Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Réflexions autour de la monnaie unique et de la gouvernance (...)

Réflexions autour de la monnaie unique et de la gouvernance mondiale

Face aux difficultés, certains cherchent le salut dans le retour aux frontières. Chaque pays, chaque organisation tente, dans le désordre le plus parfait, à éviter les pièges que l’économie et la nature nous imposent. Malheureusement, dans un marché devenu global, les problèmes sont mondiaux et les solutions ne pourront émerger qu’à ce niveau.

La fin possible - pas encore probable, mais possible - de l'euro fait ressurgir le spectre d’un retour aux monnaies nationales.

Certes, les entreprises devraient enregistrer des pertes, ou des profits, selon la localisation de leurs actifs. Les particuliers devraient réallouer leurs biens dans un pays à monnaie forte. Il faudrait aussi changer de devise à chaque passage de frontières, toutes choses que l'on croyait disparues en Europe. Ennuyeux et coûteux sans doute, mais pas un drame.

Pas plus d'ailleurs que ne serait un drame l'absence de remboursement des 40.000 milliards de dettes souveraines à l'échelle mondiale. Il y aurait certes, quelques ruines retentissantes. Le plus inquiétant, au moins à court terme, concernerait le risque systémique car les banques très engagées disparaîtraient et le financement de l'économie ne serait plus assuré. L'effet domino des défaillances bancaires accélèrerait l'effondrement de l'économie et donc des bourses. Nous n’échapperions alors sans doute pas à une longue et forte dépression. Qui s'en rappellera dans 1000 ans ?

Tout ne serait pas négatif pour autant.

Tout d’abord, si les Etats - hypothèse d’école - devaient rembourser leurs dettes, la quantité de monnaie actuellement cantonnée retournant au marché, déclencherait un incendie inflationniste dont nous aurions toutes les difficultés à nous extraire. L’irrécouvrabilité des créances souveraines en supprimant beaucoup de monnaie ferait donc disparaître ce risque inflationniste.

Secondo, si les banques centrales redevenues nationales retrouvaient la liberté de créer de la monnaie, elles pourraient couvrir les dettes souveraines. Mais ne nous faisons aucune illusion. Même avec des monnaies nationales, les déficits primaires (avant paiement de la dette) demeureraient et surtout, cela ne préparerait en aucun cas les Etats à une baisse de leur PIB et à une baisse encore plus rapide de leurs recettes fiscales. La monnaie disparue serait ainsi assez rapidement recréée avec les monnaies nationales et redeviendrait irrécouvrable. Nous subirions alors une double peine ; Et la ruine des créanciers et l’inflation.

Tertio, le monde retrouverait malgré tout un certain équilibre. Face à un dollar américain émis en toute liberté et à un contrôle des changes chinois qui permet une sous-évaluation structurelle du renminbi, les banques centrales se retrouveraient toutes à égalité.

Car aujourd'hui - et c'est bien l'un des soucis majeurs - les banques centrales ne se battent pas à armes égales. Comment peut-on faire cohabiter des monnaies dont les banques centrales ont des objectifs différents ? Avec un euro fort et le reste des monnaies dévaluées, l'Europe mourrait en bonne santé. Ce n'est évidemment pas acceptable. Il n'y a malheureusement pas de solution à ce problème. Car si la BCE a raison de vouloir contrôler ses émissions monétaires pour éviter de basculer dans une inflation européenne puis mondiale, et si les autres banques centrales n'ont comme seul objectif que de disposer d'une monnaie plus faible pour relancer leur économie, alors le jeu n'est pas équilibré.

Les autres pays condamnent donc l’Europe au choix suivant : Soit les suivre dans le petit jeu de l'émission monétaire illimitée et sombrer dans l'inflation mondiale, soit rester ferme sur nos principes mais mourir économiquement en bonne santé monétaire. Mais avec un dollar qui représente la moitié de la masse monétaire mondiale, même en restant ferme, l’Europe a toutes les chances de bénéficier à la fois et de l'inflation mondiale et de la mort économique.

Certains disent qu’il aurait fallu réaliser l’union économique en même temps que l’union monétaire et qu’il faudrait exercer un contrôle des budgets souverains par l'UE. Ils ont raison et il n’est pas trop tard pour le faire, mais tout cela n'y changera rien.

La seule solution raisonnable devrait conduire les dirigeants à changer de paradigme monétaire et adopter une monnaie unique, c’est-à-dire mondiale, seule solution crédible à terme. A défaut, il serait possible a minima de se doter d’une Banque Centrale Mondiale coordonnant la politique monétaire de l’ensemble des pays. Toute monnaie doit épouser son marché lequel est aujourd'hui mondial. Voilà pourquoi la fin de l'euro ne serait pas une fin en soi mais seulement une péripétie à l'échelle de la (future) monnaie unique planétaire, la seule que l'on utilisera dans 100, ou 10000 ans. 

La gouvernance mondiale, un choix incontournable

Il existe une relation fondamentale entre ces évènements et l’échec de Durban en 2011 sur le climat : L’incapacité des pays à s’entendre sur des sujets transnationaux et donc supranationaux c’est-à-dire qui s’imposent aux Etats. Cette situation démontre plus que jamais la nécessité d’une gouvernance mondiale. Car quelle est la légitimité d’un pays manipulant sa monnaie si la seule conséquence est d’enfoncer économiquement les autres ? Quelle est la légitimité d’un pays qui, refusant d’appliquer des règles contraignantes sur le climat impose aux autres les dérèglements climatiques, tout en s’affranchissant des coûts de production correspondants ? La légitimité des Etats s’arrête lorsque les décisions des uns affectent le fonctionnement des autres. Les problèmes d’aujourd’hui sont de nature mondiale qu’ils soient monétaires ou autre et aucun G20, G30 ni même G184 ne permettra d’avancer car les pays auront toujours un avantage particulier à défendre. 

La raison essentielle – sinon unique – de l’incapacité à définir des règles mondiales vient du niveau de représentation des élus nationaux. Ils sont élus pour défendre les intérêts d’un pays ce qui s’avère évidemment totalement inadapté lorsqu’il s’agit de définir des règles globales. Les gouvernements ne pouvant pas s’entendre car ce n’est pas leur mandat, il faut changer d’approche et confier directement aux peuples, tous les peuples, les choix de société du monde de demain en organisant un référendum mondial. Le temps n’est plus à l’indignation, encore moins à la résignation, mais au contraire à l’action.

L’ONU aurait pu, aurait dû, jouer ce rôle. Mais manipulée par les Etats qui la financent, l’ONU apparaît incapable d’initiative globale. Cette organisation ne s’imposera donc pas en tant qu’organe de gouvernance du monde. Avec ses 5 milliards de dollars de budget par an, l’ONU n’aurait de toute manière pas les moyens de ses ambitions.

Trop de sujets relèvent aujourd’hui d’une responsabilité supranationale pour en laisser la régulation à une communauté limitée d’Etats. Citons en quelques-uns : la (dé)pollution de l’espace, la gestion des adresses IP (Internet), la concurrence fiscale déloyale des petits Etats, la supervision budgétaire de tous les Etats, l’attribution des fréquences de télécommunication spatiale, la régulation financière, certains projets scientifiques tels que (parmi beaucoup d’autres) la recherche sur les maladies orphelines. Mais il faut surtout d’urgence rééquilibrer les monnaies, en particulier celle des pays pauvres. D’ici 10 ans, les pays riches n’auront plus les moyens de soutenir les pays pauvres et il est peu probable que la Chine dont la culture n’a pas une vocation universaliste s’y substitue. La monnaie mondiale unique constitue une opportunité exceptionnelle de réévaluer les monnaies des pays pauvres en fixant un taux de change différent du marché. Il faudra bien sûr encadrer cette mesure pour éviter que cette réévaluation ne profite aux spéculateurs professionnels. Une telle mesure permettrait un rééquilibrage immédiat de la répartition de la valeur ajoutée mondiale et offrirait aux pays les plus démunis un accès aux soins, à l’alimentation, donc à l’éducation et donc au contrôle de la démographie et in fine des migrations. 

Non seulement les sujets sont mondiaux mais ils sont parfois très liés. Les questions climatiques par exemple devraient être traitées en même temps que les questions démographiques. Avec 10 milliards d’habitants, le C02 engagé c’est-à-dire qui sera produit par la seule respiration des individus au cours de leur existence, atteindra 350 Gt soit 10 fois les émissions industrielles totales annuelles. Qui pilote ?

Les réglementations imposées à l’économie sont perçues par beaucoup, y compris les chefs d’entreprise, comme des sources de coûts et donc de handicap dans la compétition internationale. Mais ce raisonnement ne peut être maintenu dès lors que l’on impose à tous les mêmes règles. Des règles contraignantes imposées à toute l’économie permettraient au contraire de baisser le niveau des prélèvements (recyclage), et de diminuer les pollutions (internalisation des coûts de dépollution). Ces contraintes offriraient à tous les pays plusieurs décennies de productivité négative et des dizaines de millions d’emplois. Les populations deviendraient plus pauvres mais disposeraient de davantage d’emplois. Ceci constitue un argument puissant en faveur d’une régulation mondiale de l’économie.

C’est pourquoi, nous, citoyens du système Terre, devons nous doter d’un Comité des Règles composé d’experts, qui sera adossé à un gouvernement, une assemblée mondiale ainsi qu’un Sénat des Nations élu au suffrage universel dans chaque Etat. Ce comité définira les grands principes de préservation des ressources incluant la biosphère, les matières premières, l’eau et l’air. Il en planifiera le déploiement. Aucun pays ou groupe de pays n’accepterait d’être commandé et dirigé par un autre. En revanche, si ces règles sont celles de la nature, leur légitimité ne pourra pas être contestée. Il n’y aura pas de territoire à conquérir, pas de culture ni de religion dominante ou à imposer, seulement des règles à respecter. Et ces règles seront simples. Le financement de ce Comité et des structures de gouvernance, sera assuré par une taxe carbone mondiale qui, à 12 euros la tonne, rapportera 500 milliards de dollars par an. Un budget suffisant pour amorcer la mise en place d’un gouvernement mondial.

Bruno Mortier


- Autres articles publiés sur « lesechos.fr » :

« Quand le système monétaire s’effondrera… » (Mars 2011)

 « Les dettes souveraines ont-elles une origine monétaire ? » (Nov. 2010)


Moyenne des avis sur cet article :  1.52/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 23 janvier 2012 11:05

    La « construction européenne » telle qu’elle fut menée a abouti à un redoutable dumping social et fiscal. Il faut aussi rappeler les directives de la Commission européenne contre les services publics et les acquis ouvriers. Le constat s’impose  : la «  construction de l’UE  », depuis 35 ans, s’intègre étroitement au déploiement de la mondialisation néolibérale et aux reculs sociaux qui l’ont rythmée. Chaque élément de cette construction l’a été en fonction des exigences capitalistes et de rien d’autre. On ne peut croire au mirage d’une UE «  démocratisée  », «  plus sociale  »....
    http://2ccr.unblog.fr/2012/01/04/sortir-de-l%E2%80%99euro-ou-du-capitalisme%E2%80%89/


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 23 janvier 2012 12:50

      Bonjour Bruno, article clé qui cherche son fil serrure.

      « Il existe une relation fondamentale entre ces évènements et l’échec de Durban en 2011 sur le climat  » en effet, le climat est la règle à laquelle tous doivent se soumettre dans le bien de chacun. L’amour de soi même engendre l’amour pour tous. Le respect de règles communes s’impose et peut passer par une monnaie unique, mais seulement indexée sur les matières première du sol de chacun. Dans ces conditions, un échange entre l’eau, denrée rare pour les uns et le soleil, excessives pour d’autres ne peut s’exercer sans flux d’abord matériels, l’indexer sur la paix et la guerre démontre le contraire.

      « s’affranchissant des coûts de production correspondants ? » c’est la monnaie, conçue dans le pays le plus riche qui régit la valeur du travail, alors que celle ci devrait être immuable où que ce soit. Tout le monde devrait être d’accord là dessus" Avec ses 5 milliards de dollars de budget par an, l’ONU n’aurait de toute manière pas les moyens de ses ambitions. " L’ONU est une sorte de syndicat mondial, Son rôle devrait être bénévole là où l’argent sale corrompt. Nous, les 99 % de bénévoles contributeurs à la paix mondiale pourrions être reconnus pour participation active et utile au bien commun. Nous, qui finançons par abonnement mensuel au net et offrons généreusement nos recettes de paix, devons en échange être graciés et pas déclarés vains-cœurs.

       


      • Aldous Aldous 23 janvier 2012 16:41

        Attention Lisa, Bruno est le représentant de nous-citoyens-du-système-Terre...

        Fait preuve d’un peu d’humilité.

        Comment peut-tu prétendre oser critiquer le fil de Sa Pensée, lui qui est Nous-Tous ?

        Toi, une simple unité. Si infime, si négligeable.

        Rampe vite dans ton trou avant qu’Il ne se courrouce !

         


      • Bruno92 24 janvier 2012 07:01

        Bonjour Lisa,


        Merci pour ce commentaire. Vos remarques sur le lien matières premières sont effectivement très pertinentes et j’avais abouti à la même conclusion. Ce sujet est toutefois très vaste et nécessite des développements qui dépassent largement le cadre de cet article car il remet en cause le système de propriété actuel.

        En revanche, je ne suis pas arrivé aussi loin que vous dans la réflexion que la finalité économique était la paix et l’amour de son prochain, même si cette conclusion est aussi celle de Jacques Attali dans son dernier livre « Demain qui dirigera le monde ? »

        Je vous propose de poursuivre la discussion sur b.mortier2@gmail.com

        Cordialement,



      • Bruno92 24 janvier 2012 07:09

        Erratum (Réponse au message de Lisa)


        Il fallait lire :

        Vos remarques sur le lien matières premières - monnaie sont effectivement très pertinentes et j’avais abouti à la même conclusion.  

      • niarami 23 janvier 2012 13:02

        Non... non... non...

        Par intuition, quand on voit l’usage que font les gouvernants de leur pouvoir national ou international, imaginons les catastrophes qu’ils nous pondraient en ayant un pouvoir mondial ! Le pouvoir absolu corrompt absolument.

        A l’inverse, dirigeons nous vite vers les monnaies complémentaires. Voici un ancien haut-fonctionnaire de la banque centrale de Belgique, auteur de nombreux ouvrages sur la monnaie qui nous l’explique dans une conférence passionnante : http://www.dailymotion.com/video/xjgmzj_bernard-lietaer-au-labo-colibris-1-2_news


        • non667 23 janvier 2012 13:55

          mondialisme = orwell =anti nature = anti durban

          MAINTENANT LA SOLUTION DU PEUPLE

          les pays développés régulent naturellement leur population pour assurer à leurs descendances, le même confort de vie .

          si des populations de pays surpeuplés par rapport à leur capacité de nourriture (+ eau ) viennent dans les pays développés cela réduit à néant l’effort de ceux-ci

          et a la longue on en arrive à une substitution de population !

          la logique naturelle (des millions d’années de sélection naturelle ont fait survivre les « bruns » dans les pays chauds ! ) voudrait que chaque population reste sur son sol et adapte son nombre,SA POLITIQUE  a la capacité de nourriture de son sol (+eau +pollution )

          CE QUE FAISAIT LA NATURE AVANT QUE LE PROGRES TECHNIQUE MÉDICAL ET IDEOLOGIQUE  (mondialisme )NE VIENNE SEMER LA M......


          • Bernard Pinon Bernard Pinon 23 janvier 2012 14:13

            Ceux qui contrôlent la monnaie d’un pays contrôle le pays.

            Ceux qui contrôleront une monnaie mondiale contrôleront le monde.
            Non merci...

            • Aldous Aldous 23 janvier 2012 16:34

              Non merci...

              Je doute que la politesse suffise pour les en dissuader.


            • Aldous Aldous 23 janvier 2012 16:26

              Ah ! La petite ritournelle de « Il n’y a pas d’autre solution que la gouvernance mondiale ».

              « Il n’y a pas d’autre solution que la monnaie mondiale »

              Oui mais... problème : la démocratie est locale.

              Comment convaincre 7 milliards de naïfs qu’une tyrannie globale est tout de même la démocratie ?

              Mais avec un référendum global bien sûr !

              J’imagine d’ici la tartufferie : tous les citoyens appelés à voter sur une question vachement bien pensée par des dieux de la com’ pour que tous les abrutis de la terre puissent trouver le bouton « oui » sans trop hésiter.

              Bouton car évidemment ça sera un vote électronique.

              Avec en mondiovision les Papous qui font la queue, étuis pénien au vent, devant les bornes mobiles que le Gouvernement Mondial Unique à dépêché au fin fond de la forêt primaire pour qu’aucun citoyen de la terre ne soit laissé pour compte.

              Une vote électronique qui se pliera de bonne grâce aux résultats (invérifiables vu le foutoir que ça sera) qu’on établira à l’avance, histoire de ne pas avoir à faire comme pour le référendum sur la constitution européenne.

              Ce jour là, les c... voleront haut dans le ciel et il y aura 7 milliards de chefs d’escadrille !


              • Aldous Aldous 23 janvier 2012 16:31

                « Un budget suffisant pour amorcer la mise en place d’un gouvernement mondial. »

                Prévenez vos amis qui s’y voient déjà d’augmenter d’ors et déjà le budget antiterroriste, je serais pas le seul à vouloir dynamiter cette horreur.


                • S.antonio 23 janvier 2012 16:35

                  une petite traduction de Gary Aleen dans Rockefeller files


                  • S.antonio 23 janvier 2012 16:40

                    « Nouvel Ordre Mondial ».

                     

                    L’expression est aussi vieux que le schéma diabolique d’une société secrète du XVIIIe siècle appelée les Illuminati, pour -a novus ordo Seclorum-en fait, « nouvel ordre mondial" est simplement une traduction du but avoué des Illuminati. (Voir UN DOLLAR BILL États-Unis)

                     

                    En 1945, les Rockefeller étaient prêts. Grandson Nelson a été l’un des 74 membres du CFR  à la réunion de fondation de l’Organisation des Nations Unies à San Francisco.

                    Plus tard, Nelson et ses frères fait don du terrain pour le complexe des Nations Unies le long de l’East River à New York, peut-être parce qu’ils ne voulaient pas que le nouveau siège de leur gouvernement mondial soit plus loin qu’une course en taxi de leurs penthouses.

                     

                    Un tel « nouvel ordre mondial" signifie un régime international qui contrôle les armées du monde, les armes du monde, ses tribunaux, ses collecteurs d’impôts, ses écoles, ses gouvernements et tout le reste.

                    Dans les chapitres suivants, nous verrons exactement comment les Rockefeller ont l’intention de nourrir leur structure embryonnaire jusqu’à ce qu’il dispose de tous ces pouvoirs, et plus encore. Pour l’instant, notre parole que le « Nouvel Ordre Mondial », que ces affairistes internationaux ont à l’esprit ne serait pas une république, liés par les chaînes d’une constitution (comme l’a formulé Jefferson), en travaillant à accroître la liberté pour nous tous, où les droits de chaque citoyen sont protégés d’un tyrannique Big Brother.

                     

                    Le « Nouvel Ordre Mondial" des Rockefeller est sa planification sera une dictature mondiale. Les conservateurs vont l’appeler socialisme ou le communisme, les libéraux l’appelleront le fascisme. L’étiquette fait peu de différence, il sera l’Archipel du Goulag à l’échelle mondiale.

                     

                     


                    • Aldous Aldous 23 janvier 2012 16:43

                      Moi aussi je suis resté sans voix devant tant de suffisance.


                    • Aldous Aldous 23 janvier 2012 16:54

                      la (future) monnaie unique planétaire, la seule que l’on utilisera dans 100, ou 10000 ans.

                      Enfoncé le Reich de 1000 ans !

                      10000 ans dans ta face Adolf !

                      T’étais vraiment qu’un petit joueur à coté de ceux là !
                       
                      délire mégalomaniaque à raprocher aux envolée mystique de Michio Kaku autre globaliste illuminé (dans tous les sens du terme)

                      http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/2011/08/michio-kaku-si-des-extraterrestres-nous.html


                      • Aldous Aldous 23 janvier 2012 17:50

                        Oups mes envolées orthographiques par contre ne volent pas bien haut.

                        Je disais donc :

                        Délire mégalomaniaque à rapprocher des envolées mystiques de Michio Kaku autre globaliste illuminé (dans tous les sens du terme).


                      • Bruno92 24 janvier 2012 07:05

                        Erratum


                        Il fallait lire :

                        Vos remarques sur le lien matières premières - monnaie sont effectivement très pertinentes et j’avais abouti à la même conclusion.  

                        • Anonymous Republic Punisher Anonymous Republic Punisher 27 janvier 2012 03:13

                          La gouvernance mondiale on en veut pas, et une monnaie unique enlève aux Etats un instrument de politique économique : la politique monétaire ; et donne un pouvoir imperial aux financiers !!! C’est à tout mondialiser que localament plus personne ne prend de responsabilité et il faut que celà cesse !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Bruno92


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès