Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quelques vérités sur les agences de « notation »

Quelques vérités sur les agences de « notation »

Une paire de guillemets n'a jamais aussi bien accompagné le terme « notation » que quand il est précédé par « agence de ». En discutant avec une personne peu portée sur la finance, je me suis aperçu que quelques vérités devaient être annoncées – sans ton évangéliste – au sujet de ces institutions distributrices de bons et mauvais points. Ces vérités permettent d'avoir un dessin plus précis que la vieille croûte dégueulasse que peignent les médias, entre autres.

Voici rapidement dressées devant vous ces vérités, afin que vous puissiez lire cet article sur vos wc, dans le tram ou pendant une réunion ;

1° Aucun lien causal a priori entre l'attribution d'une note et l'évolution du taux d'intérêt d'une dette souveraine d'un État

Un lien causal s'explique comme suit ; votre poing a traversé l'écran de votre ordinateur en entendant le discours guerrier de Kiev du philosophe à la chemise ouverte quand il fait chaud et à l'écharpe bien nouée (pas assez dirons certaines personnes…) quand il fait froid (1). La cause c'est bien l'apparition de BHL qui vous a coûté 200 € en matos informatique. Mais dans le cas qui nous intéresse, ce n'est pas parce que Standard and Poor's (une agence stazunienne on reviendra là-dessus plus loin) annonce une baisse de la note qu'elle attribue à un pays concernant sa dette, que celle-ci doit voir ses taux d'intérêts augmenter. Pourtant on constaterait presque un lien. C'est parce que les agences de « notation » sont des spécialistes dans le domaine de la finance, qu'elles font un très bon travail d'analyse, tout à fait remarquable ! À tel point que les marchés se sentent obligés de coller avec les perspectives d'avenir. Car oui, les agences de « notation » ne font qu'émettre un avis ; un avis de pro certes, mais un avis qui pourrait tout aussi bien être formulé par un ivrogne si vous lui payiez sa dose d'éthanol quotidienne.

2° Mode de rémunération inquiétant

La comparaison avec cet homme dépendant d'une substance nocive à excès qui dit ce qu'on lui demande parce qu'on l'a payé tient parfaitement la route en ce qui concerne les agences de « notation ». Ces dernières sont en effet payées par ceux (entreprise par ex) qui souhaitent être évalués. Autre comparaison sous forme de question ; comment imaginez-vous être évalué par un professeur en lui payant directement son chèque de fin de mois ? Une différence toutefois, dans le cas par exemple de la France, celle-ci ne paye pas pour être évaluée. Par contre une banque payera l'agence pour faire noter un produit financier qu'elle met en vente.

3° Rôle des agences de « notation » durant la crise des Subprimes

On peut dès lors rebondir largement – à en faire péter les ressorts du lit de grand-maman sur lequel vous vous trouvez (sûrement pas en fait) – sur la phrase précédente. Les banques états-uniennes durant la crise des Subprimes (2) ont fait noter leurs produits financiers (appelés CDO) par les agences de « notation ». Ces produits, tirés de l'esprit de ce que la race humain a de plus honnête à proposer, à savoir les banquiers, les agences de « notation » ont naturellement attribué des « AAA » (soit 20/20) à ces produits, mêmes s'ils avaient l'haleine d'un vieux cabot. Prenons parmi d'autres un très gros problème ainsi crée ; les fonds de pension sont dans l'obligation d'investir dans des produits financiers absolument sûrs – normal ils jouent avec les économies de pépé et mémé – et comme ceux-ci étaient moisis, à l'éclatement de la bulle immobilière en 2007-2008, ce fut la mouscaille.

4° Importance de ces agences pour les USA ?

On y vient on y vient. Les principales agences de « notation » - étrangement je me dis que ça n'étonnera personne – sont états-uniennes. Elles répondent aux noms sucrés de Standard & Poors', Moody's et Fitch et ont directement pris part au développement de la bulle immobilière qui a tant ruiné dans le monde. Elles ont donc, dit de manière toute simple, pris part au développement du marché financier états-unien – et des bénéfices pécuniaires qui vont avec. Faisons ensuite, aussi vite que la préparation d'un repas micro-onde, une autre analyse sur l'importance de ces agences pour les USA. J'imagine le poids qu'elles peuvent avoir en se transformant en arme financière servant à menacer ou tenter de sanctionner un pays qui gêne nos amis les ricains. L'exemple de la « notation » de la dette russe pourrait nous éclairer sur ce point : S&P = BBB ; Fitch = BBB (notons toutefois cette indulgence) ; Moody's = Baa1. On voit là que deux des trois agences ont abaissé leurs « visions » de l'avenir de la dette russe depuis les sanctions annoncées par le gouvernement du pays le plus amical du monde. Pas totalement concluant donc. En revanche, qu'en est t-il de la dette USA passée sous le fine esprit analyste de ces trois agences ? Fitch = AAA ; S&P = AA+ ; Moody's = AAA (j'ai rien trouvé de clairement explicite mais il semblerait que ça soit AAA également). Sachant que la dette des États-Unis est astronomique et au dessus de 100 % du pib, c'est une belle rigolade quand même surtout en comparaison avec la dette de la Russie.

Mini-conclusion

Les agences de « notation », à mon sens, sont une aberration dans leur mode de fonctionnement actuel. Il semble toutefois être une excellente idée de surveiller et de noter les produits des banquiers qui ne travaillent pour qu'eux, mais elles devraient être ABSOLUMENT indépendantes, tant financièrement qu'idéologiquement. Et là je fais référence à la prégnance des États-Unis dont on sait quels sont les moteurs de pensée économico-politique. Vous comprendrez de ce fait facilement la colère que peut susciter du côté des inventeurs la création d'une agence de notation sino-russe (3).


 

Notes :

1 = http://www.youtube.com/watch?v=OzevSdRglSo

2 = Je vous conseille avec la conviction d'un chat qui met toute sa force dans son miaulement à la vue de son bol de croquette, de regarder le film Inside job, que vous connaissez la crise des Subprimes ou pas. C'est un film qui donne de bonnes pistes pour creuser le sujet.

3 = http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0203545205622-la-russie-et-la-chine-sassocient-afin-de-creer-une-agence-de-notation-commune-1010872.php

Nota bene : vous noterez bien la légende de la photo ; une notation « AhAhAh ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • diogène diogène 29 juillet 2014 10:08

    La création d’une agence de notation sino-russe (ou plutôt BRICS) n’est pas forcément une bonne nouvelle.

    Cela signifie simplement qu’ils entendent mettre fin à l’hégémonie du dollar et des USA, mais sur un modèle économique et financier analogue, pour le profit de grands groupes et quelques familles.

    Certainement pas pour le bien ou le bonheur des peuples.

    • Singe conscient Singe conscient 29 juillet 2014 10:54

      Effectivement, je fais parti de ceux qui ne voit pas tout ce que fait la Russie comme des actes angéliques. On remarquera que cela donnera des « contre-avis » intéressants, dans le sens où ils seront des points de vus de clans en guerre froide.


    • diogène diogène 29 juillet 2014 11:01

      Un match ignoble pour dépecer l’Afrique, l’Amérique Latine, une partie de l’Asie...

      Intéressant ?
      Pourquoi pas un combat de coqs ?
      C’est sûr que c’est plus vivant que de regarder un gros coq ayant conquis l’exclusivité des poules il y a 70 ans s’empiffrer de pop corn !
      Mais c’est plus violent.
      Et ça risque de faire plus de dégâts collatéraux. 

    • Singe conscient Singe conscient 29 juillet 2014 11:04

      Essayez, s’il vous plait de ne pas jouer la carte de l’émotion contre-productive. Je dis juste, par « intéressant » que nous aurons des indications très précises sur le rôle éventuel de ces agences dans la politique étrangère des USA.


    • prolog 30 juillet 2014 08:00

      Attends. Ça veut dire que les pays payent directement ces agences pour être évalués ? C’est même pas les prêteurs qui payent ? C’est obligatoire pour pouvoir émettre de la dette ?
      Merci pour l’article en tous cas.


      • Singe conscient Singe conscient 30 juillet 2014 09:29

        Merci de votre commentaire car je m’aperçois que j’ai publié la mauvaise version de mon article où il manque plusieurs précisions ;
        La dette russe serait à 13,4 % de son pib
        Durant la crise des Subprimes, les agences se sont défendues de leurs erreurs de notation devant un tribunal états-unien en disant qu’elles donnaient juste un « avis » (ce qui remet complètement en cause leur légitimité et crédibilité).

        Et en rapport avec votre question ;
        J’ai fait une moitié d’erreur ; les États payent et ne payent pas. C’est-à-dire qu’ils peuvent être à l’origine du financement de la note ou bien un investisseur ou une banque ; je m’autocite « d’où une interrogation sur le masochisme avouée des États salement notés qui paieraient pour être fouettés. Plus exactement, les investisseurs et les banques peuvent aussi commander ces notes, afin, en toute logique indépassable du libéralisme, de profiter d’un investissement que tous les citoyens d’un État finissent par rembourser. »


      • prolog 31 juillet 2014 08:23

        Qu’un investisseur paye peut se comprendre mais pour un pays ca semble dingue. Vous avez une idée des tarifs pratiqués par ces agences ?
        merci pour cet article


      • Singe conscient Singe conscient 31 juillet 2014 09:39

        Tout à fait, surtout si pour rendre sa situation encore plus compliquée. Mais c’est ça la magie du système financier, ceux qui en sont ses victimes l’aiment quand même. Pour les tarifs je n’ai aucune idée, mais au vu de la rentabilité de ces agences, je pense que ça ne doit pas être donné.


      • ecolittoral ecolittoral 4 août 2014 12:33

        Les agences de notations sont des agences de prestige et de confort !

        Onze lignes de A, a, etc (première ligne) à C ou D (onzième ligne).

        Lignes découpées en cases.

        Sur la première vous avez ceux qui sont « du Nord » et « de l’Ouest » avec porte avions, sous marins, puissance financière ou commerciale.

        Sur les autres lignes, vous avez les méchants donc « de l’Est » et les incapables donc « du Sud ». La France est devenue « du Sud » MAIS avec porte avion, sous marins...et 3500 milliards de dépôts (vous, moi, retraités avec livrets A etc).

        En bas du tableau, on a du Caa...la Grèce par exemple qui est « du Sud », récalcitrante à sa mise à mort donc (presque) « de l’Est » et sans porte avion.

        La Russie est « de l’Est » MAIS avec porte hélicoptères, sous marins...et 150 milliards de dollars...et une multitude de matières premières.

        D’où son classement BBB.

        Si vous êtes « du Sud », vous devez ramper. Si vous êtes « de l’Est », vous devez disparaitre.

        Problème !!!!!

        En ce moment, j’ai l’impression que les « de l’Ouest » vont passer de la première ligne de confort à la dernière...sans passer par les différentes cases et lignes...

        Normal ! Avec de l’argent roi et des portes avions on a tous les droits.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès