Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quand le patronat s’enrhume, les salariés toussent

Quand le patronat s’enrhume, les salariés toussent

Alors, ça y est ? Bien rentrés de vacances ? La peau tannée, l’œil vif et le poil brillant ?
Ça tombe bien, parce que la rentrée va être chaude bouillante... pas la rentrée sociale, le bon vieux marronnier que l’on nous sert à chaque fin d’été, non, votre rentrée à vous, sur fond de fièvre grippale et de dérogations massives au Code du travail...

PenseurParce que pendant que vous jouissiez, à juste titre, de votre repos annuel tellement bien mérité, d’autres ont trimé comme des malades pour vous savonner sous les arpions la planche du retour au turbin, opération déjà bien exténuante et déprimante s’il en est.

Même si vous preniez vos vacances au fin fond du bled, dans une zone blanche ravitaillée par les corbeaux, il ne vous aura pas échappé que la grande affaire du moment c’est l’épidémie, que dis-je, la pandémie de grippe H1N1 qui n’attend que votre retour sous le joug pour fondre sur vous comme la vérole sur le bas clergé breton et menacer par sa virulence les timides prémisses d’une reprise économique ô combien espérée, annoncée, claironnée et qui échappe encore et toujours à toute tentative d’observation, fût-elle avec un microscope à balayage électronique. Car voilà, ce ne sont pas les vilains banquiers, les méchants traders ou même la simple cupidité de toute une petite humanité de profiteurs sans vergogne qui plombent la marche triomphante du libéralisme débridé vers des lendemains qui chantent avec des trémolos dans la voix, non, ce n’est pas non plus l’impuissance ou l’insolvabilité, aussi organisées l’une que l’autre, des grands États face aux conséquences prévisibles d’une dérégulation à la hache de toute la vie économique de la planète qui nous met dans la merde jusqu’au coup, non, c’est la foutue grippe.
Attention ! on ne parle pas là de la petite grippette annuelle qui régule chaque hiver la population des maisons de retraites et de convalescence du monde libre et bien organisé, mais bien de la grippe mondiale, le fléau de Dieu, le virus ultime avec un nom de robot de film de science-fiction, pour coller encore plus les jetons si c’était encore possible.

Qu’importe si la grippe n’est qu’un épiphénomène par rapport à bien d’autres pandémies, réelles, tenaces et bien installées, qui lessivent année après année les populations jeunes et non solvables des sous-continents méprisés et surexploités, ce qui compte, c’est que nos petites sociétés en coton flippent bien grave à l’idée de se retrouver avec les naseaux dans un mouchoir jetable et un thermomètre dans les fesses, suffisamment en tout cas pour accueillir avec joie et gratitude toute initiative qui aurait pour but de les protéger de ces miasmes menaçants.

Donc, le gouvernement nous prépare à lutter contre le grand fléau en achetant des millions de masques et de vaccins, en diffusant des spots de pub bien flippants sur toutes les ondes et... en dépotant sous le manteau quelques jolies circulaires qui, étrangement, parlent bien peu de santé publique et bien plus de santé économique. Morceaux choisis et commentaire de texte de la circulaire émise le 3 juillet dernier par la Direction Générale du Travail :

L’employeur peut adapter l’organisation de son entreprise et le travail de ses salariés via la négociation avec les institutions représentative du personnel [...] ou, à défaut, par décision unilatérale après avis du comité d’entreprise ou des délégués du personnel.
[...] Changement des conditions de travail : nouvelles conditions d’exécution de la prestation de travail (augmentation du volume horaire par des heures supplémentaires, augmentation des tâches à effectuer sans s’écarter des attributions contractuelles...) par décision unilatérale de l’employeur (le refus de l’employé, sauf s’il est protégé, constitue une faute pouvant justifier le licenciement.
Modification du contrat de travail : cela touche aux éléments essentiels du contrat...

Pour faire simple, quand la phase 5B de la pandémie sera décrétée par notre gouvernement (pour mémoire, nous sommes actuellement en phase 5A), subitement, l’employeur va prendre les pleins pouvoirs dans l’entreprise et décider tout seul comme un grand de toutes les mesures nécessaires pour maintenir son activité économique. Vous avez bien lu : ce qui compte, ce n’est pas la santé des salariés, des fournisseurs ou des clients, non, ce qui compte, c’est que le pognon continue à circuler. Et si pour ça, le pauvre patron se retrouve contraint de se torcher avec le Code du travail parce que ses salariés tombent comme des mouches, ben, tant pis, faut savoir ce qu’on veut dans la vie. En gros, tout ce qui est législation sur le temps de travail, en dehors de la seule limite supérieure de 60 heures de travail hebdo, ben le salarié survivant, il va pouvoir se le carrer dans l’œuf bien profond : suspension (temporaire, bien sûr) du repos hebdomadaire, des récupérations obligatoires, des RTT, des congés et tout et tout. Tu parles que la bataille contre le travail du dimanche, c’est de la roupie de sansonnet à côté de cet équarrissage en règle. En plus de ça, le patron peut décider tout seul comme un grand de modifier la nature des contrats de travail de ses salariés, pour l’intérêt supérieur de l’entreprise. Changement de poste, d’attribution, d’affectation, de salaire (héhé !), etc. Et au cas où vous n’auriez pas bien compris où sont les priorités, le droit de retrait des salariés est suspendu. En gros, ceux qui se sentent un peu fragiles et se disent qu’un éternuement de plus pourrait bien être un éternuement de trop, ils ne pourront pas arguer du droit de retrait pour éviter de venir se faire contaminer au boulot.

Bref, c’est avec ce genre de petites choses que l’on mesure très exactement la valeur de la vie humaine dans une société et que l’on peut correctement établir l’échelle des priorités de ceux qui prétendent gouverner pour l’intérêt général.

Bonne rentrée quand même !
 
Circulaires en pièces jointes dans l’article d’origine.

Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • paul muadhib 31 août 2009 12:10

    Salut, en fait de grippe ,c’est de gastro généralisées sur l’année dont il faudrait parler...
    phénomène curieux de+ en + fréquent...moi ça m.intrigue..pas d’info la dessus..
    le rêve du patron essaye de s’accomplir , a savoir une main d’œuvre disponible, corvéable a merci... le rêve banal du patron est d’avoir des biens , le plus possible, une maison qui se voit bien avec miradors , une mercedes ,bmw etc signe d’un humain arrive en haut de l’olympe, mon gamin de 8 ans est pareil...pour l’instant,mais a 8 ans c’est encore logique..
    attention opération bas les masques, après avoir pris a son compte l’évolution matérielle qui est en fait issu de la coopération des humains depuis ,disons ,l’age du feu, le prédateur moderne , conscient que c’est la fin des grosses innovations techniques, se prépare a conserver son pécule, fin du pétrole oblige ...il s’agit en effet d’avancer ses pions sur l’échiquier..en niant comme d’habitude la dépendance de celui ci au collectif ... penser qu’il suffit d’une grève forte des transporteurs pour bloquer le système mondial,incroyable non, le grain de sable quoi !!
    en fait rien de nouveau, depuis des millénaires, ..
    cela dit ,qui n’a pas cru en cette civilisation du veau d’or ? personnellement jamais, ainsi que d’autres , mais nous n’imposons pas notre point de vue avec armes , police et pseudo justice aux ordres..seul le nombre jouera sur un changement en profondeur, ...
    pour l’instant on n’y est pas , mais attention ,l’époque est propice a une révolution profonde..
    on a entendu dire que le 21 ème siècle sera spirituel ou alors ?? pour l’instant je dirais le 21 ème siècle deviendra coopératif ou ce sera la fin ,la faim aussi ..
    pour moi le sujet central est l’ego/cerveau analytique de l’homme qui nous conduit au suicide collectif, dont peu sont conscient, pour le moment ce sujet n’intéresse personne...
    car ce même cerveau ne fait que fuir , comme dans nos rêves de fuite impossible..
    alors que, peut être , ne pas fuir et regarder est la solution, au delà de la peur qui motive toutes nos actions et nous fait rechercher une sécurité absolue illusoire...
    ce qu’est la planète vient de nos cerveaux, çà intéresse qui, personne,sauf exception bien sur..surtout virer l’intégralité de la psychanalyse qui me semble être une méthode de contrôle, car le psy veut a tout pris vous ramener dans la société , alors que ceux qui pètent les plombs sont assurément plus sain d’esprit, car ne pas aller bien dans un monde barbare et violent, injuste et guerrier , c’est déjà le début d’une remise en question salutaire..
    la société est elle si bonne qu’il faille s’y integrer ?? non bien sur..


    • paul muadhib 31 août 2009 13:33

      salut parkway...le futur , ? dune ? si la matière de l’univers risque d’être la demain, qu’en est il du futur psychologique qui dit demain ça ira mieux ?? ce futur psychologique est peut être une barrière empêchant le changement radical du présent...je me perds dans les dédales de cet ego ou cerveau analytique si, indispensable a la survie et peut être si nuisible ailleurs..je crois l’ego humain responsable du désastre, ego fait entre autre de mémoire,d’analyses, de décisions oui/non , tout le temps...je n’imagine pas ayant vécu des moment involontaires au delà de cet ego..alors Dune , ou quelque avenir que ce soit , si c’est avec un humain débarrasse de ses peurs invalidantes ,ça le fera...
      avez vous remarque cet incessant va et vient du cerveau analytique entre le passe détesté ou regretté et le futur de promesses idéales..et le présent alors ? ..l’ego utilisant la mémoire de ses expériences projette un futur sécurisé dans l’absolu, le voyage intérieur me semble être la solution, pour remonter a la source de tous les conflits, en chacun..contrairement a ce que l’on pense nous sommes si semblables, avec bien sur des différences de capacités et de niveau de névroses, la névrose de la cupidité issue de la peur du futur dominant tout le reste..peur,angoisse,déprime,désirs, etc...tout ceci est le commun de chacun, c’est comme cela que l’on peut comprendre le cupide..
      c’est ...con ...non..
      salutations dunesques


    • Atlantis Atlantis 31 août 2009 22:27

      je n’imagine pas ayant vécu des moment involontaires au delà de cet ego

      ça existe pourtant. Toutefois, ce qui est important, c’est l’équilibre. Savoir penser à la fois avec l’émotion, avec la réflexion et avec l’intuition. Exercice délicat : ceux qui y ont gouté savent qu’on a tendance très rapidement à revenir à un des coté du triangle (voire même en aux sommets « émotion » pour les moins éveillés et « réflexion » pour les intégristes de l’analyse, avec ça on a 90% de la population au moins)


    • paul muadhib 31 août 2009 23:21

      salut atlantis, je voulais dire que je sais ce que c’est d’être au delà de la dictature de son ego /cerveau analytique, l’ayant vécu involontairement , ce qui d’après mon expérience ne peut etre que le cas, aviez vous bien compris cela ?
      salutations


    • Jordi Grau J. GRAU 31 août 2009 12:20

      Cet article est de la pure propagande gauchiste. Avec leur fameux « Droit du travail », Monolecte et son maître Gérard Filoche veulent nous faire revenir au bon vieux temps de l’Union soviétique - à moins qu’ils ne soient nostalgiques de la Chine de Mao ??? Ce qu’ils n’ont pas compris, c’est que les entreprises françaises crèvent de leur manque de compétitivité. Le coût du travail est trop élevé et les réglementations sont complètement archaïques. Notre pays s’est trop longtemps vautré dans le socialo-communisme, il a trop longtemps têté la mamelle frelatée de l’Etat-Providence. La récréation est finie. Bénie soit la grippe porcine ! Si cette petite catastrophe peut donner un coup de pied au derrière de la France, ce pays de boulistes, nous n’allons pas nous plaindre, n’est-ce pas ? Il faut déréglementer, flexibiliser, précariser, en un mot remettre la France au travail, comme le disait M. le Baron Sellière.

      N’ayons pas peur des mots : les entreprises doivent exploiter convenablement leur capital humain. Il n’y a pas de honte à exploiter ! Un exploitant agricole exploite des terres, pour le plus grand bien de la société. Pourquoi un patron ou des actionnaires n’exploiteraient-ils pas des ressources humaines ? Réveillez-vous, Monolecte, nous sommes au XIXème - pardon, je voulais dire : au XXIème siècle.

      Amicalement,

      J. Grau

      P.S. Merci pour votre excellent et terrifiant article. Tout ce qui précède a été écrit par solidarité avec nos amis Lerma, Péripate et autres philanthropes. Je sais qu’ils sont très occupés à prêcher l’évangile ultralibéral sur d’autres fils de discussion, et j’ai voulu les soulager un peu en écrivant à leur place un peu de propagande droitiste.C’est très amusant, et pas si difficile que ça en a l’air. Vous devriez essayer.


      • Monolecte Monolecte 31 août 2009 12:54

        Excellent, on aurait cru un vrai, mais avec du talent à en revendre ! Franchement, merci pour ce beau morceau de bravoure.


      • Ronny Ronny 31 août 2009 13:58


        Belle caricature de lecteur du figaro pur sucre... Et bien non, la France n’est pas un pays de glandeurs (nous avons la meilleure productivité horaire par exemple), et cela vient de réveiller bien des consciences aux USA et au RU où il était de bon ton de moquer la France jusqu’à la crise... Les entreprises francaises sont très compétitives comme l’est « l’entreprise France ». Sinon comment comprendre le montant des investissements étrangers en France, et son classement en tête des pays ou il ferait bon délocaliser, d’autant pus que les services publics à la Francaise, issus d’une longue tradition sociale, et que sans nul doute vous haissez, sont cités comme éléments favorables à l’installation d’activités commerciales.

        Quant à exploiter, oui on exploite une machine, un brevet, un « process », une terre, mais on n’exploite pas une ressource humaine. On en bénéficie. Cette épidémie nous en dit donc effectivement long sur la façon dont les libéraux percoivent la société et la « valeurs de civilisation » (avec en tête notre bien aimé mais nénamoins vagual président).

        J’ajoute également qu’en niveau 6, tout rasemblement et toute manfestation seront interdits !

        Vous feriez mieux de lire la presse sérieuse, y compris la presse étrangère pas vraiment de gauche, plutot que les tracts de l’UMP... Pour vous y mettre, c’est dessous !

        http://www.forbes.com/2005/03/22/cx_da_0322topnews_print.html
        http://www.economist.com/world/europe/displaystory.cfm?story_id=13610197
        http://www.newsweek.com/id/178822
        etc.

         


      • Jordi Grau J. GRAU 31 août 2009 14:37

        Comme vous dites, Ronny, mon commentaire était bien une caricature de ce que pourrait écrire un lecteur du Figaro. Pour dire les choses plus clairement, c’était un petit exercice de parodie. On s’amuse comme on peut. Lisez mon post-scriptum, qui met les choses au clair.

        Sinon, je suis en accord avec le reste de votre commentaire. Le déclinisme a été une belle trouvaille pour favoriser l’accession au pouvoir d’une droite dure, « décomplexée » comme ils disent. Quelques mois avant la crise, le grand décliniste Nicolas Baverez vantait sur France Culture les mérites de l’économie britannique, qui s’était délestée de sa vieille industrie pour se concentrer sur une activité éminemment rentable : la finance...


      • R.L. 31 août 2009 17:59

        « les entreprises françaises crèvent de leur manque de compétitivité »... dites-vous.
        Il ne se pas une semaine sans que des organismes officiels étrangers, des médias de droite (pléonasme) étrangers, des individus divers souvent de l’étranger... reconnaissent que ce sont les salariés français qui ont la meilleure productivité.
        En témoigne l’importance des investissements étrangers en France, là aussi leader depuis plusieurs années De même sommes-nous dans la deuxième partie du classement européen pour le nombres de jours chômés, n’en vous déplaise !
        Ceci compense largement le coup des charges. Peut-être celle de l’avidité de nombre d’entrepreneurs... quand ce n’est pas leur incompétence...


      • Christian Delarue Christian Delarue 31 août 2009 23:25

        Je salue vivement l’humour caustique de J Grau en avouant une grosse surprise en début de lecture.


      • ZEN ZEN 1er septembre 2009 10:11

        @ Le Furtif
        Je ne me souvenais plus de ce mot du Big Boss
        C’était la préhistoire,non ?


      • sisyphe sisyphe 31 août 2009 12:20

        Les masques, décidément ; rien de mieux qu’un masque pour masquer, non ?

        Masquer les mesures anti-sociales prises pendant l’été (travail du dimanche), masquer l’augmentation (passée, présente et à venir) du nombre de chômeurs, masquer les mesures anti-démocratiques (comme la suppression des juges d’instruction, comme ça, en passant ; un rien, une babiole), masquer la baisse du pouvoir d’achat (augmentation des tarifs de l’électricité :( beaucoup plus qu’annoncé pour les petits concommateurs), taxe carbone..) : une bonne opération de conditionnement à la parano sur la santé, un bon petit masque, et hop, le tour est joué ; emballé, c’est pesé !

        De quoi laisser le champ libre aux e(m)masculeurs, et de faire turbiner le bon populo au gré des patrons : un petit masque sur le code du travail, et roule ma poule...

        Et sinon, ils vendent aussi la vaseline, avec les masques ?


        • Monolecte Monolecte 31 août 2009 12:56

          Non, non, c’est clairement à sec, tout ça !


        • pascal 31 août 2009 12:46

          Pourquoi s’étonner ? Les patrons doivent se gaver ,tout est mis en place depuis des lustres.

          Les dommages collatéraux on s’en fout ! Moi j’ai mal à ma France.


          • Lapa Lapa 31 août 2009 13:44

            Au niveau arnaque je me demande si la grippe porcine va battre l’effroyable bug de l’an 2000 ?


            • LE CHAT LE CHAT 31 août 2009 14:11

              un petit truc si les pharmacies tombent en panne de masque , il suffir de couper un soutif en deux et vous avez 2 masques ! cela peut vous sauver la vie !!!!!!!


              • Monolecte Monolecte 31 août 2009 14:15

                Au prix du sous-tif, ça fait super cher le masque.
                Tant pis, je préfère crever que de trancher dans mon superbe échafaudage de dentelle !


              • LE CHAT LE CHAT 31 août 2009 14:38

                au marché y’en a à 1 ou 2 euros made in China , bien sûr , lol !


              • cathy30 cathy30 31 août 2009 15:53

                Oui tout à fait, quand je vous ai lu, je me suis dit, tout le monde à droit à son 11 septembre 2001


                • S2ndreal 31 août 2009 17:03

                  Remarquable,

                  Je n’avais rien remarqué. Mais cette grippe a deux très grandes « quaités » que vous soulignez. Cette grippe permet de justifier l’absence de toute reprise. La doctrine officielle a trouvé son paravent contre la réalité. Cette grippe permet aussi d’introduire une importante « flexibilisation » du travail. Vous notez, très finement, que le code du travail va sauter paur cause de H1N1. Quand l’épidémie aura disparu (je pense qu’elle metttra beaucoup de temps à disparaître. Flexibilité oblige), ceux qui en auront profiét hurleront à la nécessité de prolonger cette expérience « dynamisante ». Ils seront écoutés. Pour le bien de la « France », bien sûr.


                  • Martinyuk Martinyuk 31 août 2009 17:27

                    Monolecte, une belle âme et une belle plume, qui observe notre temps et, à raison, s’en désole.

                    Malheureusement le pire est à venir. Reste à voir jusqu’où...


                    • L'enfoiré L’enfoiré 31 août 2009 18:28

                      @L’auteur,
                       Je m’attendais à ce que vous parliez de ceux qui profittent, pardon, mauvais mot, qui travaillent pour les vacances des autres. Parce qu’il y a aussi les pays qui vivent du tourismes et ne pourraient pas vivre sans cette manne qui vient d’ailleurs. 
                       La grippe, mais c’est simple, il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans l’autre hémisphère. Vous savez celle qui nous précède et qui a déjà connu l’hiver. Ils vont bientôt arriver au printemps. Ont-ils survécus à la « crise » du virus ?


                      • Croa Croa 31 août 2009 22:51

                        Cette propagande excessive et décalée est effectivement suspecte. Mais le but n’est pas de produire une diversion sociale. Ceux qui gouvernent nous tiennent bien même sans grippe !

                        A mon avis c’est plus grave encore. Ils nous manipulent... mais pourquoi ? 

                        Une chose est sure, il vaut mieux ne pas se faire piquer car il y a là derrière au minimum une histoire de pognon mais peut-être veut-on carrément empoisonner une partie de la population ! (Présenté ainsi que l’histoire commence à l’être ça passerais comme une lettre à la poste en tant que malheur de la nature, une fatalité de « la maladie ».)

                        De toute façon un vaccin, surtout nouveau, c’est dangereux !

                        MOI, ON NE ME PIQUERA PAS  car je n’ai pas confiance !
                        Je vous invite à vous méfier aussi !


                        • cathy30 cathy30 1er septembre 2009 10:16

                          les français ne semblent pas du tout prendre la grippe a au sérieux et heureusement.
                          je viens de lire un article sur le nouveau logiciel qui pourrait etre mis en place par les entreprises et collectivités sur la gestion de la pandémie. Une grosse arnaque, c’est vraiment du flicage.

                          http://www.ouest-france.fr/actu/economieDet_-Un-logiciel-de-gestion-de-la-grippe-A-_3634-1053967_actu.Htm


                          • Frabri 6 septembre 2009 13:58

                            Mais les vacances finissent aussi avec des chansons avec la Parisienne libérée

                            http://laparisienneliberee.blogspot.com/2009/08/n12-special-vacances.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès