Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Récession en France : Pudeurs de langage et analyses du FMI

Récession en France : Pudeurs de langage et analyses du FMI

Le ministre français du budget Eric Woerth a estimé vendredi à Antibes (Alpes-Maritimes) que la France était en "récession technique" après deux trimestres de "croissance négative", tout en soulignant que sur l’ensemble de l’année 2008 la croissance sera de 1%.

"Il y a eu deux trimestres qui sont en croissance négative, ça s’appelle une récession technique. Il y a eu une année 2008 qui est en croissance de 1%, alors certes c’est pas beaucoup du tout, c’est même très très peu, mais ça reste de la croissance", a déclaré M. Woerth en marge des journées parlementaires UMP à Antibes.

Critiquant "une sorte de jeu de chasse et de la souris (...) ridicule" entre la presse et les membres du gouvernement pour savoir qui dira "le mot qu’il ne faut pas dire" (récession), M. Woerth a estimé que "ce qui est important, c’est qu’est-ce qu’on fait" car "on ne peut pas se satisfaire de 1% de croissance" ... / ... Source Le Point

Alors, c’est quoi la récession ?

Définition du terme récession par le site Web "L’or et l’argent" (Pièces d’or et investissement de crise)

Résumer la récession à la règle des deux trimestres consécutifs de chute du PIB est une vision pratique mais très limitée car les chiffres du PIB peuvent être trompeurs, ils sont sujets à d’importantes corrections. Selon le magazine The Economist il serait plus logique de définir une récession comme une période au cours de laquelle la croissance est nettement inférieure à son potentiel. Cependant les taux de croissance po­tentielle sont extrêmement difficiles à mesurer et les révisions des chiffres du PIB posent toujours un problème. L’une des solutions serait de faire bien plus attention au chômage, dont les chiffres, quoique imparfaits, ne sont généralement pas sujets à révision. Une hausse du chômage indique de manière fiable que la croissance est passée au-dessous de son potentiel. Mieux, elle correspond à la définition de la récession utilisée par le citoyen lambda. Quand votre voisin vient à perdre son emploi, c’est un ralentissement économique ; quand vous perdez le vôtre, c’est une récession. Mais, quand un économiste se retrouve au chômage, cela devient une dépression.

Voyez-vous, cette définition semble plus claire et balaye la "définition" du bon Monsieur Woerth.

Alors, à gauche, me direz-vous, ils ont probablement des gens qui ont une vision différente et surtout des arguments pour contrer cette gouvernance catastrophique ?

On semble en parler sur le sur le site d’Europe1

"DSK attend que son parti se recentre. Ses arguments sociaux-démocrates ont trouvé un écho dans la nouvelle déclaration de principes du PS. Le député parisien Jean-Marie Le Guen souligne "le coefficient de pénétration de ses idées s’est accru, il est presque devenu consensuel au PS."

Fort bien, mais au fait, Au fait, savez-vous qui en février 2008 écrivait :

"De l’avis des administrateurs, les réformes du marché du travail doivent être au cœur de toute stratégie visant à rehausser la croissance, réduire le chômage et améliorer le pouvoir d’achat des ménages français. Ils observent que le gouvernement a déjà pris des mesures pour atténuer le caractère très restrictif de la réglementation du travail, notamment en assouplissant les dispositions des 35 heures et en encourageant l’accord conclu par les partenaires sociaux visant à rationaliser les contrats d’emploi et à accroître la flexibilité du travail. Les administrateurs saluent aussi les mesures améliorant le fonctionnement des services publiques de l’emploi. Ils insistent sur la nécessité de poursuivre les réformes, notamment pour réduire la compression de l’échelle des bas salaires en évitant à l’avenir les coups de pouce au salaire minimum, en assouplissant encore les dispositions sur le temps de travail et en prenant des mesures plus fondamentales pour améliorer la flexibilité des contrats à durée indéterminée ... / ...

Les administrateurs estiment que les réformes du marché des biens et des services offrent de vraies possibilités d’accroitre sensiblement la production et d’augmenter le bien-être des consommateurs. Ils se félicitent des mesures visant à libéraliser le commerce de détail, qui devraient avoir un effet positif sur l’inflation, ainsi que du projet d’instituer une autorité de la concurrence unique. Plus généralement, il conviendrait d’exploiter pleinement les possibilités de libéralisation offerte par la Directive de l’UE sur les services. ... /...

Les turbulences sur les marchés financiers mondiaux n’ont à ce jour eu qu’un impact limité sur l’économie réelle, et les performances du secteur bancaire restent solides... / ...

L’exposition des banques françaises au marché américain des prêts hypothécaires à risque semble relativement limitée Ils recommandent que les autorités procèdent à la modernisation du marché financier français en rompant avec son passé de marché administré, comme le recommande aussi le récent rapport Camdessus sur l’épargne administrée. Un secteur financier plus efficient contribuerait grandement au renforcement de la croissance économique"

Réponse : Les administrateurs du FMI dont le patron un certain "DSK" n’a certainement pas eu le temps ... d’en prendre connaissance. Le FMI conclut les consultations de 2007 au titre de l’article IV avec la France - Note d’information au public (NIP) n°08/23 (F) - le 20 février 2008

En français, ça s’appelle blanc bonnet et bonnet blanc, Monsieur Le Guen. Et, nous ne sommes pas certain que les Français aient cette vision de l’alternance économique.

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • wangpi wangpi 4 octobre 2008 12:43

    croissance négative, pouvoir d’achat... novlangue des petits dictateurs d’aujourd’hui pour dire faillite et fric.
    lire donc, président du fric, et faillite du système.


    • ZEN ZEN 4 octobre 2008 12:53

      Oui, la rhétorique de la crise est révélatrice...
      Bataille de mots au sommet.
      S’agit-il d’une "croissance molle", "ralentie", "nulle" ou "négative ?
      Pourquoi ces précautions oratoires ? Pourquoi le mot "récession" est-il si redouté ? Plus qu’un embarras , une crainte de l’opinion, une dénégation, un voile jeté sur une réalité qu’on n’a pas voulu voir venir ?
      Pensée magique qui veut conjurer la peur ? Certains pourtant n’hésitent pas à parler de "gouffre" (Fillon) ; pour provoquer peut être un effet de sidération dans l’opinion par un excès de dramatisation
      Effet d’une réalité encore mal cernée ou panique réelle devant un imprévu (?) redouté par ses effets économiques et politiques prévisibles ?

      Récession : Sarkozy a promis "la vérité"... pas ses ministres :


      • sisyphe sisyphe 4 octobre 2008 13:12

        DSK ou pas DSK, le FMI est un des outils, depuis qu’il existe, avec la Banque Mondiale, l’OMC, de l’ultra libéralisation totale du monde, au dètriment des salaires, des conditions de travail, des services sociaux, avec les dégats que l’on a pu constater, partout où ils se sont chargés d’intervenir, de prêter de l’argent aux pays, en exigeant un assouplissement des conditions de travail, au bénéfice du secteur privé. 

        Le FMI est un des bras armés de l’aggravation des inégalités, de la paupérisation d’une énorme partie de la population mondiale, de la privatisation du vivant, des économies entièrement livrées aux puissances financières, des émeutes de la faim , (par la destruction commandée de toutes les cultures vivrières), de la crise financière actuelle. 

        Que DSK , ait accepté d’en prendre la tête (sachant que la politique menée par le FMI resterait la même), montre à quel point celui-ci est un "socialiste" . smiley

        On est d’ailleurs assourdi par le silence du FMI depuis le début de la crise ; en principe, n’aurait-ce pas été à lui, et à la Banque mondiale, d’intervenir ? 

        On lira, avec intérêt, cet article de Jean Ziegler, sur les "Réfugiés de la faim"

        Et on finira par cette conclusion de Serge Halimi dans son article :

        Et que fait alors le FMI, doté, selon son directeur général, de « la meilleure équipe d’économistes qui soit au monde »  ? Il explique : « Une des manières de résoudre les questions de famine, c’est d’augmenter le commerce international. »

        Le poète Léo Ferré écrivit un jour :
        « Pour que le désespoir même se vende, il ne reste qu’à en trouver la formule. »
        Il semblerait qu’on l’ait trouvée.


        • antitall antitall 4 octobre 2008 14:56

          LA VIDÉO À VOIR ABSOLUMENT,LA PREUVE DE L’ARNAQUE FINANCIÈRE ET LES ARMES POUR ANÉANTIR L’ESCROQUERIE MACHIAVÉLIQUE................
          http://video.google.fr/videosearch?q=L%27Argent+Dette+de+Paul+Grignon&hl=fr&emb=0&aq=-1&oq=#


          • Forest Ent Forest Ent 4 octobre 2008 14:57

            Il me semble me souvenir avoir fait un résumé des positions débiles du FMI là :

            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=34406

            _


            • chmoll chmoll 5 octobre 2008 10:19

              franch’ment eric,toi l’sarko et lagarde alias miss la ramasse ,v’la l’nouveau (recession technique)

              coutez bande d’andouilles ,t avec les 2 autres farfelus a croire qu’ça vas dans s’pays

              alors qu ’c l’bordel,soit toi et t potes tu rend les clefs,soit faire un bilan médical

              perso j’vous prendrais par la peau du cul et hop sur l’trottoir et a coup d’pompes
              dans l’cul


              • creditgirl creditgirl 16 octobre 2008 18:29

                Il est plus que certain que la récession qui vient d’être quasiment officialisée en France sera à la fois courte et limitée.

                Il convient d’agir sur tous les leviers qui permettront de la cantonner à 0,2%, voire moins sur l’ensemble de l’année 2008, et, surtout, de retrouver une croissance d’au moins 1% en 2009.

                Qui a dit que c’était impossible ?

                L’inflation dégonfle avec les prix des matières premières et les premiers effets de la récession car la peur rend plus raisonnable !

                La bulle de l’immobilier va se dégonfler tandis que les taux d’intérêts vont baisser.

                Des réformes impossibles hier vont passer et nous libérer de vieux carcans qui brident nos entreprises, notamment à l’export.

                Les ménages français sont moins endettés que la plupart de leurs voisins de la zône euro et que les anglo-saxons.

                Il faut utiliser cette marge pour doper la consommation en attendant des améliorations du pouvoir d’achat car chacun sait que c’est elle qui tire la croissance.

                Le risque d’accroître le surendettement est minime par rapport aux dégats d’une récession, notamment sur l’emploi et le moral des français ; et on peut le traiter.

                A ce propos, il faut développer encore davantage le rachat de crédits qui redonne du pouvoir d’achat aux emprunteurs en rééquilibrant durablement leur budget, réduisant ainsi les risques de défaillance en augmentation et de surendettement.

                Françoise FONDADOUZE
                Gérante RAINBOW FINANCE


                • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 16 octobre 2008 18:41

                  @ Creditgirl

                  Sur votre site Web il est écrit : "Aujourd’hui, les opérateurs en rachat de crédit sont légion sur la toile. Vous ne savez à quel site vous vouer !"

                  Dans les mentions légales : "La société RAINBOW FINANCE exerce l’activité exclusive d’intermédiaire en opérations de banque ( IOB ) régie par les articles L.519-1 & suivants du Code Monétaire et Financier"

                  Je tiens à vous remercier pour votre humour involontaire qui nous aura apporté un bon moment de détente au moment où le FMI vient d’annoncer 1 400 milliards de pertes déclarées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès