Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quels seraient les effets sur l’économie d’une banqueroute en (...)

Quels seraient les effets sur l’économie d’une banqueroute en 2012 comparable à la banqueroute dite des deux tiers de 1797 ?

« Au moment de la Révolution Française la dette s'élevait à 4 milliards de livres (plus de 80% du PIB d'après des estimations) « alors que les recettes de l'Etat n'excédaient guère 500 millions et que les dépenses atteignaient 630 millions ». Pour faire face à cette situation, les assemblées révolutionnaires décidèrent l'égalité de tous devant l'impôt (rappelons que la dette venait en partie de l'incapacité de l'Ancien Régime à faire payer l'impôt aux privilégiés) et la vente au profit du pays des biens du clergé grâce notamment à l'émission d'assignats. Toutefois, la période révolutionnaire ne se prêtant pas à la collecte des impôts, quand la situation politique s'est stabilisée, le Directoire décida une « banqueroute dite des deux tiers »c'est-à-dire qu'il ne paya une rente que sur un tiers de la dette, le reste étant effacé. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

Nous sommes en 2011 avec une dette publique de 84,5% du PIB, donc supérieure à l'estimation de plus de 80% du PIB en 1797.

Les recette de l'Etat en 2010 (chiffres du Ministère du Budget et des Comptes Publics) source http://www.cgt.fr/Recettes-et-depenses-de-l-Etat-en.html se décomposaient ainsi :

TVA 126,5 Milliards d'euros

Impôt sur le revenu 48,9 Milliards d'euros

Impôt sur les sociétés 34,9 Milliards d'euros

TIPP 14,5 Milliards d'euros

Autres recettes fiscales 29,6 Milliards d'euros

Autre 16,1 Milliards d'euros

Soit au total 270,5 Milliards d'euros de recettes.

 

Les dépenses de l'Etat en 2010, selon les mêmes sources se décomposaient ainsi :

Collectivités territoriales 87,5 Milliards d'Euros

Enseignement recherche 85,4 Milliards d'euros

Défense et sécurité 53,5 Milliards d'euros

Charge de la dette 43 Milliards d'euros

Emprunt national 2010 35 Milliards d'euros

Union européenne 18,2 Milliards d'euros

Solidarité et insertion 12,3 Milliards d'euros

Travail / emploi 11,4 Milliards d'euros

Développement durable 10 Milliards d'euros

Justice 6,8 Milliards d'euros

Soit au total 363,1 Milliards d'euros de dépenses.

Le déficit en 2010 à donc été de 92,6 Milliards d'Euros.

C'est bien la droite qui était au pouvoir en 2010, et l'UMP le parti majoritaire aux deux chambres qui a voté les budgets de recettes et de dépenses.

Le déficit de 92,6 Milliards d'Euros comparé aux 363,1 Milliards d'euros de dépenses, cela représente 25,50%.

Si on fait le même calcul, c'est à dire 130 Millions de livres comparés à des dépenses de 630 Millions de livres, le taux obtenu est de 20,63%, ce qui est bien inférieur au taux de 2010 de 25,50%.

Nous étions donc, sur les deux points (84,5% du PIB en 2010 comparés aux 80% du PIB en 1797 et 25,5% en 2010 comparés au 20,63% en 1797) dans une situation en 2010 pire qu'en 1797.

Les brillants économistes de France sont invités à commenter cet article, je suis prêt à recevoir une leçon d'économie et éventuellement de calcul.

Mais si ces chiffres sont exacts, si ces calculs sont exacts, nous, peuple français, devons demander à notre Président de la République, actuel ou futur, de réunir à Versailles les parlementaires des deux chambres afin de prendre la même décision qu'en 1797, décider de la Banqueroute des deux tiers de 2012.

Ainsi, débarrassé du poids de la dette, le peuple français pourra se préoccuper de l'avenir de ses enfants.


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • lsga lsga 10 septembre 2011 11:53

    superbe article !


    • Robert GIL ROBERT GIL 10 septembre 2011 13:08

      La dette publique ne vient pas d’une hausse des dépenses, mais d’une baisse des recettes. L’État dispose d’un moyen dont les particuliers sont dépourvus : il fixe lui-même ses recettes par l’impôt, alors que ce n’est pas nous qui décidons de nos salaires ! Et quand on limite soi-même ses propres recettes, il faut bien trouver d’autres sources de financement : c’est l’emprunt. Et à qui emprunte-t-on sous forme d’obligations du Trésor ? Aux plus riches évidemment ; si au lieu de faire payer les plus riches par les impôts, le gouvernement leur emprunte, cela ne peut qu’aggraver le déficit !..........Lire :
      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/16/la-dette-de-la-france/


      • Le Yeti Le Yeti 10 septembre 2011 13:43

        La dette vient surtout à 90% des INTÉRÊTS sur les emprunts, autorisés pour ce qui est de la France par la loi 73-7.


      • xa 11 septembre 2011 22:19

        « La dette vient surtout à 90% des INTÉRÊTS sur les emprunts, autorisés pour ce qui est de la France par la loi 73-7. »

        Déficit 2010 : 148 milliards
        Intérêts sur la dette < 50 milliards.
        Augmentation de la dette : 148 milliards

        Donc si je comprends bien, 10% de 148 milliards = 98 miliards. J’ai bon ?


      • Le Yeti Le Yeti 10 septembre 2011 13:17

        L’argent n’est que la représentation valorisée d’un avoir ; c’est une convention.
        Le commerce vise à faire de l’argent sur du réel (bien ou service) ; la finance consiste à faire de l’argent sur du virtuel.

        La crise financière n’est rien d’autre qu’une dichotomie entre ceux qui parviennent encore à jouer ce jeu de dupes et ceux qui n’y parviennent plus.


        • sparte sparte 10 septembre 2011 14:41

          Petit commentaire :

          vous omettez deux recettes fiscales : les CSG RDS et les TAXES AFFECTEES POUR LES URSSAF soit 130 MDS EUR

          il n’y a donc PAS de déficit du budget de la nation mais un détournement de 130 MDS EUR au profit du « trou » de la SECU

          au finaL : 130 - 90 = 40 MDS d’Excédent budgétaire

          et 30 + 130 = 160 MDS de trou de la Sécu ( 30 étant le trou officiel )

          les URSSAF sont l’iceberg qui coule le Titanic ...

          c’est comme pour le 9-11 il y a la V O et la V réelle : la V O perdure pour des raisons d’édéologie


          • eric 10 septembre 2011 15:48

            Je pense qu’il y a quelques éléments qui vous manquent.
            L’essentiel des « biens du clergé » c’était ce que l’on appellerrait aujourd’hui le système de protection sociale. En pratique, pour financer la revolution, on l’a privatise. Il a fallu ensuite prêt d’un siècle pour avoir a nouveau un système d’assistance aux plus pauvres qui tienne a peu prêt la route.
            La dette était détenue par des nationaux principalement. Aujourd’hui il serait plus difficile d’annoncer aux créditeurs étrangers qu’on ne va pas payer.
            Cela d’autant plus que nous sommes créditeurs d’autres pays. La France conserve un taux d’epargne exceptionnellement haut. Je ne connait pas les chiffres, mais il n’est pas impossible que nous soyons au final créditeurs net. Ainsi a titre d’exemple, les français possèdent 16% de la dette publique japonaise.
            Il est clair que si demain nous annonçons aux investisseurs japonais que nous les remboursons au tiers, ils vont trouver que c’est une merveilleuse idée qu’ils adopteront immédiatement nous concernant..

            Il existe un aspect plus politique. Après ce merveilleux succès financier, la France était dans un tel état qu’elle s’est donnee a un dictateur pour se lancer dans des conflits tous azimuts. Et encore, a l’epoque, il n’y avait pas la pression d’epargnant allemands dépossédés au deux tiers réduits a la ruine et prêt a tout pour se venger.

            Maintenant, avec l’empire, mon arrière arrière grand père et ses deux cousins, Louis et Mollien, ont mis en œuvre une politique libérale inspirée d’Adam Smith. Ils ont retablis l’equilibre des comptes publics, rembourse la dette, baisse les impôts, finance l’effort de guerre, et crée une monnaie, le franc or qui est restée stable sur un siecle. Ils ont bien sur ete un peu aide par les rapines de l’empereur qui faisait payer cher ses victoires aux vaincus.

            Mais quand meme, si vous voulez vous référer a cette période, cet exemple me semble plus prometteur.


            • sparte sparte 10 septembre 2011 16:44

              Relativement à la proposition de ne pas rembourser nos dettes, soulignons que cela est contraire au droit naturel et impossible dans un système basé sur la confiance ; or c’est cela le libéralisme : la confiance. En paraphrasant PAGNOL, je dirais que « la confiance c’est comme les allumettes : ça ne sert qu’une fois ! »

              par contre s’il y a eu dol de la part d’un des signataires alors l’autre, lésé par ce dol ( tromperie ) peut prétendre à casser le contrat

              les épargnant français ou les instituts japonais ne peuvent pas lésés car ils ont prêtés « de bonne foi »

              par contre les banquiers qui sont au capital de la F E D qui émet cette fausse monnaie qu’est le dollar pourraient peut être - c’est une question de droit qu’il faut soumettre à des juristes - se voir opposer par l’emprunteur Trésor Public public français ce qui fut une tromperie ( puisqu’ils émettent eux mêmes le dollar en tant qu’actionnaires de la F E D ) , ou à tout le moins un défaut de conseil puisqu’ils nous ont prêté au delà de nos capacités de remboursement : il y aurait au moins un SUR-ENDETTEMENT à l’origine du défaut de paiement. Et le prêteur co-responsable du sur endettement. ce n’est pas si simple car notre AAA signifie que nous ne serions PAS sur endettés ...

              je fais là une hypothèse de travail : car refuser de rembourser c’est se couper du système monétaire anglo saxon et tout miser sur l’euro et les autres devises ... c’est se couper du FMI etc. Bref c’est faire un acte révolutionnaire en refusant de continuer à fonctionner sous le régime du dollar de la F E D ; why not ? Mais cela suppose à tout le moins une Europe unie ...

              ce que vous proposez avec le japon est autre chose, ce serait un accord d’échange

              je crains qu’on n’en soit plus là : à force de considérer les Allemands comme d’éternels « cochons de payant » , et sans même commencer un chou-i-a de restaurer nos équilibres annuels , la ficelle pourrait finir par casser !

              dans cette éventualité d’un refus de participer au renflouement des dettes publics des autres états cigales ( grèce, italie, ... puis france ) l’allemagne surprendrait tout le monde :
              - autant les états européens qui la considère comme une fourmi, eux étant les cigales,
              - que les banksters évoqués ( les banques anglo saxonnes associés au capital de la F E D ( 1 ) car les états n’auraient plus la possibilité de les rembourser

              d’où le silence assourdissant de sarko, tant que l’ « obstacle grec » - au moins celui là - n’est pas levé. il a beau être copain avec angela merkel, elle a des institutions devant elle et des comptes à rendre ... alors qu’ici le régime présidentiel a fait de notre parlement une chambre d’enregistrement...

              ( 1 ) la F E D n’est pas comme la B C E : la F E D est une société privée possédée par les banques anglo saxonnes : ROTSCHILD, ROCKEFELLER etc. Elle a obtenu le privilège d’émettre la monnaie en lieu et place du Trésor Américain, lequel lui « emprunte » des dollars pour boucler ses fins de mois  ! ! !

              Le dollar est donc de la fausse monnaie privée.

              Moralement, il serait justice de sortir de ce système. reste à savoir si les Européens sont assez forts pour le casser ... le temps qui passe ne joue pas hélas en leur faveur.


              • sparte sparte 11 septembre 2011 00:17

                Par 1FRED0 (xxx.xxx.xxx.158) 10 septembre 22:31

                Très bien ton commentaire Sparte.

                Ajoutons juste que le dernier président qui a voulu sortir de la dictature de la FED (par un décret en juin 63 liant le dollars à l’étalon argent), a été assassiné à Dallas en novembre 63, par un fou qui tirait 3 balles en 6 secondes de 3 building différents... (un peu comme le Breivik d’Oslo)

                A noter que le successeur de JFK (vous l’aviez reconnu), le dénommé Lindon Johnson, supprima le décret de JFK en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire...

                _______________

                MERCI ...  dupliquez sans modération ni droits d’auteur

                sait on jamais que cela tombe chez SARKO MERKEL SEGO MARINE ou NPA ... tous à court d’idée !

                *

                Un autre président fut assassiné pour cela : le gal JACKSON  !

                Les maîtres du monde ont eu la gachette facile ... les présidents ont compris : depuis ils collaborent .... maintenant les messsges des MDM s’adressent aux peuples :

                il y a dix ans ce fut la termite ...

                le mois dernier à Oslo ce fut un travail plus ciblé : la Norvège devait reconnaitre la Palestine dans la semaine ...

                Petit Bonus

                Confidentiel : JACKY K. échappa à une mort certaine - elle savait trop de choses - en obtenat l’asile politique dans l’ONASSIS COUNTRY - à l’époque on se foutait pas de la tronche des GRECS - 

                pour ceux qui viEnnent de naître je mentionne qu’elle épousa ARISTOTE ONASSIS très rapidement après l’ assassinat de son époux J F

                comment je sais cela ? mais parce que sparte a des relAtions en Grèce ... motus, hein ?

                 L O L


              • easy easy 10 septembre 2011 17:03

                Le principe de l’effacement d’une dette est fondé soit sur l’acceptation du créancier soit sur sa spoliation.

                Les effacements de grandes dettes peuvent exister entre pays et selon ces deux modes, de plein gré ou de force. (Cf l’emprunt russe)

                Les effacement de grande dette interne à un pays peut également se faire selon les deux modes mais ne s’est jamais réalisée selon celui de l’acceptation, toujours selon celui de la spoliation.

                (Les nationalisations étant une des procèdures qui jouent de ces modus opérandi, elles s’opèrent soit avec indemnisation généreuse ou partielle des actionnaires soit par confiscation totale)

                Lorsqu’à la suite de la Révolution, il avait été décidé de spolier des créanciers, ces créanciers n’étaient pas n’importe qui. Ils étaient de ces castes que les révolutionnaires voulaient éliminer. Eliminer totalement ? Pas vraiment. Ils voulaient les domestiquer et en fait, les révolutionnaires, s’ils avaient effectivement saisi des biens appartemant à des castes possédantes, ont versé aux spoliés des rentes tout compte fait, assez voire très confortables (1200 livres par an à chaque curé). Attention, ici je parle des confiscations réalisées en 1789 ou juste après et c’est sutout l’Eglise qui a été compensée. Pour la noblesse les compensations ont été plus discutées.



                Lorsque nous spolions des créanciers nous avons à considérer qui ils sont.
                Soit ils ne sont constitués que de Bettancourt et autres Dassault, et cela voudra dire qu’on veut faire une révolution dans la révolution en éliminant les riches.
                Soit ils sont constitués de riches, de petits bourgeois mais aussi de minuscules épargnants et cela voudra dire que nous allons spolier 80% d’entre nous.


                La Révolution avec ses spoliations n’affectant que quelques castes numériquement peu nombreuses, visait à rétablir une situation en manière de « une fois unique, une fois pour toute » . Etant alors considéré que les difficultés du trésor provenaient du régime antérieur et qu’elles ne se reproduiraient donc plus. L’ablation ne pouvant pas être reproduite d’année en année.


                Notre problèmatique budgétaire actuelle est-elle liée à un régime que nous venons de décider de quitter définitivement ou plutôt au fonctionnement courant du régime que nous voulons perpétuer voire renforcer ? 


                • sparte sparte 10 septembre 2011 18:08

                  Par easy (xxx.xxx.xxx.174) 10 septembre 17:03
                  Le principe de l’effacement d’une dette est fondé soit sur l’acceptation du créancier soit sur sa spoliation.
                  _____________________

                  L’acceptation c’est à dire la négociation doit être la règle :

                  elle est envisageable si les termes du demandeur s’appuient sur le droit naturel : on peut envisager que c’est le cas pour les dettes publiques souscrites par des opérateurs de mauvaise foi, comme les banques anglo saxonnes qui sont membres de la F E D. ( les banksters )

                  Mais il y a fort à parier qu’ils sont revendus les Bons des trésors qu’ils auraient souscrits, à des « innocents » comme des fonds de pension , des porteurs physiques aussi ... comme ils le firent avec les subprimes ... pas cons les banksters ! 

                  Au final même s’il n’y avait pas pas spoliation pour ces banksters , cela reste de la théorie car ils ne se laisseraient pas faire : ils ont INTERET à faire perdurer le système ... partie de brAs de fer entre la BCE et les banksters ... de quel côté se mettrait le FMI et les instituions internationales ... forcément du côté des banksters puisque ce sont ces mêmes banksters qui ont mis des hommes ( et des femmes ) à la t^te de ces institutions . Je vois mal JC Trichet ou sont successeur leurs chefs renier leurs maîtres ....

                  Cela passerait donc par une phase révolutionnaire de remise en cause du système financier international , c’est à dire de la suprématie du dollar et à refuser de vendre des Bons du trésor à ces banksters ( Rothschild Rockefeller etc. )  ; mais à qui alors ? et bien directement aux Chinois, aux Iraniens, aux Suisses en Euros etc. et à faire tourner la planche à billets de la B C E

                  je n’en vois pas , parmi les nains qui prétendent aux postes politiques, députés, ministrables présidentiables, qui aient cette conscience ... ceux qui se croient les plus révolutionnaires ne rêvant que d’un retour au franc alors que le blême est ailleurs : à Londres et à Washington !

                  enfin cette révolution ne consistant pas à se saisir de la fortune des riches, bien en deça d’ailleurs des montants nécessaires. Outre que ce serait du vol car ils ne sont responsables en rien de la démagogie des hommes politiques qui ont dépensé sans compter dans le « welfare state » pour se afire élire puis réélire

                  certains ont dit que c’était là le projet de DSK .... je ne sais ... en tout cas il faudrait mettre à la tête de nombre d’institutions européennes des gens qui n’ont pas été choisis par le BILDERBERGER Group etc. comme Trichet, Barroso, etc.

                  Il faudrait donc une conscience européenne et la vvolonté d’en finir avec l’hégémonie du dollar.
                  Cette révolution serait peut être possible dans ces conditions ; je dis peut être car les maîtres du monde sont forts ... ils sont du prévoir le coup ... mais ils ne sont forts que jusqu’à ce que les peuples comprennent qui ils sont et quel est leur jeu.
                  Qui les briefera ?

                  La spoliation :
                  le cas des EMPRUNTS RUSSES : en effet ,
                  sauf qu’elle nécessite aussi l’accord du perdant car on se retrouve toujours ... 
                  les hauts fonctionnaires britanniques ont ainsi obtenu le remboursement des emprunts souscrits par le peuple britton ;
                  les H F français ont trahi le peuple français et le dossier fut soldé par des remboursements ridicules : un scandale et une honte à mettre au passif de la répoublique ... je parlerai donc - pour le cas français - de la trahison des élites.


                • sparte sparte 11 septembre 2011 01:50

                  Par 1FRED0 (xxx.xxx.xxx.158) 10 septembre 22:34
                  Saddam Hussein et M Khadafi voulaient en finir avec le dollars, en libellant leur pétrole, en euros pour le premier, ou en créant le dinart or pour le second. La grand satant est allé leur casser la gueule (sous des prétextes humanitaires pour le grand public )
                  _________

                  Correct FREDO1

                  Petite précision : lors de la première attaque sur l’IRAK par le père BUSCH , c’était le KOWEIT qui fut en fait visé, c’est pourquoi les EUA n’ont pas poussé jusqu’à BAGDAD

                  Pourquoi :

                  J’étais passé peu de temps avant au KOWEIT ( base DASSAULT au KOWEIT ) le pays était entièrement managé par la DIASPORA PALESTINIENNE : extraction pétrolière, ingénieurs, TECS, médecins, bref tout était palestinien et ça fonctionnait au quart de poil de chameau avec les Koweitis

                  D’où : reconnaissance d’une Palestine ( le Koweit était le seul état au monde ayant une ambassade palestinienne sur son sol : c’était l ’ époque de ARAFAT ) et une source de devise pour le financement du parti de ARAFAT ) . Israel n’était pas encore parvenu à donner sa puissance au HAMAS ni à tuer le « Vieux » .

                  Le KOWEIT était magnifique : des ouvrages d’art partout , des restaurants à 200 mêtres de haut , des fleurs plantées par les habitants ... j’ai vu un jardin d’immigrants des INDES couverts de milliers de fleurs ... c’était marrant : les Français expat faisaient leur vin dans les baignoires en foulant les raisins ... et de la bière en faisant fermenter des poudres amenées par MIRAGE depuis la France ... Bouygues construisait des ponts inutiles de 2 km de long vers une île pour bien montrer à l’IRAK que cette ile était kowitienne ! Dans les livraisons de matos en provenance d’Europe : champagne pour les 20 ingénieurs français qui faisaient travailler 500 coolies chinois ! Les Chinois étaient encadrés par des membres du parti communiste chinois ! impossible de fuir vers la liberté : le désert partout ; les mecs étaient " livrés avec leur cantoche ! Les ingé recevaient les plans depuis la France par liaison satellite ! ... 180 à l’heure sur des autoroutes inutiles en plein désert , soudain une grande tente : un Koweiti a quitté sa vaste demeure climatisée pour se ressourcer au désert ... Géant ! - Sur simple coup de fil je fus reçu par le ministre du pétrole - ou son clône ( j’avais demander le ministre j’ai pas pu vérifier mais le bureau faisait 100 m2 ... pour quémander une livraison à prix coûtant pour Haiti à 14 USD le baril au lieu de 23 USD ... à la demande d’un ami architecte qui avait appris que je partai au Koweit et qui faisait dans le caritatif bénévole et efficace pour HAïti ... reçu comme ça ... les mAins dans les poches, après la coupure mi journée consacrée à la sieste ... pas de fouille ou quoi que ce soit ... pas de questionnaire à remplir ( pour moi évidemment ) ... l’hospitalité arabe pur jus ! ! ! et on veut me faire croire que ces gens là sont de la race de terroristes ? ... non mais !


                  Tout ça fut explosé puis liquéfié sous le napalm de l’empire ... my God quel massacre ... le KOWEIT fut entièrement détruit et endetté pour une génération : reconstruction contre pétrole + dommage de guerre pour l’empire ... pour les banques des M D M déjà les BANKSTERS : LES MËMES DEPUIS LE 18èmesiècle, plus des petits nouveaux 

                  • et les PALESTINIENS furent expulsés c q f d

                  La France participa à ce massacre du KOWEIT ... sans qu’il y eut prétexte du terrorisme islamique
                  ( c’est pourquoi il faut connaitre l’histoire pour comprendre le présent

                  Le K. se défendit ( un peu ) avec nos armements dont des MIRAGE ! Mais les bombes sont tombées du ciel avec la précision que l’on sait : no chance ... un Tomawak pouvait cibler une horloge publique ... Nos artilleurs et les tankistes ont morflé avec leurs charges à UR appauvri ...

                  La France n’était pas au second massacre ... contre l’IRAK : d’où le 9-11 pour faire accepter au monde entier l’intervention des troupes des EUA et celles des britons de Tony Blair le menteur


                  Voilà , c’est du vécu ... pas une saga hollywoodienne

                  il est tard mais ... heureux de vous le faire partager

                  épicétou


                • eric 10 septembre 2011 17:29

                  Castes numériquement peu nombreuses, sauf que l’appareil social de l’église servait aux pauvres. La bourgeoisie qui a acheté avait évidemment moins ce souci.


                  • BA 10 septembre 2011 17:41
                    Samedi 10 septembre 2011 :

                    La signification de la démission de Jürgen Stark : cette démission signifie que la France n’est plus dans le groupe des Etats européens du Nord. Cette démission signifie que la France vient de basculer dans le groupe des Etats européens périphériques.

                    1- Le groupe des Etats européens du Nord était jusqu’à présent constitué des Etats du coeur de l’Europe, du Nord de l’Europe, et la France en faisait partie. 

                    La caractéristique de ce groupe est la suivante : les Etats européens du Nord ne veulent pas payer pour sauver les Etats européens périphériques.

                    Exemple numéro 1 : jeudi 30 juin 2011, le Royaume-uni, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Finlande, le Danemark et la Suède déclarent qu’ils ne veulent pas que le budget de l’Union Européenne soit porté à 1,11 % du PIB de l’Union Européenne. Ils veulent que le budget de l’UE reste au niveau ridicule de 1 % du PIB de l’UE.

                    Exemple numéro 2 : les Etats européens du Nord ne veulent pas la création des eurobonds.

                    Exemple numéro 3 : les dirigeants de la BCE originaires des Etats européens du Nord ne veulent pas que la BCE rachète les obligations des Etats européens périphériques. L’Allemand Jürgen Stark était notoirement opposé à cette action, rejoint en cela par le patron de la Bundesbank, l’Allemand Jens Weidmann, ou encore le Néerlandais Klaas Knot.

                    Lisez cet article très important :



                    2- Le groupe des Etats européens périphériques était jusqu’à présent constitué des cinq Etats européens en faillite : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne.

                    La caractéristique de ce groupe est la suivante : les Etats européens périphériques sont en faillite, et ils veulent que les Etats européens du Nord paient davantage pour les aider. 

                    Exemple numéro 1 : les Etats européens périphériques veulent que le budget de l’UE soit augmenté de façon massive.

                    Exemple numéro 2 : les Etats européens périphériques veulent la création des eurobonds.

                    Exemple numéro 3 : les Etats européens périphériques veulent que la BCE rachète massivement leurs obligations d’Etat.

                    Conclusion : la zone euro est en train de se disloquer. Les Etats européens ne sont pas d’accord entre eux. Leurs intérêts ne sont pas les mêmes. Et en plus, à l’intérieur même de la BCE, les dirigeants de la BCE ne sont pas du tout d’accord entre eux.

                    Conclusion numéro 2 : samedi 10 septembre 2011, la zone euro s’est brisée en deux groupes d’Etats : 
                    - le groupe des Etats européens du Nord 
                    - et le groupe des Etats européens périphériques : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, France.

                    • sparte sparte 11 septembre 2011 00:26

                      Par BA (xxx.xxx.xxx.142) 10 septembre 17:41

                      Samedi 10 septembre 2011 :

                      La signification de la démission de Jürgen Stark : cette démission signifie que la France n’est plus dans le groupe des Etats européens du Nord. Cette démission signifie que la France vient de basculer dans le groupe des Etats européens périphériques.

                      ___________

                      Analyse très intéressante ... on progresse vite sur A V depuis quelques jours ... on voit que la crise ... la vraie approche ... plus beaucoup de place pour les natio-démago-idéologues, c’est à dire TOUS les politiques actuels : pas un capable de comprendre ça !

                      en tout cas y ’ a un blême : car SARKI est bien silencieux ... s’ il bouge pas c’est qu’il sait plus quoi faire ... s’en fout remarquez le bateau de Bolloré est prêt : y’ aura bien un tite place pour N S dans le canot de sauvetage ...

                      ça craint pour le peuple français ...le vrai ... celui qui bosse .. pas ceux qui restent aux basques des URSSAF ... nous on va se transformer en SHADOCK : « pompez pompez pour combler les trous ! »

                       

                       

                       


                    • sparte sparte 11 septembre 2011 01:00

                      - et le groupe des Etats européens périphériques : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, France.
                      ________________

                      Si ça se confirme eh bien les Allemands sont forts ... se seront pas laissés b. par N S et BERLU
                      nous restera le pétrole lybien pour combler nos dettes ? va falloir re-pomper !

                      Vraiment une très bonne analyse B A ! quelque soit ce qu’il advienne je vous fais citoyen d’honneur de ma fière cité !

                      Nous serons donc amenés à nous précipiter encore plus dans l’axe de ce projet de l’EUROPE DE LA MEDITERRANEE qui va jusqu’à ISTAMBUL hélas ! et TEL AVIV aussi

                      Or du réel et effrayant danger turc personne n’en parle !

                      Les Allemands ont préféré depuis longtemps se tourner vers la RUSSIE, eux ; avec ses richesses du sous sol innombrables

                      pourtant nous avions toutes nos chances auprès de nos cousins germains allemands et autrichiens ( 1 ) - sans oublier leurs voisins déjà ré-industrialisés par l’Allemagne : l’ALLEMAGNE aurait accepté de re-financer la reconstruction de notre industrie et de « localiser » leurs développements industriels dans les pays européen du sud  ;

                      nous avec nos laboratoires d’armement  : navals, aéronautiques, spatiaux nos pouvions faire avec l’Allemagne un malheur dans les industries pour réarmer l’Europe : nous les plans et les savoir faire , eux les machines outils et le flouz : enfin un porte avion capable de naviguer plus de 2 mois par an ! Enfin des commerciaux capables de vendre le RAFALE ! et un pays capable de l’acheter : l ’ ALLEMAGNE ... jackpot européen ... et OK des EUA trop heureux de se débarrasser du fardeau économique de la défense de la vieille Europe

                      avec un peu de chance RON PAUL faisait de son côté tomber la F E D et Obama reprenait aux banksters leur monopole privé sur l’émission du dollar - monnaie privée des MDM - ... on peut rêver !

                      Si le scenario de B A se réalise c’est une cata pour la France, je l’ai écris quelque part sur A V : nous pouvions récréer alors le projet de la C.E.D. tué par DE GAULLE et les kokos en 1954, mais la structure du site fait qu’on peut rien retrouver facilement : l ’actu bouffe les analyses passées et relèguent les sujets passés dans ses profondeurs ... pas bien ça .. 

                      on va faire comment avec nos malheureux bataillons pas capable de mettre une raclée à kadafi en plusieurs mois ? va pas falloir que le bled et le sahel ou les Turcs s’invitent sur la côte d’Azur ... scénario d’un auteur connu ... 

                      ... GRRREEEE

                      ( 1 ) et pendant ce temps là y ’ a des bénets qui fêtent les « taxis de la Marne » ... faut être un peu naze quand même pour être encore anti « boches » en 2011  ! J’ai honte pour eux ...


                      s
                       


                    • Nanard39 Nanard39 11 septembre 2011 07:35

                      « Le Directoire décida une  »banqueroute dite des deux tiers« ..... et le petit nicolas veut faire signer la »règle d’or" ! .... ce n’est qu’un problème de rhétorique .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès