas de moi... lol )
                          Dur, tout ça.... quand on voit "trop" la réalité...


                        • Kalki Kalki 2 avril 2009 17:33

                          Possibilité de Proposer (et faire) des enquêtes collaborative ( en plus du système d’article actuel)

                          Si tu perds espoir en l’humain et en son devenir que te reste t’il ?


                        • SANDRO FERRETTI SANDRO 2 avril 2009 16:08

                          @Monolecte

                          Moui, mais vous étes un peu récurrente dans la ralerie. Je vous préfère dans le TGV pour Bordeaux (bientot sur nos écrans, si les Dieux Cybionesques le veulent bien).
                          En fait, votre texte me fait penser ( à l’envers) à un passage d’"en attendant Godot"de Beckett.

                          L’un dit à l’autre (j’ai oublié les surnoms des personnages) :

                          - "Ca fait une journée de passée.Je suis content.
                          L’autre :

                          - Moi, aussi, je suis content.
                          (un temps)

                          - Qu’est ce qu’on fait, maintenant qu’on est content ?

                          - Rien, on attend Godot."

                          Donc, ici, qu’est ce qu’on fait, maintenant qu’on est mécontent ?


                          • Monolecte Monolecte 2 avril 2009 16:25

                            Je dois avouer que je trouve surtout les autres récurents dans la connerie et les trémolos catastrophistes. Et oui, ça m’énerve énormément, cette façon de prendre les clampins pour des canards boîteux.

                            Si tout va bien, mon train passe demain sur Agoravox, prélude au WE et aux vacances, pour ceux qui en ont encore. smiley


                          • Gül 2 avril 2009 16:26

                            Hé ! Ben...On attend Sarko... ! smiley


                          • SANDRO FERRETTI SANDRO 2 avril 2009 17:09

                            @ Monolecte,
                            D’accord, ceux qui vous aiment prendront le train...
                            Ou bien des trains à travers la plaine, comme disent Bashung et Delvaux :

                            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=53877

                            ( j’ai trouvé votre train bien sobre au plan bagatelle, mais c’est peut étre mon train qui déraille, comme chantait Thiefaine).
                            PS : Salut à Gul. Je ne sais pas s’il y a encore de la place dans la loco...


                          • Monolecte Monolecte 2 avril 2009 17:18

                            Au plan bagatelle ?!?!, j’avoue ne pas bien vous suivre sur cette voie smiley


                          • Colure Colure 2 avril 2009 17:30

                            La crise est un excellent prétexte (à croire qu’elle a été inventé) pour les riches, d’être encore plus riches et de reprendre ainsi, les quelques miettes qu’ils auraient, par mégarde, laisser tomber ...

                            Le problème, c’est que les ramasses miettes se font rares, vu qu’il n’y aurait plus de miettes. La crise = un complot de rupins ?  smiley

                            Extravagant certes, mais tellement pratique le vocable "Crise" en ce moment smiley Bientôt la crise de nerfs smiley

                            Merci pour cet article 					


                            • Kalki Kalki 2 avril 2009 17:48

                              Crise synonyme
                              1/ maladie : poussée, accès, attaque.
                              2/ effondrement : trouble, remise en cause, dépression, marasme, krach, débâcle, récession, conflit, tension, perturbation, absence, pénurie.
                              3/ crise cardiaque : attaque, infarctus.

                              OUI OUI ET REOUI.

                              Vous n’avez qu’a voir : on observe cette fourberie facilement :

                              Pour eux maintenant "crise " ( crise systémique) ça n’aurait plus rien a voir avec la science des systèmes... et ça ne s’appliqueraient qu’a la finance c’est-à-dire :

                              UN GROS NUAGE DE Fumée, pour dire que c’est incompréhensible

                              Alors que la systémique est une science concrète, pas abstraite (comme l’économie)

                              Et en systémique : une crise c’est un moment ou le système atteind un point à risque :
                              Le système peut se ’bloquer’
                              Le système peut devenir fou et continuer a l ’ "’infinie" (infinie théorique) dans sa lancée.
                              Le système peut se remettre en question et être remis en question.

                              ALORS SELON VOUS :

                              Quel choix prennent les dirigeants des pays ( avec l’aide des économistes, dont DSK) :
                              Ils veulent que le système perdure , (continuer dans sa lancée) tout en donnant une solution de substitution ( la ’ régulation’ ) ...

                              C’est le même genre de solution que pour l’écologie ( on ne fait rien, on prit et on (ils les dirigeants se disent après moi le déluge, moi j’aurais vécu).

                              La régulation d’un système (encore une fois sans parler de finance) est possible :
                              SI ON ACCEPTE D’OUVRIR LES YEUX SUR CE QUI FAIT ’Dérailler’ dériver , le système ...
                              Moraliser le capitalisme ? Moraliser l’homme ? Les religieux n’ont jamais réussi et ils ont eux des millénaires ? Et ils veulent redonner aux vices tout son pouvoir en laissant le système en place

                              RIDICULE.


                            • Yohan Yohan 2 avril 2009 18:21

                              Laissons la merde monter, elle finira bien par redescendre. Et puis ça ne fait pas de mal de tremper des pieds dedans de temps à autre, sinon on finit par oublier qu’elle n’est jamais très loin, sous nos pieds.
                              Et que pour l’empêcher de monter, il ne suffit pas de rehausser les digues pour s’en protéger, mais plutôt faire en sorte de réguler les épanchements nauséabonds (les marchés financiers,...) smiley


                              • Artius 2 avril 2009 20:17

                                Certains auront toujours de quoi surfer sur la vague.

                                Pour les autres, prenez votre souffle (le plus grand possible), retenez votre respiration et <S>crevez</S> priez !


                                (Essai de tag, si quelqu’un a la soluce pour les intégrer, suis preneur)


                                • funkynachou funkynachou 2 avril 2009 22:31

                                  Je découvre ta plume ! Magnifique ! Ton écriture me fait penser à celle de Thierry Pelletier. Sans doute connais tu déjà ? Merci beaucoup en tous les cas. Et au plaisir de te lire !!


                                  • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 3 avril 2009 01:16

                                     Bilan du G20 à Londres, début du sommet de l’OTAN à Strasbourg, manifestations et violences dans les deux cas. Cela me rappelle une certaine époque. Je remarque que l’internet n’a pas beaucoup évolué depuis...


                                    • artam 3 avril 2009 10:03

                                       De toutes façons, nous en avons encore pour un bon moment avec le nez dedans (la merde).
                                      Monolecte, notre poil à gratter, toujours appréciée...

                                      À toutes et tous, bon W_E.


                                      • chmoll chmoll 3 avril 2009 10:06

                                        avec un tsumanami,tsunanima, tsuminamu bordel de merde !! j’arrive jamais a dire s’foutu mot

                                        fin une tornade de merde koi


                                        • Gandalf Tzecoatl 4 avril 2009 14:24

                                          Et pipi, ça ne vous dit rien ?


                                          • l'ours l’ours 6 avril 2009 10:26

                                             J’aimes pas ce monde mais j’aimes bien l’article de Monolecte,poil a gratter,car j’aimes les personnes qui
                                            ont comme l’auteur retiré leurs voiles devant les yeux et qui voient les choses en façe,j’aimes les personnes
                                            réalistes quoi smiley et je dois dire que cet article est comme je les aimes direct et franc ! Bonne continuation
                                            Monolecte smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès