Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Qui gagne 1 000, 2 000, 3 000 euros par mois ?

Qui gagne 1 000, 2 000, 3 000 euros par mois ?

Voici une analyse peu courante en dressant un portrait socioprofessionnel des personnes dont les revenus sont de 1 000, 2 000 ou 3 000 euros par mois. Cela vous permettra de vous faire une idée sur les revenus de vos concitoyens, idée basée sur des informations réelles et non plus sur des a priori ou des idées reçues.

Tout d’abord, il faut préciser que l’échantillon représenté sur MySalaire n’est pas un échantillon représentatif de la population française, mais plutôt de ce que nous appellerons « la population internet », caractérisée par : un âge compris entre 20 et 40 ans, des secteurs d’activité secondaire (industrie) ou tertiaire (services), principalement dans des entreprises ou des administrations. Les répartitions par taille d’entreprise et par secteur géographique suivent à peu près ceux de la population française. La segmentation proposée distingue quatre tranches, centrées sur 1 000, 2 000, 3 000 ou plus de 3 000 euros nets par mois.

Le « smicard »
1 000 euros nets par mois, cela correspond au Smic, le salaire minimum pour un temps complet, qui devrait logiquement être la rémunération des personnes ayant le minimum de qualification et d’expérience. En fait, il se trouve que beaucoup de salariés qualifiés (CAP, BEP, bac, voire BTS/DUT ou licence/maîtrise) sont rémunérés au Smic. On pourrait alors penser qu’ils sont « au Smic » car ils sont débutants ? Là encore, erreur, certains d’entre eux ont dix, vingt ou trente ans d’expérience professionnelle.
Les métiers exercés par les smicards sont principalement employés de commerce (vendeurs), employés administratifs d’entreprise (secrétaires, standardistes), ouvriers non qualifiés (manutentionnaires), mais on trouve également dans cette catégorie des débutants (moins de deux ans d’expérience) ayant un métier plus qualifié : techniciens ou ingénieurs. Par contre, au-delà de quinze ans d’expérience, la totalité des personnes ayant des revenus proches du Smic ont une formation initiale qui ne dépasse pas le baccalauréat.
La taille de l’employeur joue un rôle important : on constate que les smicards travaillent en majorité dans des entreprises dont l’effectif total est inférieur à dix personnes, alors que les sociétés de taille supérieure offrent des niveaux de revenus également supérieurs.
L’analyse de cette population en fonction du sexe vient confirmer une fois de plus une inégalité connue de tous : les femmes sont majoritairement présentes dans ce groupe : 62 % des smicards sont des « smicardes », alors que les femmes ne représentent que 35 % de l’ensemble des revenus analysés.

En résumé, si nous faisons la moyenne sur tous les paramètres, nous décrirons notre smicard-type comme une femme de 28 ans, ayant étudié jusqu’au baccalauréat maximum, vivant en province et exerçant un métier de secrétaire ou standardiste dans une entreprise, depuis sept ans.

Le « deux fois le Smic »
Deux fois le Smic – soit 2 000 euros nets par mois – c’est environ la moyenne de l’ensemble des revenus renseignés sur MySalaire (2 160 euros), et c’est aussi la catégorie la plus représentée car 62 % des personnes sont dans ce groupe. Nous sommes donc dans la moyenne des moyennes. La population est très variée : 33 % d’ingénieurs et cadres, 55 % d’employés et professions intermédiaires, 12 % d’ouvriers, sachant que les cadres sont globalement au-dessus de la moyenne des 2 000 euros alors que les professions intermédiaires, employés et ouvriers sont entre 1 500 et 2 000.
Les métiers exercés reflètent la variété de cette « classe moyenne » : ouvriers qualifiés industriels, dessinateurs industriels, employés administratifs de l’industrie ou des services, techniciens, vendeurs, cadres commerciaux, administratifs ou techniques, professeurs. La règle de l’ancienneté qui décroît lorsque la qualification augmente pour un revenu équivalent est vérifiée : les cadres de ce groupe ont cinq ans d’ancienneté en moyenne, les employés et professions intermédiaires : dix ans et les ouvriers : quatorze ans.
Bien que les personnes de ce groupe soient présentes dans tous les secteurs d’activité et toutes les tailles d’entreprises, elles sont majoritairement employées dans des petites sociétés (moins de cinquante personnes) ayant une activité d’envergure régionale.

Pour conclure, notre « deux fois le Smic » ressemblera beaucoup à ceci : un homme de 31 ans, de formation bac + 2, travaillant comme technicien ou employé depuis neuf ans en moyenne. Il vit en province et travaille dans une petite entreprise industrielle employant moins de cinquante personnes.

Le « 3 000 »
Avoir des revenus de 3 000 euros nets par mois permet de se sentir « au-dessus de la moyenne ». Nous allons donc voir quels sont les moyens de se hisser au-dessus de cette moyenne.
En premier lieu, c’est la formation initiale qui permet d’atteindre ces revenus car 55 % de ce groupe ont un niveau d’études supérieur à bac + 5. Par contre, ces bac + 5 et plus sont en grande majorité dans la première partie de leur carrière (moins de dix ans d’ancienneté), alors que des personnes avec un niveau d’études de bac à bac + 2 atteignent également ces revenus au-delà de vingt ans d’expérience.
Ensuite, vient le fait d’encadrer des collaborateurs : les « 3 000 » ont à 84 % le statut cadre, et la moitié de ces cadres supervisent entre une et dix personnes (et 12 % plus de dix personnes).
Puis, la taille de la société : c’est dans ce groupe que les grandes sociétés sont les mieux représentées puisque 37 % travaillent dans des entreprises de plus de 500 personnes.
Enfin, le secteur d’activité : les secteurs les plus souvent cités sont les hautes technologies (pour 30 % des « 3 000 »), puis les entreprises industrielles et de services. Les métiers pratiqués sont en majorité ceux de cadre technique ou commercial, avec une très forte présence des chefs de projet informatique. Le lieu d’habitation des personnes de ce groupe est à 50 % en région parisienne.

Donc, nous ferons le portrait de notre « 3 000 » comme suit : un homme de 34 ans, ayant fait des études supérieures, travaillant en région parisienne comme chef de projet informatique dans une grande entreprise high-tech de renommée internationale.

L’« au-delà »
Les personnes ayant des revenus supérieurs à 3 000 euros nets par mois sont proches des « 3 000 », mais avec plus d’ancienneté (dix ans d’expérience et plus). On retrouve donc logiquement les ingénieurs et commerciaux des grandes entreprises industrielles ou de services, avec souvent des responsabilités de directeur, mais on voit apparaître de nouvelles activités : médecins libéraux, pharmaciens, chefs d’entreprise. Quasiment toutes les personnes de ce groupe ont fait des études supérieures au-delà de bac + 4. A noter, les femmes ne représentent que 5 % des réponses de ce groupe.

Finalement, notre « au-delà » sera assez proche d’un homme de 39 ans, ayant fait des études supérieures, directeur dans une entreprise ou médecin/pharmacien libéral.

Ajoutons que ces salaires doivent être relativisés pour expliquer le niveau de vie réel d’une personne, car d’autres facteurs ont une influence du premier ordre sur ce dont une personne dispose pour ses dépenses mensuelles :

- le fait que les deux conjoints travaillent au lieu d’un seul ;

- le fait d’avoir des enfants ou non ;

- le fait de devoir acquérir ou non sa résidence principale (héritage ou don d’un parent).

Pour conclure : avez-vous reconnu des personnes de votre entourage ? Vous êtes-vous reconnu dans ces descriptions ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.9/5   (186 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • geko 21 août 2008 13:31

    "Tout d’abord il faut préciser que l’échantillon représenté sur MySalaire n’est pas un échantillon représentatif de la population française, mais plutôt de ce que nous appellerons « la population internet »"

    Merci de le préciser, de surcroit les informations sont basées sur du déclaratif  ! Et alors quand je lis sur votre site " pouvez renseigner ce que vous savez de vos amis pour les situer par rapport à vous" j’hésite entre rire et pleurer ! La moindre des choses eut été de préciser la structure de l’échantillon ! Au fait quelle est la population mère ?

    Ca fait beaucoup de biais introduits dans une source qui finalement n’est représentative que des personnes ayant un accès à internet (les plus pauvres en sont exclus), connaissant votre site web(heureusement qu’AV est là !), souhaitant s’y inscrire et déclarer leur salaires(sans se la raconter !).

    ...On peut faire toutes les analyses du monde, si les sources sont foireuses elles ne mènent à rien sinon à la désinformation, ce que fait déjà très bien la presse industrielle !

    Votre article est un copié depuis votre site ! Au fait vous êtes une association, une entreprise les informations légales ne le précisent pas !!!!

    Je ne sais pas si il y a un effet saisonnier sur la qualité des articles mais AV devient de plus en plus navrant !


    • LaEr LaEr 21 août 2008 13:35

      Cela semble assez réaliste, maisl il me semble que c’est typiquement Français.
      En Belgique, ou je travaille depuis plusieurs années, j’ai pu voir que les entreprises ne sont pas tellement attachées au niveau d’étude. Autant, lors de la première embauche, cela a une certaine importance, mais dès que l’on a 5 à 10 d’expériences, ce sont les acquis professionels qui jouent.
      Quand à un moment j’ai voulu retourné en France, j’ai commencé à furreter sur les sites webs de recrutement, et j’ai pu m’apercevoir que pour trouver l’équivalent du job que j’exerçais déjà en Belgique, il était requis d’avoir le diplôme d’ingénieur (je n’ai "qu’un" BTS). D’ailleurs, les annonces belges ne mentionnent que très rarement le niveau d’étude éxigé.


      • anwe 21 août 2008 14:15

        Bonjour,

        @LaEr Bien d’accord avec vous... Peut-être pourrait-on ajouter qu’en Belgique, le statut "cadre" n’existe pas, on est indépendant ou employé quel que soit le niveau d’étude ou de revenu.
        @mysalaire : curieuse vision du monde du travail... Vous ne faites pas mention de tous ceux qui sont hors ces normes un peu "basiques"
        "La sociologie est un sport dangereux"
         smiley


        • La Taverne des Poètes 21 août 2008 14:21

          J’entre d’extrême justesse dans la 4ème catégorie. Bac + 4, cadre "supérieur" (j’aime pas trop cet adjectif), 20 ans d’ancienneté. Et pour les critères de pondération : aucune aide familiale de départ (pas de livret A ni de permis de conduire ni de voiture payée par les parents), aucun héritage (achat d’un appartement en ZUP après avoir durement épargné), 2 fils.

          Donc vous pouvez voir que je ne suis pas "un homme de 39 ans, ayant fait des études supérieures, directeur dans une entreprise ou médecin/pharmacien libéral".


          • La Taverne des Poètes 21 août 2008 14:30

            Le Figaro a publié un papier selon lequel le salaire moyen s’élèverait à 2140 euros dans le privé. Lire ici. Mais beaucoup de commentateurs critiquent en disant qu’il aurait fallu prendre comme étalon de mesure le salaire médian, ce qui donnerait alors plutôt 1500 euros. Le Figaro semble avoir voulu faire un peu de propagande gouvernementale juste au moment où l’on annonce une décrue importante de la création d’emploi et un "ralentissement économique" (litot de Fillonp our dire "longue récession").







          • LE CHAT LE CHAT 21 août 2008 14:33

            qui a vu le journal de téhéfin où pour illustrer la baisse du pouvoir d’achat , on nous a présenté un aide comptable de plus de 50 ans travaillant dans une grande entreprise pour 1170 euros net/mois ?

            Quelle grande entreprise paye aussi mal ses employés ????


            • lowlow007 lowlow007 22 août 2008 09:42

              toutes les boites


            • finael finael 21 août 2008 15:19

               Bac +2 (d’il y a 38 ans), 30 ans de métier, ex cadre- encadrant, mon dernier salaire depuis 2003 était de moins de 1000 € net !

               Il vaut mieux ne pas dépasser les 45 ans en informatique, et j’en ai 57.


              • Jacques 22 août 2008 11:51
                Le secteur informatique est très délocalisable et l’emploi y est laminé par la concurrence des pays à main-d’œuvre bon marché. On ne peut que le déconseiller très fortement aux jeunes diplômés. C’est vraiment dommage, car il attirait il y a une vingtaine d’années les bacs + 5, bac + 7 de par son caractère très évolutif à la pointe du progrès technique. Aujourd’hui il faut qu’un jeune soit stupide ou passionné pour se lancer la dedans.

              • Mila 21 août 2008 16:53

                Finalement, notre « au-delà » sera assez proche d’un homme de 39 ans, ayant fait des études supérieures, directeur dans une entreprise ou médecin/pharmacien libéral.

                En résumé, si nous faisons la moyenne sur tous les paramètres, nous décrirons notre smicard-type comme une femme de 28 ans, ayant étudié jusqu’au baccalauréat maximum, vivant en province et exerçant un métier de secrétaire ou standardiste dans une entreprise, depuis sept ans.

                Cherchez l’erreur.....
                Encore une belle preuve de l’égalité des sexes dans notre beau pays au XXIè siècle.

                Mila (qui ne rentre pas du tout dans les profils-types de cette étude)

                PS : Au fait, il ne me semble pas que la fonction publique entre dans cette étude. C’est domage.



                • Forest Ent Forest Ent 21 août 2008 17:51

                  J’ai un fort doute sur la représentativité statistique d’une telle démarche, mais je lis rien dans les conclusions qui bouleverse l’idée que je m’en faisais


                  • Daniel Roux Daniel R 21 août 2008 19:13

                    Il y a une différence entre gagner 2000 euros en Province et 2000 euros en Ile de France.

                    Dans le premier cas, vous vous logez et vivez décemment.

                    Dans le deuxième cas, vous aurez du mal à vous logez et à vivre décemment.

                    Ce qui est décent, c’est de disposer d’un logement salubre avec une salle de bain et dans un environnement ne nuisant pas à la santé. De pouvoir faire des repas équilibrés, s’habiller chaudement pour l’hiver, et d’envoyer ses enfants quelques jours en vacances. 

                    Ce qui est indécent, c’est de ne pas disposer de logement salubre, de ne pas manger à sa faim, de crever de froid l’hiver et de voir sa famille condamnée à la misère.

                    Le smic que certains essaie de supprimer est à un niveau indécent pour la province, et plus qu’indécent en région parisienne.


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 août 2008 19:23

                      Ca ne prouve rien, mais ça permet de refléchir a partir d’hypothéses. Comme les statistiques officielles. Pour le contact avec la réalité, le marché s’adapte assez bien aux exigences du niveau de consommation exhaustive de la production. Si nous produisons plus, nous sommes plus riches. Au niveau de productivité que nouys avons atteint, ce chois est discrétionnaire

                      On (a) est donc pauvre uniquement parce qu’on (b) s’en fout. Quand on (a) s’en aperçoitt, il casse la baraque. Si on veut changer quoi que ce soit, il faut diminuer les taux d’intérets et augmenter la moyenne du prix du travai, tout en corrigeant les écarts. Facile. Suffit de vouloir et de pouvoiir passer sur le corps de ceux qui ne veulent pas. C’est le pouvoir que n’ont pas ceuxx qui n’ont pas le Pouvoir...


                       Pierre JC Allard

                      http://nouvellesociete.org/701.html


                      • letuyauteur 21 août 2008 20:25

                         Moi je ne travail plus en France et depuis , suis passe de deux fois le smic a la categorie au dela de l’au dela !
                        Les journaux disent souvent les Francais de l’etranger , les expatries , en bref , des termes nobles.
                        Moi j’ai immigre" = etabli dans un autre pays pour y avoir un avenir meilleur en gagnant plus d’argent que la d’ou l’on vient .

                        Voici, suite a mon experience , mon comparatif personnel :

                        France - On sous estime les seniors alors que ils ont droit a notre respect le plus total 
                        Mon nouveau pays - Je travail avec des gens de plus 60ans estimes pour leur experience.

                        France-J ’avais en moyenne 300 euros d’interressement annuel
                        Mon nouveau pays -  2 a 5 salaires ! (meme type de societe , meme benefices)

                        France-Pas de diplomes = Nul 
                        Mon nouveau pays- Il y’a des gens sans diplomes a des responsabilites tres eleves , le PDG est arrive du bas de l’echelle.

                        France-La formation quasi nulle pour beaucoup d’entre nous
                        Mon nouveau pays-la societe m’a payee en trois ans 100 heures de stages de haut niveau.

                        Le systeme Francais de compression de la "populace laborieuse" est tellement bien rode , que des BAC +5 arrivent maintenant a croire que trois fois le SMIC c’est enorme !
                        Bravo au Ministere de l’education et de la Jeunesse ,medias , ministres , gouvernement de la sois disant 6eme puissance mondiale , membre du G8.

                        Bien sur mon comparatif est base sur une experience unique et personnelle , mais base sur 2 entreprises de meme taille , du meme domaine , avec les memes benefices.


                        • foufouille foufouille 21 août 2008 21:21

                          le pays de cocagne.........


                        • c.d.g. 21 août 2008 22:01

                          c est ou ce pays merveilleux ?


                        • fabrice 21 août 2008 21:46

                          statistiquement , il fait savoir que moyenne et médiane sont deux notions différentes
                          la moyenne contrairement à la médiane est sensible aux valeurs extrêmes

                          la médiane a la particularité (c’est dailleurs sa définition ) de partager la population en deux groupes de même effectif
                          donc si le salaire médian est de 1 500 € cela signifie que 50% des français gagnent moins de 1500 € et 50% gagnent au moins 1 500 € ===> c’est plus parlant plus significatif

                          et ceci prouve au passage que la france est un pays de bas salaires où les gens sont délestés de toutes parts 

                          un pharmacien simple épicier est il normal qu’il gagne autant de fric ?
                          en terminale C en 1975, le dernier de ma ckasse est aujourdhui pharmacien et c’est probablement celui qui gagne le plus de toute la classe  ! ! ! !====>il faut le faire mais nous sommes en france ! ! ! ! !


                          • Marc Bruxman 21 août 2008 22:12

                            donc si le salaire médian est de 1 500 € cela signifie que 50% des français gagnent moins de 1500 € et 50% gagnent au moins 1 500 € ===> c’est plus parlant plus significatif

                            Bien les deux sont significatifs ;) Vous auriez aussi pu donner la moyenne et l’écart type. Toutes ces stats fournissent des informations sur la façon dont sont distribués les revenus. Il y a des cas ou la médiane peut ne pas être significative. 

                            Exemple : La Chine. Si je vous donne la médiane vous allez avoir l’impression que tout le monde dans ce pays est pauvre. Ce qui occulte le fait que 200 millions de chinois (sur 1 milliard 300 millions) vivent à l’occidentale. 200 millions c’est pas très loin de la population des USA. Vous n’avez pas envie de passer à coté de cette information ! (Sans pour autant occulter le milliard 100 millions qui n’a pas cette chance non plus). 

                            Bref, le mieux serait d’avoir le profil exact de la courbe qui doit vaguement ressembler à une gaussienne.

                            et ceci prouve au passage que la france est un pays de bas salaires où les gens sont délestés de toutes parts

                            Cela prouve que la France ne parvient pas à créer suffisamment de richesses pour bien payer tout le monde. Et c’est en grande parti du à la faillite de notre système éducatif ainsi qu’à nos prélévements obligatoires trop élevés. 

                            un pharmacien simple épicier est il normal qu’il gagne autant de fric ?


                            Bien un épicier souvent ca gagne du fric. Il y a pas mal de boulots méprisés qui gagnent bien. Et de façon générale les boulots ou vous pouvez vous mettre à votre compte gagnent mieux que la moyenne. Parce qu’un épicier par exemple qui arrive à devenir propriétaire de son petit local et bien ca lui fait un beau patrimoine en fin de carriére. 

                            Pareil un bon cuisinier qui arrive à monter son restaurant, une fois qu’il a remboursé son prêt bancaire peut faire le jackpot.

                            Donc la premiére régle c’est de ne pas mépriser les épciciers ni aucun métier et regarder le marché qui décide qui gagnera combien et pourquoi.

                            Après les pharmaciens sont protégés par l’état selon un système de privilége inique. Que Sarkozy prétenduement libéral n’a pas voulu réformer. 

                            Mais même comme cela, monter une pharmacie ce n’est pas si simple ! (Le père d’un pote fait ce métier la, il se goinfre aujourd’hui mais en a chié étant plus jeune). 

                            en terminale C en 1975, le dernier de ma ckasse est aujourdhui pharmacien et c’est probablement celui qui gagne le plus de toute la classe ! ! ! ! 				

                            Ce que tu viens de dire est très français. On s’en fout qu’il était dernier de ta classe. Il y a des gens qui ont fait un CAP et qui gagnent peut être plus que toi. Peut être qu’ils ont montés une petite entreprise de batiment par exemple et que celle ci marche bien. 

                            La classe c’est virtuel. Tu peux même être docteur en je ne sais quoi ce n’est pas pour cela que tu vaux quelque chose sur le marché. En général si mais pas toujours. Et inversement tu peux être autodidacte et valoir beaucoup. Je connais un mec qui est autodidacte et gagne 3000+ (à Paris). Il est administrateur système chez un petit opérateur télécom et sait bien faire ce boulot la. Qu’il ait un diplome ou pas son patron s’en tape, il voit que ce mec la bosse bien c’est ce qui compte. (Et c’est rare de trouver de bons administrateurs systèmes, la plupart qui se disent admin sys sont incompétents). 

                             


                          • foufouille foufouille 21 août 2008 23:10

                            ouais le truc important est combien gagne plu de 4000 par ex................... tres peu. combien gagne 100 000 tres tres faible. et encore sans les avantages le 100 000


                          • Pierrot Pierrot 21 août 2008 22:43

                            Cela fait beaucoup d’études pour des résultats désespérant s de banalité et d’évidences.

                            Il est préférable d’avoir plus que bac +6, avoir 34 ans, travaille dans les nouvelles technologies etc. pour gagner plus que le SMIG...

                            Quelle grande découverte, les lecteurs en sont tout éberlués !


                            • albertfrank 22 août 2008 03:17

                              Bonsoir à tous,

                              Je n’aime pas cet article : En effet, si on veut faire des comparaisons qui ont un sens, il faut "parler de la même chose". Je me limiterai à un exemple : La comparaison France-Belgique :


                              - Le coût de la vie est analogue.

                              - En France, le coût "sécurité sociale" pour le travailleur est très élevé. Après réduction de ce coût, on parle de salaire net - dont il faudra déduire les impôts.

                              - En Belgique, les impôts sont très élevés, alors que le coût de la sécurité sociale est faible (environ 11 % du salaire pour sécu + caisse de pension) - on y parle, après ces deux prélèvements de "salaire net".

                              Dès lors, la comparaison des salaires nets n’est pas valable (en fait ils sont analogues, une fois les impôts déduits en France).

                              Dans un même ordre d’idée, on entend souvent "les indemnités mensuelles de chômage - après la période initiale - sont plus élevées en Belgique" !, alors que :


                              - En Belgique, une somme mensuelle est perçue par le chômeur.

                              - En France, une somme plus petite est perçue, et s’y ajoute une prime - qui dépend de la région - pour le logement.

                              En additionnant ces deux montants, les "salaires" des chômeuirs sont analogues dans les deux pays.

                              Ceci montre les dangers de comparaisons basées sur les mots - et la faiblesse de l’article.

                              Toute réaction constructive m’intéresse, bonne nuit !


                              • Jacques 22 août 2008 11:37
                                Dans les facteurs qui relativisent ces salaires, j’ajouterais les remarques suivantes.
                                Le fait d’avoir des enfants est un choix, donc à la limite un élément du train de vie, je ne le rangerais donc pas dans la catégorie ‘éléments relativisants’.
                                Par contre, le fait d’être dans le public ou le privé est un élément relativisant majeur. La précarité est nulle dans le public et galopante dans le privé. Donc si vous vous retrouvez au chômage pendant le tiers de votre parcours professionnel, il s’agit la d’un élément capital à prendre en compte dans vos revenus. La précarité entraine aussi une pression sur les salaires qui en toute logique seront sensiblement meilleurs dans le public.
                                Faire des études me semble aussi être devenu un élément plus très motivant financièrement, du moins comparé à la situation il y a une trentaine d’années, à l’exception notable des professions médicales, qui tirent très bien leur épingle du jeu.

                                • sale bête 22 août 2008 12:46

                                  miroir, miroir, dis moi qui a la plus belle (rémunération) ?

                                  mysalaire a tout l’air d’être un piège à gogo

                                   mit en confiance ou tout simplement curieux qui renseigne son email, sa CSPet
                                  autres informations ...

                                  il recevra moultes propositions pour (entres autres) un coaching personalisé et des
                                  ouvrage divers sur sa progression professionelle ...


                                  le nom de domaine appartient à une SARL unipersonnelle 
                                  nommé brainstormeur

                                  http://www.societe.com/societe/brainstormeur-498087352r.html

                                  le concept :

                                  brainstormeur, le nouveau concept de vente d’idées du web 2.0
                                  brainstormeur est un site internet permettant la vente d’idées / inventions / innovations de particuliers aux entreprises
                                  Le principe est simple
                                  Chaque personne qui a une idée apportant une réelle plus-value à un produit ou service peut la déposer sur brainstormeur



                                  http://www.conferencevirtuelle.com/P5348,CommuniquePresse.aspx


                                  brainstormeur est le nouveau site gagnant-gagnant du net


                                  la page d’acceuil en est la confirmation :

                                  http://www.brainstormeur.fr/

                                   :)))


                                  • Mescalina Mescalina 22 août 2008 15:11

                                    Idée de départ intéressante, mais les portraits types font bien sourire. Petit doute sur la fiabilité des sources néanmoins...


                                    • Christoff_M Christoff_M 25 août 2008 00:03

                                       qui gagne de l’argent les gens qui gerent les emplois, l’argent et le travil des autres....

                                      ceux qui font travailler, ceux qui servent d’intermédiaires n’ont jamais autant gagné...

                                      c’est comme cela qu’un acheteur de tomates en espagne peut gagner bien plus que 4000euros, rouler en 4*4
                                      pour revendre en France une tomate de mauvaise qualité, transportée, plus de deux euros sur un rayon de grande surface, alors que ce grossiste lui la paye moins de 70cents sur les marchés espagnols....

                                      tout ceci en faisant travailler illégalement des ouvriers payés entre 23 et 30 euros, non déclarés, au vu et au sus de tout le monde !! ah la belle Europe libérale !!

                                      qui gagne beaucoup d’argent dans l’Europe actuelle, les grossistes, les transporteurs, entreposeurs de marchandises, qui nous imposent des produits transportés, pas murs, vendus entre cinq et dix fois leur prix d’origine !! qui a effondré les murs de l’est pour aller chercher ces produits agricoles encore plus loin en nous facturant deux fois plus de transport et en prétextant du prix du pétrole...

                                      le grossiste acheteur dont je vous parlais gagnait 7000euros net par mois et c’était un petit, au moins avait il le courage de témoigner des pratiques mafieuses de l’Europe actuelle....

                                      qui va gagner bientot moins de mille euros, les bons travailleurs et employés français alignés sur les minimas européens !! vous vous rendez compte il y a la crise, monsieur !! "on ne peut pas vous payer ou vous augmenter".... mais nous les petits mafieux de l’Europe actuelle, on s’augmente tous les jours notre bonus, nos marges sur le dos de ceux qui fournissent les produits de base...


                                      • Nasreddine Ben Hadid Nasreddine Ben Hadid 31 août 2008 13:16

                                         Toute cette étude est plus qu’intéressante, elle vient mettre en équation (assez schématique) l’ensemble de la masse salariale en France. Reste à se demander, si au temps de la délocalisation, de la globalisation et l’immigration clandestine, on peut encore considérer ou porter un regard (descriptif ou analytique) sur une dimension géographique bien déterminée ??? L’euro, ici et maintenant (à chacun de définir ces deux repaires) n’a guère la même valeur.

                                        Dans les pays du Maghreb (situés à moins d’une heure de vol de l’Europe), une très large frange de la population rêve (et même fantasme) de pouvoir gagner non pas le smig français (ceci est plus qu’un rêve), mais simplement la moitié…

                                        Ceci fait que les notions de pauvreté, de chômage et même de bien-être, différent d’une manière considérable entre les deux rives de la Méditerranée.

                                        Faut-il revoir l’euro ??? Ou revoir les politiques ??? Tant que la pauvreté en Europe est de loin meilleure que la « richesse » ailleurs…


                                        • ccomp 5 septembre 2008 13:45

                                          Les boulangers gagnent entre 3000 et 5000 euro par mois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès