Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quelques vérités sur « l’aménagement du temps de travail (...)

Quelques vérités sur « l’aménagement du temps de travail »

Les syndicats sont en colère et (c’est une première) le Medef est d’accord avec eux (mais pour un motif différent : le passage en force du gouvernement).

Cette colère repose sur l’introduction inopinée d’un texte sur un nouvel assouplissement des 35 heures dans un projet (discuté et approuvé par les partenaires sociaux) de représentativité syndicale.

La ficelle est pourtant assez grosse mais Xavier Bertrand face au tollé adopte une attitude particulièrement malhonnête. Certains (dont nous sommes) diront que ses nouvelles fonctions de n° 2 de l’UMP n’y sont pas probablement étrangères.

Que dit le ministre :

"Dès le 18 juin 2007, le gouvernement a transmis un document d’orientation invitant les partenaires sociaux à négocier sur les critères de la représentativité, les règles de validité des accords et la négociation collective dans les petites et moyennes entreprises ... / ..."

Jusque-là rien à dire puisqu’il s’agit d’une négociation entre partenaires sociaux.

"Ce document a été complété le 26 décembre 2007 par l’envoi d’un document additionnel leur demandant d’élargir leurs négociations d’une part à la question du financement des organisations syndicales et professionnelles, et d’autre part au sujet du temps de travail, leur soumettant notamment la question des domaines respectifs de la loi et de la négociation collective en la matière... / ..."

Dans la série additionner choux et carottes le ministre s’y entend. La technique est connue : noyer un texte qui n’a strictement rien à voir dans d’autres que les partenaires ne peuvent refuser sous peine de rendre caduc l’ensemble n’est pas nouveau. Pas nouveau, mais surtout méprisable.

"Le 10 avril dernier une position commune a été actée entre le Medef, la CGPME, la CGT et la CFDT sur ces questions. ... / ... Conformément à la position commune, le projet de texte prévoit que désormais la représentativité s’acquiert dans l’entreprise, le lieu où s’exprime le plus directement et le plus pratiquement possible les relations sociales, pour remonter jusqu’au niveau national ... / ... C’est une avancée très importante pour l’accès à la négociation collective dans les entreprises dépourvues de délégués syndicaux. Mais il y a aussi plus généralement une autre question : celle des 4 millions de salariés qui travaillent dans des entreprises de moins de 11 salariés. La position commune a prévu un groupe de travail sur ces questions et j’ai bien noté l’intention des signataires de le réunir dès le mois de juin, sans attendre l’échéance de septembre qu’ils s’étaient fixé initialement... / ..."

Nous avons ici la confirmation du travail de négociation des partenaires sociaux effectuée sans que les pouvoirs publics s’en mêlent. Et, brutalement, on découvre le "piège" tendu aux négociateurs.

"Enfin, la troisième partie du texte s’attache à offrir plus d’espace à la négociation d’entreprise ou de branche dans l’organisation et l’aménagement du temps de travail dans les entreprises ... / ... Pour promouvoir le dialogue social sur le temps de travail, le document d’orientation du 26 décembre 2007 invitait donc les partenaires sociaux à repenser la définition des champs respectifs de la loi et de la négociation collective. La loi a en effet vocation à définir les règles nécessaires à la protection de la santé et de la sécurité de salariés, et la négociation collective peut voir ses prérogatives étendues, notamment en matière de contingent et de repos compensateur ... / ... nous nous inscrivons dans la logique de donner plus d’espace à la négociation d’entreprise, sur le sujet du contingent comme, plus généralement, sur celui de l’aménagement du temps de travail.

C’est un point de désaccord avec certains signataires de la Position commune, car il est clair depuis l’origine, et ceci a été dit en décembre 2007, que nous voulons réformer largement les règles issues des 35 heures pour favoriser une organisation du temps de travail adaptée à chaque entreprise.

... / ... Le projet fixe ainsi des règles simples : on pourra par accord d’entreprise fixer toutes les règles en matière de contingent et de repos compensateur. On pourra dépasser le contingent en consultant les institutions représentatives du personnel et faire faire plus facilement des heures supplémentaires ... / ..." Intégralité du texte sur le site du Premier ministre.

Le gouvernement a pris les partenaires sociaux pour des imbéciles et leur dit clairement. On est bien loin du « Les réformes doivent conjuguer les nécessités de l’action et la pratique du dialogue social », précisant : « Le dialogue social ne doit pas être un alibi à l’inaction ; mais l’urgence de l’action ne saurait justifier qu’on méprise le dialogue social » de Nicolas Sarkozy le 18 septembre 2007 au Sénat. L’Etat fera plier l’ensemble des salariés quoi qu’il puisse se passer !

Ce que Xavier Bertrand veut changer

Les modalités d’aménagement du temps de travail seront-elles modifiées ?

Par accord d’entreprise ou, par défaut, de branche, l’employeur pourra mettre en place des aménagements d’horaires spécifiques (annualisation, travail saisonnier cyclique, temps partiel modulé). L’accord d’entreprise pourrait aussi fixer un délai, qui pourrait être raccourci, pour prévenir les salariés d’un changement d’horaires.

Annualisation ?

Horaires annualisés’ ou ’annualisation du temps de travail’ sont les expressions utilisées pour décrire des régimes permettant de calculer et de planifier le temps de travail (et les salaires) des salariés sur une période supérieure à une semaine, qui est traditionnellement la référence dans la plupart des pays. Au sens strict, cette période devrait être d’un an, mais nous engloberons ici tous les systèmes dont la période de référence est supérieure à une semaine. Source EuroFound Europa.

A noter le commentaire suivant sur EIROnline (european industrial relations observatory on-line) : "Étant donné le souhait des salariés de maîtriser leur propre temps de travail et de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale/privée, et l’intérêt des employeurs pour des méthodes d’organisation du travail plus effectives, le recours à l’annualisation peut constituer une solution nouvelle et bénéfique pour tous en matière d’aménagement du temps de travail. Néanmoins, l’annualisation peut également être utilisée pour contourner la législation établissant des plafonds journaliers et hebdomadaires au temps de travail de tous les travailleurs, y compris les groupes les plus vulnérables de la force de travail tels que les jeunes. En tant que tels, les régimes d’annualisation devraient être déterminés non seulement par des raisons économiques mais également sociales. L’annualisation du temps de travail en Europe ... / ..."

Le régime des forfaits heures annuels sera-t-il étendu ?

Jusqu’à présent réservés aux cadres et aux salariés itinérants (commerciaux, VRP...), dont les horaires sont difficiles à déterminer à l’avance, les forfaits annuels heures, qui échappent aux heures supplémentaires, pourront être étendus aux salariés « autonomes dans l’organisation de leur travail  ». L’employeur pourra dans ce cas fixer, par convention individuelle, la durée de travail de ses salariés au-delà des 35 heures par semaine dans la limite des durées maximales autorisées. Soit 48 heures pour l’Union européenne

Travailler plus pour gagner plus ? : les heures supplémentaires risquent-elles d’être moins payées ?

Rien ne changera, selon le gouvernement. A moins que... pour combler le déficit le gouvernement ne décide dans un premier temps de refiscaliser les heures supplémentaires !

Le Code du travail dit que les heures supplémentaires accomplies au-delà de la 35e heure donnent droit à une majoration de salaire de 25 %, puis de 50 % à partir de la 44e. Mais il stipule aussi qu’une convention collective, un accord d ’entreprise ou d’établissement peut fixer une majoration plus faible, avec un minimum de 10 %. Par ailleurs, le paiement de « tout ou partie » des heures sup’ effectuées au-delà du contingent autorisé pourra être remplacé par un repos. Toutes ces clauses devront être renégociées d’ici fin 2009. Source Le Télégramme.

Ce qu’en pense Bernard Thibault de la CGT

"De nombreuses dispositions, comme l’extension du travail au forfait (en heures, en jours, mensuel ou annuel), l’instauration de conventions individuelles et les libertés de laisser se fixer unilatéralement les horaires de travail, représentent un risque de régression du droit des salariés sans précédent", s’insurge Bernard Thibault. "A titre d’exemple, les cadres au forfait pourraient travailler 275 jours ouvrés par an ; d’autres salariés verraient leurs horaires modulés d’une semaine à l’autre, à l’image de ce que subissent aujourd’hui les caissières ou les salariés de l’automobile", souligne le dirigeant syndical, ajoutant que le projet de loi "prévoit de rendre caducs tous les accords sur le temps de travail au 30 décembre 2009".

Ce qu’en pense le responsable CGPME de Bretagne ?

Que pensez-vous de l’avant-projet du gouvernement sur le temps de travail ?

Les propositions de Xavier Bertrand vont dans le bon sens. Les PME ont besoin de réactivité, et donc de souplesse, pour répondre aux attentes du marché et à la concurrence internationale. Il me semble cohérent économiquement de pouvoir négocier directement en interne dans l’entreprise pour fixer les contingents d’heures supplémentaires dans les limites autorisées.

Comment faire lorsqu’il n’y a pas de structures syndicales dans l’entreprise ?
Dans la grande majorité des PME, il n’y a pas d’organisation syndicale. Dans ces conditions, nous souhaitons pouvoir organiser un référendum auprès des salariés pour aboutir à un accord collectif. Si une majorité se dégage en faveur des heures supplémentaires, on le fait dans le cadre d’un accord gagnant-gagnant. Source Le Télégramme.


Décryptage

Un inspecteur du travail : Gérard Filoche

L’article 15-1 du projet a de quoi mettre en colère la France salariée entière : il vise toutes les clauses concernant les heures supplémentaires, elles devront être renégociées d’ici le 1er janvier 2010 de façon à supprimer les majorations et les repos compensateurs qui leur sont afférents. Pareil pour l’article 16 (nouvel article L 3128-38) : la durée du travail de tout salarié peut être fixée sans accord collectif préalable par une convention individuelle de forfait en heures, sur la semaine ou le mois.

Les employeurs pourront ainsi ne plus payer les majorations des heures supplémentaires, la durée pourra être supérieure à 1 607 heures c’est-à-dire inclure les ex-heures supplémentaires. L’obligation de comptabiliser les heures sera supprimée, ainsi que les limites journalières et hebdomadaires. Cette obligation de travailler plus se fera à salaire constant. Le nombre maximum de 218 jours pourra être dépassé, c’est-à-dire qu’il pourra être atteint 365 jours, moins 52 dimanches, 8 jours fériés, 5 semaines de congés payés, soit 275 jours sans enfreindre le droit du travail... Il sera possible de travailler 53 jours de plus sans hausse de salaire... Les clauses de garantie des articles L3121-42 à 44 + L 3121-51 seront supprimées. Il y aura suppression de la justification économique de l’annualisation, des limites de 10 heures et de 48 heures, des programmations préalables dans un calendrier à l’année des périodes hautes et basses (article 17) - Source D & S.

Article sur France 24

Est-ce la fin des 35 heures dans la pratique ?

Oui, dans certaines entreprises. "Si les 35 heures conviennent, comme dans certains secteurs, on pourra rester aux 35 heures. Par contre, il y a des endroits où les 35 heures bloquent, et on pourra travailler au-delà en négociant en entreprise", selon le ministre du Travail, Xavier Bertrand. Il faudra un accord signé par des syndicats représentant au moins 30 % du personnel et qu’il n’y ait pas d’opposition déclarée de syndicats représentant 50 % des salariés.

Y aura-t-il encore une durée maximale du travail ?

Oui, pour la santé publique. Le texte conserve les durées maximales de travail (10 heures par jour, 48 heures par semaine) et les repos (au moins 11 heures par jour, 24 heures par semaine).

Les salariés verront-ils leur planning modifié ?

Un accord d’entreprise pourra redéfinir les modalités d’aménagement du temps de travail, modulation des horaires, jours de RTT, cycle de travail, etc., relever le contingent d’heures supplémentaires et organiser la répartition de la durée du travail sur tout ou partie de l’année.

Les salariés seront-ils tous traités pareil ?

Non, la durée du travail de tout salarié pourra être fixée par un avenant à son contrat de travail appelé "convention individuelle de forfait en heures sur la semaine ou sur le mois", voire "sur l’année".

Les heures supplémentaires risquent-elles d’être moins payées ?

Oui et non. Rien ne changera, selon le gouvernement. Le Code du travail dit que les heures supplémentaires accomplies au-delà de la 35e heure donnent droit à une majoration de salaire de 25 %, puis de 50 % à partir de la 44e. Mais il stipule aussi qu’une convention collective, un accord d’entreprise ou d’établissement peut fixer une majoration plus faible, avec un minimum de 10 %. Par ailleurs, le paiement de "tout ou partie" des heures sup’ effectuées au-delà du contingent autorisé pourra être remplacé par un repos.

Mais, puisque ni le Medef ni les syndicats n’étaient demandeurs, pourquoi cette précipitation gouvernementale ? Envie de faire plaisir aux électeurs de l’UMP ? Idéologie ?

Non, il faut plutôt se pencher sur les textes publiés sur le site de Business Europe dont le président est le sémillant Ernest Antoine Sellières. Nous attirons l’attention du lecteur sur un document (en anglais) dont le titre est : "Reform European social systems to respond to global challenges" qui est résumé de la façon suivante :


- Stimulate the flexicurity debate for more growth and jobs (stimuler la flexi sécurité pour plus de croissance et d’emplois)

- Secure the availability of skilled workforce (e.g. through economic immigration) (garantir la disponibilité de main-d’œuvre qualifiée (par exemple par l’immigration économique)

- Adapt social systems to an ageing population (adapter les systèmes sociaux à une population vieillissante)

- Give the necessary space for the social dialogue (donnez l’espace nécessaire au dialogue social)

Vous êtes certain de ne pas avoir déjà entendu ou lu la même chose quelque part ? Dans la bouche du ministre par exemple ?

Quant au consensus syndicat et Medef, il est mort ce matin puisque Laurence Parisot a déclaré : Le projet de réforme du temps de travail est "intrinsèquement un bon texte". C’est ce qu’a assuré, mardi 17 juin, Laurence Parisot.

"Nous aurions préféré qu’une autre voie soit prise pour faire évoluer les choses sur la durée du travail, ce n’est pas la voie qui a été choisie par le gouvernement, nous prenons acte. Cela dit, je n’hésite pas à dire que nous considérons que le texte du gouvernement est un bon texte", a déclaré la présidente du Medef à l’occasion de sa conférence de presse mensuelle ... / ...  Source Challenge.

"Give the necessary space for the social dialogue", dit le texte de Business Europe. Nous nous demandons si cette phrase n’est tout simplement pas un trait d’humour... noir

Crédit image
Jacques Rouxel


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • TSS 18 juin 2008 10:34

    en douce ,la France non le Gvt Français veut s’aligner sur l’Europe et la proposition anglaise du 48 H mini pouvant aller jusqu’à 60H/semaine , sans negociation au bon vouloir de l’employeur et surtout plus d’heures sups !!c’est à dire retour au 19ème siècle,debut du 20ème.

    mettre cette option en pratique alors qu’avec les progrés techniques et de productivité + l’augmention des postulants à un travail, chacun sait que le plein emploi est parfaitement impossible !ce sera donc la foire d’empoigne ,le regne du salarié kleenex du moins disant du plus obeissant ,en gros du serf


    • Gilles Gilles 18 juin 2008 11:28

      Quand je pense que la durée réelle du travail ne cesse de diminuer (-300h/an) en 30 ans, et ce dans tout les pays de l’OCDE. Plus dans les pays du nord qui ont un niveau de vie et un IDH excellent....un peu moins dans les pays libéraux ou écarts de richesses, pauvreté, temps partiel subit et flexibilité augmentent de concert...mais la tendance est globale ! Moins on travaille par personne, mieux la société se porte, bizarre, non ?

      Voir stat OCDE sur le temps de travail...la France est loin d’être le pays où l’on travaille le moins comme l’annonnent en boucle les Sarko-Cons

      Mais bon, à quoi ça sert que l’on travaille plus avce des limites aussi hallucinantes de 48, voir 65 h /sem ? Ne serait-il pas plus utile de repenser la REPARTITION du travail plutôt., branche par branche ?

      Ne peut-on concevoir qu’un ouvrier à la chaine ne fasse que 28h/sem ? Ainsi plus de vie, meilleure santé (et donc moins de dépense), moins d’accidents du travail...plein d’économies et des gens & leurs familles & enfants plus épanouïs.

      Ne peut-on concevoir des profs a 12 h/semaine ?

      Mais faudra revoir ausis la répartiution des richesses produites....et à les sarko-cons ne voudront rien lâcher

       


      • Fred 18 juin 2008 17:36

        Effectivement les pays Nordiques offrent un bon compromis par contre il ne faudrait pas oublier certaines choses à propos de ces pays car c’est facile de n’en voir que les bons côtés.

         

        - réduction des effectifs de fonctionnaires et changement à un status de droit privé (réduction de 40% dans les années 80 pour la Suède ce qui ferait 3 millions de fonctionnaires en moins en France)

        - TVA élevée (25% et 12 sur l’alimentaire)

        - taxation importante et ce dès les premiers revenus, en Suède il n’y a pas de quotient familial aussi

        - trés bon chômage (plafonné à 2000€) sur 4 ans avec aussi perte des allocations après deux refus

        - franchise médicale (150€/an/personne en Suède)

        - impôt sur les sociétés plus faibles qu’en France

        - pas d’ISF

         

        Est-ce que les français sont prêts à accepter ces conditions qui viennent avec car elles font aussi parties intégrantes de la réussite de leur système. On voit que beaucoup de mesures qui sont aujourd’hui appliquées en France l’ont déjà été dans ces pays que l’on classe comme sociaux.


      • Gilles Gilles 19 juin 2008 10:06

        Effectivement Fred il est débile de ne prendre que les aspects qui nous plaisent idéologiquement dans un système ou un autre.....trés différent du notre

        Ceci dit, ma remarque tenait juste à une comparaison "globale"...sur le temps de travail, pas sur les détails internes de l’organisation sociale. Je remarque que des pays avec un fort taux de redistribution et une plus faible dispersion des revenus semblent mieux se porter économiquent et socialement

        Aprés, je crois que dans ces pays du nord, il y a plus de confiance et de pression sociale que chez nous. On sait que les forts impôts seront "relativement" bien redistribués, que la baisse du nombre de fonctionnaires ne bouleversera pas la donne, que les entreprises participent mieux à l’effort social

        En France, qui fait confiance en le gouvernement et dans le patronat ? Personne, on part dans l’idée (pas fausse) que la motivation d’une quelconque réforme sera forcément insidieuse et destinée à en privilégier ceretians par rapport à d’autre ou déreglementer encore un peu plus....On trouve normal qu’une entreprise cherche avant tout à capter tous les bénéfices au détriment de ceux qui produisent la richesse....d’où rapport de force constant. et besoind e contrainte.....problème de confiance

        En ce qui concerne l’ISF, ce n’est pas comparable. En Norvège par exemple il y a peu d’écart de richesses et un ingénieur gagnera juste un peu plus qu’un ouvrier. (il existe des stats qui mesurent cet écart) En France ces écarts sont énormes, parmi les plus élevés de l’OCDE...... si les nantis ne veulent plus payer d’ISF alors OK, mais qu’ils acceptent une baisse de l’augmentation de leurs revenus ou que les rentiers bossent


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 juin 2008 11:39

        Bonjour Jean Claude,

        On peut se demander pourquoi l’Etat veut-il tant légiférer alors que des accords ont été trouvés

        As-tu regardé l’émission avec Fillon sur la 2 ? J’ai pas mal zappé mais je suis tombé sur une petite phrase de Fillon, apparemment innocente, où il avoue qu’avec un texte, l’Etat se réserve un droit de regard dans les négociations, au cas où... on se demande bien pourquoi, peut être les directives européennes à transposer ? Bref, notre Sarko est pas tant libéral que dirigiste.


        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 18 juin 2008 12:22

          Bonjour Bernard,

          J’avais il y a peu un débat sur LCP avec un député UMP qui a reconnu a demi mots (information publiée et confirmée) que les actuelles décisions ne sont que les transpositions de directives européennes.

          L’application des dernières mesures de la directive service a été commenté par le député TOUBON de la façon suivante : "C’est une honnête application de la directive"

          De meneurs de jeu comme ils souhaitent nous le faire croire, notre président, son gouvernement et sa majorité ne sont plus qu’une chambre d’enregistrement..

          Malgré tout le pire est à venir puisque Eric WOERTH avoue que 2008 et 2009 ne seront pas des grands millesimes. Austérité quand tu nous pend au nez ...

           

          @micalement


        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 18 juin 2008 16:24

          @parkway

          Qund je dis austérité, j’évoque celle qui sera OFFICIELLEMEMENT annoncée par le gouvernement. Et là, ce sera à "table ouverte"


        • plume plume 18 juin 2008 11:51

          je suis d’accord avec vous
          mais je rajouterai aussi que les salariers ne jouent pas le jeu de l’europe et du libéralisme
          en effets d’un cote nous avons :
          l’état qui semble vouloir tous faire pour avoir une main-d’oeuvre docile , productive et imposable
          des grandes entreprises qui veulent gagner plus avec des salariées compétitif mais le moins payé possible
          des syndicats qui se débâtent dans tous les sens pour garder un semblant de contrôle sur la situation
          ( les syndicats ne sont que la représentations des salarier et non une entitée à part comme l’on peu le voir aujourd’hui )
          et enfin au milieu NOUS , qui ne jouons pas le jeu , on ne fait que subir les décisions des un et des autres sans broncher

          le jour ou des salarier quitterons une entreprise comme un seul homme parce qu’il ne sont pas bien payer
          ou le jour ou les salarier diront à l’état si vous faite passer vos lois nous vous destituons de vos fonctions
          ce jour là, le jeu serra engagé ,les forces pourront discuter d’égal à égal : état , patron et salarier

          pour le moment c’est plutot etat patron


          • LaEr LaEr 18 juin 2008 13:48

            C’est bien pour cela que dans ces "joyeuses" réformes, l’Etat ne veut surtout pas adopter, dans le modèle Nordique, la formidable mesure du chômage accordé aux gens qui ont démissionné de leur poste.

            Si l’Etat accordait ne serait-ce que 6 mois de chômage à un employé qui décide, de lui même, de changer d’emploi, les salariés auraient la possibilité de faire pression à leur tour sur le marché du travail...


          • plume plume 18 juin 2008 14:27

            mais l’état n’a rien à nous accorder , c’est à NOUS de PRENDRE

            nous somme assez grand pour élire un président mais pas assez pour donner notre avis et prendre nos vies en mains !!!???

            mais il faut un peu de courage ........


          • Fred 18 juin 2008 17:43

            "Si l’Etat accordait ne serait-ce que 6 mois de chômage à un employé qui décide, de lui même, de changer d’emploi, les salariés auraient la possibilité de faire pression à leur tour sur le marché du travail..."

             

            Avec les abus que l’on connait. Il faudrait vachement limiter ça aux employés qui sont dans une entreprise depuis longtemps sinon il y aurait trop de triche ; au Japon oui pas en France l’esprit roublard est bien trop présent.


          • LaEr LaEr 18 juin 2008 19:15

            Le problème, c’est qu’à force de considérer les gens comme des gosses, il ne faut pas s’étonner qu’ils le soient.

            Les conditions peuvent être simples :

            - emploi plein-temps depuis 3 ans

            - 6 mois de chômage accordé, pas 1 de plus

            - preuves de recherche active (copy email, etc..)

            Ca, c’est de la "fléxi-sécurité".

             


          • Fred 18 juin 2008 20:51

            "Le problème, c’est qu’à force de considérer les gens comme des gosses, il ne faut pas s’étonner qu’ils le soient."

            desole mais il y a un sentiment de triche en France et ca a tous les niveaux, riches ou pauvres, patrons ou employes c’est dans notre culture.

             

            "Les conditions peuvent être simples :

            emploi plein-temps depuis 3 ans

            6 mois de chômage accordé, pas 1 de plus

            preuves de recherche active (copy email, etc..)

            Ca, c’est de la "fléxi-sécurité ;"."

             

            Oui ca c’est bien.


          • tvargentine.com lerma 18 juin 2008 12:07

            Les syndicats viennent de comprendre que les salariés du privé n’avaient à faire des RTT et des "35h" que seul compte pour eux de gagner de l’argent,de gagner dignement leur vie et que les "35h" n’ont jamais été une politique sociale mais uniquement un outil visant à optimiser le parametre homme/poste de travail pour en réduire le cout en bloquant le salaire pour toujours

            La crise des matières premières avec la forte poussée inflationnistes vient de démontrer l’absurdité de cette organisation du travail ,car elle ne permet pas de préserver son pouvoir d’achat et appauvri la société dans son ensemble 

            D’ou l’échec catastrophique d’une grêve qui ne rassemblait que des fonctionnaires ,toujours à défendre des interets particuliers.

            Il faut un financement public des organisations syndicales représentatives et les sortir de tout les organes de gestion,car bien souvent les fonds pour la formation professionnelles sont détourné de leur objectif et la gestion des organismes (assedic,anpe) sont une vrai catastrophe en terme de service aux personnes demandeurs d’emplois

             

             


            • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 18 juin 2008 12:14

              Ouf !!! l’article est enfin baptisé par Lerma.

              Au revoir Lerma

               


            • BuZardinho BuZardinho 18 juin 2008 14:32

              Ok Lerma, on a tout compris.


            • chris11 18 juin 2008 21:45

              Au fait Lerma ,tu voudrais pas te mettre réellement au boulot ??

              Ca nous ferait des vacances bien méritées pour nous qui y sommes réellement .... au boulot .


            • Traroth Traroth 18 juin 2008 12:37

              Bientôt, nous travaillerons 60h par semaine avec le même salaire horaire. D’un autre côté, des caissières de supermarchés travaillent 14h par semaine, avec des horaires du genre "de 8h à 10h puis de 16h à 18h". Je pense qu’on peut dire que les 35h sont suffisamment assouplies comme ça !

              Et le pouvoir d’achat ? Même le "travailler plus pour gagner plus", qui était déjà une arnaque, passe à la trappe.

              Le passage de Chirac à Sarkozy, c’est le passage de Super-menteur à Hyper-menteur !


              • Fred 18 juin 2008 17:45

                Il ne faut pas exagérer non plus, c’est le genre de raisonnement qui ne pousse pas à la discussion. Pour l’instant les français travaillent 37-38h en moyenne par semaine avec un record de jour de vacances et d’absentéisme qui fait qu’ils sont les 4ème en matière de nombre d’heures travaillées à l’année.


              • herve33 18 juin 2008 13:15

                Il est évident que ce texte de loi , c’est travailler beaucoup plus pour gagner la même chose , c’est à dire suppression à terme des heures supplémentaires ,car la durée de travail sera modulable sur l’année , et disons c’est carrément mettre son emploi du temps pour sa vie privée et sociale à disposition de l’employeur .

                C’est une régression non seulement sociale , mais surtout cela va décomposer encore plus les liens entre les individus , qu’il soit familiaux ou autres . Je suis certain que le prochaine étape est la suppression du Dimanche comme jour chomé .


                • herve33 18 juin 2008 13:35

                  Un article très interessant sur Contreinfo sur le temps de travail en France comparé au reste de l’Europe , on y apprend que le temps de travail moyen en France est de 37,8 Heures , seul la Finlande possède un temps de travail plus élevé .

                  http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2058

                  Cet article est excellent car on y apprend que l’offre de travail ( que fournissent les entreprises , les services etc ... ) est en baisse constante , alors que la demande ( demandeur d’emplois , personne en age de travailler ) explose .

                  La conclusion de cet article est excellente , ce qui montre que bien que notre Sarko national est largement à coté de la plaque

                  Nos débats idéologiques hexagonaux entre les « 35h », d’un côté et le « travailler plus pour gagner plus », de l’autre ne sont pas à la hauteur. C’est à une véritable question de civilisation que nous sommes confrontés. Le travail, comme activité et « valeur » dominantes, n’a jamais été aussi efficace pour produire de la richesse au bénéfice de quelques-uns. Le travail, comme ressource, n’a jamais été aussi peu efficace pour fournir les moyens de la « (sur)vie » au plus grand nombre.

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   


                • Gilles Gilles 18 juin 2008 14:48

                  Encore mieux. Si vous voulez les statistiques de tous les pays de l’OCDE (et non juste les qql pays présentés sur contreinfo) sur le temps de travail hebdo, annuel + chomage + temps partiel, voici le lien :

                  http://www.oecd.org/dataoecd/53/2/38863871.pdf

                  C’est pour 2006 mais bien plus complet et suttout trés enrichissant car ça con tredit tous ce que qpeu déféquer ce gouvernement pour convaincre les golios

                  Les pays du nords travaillent bien moins que chez nous...et ils se portent mieux !!! Des pays comme le RU ou les Pays bas, avec peu de chomage, on un taux de temps partiel énorme.....

                  Bref, à étudier avant de balancer des bêtises et des clichés basés sur ce que vous entendez aux Jités

                   


                • Fred 18 juin 2008 17:47

                  Gilles,

                   

                  Voir aussi ce que j’ai posté plus haut sur les pays Nordiques. Moi ça me semble effectivement un bon modèle mais je pense que encore une fois certaines choses ne pourront pas se faire en France à commencer par ne plus avoir le status de fonctionnaire.


                • Gilles Gilles 19 juin 2008 10:27

                  Fred

                  Moi non plus je n’y crois pas un instant. La mentalité française est trop différente de la scandinave pour copier-coller un système sur l’autre. De plus les élites françaises exécreraient le modèle scandinave..plus égalitaire, moins élitiste, plus coopératif/collectif qu’individualiste...donc aucune chance de l’importer c ils perdraient leur influence écrasante sur les décisions politiques/économiques

                  Par contre on peu s’inspirer de ces tendances et comprendre que si ce que nous propose Sarko et ces libéraux-conservateurs qui ne pensent qu’aux intérêt de leur caste n’est pas une fatalité. A nous d’inventer notre modéle de société


                  • Gilles Gilles 18 juin 2008 15:24

                    Beau progrés en effet, trés social :

                    Mais selon le compromis accepté par les ministres européens de l’Emploi, la durée maximale hebdomadaire pourra atteindre 60 ou 65 heures pour les employés qui l’acceptent à titre individuel.« C’est un compromis qui fait sens, qui représente un net progrès social », a estimé le commissaire européen aux Affaires sociales Vladimir Spidla, en rappelant que les règles en vigueur permettent dans les faits d’enchaîner 78 heures de travail par semaine."

                    et une autre super avancée :

                    Le compromis introduit pour la première fois la définition de « périodes de garde inactives », qui pourront ne plus être comptabilisées comme du temps de travail.


                  • TSS 18 juin 2008 13:26

                    a l’epoque où je travaillais nous appliquions un systême de grève hyper efficace "la grève perlée"

                    un atelier s’arretait quand l’autre repartait, et la "grève du zèle" pour les fonctionnaires beaucoup plus

                    efficace que de defiler dans la rue !!

                    les idées les plus simples sont souvent l es meilleures

                     


                    • 5A3N5D 18 juin 2008 16:01

                      les idées les plus simples sont souvent l es meilleures

                      Oui, mais elles sont également interdites dans la fonction publique (grève du zèle et grève perlée.)


                    • bobbygre bobbygre 18 juin 2008 17:00

                      La grève perlée est interdite tout court (pour la grève du zèle, j’crois même pas qu’il y soit fait mention dans le code du travail, mais je peux me tromper)

                      Ceci dit, une grève n’a que faire des lois. Pour peu que les grévistes soient décidés, c’est pas la loi qui les arretera....


                    • chris11 18 juin 2008 22:11

                      Aujourd’hui , il y a encore bien mieux a faire surtout lorsque l’on travaille dans un grand groupe , il suffit d’appliquer strictement les consignes de la hierarchie pour que la machine se bloque .

                      Et le temps qu’il réagissent , vous avez gagné une semaine de vacances supplémentaire

                       


                    • Tonio Tonio 18 juin 2008 17:36

                      Du calme sur l’Europe et le temps de travail : cette directive est un vrai progrès social. Elle limite à 48h heures sup comprises le temps de travail, de manière générale. Les 35h, c’est hors heures sup.

                      La GB, en 2003, avait obtenu un opt-out et la limitation du temps de travail ne s’y appliquait pas. Avec le renfort des pays de l’Est, ils ont conservé cet opt-out, mais une limite absolue de 65 heures est mise en place pour les pays qui choisissent cette norme. Pas terrible, certes, mais demandez leur avis à ceux qui font plus ; eux verront la différence.

                      Par contre, et ça concerne tout le monde, la directive impose un temps de repos de 11h entre deux périodes de boulot. Et pour les joyeux français que nous sommes, c’est un réel progrès.

                      Sur l’article lui-même : completement d’accord.


                      • chmoll chmoll 18 juin 2008 18:14

                        l’aménagement du temps de travail

                        ben faut voir d’jà si l’Medef, la CGPME, la CGT et la CFDT sont propres dans l’histouère de L’IUMM

                        pasque si ont leur a donné ça, mais faut faire ou pas faire ça

                        faut voir.ensuite l’xavier i é énervé i fonce dans l’tas,faut voir aussi


                        • impots-utiles.com 18 juin 2008 19:17

                          Le projet de loi sur la réforme du temps de travail devrait être adopté avant la fin juillet.

                          le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque n’est pas aussi optimiste que les membres du gouvernement :"Le gouvernement nous trompe, on ouvre la porte à une déréglementation totale du temps de travail"

                          http://www.impots-utiles.com/sarkozy-sattaque-au-demantelement-des-35-heures.php


                          • Véronique G. 18 juin 2008 21:43

                            C’est à 65 heures hebdomadaires que l’union européenne vient de passer le maximum d’heures légales de travail !!! On est bien loin des 35 heures règlementaires et encore assez loin des soi-disant 48 heures ! C’est nouveau, ça vient de sortir !!!


                            • TSS 18 juin 2008 23:33

                              quand j’ai commencé à travailler ,je faisais 60h avec un horaire mini de 40 h/semaine mais c’etait interessant financièrement car les heures sups de 40 à 48 h=+25% et 48 à 60=+50% ce qui n’est plus le cas actuellement !!

                              par contre physiquement et mentalement c’etait epuisant car 10h par jour 6 jours par semaine cela ne laisse pas beaucoup de temps libre


                              • ARCHIMÉDIA 22 juin 2008 08:00

                                Et si on parlait du fond du problème, au lieu de tourner autour : l’ennui. C’est la plaie du chômeur, du malade, du handicapé, du jeune des cités, de certains retraités.

                                Le travail sous toutes ses formes est encore le meilleur remède contre l’ennui. La culture aussi ; mais il semble que le mot soit tabou ou réservé à une caste qui se prend pour élitiste.

                                 

                                La LOI ? On n’a pas encore trouvé celle qui évite les abus. Quelqu’un a dit un jour ( Spinoza ?) "omnis definitio delimitatio est" ; toute définition fixe des limites. C’est la définition qui, par ric hochet crée l’abus. A trop légiférer on tombe dans l’abus.

                                 

                                Archimédia


                                • orange orange 23 juin 2008 10:03

                                  Et le personnel d’entretien ( femme de ménage ) qui doit effectuer le travail de personnel absent. Je précise faire le travail de trois personne dans le temps d’une personne, faute de moyenns de financer plus de personnel.

                                  Le personnel d’ntretin est reconnu par son nouveau stat par exemple agent d’entretien à la place de femme de ménage. Mais cette reconnaissance n’est pas respecté. Nous sommes des êtres humains , non robomatiques.

                                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès