Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Questions/Réponses sur la dette, la crise et l’économie

Questions/Réponses sur la dette, la crise et l’économie

Les questions et réponses sont tirées d'une parodie "qui veut perdre des milliards" du blog "Chroniques de l'ile"

Ces questions/réponses sur la dette, la crise et l'économie, vont vous permettre de vous rendre compte que tout n’est pas aussi compliqué qu’on veux nous le faire croire. Prêt ! C’est parti :

1) L’argent, notre monnaie, est basée :

A) Sur l’or

B) Sur le pétrole

C) Sur la confiance

D) Sur la gentillesse des riches

La bonne réponse est C, bravo, vous ne saviez pas ? Allez, on continue.

2) Lorsqu’une banque fait un prêt, d'où vient l’argent qu'elle prête ?

A) Des dépôts des particuliers

B) De la main invisible du marché

C) Elle va creuser pour chercher de l’or

D) Elle crée l’argent du prêt de toute pièce

La bonne réponse est D, les banques créent l’argent, en changeant le chiffre sur votre compte, les banques décident pour qui elle crée de l’argent, l’argent n’étant que de la confiance, elles ont le droit de vendre un bien commun : la création de la monnaie. L’État, lui, n'a plus le droit de créer de l’argent !!!!!

3) Si l’état empruntait l’argent à 0 %, comme il pouvait le faire avant 1971, si il n'avait pas privatisé la création de monnaie, la dette actuelle serait de ?

A) De moitié moins

B) La même

C) Pire, le double

D) Nulle

La bonne réponse est D. Vous avez perdu ? Et oui, la dette serait nulle, les intérêts font des petits comme on dit, la nuit sans faire de bruit, l’argent travaille en dormant....

4) Une action en bourse change de propriétaire tous les ?

A) ans

B) mois

C) 20 secondes

D) jours

La bonne réponse est C. Vous avez perdu ? Magnifique, une action change de propriétaire toutes les vingt secondes, la bourse à la Michael Douglas dans Wall Streets c’est fini, il n'y a plus que des ordinateurs avec des programmes automatiques qui spéculent à la vitesse de la lumière.....

5) La finance, il y a 30 ans, prenait 5 % de tous les bénéfices, maintenant c’est

A) 50 %

B) 10 %

C) 0 %

D) 75 %

La bonne réponse est A. Dans un proche avenir se sera la D !

6) Même si vous n’avez pas de dettes vous payez des intérêts qui sont inclus dans le prix des marchandises. Ce Système des intérêts permet un transfert d’argent :

A) Pour les fainéants d’assistés qui adorent leur situation !

B) Cela profite à tous ceux qui épargnent

C) Cela transfert 300 millions € chaque jour des 80 % de la population la moins riche aux 10 % les plus riches

D) Cela profite à l’Etat.

La bonne réponse est C. En effet, si les intérêts profitent à celui qui épargne, cela lui coûte aussi. En effet il rembourse des intérêts qui sont inclus dans les produits qu’il achète ainsi votre facture d'eau c'est 23 % d'intérêts, au final, le système est profitable pour les 10 % les plus riches, neutre pour les 10 % juste un peu moins riches. Ce système transfert 80 milliards par an des 80 % les plus pauvres au 10 % les plus riches.

7) La crise est la faute aux assistés, mais qu’est-ce qu'un assisté ?

A) Une personne touchant 400 €/mois ou un chômeur.

B) Un étranger licencié de son emploi.

C) Une personne ayant besoin d’une cuisinière, d’un jardinier, d’une nounou, de femme de ménage pour tenir son foyer, une A... de direction.

D) Une multinationale qui fait beaucoup d’argent grâce aux largesses de l'état, par exemple en vendant ses avions de chasse que personne ne veut très cher...

La bonne réponse est C. La question avait un piège car on aurait pu dire aussi D mais c'est C, car cette personne a besoin d’assistant pour diriger son entreprise, une assistante pour sa vie privée. Pour le D il ne faut pas parler d’assistance, on parlera plutôt de corruption ou de pression, une multinationale investit dans des médias déficitaires pour faire pression sur le gouvernement. Je rappelle que c’était interdit en 1945 mais de nos jours...

 8) Les 1% les plus riches en France qui possèdent 14 % du patrimoine (35% aux USA) ils payent ?

A) Beaucoup trop d’impôts

B) Autant d’impôts que le reste de la société

C) L’état leur prend tout

D) Ils payent moins que le reste de la société

La bonne est D. Vous avez perdu ? Encore une fois magnifique, 35 % contre 50 % pour les autres, les impôts baissent pour eux depuis 30 ans.

9) La différence entre la bourse et un casino est :

A) La bourse est quelque chose de rationnel et de sérieux.

B) A la bourse on gagne à tous les coups !

C) Au casino, les gens jouent avec leur argent.

D) C’est la même chose !!!

La bonne réponse est C. A la bourse vous pouvez spéculer sur des actions que vous n'avez pas avec de l’argent que vous n'avez pas, à la hausse comme à la baisse. Vous pouvez comme Goldman Sachs vendre un produit financier à vos clients et spéculer sur son écroulement et empocher lors de son écroulement.....au casino impossible de parier sur la ruine d’un joueur ….

10) L’état emprunte pour rembourser des dettes depuis 50 ans. Un exemple, une somme de 10 000 € prêtée à 3 % pendant 50 ans nécessite un remboursement de 43 893 €, soit multiplié par 4.4. Si au lieu d’emprunter à 3 % on emprunte à 12 % la somme à rembourser sera de :

A) 71 066€ soit un facteur 7

B) 1 845 646€ soit un facteur 184.

C) 2 890 019€ soit un facteur 289.

D) 70 000 € soit un facteur 7.

La bonne réponse est C. Nous sommes dans un système d'intérêts composés, vous savez l’argent qui se multiplie sans faire de bruit la nuit, La réponse A, c’était pour un intérêt composé de 3%, la réponse B pour un intérêt composé de 11 %. Notez que pour un petit 1%, de 11 à 12 vous devez rembourser 1 million de plus. Ceci explique pourquoi un état qui doit emprunter à fort taux d'intérêt finit inévitablement par faire faillite, il ne peut pas rembourser sa dette (mais on peut avant le dépouiller). Cela s'appelle le côté exponentiel des intérêts composés.

11) Pourrait-on inventer un autre système financier, remettre la création monétaire à l’état, supprimer la spéculation, interdire les paradis fiscaux, mettre un système de monnaie fondante (intérêts négatifs), des monnaies complémentaires locales, sortir du cadre, virer la clique au pouvoir (élus, journalistes, banquiers) tout cela est

A) Impossible

B) C’est du communisme, de la faillite

C) Interdit par ceux qui profitent du système

D) Je ne me suis jamais posé la question, ni renseigné sur l’économie et la monnaie

La bonne réponse est C et D ? Si vous ne faites rien, dites adieu à votre vie, mais aussi à votre climat, vos enfants vivront dans un enfer !!!! Si vos connaissances en économie sont nulles, c’est que vous écoutez trop les médias qui répètent la voie de leur maître. Alors bienvenue dans le tiers monde, un monde plus simple : la carte bleue fera office de carte vitale, de carte scolaire, casier judiciaire et de carte d’électeur.......

 http://2ccr.unblog.fr/2012/12/14/questions-et-reponses-sur-la-dette-la-crise-et-l-economie/

Voici aussi d’après un article paru dans le « New York Times »


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 18 décembre 2012 11:26

    Joli questionnaire.


    Je modifierait le 1) comme ça.

    1) L’argent, notre monnaie, est basée :

    A) Sur l’or

    B) Sur le pétrole

    C) Sur le dollar, qui lui même est basé sur un abus de confiance.

    D) Sur la gentillesse des riches



    • Croa Croa 18 décembre 2012 13:04

      Il ne faut pas ! Tu touche là a premier principe de l’économie d’aujourd’hui : La monnaie est basée sur la confiance ! (Toutes, pas seulement le dollar.)

      Même les économistes autorisés le reconnaissent !

      Le texte de Robert est cependant perfectible, comme toujours, mais pas ainsi.


    • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 18 décembre 2012 14:24

      Bon petit article..
      Suggestion :
      Les banques fabriquent la monnaie lors de monétisation d’actifs, mais
      A - c’est leur droit
      B -il n’y a pas d’autre solution
      C - il faut bien que les banquiers vivent
      D - l’Etat pourrait le faire.

      _____________

      Je vous laisse réfléchir à ça :
      « Le chartalisme fut théorisé par l’allemand Georg Friedrich Knapp, et consiste en ces quelques assertions pourtant évidentes : le souverain choisit la monnaie dans laquelle il taxe et comment il l’émet, il doit d’abord émettre avant de la taxer c’est-à-dire que ses dépenses financent les taxes et non l’inverse, donc l’émetteur souverain et lui seul peut émettre de la monnaie plus qu’il n’en gagne et sans emprunt. Une monnaie qui ne s’embarrasse d’aucune contrainte supplémentaire est dite souveraine par les néochartalistes, elle ne s’appuie ni sur l’or, ni sur une autre monnaie étrangère, ni sur un autre métal précieux, ni sur un échéancier prédéfini fixement et arbitrairement à l’avance »


      • HELIOS HELIOS 18 décembre 2012 15:48

        ..... bon, et alors, qu’est-ce qu’il faut faire, maintenant que l’on sait ????


        • BA 18 décembre 2012 21:55

          Portugal :

           

          Le Portugal s’enfonce dans la récession au troisième trimestre : - 3,5 % en glissement annuel.

           

          C’est un peu plus que prévu. Le produit intérieur brut (PIB) du Portugal a reculé de 0,9 % au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, et de 3,5 % en glissement annuel, a annoncé vendredi 7 décembre l’Institut national des statistiques (INE). L’approfondissement de la récession au troisième trimestre est le "résultat de la réduction moins accentuée des importations de biens et services et du ralentissement des exportations", a expliqué l’office statistique portugais dans un communiqué.

           

          Irlande :

           

          L’Irlande ne peut pas rembourser les 85 milliards d’euros du plan de sauvetage.

           

          L’Irlande »a besoin de plus de temps" pour rembourser l’argent utilisé pour renflouer ses banques, a réclamé samedi 8 décembre dans la presse allemande le gouverneur de la Banque centrale d’Irlande, Patrick Honohan. Interrogé sur le délai supplémentaire nécessaire pour rembourser, le gouverneur de la Banque centrale d’Irlande a plaidé pour la recherche d’une « solution durable », qui n’aurait pas à être de nouveau modifiée par la suite. "En conséquence, le délai de remboursement devrait être considérablement allongé", a-t-il ajouté, sans donner aucune autre précision.

           

          Chypre :

           

          Chypre risque le défaut de paiement d’ici quelques jours.

           

          Chypre risque de ne pas pouvoir rembourser des prêts dus en décembre et verser les salaires des fonctionnaires si un accord sur un plan de sauvetage n’est pas conclu rapidement avec la troïka des bailleurs de fonds, a indiqué un responsable gouvernemental lundi 17 décembre. "Si dans les jours à venir, l’Etat ne peut pas obtenir 250 à 300 millions d’euros, alors l’Etat cessera d’honorer des paiements", a déclaré un dirigeant du ministère des Finances, Christos Patsalides, à un comité parlementaire.

           

          Grèce :

           

          On va encore prêter des dizaines de milliards d’euros à la Grèce ... alors que la Grèce est incapable de rembourser quoi que ce soit.

           

          Le versement d’une nouvelle tranche de 34,3 milliards d’euros d’un prêt de l’Union européenne (UE) et du FMI à la Grèce sera achevé mercredi 19 décembre, a annoncé un responsable grec juste après le paiement d’une première partie de la somme. Après l’échec de plusieurs réunions, la zone euro s’est enfin mise d’accord jeudi dernier pour débloquer cette aide financière à la Grèce gelée depuis des mois, et lui éviter ainsi de sombrer dans la faillite.

           

          Espagne :

           

          La dette publique a explosé.

           

          Le gouvernement espagnol prévoit que la dette publique atteindra 85,3% du PIB à la fin de l’année, contre 69,3% à la fin 2011, largement au-dessus de la limite fixée par le Pacte de stabilité de l’UE (60%). Cette prévision ne tient pas compte du prêt européen aux banques espagnoles, dont le premier volet de 37,5 milliards d’euros est attendu dans les prochains jours.

           

          Italie :

           

          La dette publique a explosé.

           

          De son côté, la dette de l’Italie a franchi en octobre pour la première fois le cap symbolique des 2.000 milliards d’euros, selon un document publié vendredi 14 décembre par la banque centrale italienne. La dette de l’Italie s’est établie à 2.014,693 milliards d’euros en octobre 2012, contre 1.995,143 milliards d’euros en septembre 2012, selon un supplément au bulletin mensuel statistique de la Banca d’Italia.

           

          http://www.boursorama.com/actualites/les-dettes-de-l-espagne-et-de-l-italie-franchissent-des-records-b63747bd59db2a4c3ba47ff748358671

           

          Conclusion :

           

          En zone euro, la crise est finie.



          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 décembre 2012 07:27

            Très belle synthèse, parlante.
            J’aime bien la conclusion, politiquement correcte.


          • olfe olfe 18 décembre 2012 22:23

            La crise de la zone euro sera finie quand celle-ci aura explosé.

            Après, chaque pays devra gérer sa propre crise interne avec sa propre monnaie.


            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 décembre 2012 07:31

              Article très réussi du point de vue pédagogique.

              Il pêche seulement par absence d’une pédagogie par objectifs.

              « si vous ne faites rien », c’est bien beau mais ça va seulement susciter de l’agitation, pas de l’action.

              Il nous faut une feuille de route vers une création monétaire 100 % au peuple !

              En dispose-t-on ?

              Y a-t-il une solution qui contourne la case (véritable) révolution ?


              • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 19 décembre 2012 08:16

                Il y a une relation algébrique importante de la comptabilité nationale qui montre que le revenu net de l’État, celui du secteur privé et celui de l’étranger s’annulent : (T – G) + (S – I) – BC = 0, avec T les recettes de l’État, G ses dépenses, S l’épargne privée, I l’investissement privé, et BC la balance courante donnant le revenu net dégagé par l’économie nationale sur l’étranger .

                On peut la lire aussi ainsi : (S – I) = (G – T) + BC, c’est-à-dire que l’épargne privée nette est égale à la somme du « déficit public » et de la balance courante, donc que le secteur privé ne peut épargner et donc investir que si un État s’autorise un « déficit » ou si l’étranger est lui-même en « déficit ».

                Si notre solde vers l’étranger (balance commerciale en particulier) n’est pas positif il FAUT que l’État soit en« déficit »... pas si difficile à comprendre quand même !

                Mais ce déficit DOIT être financé par création monétaire, pas par l’emprunt.

                (j’ai mis « déficit » entre guillemets à propos de l’Etat, car en fait le « déficit public » n’est qu’un déficit de trésorerie et n’est que l’équivalent du besoin de financement de la comptabilité nationale.)


                • Croa Croa 19 décembre 2012 22:05

                  J’ai tout copié !

                  C’est très mal, je sais...  smiley

                  Mais j’ai maintenant un jeux super pour Noël !  smiley

                  - Questions (pdf)
                  - Réponses (pdf)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès