Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quotas et taxe carbone, pour le meilleur ou pour le pire ?

Quotas et taxe carbone, pour le meilleur ou pour le pire ?

Une nouvelle taxe va nous être prochainement imposée, la Taxe Carbone, sans que l’on sache très bien si c’est pour le bien de l’humanité ou une nouvelle occasion pour nos larrons d’essorer un peu plus le pauvre peuple.

Considérant le tapage des lobbies à travers les médias et l’unanimité suspecte affichée par les grands de ce monde, je pencherais a priori pour la seconde solution. Cependant avant de trancher, j’ai voulu en avoir le cœur net. J’ai donc cherché quelle réalité se trouvait derrière ce grand ramdam plus proche de la propagande que de l’information.

Le premier acte se passe à Rio de Janeiro en 1992 lors de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) entrée en vigueur le 21 mars 1994, ratifiée par 189 pays dont les États-Unis et l’Australie. Cette convention reconnaît l’existence du changement climatique d’origine humaine et impose aux pays industrialisés de lutter contre ce phénomène. Elle fixe un objectif ultime : la stabilisation des « concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique ».

http://unfccc.int/portal_francophone/items/3072.php

Découlant de cette convention, le protocole de Kyoto de1997 est entré en vigueur en février 2005. Il a été ratifié à ce jour par 183 pays à l’exception notable des États-Unis. Il fixe des objectifs chiffrés juridiquement contraignants de réduction des émissions des 6 principaux gaz à effet de serre dans les pays développés. En 2012, ces pays devront avoir globalement réduit de 5,2 % leurs rejets par rapport aux niveaux enregistrés en 1990. Chaque pays doit atteindre un objectif national précis.

C’est à partir de ce protocole que l’Union Européenne se saisit du dossier et élabore une directive adoptée en octobre 2003. Cette directive organise l’évaluation des émissions des principales installations émettant du CO2 afin de déterminer dans une seconde phase les quotas permettant d’atteindre les objectifs de Kyoto.
 
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2110_taxe_carbone_Europe.php

C’est dans cette directive qu’apparaissent les permis négociables - appelés aussi quotas d’émission échangeables qui sont des droits à émettre du CO2. Les entreprises émettrices pourront utiliser les quotas que leurs états leur distribueront chaque année. L’achat et la vente de droits à émettre sont autorisés entre les entreprises qui auront un solde positif et celles qui auront un solde négatif. Les autres gaz à effet de serre, les transports, le chauffage et l’agriculture restent « provisoirement » en dehors du champ de cette directive.

Des amendes dissuasives, plus élevées que les prix des droits sur le marché, sont prévues pour ceux qui rejetteraient sans posséder les droits correspondants, de plus ils devront remettre les droits consommés abusivement lors de la période suivante.

Les lecteurs attentifs remarqueront tout de suite que cette directive ne porte que sur un seul des 6 principaux gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone, et que des émetteurs importants en sont exclus.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_%C3%A0_effet_de_serre

Ces entorses, que l’on suppose politiques, réduisent à presque rien les ambitions du protocole de Kyoto dans la mesure où le méthane, par exemple, réchauffe 23 fois plus que le dioxyde de carbone et à augmenter de 142% depuis le début de l’ère industrielle contre 38% pour le CO2. Quant à la vapeur d’eau, elle représente 3% des gaz présents dans l’atmosphère.

De plus, elles conduisent aussi à encourager les délocalisations de ce qui reste de notre industrie d’autant que les transports utilisés pour les réimportations sont, en quelques sorte, subventionnés par leur exemption du dispositif des quotas. Le péril n’a pas fait oublier à nos hommes politiques le dogme du libre-échange si cher aux riches actionnaires des multinationales.

Pour organiser et contrôler ces échanges commerciaux, il est prévu que des bourses « du carbone » soient organisées comme pour n’importe quelle marchandise. Les financiers pourront exercer leurs talents pour fabriquer des produits spéculatifs en utilisant les contrats à termes (les futures) et les contrats spot (temps réel). On peut d’ors et déjà prévoir la formation de bulles destinées à éclater un jour ou l’autre et provoquant de multiples dégâts collatéraux.

La taxe carbone provient directement du mécanisme des quotas. Elle permettra d’impliquer les petits émetteurs diffus, nous et les petites entreprises, que l’on ne peut pas mettre individuellement sous quotas.
  
Mon opinion, fondée sur ce qui précède, est qu’il s’agit de la pire arnaque qui soit.

Pour persuader le bon peuple du bien fondé de cette nouvelle taxe, les organisateurs de ce marché, de grandes banques en fait, font appel à de grands noms connus internationalement, et ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère.

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/goldman-sachs-la-grande-machine-a-59168

Par exemple, Al Gore est l’acteur et l’orateur du documentaire réalisé par David Guggenheim, « Une vérité qui dérange », présenté au Festival de Cannes de 2006. Ce film aux effets dramatiques souvent exagérés, ambitionne de dévoiler au grand public les effets catastrophiques du réchauffement climatique. Le film est récompensé par 2 oscars en 2007. Dans un jugement d’octobre 2007, un juge anglais décide que ce film représente le consensus scientifique sur le sujet, tel que décrit dans les rapports du GIEC. Il y ajoute une petite réserve, en précisant qu’il contient 9 erreurs.

On peut lire sur Wikipédia, qu’Al Gore est aussi « le cofondateur et chairman de Generation Investment Management LPP, fond d’investissements à long terme dans l’économie durable, et qui recueille des capitaux très importants d’investisseurs du monde entier et en particulier de nombreux fonds de pension américains. À sa création en 2004, Generation Investment a drainé 5 milliards de dollars américains.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Al_Gore

Al Gore s’est lancé également dans le négoce de certificats d’émissions de CO2, ce qui expliquerait sa vigueur à alarmer l’opinion publique sur le changement climatique ».

Le voile d’illusions se déchire à son sujet quand Al Gore recommande de mettre les mécanismes de l’économie de marché au service des questions environnementales.

Que l’on ne s’y trompe pas, je ne plaide pas pour l’inaction. Les données collectées par les scientifiques, pour peu qu’elles soient crédibles, révèlent une augmentation des températures moyennes.

Selon les scénarios du GIEC, une augmentation des températures de 1,4°C à 5,8°C, d’ici à la fin du 21ème est probable si l’on ne fait rien. Cela entraînerait l’apparition plus fréquente qu’aujourd’hui d’événements naturels potentiellement catastrophiques tels que des inondations ou des sécheresses, de puissants cyclones et d’autres effets du même genre.

http://www.ipcc.ch/home_languages_main_french.htm

Pour éviter que ces prévisions ne deviennent des faits, nous devons modifier nos modes de production afin de contrôler les émissions de gaz à effet de serre.

Je n’ignore pas que certains ont révélé des manipulations de certaines données et de l’opinion, que d’autres mettent en avant la prédominance de l’inévitable vapeur d’eau dans le réchauffement et l’activité solaire cyclique. Cependant, la probabilité que la menace soit réelle est importante et ne rien tenter serait irresponsable.

Ce que je dénonce, c’est justement l’irresponsabilité de ceux qui utilisent l’angoisse qu’ils ont installée dans la population pour tenter d’une part de s’enrichir en spéculant sur les quotas et d’autre part en mettant en place une taxe coûteuse, inutile et dangereuse pour la population.

Inutile parce que les autres gaz à effet de serre beaucoup plus actifs, continueront à être rejetés dans l’atmosphère, notamment le méthane et que par conséquent, réduire le CO2 revient à « pisser dans un violon ».

Dangereux parce que, si ce qu’on nous raconte est vrai, les émissions de ces autres gaz vont provoquer une augmentation de la température de l’atmosphère terrestre et conduire inévitablement aux catastrophes climatiques annoncées.

Dangereux parce que l’attention des citoyens est détournée d’autres nuisances comme la multiplication des poids lourds sur les routes ou les milliers de tonnes de produits chimiques cancérigènes fabriqués, vendus et déversés sans état d’âme dans la nature sous forme d’insecticides, d’herbicides ou de fongicides pour se retrouver dans ce que nous respirons, buvons et mangeons.

Pour tout ce qui précède, l’échec de la Convention de Copenhague, ne me fera pas pleurer.

Si le GIEC est sincère dans ces prévisions, la baisse des gaz à effet de serre ne pourra être obtenu, très difficilement, que par une politique volontariste de l’ensemble des gouvernements de la planète. Rien que pour le méthane dont les sources principales d’origine humaine sont l’élevage intensif et les rizières, la diminution des rejets ne pourra être obtenue à court terme, que par une diminution importante de la consommation de viande dans les pays développés.

Reste qu’à long terme, seule une baisse sensible de la population mondiale associée à une profonde modification des priorités humaines, à travers notamment un changement des modes de vie et de pensée des plus riches. Ce n’est certainement pas dans l’excès de consommation et les gadgets que nous trouverons la jouissance ou des remèdes à nos angoisses existentielles.

Plus de solidarité et de sérénité, moins de cupidité et d’avidité, permettraient à l’humanité de d’éclaircir son horizon.



Article récent traitant du même sujet sur Agoravox :

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/que-penser-de-la-taxe-carbone-66165

Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Parrison Parrison 21 décembre 2009 11:18

    Pour compléter l’article....

    http://www.voltairenet.org/article163325.html

    Bonne lecture...

    Salutations et bonnes fêtes à tous...

    Laeti


    • jltisserand 21 décembre 2009 11:34

       Voir aussi le « climategate » dont la presse ne se fait pas trop l’écho.

      La Russie beneficie d’un crédit de 1,1 Milliard de tonnes de CO2 à revendre. Une belle manne ... sans investissement ni amortissement à prévoir.

      C’est une arnaque cette histoire juste pour le plaisir des banques.


      • Daniel Roux Daniel Roux 21 décembre 2009 17:29

        Ce qu’ils auraient pu faire et qu’ils feront peut-être un jour :

        - des droits de viande, parce que le bétail émet du méthane,
        - des droits de riz, idem
        - des droits de marécages, idem
        - des droits de déchets, idem
        - des droits de Kilomètres, d’essence, de gaz oil, de gaz et même de bois, parce qu’en brûlant tout ça rejette du co2
        - des droits d’abattage des arbres absorbeurs de CO2,
        - des droits de climatiseurs, de congélateurs, parce que les gaz spéciaux utilisés sont de 1000 fois à 5000 fois pire que le CO2,
        - des droits de murs, et de ponts thermiques, qui laissent partir la chaleur,
        ...

        Mais ce qu’ils ne feront pas, c’est d’organiser les productions au plus près des consommateurs pour limiter le transport, parce que le dogme du libre échange est SACRE.


      • Neris 21 décembre 2009 22:38

        Les déchets, c’est prêt.

        Il n’y a pas si longtemps, on parlait de peser nos poubelles et de taxer nos ordures au kilo pour que nous réduisons nos déchets.

        Mais c’est sans doute le consommateur qui emballe avec force film plastique, sachets plastique, carton un même produit. J’ai pas demandé à ce que mes gâteaux secs soient emballés par trois en « sachets individuels » comme ils disent. Et les dernières bouteilles en verre de plus en plus remplacées par des bouteilles en plastique.


      • shadok71 shadok71 21 décembre 2009 11:52

        Il existe plusieurs gaz à effet de serre (la vapeur d’eau principalement), et heureusement sinon la terre serait inhabitable. Sans GES, l’atmosphère de la terre ressemblerait à celle de Mars. Cependant l’important n’est pas tant la quantité de ces gaz que leur augmentation, et c’est là que le CO2 intervient.
        Par rapport au méthane, il est certes beaucoup plus actif (par molécule), mais en concentration bien moindre. Sa contribution au réchauffement est beaucoup plus faible (mais cependant pas négligeable)
         
        Pour le reste, je partage votre opinion : pour le business l’écologie n’est qu’un prétexte.
        Cependant quitte à payer des taxes, autant qu’elles incitent à des comportements plus vertueux. Je préfère payer une taxe carbone que je pourrais éventuellement minorer en changeant de transport, de chauffage... que la taxe d’habitation par exemple contre laquelle je ne peux rien (mis à part déménager)
        Et ne nous leurrons pas, ce dont l’état à besoin, il nous le prélèvera d’une manière ou d’une autre. Taxe carbone ou pas, ça ne changera rien à notre imposition.


        • Neris 21 décembre 2009 12:21

          Cependant quitte à payer des taxes, autant qu’elles incitent à des comportements plus vertueux. Je préfère payer une taxe carbone que je pourrais éventuellement minorer en changeant de transport, de chauffage...

          Mais le changer en quoi votre chauffage ? votre transport ?

          J’ai le chauffage au gaz, je le change en quoi pour minorer cette foutue taxe ?
          Et avec quel argent ? puisque la taxe m’aura supprimé les moyens de le faire en me piquant mes économies (j’ai pas le droit au crédit).

          Vous en avez de la chance d’avoir suffisamment d’argent pour payer la taxe et en même temps changer votre chauffage et votre transport.

          Ce que j’en ai marre de lire ces âneries.

          Inciter à des comportements plus vertueux en prenant les économies des gens, économies qui auraient pu servir à changer ce comportement. Mais non, on punit, on prend, on enlève les moyens et foutage de gueule, on culpabilise.

          Quand y’a plus de sous, y’a plus de sous !!!
          payer une taxe qui augmentera tous les ans ne changera rien aux comportements parce qu’elle empêche ce changement !

          Ok ; vous avez pigé l’absurde cette fois.


        • shadok71 shadok71 21 décembre 2009 13:12

          à Neris

          chauffage : baisser la température, améliorer l’isolation...
          transport : privilégier les transports en commun, le vélo...
          Certes tous le monde n’a pas pas forcement une grande marge de manœuvre (isolation seulement pour les propriétaires, vélo pour les courtes distances...), mais ma réponse ne s’adresse pas seulement à vous. Si vous penser qu’aucune économie d’énergie est possible dans ce pays, ce n’est pas mon opinion.
          De plus autant ce préparer à un pétrole / gaz de plus en plus cher.
          Mais surtout, comme je le disais dans ma dernière phrase : l’état nous taxera d’une manière ou d’une autre pour couvrir ses besoins quelque soit le mode d’imposition.
          Ajouter une nouvelle taxe ou en augmenter une autre...
          Paye- t-on trop de taxe ?, c’est une autre débat dans lequel je n’entrerai pas.


        • Neris 21 décembre 2009 13:57

          C’est ça vos solutions :

          - baisser la température et isoler l’habitation.

          Merci, je n’y aurais jamais pensé toute seule.

          Vous parlez d’incitation à changer les comportements et c’est ça que vous proposez.

          Je vous parle de vraiment changer les comportements, à savoir changer réellement de mode de chauffage ou de transport, de vraies alternatives !!

          On va me « punir » parce que mon chauffage est au gaz. Point barre.
          On va me taxer et en plus faire s’envoler les tarifs toujours plus haut.
          Tout ça pour m’inciter à passer à autre chose.

          Mais c’est quoi, autre chose ?

          Ce que vous préconisez, c’est déjà fait depuis longtemps et ça n’empêche toujours pas les factures de diminuer, vu que les tarifs ne cessent d’augmenter.

          Ma seule alternative, c’est de changer ma chaudière au gaz, qui a déjà 15 ans d’existence, par une plus récente. Sinon, en quoi d’autre changer mon installation et avec quel argent (entre chômage, Smic et RSA) ?


        • Daniel Roux Daniel Roux 21 décembre 2009 15:08

          @Shadok71

          On ne peut pas vivre sans vapeur d’eau, ni sans CO2, puisque les plantes en ont besoin. On ne peut pas non plus éviter la décomposition organique qui produit du méthane.

          Nous sommes tous d’accord sur le fait que c’est la production de masse, de l’industrie, de l’agriculture et de l’élevage, les combustibles fossiles par millions de tonnes, les déchets organiques rejetés qui induisent une production massive de gaz à effet de serre et de polluants.

          7 milliards d’individus dont 1.5 milliards consomment excessivement, 2 milliards consomment beaucoup, et le reste désirant naturellement améliorer son existence, c’est beaucoup trop.

          Seule une implication loyale des gouvernements dans l’éducation permettra de faire évoluer les mentalités et d’aller vers une baisse régulière des naissances.


        • Daniel Roux Daniel Roux 21 décembre 2009 13:29

          Personne ne nie qu’il faille changer nos comportements car la planète ne nous supportera plus longtemps d’autant que les 3/4 de l’humanité auraient besoin de plus de nourriture et de confort.

          Mais ce business cynique et malhonnête ne nous sauvera pas.


          • plancherDesVaches 21 décembre 2009 13:31

            Un peu de vraie info ne fait jamais de mal.
            http://piratages.wordpress.com/2009/12/15/beatitude-ecologique-en-milieu-tempere/

            Je n’ai, pour ma part, aucun intérêt dans ce site, je le précise.

            Par contre, je pense comme l’auteur de piratages que c’est la récupération politique et financière qui va tuer le bien fondé de l’écologie.


            • bo bo 21 décembre 2009 18:58

              Que vous êtes crédules !!! ............c’est comme la vignette qui était pour les vieux....
              A chaque fois les pigeons croient que c’est affecté A... ...
              Hors les règles du budget en France sont qu’il n’y a PAS d’affectation de ressources à un objet précis. Tout« tombe » dans un pot commun qui est réaffecté ensuite..... et le budget qui n’est utilisé à la fin de l’année civile est annulé.....ce qui encourage les dépenses..... !!!!!
              C’est donc une taxe de plus pour alimenter le budget.....et il y a tellement de dérogation catégorielle....que c’est le « vulgus pékin » qui va casquer..... comme d’ab
              Quand à l’usine à gaz montée... elle se résume à l’achat de droit à polluer pour les multinationales (et donc à ne pas faire les efforts pour ne pas polluer) !!!!!


              • geraldin 21 décembre 2009 19:00

                On peut maintenant se rendre compte que la grande manipulation du danger climatique a parfaitement fonctionné. De pauvre gens vont payer de nouvelles taxes, dont les nantis sont exclus ainsi que les vrais pollueurs....
                Les effets sois-disant bénéfiques de ces taxes apparaîtrons peut-être dans 30 ou 40 ans....
                En attendant, payez, payez et payez encore.....  !! braves gens bien pensant.

                Et comme la manoeuvre semble bien fonctionner attendez-vous à l’annonce de nouveaux gaz calamiteux, que vous devrez payer aussi....

                Cela m’évoque un slogan employé avec profit durant des siècles :
                Donnez, donnez.... le bon dieu vous le rendra !

                Geraldin.


                • fredleborgne fredleborgne 21 décembre 2009 19:04

                  C’est vrai qu’on les voit venir avec leurs gros sabots...et que pour l’instant, nous n’y pouvons rien.
                  Ces vieux cons qui vont s’enrichir aujourd’hui seront crevés (de mort naturelle) quand les tempêtes se lèveront.
                  Il n’y a aujourd’hui aucune confiance possible en ces gouvernants.
                  Il n’y a aussi aucune vraie mobilisation, les individus des pays favorisés ayant trop peur de perdre leurs privilèges trop vite.
                  Pour des miettes, nous nous rendons coupable des mêmes crimes qu’eux : Egoisme, lâcheté, pillage de la planète.
                  Alors, on va payer, et s’enfoncer petit à petit dans la boue. Qui nous en tirera un jour, sous forme de fossile ou de pétrole ?


                  • gruni gruni 21 décembre 2009 19:57

                    Des taxes encore des taxes, toujours des taxes, la coupe est pleine, il arrive un moment où trop c’est trop . C’est toujours les mêmes qui trinquent c’est à dire les gens modestes, mais avec l’eau du robinet .


                    • Fourmi Agile Evrard 22 décembre 2009 22:19

                      C’est pas nouveau ces taxes et on sait très bien à quoi ça sert, renflouer les caisses de l’Etat.

                      L’impot sur le sel abrogé en 1710.
                      En 1696 il y avait l’impot sur les fenêtres ! Abrogé en 1850.
                      Plus récemment c’était la vignette.
                      Maintenant la taxe carbone, qui est appelée à augmenter.

                      C’est comme ça.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès