Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Retraite et équité

Retraite et équité

Dans le monde du vivant rien n’est figé, l’évolution est la règle et la recherche d’un équilibre en permanence est chose naturelle.

L’un des états de la vie humaine aujourd'hui, que l’on appelle retraite ne saurait échapper à cette règle.

L’humain évolue depuis son apparition, souvent pour s’adapter aux contraintes imposées par son environnement, trop rarement par esprit aventureux. Je suis très heureux que certains de mes ancêtres soient sortis de leurs cavernes, pour acquérir leur propre expertise, découvrir et comparer, se remettre en question avant de donner des leçons, et nous conduire à la civilisation d’aujourd’hui qui nous permet de vivre une « retraite ».

Mais il est maintenant nécessaire que celle-ci soit équitable.

Pour entrer dans le concret, cette fameuse retraite est à examiner sous deux aspects :

  1. les conditions de sa liquidation (modalités de départ et calcul du montant initial),
  2. les conditions d’évolution de la pension après la liquidation.

Tout ce qui concerne l’item numéro 1 (âge, montant initial, taux…), relève d’avantages acquis et/ou négociés et de la Loi.

Certains avantages acquis sont devenus aberrants, surtout si c’est le contribuable ou l’ »obligé » qui doit les payer.

Ils seraient même assimilables dans ces deux derniers cas à des privilèges, ce qui devient malsain pour notre organisation sociale. Les parlementaires ne sont pas en reste dans ce domaine, et seraient même à placer en tête de gondole, puisqu’ils se sont auto-alloués des avantages faramineux.

Les bénéficiaires défendent ces avantages becs et ongles lorsqu’on fait mine de s’y intéresser. Dans ce domaine, la manipulation est de rigueur, servie par l’ignorance de la plupart des medias, et sûrement aussi par celle de nombreux parlementaires honnêtes.

Selon certains , un avantage acquis et financé par ponction dans la poche des autres Français, devrait rester immuable, et les principes de notre République (Egalité et Fraternité) ne sauraient s’y appliquer. Je ne peux résister à l’envie de citer la plaisanterie : « Avantages acquis ? A qui ? A nous ! Le reste est à négocier ! »

Le deuxième item relatif à cette fameuse retraite (les conditions d’évolution après la liquidation) mérite aussi un examen très approfondi, car l’équité n’est pas toujours la règle dans le domaine de la progression des pensions.

Ces conditions d’évolution après la liquidation devraient être identiques pour tous, et ne plus relever d’avantages acquis, en particulier pour les régimes spéciaux rattachés au régime général, ou ceux qui sont financés par l’argent « public ».

Certaines organisations ou entreprises relevant de régimes spéciaux se sont d’ailleurs séparées (ou vont se séparer) de la charge du paiement de leurs pensions, en confiant ce soin au régime général (exemple d'EDF), après avoir payé une soulte pour compenser des rapports (nombre de retraités/nombres de cotisants) très défavorables.

On a tendance à oublier, et c'est là un point très important, que certains régimes accordaient à leurs retraités des augmentations annuelles semblables à celles de leurs salariés actifs.

Avec ce système de revalorisation des pensions, on pouvait par exemple arriver, en comparant deux montants de pensions (une affiliée à un régime spécial, et l’autre au régime général), identiques au moment de la liquidation, à un doublement de l'une par rapport à l'autre au bout de 30 ans, en présence d'un coup de pouce supplémentaire de 2,24 % chaque année.

Je sais que 30 ans de retraite, c'est un peu optimiste, et 2,24% bien généreux aujourd’hui, mais cela donne une idée des décalages obtenus en cumulant ces écarts année après année, surtout en présence d’années à forte progression salariale.

Il s’agit là d’une progression de type « géométrique » dont le financement était insoutenable, d’autant plus que les cotisations des actifs n’augmentaient pas dans les mêmes proportions.

On découvre là une bonne raison qui a poussé les partenaires sociaux bénéficiaires de ces régimes spéciaux (entreprises et syndicats la main dans la main) à se « débarrasser » de la charge de leurs retraités sur le dos des autres salariés. Leur système allait en effet « dans le mur ».

Qu’en pensent nos responsables de syndicats ouvriers, qui négocient pour les salariés du secteur privé, ceux-ci devant s’adapter coûte que coûte ? La très grande majorité de leurs syndiqués bénéficient de ces régimes spéciaux. Ces responsables sont sous pressions, et devinez quelle pression est la plus forte pour que rien ne bouge dans ce jeu de dupes de « qui paie pour qui ? ».

Il serait aujourd’hui inimaginable, et c’est à vérifier au cas par cas, que certains retraités issus de ces régimes spéciaux, continuent de bénéficier d’augmentations supérieures à celles du régime général, alors qu’ils s’y trouvent maintenant intégrés.

Dans le cas contraire, les besoins de financement des pensionnés de régimes spéciaux, qui continueraient à évoluer en progression géométrique, ne peuvent que conduire à l’éclatement de notre système de retraites.

Avant de faire évoluer l’âge de départ à la retraite, il me paraît indispensable au nom de l’équité, de procéder d’urgence à un toilettage des avantages des conditions de versement des pensions :

versements annuels répartis en douze mensualités,

évolutions identiques pour tous et à la même date.

Ceci devrait adoucir et retarder de quelques années, les mesures liées à l’âge de départ, qui seront tout de même inéluctables si nous souhaitons vraiment conserver notre système, et avancer tout en gardant notre équilibre.


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 21 décembre 2012 20:15

    pret a retourner bosser ?


      • foufouille foufouille 21 décembre 2012 21:56

        il censure grave le bourgeois « retraite »


      • Romain Desbois 21 décembre 2012 21:57

        Pourquoi avoir replié mon commentaire ? c’est une réponse à votre article !


      • Papy Geon Pas Pigeon 21 décembre 2012 22:19

        C’est une erreur de manipulation de ma part.
        Avec mes excuses.


      • Papy Geon Papy Geon 22 décembre 2012 09:34

        Pour des raisons d’équité et de lisibilité, je pense que la progression des pensions doit être la même pour tous. C’est tout simple, et peut-être révolutionnaire, mais cela est très clair.
        Je précise qu’il s’agit bien de la progression de la pension, une fois que la retraite a été liquidée.
         
        Il ne s’agit pas des conditions de départ (âge et montant initial). Chaque personne part en retraite avec un certain montant initial de pension, fonction de ses conditions de travail, de ses accords spécifiques d’entreprise, de ses avantages acquis (à la condition expresse que ce soit l’entreprise qui les finance, et non les autres salariés moins bien lotis via leurs impôts ou leur consommation).

        Il y a aussi l’aspect « âge de départ en retraite », très vaste sujet.
        Chacun devrait pouvoir bénéficier de sa retraite par répartition lorsqu’il a suffisamment travaillé, et cela est mis en musique aujourd’hui.
        En effet, les personnes qui ont commencé à travailler jeunes peuvent prendre leur retraite avant l’âge légal, depuis l’adoption de la Loi Fillon de 2003. Un décret Fillon avait prévu d’appliquer ce principe aux personnes ayant commencé à travailler avant 17 ans. Un nouveau décret relatif à cette Loi vient d’étendre cette possibilité aux personnes ayant commencé à travailler avant 20 ans. C’est une bonne chose. Les personnes ayant suffisamment travaillé peuvent partir avant 60ans.
        Il ne faut pas oublier ceux dont les conditions de travail étaient pénibles (travaux répétitifs, intempéries,...), et qui peuvent partir avant l’âge légal. C’est aussi un vaste sujet. Il y a du grain à moudre dans ce domaine, car beaucoup de salariés ont tendance à trouver leur travail pénible.

        Pour ceux qui ont commencé à travailler après 20 ans, il faut distinguer ceux qui peuvent partir à l’âge légal (prévu à 62 ans en 2017) avec un taux plein (c’est à dire avec tous leurs trimestres) et les autres, de plus en plus nombreux, qui partirons plus tard s’ils veulent bénéficier de leur taux plein. Pour ces derniers, il devient nécessaire de stopper le recul de l’âge légal d’obtention du taux plein (67 ans en 2017).

        Il faut surtout traiter tous les problèmes exposés avant d’examiner si, à partir de 2017, il faut encore déplacer le curseur pour maintenir l’équilibre...

        et bien sûr examiner toutes les possibilités de financement. Les syndicats ouvriers et patronaux (ou salariés et employeurs pour ne choquer personne) doivent absolument mettre de côté tous les égoïsmes.


      • Romain Desbois 22 décembre 2012 17:33

        avez vous été voir mes propositions en la matière ?

        Je pense que l’on se rejoint sur certains points


      • le COR A DIT:RECUL DE LA RETRAITE A 64 ANS ET AUTORISATION D AVOIR UN PTIT

         BOULOT A 64 ANS POUR PAS CREVER DE FAIM ET FAIRE LES POUBELLES...

        MERCI BALLAMOU (RERAITE PLUS CALCULé SUR LES 10 MEILLEURES ANNEES )

        MERCI PRESIDENTS LE FOU ET LE MOU (SARKO ET MOUMOU )

        MERCI LA DICTATRICE PARISOt QUI DIT( la vie et l’amour sont éphèméres...pourquoi pas le

        travail )

        mauvaise année et mauvaise santé A VOUS 4


      • RETRAITE CALCULEE SUR LES 25 DERNIERES ANNES ET NON PLUS SUR LES 10

        MEILLEURES ANNEES (merci ballamou-balladur )


      • Irina leroyer Irina leroyer 22 décembre 2012 00:57

        vous n’etes pas sans savoir que le système de retraite « par répartition » est promis à une faillite imminente. le nombre de cotisants en perpétuelle diminution ne pourra satisfaire le nombre d’ayant droit en constante augmentation. 


        cela fait plus de 40 ans que l’on sait pertinemment que l’on va dans le mur !

        alors que si en 1970, on avait pris la décision courageuse mais pas électoraliste d’éteindre la mèche de cette bombe à retardement, nous n’en serions pas là !
        en 1970 : 97% de cotisation pour la répartition et 3% en capitalisation, puis en 1972 94% pour la répartition et 6% en capitalisation, puis en 1973 91% pour la répartition et 9% en capitalisation et ainsi de suite jusqu’en 2003 ou les cotisations auraient atteint 100% en capitalisation. 10 ans plus tard en 2013 il n’y aurait aucun problème car l’argent serait là sous forme d’un capital placé à la caisses des dépôts et consignations. 

        chacun pourrait partir heureux et content en retraite à la carte à n’importe quel age, le montant de la pension étant calculé par rapport à l’espérance de vie moyenne. 

        mais pour des raisons bassement électoralistes et sous la pression des syndicats et de leur idéologies dépassées, les politiques ont préféré la facilité et ainsi mentir aux cotisants en vantant les mérites humanistes et solidaires de ce système pourtant mathématiquement voué à l’échec.
        car c’est seulement pour des raisons arithmétiques que ce système ne pourra fonctionner sans arnaquer la grande majorité des cotisants. mais l’idéologie stupide l’a emporté sur la raison. quel cadeau pour nos enfants !

        Irina

        • JL JL 22 décembre 2012 10:38

          Irina Keroyer,

          vous êtes victime d’intox. Mais pour le comprendre il faut faire un effort intellectuel.

          Imaginez une famille solidaire vivant en autarcie. Les jeunes travaillent, et les vieux sont entretenus.

          Imaginez maintenant la même famille devenue individualiste. Chacun devra mettre un peu de bouffe de coté, pour ses vieux jours. Je vous laisse imaginer le topo.

          Ce que vous proposez, les fonds de pension que vous appelez improprement capitalisation (*), ça peut se constituer en période de croissance, mais pas en période de crise. Aujourd’hui il n’y a pas assez d’argent pour que les caisses se privent d’une partie des rentrées d’argent pour jouer les écureuils.

          On pourrait très aisément passer d’un système par fonds de pension à un système par répartition. L’inverse n’est pas possible sans léser les ayants droit pendant la durée de capitalisation, et avant d’avoir atteint un équilibre. Et d’ailleurs, quel sera cet équilibre ? Qui dira stop ! On a assez de capital ?

          Un système par capitalisation est une usine à gaz incontrôlable, comparé à un système par répartition. Les fonds de pension ne sont pas autre choses que des organismes de gestion de portefeuilles, avec la différence que les calculs de répartition sont différents du fait que la rente n’est due que pour une durée limitée : en gros, l’espérance de vie du ’jeune’ retraité (comme on dit jeune marié).

          Outre que la pression sur les actifs est sinon plus forte, au moins égale à celle que font peser les retraites par répartition, je vous pose la question : qu’est-ce qui vous garantit que votre fond de pension ne sera pas tenté un jour ou l’autre, de jouer un jour les Madoff ? Et quand le capital aura fondu comme neige au soleil dans les poches des gestionnaires grisés par tant de richesses, vous n’aurez au mieux en face de vous qu’une caisse de retraite par répartition, encore heureux si les gestionnaires ne se sont pas fait la malle avec même les encours.


        • JL JL 22 décembre 2012 10:44

          Irina Leroyer,

          je m’aperçois que j’ai oublié l’astérisque (*)

          Ce qu’on appelle retraite par capitalisation qu’il ne faut pas confondre avec les fonds de pension, c’est une retraite par répartition mais qui fonctionne par capitalisation de points. La valeur du point est actualisée chaque année : c’est la variable d’ajustement. Elle varie dans des limites contenues.

          Dans un fond de pension, la variable d’ajustement dépend d’un tas de paramètres incontrôlables et peut varier dans des limites catastrophiques pour les ayants droits.

          Combien d’entre eux n’ont-ils pas déjà été ruinés ? Les exemples pullulent pour qui veut se donner la peine de voir.


        • pilhaouer 22 décembre 2012 10:51

          "vous n’etes pas sans savoir que le système de retraite « par répartition » est promis à une faillite imminente. le nombre de cotisants en perpétuelle diminution ne pourra satisfaire le nombre d’ayant droit en constante augmentation. « 

          La propagande recommence !
          Et de proposer la retraite par capitalisation, en évitant d’indiquer qu’elle a ruiné de nombreux retraités anglo-saxons.

          La retraite par répartition finance les retraités de maintenant, ce n’est ni une épargne, ni un salaire différé.
          Ce qui signifie que c’est la production de maintenant qui doit financer les retraités de maintenant et cela n’a rien à voir avec le ratio actifs/retraités car si la production stagne malgré les gains de productivité, c’est surtout parce que la captation d’une part de plus en plus grande des richesses par les grands actionnaires entraîne une baisse des investissements et interdit toute vision d’entreprise à long terme.

          En réalité le choix de société se situe entre une société du chacun pour soi absolument intenable à long terme ou une société de partage et de solidarité que les Kessler et consorts s’acharnent à détruire pour leur profit personnel.

          Pour savoir ce que seront les retraites versées dans dix ou vingt ans, il ne s’agit pas d’imaginer combien d’Euros aura encaissé AXA d’ici-là, car les euros ne fabriquent pas d’euros ni ce que sera le ratio actifs/retraités mais ce que sera la production dans dix ou vingt ans .

          La retraite par capitalisation est une double escroquerie :

          1. La finance prélève ce qui aurait du servir à verser les retraites des retraités de maintenant.
          2. Elle utilise ces fonds pour spéculer sans que rien ne garantisse les retraites des plumés.

          Une des pubs d’AXA actuellement comporte le slogan :  »Augmentez vos revenus à la retraite et réalisez 41% d’économie d’impôts sur les sommes versées "

          Traduction  : Vous avez trop de revenus, vous en avez marre de contribuer à la solidarité par l’impôt, nous pouvons vous aider !


        • Romain Desbois 22 décembre 2012 11:13

          Une partie de la solution est de faire partir ceux qui veulent dès 60 ans sans conditions, en gros au moins revenir au système avant Fillon/Balladur.

          Car cela libérera des postes pour les chômeurs, donc les cotisations chômage pourront baisser et on pourra augmenter d’autant les cotisations retraites.

          En plus à chaque échelon , une place qui se libère fait progresser tout le personnel de l’echelle.

          Donc une augmentation du pouvoir d’achat pour tout le monde.

          Le problème des retraites est donc qu’il n’ y a pas assez de retraités et trop de chômeurs.


        • Irina leroyer Irina leroyer 22 décembre 2012 17:56

          A JL et le suivant.


          Vous êtes si nul en math que vous n’êtes pas capable de faire une règle de 3 !

          a moins que vous persistiez à défendre un système caduc envers et contre tout. ce ne sont pas des oeillères idéologiques que vous portez mais carrément un bandeau sur les yeux. Vous n’osez pas avouer que votre vie entière est une erreur. vous n’avez aucun argument tangible pour étayer votre système basé non sur la solidarité (mot galvaudé) mais sur l’obligation aux génération future d’assumer nos erreurs ! Et si ils n’étaient pas d’accord , Y avez vous pensé ?
          évidemment dans votre système on les y obligera à la force des baïonnettes , n’est ce pas ?

          votre système est basé sur une fuite en avant perpétuelle, c’est une folie !

          Bien évidemment le changement répartition/capitalisation ne peux se faire instantanément, il faut une génération (33 ans). vous n’avez pas lu ce que j’ai écrit : personne n’est lésé bien au contraire. Il est bien évident que c’est l’état et non des boursicoteurs escrocs style Madof qui doit garantir les fonds capitalisés. pour ça il y a la caisse des dépôts et consignations. 

          les seules solutions que vous proposez sont :
          1°) accroître le racket fiscal qui n’a pour résultat que de faire fuir les capitaux à étranger.
          2°) emprunter a tord et a travers sans savoir si vous pourrez rembourser. Pire encore en laissant ce cadeau empoisonné aux génération futures.

          c’est ça que vous osez appeler « solidarité » ? moi j’appelle ça de l’inconscience délirante !

          essayez donc pour une fois de vous remettre en question. on m’a toujours dit qu’il vaut mieux paraître con 5’ que toute une vie !

          Irina



        • Romain Desbois 22 décembre 2012 18:04

          Et toi tu sais compter ou tu crois être devenue ingénieure que par la force de tes petits bras ?

          Va demander aux japonais ce qu’ils pensent de la retraite par capitalisation !
          Certains en sont réduits à commettre des meurtres pour espérer être emprisonnés, tellement les conditions de vie de ces retraités ruinés est déplorable.

          Tu ne cesse de dénigrer les autres comme si tu étais la seule à savoir compter.

          tu te prends pas pour une merde.. tu l’es !


        • JL JL 22 décembre 2012 18:24

          Ma petite Irina,

          quand tu auras cotisé autant que moi, tu pourras la ramener.

          Tout ce que tu dis ci-dessus est excessif. J’en déduis que tu te la pète aussi dans ton CV.

          Tu n’as rien compris à ce que j’ai écrit plus haut. Des règles de trois, j’en faisais déjà en calcul mental - oui, on faisait ça sur une ardoise en ce temps là - que ton père n’était pas encore né.

          Ceci dit, j’ai argumenté des centaines de fois sur ce sujet pour répondre aux têtes de lard qui y reviennent encore et toujours.

          C’est toi qui n’a aucun argument, si tu crois que la solution c’est les fonds de pension , que tu confonds bêtement avec la retraite par capitalisation.

          PS : je ne tutoies quasiment jamais personne ici, mais quand c’est un blanc bec insolent qui prétend m’en remontrer, je fais parfois une exception.


        • Kookaburra Kookaburra 22 décembre 2012 18:24

          Je n’ai aucune compétence dans le sujet, mais l’idée proposée pas Irina, malgré les objections solides de JL, me semble bonne, à condition, évidement, que le fonds que le travailleur cotise soit garanti pas l’Etat.


        • JL JL 22 décembre 2012 18:32

          Kookabura,

          pourquoi l’État garantirait-il des fonds de pension ? Si l’Etat peut garantir les fonds de pension, a fortiori il peut garantir les retraites par répartition. C’est seulement une question de choix et de volonté politique.

          Connaissez vous le principe dit du rasoir d’Occam ? Le seul système de retraite qui satisfasse à ce principe est le système par répartition. Les fonds de pensions sont des usines à gaz basés sur l’individualisme capitaliste : un comble pour un système à prétentions solidaires.


        • Romain Desbois 22 décembre 2012 18:34

          kook

          Les retraites des fonctionnaires sont par capitalisation, ils ne cotisent pour payer les retraites des fonctionnaires d’aujourd’hui. Et pourtant l’état n’a pas provisionné sa part patronale ; c’est un trou estimé à 900 milliards d’euros d’ici à 2020 que l’état va devoir combler.

          A rajouter à la dette. smiley


        • Irina leroyer Irina leroyer 22 décembre 2012 18:50

          romain des bois,


          je te prie avant tout de rester poli !

          néanmoins ton courroux provient certainement du fait qu’il n’est pas toujours agréable de se rendre compte que l’on a été constamment dans l’erreur pendant des années.

          le système par capitalisation est dangereux si par appât du gain on joue ses économies au casino ou en bourse ! ce qui est le cas des japonnais dont tu parles. le jeu est un vice comme l’alcool ou la drogue ; ne tombons pas dans ce travers !

          dans ce que j’ai proposé, il n’a jamais été question de jouer l’argent des retraite en bourse façon Madof. les victimes des Madofs ne sont que des naïfs attirés par de l’argent facile gagné non pas par le travail mais par la spéculation. 

          par contre le système par répartition est en faillite et on l’avait prévu depuis 40 ans ! ce qui est indigne c’est de n’avoir rien fait pendant tout ce temps par soucis électoraliste pour ne pas déplaire à une idéologie complètement dépassée.

          si je suis devenue ingénieur, c’est à la force de mon travail, car mes parents étaient ouvriers.

          je n’ai de crédit que sur mon modeste appartement, mais si je ne pouvais plus rembourser mes traites, je peux le vendre et ne devrait rien a personne !

          ta conception des dettes n’est manifestement pas la même : tu applaudis quand on emprunte à fonds perdus et en laissant aux générations futures le soins de rembourser ! je ne penses pas que se soit ça la définition du mot solidarité. 

          Irina

        • Kookaburra Kookaburra 22 décembre 2012 19:12

          D’accord JL, je manque de connaissances pour pouvoir argumenter, mais je reste un peu dans le doute. Le problème aujourd’hui c’est la démographie. Ma réponse de Candide : OK, que chacun s’occupe de sa propre retraite. Si vous commencez à parler de solidarité, je vous livrerais une tirade, mais, hereusement vous écartez toute considération éthique pour rester objectif. Je l’apprécie.


        • Irina leroyer Irina leroyer 22 décembre 2012 19:17

          JL,


          je comprends que tu soit mal l’aise quand tu constates que non seulement j’ai des arguments basés sur une logique que malheureusement tu ne peux admettre alors que toi tu n’as que la railleries pour défendre ton opinion. 

          donc tu joues sur les mots : fonds de pensions, capitalisation... histoire de noyer le poisson comme les gouvernants le font depuis 40 ans. 

          je te demande également de rester poli, sans quoi le débat n’est pas possible. 

          en bref, puisque tu approuves ce qui à été fait au niveau des retraites, explique moi quelles solutions tu va mettre en oeuvre pour sauver ce système de la faillite ?

          tu as pu constaté que le processus a déjà commencé. 

          comme tu me dis que tu as beaucoup cotisé tu fera donc partie des principales victime de cette escroquerie car le principe qui va s’appliquer ne sera pas linéaire, ce sera le nivellement vers le bas. C’est à dire que ceux qui ont peu cotisé ne seront que très peu affectés, voire pas du tout, tandis que les gens comme toi vont toucher beaucoup moins que ce qu’ils espéraient au vu de leurs cotisations. quand ce jour (malheureusement prochain) viendra, je pourrais rire de ta déconvenue, mais tu vois je trouve cela plutôt triste et le coeur n’y est pas.

          Irina

        • Irina leroyer Irina leroyer 22 décembre 2012 19:25

          merci kookabura,


          le gros inconvénient de la démocratie telle que nous la connaissons est que quand une majorité est dans l’erreur, l’erreur est commise quand même. le deuxième inconvénient est que même quand on se rend compte de l’erreur, on ne veut pas l’admettre et que l’on persiste dans l’erreur par fierté mal placée.

          néanmoins je te remercie de ton soutien, je n’ai plus l’impression d’être seule.

          Irina

        • Romain Desbois 22 décembre 2012 19:26

          irina

          Toi qui demandes de rester poli, alors que tu insulte tout le monde depuis hier ?

          Non madame l’état français t’a un peu aidé il me semble, puis ceux qui ont fait tourner la boutique pendant que tu faisais tes dents, pendant que tu perdais ton pucelage et pendant que tu « ingénieurais », besognais estudiantine.

          Sur le système par répartition , il est évident que si il faut 2 actif pour payer la retraite d’une personne, dès le début ca ne pouvait tenir car il faudrait doubler le nombre de salariés à chaque génération.

          si c’est ça que vous voulez expliquer , nous sommes d’accord :

          Voici ma proposition :


        • JL JL 22 décembre 2012 19:53

          leroyer,

          je ne sais pas qui vous êtes et je reprends le vouvoiement parce que ça me débecte de tutoyer et d’être tutoyé par des gens comme vous qui déboulent ici en insultant, je cite : "Vous êtes si nul en math que vous n’êtes pas capable de faire une règle de 3 ! ... ce ne sont pas des œillères idéologiques que vous portez mais carrément un bandeau sur les yeux. Vous n’osez pas avouer que votre vie entière est une erreur." etc etc.

          Et ça se permet de réclamer qu’on soit poli ! Mais vous d’où il sort celui-là ???

          Mes arguments ? Mais vous bête trop bête et trop imbu de vous même et de vos mantras libéraux, que je perdrais mon temps à vous expliquer. J’ai cité un article que j’ai écrit il y a cinq ans sur le sujet pour des gens plus intelligents et plus honnêtes que vous. Je ne vais pas me fatiguer pour quelqu’un qui n’est rien ici.


        • Irina leroyer Irina leroyer 22 décembre 2012 20:42

          romain des bois,


          j’ai lu ta proposition. Elle a le mérite d’être claire par rapport à l’escroquerie actuelle. mais elle reste néanmoins utopiste car dans ton système, ou les retraites seront misérables ou les impôts à payer seraient insupportables. par contre le point positif c’est qu’on ne prends pas les gens pour des ballots et qu’on leur annonce directement la couleur.

          mais arrêtons de rêver et restons concrets : ce que je propose n’est malheureusement plus réalisable car c’est top tard ; il aurait fallu réagir et avoir du courage en 1970, mais cela n’a pas été le cas. donc la situation est la suivante : les caisses sont vides et il y a une énorme dette ; nous somme donc en négatif. pour éviter la faillite il va falloir payer ou plutôt moins toucher , ce qui revient au même. le mot solidarité va donc s’appliquer dans sons vrai sens : répartition veut bien dire que l’on va répartir ; Répartir un plus petit gâteau pour plus de convives. par solidarité envers les plus démunis, ceux qui devaient toucher des retraites « confortables » au vu de leurs cotisations seront donc les plus affectés. je ne vois pas d’autres solutions à moins de faire exploser le racket fiscal, mais c’est techniquement irréalisable. 

          nous sommes donc d’accord sur un point :« il est évident que si il faut 2 actif pour payer la retraite d’une personne, dès le début ca ne pouvait tenir car il faudrait doubler le nombre de salariés à chaque génération. » 
           donc depuis le départ ce système est voué à l’échec, ce qui me révolte c’est surtout le fait de l’avoir dissimulé....

          je trouve déplacés tes propos sexistes concernant « la perte de mon pucelage » et ta jalousie du fait que j’ai fait des études.  

          Irina

        • Romain Desbois 22 décembre 2012 21:03

          quel sexisme il ya dans le pucelage ? Les mecs aussi naissent vierges !!!!

          Dire qu’avec mon système les retraites seraient minables m’étonne puisque la retraite à taux plein est au minimum le SMIC (ce qui bien mieux que maintenant pour la plupart des retraités).

          Le financement serait fait d’abord par la progressivité des cotisations et par le fait que ca devient un budget de l’Etat comme l’est l’éducation nationale ou la Défense.

          Le truc est de déconnecter les cotisations des prestations.

          Mais déjà si avant de dire que les caisses sont vides, on s’interrogeait sur les comptes de la CNAV ? le salaire de sa présidente est top secret et mieux gardé que celui de Hollande. La CNAV détourne l’argent des cotisations pour sponsoriser des épreuves sportives , pour se faire une pub dont on se demande pourquoi faire sinon pour détourner des fonds.
          La CNAV finance 80 000 aides ménagères pour les vieux avec l’argent des cotisations retraites en lieu et place de la sécu !!!

          oui il faudrait bien faire le ménage, avant d’en déduire que le système est déjà mort.


        • pilhaouer 23 décembre 2012 08:18

          Provocations de troll maniant seulement l’insulte en l’absence d’arguments et de capacité de raisonnement .
          Ignorance totale de ce qu’est le capital fictif et pas seulement.

          Pas de dialogue possible dans ce cas.

          « on m’a toujours dit qu’il vaut mieux paraître con 5’ que toute une vie ! » ... dites-vous avec « l’élégance » qui vous caractérise ...
          Il est cependant probable que vous ne paraissiez pas seulement ... peut-être êtes-vous ... définitivement !


        • ET SI LES ENTREPRISES DU CAC 40 OU MEDEF PAYAIENT LEURS COTISATIONS SOCIALES ET

           DE RETRAITE....on ne serait pas autant dans la mouise (vir retraire des patrons et des élus pour

          10 ans de MANDAT....EN PLUS ILS OBTIENNENT LA LEGION D HONNEUR SI

          CONTREVERSEE...................................

          @ leroyer... sans les syndicats dont celui de la magistrature vous seriez en DICTATURE !!!!!!!!!!


        • FAUX ROMAIN DES BOIS@LES FONCTIONNAIRES ONT UN REGIME DE RETRAITE PAR
           
          REPARTITION ET SEULEMENT DEPUIS 2005 UNE MINI COMPLEMENTAIRE PAR

           CAPITALISATION très très petite car nouvelle....je touche 30 euros/MOIS de cette retraite a ...64

           ans..........................QUI DIT PIRE...., ??


        • @leroy......DECISION COURAGEUSE ....MON C..

          la seule solution était de mettre une taxe TOBIN sur les revenus de la bourse et de l’immobiler

           locatif de 1% et non comme la CEE l ’a fait DE 0.01%

          cela comblerait le trou de la secu et des caisses de retraite (1140 milliards :an....)

          et le vol de cotisations des entreprises du cac 40 et du medef.....


        • Romain Desbois 23 décembre 2012 19:23

          oui il y a malentendu.

          Les fonctionnaires ne cotisent pas pour payer la retraite actuelle des fonctionnaires en retraite. Leur cotisation est thésaurisée pour payer leur propre retraite.

          C’est la différence avec le privé dont les cotisations actuelles servent à payer les retraites actuelles.

          Je ne faisais pas allusion à la Préfon (qui au passage est un système que l’on refuse au privé)


        • @irina doit fréquenter des cadres sup...qui ont droit dans leurs entreprise a une retraite par

           capitalisation nommé« article 82 du code général des impots. »..au lieui de donner un plus de

          salaire de 1000 euros lui revenant a 1700 euros.il donne a ses salariés 1000 euros pour le collège cadres supèrieurs QUI REVIENT SEULEMENT A 400 EUROS DONC GAIN POUR L ENTREPRISE GRACE l ART 872 DU CGI 60%...
          la meme chose est possiible pour la mutuelle et la prévoyance...

          EN PLUS DU GAIN DE 1300 EUROS....LE PDG FIDELISE SON STAFF DE CADRE

          ET IRINA DIT N IMPORTE QUOI POUR SE RENDRE INTERESSANTE...LES SYnDICATS SONT TOUT A FAIT POUR...


        • UNE VRAIE TAXE TOBIN DE 1% (sur les gains en bourse et les gains immobiliers) soit 1140 MILLIARDS AN PERMETTRAIT DE CONSACRER AUX

          JOYAUX DE L ENTREPRISE LES SALARIES 1140 MILLIARDS POUR SUPPRIMER LA DETTE EN

           RETRAITE PAR REPARTTITION..ET RECOMPENSER NON LES ACTIONNAIRES MAIS LES SALARIES DE L’ENTREPRISE SANS DISTINGUO DE COLLEGES cadres sup moyens...agents de maitrise et employés........................ IL Y AURAIT BEAUCOUP MOINS D INJUSTICE DANS LE CALCUL DES RERAITES


        •  5 ANS DE MANDAT 2400 EUROS DE RETRAITE LA PLUS GRANDE ARNAQUE DU MONDE


        • DESOLE D ’ETRE FRANC.IRINA VOTRE CULTURE SOCIALE ET ANTI SYNDICALE SEMBLE

          COIMPORTER DE TRES GROSSES LACUNES . vous dites beaucoup de betises

          bonne année bonne santé quand meme....


        •  @ r desboisTU AS TOUT A FAIT RAISON

          il ne faut pas sortir de st cyr pour savoir compter meme IRINA peut compter

          style « A MOINS DE 9000 EUROS/MOIS VOUS N ESTES PAS FREQUENTABLE »


        • JL JL 6 janvier 2013 10:56

          «  il est évident que si il faut 2 actif pour payer la retraite d’une personne, dès le début ca ne pouvait tenir car il faudrait doubler le nombre de salariés à chaque génération. » (leroyer)

          Oui, c’est bien connu, les retraités ne meurent pas !

           smiley

          Pfff ! Quelle bêtise.

          Irina leroyer n’est probablement qu’une imbécile. On dirait une certaine Pallas qui a sévit ici il y a longtemps, et qui tenait des propos aussi stupides, toujours en faveur des riches.

          Le discours de leroyer est fait à la fois, de séduction et de clichés et mantras libéraux, entrecoupé de saillies débiles et d’à propos complètement à coté de la plaque, par exemple, me dire à moi : « si vous voulez qu’on dialogue ... », « vous n’êtes pas intéressant... », « je suis déçue... », etc.

          Qui souhaite dialoguer avec ça ? Je vous le demande.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès