Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Retour à la case départ, vous perdez 30%

Retour à la case départ, vous perdez 30%

Des députés de la majorité demandent la suspension de la libéralisation du marché de l’électricité.

L’Assemblée nationale discute à l’heure actuelle le "projet de loi 3201 relatif au secteur de l’énergie", qui défraie la chronique, plus de 137 000 amendements ayant été déposés. Parmi ceux-ci, deux amendements déposés par la majorité risquent de passer inaperçus, les amendements 88538 et 88539. Ils méritent pourtant d’être signalés.

Il faut rappeller que depuis quelques années, les acheteurs industriels d’électricité peuvent - ou doivent, pour les plus gros - quitter la tarification régulée par l’Etat pour acheter au prix du marché. 10% d’entre eux achètent actuellement ainsi, mais ils représentent la grande majorité de la consommation industrielle. Il était entendu qu’une fois le tarif régulé quitté, il ne serait pas possible d’y revenir.

Depuis deux ans, le prix sur le marché a doublé, passant en moyenne de 30 à 60 euros/MWh. A titre indicatif, les particuliers payent environ 78 euros/MWh.

Le premier amendement, n°88538 propose un retour pour deux ans au tarif régulé plus 30%. Son "exposé sommaire" est le suivant :

"Les clients ayant exercé leur éligibilité sont confrontés à une hausse très forte des prix de l’électricité. Il convient de leur permettre de bénéficier d’une fourniture à un prix stable et raisonnable en créant, à titre transitoire, un nouveau tarif réglementé. Le bénéfice de ce tarif sera ouvert, pendant une période de deux ans, à tous les clients qui le demanderont avant le 30 juin 2007. Il sera fixé à un niveau ne pouvant excéder le tarif de droit commun majoré au plus de 30 %, écart correspondant à l’économie qui a pu être réalisé par ces clients dans la phase où les prix étaient inférieurs aux tarifs."

Comme le marché est plus cher que le tarif régulé, on propose de revenir à une forme de régulation. Jusque-là, on pourrait comprendre cela comme un constat lucide de difficulté et un retour à la solution précédente.

Mais là où cela se corse, c’est que l’on ne propose pas aux acheteurs du marché de retourner chez EDF. La phrase suivante est extraite de "l’exposé sommaire" de l’amendement 88539, qu’elle résume :

"Il vous est proposé d’assurer ce financement à partir d’une contribution due par les installations de production compétitives et amorties nucléaires et hydrauliques."

Cela signifie que si une entreprise française X achète son électricité à une société par exemple anglaise Y, EDF rembourserait à X la différence entre le prix de Y et le nouveau tarif régulé.

Le nucléaire rembourserait son avantage de prix relativement au pétrole.

Je ne sais pas si ces amendements seront votés, mais il fallait oser les présenter.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Marsupilami (---.---.34.222) 12 septembre 2006 12:26

    Oui, il fallait oser. Ce matin l’économiste Joseph Stiglitz (prix Nobel d’économie) disait sur France-Inter que c’était une folie de privatiser le marché de l’énergie, eu égard à la triste expérience des étasuniens dans ce domaine...


    • Jesrad (---.---.20.126) 12 septembre 2006 12:53

      N’ayant malheureusement pas la radio dans mon RER quotidien, je n’ai pas pu savoir ce que M. Stigliz pense des expériences brittanique, belges, estoniennes, etc... en matière de libéralisation de l’énergie. En a-t’il parlé ?


    • Marsupilami (---.---.34.222) 12 septembre 2006 12:59

      Non. Il s’est focalisé sur GDF.


    • gem (---.---.117.249) 13 septembre 2006 12:15

      Fallait surtout osé cette récupération de Stiglitz, que j’ai écouté attentivement pendent une heure (sur France Culture le 12 septembre au soir).

      Stiglitz disait surtout que c’était une folie de raisonner en public contre privé, et que l’important c’était de mettre en place une bonne régulation, où l’état contrôle le privé sans idéologie ni du « privé c’est forcément mieux » ni du « public c’est forcément mieux ».


    • FredSud37 (---.---.200.203) 13 septembre 2006 17:22

      A l’heure où le Gouvernement est en passe de brader Gaz de France, il devient urgent de diffuser le plus possible le document écrit par le Collectif Jean Marcel Moulin et de signer la pétition disponible ICI.


    • Rocou (---.---.80.7) 16 septembre 2006 14:21

      Stiglitz disait surtout que c’était une folie de raisonner en public contre privé, et que l’important c’était de mettre en place une bonne régulation, où l’état contrôle le privé sans idéologie ni du « privé c’est forcément mieux » ni du « public c’est forcément mieux ».

      Surprenant de la part de Stiglitz quand on sait qu’aux USA et e Californie en particulier, c’est justement cette régulation qui a entraîné les problèmes d’électricité que l’on connaît.


    • Stephane Klein (---.---.101.8) 12 septembre 2006 15:13

      He bien il ferait bein de s’interesser a toutes les situations et pas seulement a celles qui l’arrangent.

      Rejeter la liberalisation parce qu’elle a ete mal engagee dans tel ou tel pays, c’et ce qu’on appelle jeter le bebe avec l’eau du bain.

      Au demeurant, je suis assez d’accord avec l’auteur : ces amendements vont creer une usine a gaz comme seuls nous savons le faire.

      Il est notable qu’on entendait pas beaucoup ces memes clients lorsque le prix de l’electricite etait de 15 cE/mWh (1.5 cE/kWh), soit vendu quasiment a perte. parier sur le marche liberalise implique de prendre des risques et d’etre prevoyant. Ces clients ont opte pour le risque, en ont profite pendant quelques annees alors qu’ils assument. Ils auraient pu profiter de la securite du tarif regule et ne seraient pas dans la situation actuelle.


      • Forest Ent Forest Ent 13 septembre 2006 00:28

        « Ces clients ont opte pour le risque. »

        Les plus gros acheteurs n’ont pas eu le choix.


      • Bulgroz (---.---.169.62) 12 septembre 2006 15:31

        Merci à Forest Ent de nous avoir fait le rappel de ces 2 amendements signés Patrick Ollier qui de toute manière ne passeront pas (Cavalier Blanc).

        Ce débat est affligeant, les députés UMP prennent un risque énorme en votant le texte de cette fusion complètement injustifiée.


        • Bulgroz (---.---.169.62) 12 septembre 2006 15:52

          L’electricité EDF en France est la moins chère des pays de l’UE à 15 :

          Domestique : 15 cents Euros TTC EDF contre moyenne UE au dessus de 150

          Industrielle : 69 cents Euros TTC EDF contre une moyenne UE de 100 cents.

          De plus, notons que l’électicité en France est la plus taxée : taxe départementale (5%), taxe Municipale (de 8 à 12%), taxe de solidarité CCSPE (0.00045 Euros par Kwh) et TVA à 19.6% (partie énergie).

          Il y avait donc urgence à réformer !!


          • Forest Ent Forest Ent 12 septembre 2006 18:50

            Euh ... je pense que vous avez interverti domestique et industrielle.


          • Bulgroz (---.---.119.249) 12 septembre 2006 19:09

            Forest Ent,

            Moi aussi, j’ai été étonné, je pensais comme vous que l’industrie payait moins cher, ma source est la suivante :Direction Générale de l’Énergie et des Matières Premières/ Observatoire de l’Économie de l’Énergie et des Matières Premières/ Observatoire de l’Énergie. Septembre 2006

            Je pense qu’en ce qui concerne l’industrie, il s’agit de la petite industrie, cela ne concerne pas la grande industrie (SNCF, Saint Gobain...) qui elle, a des tarifs particuliers.


          • Forest Ent Forest Ent 12 septembre 2006 22:38

            Ben je ne comprends pas parce que la doc en lien donne les prix français suivants :

            Domestique 90,5 €/MWh (120,5 TTC)

            Industriel 53,3 €/MWh ( 69,1 TTC)

            J’avais proposé 78 au lieu de 90, mais ils ont dû inclure l’abonnement. Et 60 au lieu de 63, mais ils ont inclus les abonnés au tarif régulé.

            90 €/MWh, ça fait 9 cents/kWh.


          • Bulgroz (---.---.165.50) 13 septembre 2006 00:44

            Forest ent,

            Désolé, grossière erreur de ma part, la source est bonne mais mon post était erroné pour ce qui concernait le prix de l’industrie. Je travaille dans le noir, cela me tuera !!


          • vigie (---.---.240.145) 12 septembre 2006 17:33

            Il est quand même curieux pour des gens qui n’avaient que le mot libéralisme a la bouche, nous vantant les avantages de saine concurrence, les idéologues du marché, ceux la même qui a une certaine époque critiquais EDF pour son manque de compétitivité, vouloir revenir à un marché encadré, on veut le beurre l’argent du beurre et sod...sé la fermiere par-dessus le marché, ils chient pas honte les néo-libéralistes.

            Bien sur que c’est une hérésie de vouloir libéraliser un secteur aussi stratégique pour la nation que le marché de l ‘énergie, l’affaire enron ne leur a pas servi de leçon au représentant de la nation. Et EDF lui n’a qu’a se faire« empapaouté », quelles bandes de charlots.

            Comme EDF c’est l’état devinez qui paiera, non seulement c’est une absurdité, mais en plus avec les charges que l’état impose à EDF il n’est pas prêt d’être rentable, avec les charges de l’epr, les réserves pour le démantèlement des centrales en fin de vie, les prix d’achats imposés pour les micro-centrales, bienvenue dans le monde de la concurrence libre et non faussée.


            • roumi (---.---.74.206) 12 septembre 2006 19:43

              tiens tiens il y as un debut de reponse ici.

              http://www.brest-ouvert.net/article1595.html priorite aux gros producteurs .

              roumi


              • Sam (---.---.140.78) 12 septembre 2006 19:44

                Article intéressant. La première question que je me pose, admirant la supposé entreprise de fouille des cent et quelques mille amendements, est : l’auteur a-t-il lu l’ensemble des amendements pour dénicher les deux qu’il analyse ?..

                Ensuite, si je comprends bien, les entreprises qui ont choisi de « s’évader » du service public pourraient y revenir, suivant les amendements, moyennant une hausse de trente pour cent des tarifs, compensée, payée par EDF. C’est gonflé. Les gars choisissent le marché puis reviennent et on leur paye le billet retour. C’est gonflé...A moins que j’ai mal compris.


                • Forest Ent Forest Ent 12 septembre 2006 22:44

                  Lol non je n’ai pas lu les 137 000 amendements. Mais il y a des gens qui ont dû le faire pour pouvoir les regrouper.

                  Ces amendements font du bruit chez les clients concernés : cela réduirait leur facture d’un tiers.


                • Jesrad (---.---.20.126) 13 septembre 2006 12:08

                  Leur facture ... et la mienne (part d’impôts compris) ? C’est du capitalisme d’état dans ce qu’il fait de pire, bonnet à grelot inclus. La mise en concurrence et la privatisation, on les fait ou on ne les fait pas, mais quoi qu’on choisisse, il faut assumer au lieu de tergiverser et faire les choses à moitié.


                • falower (---.---.238.35) 12 septembre 2006 22:42

                  Bonjour,

                  Vraiment lamentable... Du n’importe quoi... Vivement que l’on renvoie ce gouvernement devant les électeurs...


                  • axion (---.---.174.250) 13 septembre 2006 08:17

                    Ce que je trouve de plus affligeant, c’est qu’une opposition dépose 137000 amendements.

                    Cela n’a pas de sens.

                    La notion de majorité est importante. Le rôle de l’opposition est de faire des remarques pertinentes qui seront prises en compte, pas d’essayer de bloquer un processus démocratique.

                    Nous voilà revenus au temps de la loi du plus fort. Et que je te dépose 137000 amendements pour paralyser un processus.

                    C’est indigne !

                    Soit nous sommes un ensemble de citoyens, qui avons décidé d’un fonctionnement commun, que nous respectons, soit nous ne sommes qu’une bande d’enfants gâtés, imbus de nous-même, et nous passerons notre temps à geindre et à trouver de bonnes raisons pour nous plaindre. Cela n’a jamais rien fait avancer, dans la vie, comme dans un pays.

                    Je ne connais pas suffisamment le dossier sur la privatisation de GDF, je ne me prononcerais donc pas. Mais les 137000 amendements transforment notre fonctionnement républicain en une farce à la Molière.

                    C’est donc drôle et il faut en rire.


                    • Philgri (---.---.142.221) 13 septembre 2006 09:37

                      Bonjour Forest. Juste quelques précisions relatives.

                      Nous continuons à tourner autour du pot, non, des pots. Droite, gauche tout le monde commence à comprendre.

                      Notre économie mondiale n’est pas viable ! Maquillage ou pas, peu importe.

                      Des 2000 milliards € de dette Française, vous pouvez en rajouter 2 ou 3000 milliards si vous incluez les retraites, la sécu,les intérêts... !!!

                      Aucune banque ne cautionne un découvert dépassant les 70 % des revenus !

                      Le virtuel a ses limites ! Quoi que !

                      Nous vivons au-dessus de nos moyens depuis plus de trente ans ! ça ne peut que mal finir.

                      Sauver les meubles ? Trop tard. Les Vies ? Elles passent après les meubles ! Eh oui, vous oubliez la réalité de ce Monde !

                      Il faut séparer les sentiments et les affaires !

                      Entre une gauche qui utilise une poule pour faire cocorico, et une droite qui utilise un coq pour pondre un œuf, il y a de quoi s’inquiéter !

                      Les extrêmes sont là. Que vous l’acceptez ou pas !

                      Eurotunnel a donné le ton. Réveillez - vous. Ou continuer à dormir, mais en silence ! Tout ronflement devient insupportable.

                      Alors EDF, GDF ou autres, un bémol pour essayer de changer la tonalité. Il faudra trouver une autre musique, car les Français ne sont pas dupent de cette dérive !

                      Et n’allez surtout pas chercher d’autres prétextes ! la rupture elle existe depuis longtemps ! maintenant, c’est le gouffre.

                      Au moins, vous comprendrez un peu mieux ce qui se trame ! Et ci ce n’est toujours pas le cas, continuez à alimenter la basse cour, vous serez les premiers servis !

                      philgri.


                      • (---.---.16.25) 13 septembre 2006 13:31

                        Ouh la la.... Vous etes violent sur la dette.

                        Les 2000 milliards de dettes du rapport Pebereau tiennent compte des engagements de retraites de l’état. C’est déjà impressionant sans inclure cet engagement (1200 milliards), ca l’est encore plus si l’on budgète aujourd’hui l’engagement des retraites fonctionnaires (on passe à 2000 milliards), mais si vous le comptez 3 ou 4 fois... On ne s’en sort plus.


                      • gem (---.---.117.249) 13 septembre 2006 11:18

                        Article interressant et informatif. Interprétation raisonnable, mais qui mérite à mon avis des compléments : faut décoder.

                        D’abord il s’agit d’amendements de la commission des affaires économiques, et non de « députés de la majorité » quelconques. Ces choses là sont sérieuses, s’agit pas de faire semblant de s’agiter pour faire plaisir à Mme Michu dans la circonscrition, mais bien d’agir concrétement sur les tuyaux économiques.

                        0) les parlementaires qui créent une charge (et là c’est bien le cas, puisque le « cadeau » à un cout) sont obligés créer une ressource à due concurrence. En général ils se contentent d’un gros n’importe quoi pour la forme, genre « taxons l’alcool, les cigarettes et les boites d’allumettes ». Ici ils ont été plus sioux... J’espere qu’ils ont bien calculer combien ça coutait, et que l’assiete de contribution

                        1) ça revient à « nationaliser » une partie des bénéfices du nucléaire et de l’hydraulique des producteur de plus de 2000 MW (c’est beaucoup : presque deux tranches nucléaires ; à part EDF, qui est concerné ???). « Les choix de politique énergétique de la Nation sont ainsi clairement mis au service des consommateurs. » (sic). Autrement dit : « f... EDF, le nucléaire et les grands barrages c’était de la politique, ils sont A NOUS, pas à vous, donc à nous la grosse galette ». Evidemment, il eut été malvenu de ciblé spécifiquement EDF, là c’est « neutre »...

                        2) la contribution finance la péréquation tarifaire. Autrement dit : « l’argent de l’électricité nucléaire et hydraulique vient en diminution du prix, pas en bénéfices ou investissements »

                        Perso je n’aime pas les « cadeaux » de la collectivité, mais je constate qu’on est bien dans la logique classique de l’intervention étatique, modèle « cynique, financièrement et légalement propre ». Au nom de la compétitivité économique, le petit consommateur au tarif régulé perdra un peu du cadeau qu’on lui fait, au profit des industriels...


                        • Stephane Klein (---.---.101.8) 13 septembre 2006 11:38

                          Alors concernant la liberalisation du marche de l’energie en general j’aimerais bien qu’on me dise en quoi ce processus est un danger mortel pour notre economie.

                          Parce qu’en levant la tete on observe que les memes secteurs ’strategiques’ sont tout sauf nationalises dans le pays de notre pourtour immediat.

                          Alors bien sur, on peut avoir raison contre tout le monde, c’est d’ailleurs une specialite francaise mais la j’ai un gros doute. Car vendre du courant est un acte marchant concurrentiel, produire en suffisance permet largement de subvenir aux besoins de la nation et recourrir aux EnR de satisfaire aux besoin d’independance... et ca n’a rien avoire avec le statut d’EDF ou de GDF.

                          Alors je ne vois pas en quoi cette privatisation -tres partielle - est une menace, si ce n’est pour les privileges de electriciens et gaziers, comme celui de ne pas cotiser suffisemment pour leur retraite et laisser cette charge au contribuable...


                          • toutfou (---.---.57.77) 13 septembre 2006 11:42

                            comment un pays peut il céder à des acteurs privés (non nationaux) sa gestion de l energie ???

                            il me parait primordial pour un pays de conserver sa liberté ds des domaines comme l energie !! meme si cela doit nous couter cher (c est le prix de la liberté)

                            bref, je suis contre cette privatisation ! elle ne rendra pas service aux consommateurs francais et notre pays sera a la merci des magouilles financieres des actionnaires et des multinationales (oulala le discours de coco :) )

                            bref, je suis pour que les Etats retrouvent un semblant de souveraineté et que les politiques fassent enfin leur boulot (oui je sais, c est beau de rever)

                            je sens que ca va etre folklorique jusqu aux elections !!!


                            • gem (---.---.117.249) 13 septembre 2006 12:24

                              Simple. Le boulot de l’état c’est de contrôler, pas de faire à la place. Sinon l’état est juge et partie, et il oublie de se juger proprement ; alors qu’il n’aura pas les même scrupules contre un acteur privé.


                            • Rage Rage 13 septembre 2006 13:40

                              Bonjour,

                              Il y a des choses que j’adore dans ce pays, et ferait cauchemarder tout homme doté de raison et d’éthique. Heureusement nous sommes tous ignorants... il paraît.

                              Que ce soit cette pu...te de P.Ollier qui présente ce type d’amendement ne m’étonne en rien. Exactement le type d’amendement condamnable, court termiste, anti raison et purement démago que l’on aime (ironie) à savoir une portée de tir Villepinienne (alors avant les élections jusqu’au 25 mai, et puis après moi le déluge) et avec un fond d’éthique surpuissant à savoir : vous avez été dérégulé, vous avez pris les risques pour vous en foutre plein les fouilles, on vous a incité à le faire parce qu’on pensait que ce serait le cas, et on s’est GRAVE planté. Donc on revient en arrière, mais sommes toute on présente nos erreurs pour le particulier !

                              Quelle politique d’avenir ! Vraiment à l’UMP, il y a vraiment tous les ramassis d’incompétents et de clientélistes de France. L’union pour mon portefeuille... Vous me direz au PS il faut enlever les toiles d’araignées pour trouver des gens viables, c’est un fait...

                              Quoiqu’il en soit, ces fameux libéraux ont de libéraux que la façade, puisqu’en réalité, ils sont libéraux quand ils gagnent, protectionniste donc régulateur quand ils perdent. Cette soif et imbrication du politique et de l’économique est NUISIBLE et NAUSEABONDE pour la France. Pour le moment seul UN candidat a osé le soulever : F.Bayrou. (JM Ayrault l’a souligné également)

                              Au moins sur ce point, il n’a pas tord.

                              Ce que j’aime avec les incompétents de type Nadine Morano, c’est qu’après avoir buglé 10 heures, ils s’enfoncent à chaque seconde dans des contresens sans fin : On sépare EDF-GDF car pas bien, mais d’un coup il faut que GDF-Suez fusionnent pour avoir la taille critique. On prone le libéralisme, mais quand ENEL veut racheter Suez on sort la croix du « patriotisme économique ». On veut sauver des entreprises pour l’image (Alstom) mais on ne fait rien pour la rendre compétitive (Bombardier est bien meilleure) et Européenne. On se dit pour la « rupture » mais on construit chaque jour des usines à gaz inextricables que même les juristes ne comprennent plus. On se dit pour la compétitivité, mais on refuse d’admettre qu’à force d’avoir délocalisé en Chine on est devenu la proie des grands groupes asiatiques (cf textile). On dit que l’on veut moins de chômage mais on fait tout pour que les savoirs-faire disparaissent et pour que les salariés soient dégoutés de bosser avec un patron qui se gavent sur leur dos.

                              Bref, on affiche un monde, et on s’arrime à celui qui nous sert de souffre douleur. Détruisez moi ça, mais surtout ne brulez pas mes avantages !

                              Oui, je le dis bien fort : cette démocratie ne fonctionne plus (pas) et il est grand temps de faire le ménage, au PS comme à l’UMP et plus largment à l’assemblée nationale et à tous les échelons territoriaux dont la superposition tue les décisions de raison.


                              • Jesrad (---.---.20.126) 13 septembre 2006 15:33

                                J’irai brandir la pique avec vous !

                                Mais seulement si je suis alors en inter-contrat, ou que j’arrive à décrocher un RTT smiley


                              • Philgri (---.---.139.167) 13 septembre 2006 15:29

                                À internaute 32.16.25,

                                Merci, à vous de réagir ! Certains sont bien réveillés !

                                Pérereau atteint 66 % du PIB le 15/12/2005 et en ne comptant pas tout ! Le tout c’est flou. (bonne partie des retraites ?)

                                D’autre part, le remboursement de la dette ne couvrent plus les intérêts ! Faillite ! et vu les mensonges d’États il faut s’attendre au pire.

                                Alors oui, je vais fort sur la dette, mais suis-je si loin du compte ?

                                L’arrivée au pouvoir d’une partie autre que droite gauche, nous permettrons au moins d’en savoir plus !

                                Quant aux manipulations gouvernementales, et la manière de nous présenter le sujet, nous semble plus que suspect. Non ?

                                Philgri


                                • (---.---.16.25) 13 septembre 2006 17:55

                                  Sauf que 66% du PIB, c’est justement la dette à hauteur de 1200 milliards, qui est la dette selon les critères européens.

                                  Le rapport Pébereau précise que si l’on tient compte des engagement de l’état en terme de retraites et de sécurité sociale, on atteint a peu près 2000 milliards de dettes (et là, on mesure le hors bilan facon IFRS), soit environ 120% du PIB.

                                  Pour ceux que ca intéresse, voir http://www.minefi.gouv.fr/notes_bleues/nbb/nbb301/pebereau.pdf#search=%22rapport%20p%C3%A9bereau%22, le rapport complet.

                                  L’explication des environ 2000 milliards (1170 dettes pures + 790 à 1000 d’engagements retraites/santé) se trouve en page 24 du PDF, ou page 21 du rapport.

                                  Est-ce plus clair ?


                                • Forest Ent Forest Ent 14 septembre 2006 01:13

                                  Les normes IFRS incluent les retraites parce qu’aux US ce sont les entreprises qui les gèrent pour leurs employés et que les entreprises se vendent et s’achètent.

                                  De là à dire qu’un engagement de dépenses de fonctionnement futures est une dette, il y a quand même un grand pas.


                                • gem gem 14 septembre 2006 17:55

                                  tu n’a pas écouter Stiglitz, toi. Les entreprises US ne gèrent pas les retraites, mais les retraites COMPLEMENTAIRES ; et en général, elles se contente de cotiser à un fond de pension, c’est plus simple pour elles et et plus sur pour les employés.


                                • Forest Ent Forest Ent 14 septembre 2006 18:31

                                  Oui mais elles circulent dans les comptes de l’entreprise et c’est pour cela qu’elles sont prévues dans les normes comptables.

                                  A propos, merci beaucoup pour toutes les précisions ci-dessus. Je suis content aussi que l’on soit d’accord sur un point : on peut être pour ou contre une privatisation, mais en tout cas il faut choisir.


                                • Philgri (---.---.142.74) 14 septembre 2006 09:23

                                  A internaute 32.16.25

                                  Plus clair ? Pas vraiment !

                                  1)il faudrait déjà deux ou trois autres sources (indépendante), pour ce faire une idée plus précise !

                                  2) le nombre de retraités en France prend des proportions qui ne suivent pas toujours les prévisions ! Départ pré-retraite, vieillissement de la population,...

                                  3) la population active n’est même plus un critère, puisque les chiffres ne représentent plus la réalité ! (RMI, non inscrits,...,)

                                  Difficile avec ces exemples de traficotas d’en tirer des conclusions précises ! Même le PIB est flou ! Quant à l’évasion fiscal, je n’en parle même pas !

                                  Biensure il ne faut pas tout mélanger ! mais tout recouper...

                                  Car, cela traduit une volonté certaine de maquiller les données !

                                  Ce qui me permet d’avoir des doutes plus que fondés ! De plus, les retournements de vestes en ce moment vont bon train ! Non ?

                                  Que cela plaise ou non, je répète, un pouvoir autre que la droite ou la gauche ferait certainement plus de clarté sur ce sujet sensible et dangereux pour notre devenir !

                                  Alerté les consciences me semblent plus que nécessaires et responsables ! tant mieux si je me trompe ! Mais les pratiques sont là !

                                  Philgri


                                  • (---.---.16.25) 14 septembre 2006 15:12

                                    Que puis-je ajouter ?

                                    En IFRS, vous devez définir votre engagement hors bilan. Cela inclut le coût des retraites de vos employés encore en activité. Les 790 à 1000 milliards correspondent au surcout des retraites, par rapport à ce que nous assumons déjà.

                                    Dans le cas d’une entreprise américaine, c’est indispensable puisque la société peut être rachetée, et l’acheteur devient responsable du paiement des retraites. L’acheteur récupère donc une dette sociale.

                                    Le départ en préretraite n’intervient pas, puisqu’il n’y a pas de pré retraite dans la fonction publique. Par ailleurs, on tente de chiffrer une dette actuelle tenant compte des retraites des fonctionnaires actuels. On ne tient pas compte de l’évolution de cette dette en fonction de nos investissements, dépenses, recrutement, acceptation d’un abaissement de l’age de la retraite. Pour Pébereau, la dette à fin 2005 est à 2000 milliards. Si nous lui demandions de refaire son évaluation à fin 2006, quel serait le résultat ?

                                    Si vous voulez tenir compte de dépenses non prévues à ce jour, potentiellement nous sommes endettés à 4000 milliards, ou à 8000 .... Il suffit de compter les dépenses pour les 10 prochaines guerres, les retraites des fonctionnaires pour les 3 prochains siècles, que sais-je encore ...

                                    Feriez vous le même calcul avec, mettons, votre logement. Supposez que vous ayez une dette de 200 000 euros pour votre logement. Diriez vous que votre dette est de 900 000 euros, en tenant compte d’une possibilité d’être au chomage pendant 3 ans, de vos 3 enfants qui doivent passer par l’école privée, et une université américaine, du cout de reconstruction de votre logement qui sera détruit par un avion, ce qui n’est pas couvert pas votre assurance, ..... Ce n’est pas sérieux.

                                    Je répète, l’idée était de chiffrer la dette en tenant compte du surcout des retraites des fonctionnaires actuels (une partie de leur retraite sera prise en charge par la disparitions des retraités actuels). Vous pouvez contester la méthode d’évaluation de Pébereau, mais expliquez nous votre méthode. Ne dites pas « on est à 2000 milliards, et il faut ajouter les retraites » sans préciser d’où vous viennent ces 800 milliards de plus que Pébereau. Vous avez manifestement sorti ce nombre de 2000 milliards à cause du rapport Pébereau, et vous avez ajouté les retraites ... qui étaient déjà prévues par la dette Pébereau.

                                    Il faut arreter d’en rajouter sur ce problème, parce que cela n’incite personne à regarder sérieusement les chiffres. Au contraire. On finit par se dire « encore un catastrophiste ».

                                    Or le problème est sérieux, et chacun devrait commencer à s’interroger sur la dette, sur l’utilisation de l’argent publique, sur la manière dont nos gouvernements nous présentent certaines mesures, par exemple des « dépenses » masquées en « moindre rentrée fiscale » (plus simplement des déductions sur les revenus, plutôt que des réductions d’impôts), ce qui permet d’annoncer une volonté de « non croissance des dépenses en volume » tout en engageant l’Etat dans de nouvelles « dépenses », qu’on n’annonce pas clairement que les impôts élevés (encore que la comparaison avec l’étranger est en fait difficile tant que les abbattements de base ne sont pas intégrés dans le taux marginal) que nous payons ne servent qu’à payer des intérêts d’emprunt (au passage, c’est un argument pour les profs qui s’entendent souvent dire « mes impots payent votre salaire », vous pouvez répondre « non non, cos impots comme les miens payent les intérets de la dette »), que c’est l’un des postes de dépenses les plus important, probablement le 2ème sous peu, que ces intérêts font des bons chaque fois que les taux grimpent, et qu’il est peut probable que les taux baissent, et qu’on continue à faire des cadeaux aux uns sans vérifier que l’impact est positif (30 milliards d’allègement de charges sur les bas salaires sans effet étudié sur le long terme (juste sur 6 mois, histoire de voir si l’effet d’annonce joue, et on ne regarde pas la suite), 30 milliards qui pourraient être répartis sur une plus grande plage de salaire pour essayer de casser cette barrière qu’est le seuil au delà duquel vous payez à nouveau la totalité des charges. Le prochain rapport de la cour des comptes, par exemple, va parler des mesures concernant la sécu et de l’absence de contrôle du respect des engagements de chacun. Tout ca nous coutent beaucoup d’argent, mais personne ne s’en préoccupe, obnubilé par la dette qui serait de 1200, 2000, 2500, 3500 milliards...

                                    Il vous suffisait de dire qu’à 1200 milliards de dettes (au sens les emprunts que nous avons déjà en cours de remboursement, donc au sens de Maastricht) nous avons déjà beaucoup de mal à gérer cette dette, et que nos futurs élus, de droite ou de gauche, devront nous en parler sérieusement, quitte à nous dire « ca va être dûr, mais il faut diminuer cette dette ». Et qu’ils nous annoncent « on peut décider de tel allègement, mais nous devrons annuler autre chose, on ne peut pas tout financer ». Qu’ils arretent de s’envoyer dans la figure les dettes que ceux d’en face ont créés, puisqu’ils ont tous augmenté cette dette.

                                    J’aimerai aussi que notre futur chef d’état nous dise un truc du genre « voici mes 3 priorités pour cette année, et je ne peux gérer que 3 priorités. Le reste, on s’en occupera l’année prochaine ». Parce qu’avec l’emploi, la réduction des déficits, la réduction d’impôts, l’amélioration du financement de la Sécu, le recrutement de policiers, l’éducation, les constructions de logements, la lutte contre l’immigration clandestine, la recherche .... ca finit par faire beaucoup de priorité, non ? A croire qu’il n’y a que des priorités.

                                    Pour une fois, faire comme les canadiens et dire « chaque ministre présente 4 projets pour l’année à venir, on met toutes les ressources prévues pour ces 4 projets sur le prioritaire. Si il reste de l’argent à la fin de l’année, il servira pour financer le projet suivant. On ne peut pas tout faire en meme temps », ce serait un grand pas dans l’honnêteté, non ? C’est difficile, surtout électoralement. Mais c’est nécessaire.


                                  • Philgri (---.---.142.182) 15 septembre 2006 07:37

                                    À 32.16.25,

                                    Merci pour cette longue réponse qui me rassure sur un seul point :

                                    Votre responsabilité de citoyen envers ce point noir que représente la dette publique.

                                    En effet, je suis effaré de voir l’inconscience générale sur ce sujet.

                                    Il est vrai que ce chiffre, en milliard d’euros, est tellement énorme que nous avons un peu de mal comprendre ce qu’il représente pour notre avenir.

                                    Si par malheur, malgré une volonté affichée de Thierry Breton de vouloir réduire ce gouffre, nous constatons que cette dette est toujours en progression, je crains le pire dans les cinq-dix ans à venir.

                                    J’apprécie tout autant votre point de vu sur votre perception des priorités et des responsabilités de nos politiques, qui je le rappelle, ne sont pas simplement là pour éteindre des incendies, mais pour nous donner des directions claires et précises, prenant en compte uniquement l’intérêt général.

                                    Aujourd’hui et depuis très longtemps, je constate que les bonnes volontés passent à la trappe, et que le bon sens reste partisan ! Nous nous ruinons ! et nous n’avons plus de manches a se retroussé.

                                    Nous rentrons dans une campagne électorale avec une seule proposition : serrer plus fort la ceinture ! alors, il faudra nous dire pourquoi ! pour nourrir les Lobbys qui nous assassinent ? Pour restreindre un peu plus nos libertés ? j’en est bien peur. Sinon il n’y aurait pas tous ces débats, autoroutes, EDF, Dadvsi retraites ou autres. Il y en a tellement.

                                    Et là, je deviens méchant. Très méchant... Car, ne pas se reconnaître dans aucune direction depuis toujours, et de s’apercevoir que nous formons aujourd’hui une majorité de français, il va falloir que cela change ! de grés ou de force.

                                    Je vous remercie par ailleurs de votre calme et de votre patience, en prenant de votre temps de nous éclairer sur ce thème qui devrait faire crépiter nos claviers pendant un bon moment.

                                    Philgri.


                                    • Forest Ent Forest Ent 20 septembre 2006 19:46

                                      Dernière minute : le « canard enchaîné » d’aujourd’hui publie cette info. C’est le seul.

                                      Selon lui, ces amendements ont été votés et surnommés par des députés UDF « l’amendement vaseline ». C’est bien trouvé. smiley

                                      C’est quand même fort de mettre dans la loi sur la privatisation de GdF une sorte de constat de précarité de la libéralisation au nom de laquelle cette privatisation est faite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès