Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Réforme de la finance : l’Europe encore plus conservatrice que les (...)

Réforme de la finance : l’Europe encore plus conservatrice que les USA !

Fait trop souvent ignoré : outre le fait que la grave crise financière de 2008 n’a en aucun cas permis de mener une réforme suffisante du secteur, les pays européens avancent encore moins vite que les Etats-Unis sur le sujet, ce qui est en dit long sur l’incompétence notoire de nos dirigeants.

Une histoire d’effet de levier
 
Ici, c’est un papier de The Economist sur l’évolution des régles bancaires outre-Atlantique qui révèle le pot aux roses. De nombreux économistes ont souligne le rôle joué par l’utilisation de l’effet de levier dans les crises financières. Pour une même somme de capital, les banques prêtent et placent davantage, ce qui augmente mécaniquement les résultats mesurés en fonction de ce capital. Comme les banques privées peuvent créer de l’argent, il leur suffit de parier plus pour gagner plus… L’histoire des crises financières repose souvent sur ce simple mécanisme, rappelée par The Economist dans la même édition, qui n’a été que très partiellement remise en cause par les règles Bâle 3.
 
En effet, les règles Bâle 3 imposent un minimum de couverture de 3% : les banques doivent avoir un capital équivalent à 3% de leur bilan. Déjà, on reste stupéfait par un chiffre aussi bas, qui ne semble pas du tout à la hauteur des leçons du passé. Mais les Etats-Unis ont décidé d’aller plus loin que les règles de Bâle 3, en imposant un ratio de 5%, et même de 6% pour certaines unités. Du coup, les banques étasuniennes vont devoir lever entre 22 et 68 milliards de dollars de plus de capital, somme qualifiable de « faisable  » par The Economist étant donnés leurs profits. Il note que depuis 2008, les banques US ont levé plus de 500 milliards, contre 324 pour les banques européennes, pourtant plus lourdes…
 
L’Europe, pire que les Etats-Unis

Depuis quelques années, les banques étasuniennes s’inquiètent de la concurrence déloyale que leur font les banques européennes, du fait des règles plus légères qui prévalent sur notre continent. On peut tirer trois conclusions de cela. Tout d’abord, ceci en dit long sur le biais néolibéral des dirigeants politiques européens (droite et gauche compris), mais aussi des traités européens, ces cadenas juridiques de papier sur nos démocraties. Ensuite, cela montre à quel point nos dirigeants n’ont tiré aucune leçon de la crise, alors qu’au moins, aux Etats-Unis, un minimum de réflexion a lieu (même s’il ne va pas assez loin évidemment). Enfin cela montre également que les lobbys financiers protègent bien leurs intérêts.

Ils arrivent d’ailleurs à fortement assouplir les nouvelles règles de Bâle 3 en jouant sur les détails qui n’en sont pas et il est fort probable qu’ils parviennent à faire de même aux Etats-Unis, en jouant par exemple sur d’autres variables comme la mesure de l’effet de levier pondéré par le risque. On imagine bien que le risque est mesuré par un modèle interne à chaque banque, leur permettant d’en faire ce qu’elles en veulent. Car il ne faut pas se faire la moindre illusion, si les Etats-Unis font un peu moins mal que l’Europe, on reste dans des propositions totalement insuffisantes au regard de la crise des dernières années, du fait d’une analyse superficielle et biaisée de ses origines et donc une mauvaise direction globale.
 
Malgré tout, il n’est pas inintéressant de noter à quel point l’UE est à la traîne des timides efforts étasuniens car cela montre que le système politique actuel des pays européens est totalement vérolé, dans tous les sens : aucune réflexion véritable et trop grande influence des lobbys financiers.

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Rensk Rensk 26 avril 2014 13:48

    Suis sûr que les deux banques Suisse vont devenir très attractives en bourses...

    19%, mais pas davantage

    Pour toutes les banques, l’exigence minimale en matière de fonds propres s’élèvera à 8%, auxquels s’ajoutera un volant de fonds propres de 2,5% des actifs pondérés en fonction des risques. Un minimum de 7% de fonds propres devra être constitué de fonds propres de base de haute qualité, appelés fonds propres de base « durs » dans l’ordonnance. Il s’agit essentiellement de capital-actions et de réserves.

    Pour rappel, d’ici à fin 2018, UBS et Credit Suisse devront disposer de fonds propres atteignant 19% de leurs actifs pondérés des risques. Ce taux devra se composer au minimum de fonds propres de haute qualité ou « durs » de 10%, pouvant être complétés par une tranche de 9% d’emprunts à conversion obligatoire ou « CoCos ». C’est plus qu’en comparaison internationale : les règles de « Bâle III » exigent une dotation en capitaux propres d’au moins 10,5%, dont 7% de fonds propres dit « durs ».


    • Rensk Rensk 26 avril 2014 13:53

      Au faite, l’argument massue des banques contre cette loi a été :

      Pendant ce temps, l’Union européenne annonce qu’elle n’imposera pas les nouveaux ratios issus des accords de Bâle III avant 2014. Et les Etats-Unis n’ont même pas encore pleinement mis en œuvre les accords précédents (Bâle II) ; il n’y aurait donc aucune raison pour la Suisse de jouer les élèves modèles.


    • Rensk Rensk 26 avril 2014 14:09

      Un autre détail qui est intéressant (pour la Suisse qui est lente dans ses décisions).

      Loi discuté au parlement en 2011, voté en 2012 = entrée en vigueur 01.01.2013


    • Rensk Rensk 27 avril 2014 22:47

      Vu les votes... (ne sais pourquoi en négatif mais cela doit être très « french »)...

      1) peu de gens savent parler de l’argent...
      2) aucune réaction lisible pour le fait de comparer la même chose mais vu sous l’angle d’un autre pays...
      3) tous vous croyez dur comme fer que l’€ est « sur-évalué » vu que vos journaux vous le disent...

      Sachant cela, me reste la question : que feriez-vous avec le même droit de vote que les suisses ont... si vous ne connaissez pas les choses ? Vous voteriez « avec les tripes » ?

      Restez donc avec votre « démocratie » élective et arrêtez de vous plaindre... Parce que je le vaux bien... vu que français... smiley


      • Rensk Rensk 27 avril 2014 23:01

        Autre chose, personne n’a encore remaqué que vous parlez de Bâle II avec vos 3%... (En effet, les règles Bâle 3 imposent un minimum de couverture de 3%)...

        Alors que c’est : Les accords de réglementation bancaire Bâle III ont ignoré le hors bilan à l’origine de la crise des subprimes (Raison des 19% dans notre loi qui ne concerne que les deux banques). Après Bâle II jamais appliqué par les Américains, la réévaluation des seuils prudentiels par les représentants de 27 banques centrales s’est traduit par le fait que « les banques devront avoir 4,5 % au titre du capital de base (core Tier One) auxquels s’ajoute un coussin dit « de conservation » de 2,5 %, soit 7 % au total » (Et pas 3%). Selon la BNP, le seuil de 7 % équivaut à un ratio de 10 % dans l’ancienne définition - à comparer aux 2 % minimum exigibles auparavant. (Bâle II)

        Ceci est traduit dans notre loi = Un minimum de 7% de fonds propres devra être constitué de fonds propres de base de haute qualité, appelés fonds propres de base « durs » dans l’ordonnance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès