Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Qui crée la richesse ?

Qui crée la richesse ?

Comme son nouveau ministre E. Macron, homme-lige de Rothschild et grand pourfendeur des 35 h, M. Valls aime ramper devant les patrons. Que pèsent à ses yeux d’ambitieux les gens de gauche qui ont élu Hollande en croyant naïvement qu’il romprait avec la politique sarkozyste et qu’il ferait cesser l’offensive euro-patronale contre les travailleurs ? Et que vaut aux yeux de Hollande la « primaire » socialiste qui avait donné 18% des voix à Montebourg et… 5% à Manuel Valls, le « socialiste » favori de l’UMP et des dirigeants américains ? Telle est la « démocratie » bourgeoise française : les grands partis maastrichtiens rivalisent aux élections et la fête finie, c’est toujours le capital, l’UE, l’OTAN, Merkel, qui gagnent !

Venu pour faire allégeance à Gattaz, Valls a donc aussitôt promis de faire sauter le repos dominical – un acquis datant de 1905 et de Jaurès -, de désosser le Code du travail, de dégager les seuils sociaux et d’alléger le « coût » du travail. Pour commencer… Car rompue aux surenchères, la droite trouve cela dérisoire et Fillon exige la fin du CDI et la retraite à 67 ans !

Car pour cet étrange « socialiste » qu’est Valls, c’est le travail qui « coûte » et c’est le capital qui « crée ». Vous croyiez naïvement, ouvriers à la chaîne, salariés de la distribution, travailleurs de l’agriculture, employés des transports, enseignants, infirmières, chercheurs, ingénieurs, que c’est en produisant des moteurs d’avion, en construisant des maisons, en moissonnant, en transportant des marchandises, en instruisant des enfants, en soignant des malades, en inventant des techniques nouvelles, vous créiez plus de richesse que l’actionnaire fainéant qui « tond » les bénéfices de l’usine, du chantier ou du labo pharmaceutique pour s’acheter chaque année un yacht deux fois plus gros que le précédent (allez voir une fois le port de Monaco si vous en doutez !) ? Eh bien non, Valls a expliqué devant les patrons ravis que ce sont eux qui « créent les richesses ».

Nous, on croyait bêtement que les grands manitous du patronat s’était surtout distingués ces dernières décennies par leur capacité à casser l’outil industriel français, à se recentrer sur des activités parasitaires, à piller les finances publiques en obtenant des subventions et des dégrèvements sans fin, à saquer les cotisations sociales, à multiplier les importations aux dépens des exportations au risque de plomber la balance commerciale…

Eh bien non, salariés, vous n’êtes que des parasites et des assistés, des trop-protégés et des trop-payés qui vivez au-dessus de vos moyens, qui n’en fichez pas une rame et qui abusez de la richesse publique en vous gorgeant de jours de repos, de vacances indues, de salaires mirobolants, de remboursements-maladie en veux-tu en voilà, de retraites dorées volées aux enfants, de services publics gratuits qui devraient rapporter des profits dont vous privez odieusement – mais plus pour longtemps ! – MM. les actionnaires. Lesquels ont bien du mérite à continuer comme ils le font à subventionner la production quasi-bénévolement au lieu d’imiter ceux d’entre eux qui, sagement, ont déjà planqué 480 milliards d’euro dans les paradis fiscaux (on les comprend) !

Voilà où l’on en est idéologiquement dans ce pays depuis que le PCF « modernisé » n’enseigne plus le B.A.-BA du marxisme dans les écoles de base, depuis que le P.S. rampe comme jamais devant l’UE néolibérale, depuis que Le Paon explique que les capitalistes et les travailleurs ont des intérêts communs et qu’il faut seulement mieux partager le gâteau, depuis que les jeunes syndiqués n’entendent plus parler de l’exploitation capitaliste, de l’extorsion de la plus-value et du simple fait évident que quand les travailleurs croisent tous les bras en même temps, comme en 36 ou en 68, la production s’arrête, les profits s’écroulent, les patrons tremblent… et chacun s’aperçoit alors que les travailleurs peuvent se passer des capitalistes (quel bonheur !) alors que les capitalistes ne sont rien sans les travailleurs dont ils volent au quotidien le surtravail gratuit.

Tous ces messieurs délirent. Pour les ramener sur terre et leur administrer une bonne leçon de choses, pour rendre sa dignité au monde du travail humilié et injurié, l’heure n’est pas à prier pour que les « frondeurs » socialistes, ces enfants de chœur (en étant gentil !) nous sauvent, elle est au « tous ensemble et en même temps » de tous ceux qui créent la richesse et qui ne demandent qu’à vivre honnêtement de leur labeur : les TRAVAILLEURS. Chiche ?

http://www.initiative-communiste.fr/billet-rouge-2/qui-cr-la-richesse-par-floral/

Retrouvez les billets rouges de Floreal et les autres sur www.initiative-communiste.fr

Retrouvez le PRCF sur facebook et sur twitter (@PRCF_)


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 29 août 2014 13:12
    Qui crée la richesse ?...Les ouvriers...mais en ce moment il y en a près de 10 millions au chômage...et autant de pauvres..alors faudra attendre que ce gouvernement (un peu gauche) soit expulsé pour pouvoir mettre aux postes de responsabilités des gens compétents...en changeant le système de notre société...

    • philippe913 29 août 2014 14:08

      vous n’avez pas l’impression de confondre actionnaire et patron ?


      • marauder 30 août 2014 06:33

        Entre les deux pas tellement de différence, ils veulent de l’argent et du pouvoir.

        Ils s’estiment mieux que les autres, estiment avoir droit a plus que les autres. Ne savent jamais s’arreter pour respirer et s’imagine que tout le monde devrait etre stupide comme lui.
        Celui qu’il voit respirer, estime que c’est un féniant. Mais celui qui respire n’a pas besoin d’un yatch.

        Par contre, l’autre, ne reve que de ca, et est persuadé que tout le monde ne reve que de ca.
        Normal, ce meme patron s’arrange pour que sa femme enseigne la meme bétise a l’école privée.

        Mais quand meme, pour pas avoir l’air suspect devant les enfants, on dit tout de meme qu’on croit en dieu et au gentil jésus.

        Les patrons, et autres bizzareries disparaitront le jour ou les gens auront enfin compris qu’on a n’a pas besoin de ces parasites dominateurs.

        Ce jour la, le raleur féniant, ca sera surement un ancien patron (j’en ai connu, véridique !!!!), mais ne le privons jamais de manger et d’avoir un toit pour autant... Et puis le supporter, ca apprends a etre zen en toute circonstance ;)


      • Julien30 Julien30 30 août 2014 10:27

        Marauder, vous faites là un bel étalage de caricatures et de généralisations, non tous les patrons, et notamment ceux de PME, ne sont pas les ogres de conte de fées que vous décrivez, kloin de là, attention à ne pas prendre le marxisme au pied de la lettre, ça amène à ce genre de commentaire.

        Sinon pas besoin d’eux ? L’initiative et la prise de risque, le savoir-faire et les finances que beaucoup d’entre eux ont mis pour créer leur entreprise, vous allez le trouver où ?


      • larebil 29 août 2014 14:54

        « a expliqué devant les patrons ravis que ce sont eux qui « créent les richesses ». »

        C’est bizarre comme l’idéologie peut aveugler. Il n’a jamais dit que les patrons ou les actionnaires créent les richesses, il a dit que les entreprises créent les richesses, et j’aimerai bien que vous me démontriez que ce n’est pas le cas (entreprises ou organismes publics ou même associations, ils peuvent tous créer des richesses, la question n’est pas de savoir si seules les entreprises créent des richesses mais si ce qu’à dit Valls serait vraiment une monstruosité comme vous le prétendez).


        • passtavie passtavie 29 août 2014 15:13

          C’est vrai ça l’idéologie peut aveugler... Un outil ou un concept peut-il créer de la richesse ?
          Tout seul sans l’humain derrière ?

          Autre un seul homme peut-il fabriquer avec ses petits bras musclés des milliers de pots de yaourts ? Non il faut d’autres hommes, et comme on est moderne des machines, conçus par des hommes, pilotés par des hommes.

          L’entreprise n’est rien sans ses salariés, et les machines qui les remplacent ne serviront à rien si personne n’achète ce qu’elle produise.


        • larebil 29 août 2014 17:05

          Ce n’est pas un « concept », c’est un moyen de désigner un ensemble. Quand vous parlez de votre voiture, vous ne dites pas que c’est juste le moteur qui la fait avancer, si ?

          Une entreprise c’est des actionnaires, des dirigeants (salariés ou non), des salariés, un actif, un passif, des clients, des fournisseurs, ... Chaque élément est nécessaire à la création de la richesse produite par l’entreprise, donc vouloir résumer comme l’auteur à « les salariés créent la richesse » c’est juste ridicule.

          Et pour continuer le débat, les actionnaires sont rémunérés par des plus values et des dividendes, les prêteurs par des intérêts, les fournisseurs par le prix de la vente, les clients par le service rendu par leur achat, ..., et les salariés par leur salaire (si, si, ils ne travaillent pas gratuitement).

          Personne n’est obligé de participer à « l’entreprise », les actionnaires peuvent revendre leurs actions, les fournisseurs peuvent trouver d’autres clients, les clients peuvent acheter chez les concurrents (quand l’état n’a pas fait ce qu’il fallait pour que l’entreprise soit en monopole), ..., et les salariés peuvent changer d’entreprise (si, si, ils ne sont pas enchainés à leur poste de travail).


        • politzer politzer 29 août 2014 17:21

          Valls n a pas été faire cette déclaration devant des ouvriers (les esclaves salariés qui « coûtent » sic à nourrir et qui prétendent même se soigner décemment grâce au produit de leur travail ! )mais devant les patrons employés et complices des actionnaires ! Quand il parle entreprise il signifie clairement qu il s adresse aux PROPRIETAIRES des entreprises. De plus il oppose sans le dire , les entreprises au reste de la société « active » dont les fonctionnaires en premier lieu. Quand les socialos transfèrent des milliards aux « entreprises » il va de soi que c est dans la poche des patrons et des actionnaires infine ! Qui n investissent pas d ailleurs mais distribuent des dividendes : la France détient le record de cette distribution ! Merci qui ? sinon les socialos ! Cette clique est vendue au patronat en interne et à l impérialisme yankee en externe. Qu est ce que vous croyez ? ils payés pour ça et bien payés ! 
          Cela dit la politique c est l art de rassembler , d unir , de passer des alliances, de constituer des rapports de forces pour prendre le pouvoir. Si les citoyens qui se revendiquent de la libération de l esclavage salarié n en sont pas capables actuellement c est qu ils n ont pas compris que la population attend d eux qu ils se prononcent contre l immigration de peuplement qui la jette au chômage et la divise politiquement , au moment où l’idéologue du FN vient de se déclarer contre l’immigration zero , dévoilant du même coup son allégeance au capital financier dont l immigration est le fer de lance dans sa lutte de classe contre les salariés. Qui est donc victime de l idéologie comme reflet inversé de la société sinon toi !


        • larebil 29 août 2014 21:10

          @Politzer

          Sorti de votre discours idéologique caricatural, vous arrivez quand même à voir que ce sont les entreprises dans leur ensemble qui créent des richesses ou tout est perdu pour vous ?


        • Spartacus Spartacus 29 août 2014 16:58

          C’est le capital financier qui crée la richesse. Ça ne fait aucun doute.

          Le capital humain ne peut exister sans une base de capital financier.

          Le revenu du capital humain est une avance du capital financier. 

          L’employé loue son travail à l’employeur en échange d’un revenu ou salaire, et transforme un certain nombre de produits ou réalise des services, dont le droit de propriété appartient à l’entreprise qui appartient à ses actionnaires.

          Que le produit ou le service soit payé ou non, vendu ou pas, l’employé est payé indépendamment du fait que l’objet qu’il a transformé soit vendu ou pas


          En clair, l’employé a un salaire avancé sur la vente, et l’employeur ou l’actionnaire parie sur une éventuelle vente future de l’objet/service qu’il a en sa propriété. 

          Ce qui se traduit simplement, par une prise de risque pour l’employeur ou le capitaliste que le salarié ne prend pas. 


          On dit que le salarié a une préférence temporelle pour le présent (puisqu’il préfère vendre un service pour toucher de l’argent maintenant, plutôt que de vendre le produit transformé dans le futur), et l’employeur ou l’actionnaire a une préférence temporelle pour le futur (puisqu’il préfère acheter maintenant un service, pour vendre éventuellement l’objet ou le service demain)...


          Le profit est simplement la rémunération de cette préférence temporelle pour le futur, qui n’est rien d’autre que de la rémunération du risque.


          • Le421 Le421 29 août 2014 19:29

            Un coup à finir par bouffer des billets de 50€ !!
            Vous avez la chance de vivre dans un pays développé. En d’autres lieux, votre fric serait bien dérisoire.
            Et si ça pète pour de bon, votre carte bleue sera bien peu efficace contre du 7.62 !!


          • doctorix doctorix 30 août 2014 11:44

            Vous avez une idéologie tordue, à prétendre qu’il y a quelque mérite à prêter son argent pour en ramasser un peu plus.

            L’argent n’est rien, et seul l’Etat devrait avoir le droit d’en disposer pour le bien de tous. Lui seul devrait pouvoir le prêter, et sans intérêt, parce que l’usure est une forme moderne d’esclavage.
            Seul le travail a une valeur.
            Mais avec les banquiers, l’argent, qui n’était jusqu’ici qu’un moyen pour faciliter le troc, est devenu une fin en soi, et une source de profit par lui-même : c’est une perversion pure et simple, une déformation de l’esprit dans un sens immoral.
            La spéculation, ce procédé qui fait vivre grassement des paresseux sur le dos de travailleurs qui ont du mal à survivre, doit disparaître de cette terre.
            Et toutes les banques doivent donc être nationalisées, c’est la première chose à faire.
            Le reste viendra tout seul.

          • doctorix doctorix 30 août 2014 12:00

            C’est bien pour éviter cette catastrophe que les banquiers et les capitalistes financent les élections.

            C’est aussi pour éviter d’avoir des élus capables de faire cette abomination que les américains ont formé les young leaders, qui nous sont imposés sans élection le plus souvent.
            A ce propos, les petits nouveaux, Belkacem et Macron, sont des young leaders, comme Hollande et la plupart des membres du gouvernement.

          • rocla+ rocla+ 29 août 2014 17:10

            Pour le marchand de glaces c ’est le soleil qui crée la 

            richesse , quand il pleut il ne vend pas de glaces .

            • Le421 Le421 29 août 2014 19:33

              Une excellente solution dans la résistance pacifique. Arrêter d’acheter le superflu et modifier ses habitudes de consommation.
              Les marchands d’inutile sont ceux qui s’engraissent le plus.
              Les radars, par exemple. Je me comporte de façon extrêmement sournoise en passant devant eux à la bonne vitesse. J’économise de l’essence et je leur ris au nez...
              Et tout comme ça !!
              Y’en a qui vont souffrir, je vous le dis.
              Et puis, ne pas dépenser trop, il y en a beaucoup qui le font de force.


              • rocla+ rocla+ 29 août 2014 19:46

                On sera tous contents quand le matin 5 heures l’ hurluberlu du 

                haut de son minaret nous racontera les  Une et Mille Nuits  de mieux
                 vaut Moktahr  que jamais .


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 août 2014 19:56

                  Pas moi ,qu’a passé la night avec Chères rasades jusqu’à trois plombes ...hips .


                • marauder 30 août 2014 06:35

                  Deja te supporter est difficile.


                • rocla+ rocla+ 29 août 2014 19:57

                  Toi c’ est pas pareil  tu a droit nuit et jour … smiley


                  • picpic 30 août 2014 00:11

                    La seule valeur réel qui provient de l’argent, c’est le temps de vie humaine.
                    Tout fonctionne par vase communiquant, le riche n’est riche que du temps de vie pris à d’autres hommes.
                    Oui, ce système est une abération.

                    Il nous faudrait un monde ou on obtient de l’argent, uniquement avec le temps que l’on donne en échange et pas le temps que l’on vole à d’autres...


                    • Spartacus Spartacus 30 août 2014 09:34

                      Absurde, la richesse est dynamique, et n’a rien à voir avec le temps de travail ni l’utilisation d’individus.

                      Il n’est aucunement nécessaire d’avoir une industrie manufacturière pour être riche.
                      On peut être riche en écrivant un livre, une musique, en ayant un talent rare ou un risque offrant la valeur ajoutée importante. 



                    • marauder 30 août 2014 06:39

                      Spartacus :

                      C’est le capital financier qui crée la richesse. Ça ne fait aucun doute.

                      Le capital humain ne peut exister sans une base de capital financier.

                      HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA [...]

                      Tu vas me tuer :)

                      Je connaissais Walls Street, mais je ne connaissais pas Kaverne Street des pierre a feu.

                      Donc avant toute forme de vie, il y avait la finance et Friedman c’est ca ?


                        • eric 30 août 2014 08:07

                          « les gens de gauche qui ont élu Hollande... » tout est dit. On ne peut décidément plus faire confiance à des marioles qui ont été capables de se tromper à ce point...

                          Il faut une « grande alternance ». Majorité UMP-Centre, principale opposition FN, dialogue viril mais aussi constructif entre ces forces de progrès dans l’intérêt du pays.

                          Aujourd’hui, le total des droites doit tourner autour de 65 à 70% du corps électoral. Pour avoir un bipartisme stable, il suffira d’encore quelques catastrophes PS-gouvernmentales et déclarations obtuses gauche de gauche. Avec un total gauche à moins de 30% et même compte tenu de leur divisions, c’est encore un peu trop. Il faudrait un 20 à 25% ( une sorte de réserve indienne comme le PC dans ses heures de gloire) et avec une détestation encore accrue entre les composantes. On y court. Le PRCF n’y contribue que très médiocrement, mais surement. Saluons ses efforts modestes mais méritoires.


                          • chantecler chantecler 30 août 2014 09:03

                            Cet article est juste mais il concerne le système ( mondial ) .

                            Au niveau d’un pays nous sommes dans une compétition , artificielle certes , voulue , mais réelle .

                            Dans compétitivité il y a compétition et c’est comme ça qu’on nous agite , qu’on nous divise et qu’on nous tond .

                            Car pour obtenir un salaire il fallait généralement ( c’était ainsi avant la vague néolibérale de mondialisation ) fabriquer puis vendre des biens , des marchandises .

                            Et comment faire si le voisin vend moins cher que nous ? ( j’ajouterai : il peut , puisque le coût de la vie , le logement par exemple , est moins onéreux chez lui ).

                            Le tertiaire ne peut fonctionner durablement que s’il est adossé à un secteur secondaire dynamique .


                            • foufouille foufouille 30 août 2014 14:54

                              on pouvait fermer les frontières. il te reste la délocalisation des pauvres. dans des camps pour éviter qu’ils reviennent.

                              l’europe sociale n’existera jamais


                              • amenis 30 août 2014 11:07

                                Le travail n’a que la valeur de l’utilité du bien qu’il produit ... donc pour la plupart des bien cette valeur diminue avec le temps ... pédaler dans la semoule n’a jamais eu de valeur ... 


                                • rocla+ rocla+ 30 août 2014 11:09

                                  Et comment faire si le voisin vend moins cher que nous ? 


                                  plusieurs solutions  : vendre encore moins , produire moins 
                                  cher , faire un meilleur marketing , changer l’ image du produit 
                                  diminuer le coût du travail  , si les chinois peuvent le faire 
                                  nous pouvons le faire , automatiser la production , 

                                  ou alors pour à ceux à qui ça ne convient pas changer 
                                  de voisin .

                                  • foufouille foufouille 30 août 2014 13:00

                                    c’est possible aussi de vendre ta fille aux chinois ?

                                    ou de vendre du pain infect.


                                  • rocla+ rocla+ 30 août 2014 13:08

                                    Monsieur Foufouille ,


                                    Veuillez , sinistre individu , laisser les membres de ma famille en 
                                    dehors de vos fantasmes psychiatriques s’ il vous plait , 
                                    une maladie , serait elle dégénérative ne vous autorise en rien 
                                    de faire le commerce d’ êtres humains .

                                    Quant à vendre du pain infect , je vous laisse à vos élucubrations .

                                  • rocla+ rocla+ 30 août 2014 13:18

                                    Et comment faire si le voisin vend moins cher que nous ? 



                                    Alors en dehors d’ attaques personnelles et de moinssages
                                    ridicule , une solution   ? 

                                    Car c ’est fastoche les attaques débiles et les moinssages 
                                    idiots  , veuillez trouver une bonne et vraie solution 
                                    en dehors de vos enfantillages .

                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 août 2014 13:26

                                    Laisse tomber Capt’ain ...
                                    Parler de ça à des gens qu’on jamais été en concurrence , qu’ils la conchie mais qui se précipitent sur les réducs de la grosse distribution, quitte à acheter de la merde en bel emballage ...


                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 août 2014 13:28

                                    Que de fôtes ... smiley


                                  • rocla+ rocla+ 30 août 2014 13:32

                                    Salut AÏta , 


                                    En fait devant une vraie question précise comme l’ a 
                                    formulée Chantecler j’ aimerai une vraie réponse à cette question . 

                                    Bien sûr que parler de diminution de coût ou 
                                    d’ équivalence de prix de revient  est au coeur du sujet . ou 
                                    encore d’ automatisation .

                                    Sur Agoravox on a des Docteurs en toutes sortes de choses .

                                    Après il y a la réalité comme on peut la voir partout .

                                    L’ autre débile mental parle de traite d’ êtres humains .





                                  • foufouille foufouille 30 août 2014 13:41

                                    c’est toi qui parle d’être payer au niveau chinois ( pas possible en france).

                                    soit ton pain est meilleur, soit tu coule.

                                    le pain pas cher est vendu dans le super. la boulangerie fait elle faillite ?

                                    et pourquoi ?


                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 août 2014 13:45

                                    La réponse c’est la qualité ...Mais face à des consommateurs immatures ...
                                    Tiens ,je vais acheter des pompes ...Vais racheter des Paraboot et vu le prix et mon salaire ça va faire mal ...Mais mes dernières ont tenu 10 piges ... smiley


                                  • foufouille foufouille 30 août 2014 14:01

                                    pour les godasses, comme elles durent moins longtemps, il y a moins de production, donc moins de travail. et le vendeur gagnera moins aussi

                                    rien à voir avec les chinois


                                  • rocla+ rocla+ 30 août 2014 14:59

                                    Et bien c ’est grâce au low-cost et de gens comme Foufouille 
                                    que la ville de Romans dans la Drôme qui était un peu la capitale 
                                    mondiale de la chaussure a définitivement fermé ses usines .

                                     Le même genre de personne trouve des solutions pour tout .

                                    Mais ne cite jamais aucun exemple en quoi il a réussi .

                                    N’ a jamais tenu le moindre commerce mais connait 
                                    toutes les ficelles du métier .

                                    Prêt à vendre des enfants comme du bétail .

                                    Vous avez dit dégénéré ?

                                    Le mec syphnnné du cerveau .

                                    Peso j’ achète que des chaussures Méphisto , pas pour le prix
                                    mais parce que je me sens bien dans ces chaussures là .

                                    La vision de la vie par le trou de la serrure de la misère 
                                    engendre des réflexions misérables .

                                    Ceci dit , celui qui trouvera la solution pour faire travailler
                                    les Français et résoudre le problème de l’ emploi avec 
                                    des zigs de cette engeance , enfin fe suppose que Foufouille 
                                    n’ est pas concerné ayant la maladie dégénérative , eh 
                                    bien celui qui trouvera la solution je lui enverrai une médaille .

                                  • foufouille foufouille 30 août 2014 15:12

                                    toujours

                                    rien à voir avec les chinois

                                    mes godasses, ce sont plutôt des rangers ou des newrock, doc martin.

                                    « N’ a jamais tenu le moindre commerce mais connait
                                    toutes les ficelles du métier . »

                                    il suffit d’avoir un diplôme, crétin.

                                    « Peso j’ achète que des chaussures Méphisto , pas pour le prix
                                    mais parce que je me sens bien dans ces chaussures là . »

                                    avec ta « petite » retraite ?

                                     smiley

                                    des solutions, y en a plusieurs mais certains gagneraient moins dans certains cas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès