Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Réacteurs nucléaires EPR en Grande-Bretagne : Theresa May offre à EDF une (...)

Réacteurs nucléaires EPR en Grande-Bretagne : Theresa May offre à EDF une opportunité unique pour annuler le projet… sans perdre la face

En validant « sous condition » le projet absurde d’EDF de construire deux réacteurs nucléaires EPR à Hinckley Point, la nouvelle dirigeante britannique Theresa May a habilement offert à EDF l’opportunité d’annuler le projet sans perdre la face, c'est-à-dire en rejetant les dites conditions.

En effet, HPC (Hinckley Point C) est un projet « perdant-perdant » pour Londres et EDF mais, à ce jour, aucune des deux parties ne souhaite prendre la responsabilité de ce qui est pourtant la seule option raisonnable, l’annulation.

Londres est sous la pression de la Chine, qui doit cofinancer le projet dans le but de prendre pied en Grande-Bretagne et de s’y imposer à terme : Pékin menace ouvertement Londres de rétorsions économiques en cas d’abandon du projet.

De son côté, comme l’a démontré de façon éclatante la démission en mars dernier de son directeur financier Thomas Piquemal, EDF ne pourra éviter la faillite si l’entreprise publique poursuit ce projet absurde : même du point de vue pronucléaire, l’EPR est archaïque (il a été conçu au début des années 90 !) et il est de toute façon impossible à construire comme démontré par les désastres des chantiers de Finlande et de Flamanville (où se déroulera les 1 et 2 octobre une importante manifestation antinucléaire qui sera regardée avec attention par les Britanniques).

Bien que le contrat passé entre Londres et EDF soit en grande partie maintenu secret, ce qui confirme une fois de plus le caractère anti-démocratique de l’industrie nucléaire, il apparait que ce projet pourrait être favorable à EDF… seulement dans le cas improbable où la construction des réacteurs se déroulerait correctement et sans retard. A défaut, EDF devra couvrir les surcoûts et payer de lourdes pénalités.

Pour sa part, Londres ne sera gagnante… qu’en cas de dérapage grave du chantier. Or, dans ce cas (fort probable), c’est toute la stratégie énergétique du pays qui s’effondrerait : à la croisée des chemins, la Grande-Bretagne ferait bien de choisir d’autres options que celle de la moribonde industrie nucléaire.

Il fallait donc une porte de sortie pour Londres et EDF, et Theresa May vient de l’ouvrir en grand en validant le projet « sous conditions » : EDF aura l’occasion de rejeter ces conditions dès que Londres les aura explicitées.

Il est toutefois probable que les dirigeants d’EDF continuent leur fuite en avant dans la mesure où ils ne jouent pas avec leur propre argent mais bien avec celui des citoyens français : après avoir payé pour la faillite d’Areva, ils devront payer pour celle d’EDF dont les conséquences seront encore pires.

Quant au chantier des EPR d’Hinckley Point, s‘il commence un jour, il est inévitable qu’il soit d’une durée infinie et que la mise en service n’ait probablement jamais lieu. Que ce soit par des catastrophes industrielles comme à Fukushima ou des désastres économiques, sans oublier les questions insolubles des déchets radioactifs et du démantèlement des installations, l’industrie nucléaire nuit gravement à l’humanité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • Jean 16 septembre 12:45

    lol, et c’est parti pour 30 ans de travaux, plus la démolition, reste un trou financier de plusieurs dizaines de miyards...


    • matthius matthius 16 septembre 15:24

      @Jean
      EDF avait certes perdu son savoir-faire. Seulement l’EPR chinois lui sera opérationnel rapidement. Après tout l’EPR n’est qu’une centrale de troisième génération, alors que les russes, les indiens et les chinois ont des centrales de quatrième génération, qui recyclent des déchets des anciennes et s’arrêtent dès demande.


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 15:43

      @matthius
      Les EPR chinois devaient entrer en service en 2012, donc pour le moment leur retard est moindre que pour les EPR de Finlande et Flamanville, mais c’est déjà un retard important et susceptible de s’aggraver, d’autant que les deux cuves ont été fournies par les pieds nickelés d’Areva-Creusot et sont probablement inutilisables. Pour les changer, il faut détruire la moitié du réacteur !

      Quant aux centrales abusivement dites « de 4ème génération », en réalité des surgénérateurs de type superphénix, seuls les russes arrivent à en faire fonctionner UN cahin caha, à grand frais et sans aucun « miracle » (et certainement pas en « recyclant » les déchets des anciennes centrales, ça c’est un compte pour les gogos...)


    • Jean 16 septembre 15:44

      @matthius
      dommage que le Japon n’en avait pas une comme celles-ci...


    • matthius matthius 16 septembre 19:31

      @Jean
      Vous êtes mal renseigné. Les russes n’ont pas de Super Phenix, mais des centrales à sel fondu, qui ne permettent pas de créer de bombes atomiques, et qui auraient dû être les premières centrales nucléaires.
      https://www.youtube.com/watch?v=ZwLvXDc6TT0


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 20:52

      @matthius
      Faux  : le BN-800 est un réacteur rapide refroidi au sodium, c’est à dire exactement la même filière que ce pauvre Superphénix


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 09:06

      @Stéphane Lhomme
      Bonjour,
      Le Royaume Uni est pro nucléaire +++.
      C’est Tchatcher qui a financé lourdement les pseudo chercheurs du GIEC pour qu’ils rendent responsables le CO2 du réchauffement climatique :
      « Débrouillez-vous pour prouver que le CO2 est responsable ! »


      Tchatcher voulait se débarrasser du puissant syndicat des mineurs, fermer les mines de charbon et défendre le nucléaire à la place du charbon.... !

      Les anti nucléaires sont souvent anti-CO2... Vous ne voulez pas du CO2 ? Vous aurez des centrales nucléaires ! Des idiots utiles, ça vous apprendra à croire toutes les couillonnades que raconte le GIEC sur le CO2 ! Il n’y a jamais eu autant de centrales nucléaires partout dans le monde, brillant résultat ! Même EDF explique que le nucléaire, c’est pas polluant ...


      Voici ce que le GIEC ne dit pas :
      « Les variations du CO2 à l’échelle géologique. »

      Le CO2 n’est pas un polluant, c’est la base même de la végétation sur la planète...

    • sarcastelle 17 septembre 09:50

      @Fifi Brind_acier
      .

      Le CO² n’est ps un polluant, c’est la base même de la végétation sur la planète.
      .
      Argument idiot et malhonnête puisqu’on ne parle pas de la même pollution. 
      Le gaz carbonique n’est pas un polluant chimique ; aux concentrations atmosphériques il est inoffensif.
      On parle de pollution uniquement quand on l’accuse à tort ou à raison de hausser la température. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 17 septembre 18:59

      @sarcastelle. à tort, mais à la mode.


    • christophe nicolas christophe nicolas 18 septembre 12:34

      @Stéphane Lhomme

      Je confirme que la transparence sur les surgénérateurs russe est quasi nulle. L’ex URSS avait fait un moteur de sous marin nucléaire refroidi au plomb mais ce fut un beau fiasco, le K27. On leur souhaite de rester très prudents et de fermer ce site au plus tôt et d’enterrer le forum IV car tous les projets sont vraiment monstrueusement dangereux n’en déplaise au « loup de Rubbia » et d’explorer de nouvelles pistes bien plus prometteuses et parfaitement écologiques.

      D’après mes travaux, j’en ai conclu que ces fusions basse énergie du style E-cat, on fabrique tout simplement des neutrons immobiles en masse à partir de l’hydrogène enfermé dans un cristal ferromagnétique alors vous avez des réactions de fusion puis d’éventuelles désintégrations de neutron en proton qui font qu’un atome de nickel devient du cuivre, du coup, il n’y a pas de déchets radioactif puisqu’on va vers la stabilité naturelle après une phase de déséquilibre. Dans ces réacteurs, si on met un atome de plutonium, il aura tendance a se désactiver pendant la phase de déséquilibre, c’est à dire qu’on baisse la durée de vie, ce sera un moyen de traiter les déchets sans utiliser des réactions hautes énergies. Si Areva prend la bonne direction, ils retrouveront la santé dans cette nouvelle voie très prometteuse qui offre de nombreuses variantes mais ça demande tout de même des remaniements théoriques que le gratin de la science n’apprécie pas, ils comprendraient qu’ITER est une ineptie très dangereuse, entre autres...




    • sarcastelle 16 septembre 13:34

      Las Anglais ne sont pas fous. Il se rappellent comment l’explosion du réacteur nucléaire de Londres en 1952 leur a causé selon les estimations de 4000 à 12 000 morts. Les énergies dégueulasses, ils ont donné 

      .

      • sls0 sls0 16 septembre 13:44

        Une des études les plus intelligentes sur le futur énergétique de la Grande Bretagne.
        L’approche est différente mais imparable par sa logique.
        Ca part de chiffres connus et reconnus ensuite la règle de trois basique.
        C’est en cherchant des données sur les vagues de mer pour un tout autre sujet que je suis tombé dessus. Comme la partie sur les vagues était très bien faite et très intéressante, j’ai lu le reste du livre qui est tout aussi bien fait.
        Ca a mis quelques unes de mes certitudes à plat mais l’approche est imparable dont acte.

        Il y a une légère différence énergétique entre la France et la Grande Bretagne mais le modèle colle bien, c’est des surfaces, vitesses du vent et topographies qui changent mais ça tient sérieusement la route.


        • pemile pemile 16 septembre 13:56

          @sls0 « Une des études les plus intelligentes sur le futur énergétique de la Grande Bretagne. »

          Merci, j’ai juste parcouru le résumé sur 10 pages, au premier abord cela parait effectivement très fin comme analyse ! Et cela date de 2007 !


        • pemile pemile 16 septembre 13:58

          @pemile
          ERRATUM publié en 2009


        • sarcastelle 16 septembre 14:27

          @sls0

          .
          Je n’ai pas compris pourquoi l’auteur écrit que « n’importe quel » avion consomme 0,4 kWh par tonne-kilomètre. 
          .
          J’ai calculé pour mon ULM en supposant un rendement de 0,25 pour le moteur (un quatapla VW) et j’ai trouvé près du double.... smiley
          .
          Et il est évident que la dépense d’énergie est inversement proportionnelle à la finesse. 

        • sls0 sls0 16 septembre 17:20

          @sarcastelle
          La prochaine fois que vous irez à une concentration d’ULM allez donc dire bonjours aux personnes d’inter-action, on les voit de temps en temps, ils vous expliqueront.
          Et oui la finesse et le poids utile, tout est là.
          Moi aussi ça m’a étonné d’apprendre qu’un avion gros porteur consommait moins par passager qu’un navire de croisière. J’avais le navire marchand en tête. Il doit bien avoir des plans de bateaux d’esclavagistes pour palier à ce gâchis.


        • sls0 sls0 16 septembre 19:10

          @pemile
          Lisez le, gardez le lien en réserve, il pourra servir plus tard, plutôt que d’essayer de discuter avec un Stephane Lhomme, vous mettez le lien, c’est béton et c’est imparable.
          Ce n’est pas pro ou anti, c’est des chiffres connus et une règle de trois, c’est imparable.
          Ca apporte des réponses mais ça soulève aussi beaucoup de questions. Sans pétrole et sans phosphates, en 2100 s’il y a une population mondiale de trois milliards de personnes ça sera bien.
          On peut faire le raisonnement inverse, avec l’énergie disponible combien de personnes je peux faire vivre, sans mécanisation, sans transport et sans phosphate combien de personnes je peux nourrir.

          Si Lhomme arrive à ses fins, vu le manque d’énergie qu’il risque d’avoir, je crois bien que son nom soit maudit pour quelques générations dans le futur.
          Son excuse c’est qu’il est salarié de sa propre association, il faut du rendement dans le dénigrement.

          2000, 2003, 2004, et 2007, ça ne vous dit rien ces dates. A la limite vous pourrez me dire que c’est un peu les étapes de montée en puissance du pouvoir de nuisance de Stéphane Lhomme, oui effectivement ça peut être cela.

          C’est les dates de l’ouverture progressive du marché de l’électricité en France, à partir de ce moment là le nucléaire gênaient de gros intérêts financiers, comme ils n’ont pas trop d’arguments écologiques pour certains et économiques pour la plupart en leur faveur, il n’y a que le dénigrement du service public qui peut faire la différence.

          Idiot utile, sponsorisé ou salarié occulte je ne sais pas, en tout cas je vois quels intérêts il sert.


        • christophe nicolas christophe nicolas 18 septembre 11:36

          @pemile

          Pas si fin, cette façon de voir l’énergie par le petit bout de la lorgnette est tout de même loin de la physique. Faire croire que l’énergie est rare est la plus vaste arnaque du monde car l’énergie est ultra abondante, le tout est de disposer de la connaissance pour l’exploiter en harmonie avec la nature.

          Le problème du nucléaire chaud est qu’il ne canalise pas bien cette exploitation, c’est comme de faire exploser une bombe pour récupérer de la chaleur, il y a beaucoup de déchets et c’est très dangereux. L’approche est déficiente par manque de connaissance. Peut-on faire autrement, certainement, de nombreuses études le prouvent mais c’est récent à l’échelle de la science et ce n’est pas bien expliqué à ce jour sans compter ceux qui n’y croient pas comme dans tout progrès.

          Il y a beaucoup de fausses bonnes idées en écologie, récemment la centrale solaire d’Ivanpah s’est révélée un terrible fiasco économique 28% du rendement prévu et une monstruosité écologique puisque les insectes se sont invités et que les oiseaux ont suivi, 28000 en plein désert en deux ans, c’est une éradication or sans oiseaux ce sera très rapidement l’invasion des insectes, l’écologie s’est retournée contre l’écologie comme quoi l’évaluation se fait sur le réel pas sur le papier, l’oublie des insectes qui sont attirés par la lumière fout tout par terre et vous ne pouvez pas les éduquer, il faut renoncer.





        • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 16 septembre 13:52

          Mais quel est le c.. qui a inventé l’énergie nucléaire ?

           Pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, les sources d’énergie nous sont proposées par dame nature et l’homme ne fait que les découvrir pour ensuite essayer de les maitriser.

          La puissance énergétique contenue dans les atomes est considérable et fascinante donc effrayante évidemment mais nous, humains, avons mis énormément de temps à maitriser le feu, puis l’énergie hydraulique, puis l’énergie solaire...etc.

          L’énergie propre c’est comme l’industrie propre, ça n’existe que dans le cerveau des pleutres qui ont peur de tout. Heureusement que ces gens n’ont jamais le pouvoir car nous serions toujours à vivre cachés dans des grottes par peur d’avoir à affronter un prédateur, la foudre, la pluie, le soleil, autrui...


          • JMichel (---.---.59.20) 18 septembre 00:26

            @Aurevoiràjamais
            Vous en avez d’autres en reserve en bullshit du meme genre ?


          • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 18 septembre 19:49

            @JMichel

            du calme Jacquie Michel, pas facile de se mettre au niveau des antinuc !!!


          • jacques 20 septembre 17:16

            @Aurevoiràjamais
            vous dites : « proposées par dame nature et l’homme ne fait que les découvrir pour ensuite essayer de les maitriser. »
            pour le mot essayer, 100% d’accord
            pour dame nature, elle n’a jamais essayé de casser d’atomes....


          • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 20 septembre 20:28

            @jacques

            La radioactivité est présente de manière naturelle sur notre planète ce qui prouve que certains atomes notamment l’U238 se dégradent sans l’intervention de l’homme. Certes c’’est beaucoup plus long...

            Quant à La nucléosynthèse stellaire, elle permet la formation de noyaux atomiques si je ne me trompe pas.


          • JMBerniolles 16 septembre 14:09
            Monsieur Lhomme mêlez vous de ce qui vous regarde....

            La Grande Bretagne a un gouvernement légitime qui a choisi de sortir du joug des institutions européennes, effectivement pour se tourner vers des relations financières et commerciales avec la Chine. Vous n’avez aucune légitimité ni aucun poids en Angleterre.

            D’ailleurs David Cameron avait qualifié les EnR éolien et PV de « green craps ».
            Ce qui est étonnant pour un responsable acquis au service la finance, c’est qu’il n’est pas cédé à cette façade qui sert précisément en Allemagne et en France à générer une énorme bulle financière.

            La Grande Bretagne, se tourne vers une ré-industrialisation et s’éloigne donc du néo libéralisme qui nous ronge et que vous et vos amis, notamment Cohn-Bendit pilier de l’ultralibéralisme au Parlement européen, servez. Consciemment ou non.

            Comme d’habitude votre article est une suite d’affirmations non justifiées : il est évident que.....
            , l’EPR est une technologie dépassée (par rapport à quoi ? aux projets étrangers de troisième génération ? en quoi ?)


            * Pourquoi est-ce que le joint-venture EDF/CGN (partie chinoise) ne réaliserait pas en Angleterre ce qu’il a réussi à des milliers de kms en Chine à Taïshan, où les EPR auraient déjà démarrés s’il n’y avait eu les manœuvres de l’ASN autour d’anomalies qui n’en sont déjà plus...  ?

            * L’investissement est d’environ 24 milliards d’euros, mais la majeure partie va revenir à l’industrie française dont Alstom énergie que notre gouvernement a cédé aux américains mais qui emploie beaucoup de gens en France. Evidemment cela vous ennuie puisque vous voulez la mort de l’industrie nucléaire française.
            * Le prix garanti du MWh est de 120 euros. Ce qui est très largement favorable et ce qui a justement provoqué le réexamen de l’accord pour le nouveau gouvernement anglais.

            La technologie de l"EPR est totalement reprise des REP avec une amélioration de la sûreté. Ce qui devrait être un argument de poids, puisque les concurrents de l’EPR notamment l’AP1000 de Toshiba/Westinghouse dispose d’une sûreté moins avancée. Ne parlons pas des projets sud coréens.

            Il est déplorable que les syndicats de l’EDF aient opté pour une attaque similaire des projets anglais... 










            • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 15:47

              @JMBerniolles
              D’abord, je n’ai RIEN à voir avec le libéral Cohn-Bendit, ni avec les corrompus Placé-Pompili-Cosse-Rugy, ni avec EELV : je suis écologiste moi !
              Par contre, M Berniolles, vous confirmez que les pronucléaires adorent les dictateurs (vous avez oublié que le Chine est une dictature ?) qui sont les meilleurs amis de l’atome...


            • sokom25 (---.---.177.251) 16 septembre 15:48

              @JMBerniolles
              Des collègues à moi on travaillé en Finlande, et ils me disent tous la même chose : c’est une catastrophe ce projet d’EPR.

              Le problème ce n’est pas l’EPR en lui même, c’est comment c’est géré, le prix final par rapport à ce qui était annoncé. On est déjà à x3... et qui s’est qui va payer la note ?
              Et je ne parle même pas des problèmes de conception, de construction etc... sachez monsieur qu’on ne sais plus faire grand chose aujourd’hui. On fabrique des ingénieurs spécialisé en réunion et discutions stérile. Avec des gens pareil, notre seul option c’est l’éolien avec le vent qu’ils brassent.

            • JMBerniolles 16 septembre 16:50
              @sokom25

              Oui, je ne vais pas nier une déviance que j’ai observée moi-même.

              C’était aussi complétement idiot, criminel, de commencer à construire le premier EPR hors de France.

              Mais la référence pour les EPR anglais est constituée par les EPR de Taishan qui ont été construit dans un délai raisonnable et démarreront sans doute en début d’année prochaine donc avant Flamanville. 

              L’EPR finlandais est maintenant bloqué par des actions judiciaires, des débats contractuels... 

              Tout cela est aussi le résultat du quasi moratoire sur l’électronucléaire qui a frappé notre pays avec la participation continuelle d’anti nucléaires (leur soi-disant défense de l’environnement se résume à cela) au gouvernement depuis les années 90 et Corine Lepage.

              Maintenant notre pays est en train de couler, il faut aller ce l’avant préserver nos piliers industriels.








            • JMBerniolles 16 septembre 16:58
              @Stéphane Lhomme

              Je ne pense pas que la défense de l’environnement (l’écologie politique comme vous le soulignez n’est que la façade du néo libéralisme le plus intégral) consiste à détruire le dernier pilier à valeur internationale de notre Industrie.

              Ces projets anglais, un peu contraire à vos prophéties qui dataient l’électronucléaire comme un résidu du siècle passé, sont la seule ouverture industrielle à notre Industrie liée à l’atome dans les 10 prochaines années....

            • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 17:04

              @JMBerniolles

              Seuls les imbéciles peuvent croire que les antinucléaires sont responsables des incommensurables déconfitures de l’industrie nucléaire, de Superphénix à Flamanville en passant par la Finlande, les cuves des EPR et les milliers de pièces loupées et falsifiées par Areva au Creusot !

              Ce sont peut-être les antinucléaires qui ont couvert ces milliers de pièces par des certificats bidons ??? Ou qui ont anéantit 5 milliards (au bas mot) dans l’affaire de corruption URAMIN ?

              La réalité est implacable : même du point de vue pronucléaire, l’industrie atomique française et minable, ridicule, stupide, et nous mène à la ruine.


            • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 17:06

              @JMBerniolles

              « Ces projets anglais, un peu contraire à vos prophéties » ---> Ah bon, vous les voyez vous ces EPR britanniques ? Il ya bien quelques terrassement en cours, mais le début du chantier n’est pas pour demain, peut-être pour jamais, et si jamais il démarre, il ne sera jamais achevé. On parie ? (Mais ça me gène : à vaincre sans péril...)


            • JMBerniolles 16 septembre 17:18

              @Stéphane Lhomme
              Pour être clair, bien qu’ils tiennent le même discours que vous, je ne pense pas que vous soyez comme eux.


            • JMBerniolles 16 septembre 17:27
              @Stéphane Lhomme

              Pariez avec un chinois, ils sont très joueurs.....

              Le contrat prévoit une date de mise en service (qui va être revue puisque la signature a été différée)
              Le vrai pari serait plutôt sur le démarrage des EPR de Taishan dans le courant de l’année prochaine.

              Ce qui les feraient rentrer en service dix ans après le début de construction.
              Je suis persuadé que l’on peut faire mieux en Angleterre : c’est plus près, il y a une forte culture du nucléaire en Grande Bretagne , les anglais en ont besoin (D’après eux Hinkley Point produira 7% de leur électricité de manière stable) y compris dans l’optique d’une relance industrielle ce qui est dans leurs projets (voir discours de Mme May) et il y a l’expérience de Taishan.



            • amiaplacidus amiaplacidus 16 septembre 17:29

              @JMBerniolles

              Les EPR de Taishan devaient commencer à fonctionner en 2012, je vous accorde que c’est un retard moins important que les EPR finnois ou Flamandville.
              Mais comme ils ont une cuve aussi pourrie que cele de Flamandville, je pense qu’ils ne vont pas fonctionner avant longtemps. Les Chinois attendent « que tous les doutes soient levés sur la sûreté avant de charger les réacteurs EPR en combustible »..

              Si les « compétences » en matière technique d’Areva/EDF sont de même nature que leurs « compétences » financières et de planification, il y a lieu de ce faire de sérieux soucis.


            • Trelawney Trelawney 16 septembre 18:50

              @JMBerniolles
              s’il n’y avait eu les manœuvres de l’ASN autour d’anomalies qui n’en sont déjà plus... ?

              Pourriez vous donner vos sources ? Parce que les miennes donnent cela

              Le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire , lors de sa réunion plénière du 30 juin 2016 a écrit dans son rapport

              A la suite de la détection fin 2014 de l’anomalie sur les calottes de cuve du réacteur EPR de Flamanville 3, l’ASN a demandé à Areva le traitement de l’anomalie, mais aussi un retour d’expérience sur les autres composants et sur la qualité des fabrications dans ses usines. Lors de la séance, Areva a reconnu des pratiques non conformes et inacceptables dans sa forge du Creusot et a présenté le plan d’action mis en oeuvre pour les comprendre, les traiter et les éviter à l’avenir. Ce sujet pose aussi la question du contrôle dans son ensemble, contrôle interne par les exploitants et contrôle externe effectué par l’Autorité de sûreté. Le groupe de suivi du Haut comité sur la cuve d’EPR restituera son travail dans ce cadre plus large et réfléchira à la meilleure façon de le mener.

               

              Lors de l’audit aux forges du Creusot, il est apparu un manque de traçage systématique des paramètres de forge (taux de chutage) ou de certaines opérations (désovalisation, certains traitements thermiques). Lors des auditions, les commentaires des ingénieurs étaient :

              • « Les modifications étaient généralement à la marge. »

              • « Nous n’estimons pas avoir pris de risque technique »

              • « Ouvrir une non-conformité nous aurait fait perdre des mois »

              • « Un jugement technique est systématiquement considéré dans les modifications apportées. »

              • « Les pratiques ont fortement décru après la réorganisation de 2012 » (rattachement des coordonnatrices qualités à la direction de la qualité), ce qui est confirmé par l’analyse des dossier

              On parle de réacteurs nucléaires et de suivi qualité et on est très loin des problèmes résolus


            • amiaplacidus amiaplacidus 16 septembre 19:06

              @Trelawney

              « Ouvrir une non-conformité nous aurait fait perdre des mois »

              Rien que ceci suffit à totalement discréditer ces apprentis sorciers.


            • sls0 sls0 16 septembre 19:18

              @Stéphane Lhomme
              Rien à voir avec EELV ? C’est par hasard ou erreur que vous vous êtes présenté aux primaires ?
              Si les mensonges sur le nucléaire peuvent passer du fait d’une méconnaissance du sujet pour la plupart, là un simple coup d’oeil sur wikipedia est suffisant.


            • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 20:48

              @sls0
              L’acquisition d’un neurone, même d’occasion, vous sortira du néant et, au passage, vous permettra de comprendre que l’on peut participer à une primaire sans appartenir au parti organisateur, et même (en l’occurrence) en dénonçant ses trahisons.
              Désolé, impossible à comprendre pour vous...


            • JMBerniolles 16 septembre 22:52
              @amiaplacidus

              Je comprends que vous n’êtes pas un spécialiste en Métallurgie.
              D’abord la Métallurgie est une science, où il y a beaucoup de pratique et de savoir faire du à l’expérience, où la France a toujours été en pointe.
              Les indiens ont racheté la sidérurgie française précisément pour récupérer le savoir faire, la technologie.
              Par exemple aussi, la fabrication d’un combustible Mox par frittage est très complexe.
              Si George Vendryes avait ramener des USA, l’idée d’un combustible mixte U-PuO2 pour les réacteurs rapides, il fallait être capable de le fabriquer de manière à ce qu’il résiste aux contraintes et phénomènes auxquels il est soumis dans un réacteur rapide.

              Creusot Loire a toujours été un must mondial pour la forge des pièces lourdes.

              Et il n’est pas sérieux de parler de « cuves pourries » comme vous dites. Le Chef de l’ASN a parlé d’anomalies. Et non de défauts.

              Le problème quand on forge une pièce de grand diamètre est qu’il est pratiquement impossible de maintenir une température totalement uniforme. Les éléments qui ne sont pas fixés dans la composé Fe Cr Mo ou Nb éventuellement Ti ... comme le carbone, ont tendance à migrer sou l’action des gradients thermiques. Il est donc difficile de garantir une teneur en carbone totalement uniforme sur tout le diamètre. En l’occurrence la teneur moyenne en carbone pour les fond et couvercle cuve est de 0,22 % L’anomalie c’est d’avoir des zones où elle est à 0,3% . Cela ne change pas la nature ferritique de l’acier et les tests montreront que cela ne modifie pas les caractéristiques mécaniques.

              Cela n’a pas non plus d"effet sur un problème qui est la corrosion sous contrainte et irradiation.
              Quant à la résilience ce n’est pas un critère qui joue sur la tenue mécanique en fonctionnement normal ou incidentel.

              Qu’il y ait eu une mauvaise gestion des dossiers est reconnu par Areva
              La cuve ne sera pas victime d’un accident de dossier.

              Cette affaire là traine d’une manière anormale. Le but pour un organisme l’ASN où une mouvance anti nucléaire s’exprime ouvertement et dont le Chef est nommé par un gouvernement anti nucléaire (Il faut tout de même être clair, il y a des anti nucléaires au gouvernement depuis des décennies en France)

              Les chinois ont semble-t-il commencé les essais en eau sur un des réacteurs de Taishan.
              Je pense qu’ils démarreront leurs réacteurs l’année prochaine.

              PS avec d’anciens collègues nous avons interpellé monsieur Chevet à ce sujet. J’a d’ailleurs reçu de sa part une réponse personnelle qui ne réfute en rien les points précédents.










            • JMBerniolles 16 septembre 23:00
              @Trelawney

              Mais le contrôle de l’ASN s’exerce à tous les niveaux y compris dans l’usine.

              Il y a des techniciens de l’EDF en permanence dans les usines de Creusot Loire Areva maintenant.
              Je connais bien le problème puisque pendant plus d’un an j’ai traité à la REAM de Marseille les dossiers des problèmes de fabrications qui nécessitaient une analyse parfois avec des codes de calcul.

              Sur les anomalies, avec quelques anciens nous avons interpellé monsieur Chevet qui m’a d’ailleurs répondu personnellement, sans vraiment contrer nos arguments .. voir plus bas



            • sls0 sls0 17 septembre 05:58

              @Trelawney
              Merci pour la référence au Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire.
              Je vais plus souvent sur le site de l’autorité de sûreté, c’est plus technique.
              J’ai regardé tout les rapports.
              J’ai regardé la présentation d’AREVA, il y a le texte suivant : Être une référence en matière d’excellence commerciale et opérationnelle tant sur nos fabrications que sur la réalisation de nos projets et assurer un haut niveau de sécurité.
              Coté EDF et ASN ils ont dû faire des bonds sur leur chaise.
              EDF a dû se déclarer constructeur pour pouvoir y mettre son nez sérieusement et l’ASN a du botter le cul de la boite qui a audité suite au problème, même l’audit externe était léger.
              Dans l’ensemble il y a parfois une perte de compétences dans l’industrie*, à voir coté ASN ils tiennent encore la route.
              * Décoller ses fesses de son ordinateur pour aller sur le tas devient difficile.
              L’ISO 9000 et le Creusot pas trop copain, le contrôle interne AREVA plus que léger.

              Pour EDF ça va pas trop mal, c’est repéré, dans l’ensemble déjà couvert par des contrôles, il y a 2-3 contrôles supplémentaires sérieux à faire.
              Il y aura des notes de calculs à sortir.
              C’est quand même 30% des dossiers litigieux à traiter.
              Beaucoup de boulot, du retard mais rien de bloquant.

              Pour l’ASN, la même charge de travail qu’EDF pour le contrôle plus AREVA et le Creusot à corriger.
              Quand on trompe l’ASN ça fait mal, la correction fera mal au Creusot, par le passé il y a des boites qui n’ont pas survécu.

              Le Creusot : Là l’ISO 9000 a pris un sale coup, aucune culture sûreté, il faudra un sacré nettoyage.
              Malgré des problèmes EDF ne se retrouve pas avec de l’insurmontable mais à l’export ce n’est pas 30% de dossiers merdiques, c’est 83% derrière ce n’est pas un producteur avec 58 tranches comme expérience et le personnel qui va avec, ce n’est pas l’ASN qui a la même expérience comme contrôleur. A l’export les clients n’ont peut être pas les moyens techniques et le personnel pour avaler la pilule.

              Moralité, l’ISO9000 c’est bien mais pour certains endroits un contrôle externe est nécessaire.
              Bonne nouvelle quand même, malgré le camouflage ce n’est pas passé à travers les mailles du contrôle.

              Toujours sur ce site j’ai appris que Chooz A est démantelé, ça a pris 15 ans, le graphite/gaz c’est encore toujours en court. Je pensais que le REP aurait été moins rapide que le graphite/gaz, comme c’est essentiellement du REP en France c’est pas plus mal. On sait chiffrer plus sérieusement, il y a un retour d’expérience, fini l’incertitude.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès