Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Régulation financière et opacité bancaire : la politique de (...)

Régulation financière et opacité bancaire : la politique de l’autruche

Qu’on se le dise les Etats européens sont bien décidés à renforcer la régulation du système bancaire en imposant aux banques toute une série de nouvelles contraintes : provisions dynamiques "through the cycle", renforcement des exigences en fonds propres de type tier 1 ou "super tier 1" (qu’on appelle aussi TCE pour "tangible common equity"), encadrement plus strict des activités de marché, etc. C’est tout le sens des mesures avalisées le lundi 6 juillet au sommet de l’Eurogroupe.

En tout cas, telle est la tonalité du message qu’on veut faire passer auprès de l’opinion publique. Celui d’un volontarisme politique à tout crin qui veut remettre dans leur bouteille les mauvais génies de la finance. Tout ira alors pour le mieux dans le meilleur des monde, et la crise financière ne sera plus qu’un mauvais souvenir, qu’on racontera aux enfants le soir au coin du feu, sur le mode I was there. Je l’ai vécue.

Pourtant la réalité est tout autre. En creusant un peu plus en détail, on s’aperçoit que les concessions qui ont été accordées par les gouvernements européens aux banques depuis le début de la crise financière sont incomensurablement plus importantes ques les contraintes marginales entraînées par ce semblant de re-régulation.

Les banques ont obtenu des gouvernements de relaxer les contraintes comptables qui pesaient sur leurs portefeuilles d’actifs toxiques. Par un tour de passe-passe comptable, une bonne partie de ces actifs a ainsi été revalorisée à leur coût historique, à charge pour les banques de lisser dans le temps les pertes considérables enregistrées en valeur de marché sur ces actifs. Dans le même ordre d’idées, les gouvernements européens ont demandé à l’IASB, l’organisme qui gére les normes IFRS appliquées dans l’Union, de revoir sa copie sur la "fair value", suivant en cela son homologue américain, le FASB. L’IASB est en train de s’exécuter, contraint et forcé, et devrait édicter une nouvelle norme cet automne, qui authorisera les banques à utiliser de manière plus extensive des hypothèses internes pour évaluer leurs titres financiers. Plus besoin de faire référence à des indices de marché, on abandonne le mark-to-market en cas de gros stress, au profit du mark-to-model, prélude à toutes les dérives.

Quant au provisionnement dynamique, il a certes des avantages, dans le mesure où il peut exercer une force de rappel - dont il faudra tester l’efficacité réelle - pour contraindre les banques à limiter leurs risques en période haute du cycle économique. Mais il aura surtout pour effet de déconnecter complètement les résultats bancaires des risques réellement encourus, puisqu’il aboutira à un lissage des résultats sur plusieurs années. En espagne, où ce provisionnement a été mis en place à la suite des crises latino-américaines (Mexique, Brésil, Argentine) dans lesquelles les banques ibériques avaient laissé quelques plumes, les provisions n’ont pas empêché la bulle immobilière. Elles en ont juste transféré les risques dans des véhicules de financement spécialisés, moins sujets à ces contraintes.

A moins d’inclure des garde-fous et d’instaurer un "level playing field" suffisamment clair entre grandes et petites banques, l’effet indirect de tous ces changements sera une opacité accrue du système bancaire, et une prime aux grands établissements qualifiés de "too big too fail". En dehors d’un cercle d’initiés, personne ne saura ce qui se passe vraiment dans les comités de direction dirigés par messieurs Baudoin Prot, Frédéric Oudéa, et consors. Ces mesures vont remettre au goût du jour les relations incestueuses entre régulateurs et régulés, avec la complicité passive des gouvernements. Tout se passera dans des salons feutrés entre des gens qui se connaissent et s’apprécient, ayant souvent fait leurs classes dans les mêmes écoles. C’est tout le contraire de la philosophie des normes IFRS, destinées à assurer une plus grande transparence des comptes financiers des entreprises, y compris des banques. C’est également une remise en cause implicite du Pilier III - dit "discipline des marchés - de Bâle II, dont l’objet était d’inciter les banques à une présentation détaillée de leurs risques. Or, si les marchés boursiers peuvent se tromper, ils exercent généralement un pouvoir bénéfique sur les entreprises à long terme, en sanctionnant les erreurs de gestion de leurs dirigeants. En limitant l’information fournie aux marchés, on limite leur pouvoir de sanction, et on compromet l’efficacité globale du système économique. 

Qui sait réellement aujourd’hui ce que les banques ont dans leurs portefeuilles ? Même les gouvernements ont du mal à y voir clair. En empêchant le "grand déballage" par des artifices comptables que peu de gens comprennent, on renforce l’aléa moral et l’opacité du système. En vérité, les législateurs et les régulateurs sont en train de semer, sans s’en rendre compte, les germes des futures crises bancaires.

Au lieu de se focaliser sur des mesures techniques aux effets incertains, qui de surcroît annulent le bénéfice principal des normes prudentielles et comptables actuellement en vigueur - à savoir une plus grande transparence, même au prix d’une volatilité financière accrue -, les gouvernements feraient mieux de revoir l’architecture du système de régulation financière en Europe. Les mesurettes ne sont plus permises. Il est urgent de mettre en place cette supervision financière européenne que tous appellent de leur voeux mais dont personne au fond ne veut. C’est là qu’il faut une véritable volonté politique et un dépassement des égoïsmes nationaux. Mais déjà les intérêts particuliers et les lobbys divers s’agitent et freinent des quatre fers. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’Europe continue de pratiquer la politique de l’autruche. Le réveil n’en sera que plus douloureux.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • ecocool 8 juillet 2009 17:34

    Partager vos pertes, pas vos bénéfices qu’ils disaient.

    Les fichiers d’interdits bancaires devraient aussi comporter le nom de quelques banques, en défaut de paiement, qui auraient bien ete en mal de restituer leurs depots aux particuliers (surtout que le Tresor, les entreprises seraient probablement des creanciers prioritaires).

    Un economiste de renom disait sa surprise devant le fait qu’il etait du ressort des banques d’estimer elles-meme le valeur de leurs « actifs douteux », et que ceux-ci valaient, pour la majorité, ZERO, tout simplement.
    Zero dollar, zero euro, zero yen. Personne n’en veut, personne n’en voudra.
    Ils ne sont pas cotés.

    Les traders continuent a s’amuser et devraient passer une belle annee 2010 !


    • finael finael 8 juillet 2009 17:39

      Merci pour cette analyse.

      Mais je crains fort que ce soient les banques, ou plus exactement les organismes financiers géants qui dictent leur loi aux « politiques » qui, aujourd’hui, n’en sont plus que les marionnettes.

      Si l’on regarde en arrière jusqu’au milieu du XIXème siècle, on peut se rendre compte de l’inexorable montée en puissance de la finance, ainsi que, ce que l’on réalise moins, la « crise » est plutôt l’état normal du système, crise ponctuée de guerres, de catastrophes qui aident à rétablir de semblants d’équilibre, qui ne durent pas.


      • plancherDesVaches 8 juillet 2009 18:26

        Dames zé Messieurs, je ne peux résister... Non, vraiment.

        http://www.latribune.fr/bourse/20090708trib000397328/paris-retombe-sur-les-3.000-points.html
        « La Bourse de Paris a nettement accéléré sa baisse sur fond plongeon des cours du brut. A la clôture, le CAC perd 1,27% à 3.010 points. »... plus un pitrôle en chute libre...
        Là, ça me fait penser à ma chute d’organes à 6 mois qui déclencha... ouais, non, ma vie personnelle ne vous regarde pas.
        Un doute m’habite : peuvent-elles passer en négatif... ?
        (bon : si on a plus le droit de se marrer, Houx vatton ?)

        Et là, tu as un paquet de G8, G5, G13 et G20 qui se cherchent que tu croirais que d’un seul coup, ils se rendent compte qu’on risque de leur demander des comptes.
        Beeenn : y’se font aussi leur descente d’organes.
        http://www.lemonde.fr/international/article/2009/07/08/les-grandes-puissances-en-quete-d-un-mode-de-gouvernance-mondiale_1216493_3210.html
        Et y vont p’têtre devenir aussi couillus que moi, moi... dans l’histoire, je dois vous l’avouer : c’est le tuyau qui compte.


        • plancherDesVaches 8 juillet 2009 18:31

          J’AI TROUVE GUIGNOL !!!!!

          J’AI TROUVE GUIGNOL !!!!!

          http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/07/08/le-fmi-appelle-les-marches-a-ne-pas-devancer-la-reprise-economique_1216826_1101386.html
          « Le Fonds monétaire international a averti les marchés, mercredi 8 juillet, qu’ils s’exposaient à une sérieuse déconvenue s’ils anticipaient de manière excessive la reprise économique, alors que les principales Bourses ont déjà regagné environ 30 % par rapport à leurs plus bas. »

          Hahahahahahahaha


          • ykpaiha ykpaiha 8 juillet 2009 18:36

            Je ne suis ni financier, ni politicard, voila comment je vois comment les choses ont pu (vont) se passer :

            Les milliards déversé sans aucune mesure dans le systeme bancaire,auront une vertu indispensable ;tenir, et encore tenir.

            Pour quoi faire ? ben comme dab : de la mystification.

            Etape 1 on est dans la merde, mais les potes des gouvernement vont nous donner un coup de main.

            Etape 2 c’a marche ! C’est la fete ! On tire encore un peu on verra bien.

            Etape 3 C’a rue un peu dans les brancards ? aie, c’était pas mal pourtant, c’est pas grave, on inclus nos dettes a l’état dans nos avoirs et on refait nos comptes.

            Etape 4 Les gogos ont marché il mettent du pognon dans le tonneau, on va en rajouter une couche avec cet argent on va en rembouser une partie, comme c’a ils se sentiront encore plus appatés.

            Etape5 On a sauvé not cul , p’tain qu’ils sont con en plus ils en redemande, une bonne campagne de propagande la dessus + une réunion mondiale et le tour est joué.

            Questions :

            Combien c’a coute tout c’a ?

            J’sais pas

            Pour combien de temps c’a va durer ?

            J’sais pas

            Si on considere les echanges financier par Jour est de 2000 MM et que seulement 1% est pourri et que le systeme dure depuis 10 ans on est loin du compte non ?

            J’sais pas

            Mais les dettes ne comprennent que les subprimes restent les detes a terme qui vont arriver en Septembre ?

            J’sais pas

            Les valeurs touchées auront un implication sur les répartitions en fin d’année ?

            J’sais pas

            Les déficits crées par cet afflux massif ne va pas dans le sens d’une relance ou d’un investissement productif ?

            J’sais pas et en plus j’m’en fout.

            Quand on en sais si peu, que l’on fait du guidonage au jour le jour on mérite au mieux la corde au pire un brevet d’incompétance.

            Parce que lorsque la note va arriver, vous pensez qu’ils auront plus de réponses ?


            • plancherDesVaches 8 juillet 2009 19:29

              J’m’fous est avec un s. Mais on s’en fout.... :))

              Là où vous allez avoir une certaine déconvenue, est lorsque... et pis merde : on fait simple.

              Là, les financiers savent que ça va être la merde. Ils font ce qu’ils peuvent pour continuer leur merdier afin de tirer les derniers bénéfices avant le boxon général.
              Ils comptent sur les gouvernements pour nationaliser un maximum de pertes et comme ce sont leurs valets, ils vont le faire.
              Le souci est que les politiques (enculés de dirigeants féodés au pouvoir financier) vont avoir un putain de mal à nous expliquer ce merdier généralisé dont ils sont aussi responsables.
              En gros : ça va chier grave.
              Ai-je été suffisament clair afin que vous comprenniez la systémique confiance défaillantiste conjoncturelle... ???
              (ça, c’est du language d’enculé de financier, mais bon : c’est à la mode)


              • herbe herbe 8 juillet 2009 20:45

                amis de la poésie smiley

                ce petit actionnaire a déjà la chiasse !!!

                http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=23177


                • ZEN ZEN 9 juillet 2009 11:49

                  @ Herbe

                  On vous a coupé l’herbe sous le pied...
                  Vidéo effacée...
                  Pourquoi ?


                • herbe herbe 9 juillet 2009 19:11

                  @Zen,

                  On dirait bien qu’ils (? ??) ont tiré la chasse !


                • ZEN ZEN 9 juillet 2009 19:15

                  @ Herbe
                  Pourquoi n’aiment-ils (?) pas la poésie ?


                • herbe herbe 9 juillet 2009 19:26

                  @Zen

                  Bonne question et essentielle vous avez remarqué qu’on ne parle guère de poésie de nos jours.
                  Mais bon « mille milliards de mouches ne peuvent pas se tromper il faut bouffer de la m.... »

                  Sinon j’ai retrouvé un lien de la vidéo qui marche !!! (encore ?!) :

                  http://www.koreus.com/video/actionnaire-carrefour-fraise-chiasse.html


                • Internaute Internaute 9 juillet 2009 08:34

                  Il ne peut pas y avoir de régulation financière tant que la mafia de Wall Street est la même qui dirige la Fed, le Trésor américain et toutes les instances qui sont censées la réguler.

                  Ces Gx sont d’une tristesse sans nom. Il n’y a aucun intérêt à dépenser des millions pour les organiser, le seul résultat étant ces photos holywoodiennes où deux personnes qui se détestent par ailleurs font un large sourire en se serrant la pince devant le pohotographe. Si au moins les présidentes venaient en petite tenue, on aurait une raison pour les regarder.

                  La mesure immédiate à prendre est la dissolution et l’interdiction de commercer pour Goldman-Sach et City-Group. Ne comptez pas là-dessus bien évidemment. GS vient de mettre 20 milliards de côté pour payer les bonus de cette année. Que la fête continue.

                  Cet article ne dit rien du système monétaire qu’il est aussi urgent de réguler que les banques. Les grands déséquilibres viennent du défaut de paiement des USA en 1971 lorsque Nixon a abandonné l’or. Ce qui aurait mis tout autre pays au ban des nations n’a eu que des effets bénéfiques pour les US puisque les autres pays leur ont reconnu le droit de payer leurs importations avec de la fausse monnaie.

                  La monnaie papier est le meilleur moyen de voler les classes populaires avec leur consentement. On s’est habitué à 3% d’inflation par an qui par le mécanisme des intérêts composés enlève rapidement sa valeur à votre épargne ou à travailler 20 ans pour payer sa maison plus du double de son prix. Les gens ont pris une mentalité d’esclaves.

                  Il faut revenir à une monnaie d’échange qui soit une valeur ultime pour payer ses dettes et non pas une dette en soi, qui plus est non remboursable. L’étalon Or redonne le pouvoir au citoyen. Il a le pouvoir de reprendre ses sous et de limiter ainsi les ressources du gouvernement qui l’exploite. La monnaie papier et le crédit enlèvent sa liberté au citoyen.


                  • sheeldon 9 juillet 2009 11:57

                    bonjour

                    bon article

                    http://www.homme-moderne.org/raisonsdagir-editions/catalog/indexr.html&nbsp ; pour ceux qui connaissent pas encore , superbe ce livre .

                    lordon ça change d’attali ;o)

                    cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès