Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Rémunération des patrons : le MEDEF recycle ses codes éthiques, applaudi (...)

Rémunération des patrons : le MEDEF recycle ses codes éthiques, applaudi par la majorité

Mardi 4 novembre, au Sénat, la majorité a refusé d’examiner une proposition de loi sur les rémunérations des dirigeants de société. Raison invoquée : le MEDEF a proposé un code de bonne conduite. Ça devrait suffire... sauf que le MEDEF propose ce genre de "codes éthiques" depuis des lustres. Au mot près... ou presque.

"C’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases"

Curieux, aussi, ce besoin de faire des phrases chez les parlementaires de la majorité, sans jamais les concrétiser par des actes. Résumons. Depuis plusieurs années, tout le monde se plaint des patrons, de leurs rémunérations exorbitantes, de leurs parachutes dorés injustifiés. Sarkozy, Bertrand, Fillon, Lefebvre... n’ont de cesse de crier au scandale. Mais depuis deux ans, rien n’est fait. Et depuis deux ans... les scandales de rémunérations excessives et souvent injustifiées (salaires, parachutes dorés, stock-options ou retraites chapeau) se succèdent à une vitesse vertigineuse.

"Il est interdit d’interdire"

Mardi, l’occasion s’est présentée. Le groupe socialiste du Sénat a présenté une proposition de loi "visant à réformer le statut des dirigeants de sociétés et à encadrer leurs rémunérations". Ce texte proposait notamment :

  • Pour éviter les stock-options gargantuesques... de limiter leur montant au niveau des rémunérations fixes des dirigeants d’entreprise
  • pour éviter les délits d’initiés... de planifier les cessions d’actions et d’options au moment de leur attribution
  • pour plus de transparence... de faire siéger un représentant du personnel dans les conseils d’administration
  • pour plus de justice... d’instituer une procédure de recours collectif en responsabilité des dirigeants de sociétés
  • pour moins d’injustice... de fiscaliser (toutes) les indemnités de départ

Point trop n’en faut

Rien de choquant, donc. Même plutôt en conformité avec les dernières déclarations outrées de Laurence Parisot et de Nicolas Sarkozy. Les Pays-Bas ont d’ailleurs récemment voté une loi similaire. L’Angleterre et l’Allemagne ont aussi légiféré pour contraindre les patrons qui bénéficient de prêts d’Etat à assouplir leurs revendications salariales. Mais en France, la commission des lois du Sénat a donc refusé la discussion, la renvoyant aux calendes grecques, au motif que le MEDEF propose une charte éthique sur le sujet. Charte qui se contente de demander aux patrons de limiter leurs excès, sans aucun objectif chiffré et sans aucun moyen coercitif.

Le hic, c’est que ce genre de "charte" n’est pas une nouveauté, au MEDEF. En 2002, Le "rapport Bouton", du nom de l’ancien PDG de la Société Générale (sic), proposait déjà quelques propositions pour "améliorer encore les pratiques du gouvernement d’entreprise". Mais le meilleur est ce rapport du Comité d’Ethique du MEDEF de mai 2003, intitulé "la rémunération des dirigeants d’entreprise, mandataires sociaux".

Beau comme l’antique

Dès l’introduction, le ton est donné, le MEDEF n’a pas "attendu l’agitation médiatique actuelle [mai 2003]" pour faire ses "recommandations", parmi lesquelles le fait que "la rémunération accordée doit toujours être justifiée et justifiable au regard de critères pertinents". Patrons, tremblez ! Car "la politique des rémunérations doit donc être mesurée, équilibrée, équitable et renforcer la solidarité à l’intérieur de l’entreprise". Le rapport met aussi en garde, de façon prémonitoire peut-être, contre "la possibilité de gains démesurés [qui] amène à perdre le contrôle de la réalité. Quand il y a absence de limite, on échappe à la matérialité. Les scandales récents l’ont encore démontré. L’éthique exige mesure et maîtrise". D’où la nécessité de calibrer les rémunérations sur les résultats, insiste à plusieurs reprises le rapport.

En 2003, le MEDEF avait donc pris la mesure du problème concernant ces rémunérations exorbitantes, et souvent injustifiées. Et depuis 2003 ? Des chartes éthiques, des codes de bonne conduite, des recommandations, qui n’auront donc servi à rien. Comme un code de la route, sans le gendarme pour le faire appliquer. "L’inutilité totale est le degré suprême du luxe" disait Barjavel...

Si "Les mots ont un sens", finalement... on s’en fout ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • vincent p 18 novembre 2008 12:53

    J’aime la boite qui entube les autres,

    CONCEPT moderne difficilement vendable.

    La jouissance et l’asservissement des uns sont réellement reconnu de nos jours comme un véritable moteur pour la performance rapide des Egos dans les entreprises, c’est plus rentable.

    L’association FAUSSE-ETHIC ( Entreprises à Taille plus humaine, paraît-il, indépendantes mais tout aussi semblables aux autres dans les diverses pratiques en cours, merci aux nouvelles lois, à la Justice aussi des puissants de ce monde ) et sa Présidente une autre Sophiste du culte de l’Ego bien arrivé en entreprise l’ont bien compris en créant, en 2003, la Fête des Entreprises, petits fours et compagnie entre gens de bonne fréquentation.

    « J’aime la boîte qui entube les autres ». Depuis 6 ans la conjoncture et les études n’ont cessé de réaffirmer qu’il n’existe pas toujours un lien entre merchandising dans les affaires et respect de l’autre ! Ainsi près de 80 % des salariés français, chaque année, ne disent pas toujours « J’aime la boite qui entube les autres ». Merci le Médef, en serrant aussi bien les fesses !

    Il est bien évident qu’à force de traiter l’homme comme une simple variable d’achat, de réajustement d’acheteur, aussi le dimanche, les valeurs travail, religion, famille, respect de l’homme, etc ne passent plus guère dans les diverses chorales de nos sociétés, à part bien sur pour une petite clique de gens n’étant pas encore touchés les premiers par cela.
     
    Et le septième jour, l’homme moderne vécu encore dans l’illusion qu’il se reposa, qu’il progressa, il prit alors carte bleu, voiture, et fit encore bétement du shopping, pour mieux bêtement encore s’en rassurer, c’est si bon de se conduire partout ainsi dans le monde ?
     
     


    • Olga Olga 18 novembre 2008 23:32

      Oui Philippe, le Medef est une oeuvre de bienfaisance au service des indigents.
      D’ailleurs vous pouvez m’envoyer directement vos dons, que je ferais suivre à la douce Laurence P.
      Merci d’avance.

      Olga Seillière de Laborde


    • Cug Cug 18 novembre 2008 13:52

       Les patrons qui se réguleraient eux même !!!
       C’est une farce pour les bisounours, gogos et autre temps de cerveau dispo.


      • anny paule 18 novembre 2008 16:57

        Ben oui, c’est le Medef qui gouverne, vous ne le saviez pas ? Alors, pouquoi faudrait-il des lois pour "encadrer" les "patrons, puisque ce sont eux qui dictent la LOI ?


        • Fergus fergus 18 novembre 2008 17:43

          Quand on veut enterrer un projet, on crée une commission. De même, quand on veut enterrer une bonne résolution, on crée une charte !


          • Cug Cug 18 novembre 2008 18:00

             Je renvois à la vidéo "Le PDG de Critalec pète les plombs devant Jean-Claude Mailly"

            Sont pas cool les patrons ...


            • furio furio 18 novembre 2008 19:32

              On en oublierait presque de parler des fonds de l’UIMM !!! Scandale honteux qui permettait au MEDEF de financer SON parti politique : l’UMP ! De financer des coups tordus contre le peuple français. He ! ...et tout ça en...espèces !!!!
              Mais comme le peuple français est plus con que ses pieds il a, à 53%, porté au pouvoir l’âme damnée du MEDEF !
              La parisot il faudra se rappeler de son nom comme celui de son mentor le BARON ernest antoine de mes deux le jour de la grande purge.
              A+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès