Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Que se passe-t-il sur Second Life ?

Que se passe-t-il sur Second Life ?

On constate depuis quelques mois beaucoup de bruits autour de Second Life, comme une vibration qui se met à devenir perceptible, comme un « buzz » marketing qui émerge du bruit ambiant de la Toile. Les deux courbes suivantes illustrent la montée en charge de cet univers virtuel : il s’agit d’une part du nombre de résidents, plus de trois millions en ce mois de janvier 2007, et du nombre d’utilisateurs uniques, c’est-à-dire de personnes réelles ayant créé un ou des avatars, presque deux millions en ce même mois, ce qui montre qu’un utilisateur de la vie réelle (RL pour les initiés) possède en moyenne 1,5 avatar dans l’univers virtuel de second life (SL pour les initiés).

Les Français sont remarquablement nombreux sur SL : c’est le deuxième pays représenté avec 12,73% des résidents, derrière les Etats-Unis (31,19%) et devant l’Allemagne (10,46%) et le Royaume-Uni (8,09%). Mais il est frappant de constater qu’ils n’y sont pas encore présents sur le plan économique. Alors que Nike et Adidas y vendent des chaussures, Pontiac et Toyota des voitures, que trois banques connues, Wells Fargo, ABN Amro et la Banque cantonale vaudoise s’y sont installées, que Reuters y fait des news, que Sun y fait des conférences de presse pour les « fortunes 500 », que la BBC a acheté une île pour y inviter des célébrités, les Français n’y sont essentiellement représentés que par des précurseurs qui y vendent des études de marché, ou font du sexe en ligne, des consultants blogueurs qui organisent des visites virtuelles, ou bien des partis politiques, et puis c’est tout pour l’instant. En caricaturant, Second life serait un peu comme la vraie vie, les Français tchatchent et les autres font du business.

L’économie de Second Life

Même s’il est possible d’exister sur SL sans dépenser un seul sou, ce qui pourrait n’être qu’un jeu massivement parallèle de plus, un univers virtuel comme il en existe beaucoup, devient le siège d’une économie qui, si elle est basée sur une monnaie virtuelle, le Linden dollar (ou L$), a des connexions bien réelles avec le dollar de la vraie vie, avec un taux de change fluctuant autour de 270 L$ pour 1 US$. Et voilà que ce qui est un jeu devient une place de marché : pour le seul mois de janvier 2007, il s’est échangé un peu plus de vingt-deux millions de vrais dollars US entre les résidents, avec, toujours pour le même mois, une balance des paiements remarquable entre SL et RL : la quantité de L$ qui s’est achetée est de l’ordre de cinq millions de US$, alors qu’il ne s’en est revendu que six cent vingt mille, une balance monétaire qui ferait rêver plus d’un ministre des Finances ! Toutes les données financières sont accessibles sur http://secondlife.com/whatis/economy-data.php.

Comment l’argent circule-t-il dans Second life ? Il y a plusieurs sortes de transactions :

* les transactions qui ont lieu entre l’entreprise qui a créé SL, Lindenlab (http://lindenlab.com/) et les utilisateurs, transactions qui sont de plusieurs types.

o Les comptes premium, de l’ordre de 70 US$ par an, nécessaire si l’on souhaite acheter une parcelle de terrain.

o Tout ce qui est l’achat de terrain à Lindenlab, pour lequel il faut déjà payer 9,95 US$ par mois, plus un coût mensuel qui dépend de la taille du terrain ; on peut aussi acheter une île entière pour 1,675 US$ plus une maintenance mensuelle de 295 US$. La taille limitée de l’espace créé des conditions de rareté qui ont fait récemment monter les prix, aussi Lindenlab a-t-il décidé de gagner quelques parcelles sur la mer. Au passage, le nombre d’objets (en fait de primitives 3D) que l’on peut mettre sur une parcelle de terrain n’est pas infini, aussi faut-il toujours bien regarder ce paramètre avant d’acheter.

o Quelques services spécifiques : la création d’un groupe, la mise en place d’un panneau publicitaire, la publication dans l’annuaire, le téléchargement d’images ou de son à partir de son PC pour les stocker dans son avatar.

o A l’inverse, LindenLab reverse un peu d’argent à ses résidents qui sont actifs : 300L$ par semaine, somme versée sous le nom délicieux « d’argent de poche » ; Lindelab rémunère aussi le parrainage pour un compte actif.

* Les transactions qui ont lieu entre résidents :

o La location de lieu, ou bien la revente de lieu ; on peut par exemple louer un appartement avec vue sur la mer pour une semaine, histoire d’inviter son copain ou sa copine pour des vacances.

o L’achat d’objets, allant d’un tableau d’art à une voiture en passant par des chaussures de sport, des vêtements en général.

o L’achat de services : faire un jardin, construire une maison, louer une chambre d’hôtel, jusqu’à, bien sûr, des services d’escortes féminines ou bien gays.

o Et bien tous les autres services encore à inventer.

Car, et c’est une autre caractéristique de SL, l’acte de création y est encouragé, et les possibilités sont énormes. Il ya tout d’abord les outils de « terraforming » qui permettent de modeler le sol : vous avez acheté une île mais vous voulez y mettre un volcan ? Pas de problème. Si vous ne possédez qu’une partie de l’île, vous devez respecter les règles de copropriété qui peuvent, par exemple, imposer une hauteur maximum du terrain que vous allez former. Ensuite, vous pouvez créer des objets, à partir de primitives comme des cubes, des cônes, des tores, etc. A ces objets il est possible d’attacher des propriétés, allant de simples textures de surface jusqu’au comportement par rapport à la gravité ; et surtout il est possible d’y attacher des scripts dans un langage de type java, qui gèrent les propriétés de l’objet en fonction d’actions. Enfin, « business is business », il est possible de mettre un prix sur l’objet, qui peut être de deux types : soit l’objet est matériel et unique, et c’est l’exemplaire unique qui est vendu, soit l’objet est immatériel, et c’est une copie qui est vendue. Et, bien sûr, si vous n’êtes pas spécialiste de la création en 3D, vous trouverez dans l’annuaire plein de résidents qui vous feront vos objets, moyennant rétribution.

Le réenchantement des sites Web

Pour l’instant, SL reste largement « en circuit fermé » dans le sens où les seules interconnexions avec la vie réelle sont financières. Mais cela est-il destiné à perdurer ? Ne pourrait-on pas imaginer une interconnexion de bases de données réelles avec la « Grid » de second life, permettant à un utilisateur d’acheter de vrais objets sur SL ? Amazon a déclaré récemment qu’un groupe d’ingénieurs regardaient Second Life de très près, et surtout Jeff Bezos est un investisseur à titre personnel de Lindenlab ; Amazon ne serait-il pas le premier grand site marchand réel à vendre sur SL ? Et quid des autres ?

Je pense que c’est dans les théories modernes de marketing qu’il faut aller chercher la réponse. Dans ce que l’on nomme « le réenchantement des sites marchands ». La civilisation dans laquelle nous vivons actuellement est à la quête d’un nouveau sens, sens qu’elle trouverait dans les centres commerciaux (ce que Dino Buzzatti lui-même avait pressenti dans une de ses nouvelles, un prêtre Italien en voyage à New York qui trouve dans un shopping center la vie qu’il ne trouvait pas à St Patrick). Qui dit réenchantement des centres commerciaux dit également réenchantement des sites Web, c’est un des sujets favoris des écoles de marketing.

Ce n’est donc pas dans la comparaison entre RL et SL qu’il faut se perdre, mais c’est bien sur la comparaison entre l’acte marchand sur Internet actuel, et l’acte marchand futur, qu’il faut porter nos regards. Dans quelques années, nous trouverons les interfaces Web d’aujourd’hui tristes, ringardes. Certes, certaines entreprises cherchent à améliorer l’interaction avec leurs clients, mais toujours en utilisant le navigateur et ses divers plug-in. Il y a donc un bel enjeu pour une nouvelle expérience marchande sur Internet. Le génie de Linden, c’est de s’y être mis le premier, avec cette force américaine qui permet à la fois de créer de vraies ruptures, et de raisonner grand dès le départ.


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (193 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • slkiller (---.---.2.194) 14 février 2007 20:18

    cacacacapipipipi


    • kobile (---.---.12.105) 14 février 2007 22:27

      Comme beaucoup j’attends impatiemment ce jour où nous pourrons faire nos courses dans un supermarché virtuel ! N’ayant jamais tenté l’experience SL, votre article donne envie de s’y promener. Une question néanmoins : existe t-il un ranking d’objets crées puis vendus dans SL (critères : prix de vente ou volume vendu) ?


      • sweetsmoke (---.---.134.131) 15 février 2007 00:25

        Malgré l’intélligence de cet article, j’aurais aimé que vous parliez de deux points.

        Le premier, second life n’est t’il pas devenu le nouvel eldorado des marchands, qui, conscient de l’aubaine de ce « monde virtuel » qu’ils ont crées en partie, contribuent à le rendre de plus en plus sale, pollué, et conforme à « l’exterieur ».

        En second, « second life » n’est t’il pas le refuge d’une partie de la population dites « geek », frustrée à cause des aléas d’une vie qui leur ressemblent de moins en moins, trouvant dans « second life » la possiblité d’être un rocco du virtuel, contrairement à dehors, ou pour, par exemple, trouver une comagne, il faille mouiller la chemise.

        Ce sont les filles qui trouvent qu’on les drague de moins en moins.


        • Ximatt (---.---.115.2) 15 février 2007 10:58

          Je ne suis pas d’accord avec la population concernée. Ayant moi-même été « geek » et m’intéressant à la « sociologie » du jeu video, je pense au contraire que Second Life vise une clientèle plus conventionnelle. Tout comme en son temps le jeu Les Sims a démocratisé les jeux de rôle/simulation, Second Life est en train de démocratiser le jeu de role massivement multijoueur (MMORPG). Il propose en effet un univers « connu » qui ne rebutera pas le joueur lambda. Les « geeks », quant à eux, préfèrent une forme beaucoup plus forte d’évasion(ou de fuite sociale, question de point de vue...), des univers à l’imagination débridée, et des avatars moins frustrants (sorcier, chevalier jedi, etc)

          Le danger latent est donc non pas de renforcer la cyberdépendance d’une catégorie de profils déjà très enfoncée dans le virtuel au détriment du réel, mais d’y ajouter une population qu’on aurait pu croire a priori pas concernée. Ainsi, bien sur, que les risques liés aux dérives que peut entraîner cette économie virtuelle connectée à l’économie réelle (escroqueries, faillites, etc). On peut noter que dans les MMORPG « pour geeks » le lien avec l’économie réelle ne fait pas partie du jeu et n’existe que sous forme clandestine (et combattue par les éditeurs) : création rémunérée d’avatars puissants, etc.


        • Serge Soudoplatoff Serge Soudoplatoff 15 février 2007 11:32

          @sweetsmoke ben oui les filles trouvent qu’on ne les drague pas assez, même qu’il y a un français qui vend ses « services » à des américaines sur SL... Il se fait 4000€ par mois smiley

          Non, ce ne sont pas que des geek sur SL. J’ai trouvé une étude intéressante sur http://secondlife.reuters.com/stories/2006/12/12/study-on-second-life-and-the-pursuit-of-happiness/

          qui décrit un peu qui sont les SLifeurs. Mais j’ai rencontré des profs de piano, des profs de français, des infirmiers, des journalistes, et pas des geeks.

          Quand à l’eldorado ben oui, c’est exactement ce que je voulais dire. Mais l’équation « eldorado marchand -> pollution comme dehors » ne me parle guère. Au contraire, il n’y a pas de honte à balayer les rues dans SL, on gagne un peu de sous à faire ça.


        • shx (---.---.1.42) 15 février 2007 16:12

          Merci pour ce commentaire constructif. Je n’ai jamais mis les pieds dans cette « communaute virtuelle » et je m’en garderai bien, mais je trouve triste que de tels substitus de vie reelle tels que SL ou les Sims’ pour ne citer qu’eux, provoquent un tel engouement...

          Mais qui sont les utilisateurs de ces services ?

          Sont-ce ceux qui tiennent les cordons de la bourses (jeunes ou moins jeunes adultes), ce qui justifie l’interet que portent les societe de e-commerce a ces nouvelles sources de revenus, ou sont-ce les ado en quete d’une vie meilleure ?

          Tele-realite, Sims’, SecondLife...tout cela est tellement triste !! Pourvu qu’on ne nous invente pas l’amour virtuel...

          Ah, on me dit que ca existe deja....


        • (---.---.121.76) 15 février 2007 11:26

          d’apres google trends aussi second life décolle depuis fin 2006.

          http://www.google.com/trends?q=Second+Life


          • sweetsmoke (---.---.241.2) 15 février 2007 14:37

            merci pour la réponse, je suis assez d’accord avec toi.

            merde alors, tout ce pognon... Vais je m’y mettre ?


            • GK (---.---.72.180) 15 février 2007 15:41

              Bonjour, suite à votre article, je vous invite à lire cette tribune publiée dans Libération http://www.ecrans.fr/spip.php?article749 et écouter, demain Vendredi 16 Fevrier, l’émission « du grain à moudre » sur France Culture : « Second-Life, devenir avatar d’une post-humanité ? »

              Cordialement.


              • Joshua Culdesac (---.---.16.24) 16 février 2007 13:40

                Heu je voudrais tordre le cou à la première assertion sur les français. Entre le l’institutionnel et le sexe en ligne, il existe un petit village (pas forcément Breton) qui résiste vaillament à l’envahisseur saxon ; les créateurs français sont présents, ils font des choses de grande qualité et reconnues comme telles, notamment dans la sculpture, l’architecture, etc.

                Je connais des français propriétaires de sims (régions) entiers et très connus.

                L’économie n’est pas en reste : Virtuool a été créée en décembre 2006 et travaille aujourd’hui sur un contrat de construction d’une des fortunes 500 du web basée sur la côte Est des USA.

                Oui les français ont une place à prendre. Ils sont créatifs, différents, et ces deux qualités sont extrêmement recherchées dans un monde avant tout américanisé.

                Etienne


                • Serge Soudoplatoff Serge Soudoplatoff 16 février 2007 15:14

                  @etienne : merci pour ce commentaire. J’ai failli confondre Virtuool (sise en UK smiley et Virtools qui est depuis longtemps déjà sur le marché de la 3D smiley

                  Qu’il y ait des français créatifs et entrepreneurs présents sur SL, dont vous, je n’en ai aucun doute. Mon propos portait surtout sur l’absence totale de grandes entreprises françaises : aucune banque, aucun constructeur automobile, aucun grand de la distrib, aucun journal, bref aucun de ces grands groupes qui pourtant pèsent sur notre économie. Ceci devrait changer bientôt si j’en crois mes oreilles, mais bon, pour l’instant, sur SL c’est comme sur le web, les grands groupes préfèrent gérer leurs conflit sociaux que de tester de nouvelles formes de marketing smiley


                • oli (---.---.5.98) 19 février 2007 06:09

                  Vous avez monté une société conseil pour l’investissement sur second life, dans le jeu en général, sur internet ? Il y aurait de la pub qu’à vous lire, votre pseudo quête changeage de monde touça, on pourrait presque prendre peur.

                  Si vous n’êtes pas dans l’affaire (ce que je doute au vu de votre profil, je m’en excuse humblement. Quant à agoramachintruc, forum de l’andouillette se vendant à la nouvelle tendance (ou de la nouvelle tendance), genre web 2.0, super, je trouve que le discernement semble peut efficace, et les articles très orienté moi même).

                  Demain un sujet mon nouveau pain bannette que c’est moi qui l’ait fait et que je vends dans ma n’oly boutique ?

                  « Il y a donc un bel enjeu pour une nouvelle expérience marchande sur Internet. »

                  Qu’est ce que je vous répondez, si je vous dit que 70% de l’économie yémenite est paralysé par une drogue à mâcher ? Vous cherchez toujours des personnes pour balayer les rues virtuelles ? Savez-vous ce que vous faites, oh vous le grand et le génial sorti de la grande école qu’elle pète sa maman. Puisque vos visages sont multiples, auriez-vous à ce point peur de l’homme, vous le fin psycho-machin-truc ? Qu’en pense le glorieux sociologue qui sommeil en vous ?

                  Que de question qu’une él33te de votre accabi sera en mesure, j’en suis certain de réfute genre presto.

                  Vous sentez la vibe web 3.0 arrivé ?

                  Moi plus tard je veux être pompier sur second life papa ! Mais il ne peut pas avoir de feu. Ben si ils l’ont implanté la semaine dernière t’es pas au courant, et pense à update un jour. (mettez toussa en langage cliquage farmage 12eme année, et vous arrivez à un langage proche du macaque)

                  Faites de l’argent si vous voulez mais ne prêchez pas un monde meilleur...

                  (réaction peut-être un peu excessive, peut-être le coup de l’éboueur, m’enfin ces gens me font peurs hein !!)

                  PS : moi aussi je suis versé psycho-socio-cyber-economico-geo-polotico-truc-qui-déchire, et apparemment on est pas arrivé aux mêmes conclusions, bizarre non ?


                  • serge soudoplatoff (---.---.184.95) 19 février 2007 08:54

                    @oli : ah le Yemen, vous avez fait ressurgir dans ma mémoire mon voyage de 1984, les joues des Yéménites gonflées de qat, les marchés colorés comme on en voit partout avec en prime le coin qui vend des fusils et des dollars, les maisons en terre avec les WC suspendus, les kilomètres parcourus dans des toyotas avec la kalatchnikov que le chaufeur m’avait demandé de garder entre mes genoux, les hommes au regard fier avec leur jambia à la ceinture, les gamins de ce haut plateau qui me disaient « françaoui : Blatini ! ».

                    Quel beau pays le Yemen !!!


                  • (---.---.224.4) 19 février 2007 09:19

                    Je suis sidéré de voir l’impacte pseudo-médiatique de cet ersatz de vie que représente SL.

                    Il faut quand même remettre certaines choses en place, que la réalité virtuelle touce les français n’est pas nouveau et SL n’a rien inventé, le 2eme Monde de Canal+ était bien plus conséquent en terme de créativité que SL parcequ’il donnait envie, cette envie pure qui efface argent, temps et connaissance technique.

                    SL n’est qu’un pis allé de pacotille au regard de la créativité artistique et technique que le VRML a développé depuis une dizaine d’années et dont les adeptes (particulièrement Français et Américains, comme par hasard) ont su faire perduré malgré les tentatives, par un bon nombre d’acteurs informatiques, de récupération commerciale.

                    SL n’a que géré cette donne tout en limitant les aspects liberté et hors contrainte que sont les serveurs libres de réalité virtuelle que sont Blaxxun ou Abnet, où chacun peut laisser courir son imagination librement, où aucune contrainte logicielle ne limite les délires imaginatifs.

                    SL n’est que l’antithèse de la liberté que la plupart des créatifs « 3D online » ont défendue pendant la dernière décennie, et le recours à des outils propriétaires n’en sont que la preuve ultime qui oblige à des contraintes limitatives que n’imposent pas les langages libres que sont VRML et X3D.

                    La seule réalité vraie de SL est que c’est un leurre virtuel au seul but commercial, hors toute sensibilité artistique ou humaine.

                    Merde à SL, la nouvelle prison virtuelle.


                    • ultratokar (---.---.98.50) 10 mars 2007 03:16

                      toi tu sent l’artiste sur la fin smiley Second Life c’est blindé d’artistes pove cruche


                    • (---.---.30.170) 25 février 2007 14:50

                      Bravo au dernier message de 9h19. Je partage ton analyse, Second Life est d’après ce que j’observe un monde virtuel ne mettant en avant qu’une seul valeur, l’argent. Contrairement à des jeux online comme WoW où le but est de se divertire ou bien à d’autres comme Tails in the Desert où le bute est de développer soit même des technologies et de collaboré sur fond d’une société egyptienne du temps des pharaons, Second Life me parait-être un endroit coupé de la vrai vie où nos amis marchand et marketeux peuvent enfin concrétiser leur rêve de créer un monde où l’humanisme, l’esprit critique et la solidarité n’a plus de place prépondérante. Je n’ai pas encore essayé second life, j’avous d’ailleurs en avoir pris connaissance pour le moment que de façon extérieur mais je pense qu’il s’agit une fois de plus un outil pour imposer un monde sous perfusion d’une idéologie marchande.


                      • Serge Soudoplatoff (---.---.141.80) 25 février 2007 19:20

                        Réactions aux deux derniers messages :

                        oui, SL n’est pas le premier et oui nous les français on a fait avant et même vachement mieux, comme d’habitude.

                        Sauf que, comme m’avait dit un Américain, « vous les français on vous adore, vous êtes des gens brillants cultivés raffinés vous avez la meilleure R&D au monde vous avez les meilleurs chercheurs au monde, et en plus vous n’êtes même pas des concurrents ».

                        Savez-vous qu’avec ce genre d’argument qui met en valeur l’équation « fric = marchand = pourriture », popularisé par un ancien Président de la République, la Franc devient ce que les économistes nomment « le syndrome de la Louisiane », à savoir un état pauvre dans une Europe riche ? Et qui dit pauvreté dit violence, et moi ça ne m’amuse pas de savoir que dans dix ans chaque français devra reverser 50% de ses revenus pour combler le déficite de l’état....

                        Moi je me suis balladé sur SL,et j’ay ai vu bien plus de création et de vie vie que ce que disent ceux qui d’ailleurs n’y sont pas allé. Ca aussi c’est français, Libération en avait fait le titre de sa chronique ciné « j’ai pas lu j’ai pas vu mais j’en ai entendu causer ».

                        Bref, comme je le disais, les français jouent pendant que les autres s’enrichissent. Vos commentaires me conforte dans mon pessimisme.....

                        (PS : skype aussi est un protocole propriétaire....)


                      • ultratokar (---.---.98.50) 10 mars 2007 03:18

                        l’humanisme, l’esprit critique et la solidarité n’a plus de place prépondérante

                        tout le contraire, Second life si tu y passe est ultra sensibilisé sur le Darfour, il y pleins de projets humanistes et des Ong, des systemes d’entraides, des handicapés qui montent des entreprises et jen passe


                      • (---.---.183.245) 26 février 2007 17:39

                        Bon, ben moi j’y suis allée sur Second Life et je me suis fait un très bel avatar pour être draguée smiley

                        Et sur SL, comme dit Serge, pas de problème pour tchatcher.

                        Mais ce que je vois, c’est que pour avoir un avatar, il faut laisser son n° de carte de crédit, son email, ... Si, comme je le pense, ils ont un logiciel d’analyse du comportement, alors bonjour la base de données !!!

                        2 millions de personnes RL, disposant d’internet, avec coordonnées carte de crédit RL et adresse email RL avec tous leurs centres d’intérêts SL : de quoi faire rêver des marketeurs, non ?


                        • ultratokar (---.---.98.50) 10 mars 2007 03:21

                          t’es paranno Linden lab a autre chose a foutre c’est pas une minuscule web du coin qui vend du spam


                        • BebZ (---.---.69.25) 15 mars 2007 11:51

                          Je taffe dans la créa internet, et je peux te dire que même sur des petits sites, un pognon fou est placé dans les stats et les profils utilisateurs


                        • Aaaaaaargh (---.---.9.97) 1er mars 2007 03:26

                          J’y suis allée sur Second Life. Bien sur il y a au premier abord tout ce dont vous parlez, le business, cyber drague etc (et alors ?????) mais j’ai aussi trouvé quelques fous furieux qui ne viennent que pour dynamiter tout cela dans la bonne humeur sans distinction de nationalité (si vous en etre encore à savoir quel pays fait quoi virtuellement ...) Allez y et rendez vous à Goa où règne la « tiger pants tribe » un groupe créé par des français comme son nom ne l’indique pas mais qui regroupe plus de vingt nationalités, partage tout ses biens et m’a convaincu de rester sur second life ! Parce que je me suis franchement marré !!!


                          • Sofia Bailey (---.---.237.210) 23 mars 2007 12:17

                            Bonjour, moi je suis Sofia Bailey sur Second Life ^^ J’adore Second Life.. j’adore mon avatar... j’adore mes amis de Second Life.. Mais aussi, j’adore mon petit copain réel, mes amis réels, mes collègues réels :) Seulement je passe toutes mes semaines de travail à l’hôtel, seule... loin de chez moi.. Alors qu’est-ce qui me remplit de bonheur en ce moment sur Second Life.. J’ai rencontré le plus célèbre designer français de Second Life sans meme le savoir, et suis devenue et aussi d’excellents allemands.. . des américains très sympas... Et je m’attaque à mon projet, le mien, mon futur land.. : monter un groupe de discussion de science-fiction dans tous les domaines, me spécialiser dans le courant cyberpunk, offrir la possibilité de visiter un petit monde inspiré de mon auteur préféré français, proposer un lieu de création, de design, de scripting pour les débutants... Proposer des études de textes, des nouvelles d’auteurs debutants meme :) Aussi exposer les tableaux de ma mere... qui vend déjà les siens, n’a pas besoin de ça mais ça me fait envie :) Savez vous que sur SL beaucoup de tableaux sont réels :) Enfin bref.. voilà à quoi je m’amuse sur Second Life le soir à l’hôtel :) Seule :) Alors oui je passe beaucoup d’heure sur SL :) Mais comment aurais-je pu avoir cette satisfaction dans la création, le regroupement... autrement... Comment aurais-je pu rencontrer tous ces gens que j’adore et qui partagent mes goûts (ou pas !!) et avec qui je chatte parfois des heures avant de me décider à lever le petit doigt pour dessiner un truc inutile :D Enfin bref... Si vous aimez la science fiction contactez Sofia Bailey :) Et si vous critiquez trop SL... ne me contactez pas pour cela :) je vous zapperai rapidement...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès