Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > R.G.P.P. (Réforme de l’Etat) : les cadres fonctionnaires (A) (...)

R.G.P.P. (Réforme de l’Etat) : les cadres fonctionnaires (A) soutiendraient la réforme des services déconcentrés...

Les cadres fonctionnaires (A) soutiendraient la réforme des services déconcentrés de l’Etat... Derrière l’information des résultats contradictoires...

Première grande enquête du tout nouvel Observatoire de la Modernisation de l’Etat (structure publique contrôlée par le gouvernement) menée récemment par l’IFOP et diffusée synthétiquement par la revue Acteurs Publics.

Un des résultats semble sans appel même s’il appartiendra aux lecteurs de mesurer avec exactitude une enquête favorisant la cause de la Réforme engagée par les gouvernements Raffarin-Fillon-Sarkozy : 65% des fonctionnaires cadres A approuveraient la réforme des services déconcentrés (seuls 26% d’opposants).

Mais sur l’efficacité attendue au niveau local, les personnes interrogées ne sont plus que 52% pour y croire... Ainsi, la réforme des "services déconcentrés" (comprenez locaux et régionaux) semble sujet à questionnement et obstacles.

Et si les directions régionales semblent bien recevoir le soutien des cadres pour les secteurs finances publiques, agences régionales de santé et affaires culturelles, une appréciation négative apparait nettement pour les restructurations envisagées sur deux domaines : entreprises (emploi-travail)-concurrence et jeunesse-sports.

Or le domaine du Travail-Concurrence est un des services très importants dans nos régions avec l’inspection du Travail (qui est souvent débordée) et les services de la concurrence et des fraudes qui connaissent un formidable regain d’activité (hygiène, contrôle des prix, notamment dans le cadre de la TVA réduite dans la retauration, etc...).

Dans l’enquête en cause, un clivage générationnel apparait, les jeunes étant plus enclins à croire en la réforme (66% des moins de 35 ans contre 49% des plus de 50 ans). Sans aucun doute l’effet positif de la jeunesse et la "résistance au changement" des anciens selon les habituels observateurs de l’Etat.

L’enquête finit toutefois sur une note discordante et assez négative : plus d’un fonctionnaire (cadre A) sur deux (53%) considère que la réforme de l’État local (préfectures et services déconcentrés des ministères) constitue un désengagement de l’État et des services publics sur le territoire. On peut traduire par une réduction de la présence des services publics de l’Etat dans nos régions.

Au final, il s’agit d’un soutien quelque peu contradictoire (mesuré) pour une réforme reconnue comme constitutif d’un douloureux désengagement de l’Etat exprimé à voix mezza voce.

La vérité bien crue en quelque sorte...façon grands fonctionnaires.

Rémi AUFRERE 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • remiaufrere remiaufrere 27 octobre 2009 16:57

    L’enquête que j’évoque dans l’article porte sur un sujet précis de la R.G.P.P., à savoir la régionalisation des services décontrés de l’Etat...

    Soyons basiques : cela consiste à supprimer des postes, modifier la structuration des services de l’Etat notamment en supprimant aussi des services aujourd’hui départementalisés pour les regrouper au niveau de la Région.

    Le sujet me parait donc très clair, c’est cette enquête et la perception des cadres sondés par l’IFOP sur la demande du nouvel Observatoire créé récemment.

    Poursuivons sur la sincérité : l’enquête a un commanditaire qui a peu d’envie d’être contesté (sourire) puisqu’il s’agit d’un organisme respecteux de sa tutelle (re-sourires).

    Mais l’enquête révèle surtout que les cadres sont réalistes : la réforme c’est moins de service public !


  • Michel DROUET Michel DROUET 27 octobre 2009 16:09

    La RGPP est destinée à faire des économies budgétaires et sert de faux nez au désengagement de l’Etat. But recherché au delà des économies : promouvoir le libéralisme et laisser faire le marché qui est censé s’auto réguler.
    Moins de contrôle des lois, par conséquent et boulevard ouvert pour tous les escrocs, les magouilleurs et les exploiteurs.
    Qu’une majorité de cadres A approuve ces réformes laisse pantois et montre que le service public a été gagné par la gangrène libérale.
    S’ils étaient un tant soi peu honnêtes, ces cadres démissionneraient et iraient chercher du travail dans le privé.


    • remiaufrere remiaufrere 27 octobre 2009 17:03

      Monsieur,

      Je partage largement votre point de vue.

      Mon modeste article ne portait que sur un sujet précis de la R.G.P.P. .

      Ce qui me fait peur c’est le délitement de l’éthique du service public.

      Si être fonctionnaire de l’Etat est un emploi comme les autres avec un employeur comme les autres, pour des tâches ayant une visée économique et marchande, c’est bien le service public qui disparait.

      Et la merchandisation de tous les rapports publics et appréciations des textes règlementaires et législatifs qui se profilent.

      Je pense aussi qu’à vouloir travailler « comme dans le privé », il faudrait que certains partent dans le secteur privé exercé leur talent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès