Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Restauration (baisse de la TVA) : les salariés et les clients attendent les (...)

Restauration (baisse de la TVA) : les salariés et les clients attendent les conséquences positives !

Le 1er juillet dernier, le nouveau taux de TVA dans la restauration a été aligné sur celui de la vente à emporter (porté à 5,5% au lieu de 19,6%). En contrepartie, la profession s’était engagée à « prendre des engagements forts sur les prix et sur l’emploi ».

112.000 restaurants, 24.000 hôtels-cafés-restaurants et 41.000 cafés sont concernés par cette mesure dont il est dit qu’elle était attendue depuis 13 ans par la profession.

Selon le ministre du Budget, Eric Woerth, cette réduction de taxe doit grever les recettes de l’Etat de 2.5 milliards d’euros annuels.

A l’origine de cette revendication patronale, l’UMIH (Union des métiers de l’industrie hôtelière) proclamait la possibilité de création de milliers d’emplois (40 000 emplois confirmés en mars 2009), propos qui s’est vite transformé sous l’effet conjuguée de la crise financière et du pouvoir d’achat en berne par "le maintien des 880 000 emplois du secteur".

Compte tenu de l’intérêt politico-médiatique et concret d’une telle mesure annoncée très positive pour les clients et les salariés du secteur, le gouvernement a redoublé de présence dans sa communication.

Selon le gouvernement, le contrat d’avenir signé le 28 mars 2009, à l’occasion des États généraux de la restauration, officialise les engagements pris par l’État et les organisations professionnelles en faveur des consommateurs, des salariés et de la modernisation du secteur de la restauration.

Le manque d’engagements obligatoires a transformé les effets positifs attendus en voeux pieux. Peu d’établissements ont réellement engagés des baisse de produits (pour l’essentiel, il s’agit de chaine), et quand aux augmentations de salaires et investissements, ils font figure de peau de chagrin.

Côté salaires, et vu la faiblesse de ceux-ci pour les travailleurs les moins qualifiés, une augmentation générale des rémunérations (basses et moyennes) par la négociation collective de branche aurait été logique.

Sur les prix, c’est une colère sourde qui monte côté consommateur avec la nette impression de s’être fait floué et de payer collectivement (par le budget de l’Etat et donc l’impôt) pour augmenter la marge des restaurateurs.

Or, une question qui est sur toutes les lèvres aujourd’hui : est-ce que cette baisse de TVA va avoir le même effet (où plutôt absence d’effets) que le "paquet fiscal" présenté comme un élément dynamique de la nouvelle politique économique dès l’élection du Président de la République ?

C’est aussi cette question qu’à dû se poser le député UMP des Alpes-Maritimes, Éric CIOTTI, qui a demandé au 1er ministre vendredi 14 août, un « moratoire » sur la baisse de la TVA à 5,5 % dans la restauration, jugeant que « la majorité des établissements » n’ont pas respecté leurs engagements, notamment en matière de baisse des prix.

Selon l’indice Insee, les prix n’ont diminué que de 1,3% chez les restaurateurs et de 0,7% dans les cafés au mois de juillet.

Le secrétaire d’État au Commerce, au Tourisme et aux PME a rejeté cette proposition et a rappelé que le « contrat d’avenir » fixe les engagements des restaurateurs se déroule sur deux ans. Ce contrat « ne contient pas uniquement la répercussion de la baisse du taux de TVA, mais aussi des engagements en matière d’emploi, d’apprentissage ou de modernisation ».

La patience semble requise. L’attente ne devra point aboutir à un effet d’annonce confinant à la tromperie.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 août 2009 11:40

    mince alors , va falloir que j’ épluche mes patates moi-même , putain de gouvernement  !


    • Fergus fergus 21 août 2009 13:17

      Bonjour,

      Je voius invite à prendre connaissance de mon récent article sur le sujet. Intitulé « Restauration : des clients dupés ou pris en otages ! »


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 21 août 2009 13:47

        Le « contrat d’avenir », ah ah ah, quel « contrat d’avenir » ? La branche ne s’est engagée à RIEN, juste à de bonnes intentions. J’en veux bien, moi, des contrats comme ça, on me file de fric cash en échange de promesses de penser à regarder si jamais on pourrait peut-être (si la conjoncture le permet)... Et pas n’importe quoi : si on ne change pas les tarifs de la carte, ça fait pas loin de 15% de marge brute en plus. Et en plus, c’est du fric qu’on prend chez les contribuables (moyens, évidemment), qui sont justement ceux qui paient déjà 15 € leurs steack frites taillé dans la semelle.

        Qu’on ne vienne pas me dire qu’on ne pouvait pas prévoir qu’ils se foutraient de nous. C’est comme la crise financière, elle était totalement imprévisible 15 jours avant le 1er septembre 2008.


        • Alpo47 Alpo47 21 août 2009 14:53

          Comme la plupart des réformes « Sarkoziennes », celle ci consiste à transférer la charge des entreprises ... vers les contribuables (2,5milliards, tout de même).

          Bien entendu, les restaurateurs et autres cafetiers conservent pour eux ces 10% gagnés sur la note, qui pensait (rêvait) autre chose ?
          Quelques remises par ci, par là, et on tente de sauvegarder les apparences, mais cette réforme, a été entreprise sous l’entregent de l ’inénarrable André DAGUIN, alors à la tête du lobby de la restauration (celui ci avait poussé la caricature jusqu’à promettre un chiffre « exact » d’embauches, quelque chose comme : 44837 ).

          La droite sait très bien qu’une majorité de ces petits entrepreneurs font partie de ses électeurs et elle les « soigne ». Le contribuable y pourvoira. Quelle importance, il est déjà hostile.

          Elle est pas Belle la Vie ?


          • Lucrezia 23 août 2009 11:14

            Quoi, Sarkozy serait de Gauche ???


          • Alpo47 Alpo47 23 août 2009 19:55

            « ...Je ne connais aucun restaurateur favorable à cette baisse. ... »
            Comment pouvez vous dire cela ? Tous les représentants syndicaux de la restauration, avec en tête de liste André Daguin, puis ses successeurs, l’ont réclamé à corps et à cri depuis 15 ans.
            Depuis,ce n’est que congratulations, promesses, remerciements ...


          • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 15:51

            On devrait mettre les pots de vaseline aussi à 5,5% de TVA , ça toucherait encore plus d’électeurs !


            • Leo29 Leo29 21 août 2009 16:14

              Avant juillet je payais mon grand crème 2,60€ TVA 19,6 (marqué sur le ticket)
              Aujourd’hui je paie  mon grand crème 2,60€  TVA 5,5 ( marqué sur ticket....)
              Et je suis content la TVA a baissé !


              • fhefhe fhefhe 21 août 2009 16:47

                Toutes les entreprises SOUHAITENT la baisse des charges...pour créer des emplois. !!!
                + 15,2 % dans les caisses des Cafetiers / Restaurateurs..je prends le Pari que dans 2 ans...ce secteur aura perdu + de 15,2% de ses emplois ...
                La raison...le nombre de dépôts de Bilan est en hausse constante...l’interdiction de fumer à accélerer la donne.
                A Toulouse 2 Brasseries ont déposé le Bilan...dont une installée Place du Capitole..est surtout classée au Patrimoine de France...La seconde placée Place Willson ...à 300 métres de la place du Capitole... !!!!
                2,5 Milliards d€ + 15 Milliards d’€ (bouclier Fiscal) = 17,5 Milliards d’€ en Moins dans les caissses de l’Etat qui étaient vides en Janvier 2008 !!!
                Mais cela fera environ 700€ de + pour environ 25 millions de contribuables... !!!
                Donc , une autre raison de la diminution de la fréquentation des Bars/Restaurants...le Pouvoir d’Achat n’étant pas à la hausse pour la majorité des salariés...c’est mini 50 repas au restaurant d’une valeur de 14€ par personne...sans l’entrée ou sans dessert... !!!
                Bon appétit , Mesdames et Messieurs.... !!!


                • HELIOS HELIOS 22 août 2009 11:52

                  j’ai du mal a comprendre, les gens, comme Lerma sur Avox, qui defendent bec et ongles la methode Sarkozy.

                  On a bien compris ce qu’il se passe. la France... Les pays dits « riches » et occidentaux ont cessé d’avoir des balances commerciales positives, ce qui veut dire qu’elle depensent plus qu’elle ne generent de richesse. Lorsque les monnaies (de singe) permettait de reajuster de temps en temps par une devaluation brutale... ou par une inflation discrete autant que sournoise, les compteurs etaient remis a zero et c’etait reparti pour un tour. 

                  La monnaie est stable et l’inflation faible, c’est bon pour les multinationales qui n’en n’ont rien a faire des balances commerciales des uns et des autres. Mais, du coup, les populations s’appauvrissent rapidement a aujourd’hui nous touchons le fond... alors, les apprentis sorciers et les grands predicateurs sortent du bois :

                  La politique de « Sarkozy » est la même dpuis longtemps... clientelistes et discriminatoire. On favorise les copains sous pretexte de redistribution de richesse indirecte et on monte les français les uns contre les autres.

                  Les cafetiers et autres restaurateurs profitent de la situation, c’est evident et humain. Beaucoup d’entre eux vont avoir du mal a survivre malgré la captation de cette TVA. J’oserai même dire que ceux qui repercutent la baisse sont les nantis de la profession. Sans généraliser, ce n’est pas a ces gens la qu’il faut en vouloir, mais plutôt aux gouvernement lui même

                  Tout le monde le sais bien, la bonne methode aurait été d’aligner la tva sur la regle générale. fini les 5,5 de la vente a emporter qui n’a aucun sens. la preuve, le McDo sur place ou dans le sac en papier marron a le même prix. Mais non, il fallait faire un cadeau, le cadeau est fait.

                  Moi non plus je ne regarde plus le patron de la pizzeria du coin comme avant, ses prix n’ont pas changés. mais ce qui me fait le plus ch... c’est d’entendre des Lagardes et autres responsables nous dire que la profession joue le jeu, que les prix vont baisser etc... c’est là l’enfumage intolerable, l’enc... sans vaseline surtout qu’avec des chiffres ils vont tenter de nous prouver qu’ils ont raison. La pizza du coin est toujours a 11,5 euros !

                  Pour revenir a une situation plus saine, helas, il faut regarder ailleurs. les restaurateurs n’ont pas besoin de baisse de la tva s’ils ont des clients... et pour avoir des clients, il faut que les gens aient des moyens, c’est a dire du pouvoir d’achat... ce qui implique salaire juste et travail... justement ce que l’etat de santé de l’economie de la France ne permet plus lorsqu’on a un modele d’ouverture incontrolé. je ne preche pas pour le repli et le protectionnisme, juste pour que les regle du jeux soient les mêmes pour tous, la « concurrence libre et non faussée » comme on nous l’a vendue... et donc, je suis pret a tout accepter lorsque les indiens, les chinois auront une secu, une retraite, une administration et un pays qui paye pour leau, les routes, les energies et le bien de leutr peuple. Il y va de notre survie, des droits compensateurs doivent etre appliqués, peu importe le mode de calcul qui n’est qu’un element politique de la compensation.

                  Alors, ne nous laissons pas avoir, les restos n’appliquent pas la baisse, en ont ils les moyens ? et surtout, les restos, c’est nous, ne jouons pas le jeux de division que tente de nous imposer un president et ses seïdes.
                  Evidement qu’il faudrait le renvoyer a Neuilly, si cette ville le veut encore, mais avec les dernièreseuropeennes, les sondages et le manque de d’honneur et de respect de la classe politique actuelle, je ne crois pas que cela arrivera. Nous allons en reprendre pour 5 ans grace a Ségolène Royal, Martine Aubry etc... Ressaisissons-nous


                  • Michel DROUET Michel DROUET 23 août 2009 09:17

                    Le contrat d’avenir est surtout destiné à doper les votes en faveur de l’UMP.
                    Quand au reste, il existe d’excellents livres de cuisine à pas cher.


                    • Peretz Peretz 23 août 2009 12:03

                      Cette opération rappelle celle qui a été effectuée, alors avec succès, dans le secteur du bâtiment il y a quelques années : dans l’ancien les artisans ont répercuté la baisse de la TVA à 5,5 % ce qui les ont « boostés », pour le bonheur de tous. Mais il s’agissait de facturations importantes qui ne portaient pas sur le prix d’un café. Dans le cas présent tout est trop disséminé pour espérer autre chose qu’un effet d’annonces et un effet d’aubaine en faveur des commerçants. C’était certainement prévu par nos élites qui nous gouvernent. Le côté électroraliste est évident. Quand cessera-t-on de prendre les gens pour des imbéciles ? (www.citoyenreferent.fr)


                      • remiaufrere remiaufrere 24 août 2009 22:08

                        MERCI POUR VOS REACTIONS ET DES PRECISIONS IMPORTANTES :

                        vos réactions sont toutes révélatrices et dignes d’intérêt.

                        Je souhaite apporter quelques précisions dans ce débat.

                        SUR LE FOND

                        Chacun aura compris qu’on ne créé pas d’emplois parce que l’on baisse la T.V.A. de la restauration. Si cela était une réalité, d’autres l’auraient fait depuis longtemps.
                        On créé de l’emploi (y compris dans la restauration !) parce qu’il y a de la demande et + de consommation.
                        Or, compte-tenu de la situation actuelle de baisse du pouvoir d’achat, tension à la baisse sur les salaires, peu de français envisagent de consommer plus en matière de restauration même avec une baisse de 10% sur quelques plats.

                        Faire passer la création d’emploi par la baisse de taxes, ou selon d’autres la réduction des « charges patronales » (cotisations retraites et assurance maladie ainsi que Accidents du Travail) ne créé pas d’emploi mais plus de marges voire de profits pour les entreprises.
                        Dans certains cas, ces marges supplémentaires sont utilisés pour investir dans l’entreprise mais en ces temps incertains, cette attitude n’est pas très commune chez les dirigeants d’entreprises.

                        La baisse de taxe ne créée pas d’emploi, qu’on le comprenne bien !
                        C’est un slogan politique mais complètement anti-économique (comme certaines dispositions du paquet fiscal).

                        Quand aux baisses de cotisations sociales patronales par exonération (par l’URSSAF), nous le faisons depuis 1978, et c’est un échec quand à la création nette d’emplois !!
                        Reconnaissons que certains emplois ont pu être (à minima) momentanément protégés mais cela reste très limité.
                         Et ce genre d’exonération a été menée par les gouvernements de droite comme de gauche...


                        SUR LA FORME

                        Bien entendu, chacun aura pu remarquer le côté particulièrement clientèliste. Le dire, c’est être sincère et clairvoyant !

                        D’ailleurs je fais le constat du « clientélisme » dans la mesure oû aucune obligation n’est imposée à la profession. C’est la définition même du cadeau fiscal : une remise sans contrepartie.
                         
                        Là encore sur ce second point, le dire, c’est être sincère !

                        Même si quelques (rares) restaurateurs ont respectés l’esprit de cette baisse de TVA en augmentant les salaires de leur personnel, en baissant les produits et plats, et en investissant dans l’outil de travail.

                        Le ministre en charge de ce dossier nous indique que les engagements devant être pris par la profession doivent prendre deux ans ! Est-ce à dire que pour bien voir les effets positifs d’une mesure aussi concrête et aussi immédiate, il faudra attendre juillet 2011 pour en percevoir tous les effets ???

                        Cette méthode est indigne et nous rappelle que l’on ne gouverne pas un pays en procédant à un zapping politique permanent permettant d’occuper à 200% le terrain médiatique et en déclarant vouloir réaliser « une réforme par semaine » !


                        CONCLUSION


                        Les citoyens peuvent avoir des opinions de droite, de gauche ou de nulle part.
                        L’important, c’est qu’ils jugent à partir de la raison analytique des propositions et décisions utiles au pays et à ceux qui travaillent, et vivent du produit de leur travail.
                        Et cela toujours, en toute sincérité, y compris lorsque ce que l’on pense être « son camp » se fourvoie en toute...insincérité.

                        Rémi AUFRERE




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès