Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Rassemblement européen des cheminots et rencontre avec les technos du rail (...)

Rassemblement européen des cheminots et rencontre avec les technos du rail !

La situation du secteur ferroviaire, notamment pour le transport de Fret, est catastrophique.
 
Si une part des raisons est imputable à la crise financière et économique actuelle, les diverses restructurations qu’ont connu les chemins de fer dans le cadre de la libéralisation sous la pression libérale des instances nationales et européennes en portent une large responsabilité.
 
Depuis près de 20 ans, les différentes initiatives législatives communautaires ont totalement déstructuré les grandes entreprises du secteur. Elles ont désorganisé la production ferroviaire conduisant les chemins de fer sur une impasse à coup de renoncements successifs des opérateurs, qu’ils soient publics ou privés.
 
Comment prétendre réaliser des opérations de transports soutenables dans le cadre du report modal, si ses principales capacités de production lui sont retirées, et si les cheminots sont sacrifiés au nom d’une rentabilité que les directions d’entreprises s’acharnent à poursuivre à partir de mauvaise voies ; celles du dumping social ?
 
L’ETF s’est prononcé contre la libéralisation et la déstructuration des entreprises, pour le maintien d’entreprises ferroviaires publiques dans un système intégré, pour l’amélioration des garanties collectives et des conditions sociales des cheminots. Seule une réorientation importante des stratégies des opérateurs, et l’abandon par les instances européennes et nationales de solutions idéologiques qui ont démontrées leur inefficacité.
 
Dans le cadre de cette journée, une délégation de l’ETF composée des syndicats cheminots CFDT (Rémi AUFRERE), CGT (Henri WACSIN), FGAAC (Olivier SCHLAFLANG) (France), CGSP (Serge PITELJON), SLFP (Filotéo AFRICANO), CSC Transcom (Belgique), RMT et ASLEF (GB), avec Sabine TRIER (Secrétaire ETF), a été reçue par deux responsables de l’Agence Ferroviaire Européenne (A.F.E.) le 13 avril dernier.
 
 
La délégation syndicale est intervenue pour souligner l’importance des études et préconisations de l’agence qui est en capacité de souligner l’importance de la sécurité dans le domaine ferroviaire. Les syndicalistes ont rappelé les détériorations importantes qui augmentent, tant au niveau des conditions de travail que dans l’entretien des installations ferroviaires.
 

Documents joints à cet article

Rassemblement européen des cheminots et rencontre avec les technos du rail !

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • anny paule 17 avril 2010 16:52

    Ne nous demandons pas pourquoi ces questions ne sont jamais évoquées par des médias aux ordres qui préfèrent stigmatiser les cheminots grévistes, monter les gens les uns contre les autres ( « combien de fois nous a-t-on »gavés d’images d’usagers pris en otage« par des »grévistes irresponsables" ???) plutôt que de parler des vrais problèmes !
    54% des Français avaient rejeté le TCE pour des raisons de cet ordre : libre concurrence, sous-traitance, entre autres !
    Merci à l’auteur d’apporter une lecture différente de celle dont ON nous rebat les oreilles !


    • Pépé le Moco 17 avril 2010 18:01

      @ Auteur,

      La vidéo est mal choisie.
      Aujourd’hui, la CFDT n’est pas officiellement en grève en France, au côté de la CGT.
      Je vous renvois à mon commentaire réalisé sur cet article d’AV de ce jour : lien
      Les syndicalistes de la CFDT doivent toujours avoir à l’esprit que si ils peuvent se permettre d’oublier les engagements passés que la direction nationale a pris (notamment au niveau européen), les ouvriers, eux n’oublient pas.
      Alors je dis à ces représentants syndicalistes, plutôt que de polluer le débat sur AV, il serait plus actif dans les grèves au côté des cheminots, que dans des constats stériles.

      Une dernière question à l’auteur, touchant aux syndicalistes qui ont assisté ou participé aux débats de l’agence ferroviaire européenne, je souhaiterais connaître le montant de leur déferrement (déclaré ou pas).


      • remiaufrere remiaufrere 17 avril 2010 22:52

        Ces jours-ci, nous connaissons le troisième mouvement de grève à la SNCF depuis janvier.
        Je vous invite à lire mon analyse sur le conflit en cours...
        sur
        http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=73435

        Concernant cette rencontre intéressante pour les salariés du rail, je vous confirme que les syndicats français cheminots adhérents à la Fédération Européenne des Transports CGT, CFDT, FGAAC étaient présents.

        Et que les responsables syndicats sont des cheminots salariés qui n’ont pas à rougir de leur rémunération, mais plutôt à s’en plaindre !

        Les responsables syndicalistes CFDT cheminots assument comme ceux de la CGT leur présence.

        Quand à leur absence (de la CFDT cheminots) dans le mouvement de grève actuelle, je vous transmet mon analyse.

        A vous de juger en connaissance de cause !
        Et j’espère que vous serez en capacité de prendre le recul nécessaire.


      • Plum’ 19 avril 2010 10:35

        Le démentellement du frêt ferroviaire est un scandale. Ca fait plus de 30 ans qu’on aurait dû faire tout le contraire, c’est à dire mettre en place un vaste plan de diminution du frêt routier et de promotion du frêt ferroviaire. C’est une catastrophe économique, écologique et sanitaire dont nous ne faisons que commencer à subir les effets.


        • Salade75 21 avril 2010 14:28

          Tous les sujets sont mélangés, et du coup les arguments perdent en puissance. Ce qui fait que le système avance, recule, et finalement se fait dépasser par tout le monde, y compris petit à petit d’un point de vue technique.
          Ex 1 : le dogme de l’entreprise intégrée.
          Avec ses défauts, l’expérience Anglaise a par exemple permis de voir que le métier de gestionnaire d’infrastructure est effectivement très différent de celui d’exploitant ferroviaire.
          Il a aussi permis de voir qu’il est possible d’être opérateur ferroviaire sans matériel, mais que la logique industrielle mène les opérateurs a maîtriser la maintenance de ce matériel.
          Ces résultats sont disponibles pour tous.
          Pourquoi, autrement que pour verrouiller leurs propres financements, les syndicats SNCF bloquent ils toute prise en compte et réflexion raisonnée sur ces sujets ?
          Les fonctionnement opérationnels de la SNCF sont minés par ces évolutions bloquées, pour faute de vision des managers, mais aussi (pas seulement, c’est sûr !) à cause de dogmes syndicaux plus basés sur des intérêts propres que sur celui de leur entreprise, et encore moins celui des usagers et clients.

          Ex 2 : Le service public. Il a bon dos pour justifier tous les surcoûts. Que le RFN soit un service public au même titre que la route, et donc que l’accès soit donné pour le fret à un coût inférieur au prix de revient, pourquoi pas. Mais en dehors d’un positionnement dogmatique, qu’est ce qui justifie que cela soit lié au transporteur SNCF ? Les bénéficiaires de ces positionnement dogmatiques des syndicats sont les actionnaires des grosses entreprises privées qui utilisent à un prix canon le fret ferroviaire financé par l’impôt et les passagers voyageurs ! Je rappelle, que le contribuable paye le service public, soit en impôt, soit en salaire moindre pour cause de charges / impôts de son entreprise. Je ne vois pas pourquoi le passager du TGV devrait payer une troisième taxe au profit de Arcelor / Danone / .... sous prétexte que la branche voyageur SNCF doit financer la partie fret au nom du « service public » et de l’entreprise intégrée !

          Ces 2 exemples sont bien évidemment traités ci-dessus avec un niveau de simplification ridicule par rapport à la complexité des sujets.

          La discussion pourrait être ouverte, intéressante et apporter des réponses concrètes et positives, sur ces sujets et des dizaines d’autres, à cette magnifique entreprise qu’est la SNCF.
          Mais qui a envie de ce dialogue sincère et séquencé ?
          De mon point de vue, peu de cheminots, aucun syndicat et pas la direction qui a une véritable terreur de la grève systématique..


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 21 avril 2010 18:16

            Quand vous dites Comment prétendre réaliser des opérations de transports soutenables dans le cadre du report modal, si ses principales capacités de production lui sont retirées, et si les cheminots sont sacrifiés au nom d’une rentabilité que les directions d’entreprises s’acharnent à poursuivre à partir de mauvaise voies ; celles du dumping social ?

            Est ce que vous pourriez
             

            - quelles principales capacités de production ont ete retirées,
            - quels cheminots sont sacrifiés au nom d’une rentabilité
            - quel est le dumping social a la SNCF ?

            Merci !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès