Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quand morale et finance se rencontrent

Quand morale et finance se rencontrent

Qu’est ce donc que la finance morale ?

Ce n’est rien d’autre qu’une finance basée sur une interdiction totale d’intérêt, mais l’autorisation d’une certaine forme de commerce et bien sur de l’importance d’avoir une certaine portée sociale. On s’appuie sur la responsabilité décisionnel d’un choix c’est à dire la répercussion sur des individus, un groupe d’individus ou tout simplement sur la société. Elle doit aussi répondre à certains principes éthiques notamment sociaux, culturels, économiques voire même environnementaux étant très à la mode de nous soucier des malheurs de Mère Nature plutôt que de la famine dans le monde ;mais là n’est pas le sujet.

Elle existe sous bien des formes à notre époque , que ça soit dans le milieu caritatif ou religieux dans le judaïsme ou le christianisme.

Qu’est ce que la finance islamique ?

Contrairement à ce que l’on croit, la finance islamique n’est pas l’argent d’Al Qaeda. En quoi Al Qaeda aurait-il intérêt de faire bénéficier une certaine forme de finance plus saine ? Alors, que le meilleur moyen d’engager des fanatiques religieux est au contraire de favoriser la pauvreté et la frustration sociale. Les politiciens français ont trouvé le nouveau cheval de bataille pour permettre comme avec la burqa d’éloigner ses citoyens des vrais questions comme le pouvoir d’achat, le vol légal des banques sur ses clients via des taxes que même le banquier lui-même est incapable d’expliquer, les retraites en péril ou le décès graduel de la sécurité sociale française.

Il est vrai que les éléphants de la politique française au nom de la laïcité qu’ils défendent quand ça les arrange, s’opposent à une finance plus humaniste car il y a de fortes chances que les Strauss-Kahn,Balladur,Chirac ou autre ne puissent pas gratter quelques commissions leur permettant de grossir leurs comptes bancaires suisses.

La finance islamique , en accord avec le droit coranique, est basé sur deux principes :

  • la prohibition de l’usure : l’intérêt est interdit

  • une certaine responsabilité sociale de l’investissement

  • l’obligation de répondre à des principes moraux comme l’interdiction du travail des enfants, des sous-payé des salariés ou de travailler avec des organisations criminels

  • respecter le droit coranique : il n’est pas permit de faire du commerce de l’alcool ou de stupéfiants,l’armement,les jeux de hasards ou l’élevage porcin

Les banques islamiques ne sont en rien des établissements financiers « made in Madoff » , mais plus un partenariat où une partie apporte les fonds et l’autre l’expérience et la gestion. Le bénéfice réalisé est partagé entre les deux partenaires,

Le « camarade » Emmanuelli affirme dans ses belles tirades de l’Assemblée Nationale « la Shariah n’est pas compatible avec la République », comme ce personnage de la gauche sans véritable projet politique a trouvé un sujet de conversation pour ses prochaines pauses-cafés avec les éléphants de son parti. Dans un sens, je comprends sa position et il en est bien obligé ,car la banque Rothschild leader incontestable de la finance morale serait très fâché. Cette dernière est l’ancien employeur de l’homme aux sourcils broussailleux, mais aussi le principal investisseur de ses campagnes politiques.

J’aimerais bien qu’un jour cet « érudit du dimanche » m’explique la conception de la Sharriah, car je suis certain qu’il maitrise parfaitement le sujet. Il y a de fortes chances qu’ils connaissent mieux les belles lignes du Livre Rouge ou du Barraitot que ce concept.

Les musulmans sont-ils les précurseurs d’un capitalisme humaniste ?

Les musulmans sont très loin d’être les précurseurs d’un nouveau capitalisme. Ils proposent une sorte de partenariat stratégique entre deux parties dans une optique humaniste et évidemment religieux.

Dans l’Antiquité,Aristote via son ouvrage via son ouvrage l’Éthique à Nicomaque nous enseigne le fait que la spéculation est interdite. Ces principes furent reprit dans la tradition chrétienne par le furent intégrée dans le théologie chrétienne selon lequel l’argent ne doit pas engendrer d’enfants.

La Banque Rothschild, suivant les principes de la Torah, ont fortement contribué par leur puissance financière à la création du seul État démocratique du Proche-Orient, c’est à dire Israël. Ils ont racheté des hectares de terres à des propriétaires terriens britanniques ou même arabes afin de constituer un pays qui est désormais l’un des plus puissants de la région. Cette banque a aussi fortement contribué de façon pécuniaire à bien des œuvres philanthropiques. N’est ce pas finalement une finance morale ? Évidemment que si, mais il semble que ça soit différent car la classe politique française n’est pas aussi laïque qu’on le pense.

Quelle est la position des pays européens sur la question ?

La Grande-Bretagne fut le premier européen a autorisé la finance islamique sur son territoire. C’est ainsi que l’Islamic Bank of Britain fut accepté par la législation britannique. Bien des banques fonctionnant sur le même concept suivirent comme la Albaraka Banking Group originaire du Bahreïn ou la Bank of London and Middle East.

Aujourd’hui, le marché outre-manche représente le premier marché européen et le premier marché d’Occident.

Les pays comme l’Allemagne,le Luxembourg,l’Italie, la Suisse, ou les Pays-bas ont graduellement accueillit la finance islamique sur leur territoire par cette certaine nécessité d’être toujours plus présent et pesant sur le marché économique mondiale. Mais, surtout pour l’énorme manne financière que représente cette nouvelle forme de finance.

Selon les prévisions financières de 2008, on estime à 1 000 milliards de dollars ce marché !Comment peut-on rester sceptique à une manne financière aussi importante ?

Les français s’interdisent l’adhésion à ce concept car parait-il la laïcité le proscrit. Je ne savais pas que le concept de laïcité nous interdisait d’être un pays riche. Alors des député hexagonaux sous la pression de certains organismes bancaires fortement présent sur le marché de la finance morale compare ça à de l’argent « made in Al Qaeda », dans ce cas-là il faut s’attendre au crash d’un avion de la British Airways sur la Tour du Crédit Lyonnais.

Il y a d’autres politiciens français plus informé sur le sujet comme Hervé de Charrette, qui connaissent le sujet donc via des bilans et des explication simples nous expose l’opportunité à saisir ce marché.

Est ce que les universités françaises proposent des formations préparant à ce type de finances ?

Actuellement, les établissements supérieurs français restent chétifs à l’idée de proposer de telles formations. Mais,sous l’impulsion d’Hervé de charrette, des prémices de formations apparaissent notamment à l’École de Management de Strasbourg ou à l’Université Paris-Dauphine.

Mais, peu à peu des formations se profilent sur la carte universitaire française comme notamment à Lyon ou l’Université Jean Moulin Lyon 3 pourrait proposer un Master Finance Islamique.

Pour l’instant, aucun accord n’a été trouvé sur la question car le recteur et certains professeurs de l’université lyonnaise ne veulent pas proposer ce diplôme pour la rentrée 2010 au nom de incompatibilité de cette dernière à s’intégrer avec les autres formations. Pour une fois, la laïcité n’a pas été cité.

Certains responsables du Ministère de l’Éducation français estime que Paris aura le monopole totale de cette formation. Les universités lyonnaises ne se contenteront de proposer leurs « MBA » premier choix, plutôt qu’un diplôme collant vraiment à la réalité économique européenne.

La France, englué sans ses pseudos principes, devra laisser ses idées reçues,ses clichés mais surtout s’émanciper de ces groupes de pressions bancaires pour certains ou plus religieux pour d’autres pour enfin s’adapter à la réalité économique européenne mais surtout mondiale.

Comment peut-on refuser un marché estimé à 1000 milliards de dollars ?Comment peut-on laisser Londres ou Francfort imposé ses choix à la Banque Centrale Européenne ?Alors, que la France a les moyens de jouer les premiers rôles sur la finance européenne pour ne pas dire mondiale et se laisse dicter ses choix par des lobbys conservateurs.

La France doit très vite se réveiller ou sinon son influence sur les grandes décisions financières de ce monde seront aussi importantes que celle de la Grèce.


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • PhilVite PhilVite 29 juin 2010 16:40

    "La France doit très vite se réveiller ou sinon son influence sur les grandes décisions financières de ce monde seront aussi importantes que celle de la Grèce."

    Ne vous cassez pas la tête, c’est déjà le cas.


    • rastapopulo rastapopulo 29 juin 2010 23:06

      La Banque Rothschild, suivant les principes de la Torah,

      C’est une blague ? L’usure est interdite aux juifs.


      • Radis Call 1er juillet 2010 12:31

        Une banque pratique la religion de l’argent...


      • verdan 2 juillet 2010 13:27

        Bonjour

        -« C’est une blague ? L’usure est interdite aux juifs. »-

        Il faudrait plutôt dire :- l’usure est interdite aux juifs pour d’autres juifs.

         


      • MarcDS MarcDS 30 juin 2010 01:14

        De deux choses l’une : soit on a « une finance basée sur une interdiction totale d’intérêt », soit on a le capitalisme. Mais vouloir mettre l’une dans l’autre, c’est aussi fort que de vouloir moraliser un système basé sur la cupidité et l’égoïsme (suivez mon regard).


        • xbrossard 30 juin 2010 11:25

          @MarcDS

          pas d’accord, on peut très bien avoir un système capitaliste plus moral : il suffit par exemple que chaque entreprise appartienne à ses employés :

          c’est bien un système capitaliste, puisque le but reste de faire de la plus-value
          c’est un système plus morale car il y a moins de chances que l’entreprise aille contre les intérêts de ses employés, ou contre les intérêts de tous même.
          Et puis disons le franchement, croyez-vous qu’une entreprise pourrait par exemple faire des détournement de fonds avec l’accord de tout ses employés ? non, il y a très peu de chance...

          donc le système serait plus moral


        • le naif le naif 30 juin 2010 12:58

          @ xbrossard

          "pas d’accord, on peut très bien avoir un système capitaliste plus moral : il suffit par exemple que chaque entreprise appartienne à ses employés :« 

          Oui, on peut y croire, ça marchera un temps, regardez dans quelle schizophrénie se trouvent les salariés actionnaires aujourd’hui.... Frédéric Lordon en parle très bien. C’est à un changement de paradigme que nous devons aboutir, le capitalisme n’est pas l’alpha et l’oméga de la civilisation.....

           »Et puis disons le franchement, croyez-vous qu’une entreprise pourrait par exemple faire des détournement de fonds avec l’accord de tout ses employés ? non, il y a très peu de chance...« 

          Lisez ou relisez La ferme des animaux d’Orwell. Il y aura toujours un aigrefin, capable au mieux de persuader les autres de la justesse de ses vues du style : » travailler plus pour gagner plus« ou pour se barrer avec la caisse.

           »Donc le système serait plus moral"

          J’ai trouvé plus naïf que moi ....

          Slts


        • Fabienm 30 juin 2010 14:11

          @Mr Brossard :
          manifestement vous n’avez jamais travaillé en entreprise côtée.

          La logique de l’actionnaire est devenue totalement divergente de l’intérêt du salarié (long terme).
          Rendre les salariés actionnaires ne fait que les plonger dans un paradoxe qu’ils ne peuvent résoudre sans se tirer une balle dans le pied gauche (actionnaire), ou le droit (salarié).
          Ces intérêts ne peuvent être réconciliés car ils sont divergents. La seule solution : fermer la bourse.


        • MarcDS MarcDS 1er juillet 2010 12:26

          @xbrossard

          En écrivant "c’est bien un système capitaliste, puisque le but reste de faire de la plus-value", vous vous trompez sur ce qu’est le capitalisme. Celui-ci se définit non pas par rapport à la création de plus-value, mais par rapport à la propriété des moyens de production. Dans le capitalisme ceux-ci sont aux mains des détenteurs de capitaux. Ceux qui ont l’argent possèdent et contrôlent les moyens de production, donc aussi les travailleurs.
          Ce que vous décrivez (la démocratie dans les entreprises) est une forme de sortie du capitalisme. C’est même une des pistes les plus intéressantes à suivre pour en sortir. Cela explique aussi pourquoi il y a aussi peu d’entreprises qui fonctionnent sur ce modèle : actuellement elles doivent fonctionner dans un système économique qui leur est totalement hostile.

          La finance n’ayant de sens pour le capitaliste que par les intérêts que peuvent rapporter les sommes investies, je ne vois pas très bien comment une finance non rémunérée pourrait fonctionner dans un système capitaliste. Une finance non rémunérée est d’ailleurs une autre voie de sortie du capitalisme, à combiner avec la démocratie dans les entreprises.

          Finalement il est dramatique de constater à quel point la nature profonde du capitalisme est méconnue. C’est sans doute ce qui lui permet de résister alors qu’il se fissure de partout, l’opinion publique croyant pouvoir moraliser un système fondamentalement immoral.


        • xbrossard 2 juillet 2010 14:36

          @Fabienm

          « La seule solution : fermer la bourse. »

          pas tout à fait d’accord ; ce qui pose problème, ce n’est pas la bourse, c’est le système des actions car les actionnaires ont un pouvoir de décision dans l’entreprise
          si on se limitait aux obligations, il n’y aurait pas ce problème. En fait, on devrait en rester aux banques qui prêtent de l’argent sans mettre leurs nez dans les affaires de l’entreprise...


        • xbrossard 2 juillet 2010 14:42

          @Fabienm

          et désolé pour vous, je travaille et a travaillé dans une entreprise coté

          « Rendre les salariés actionnaires ne fait que les plonger dans un paradoxe qu’ils ne peuvent résoudre sans se tirer une balle dans le pied gauche (actionnaire), ou le droit (salarié). »

          donc vous êtes en train de dire que choisir l’équilibre entre les droits que s’octroierait les salariés et les gains de son travail le plongerait dans un abîme de perplexité qui l’empêcherait de travailler ?
          Au mieux, vous prenez les salariés pour des cons, au pire, vous êtes d’une mauvaise foi confondante. Vous allez maintenant me sortir le couplet « laissez nous choisir pour vous ce qui est bon pendant que vous travaillez »

          Etre responsable, être adulte, c’est décider de chacun de ses actes, en prenant en compte les avantages et inconvénients ; l’avantage du système que je décris est justement est qu’il rendrai les gens plus responsables, quitte à ce que certains salariés sabotent leur entreprise par incompétence...mais c’est bien la même chose en démocratie, il y a bien des incapables qui votent mais nous n’avons pas le droit de leur enlever ce droit


        • xbrossard 2 juillet 2010 14:47

          @le naif

          en 1789, il y avait aussi quelques naifs qui croyaient que la royauté allait disparaitre...

          la démocratie n’empêchera jamais qu’il y ai des petits malins qui cherchent à en profiter...mais ils auront toujours moins de pouvoir que dans un système dictarioral et pourront donc moins nuire

          La ferme des animaux décrit comment un système démocratique est dévoyé, à nous d’être assez intelligents pour éviter le pire.
          Dans un système dictatorial comme l’entreprise, même si vous le voulez, vous ne pourrez changer un système dévoyé car vous n’avez aucun pouvoir


        • xbrossard 2 juillet 2010 14:50

          @le naif

          le véritable but de la démocratie n’est pas e faire un système qui marche « mieux » que les autres (comment définir ce qui est « mieux »), c’est de faire un système « moins pire », en ce sens que les ravages que pourront faire certains seront moins important car ils auront moins de pouvoir...

          C’est un peu le sens de ce que disait Churchill...


        • xbrossard 2 juillet 2010 15:01

          @MarcDS

          « Celui-ci se définit non pas par rapport à la création de plus-value, mais par rapport à la propriété des moyens de production. »

          exact, mais le problème de base est que l’on ne sépare pas pouvoir de décision et propriété ; en quoi la propriété devrait-elle donner le pouvoir ? pendant des siècles, ceux qui avaient le pouvoir n’étaient pas nécessairement ceux qui possédaient le plus (par exemple les nobles ou les religieux...)

          Dans nos sociétés de plus en plus orienté sur le service, qu’elles sont les justifications que peuvent avancer ceux qui ont le pouvoir ? quand le créateur de Google emprunte de l’argent pour créer sa boite, en quoi devrait-il avoir plus de pouvoir que ces employés qui apportent leur force de travail et lui rapporte une plus-value ?

          Ce que possède les capitalistes n’est que du matériel, de la matière vide qui ne devraient pas leur donner plus de pouvoir que l’apport de l’intelligence de ses employés

          par contre, vous avez tout à fait raison de dire pourquoi le système démocratique a du mal à survivre en entreprise ; c’est le même problème qui s’est passé en URSS quand les bolchéviks sont arrivés au pouvoir ; ils ont plongés dans la terreur non parce que c’etait leur nature profonde, mais parce qu’ils étaient entourés par des pays hostiles à leur système.

          C’est d’ailleurs pour la même raison qu’un Napoléon est apparu suite à une révolution combattu par tout les pays royalistes d’europe...


        • Fabienm 30 juin 2010 10:29

          Morale et finance, ben voyons. autant essayer de faire boire un âne qui n’a pas soif.


          • Lucien Denfer Lucien Denfer 30 juin 2010 12:39

            Le but est en apparence de permettre aux musulmans de France d’avoir accès à des banques respectant la loi islamique mais l’objectif réel est de drainer l’épargne des pays musulmans. En effet, un potentiel de 4000 milliards de dollars ne saurait laisser Bercy de marbre et Christine Lagarde qui a ouvert ce chantier en permettant à quatre banques de ce type d’ouvrir en France, en salive déjà.

            Les instances de supervision soit-disant indépendantes, véritables « sharia boards » se proposent de jouer le rôle d’agence de notation pour les produits financiers, décernant des brevêts islamiques et empochant au passage une commission, les banques de leur coté facturant à leur clients l’ingénierie déployée pour le montage de produits « charia compatibles ».

            En terme de marché les cinq millions de dits « musulmans » de France seront appâtés par des motifs religieux et qui s’apparentent au caritatif mais il est toujours question de visée lucrative.

            Si même Tariq Ramadan n’y voit qu’un système élitiste qui vise principalement les grosses fortunes du golfe, il y a de quoi se poser des questions. Selon lui « l’approche éthique de l’investissement n’est pas l’apanage d’une religion ». Il affirme clairement que « le sens de l’équité, la redistribution des richesses et l’enrichissement par le capital productif tiré d’un comerce légitime sont des principes éthiques avant d’être islamiques ».

            Le véritable but n’est-il pas, au delà des arguments fallacieux d’Hervé de Charette quand aux opportunités géo-politiques et à l’atténuation du choc des civilisations, tout simplement de drainer les économies des pays en voie de développement et d’attirer le maximum d’investissements des pétro-monarchies en apposant une étiquette islamique à un monde de la finance qui n’a jamais su concilier éthique et profit ?


            • Reinette Reinette 30 juin 2010 14:42

              « la République française est laïque, et de même qu’il n’y a pas de droit canonique, ou talmudique, il ne doit pas y avoir de droit islamique, ajoutant la Sharia n’est pas compatible avec la République » Henri Emmanuelli


              Loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État :

              « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes, sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » (art. 1er).

              « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucune culte (...) [sauf pour] les dépenses relatives à des exercices d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons (...) » (art 2).

              « Les cérémonies, processions et autres manifestations extérieures du culte sont réglées en conformité de l’article 97 du Code de l’administration communale. Les sonneries de cloches seront réglées par arrêté municipal, et en cas de désaccord entre le maire et l’association cultuelle, par arrêté préfectoral » (art. 27).

              « Il est interdit (...) d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices du culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. (...) » (art. 28).


              • Yvance77 30 juin 2010 15:13

                Salut,

                Faut cesser l’import du calumet de la paix façon Afghan ... ou alors c’est du trés trés bon ce que fume l’auteur.

                Merci pour ce bon moment.

                A peluche


                • Reinette Reinette 30 juin 2010 15:52

                  l’import du calumet de la paix façon Afghan
                   smiley
                  ça fait Hiroshima dans sa tête à lui


                • Reinette Reinette 30 juin 2010 15:56

                  et pourtant ça existe


                  Le Shari’a Board CIFIE a le plaisir de vous inviter à une :

                  Conférence débat sur la finance islamique :

                  La Finance islamique, ses contrats, ses risques et son intérêt pour les collectivités territoriales

                  Le samedi 22 mai 2010 de 17h à 20h

                  Salle Mozart à STRASBOURG

                  3 rue du Miroir 67000 STRASBOURG
                  http://www.financeislamiquefrance.fr/


                  • Reinette Reinette 30 juin 2010 16:10

                    Finance islamique : 2010, l’année de la réussite ?
                    Interview de Thierry Dissaux, conseiller finance islamique de Bercy
                    - Impulsée par Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances, depuis près de dix-huit mois, la finance islamique fait une apparition
                    http://www.saphirnews.com/Finance-islamique-2010-l-annee-de-la-reussite_a10933.html

                    à quand ?
                    - une Finance catholique :
                    avec un conseiller financier catholique à Bercy
                    ou
                    - une Finance bouddhiste :
                    avec un conseiller financier bouddhiste à Bercy
                    ou
                    - une Finance etc...

                    les hommes politiques actuellement au pouvoir en France sont totalement corrompus et bafouent allègrement les lois de la République


                  • Martin D 30 juin 2010 16:42

                    d’après un ami anglais qui a acheté un petit appartement par le biais d’une banque islamique anglaise ==> il donne les infos concernant le bien qu’il veut et son coût. La banque islamique envoie un « expert » qui étudie le dossier en question. Si celle-ci est partante, elle achète le bien puis fait payer le crédit.

                    l’appartement en question coutait 90 000 euros ==> la banque lui demande 105 000 euros

                    ce qui est donc très intéressant ! en effet, on connait le montant à rembourser chaque mois...pas de surprise.

                    ah oui, côté juridique : la banque est propriétaire du bien jusqu’à paiement du bien


                    • edzez edzez 1er juillet 2010 11:01

                      @susanowoo , tres bon article , merci.


                      • edzez edzez 1er juillet 2010 11:03

                        @Martin D, en principe , dès la signature du contrat , le bien est au nom de l’acheteur final.

                        @susanowoo , tu connais le coffis ?


                        • edzez edzez 1er juillet 2010 11:27

                          @reinette, oui pourquoi pas

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès