Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Responsables de la crise ? Sarko et cie

Responsables de la crise ? Sarko et cie

Coupables et responsables.

La crise économique actuelle peut être vue comme une purge, de grande importance certes, mais qui par le simple jeu de la loi des marchés financiers, va assainir provisoirement celui-ci. Les conséquences seront douloureuses, car l’économie mondiale va se ralentir, au détriment des populations. La loi des marchés est dite invisible. Sarko pourra toujours chercher quelques boucs émissaires responsables de la catastrophe, ce ne seront pas seulement ceux qui ont profité du libéralisme financier. Sont coupables et responsables ceux qui ont débloqué la machine infernale de l’ultralibéralisme.

En tant que chef de la majorité, tenant en main les rênes pouvoir, il devrait lui-même faire partie des premiers responsables car, comme tous les libéraux qui nous ont gouvernés, il était parfaitement informé de la situation dénoncée depuis quelques années par la plupart des économistes. Non seulement ils n’ont rien fait pour éviter cette situation, mais ils l’ont préparée en toute connaissance de cause en acceptant le traité de Lisbonne (qui en cela faisait suite au traité de Maastricht) qui a laissé libre cours aux mouvements de capitaux. Il aura beau jeu de dire, que ce sont les Américains, pourtant ses amis, les responsables : ce ne sont pas eux qui ont rédigé l’article 56 renuméroté 63 dans le traité de Lisbonne. Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre IV, Chapitre 4, page 93.

"Les restrictions aux mouvements de capitaux sont interdites entre les Etats membres et entre les Etats membres et les pays tiers."


Mouvements devenus de fait incontrôlables, accentués par l’instantanéité des ordres passés par ordinateurs (affaire Kerviel), qui, techniquement, permet leur accélération au grand plaisir des financiers et des banques déjà attirés par le profit rapide et démultiplié du crédit.

On sait qu’il y a deux styles de spéculations, celle qui consiste pour ceux qui ont de l’argent disponible, à espérer un retour sur investissement, en le plaçant traditionnellement dans le commerce, l’industrie, et toute production de biens qui apportent de la richesse par le travail. L’autre méthode consiste à l’investir dans l’argent lui-même : la Bourse et autres produits financiers. Si l’investissement n’est pas du domaine de la production, dont la propagation est freinée par le rythme du travail, il devient de plus en plus difficile à suivre. D’où la spirale infernale actuelle.

Tant que cet article du traité de Lisbonne ne sera pas abrogé, cette crise du capitalisme ne servira pas de leçon : il y aura un retour inévitable de la spéculation débridée qui lui est inhérente.

Louis Peretz (www.citoyenreferent.fr)


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 26 septembre 2008 11:32

    Pour équilibrer, il faut quand même remarquer que UMP et PS n’ont pas agi différemment sur ce sujet.


    • Aleexaandre 26 septembre 2008 11:37

      Le traité de Lisbonne n’a rien à voir dans tout ça puisqu’il n’a pas été ratifié par les irlandais, donc n’est pas appliqué...


      • HELIOS HELIOS 26 septembre 2008 12:41

        Arretez votre cinema Actias !!! A partir du moment ou un homme politique prends les rennes du pouvoir, surtout apres avoir promis tout ce qu’il a promis, se doit en toute connaissance de cause d’au moins tenter de remedier aux problèmes majeurs, si ce n’est aussi d’aller dans le detail.

        Nicolas Sarkozy a entammé immediatement des mesures deregulatoires en accedant au pouvoir alors qu’il savait tres tres bien que le système et fondamentalement foireux. Que les autres aient fait pareil avant, peu importe on les condamne autant que lui, mais lui, Nicolas Sarkozy, c’est lui qui est en place, plus les autres. c’est donc a lui d’agir... et ce que j’ai entendu du discours de Toulon, c’est qu’il va falloir se serre la ceinture".

        Moi, je repete, pourquoi faudrait il que nous, citoyens nous la serrions et pas justement les banques, les organismes financier etc. Une bonne mesure immediate serait une evaluation des engagements a risque des banques et une apuration du systeme par prelevement de 100% des benefices avant distribution des dividendes. Peut être d’ailleurs que cela aurait un effet fort positif car pour ne pas payer les banques seraient capables de baisser les frais, augmenter les salariés et reinjecter dans l’economie l’argent. Et ne me racontez pas qu’elle partiraient ailleurs surtout, c’est méconnaitre le pouvoir de Bercy qui peut taxer tout exportation de capitaux. Si les banques veulent vendre leur actifs, il y a des acheteurs en France.

        Ce qu’on reproche a Nicolas Sarkozy, et a lui MAINTENANT, ce’st de ne pas agir dans l’interet des citoiyens dans leur globalité, plustot que dans celui des minorités disposant dee l’argent et de tous les moyens economiques. Il ne s’agit pas de TSS ou quelque chose comme ça. on juge le pilote sur ses acte maintenant, pas le passé ! et ce qu’il a dit hier, outre d’être irrealiste, comme punir les responsables (dont il fait fortement partie) est une insulte a ceux qui bossent et qui n’arrivent pas a joindre les deux bouts... comme cette banque qui perd on ne sait reellement combien avec ce trader et qui fait vendre les maisons parce que son client a une dette de 10 000 euros au bout de 15 ans de credit a plus de 13% (reportez vous a l’emission de RTL)

        Sarko n’y etait pour rien, c’est sur et on ne le lui reproche pas, ce qu’on lui reproche, c’est son action maintenant !


      • Gilles Gilles 26 septembre 2008 15:01

        "Nicolas Sarkozy a entammé immediatement des mesures deregulatoires en accedant au pouvoir alors qu’il savait tres tres bien que le système et fondamentalement foireux."

        Ben non, il ne savait pas, ou plutôt, il ne s’est jamais posé la question, comme tout les autres pour qui ce système allait de soit et n’était que le seul possible dans le meilleur des mondes.

        Se voiler les yeux est encore pire que la fourberie


        ce que l’on peut réellement reprocher à sarko, outre le fait qu’il a été comme tant d’autres un pion dans ce jeux là, un pion qui en a largement profité, c’est surtout qu’au moment où la crise de l’immobilier et des subprimes commençaient à sérieusement menacer l’avenir, il est fait voté la TEPA. Comme un soldat "amateur" qui brûle toutes ses cartouches en tirant préventivement sur un ennemi qu’il n’a pas encore vu


      • Gilles Gilles 26 septembre 2008 15:04

        De toute façon les politiques démagogo à la sauce Sarko (et tant d’autres) ne se préocupent que de l’instant qui suit. Ils sont incapables par nature de se projeter plus loin, ni eux, ni leurs pays.

        Comme un élu UMP l’a si bien dit à propos des changements climatiques "les générations futures se démerderont". manque de pot, là il faut régler l’addition plus tôt qu’espéré

        Mais ce n’est pas grave pour eux, à lire ce fil, je vois que certains pensent qu’ils ont le bon capitaine à la barre..... mes pauvres !


      • Peretz Peretz 26 septembre 2008 15:30

        Le traité de Lisbonne s’applique entre les pays qui l’ont ratifié. De toutes les façons, il fait suite au traité de Maastricht qui est appliqué depuis longtemps et qui comporte comme je l’ai noté le même article mais sous le N°56 permettant à tous les signataires de laisser les capitaux circuler librtement quels qu’en soit la destination. Il est vrai que Sarko n’est pas le seul responsable. Mitterrand également, et ceux qui ont suivi en acceptant sans la limiter cette dérégulation sur laquelle on aura du mal à revenir, malgré les bonnes intentions, sauf à considérer que le traité de Lisbonne peut ne pas être totalement suivi...Dans ce cas il tomberait de facto dans la poubelle de la plupart des traités de l’histoire, qui n’ont eu de validité que le temps qui convennait à leurs signataires. Mais ce n’est qu’une opinion.


      • Gilles Gilles 26 septembre 2008 15:43

        Au vu des interrogations internationales sur le système financier, la prise de conscience même parmi les ex-chantres de ce système, on peut se demander ce qu’il adviendra du traité de Lisbonne.

        N’oublions pas qu’ils inclut des clauses trés trés libérales et dérégulatrices (selon ses détracteurs, mais la perception compte plus que la réalité de texte volontairement obscurs) qui risquent fort de se retrouver en porte à faux avec la nouvelle donne économico-financière qui de plus prendra du temps avant de se construire

        Je ne suis même pas sûr que maintenant les irlandais repassent au vote. ça va être dur au politiciens irlandais d’expliquer aux électeurs que ce traité, qu’ils n’ont même pas lu, représente la meilleure chose possible !

        La crise va paut être réussir là où les peuples d’Europe ont échoué. Merci la Crise !!!!! Espérons que nos politiques ne prennent acte et nous sorte un plan C plus buvable, simple et réaliste


      • Napakatbra Napakatbra 26 septembre 2008 12:33

        D’août 2007 à septembre 2008, de la dépénalisation du droit des affaires à la punition des responsables de la crise financière... Sarkozy a parlé, Sarkozy a changé. Les responsables ? Lui même... selon Henri Emmanuelli, ou peut-être aussi son frère, Olivier, Directeur financier de Carlyle ?

        La vidéo : http://www.lesmotsontunsens.com/crise-financiere-sarkozy-a-encore-change-video-discours-toulon


        • Gilles Gilles 26 septembre 2008 15:11

          Oui et son frère Guillaume Sarkozy, ex n°2 du Medef, patron des industries textiles de France qui déclarait voici peu :

          "je suis fier d’être un patron qui délocalise"

          Extrait :
          Expliquant être "pour l’ouverture des marchés avec toutes ses conséquences", le vice président du Médef a précisé que cela devait passer par un accès égal aux marchés nationaux, et par la baisse des hautes barrières douanières érigées par certains pays. Quant aux conséquences sociales de cette ouverture des marchés, "c’est un problème qui doit être traité au niveau de l’Etat", a-t-il estimé. "Il faut une mission de l’Etat pour proposer des choses aux gens", par exemple dans la formation, pour s’"adapter à la situation" de concurrence économique internationale.

          Edifiant non ? Notre Medef, associé à l’Elysée en étaient encore l’an dernier à prôner encore plus de déréglementation, de délocalisation et à la socialisation des pertes.

          Et ces gens sont trés riches, passent leur temps à se plaindre que si on les taxe un peu ils partirons à l’Etranger....Ils n’ont même pas l’honneur de payer un chouia pour éponger leurs conneries prédatrices et égoïstes

          Si aprés ça il y a des gens pour voter pour ceux là, aucune pitié, ce sont de vrais gros veaux bien gras. Qu’ils ne viennent pas chialer ensuite :


        • herve33 26 septembre 2008 15:17

          "Sont coupables et responsables ceux qui ont débloqué la machine infernale de l’ultralibéralisme."

          Absolument d’accord , d’après Noami Klein , tout cela vient d’une idée issu d’un certain de Milton Friedmann issu de l’université de Chicago , qui disait que toute entrave à la libertité des marchés était néfastes à l’économie . Les marchés se réguleraient eux-mêmes . On en voit le résultat aujourd’hui

          Les trois principes pour le capitalisme à la sauce néolibérale , c’est déréglementation , privatisation et démantelement des services publics , qu’il est possible de mettre en place qu’en provoquant des chocs . Exemple : la dictature de pinochet au Chili etc .... 





          • Gilles Gilles 26 septembre 2008 16:06

            Non, les coupables sont ceux qui n’ont pas compris, ou voulu comprendre, les leçons de l’histoire :

            L’auteur du Capital a, selon lui, "mis en valeur, il y a longtemps, la façon dont un capitalisme débridé peut agir à la façon d’un mythe, attribuant réalité, pouvoir et moyens d’action à des choses qui n’ont pas d’existence par elles-mêmes".

            cad tous les anti marxistes................... hi hi hi hi hi


          • fred 27 septembre 2008 11:42

            CETTE CRISE EST UN HOLD-UP DE PLUS !!!
            Avec un max de complices dont certainement votre... président.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès