Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quand le FMI veut saisir l’épargne : et si nous étions tous des (...)

Quand le FMI veut saisir l’épargne : et si nous étions tous des chypriotes ?

Décidément, tout le monde semble se creuser la tête pour inventer de nouveaux prélèvements. Après le délirant impôt sur les « loyers fictifs » des propriétaires qui auraient fini de payer leur emprunt, le FMI évoque l’idée d’une taxe exceptionnelle de 10% sur l’épargne pour réduire la dette !

Chypre, puissance zone euro
 
C’est à Chypre que cette idée ancienne, et rarement, mais parfois, appliquée, a été remise au goût du jour, avec une sacrée violence. A l’origine, c’était une ponction de tous les dépôts qui avaient été prévues par les autorités du pays et la troïka. Las, la révolte de la population a imposé une renégociation pour ne faire porter la taxe que sur les montants supérieurs à 100 000 euros. Au début, on parlait de 30%. Finalement, c’est pas moins de 47,5% des fonds supérieurs à 100 000 euros qui ont été saisis. Et dire que ses partisans disaient que l’euro protégeait l’épargne des européens…
 
Du coup, devant la montée des dettes publiques, notamment dans la zone euro, le FMI avance une option bien audacieuse : pour ramener les ratios de dettes à leur niveau de 2007, il faudrait une taxe exceptionnelle de 10% sur tous les ménages disposant d’une épargne nette positive. Le Figaro rappelle qu’un institut de conjoncture allemand, DIW avait calculé en 2012 qu’une taxe de 3,4% sur l’épargne des ménages possédant plus de 250 000 euros pourrait générer la bagatelle de 100 milliards d’euros, près de 4% du PIB de l’Allemagne, pour alléger la dette publique du pays.
 
Qui sont les vrais bénéficiaires ?

Sur le principe, je pense qu’une telle saisie est à proscrire. Il existe bien d’autres moyens de gérer la dette publique, que ce soit par la monétisation ou un très léger regain d’inflation. Mais pour habiller sa proposition, le FMI la présente comme une initiative redistributive et adaptée au contexte actuel. Il soutient que la crise a été si violente que nous sommes dans une situation proche d’une sortie de guerre et que de telles solutions ont parfois été mises en place, comme en Italie ou au Japon. L’Italie avait eu recours à un procédé proche, mais sur des montants limités au début des années 1990.

Comme le note bien Marianne, le rapport propose également d’augmenter les taux d’imposition des tranches supérieures de revenu. Le FMI souligne également que la fiscalité sur l’épargne est plus progressive, ce qui est juste vu que l’épargne est plus concentrée encore que les revenus. Cependant, de manière intéressante, la proposition du fond consiste à taxer toute l’épargne, sans la moindre franchise. En outre, se pose aussi la question de la désertion fiscale ou des montages qui permettraient de minimiser l’épargne nette. Et puis, en l’absence de frontières, les plus riches pourraient déserter.
 
On peut aussi se demander qui seraient les principaux bénéficaires d’une telle mesure ? Il faut notamment se poser la question de la différence par rapport à la monétisation ou un léger regain d’inflation. Cette taxe viendrait in fine au bénéfice des créditeurs de la dette publique, qui ne risqueraient plus de perdre une partie de leurs créances ou de la voir minimisée par un regain d’inflation. Et au final, on peut se demander si ce ne serait pas les banques qui seraient les premières bénéficiaires, comme créancières protégées, tout en ne subissant pas la moindre taxation supplémentaire ?

Décidément, la créativité fiscale, monétaire et budgétaire pour assurer que les banques recouvrent leurs créances n’a pas de limite. Au final, le scénario d’une ponction exceptionnelle sur l’épargne des européens posent de très nombreux problèmes et semble assez révoltante.


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 octobre 2013 14:02

    À l’auteur :
    « le scénario d’une ponction exceptionnelle sur l’épargne des européens pose de très nombreux problèmes et semble assez révoltante. »

    Le degré zéro de la « pensée » économico-politique ! ! !



    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 octobre 2013 14:22

      Quelle que soit la procédure, l’idée de taxer l’épargne pour rembourser la dette constitue Le degré zéro de la « pensée » économico-politique ! ! !



    • non667 12 octobre 2013 17:56

      à demos .
      mieux que la vaseline ! l’anesthésie ? smiley smiley


    • Kern Kern 11 octobre 2013 15:00

      Rien de plus logique :

      C. Lagarde il y a 3 jours à peine donnait un p’tit coup d’pouce au Teinté

      « La France n’est plus en récession : même qu’elle va avoir 0,2 % de croissance cette année »

      http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130718trib000776422/christine-lagarde-prevoit-un-avenir-brillant-sic-pour-la-zone-euro-.html

      Le P’tit Teinté :

      « J’vous l’avais dit ; c’est le frémissement que MOI j’ai senti avant tout l’monde !!! »

      Les socialos en pâmoison

      La facture arrive : passez caisse

      http://www.challenges.fr/economie/20131009.CHA5352/le-fmi-pour-solliciter-les-riches-afin-de-reduire-les-deficits.html

      « Tope-là .....cochon qui s’en dédit... »

      « C’est ou la Hollandie ?

       - Pas loin de Chypre, en fait c’est juste dedans » 

      Vaseline ?  smiley  smiley  smiley


      • Qwantix Qwantix 11 octobre 2013 16:04

        C’est une proposition qui ne manque pas de sel de la part de fonctionnaires internationaux dont les salaires (et les pensions de retraite) élevés sont exonérés d’impôt sur le revenu et qui pour nombre d’entre eux font gérer leurs économies par la très discrète « Association coopérative européenne des fonctionnaires internationaux » (www.amfie.org) sise...au Luxembourg.
         


        • soi même 12 octobre 2013 00:43

          Quel est le meilleur moyen d’après vous pour précipité la chute final pour basculer sur un autre système financier , et bien c’est justement en affolant les épargnants pour qu’ils retirent en masse leurs épargnes. De ce fait les banques non plus de fond propre et c’est la cascade de faillite qui s’enchaîne.


            • Loatse Loatse 12 octobre 2013 13:02

              Pas cohérente du tout cette politique !

              Annoncer que l’épargne des français risque d’être saisie (tout du moin partiellement) c’est inciter ceux là (des écureuils par rapport aux américains) à la sortir des comptes (sauf épargne bloquée) et donc à consommer... sinon pas de chiffre significatif pour la fameuse « relance ».. qui viendrait de l’épargne et non pas de la consommation des ménages plutôt en berne ou des contrats avec l’étranger..et donc en quelque sorte artificielle et à court terme sauf miracle...comme une commande de milliers de tonnes de mimmolette/camembert des usa.. smiley

              mais comment relancer l’économie si l’on taxe les petits propriétaires qui déjà se serrent la ceinture pour entretenir leur habitat ; ce qui au passage permet à de nombreux corps de métiers de vivre... ?

              Ca sent l’improvisation tout ca.... comme un vent de panique qui soufflerait chez nos technocrates


                • lambda 12 octobre 2013 19:19

                  Le FMI a juste un peu d’avance


                  Ce n’est plus l’euro qui garantit votre épargne, c’est votre épargne qui garantit l’euro.
                  Avril 2014 est le mois de tous les dangers et l’article ci-dessous explique assez clairement pourquoi avril 2014 sera la fin de l’euro







                  • lambda 12 octobre 2013 21:39

                    Il est bon de s’interesser à ce qui se dit hors médias alignés aux ordres



                  • robin 12 octobre 2013 20:26

                    Le FMI voudrait déclencher un grand bank run qu’il ne s’y prendrait pas autrement, comment tolérer d’institutionnaliser ainsi un braquage en bonne et due forme ?


                    • lambda 12 octobre 2013 21:34

                      les non élus de Bruxelles ont encore de beaux jours devant eux grâce à la démission collective des citoyens européens
                      les liens ci-dessous sont explicites



                    • BA 12 octobre 2013 22:57

                      Ce qui s’est passé à Chypre a été une expérience qui a été très révélatrice.

                       

                      Il y a quelques semaines, les dirigeants politiques ont volé l’argent des épargnants chypriotes : les dirigeants politiques étaient inquiets de savoir quelle allait être la réaction des épargnants.

                       

                      Le vol de l’épargne des Chypriotes était un test.

                       

                      Or les Chypriotes se sont laissé faire.

                       

                      Les Chypriotes se sont laissé voler leur épargne.

                       

                      Donc les dirigeants politiques des pays en faillite vont généraliser le vol de l’épargne.

                       

                      Et personne ne bougera.

                       

                      Ni les épargnants français, ni les autres.

                       

                      Quand un pays va devenir hyper-endetté, les dirigeants politiques de ce pays vont voler l’argent des épargnants, car ils ont vu que les épargnants préfèrent se laisser voler leur épargne plutôt que de se défendre contre le voleur.

                       

                      Voici la liste des pays qui vont voler les épargnants en 2014 :

                       

                      1- Japon : dette publique de 242,3 % du PIB en 2014.

                       

                      2- Grèce : dette publique de 174 % du PIB.

                       

                      3- Italie : dette publique de 133,1 % du PIB.

                       

                      4- Portugal : dette publique de 125,3 % du PIB.

                       

                      5- Irlande : dette publique de 121 % du PIB.

                       

                      6- Etats-Unis : 107,3 % du PIB.

                       

                      7- Espagne : 99,1 % du PIB.

                       

                      8- Royaume-Uni : 95,3 % du PIB.

                       

                      9- France : 94,8 % du PIB.

                       

                      Le FMI ne parle pas de la Belgique. En mars 2013, la dette publique de la Belgique était de 104,5 % du PIB.

                       

                      http://www.imf.org/external/pubs/ft/fm/2013/02/pdf/fm1302.pdf



                      • Chris De Baün 14 octobre 2013 12:43

                        Il nous faut destituer tous ces gangs qui ont pris le pouvoir et qui ruine les peuples de la terre avec des armes (A.D.M) et des guerres absurdes pour la suprématie sur les points stratégiques et économiques de la planète smiley je cite en premier lieu les (gouvernements de l’occident_FMI__BCE_ONU_OTAN_CPI et tous leurs laquais etc, etc...) la paix et la prospérité ne seront que dans le partage des richesses et non par racket ..... !


                        • Ruut Ruut 14 octobre 2013 17:15

                          Les USA sont a combien de % de dette ?


                          • Ruut Ruut 14 octobre 2013 17:17

                            Chypre fut l’exemple vivant que l’épargne n’appartient pas aux épargnants.

                            Et la garantie de l’état est la somme maximal a ne jamais dépasser sur son compte en banque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès