Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Rétablir la vérité sur le pouvoir d’achat

Rétablir la vérité sur le pouvoir d’achat

On observe un décalage criant entre les statistiques officielles qui montrent une légère augmentation continue des revenus et du pouvoir d’achat moyens des Français, et l’impression ressentie par la majorité de ces derniers d’une dégradation générale. En effet, la manière dont sont constitués et présentés Ies chiffres pose un réel problème, que nous allons ici démontrer. Il faut réformer ces indicateurs ou à tout le moins les compléter et exiger une plus grande transparence des chiffres.

Mesure actuelle et indicateurs publiés

La mesure du pouvoir d’achat[1] s’appuie sur le revenu disponible des ménages[2] (net d’impôts et de cotisations sociales), qui comprend à la fois les revenus salariaux, les revenus de prestations sociales (retraites, allocations chômage, compensations maladie, allocations familiales ou autres aides), les revenus de professions indépendantes, commerçantes ou libérales, ainsi que les revenus du patrimoine, financier ou immobilier. Face à ce revenu disponible, il faut apprécier la capacité d’acheter une quantité de biens et services. C’est l’évolution du revenu disponible rapportée à l’évolution des prix à la consommation qui permet d’apprécier l’évolution du pouvoir d’achat. Ainsi, il est possible de calculer une évolution du revenu disponible « réel », hors inflation, c'est-à-dire déflaté de l’évolution des prix. De plus, il faut mesurer cette évolution par personne (par unité de consommation), tenant compte du nombre de personnes par ménage.

La mesure officielle de l’Insee s’appuie sur un indice général des prix à la consommation (IPC). Pour ce faire, l’Insee mesure entre deux périodes données, la variation du niveau général des prix sur le territoire français. Au total, environ 200 000 prix sont collectés chaque mois. L’Insee applique ces prix à une structure de consommation moyenne, représentant la part des biens consommés par la moyenne de la population. Le schéma ci-dessous illustre les hypothèses retenues :

Par ailleurs, pour calculer un pouvoir d’achat par unité de consommation[3], l’Insee divise le revenu disponible de chaque ménage par le nombre de personnes du foyer considéré (1 pour le 1er adulte, 0,5 pour les personnes de plus de 14 ans à charge, puis 0,3 par enfant de moins de 14 ans).

L’évolution du revenu disponible, du pouvoir d’achat (déflaté de l’évolution des prix), global et par unité de consommation, est publiée en moyenne sur l’ensemble de la population. Le revenu médian est aussi publié, permettant d’apprécier le niveau de revenu séparant en deux la population, 50% étant en dessous et 50% au dessus, ainsi que le seuil de pauvreté correspondant à 60% du revenu médian pour l’Insee (50% en norme OCDE). Pour apprécier les disparités au sein de la population, l’Insee fait aussi le rapport entre le revenu moyen des 10% les plus riches et des 10% les plus pauvres, la population étant découpée en déciles (éventuellement aussi sur des tranches de 20%, appelées quintiles).

Cette mesure donne les résultats suivants : selon une étude de l'Insee parue le 25 mars 2011[4] le pouvoir d'achat des Français aurait augmenté de 1,2%,en 2010 (après +1,6 % en 2009). Mesuré par unité de consommation, ce qui permet de le ramener à un niveau individuel moyen, il aurait augmenté de 0,4 % (après +0,8 %). Selon la dernière étude de l’Insee[5] (avril 2011), le taux de pauvreté monétaire atteint 13% en 2008, soit 8 millions de personnes, 6,4% chez les salariés). Il est en recul de 1,5 point par rapport à 1996, la baisse portant surtout sur la période 1997- 2001. En 2008, le niveau de vie médian des personnes vivant dans un ménage en France métropolitaine s’élève à 19 000 € par an, soit 1 580 € par mois. Les 10 % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 520 € annuels et les 10 % les plus aisées disposent d’un niveau de vie supérieur à 35 550 € (ratio de 3,4). Depuis 2004, les niveaux de vie des personnes les plus modestes cessent d’augmenter plus rapidement que les niveaux de vie intermédiaires alors que ceux des plus aisées continuent leur progression, si bien que le rapport entre la masse des niveaux de vie détenue par les 20 % les plus aisées et celle détenue par les 20 % les plus modestes augmente de 4 à 4,3. Après une période de décrue quasiment continue, l’intensité de la pauvreté s’est accentuée depuis 2002 : le niveau de vie médian des personnes pauvres (773 € par mois en 2008) augmente ainsi moins vite que le seuil de pauvreté (948 € par mois, égal à 60% du revenu médian).

 

Critiques de la méthode et propositions d’évolution

1- Il est nécessaire d’apporter des éclairages complémentaires aux extrêmes pour vraiment faire ressortir les inégalités et en particulier l’évolution de la pauvreté. C’est ce qu’a fait ressortir une étude de Camille Landais[6] publiée en 2007, qui montre clairement que les très hauts revenus (0,01% les plus riches, soit 3500 contribuables en France) explosent : +42,6% entre 98 et 2005. La tranche des 10% les plus aisés, pour sa part, a vu son revenu n’augmenter « que » de 8,7% et les 90% restant n’ont eu qu’une hausse de 4,6% de leur revenu sur 8 ans, soit un accroissement annuel moyen du revenu de 0,56%, donc bien en deçà de l’accroissement annuel de la richesse. Les ménages les plus aisés captent en termes relatifs une partie plus importante de la richesse produite et les plus pauvres sont de plus en plus pauvres.

2- Il faut s’intéresser également à la part et à l’évolution des types de revenus : salariaux, allocations, revenus du patrimoine. L’étude de l’Insee d’avril 2011 montre que le travail ne paie plus. Ce sont les revenus du patrimoine, financier et immobilier, qui expliquent la hausse des revenus en particulier des classes aisées. Les Français actifs les moins aisés qui n'ont pas vu baisser leur niveau de vie le doivent aux prestations ou mesures fiscales et les Français actifs plus aisés qui ont vu leurs revenus progresser le doivent à leur patrimoine.

3- L’indice des prix à la consommation est contestable[7] et doit être revu, notamment sur la prise en compte du coût du logement (13,7% dont 6% pour le loyer). Tout d’abord 60% des Français sont propriétaires et ne paient pas de loyer mais beaucoup remboursent un crédit, ce qui représente un coût. D’autre part le loyer, de même que le coût du crédit (intérêt et amortissement de la dette), pèsent bien plus dans le budget des ménages pour la grande majorité d’entre eux (40 voire 50% pour les classes défavorisées, souvent 30% pour les classes moyennes). L’étude Insee d’avril 2011 montre que 8% des Français consacrent jusqu'à 44% de leurs revenus à l'effort immobilier. Dans d’autres pays, la part du coût du logement dans l’indice de prix est bien plus élevée (25% en Norvège). De même, les dépenses en transport et énergie pèsent de plus en plus dans le budget des ménages.

4- L’indice des prix à la consommation doit aussi être différencié selon les structures de consommation, très différentes selon les catégories de population : la part alimentaire et des dépenses contraintes est majoritaire chez les classes pauvres alors que les riches dépensent plus en loisirs, en voyages, en produits haut de gamme et biens de luxe, et réinvestissent beaucoup en épargne (valeurs mobilières et immobilières). D'après un sondage CSA pour '20 minutes'[8] rendu public le 4 avril 2011 (résultats complets ici), une grande majorité de la population française (77%) estime que son pouvoir d'achat a diminué au cours des derniers mois. Les prix ont en effet beaucoup augmenté à la consommation, dans l'alimentaire notamment, comme l'a montré cette étude de l'association de consommateur CLCV , cette augmentation s'ajoutant à celle de la flambée des prix de d'électricité (+6,4% en un an, 30% annoncé sur prochaines années), du gaz (+16%), des carburants (+17,3%).
Il se trouve que ces hausses de prix touchent beaucoup plus les ménages modestes et les classes moyennes que les plus favorisées, en proportion des revenus, car la structure de consommation des ménages est très différente selon les niveaux de revenus. Pendant que les bas revenus stagnaient, les hauts revenus ont beaucoup augmenté, notamment les revenus financiers (dividendes, plus-values, revenus immobiliers), en ligne avec la hausse des profits du CAC40 en 2010 (+85%, passant de 50 à 82 milliards d'euros) et des distributions de dividendes (40 milliards en 2010), en même temps que les hauts revenus subissent moins proportionnellement les hausses de prix de l’alimentation, de l’énergie et des carburants, du fait de leur structure de consommation différente. En moyenne l'Insee a probablement raison, le pouvoir d'achat par unité de consommation s'est accru de 0,4% mais c'est la hausse de pouvoir d'achat d'une minorité des plus riches qui compense une baisse notable du pouvoir d'achat des plus défavorisés et des classes moyennes !
Pour rendre compte de l’évolution du pouvoir d’achat par classe de revenu, il faut donc non seulement l’analyser par tranche, par décile et même aux extrêmes par centile comme déjà exprimé ci-dessus pour l’analyse du revenu disponible, mais en plus appliquer un IPC différent par classe puisque la structure de consommation n’est pas la même.

5- Affiner la mesure de l’évolution du pouvoir d’achat par une analyse différenciée de l’effet volume et de l’effet prix sur les structures de consommation des ménages, selon les catégories. Ces dernières évoluent vite : par exemple il y a vingt ans, la proportion des abonnements Internet et téléphonie mobile était faible alors qu'elle est devenue très forte aujourd'hui. Ainsi, si l’on raisonne sur une structure de consommation récente (part élevée de dépenses en communication et téléphonie) en appliquant l’évolution de l’indice de prix (en forte baisse), la méthode revient à mesurer une très forte augmentation de pouvoir d’achat sur cette part, qui compense la hausse sur les produits alimentaires dont la part en volume a baissé. Il faut savoir aussi que ces dépenses en téléphonie et Internet sont devenues des dépenses contraintes (débit en compte), ce qui fait que les dépenses alimentaires sont devenues une variable d’ajustement, la capacité à remplir le caddy s’étiolant de fait par différence. Donc pour comparer l'évolution du pouvoir d'achat, il faut éclairer l'analyse d'une évolution des consommations en volume et en prix par rubrique de consommation, pour obtenir une vision à structure de consommation constante et une autre suivant l'évolution des consommations. Les deux sont intéressantes.

6- La méthode devrait tenir compte du taux d’épargne des ménages, par catégorie. Il se trouve que les hauts revenus ont beaucoup plus augmenté, notamment les revenus financiers (dividendes, plus-values, revenus immobiliers), en ligne avec la hausse des profits du CAC40 en 2010 (+85%, passant de 50 à 82 milliards d'euros) et des distributions de dividendes (40 milliards en 2010). Plus les ménages sont aisés, plus ils épargnent, une part de leur revenu étant placée en investissement immobilier ou en valeurs mobilières (actions, obligations, OPCVM). Or pour ces derniers, on applique un indice des prix IPC sur l’ensemble de leur revenu comme s’ils dépensaient tout leur revenu. Pourtant, seule une partie est dépensée en consommation, le reste étant épargné et de surcroît générant des revenus de rente ! Ainsi, alors qu’un ménage pauvre, qui dépense tout son revenu en consommation, est affecté à 100% par la hausse des prix sur ce qu’il consomme, un ménage aisé qui épargne 50% ou plus de son revenu n’en sera affecté qu’à 50% ou moins ! Bien sûr l’augmentation de son pouvoir d’achat du fait des revenus de rente est bien prise en compte dans l’évolution du revenu disponible, mais la correction visant à le déflater de la hausse des prix est incorrecte. L’application d’un facteur correctif tenant compte du taux d’épargne permettrait de mieux apprécier l’impact de la hausse des prix (qui serait deux fois moindre si le taux d’épargne est de 50%, ce qui renforcerait d’autant la disparité constatée dans l’évolution de l’impact des prix sur le pouvoir d’achat entre les classes défavorisées et les classes aisées.

7- Enfin, au-delà du « pouvoir d’achat », il vaut mieux apprécier le « niveau de vie ». Certaines prestations de services publics, telles que l’éducation (école, collège, lycée, université), l’utilisation d’infrastructures routières ou d’équipement urbain (crèches, piscines, loisirs, lieux de vie,…), ainsi que l’économie parallèle non marchande (troc, échange de services), ne sont pas achetés ou sont fortement subventionnées par l’impôt (qui lui-même a été déduit du revenu disponible). Pour rendre compte du niveau de vie et de son évolution, il faut aller au-delà de l’appréciation de la capacité à acheter en tenant compte de ces prestations. Il existe un indice, appelé "Revenu Disponible Ajusté" (RDA)[9] permettant de faire des comparaisons internationales, notamment entre un pays qui a un niveau élevé de services public comme le Danemark ou la Suède, à un autre qui a un faible niveau de service public. Mais cet indice, peu connu, n’est pas très utilisé. Il mériterait d’être popularisé et publié. Il faut aussi le relativiser en tenant compte de l’évolution de la qualité des services publics, car l’évolution du coût de ces derniers comporte à la fois un effet prix et un effet volume, pour une qualité qui peut avoir évolué positivement ou au contraire négativement.

 

[1] définition du pouvoir d’achat : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pouvoir_d%27achat

[2] Voir définition du Revenu disponible des ménages : http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_disponible

[3] définition de l’unité de consommation : http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/unite-consommation.htm

[4] Etude Insee : http://insee.fr/fr/indicateurs/ind28/20110325/RD104.pdf et version résumée en PDF : http://insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=28&date=20110325

[5] http://maviemonargent.info/images/INSEE_dp_revenus_patrimoine_2011.pdf

[6] Résumé d’études et références sur les inégalités de revenu en France : http://fr.wikipedia.org/wiki/In%C3%A9galit%C3%A9s_de_revenu_en_France , dont l’étude de Camille Landais : http://www.inegalites.fr/IMG/pdf/hautsrevenuslandais.pdf

[7] Voir questions sur l’indice des prix et le logement et réponses de l’Insee : http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=29&type=1&page=info_ipc_plus.htm

[8] Sondage CSA : http://www.20minutes.fr/article/700005/economie-un-francais-trois-pense-reduire-depenses-alimentation

[9] Définition du Revenu Disponible Ajusté (RDA) : http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/revenu-disponible-ajuste.htm


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 13 mai 2011 08:12

    Le revenu insuffisant qui résulte des bas salaires est une cause majeure de divorce et lorsque la
    famille se disperse pour aller là où sont les emplois, elle se désagrège. Lorsque pour
    garder un emploi ou payer le loyer les parents sont obligés de travailler le dimanche,
    les enfants sont livrés à eux même et ce qui reste de cohésion familiale explose. Nos
    responsables considèrent qu’il est criminel d’abandonner ses enfants, mais ne
    reconnaissent pas qu’une nation à tort d’abandonner sa population...........

    http://2ccr.unblog.fr/2011/04/08/travail-famille-patrieet-petits-mensonges/


    • Taverne Taverne 13 mai 2011 10:11

      Le gouvernement n’a pas de baguette magique« a dit François Fillon qui va payer cher en popularité sa petite phrase. En effet, les Français voient bien qu’il y a une belle baguette magique pour le pouvoir d’achat des plus riches.

      Le gouvernement a fait une diversion lamentable avec la polémique sur le RSA au moment où il adoptait en conseil de ministres la réforme de l’ISF qui profitera encore aux plus riches en particulier aux amis tels Liliane Bettencourt. C’est ce que j’appelle »l’enveloppe retour", c’est-à-dire le renvoi d’ascenseur pour les enveloppes kraft pleines de billets que Sarkozy récupérait chez Bettencourt lors de sa campagne truquée.


      • Dogen 13 mai 2011 17:50

        sauf que les grosses fortunes ne paye pas d’ISF


      • jpm jpm 13 mai 2011 10:24

        Bonjour Marianne, vos propositions sont interessantes et c´est tres bien d´ameliorer les outils de mesure du pouvoir d´achat. Mais bon, un thermometre (aussi juste soit il) n´a jamais soigne le malade. Alors que nous propose Francois Bayrou et le Modem pour remedier a ce probleme de pouvoir d´achat ? Je sais que Robert Rochefort est charge en interne de ces questions... Ce n´est donc pas un reproche, mais une veritable interrogation car j´attends toujours des propositions concretes. 


        • Marianne Marianne 13 mai 2011 10:40

          Robert Rochefort travaille au quotidien pour protéger le consommateur des abus de prix et des arnaques, veut développer les class actions etc.. Voir par exemple ce récent article sur son action au Parlement européen :
          http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/rochefort-strasbourg-110512.html


        • Imhotep Imhotep 13 mai 2011 10:48

          Très intéressant.


          • Hurch 13 mai 2011 11:03

            Bonjour,

            Il me semble qu’il faudrait ajouter à la liste de vos adaptations la prise en compte de la progressivité de certaines dépenses (ou la disparition des aides, c’est pareil) en fonction du revenu. Je pense en particulier aux dépenses scolaires ou de garde d’enfant, qui sont fortement indexées sur les revenus (chez moi, un smicard paie en général 100 euros/mois pour la crèche municipale, mais cette somme atteint rapidement 500-600 euros pour un couple de cadres moyens, diminuant d’autant leur pouvoir d’achat.
            Idem pour les voyages, colonies,... et c’est valable aussi pour les subventions en entreprise.

            Tout ses éléments ne me semblent pas négligeables et, ajoutés à la progressivité de l’impôt font que le pouvoir d’achat réel est « tassé » vers le bas pour l’ensemble des classes moyennes.


            • lloreen 13 mai 2011 11:21

              http://www.dailymotion.com/video/xiic5b_esclavagisme-pouvez-vous-voir-la-cage_webcam
              Le pouvoir d’achat=les graines dans le poulailler...
              Les petits grains à picorer entre les grilles du filet.Quel magnifique conception !


              • lloreen 13 mai 2011 11:21

                pardon : quelle magnifique conception.


                • LE CHAT LE CHAT 13 mai 2011 11:47

                  heureusement , TF1 est là et nous a conconcté un nouvel super indice de la consommation qui ne donne que 0.8 % d’augmentation des prix depuis le 1er janvier ( mais déjà sans viande et fruits et légumes ).

                  Le pouvoir compte sur la méthode Kaa ...  smiley


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 mai 2011 14:29

                    Bonjour,

                    il faudrait surtout cesser de voter pour des petits épiciers de détail tricheurs. c’est Mitterrand qui expliquait qu’après lui n’interviendraient que des comptables, des économes, des financiers et des banquiers au pouvoir...comme vous le faites remarquer, Marianne.

                    Pareil pour l’indice de croissance de 1 % annoncé au jt de 13h...

                     


                    • PtitLudo PtitLudo 13 mai 2011 16:09

                      Déjà il va falloir renationaliser le secteur de l’énergie. Que n’aurai-t’on pas dit à une certaine époque si les prix avaient grimpés de manière aussi vertigineuse !!!


                      • Mohad Dib Mohad Dib 13 mai 2011 18:05

                        ici a aldi en irlande, je vois des gens acheter des fleurs coupees qui viennent de hollande...
                        je me dis que tout va bien pour certains..
                        je sais plein de trucs viennent de chine etc...mais les fleurs coupees qui vont durer 2 jours...ont ete ceuillies en hollande, puis mis en sachet, dans le camion ,direction la belgique, puis bateau vers l’angleterre , ouis trajet jusqu’au pays de galles, puis bateau jusqu’a rosslare, puis conduite jusqu’a Aldi ballincollig ou je vais faire mes courses....ensuite retours ....
                        Rendu la , je me dis ,mais pourquoi donc dis-je cela ?

                        oui il y a de la marge, enorme marge encore....mais pour certains ca va devenir dur...pour d’autres c’est deja dur.....
                        le bon cote ,attention humour, je mange moins , je maigris, je mange de la soupe ca remplie le ventre ,c’est bon pour le corps , je ne peux plus me payer de medecin , je suis en meilleure santee...sauf cas extreme helas....fini les vacances au loin,je redecouvre la campagne ,vais boire un canon chez le paysan du coin...on reste a manger, on reboit un canon....comme on est bourre on reste.....le lendemain pour degriser on va au jardin du paysan pour aider....tiens c’est bien me dis je, genial...on s’arrange pour venir des fois le WE...echange de bons procedes.....
                        ca se developpe.....on se rencontre a nouveau...au debut on ne dit pas grand chose ,et puis on decouvre que de bosser ensemble sans idee de piquer a l’autre c’est genial....
                        de fil an aiguille ca se propage, on se reapproprie ce qu’on avait laisse aux grosses boites, le jardin ,la bouffe, l’ecole...ou on apprend surtout le vrai boulot + le langage ,du calcul etc....pour l’hiver on tricote...avec de la laine provenant de la tonte des politiciens et autres parasites du monde ancien....eleves en troupeau....severement gardes...certains sont rigolos......d’autres moins...

                        moi je suis prof de rien dans cette histoire.....j’apprends , enfin je montre comment je fais pour ne rien faire....sinon , je vais ou on a besoin d’un coup de main.....comme je sais faire pas mal de chose...
                        quelques annees apres on a developpe une micro economie collective , en local....
                        chacun apporte son talent , le meilleur de tous est la capacite a collaborer.....
                        on apprend a regarder en soi meme aussi....au debut tout le monde panique..
                        entre l’age de 10 et 20 ans voir plus ,au moment ou le cerveau lui aussi devient adulte, il y a comme une deuxieme naissance qui peut se produire.....et ouvrir l’intelligence universelle...

                        toute tentative d’imposer est vaine...on a compris comment faire pour cela.....celui qui s’y essaye a dominer est rapidement empeche de le faire...oh c’est simple, s’imposer aux autres est violence ,alors on lui retourne sa propre violence...ca marche..
                        bon je vous laisse...c’est l’heure de mon cours de rien...


                        • jacques lemiere 13 mai 2011 18:28

                          ce n’est qu’un chiffre de toutes façons, il n’est pas très signifiant et ne le sera sans doute pas même si on change la méthode...la population est trop heterogene....

                          Comme vous le notez la question qui se pose est que les gains de revenus vont aux plus riches... 
                          Je dirais meme que c’est idiot de changer constament de methode de mesure , ça empeche de comparer...
                          Le point est que le pouvoir d’achat moyen ça ne veut rien dire au point de vue individuel..il faudrait donc simplement que les medias n’en parle pas...pour se recentrer sur les vrais questions....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès