Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Retraites chapeaux à PSA. « Les 70 millions doivent revenir aux (...)

Retraites chapeaux à PSA. « Les 70 millions doivent revenir aux salariés » réclame la CGT

La CGT de PSA a rendu public et dénoncé le scandale de la retraite chapeau de 21 000 000 euros accordée à M. Philippe Varin.

JPEG - 32.8 ko
M. Philippe Varin, PDG de PSA

Devant le tollé, le PDG de PSA a été obligé de reculer, ce que des médias ont présenté comme un geste héroïque et moral.

En fait il n'a jamais dit qu'il renonce à sa retraite chapeau, ce qui signifie qu'il va la renégocier avec la famille Peugeot.

Alors que le personnel n'en finit pas de s'entendre dire que l'entreprise est dans une situation catastrophique et que le personnel doit se serrer la ceinture : l'accord de compétitivité, c'est 11 200 suppressions de postes, le chantage à l’emploi, après avoir accepté de travailler plus, le gel des salaires, l'amputation de la majoration du samedi, la mobilité imposée et la flexibilité des horaires.

La retraite chapeau, c'est 1 750 fois la prime de départ prévue pour un salarié d’Aulnay licencié.

Les salariés de PSA devraient la digérer pour leur PDG sur le départ après 4 années de ses bons offices à la tête de PSA, soit une une prime de plus de 5 millions par an.

Un salarié de Peugeot, 42 ans de chaîne, qui part à la retraite touche une pension d’environ 1 100 euros.

Ce qui choque également c’est que la direction a d’ores et déjà assuré que ce changement à la tête de PSA « n’impliquerait aucun changement de politique menée par M. Varin ».

C'est-à-dire, décrypte la CGT « le choix de la globalisation à marche forcée, avec le passage en cours de 2 usines à 6 en Chine, la délocalisation de la production des véhicules de segments B hors premium, la sous-traitance à l’étranger… ».

Une politique de casse sociale que connait bien le successeur de M. Philippe Varin, M. Carlos Tavares, pour avoir mené la même chez Renault :

« Il travaillera avec le directoire sur les plans d'actions destinés à poursuivre le redressement de l'entreprise » explique le communiqué de PSA.

Dans ce contexte, provisionner 21 millions d’euros pour le départ de M. Philippe Varin, c’est indécent, mais ce n'est pas tout : au total, ce sont 70 millions d’euros qui ont été mis de côté pour six hauts dirigeants de l'entreprise.

À la CGT, on redit que les 70 millions doivent revenir aux salariés : rien que les 21 millions d’euros destinés à M. P. Varin permettraient de verser 350 euros pour l'année à chacun des 60 000 salariés de Peugeot et Citroën  !

C'est pour cela que la CGT attend que M. Philippe Varin y renonce clairement, tout comme les cinq autres principaux dirigeants du groupe, et que ces fonds soient utilisés pour mettre fin au blocage des salaires.

Pourtant, il avait été question de réglementer, de légiférer, mais cela n’a pas abouti : les gouvernements successifs se sont contentés d’un code de bonne conduite du Medef.

« On le sait, le patron des douaniers, c’est le contrebandier lui-même ! » conclut Bruno Lemerle, délégué central CGT de PSA, lors d'un entretien avec Alexandra Chaignon pour l'Humanité.fr.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • kalagan75 29 novembre 2013 09:17

    c’est la consanguinité des conseils d’administration qui est à dénoncer : qu’ils soient compétents ou non , ils s’octroient des parachutes dorés au détriment même de l’entreprise.
    tu votes pour moi , je vote pour toi ...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er décembre 2013 05:22

      @ Kalagan 75. 


       OUI. Il n’y a pas un homme a blâmer : il joue le jeu. C’est le jeu qu’il faut stopper. 70 millions, ce n’est rien du tout,. Une tache sur un écran. Il faut changer le système et pour commencer, comprendre que si ce sont des Français qui fabriquent les voitures des Francais. Il y aura du travail, pour les Français qui travaillent. Il faut repenser l’économie a neuf... et tout le reste aussi. 

       PJCA

    • Citoyen-du-Monde 1er décembre 2013 20:17

       ??? quand tu parles de consanguinité, veux-tu parler de ces sociétés secrètes « illumino-reptilienne » qui prône le Nouvel Ordre Mondial ???


    • devphil30 devphil30 29 novembre 2013 09:49

      Et ces patrons qui se pensent si indispensable ....


      Qui s’octroient effectivement des salaires mirobolants via des conseils d’administrations ou ils sont tous copains mais qu’ils partent et on verra bien si ils sont si bien payé à l’étranger ....

      Philippe 

      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 30 novembre 2013 09:24


        70 MILLIONS D EUROS X CADRES DE DIRECTION CELA PERMETTRAIT D AUGMENTER LES SALAIRES DE 20% ET D OFFRIR AUX SALARIES NON CADRES( vu que les cadres l’ont deja) UNE RETRAITE COMPLEMENTAIRE COLLECTIVE ARTICLE 83 DU CGI AUX SALARIES

      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 30 novembre 2013 12:15

        X MILLIONS  PAR X CADRES DE DIRECTION=


      • The jester 29 novembre 2013 10:08

        Et combien coute la retraite des premier ministres et président Français ?

        Si l’état se comportait comme une société c’est bien plus que les 70M qu’il devrait provisionner. Mais il préféré les passer ni vu ni connu sur les budget annuel.

        Mais ca aucun journal n’en parle, et de ce fait aucun mou du bulbe


        • Fergus Fergus 30 novembre 2013 11:42

          Bonjour, The Jester.

          Sauf erreur de ma part, le Premier ministre ne perçoit pas de retraite particulière,. Comme les autres ministres, il continue de cotiser dans la caisse correspondant à son emploi antérieur. Quant au Président, il perçoit à vie une retraite d’environ 5000 euros, ce qui n’est pas une somme extravagante.

          En revanche, un ancien Premier ministre et un ancien Président bénéficient d’un bureau et de collaborateurs à vie, sans compter les gardes du corps. Et là, on atteint des sommes pouvant être exorbitantes, Nicolas Sarkozy ayant fait exploser tous les plafonds en la matière. 


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 30 novembre 2013 17:33

          @JESTER COMBIEN NOUS COUTE 40 MINISTRES...577 DEPUTES   350 SENATEURS ET 366000 MAIRES  ,,,, ??????


          MEME A LEUR CAISSE DE PREVOYANCE A BORDEAUX IL EST IMPOSSIBLE DE LE SAVOIR A LA CNRACL meme quand on travaille avec eux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 30 novembre 2013 17:43


          RECTI J ’AI MULTIPLIé PAR 10 un seul zéro de trop LE NOMBRE DE MAIRES c est bien sur 36600 MAIRES 10 FOIS TROP 

           CAR EN DOUBLONS NOUS AVONS 3000 COMMUNAUTES DE COMMUNES QUI EXISTENT DEPUIS 10 ANS ET QUI ETAIENT FAITES POUR REMPLACER CES 36600 COMMUNES 
          DEPENSE  : PUBLIQUE TROP FORTE : voila d’ou ca vient !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • spartacus spartacus 29 novembre 2013 10:32
          Les chapeaux remplacent les pantoufles !

          La question à se poser c’est pourquoi ?
          Il faut pour les gens distinguer « retraite chapeau » de « golden parachute ». 

          1-L’origine de la retraite chapeau vient des différences sortes de droits sociaux. 
          Ce qu’il faut savoir c’est que la moitié des dirigeants du CAC40 sont des cooptations de hauts fonctionnaires.
          Le régime de retraite des fonctionnaires est particulièrement favorable. Les fonctionnaires repartent quoi qu’il en soit avec 75% de leur rémunération à la retraite Les hauts fonctionnaires bénéficient en général du coup du chapeau. Une promotion fictive dans les 6 derniers mois ( base des calculs) pour leur assurer un revenu à la retraite proche des 100% de leur rémunération de travail.

          A l’inverse dans le privé, le seul sécu limite pour les hauts revenus la retraite et avec les complémentaires traditionnelles les hauts revenus repartent difficilement avec plus de 45% de leurs rémunération en poste. La retraite chapeau des grands groupes correspond a une demande des hauts fonctionnaires sortant de ENA, Polytechnique une équivalence de droits sociaux à ceux du public.

          2-Les détenteurs du capital ne décident pas des rémunérations.
          L’état intervient pour la nomination des PDG de ces entreprises. C’est une chasse gardée d’Enarques et polytecnique. Aucun des Enarques pourtant tous interventionnistes n’a proposé une obligation de vote des rémunérations par le conseil d’administration. 
          Le vote des actionnaires sur les rémunérations des dirigeants en France n’est que consultatif et pas pas impératif comme dans les pays libéraux. Particularisme Français.

          Cette affaire démontre encore une fois l’iniquité des systèmes de retraite en France et ses effets pervers. Elle démontre aussi que la législation socialisante des entreprises entraîne elle aussi des effets persvers et empêche l’actionnaire de décider les niveaux de rémunération. Nous ne sommes pas dans un pays libéral, nous en payons les conséquences. 

          • bourrico6 29 novembre 2013 10:35

            Enorme comment tu pars des orgies de pognon du CAC 40 pour en arriver à dégueuler sur l’Etat et les fonctionnaires.

            Tu m’étonneras toujours.


          • kalagan75 29 novembre 2013 10:53

            il n’a pas tort : regarde le cursus des ministres actuels et passés, la plupart de ceux ayant eu une pseudo-activité dans le privé, n’ont en réalité eu qu’une activité de pantouflage ...


          • bourrico6 29 novembre 2013 11:14

            Le problème n’est pas la, le problème est son manque d’objectivité, sa mauvaise foi, et sa façon de saisir le moindre prétexte pour cracher sur les mêmes.

            Ensuite, il confond les gens et les institutions.
            SI l’Etat décidait au CAC 40, ces tôles paieraient des impôts, ce qui n’est pas le cas.
            Ce sont donc bien des individus qui décident, ceux la même que Spartacus défends becs et ongle à longueur de temps.

            Ceci dit, il a déjà sorti des trucs tellement... hors du sens commun, que rien ne me surprends venant de lui, il pourrait me dire que la Terre est plate ou que j’ai les couilles carrées, ça ne me choquerai même pas venant de lui.


          • bourrico6 29 novembre 2013 11:20

            J’ajoute qu’on de discute pas avec un type qui ne distingue pas l’artisan du tôlier du CAC 40, qui ne distingue pas le fonctionnaire à 1400 euros du « haut fonctionnaire » à 15000.

            Quand un type mélange tout comme ça, soit il est très bête, soit il le fait exprès.

            Pour rester gentil, je vais pencher pour la seconde solution, celle de la manipulation, de la mauvaise foi et du mensonge.


          • titi 29 novembre 2013 11:59

            @Bourrico

            « Enorme comment tu pars des orgies de pognon du CAC 40 pour en arriver à dégueuler sur l’Etat et les fonctionnaires. »

            Rappelez moi le budget de l’Etat ? Si orgie de pognon il y a, elle est aussi dans la fonction publique.


          • spartacus spartacus 29 novembre 2013 13:28

            @bourrico6

            Effectivement !
            Je suis contre les gros qui se liguent contre le petit, mais aussi contre les petits qui se liguent contre le gros. 

            Je considère que les droits doivent être les mêmes entre l’artisan du tôlier du CAC 40, comme ceux de fonctionnaire à 1400 euros du « haut fonctionnaire » à 15000.
            Je suis pour le même règle pour tous.

          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 29 novembre 2013 16:43

            Tout-de-même, Spartacus, tout-de-même...

            "Cette affaire démontre (...) que la législation socialisante des entreprises entraîne elle aussi des effets pervers (...)« , puis » Nous ne sommes pas dans un pays libéral, nous en payons les conséquences. "

            Ca fait pas deux ans que ce regime dit socialiste est là et vous lui attribuez sans complexe la paternité de la législation qui permet les retraites chapeau ou autres parachutes dorés, appelez-les comme vous voulez. C’est un peu gonflé.
            Mais avoir déploré cette législation permissive de cadeaux aux plus nantis, voilà que vous affirmez ne pas vivre dans un pays libéral.
            Franchement, Spartacus, quelque chose m’échappe...


          • escoe 29 novembre 2013 19:33

            L’état intervient pour la nomination des PDG de ces entreprises

            Ca serait bien si vous pouviez nous faire voir le décret de nomination de M. Varin chez Peugeot. Cherchez sur Legifrance.

            PS : je n’ai jamais été fonctionnaire et pourtant j’ai une (assez) grosse retraite chapeau. Comment expliquez vous ça ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2013 06:57

            bourrico,
            C’est de la mauvaise foi pur jus. il ne dit jamais que les niches fiscales qui bénéficient aux entreprises plutôt qu’aux caisses de retraite, correspondent chaque année à 172 milliards d’euros de cadeaux fiscaux :

            «  Niches fiscales »


          • spartacus spartacus 30 novembre 2013 11:06

            @Emmanuel Aguéra 

            Nous ne sommes pas dans un pays libéral et ne l’avons jamais été.
            Les partis actuels sont tous socialistes. Ecoutez leurs discours, ils sont tous « anti-libéraux » et « interventionnistes ».

            On suppose que vous confondez niches fiscales avec exonérations sociales. Comme tous les gens qui n’ont aucune connaissance de la gestion d’une entreprise.

            Si les unes sont des remises d’impôts, les exonérations sociales sont des remises redonnées aux salariés. L’entreprise se retrouve avec les frais de gestion, et une concurrence faussée par celles qui en bénéficient le plus. 

            Les « niches fiscales » qui bénéficient aux entreprises ce sont les Zones Franches, et les crédits d’impôts. 
            Et figurez vous que je dénonce les crédits d’impôts qui sont de l’interventionnisme.
            J’ai même fait plusieurs articles contre le CICE et quelques uns publiés sur Agoravox qui ont passé la censure sectaire des gauchistes modérateurs qui phagocytent et orientent ce site partialement.

            Je suis aussi contre la gestion par l’entreprise des charges sociales et prône au contraire la délivrance du salaire complet. Pour moi l’employeur n’a pas à être percepteur d’assurance ou percepteur d’impôts.

            Comme quoi !

          • Fergus Fergus 30 novembre 2013 11:50

            Bonjour, Spartacus.

            Rappelons que le fameux plafond de la Sécu s’élève à 120 000 euros nets par an, soit 10 000 euros nets par mois, ce qui n’est pas précisément un revenu de misère pour un retraité. Et cela d’autant moins que les « nécessiteux » patrons du Cac40 ont pu, au fil des postes qu’ils ont occupé, se constituer un très juteux bas de laine en actions ou en produits immobiliers qui se chiffre la plupart du temps en millions d’euros et qui rapporte, chaque année, un revenu complémentaire de plusieurs dizaines de milliers d’euros à ces pauvres gens !


          • spartacus spartacus 30 novembre 2013 13:26

            Que les droits ne soit pas identiques pour chacun, ne choque pas du moment qu’ils sont riches. 


            Quel schéma de pensée de la part de fonctionnarisés qui ne cotisent pas pour leur retraite à 76%.

            Pensée limitée systématiquement à faire des comparaisons de jalousie et la culture du mépris de ceux qui gagnent plus que eux. Dramatique France !

          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 30 novembre 2013 13:58

            @Spartacus :
            Décidément, vous vous surpassez sur ce fil. Champion du monde !

            @ tout-le-monde :
            Il me vient la pensée aussi sotte que grenue, après la nouvelle hier du renoncement héroïque de Varin à la tirelire promise, qu’on nous a bien noyé la tête avec cette histoire de char à putes doré : Savez pourquoi il a été remercié le père Varin ? Simplement parce que telle était la volonté de l’acquéreur du Lion de Sochaux.

            CAR PENDANT QU’ON S’OCCUPE DE LA PRIME DU BOSS VIRE, PERSONNE NE PARLE DE L’ACHAT DE PSA PEUGEOT-CITROEN PAR LES CHINOIS... COCORICO ! TOUT VA BIEN !

            C’est à se demander s’il n’ont pas jeté cette histoire de quelques millions en pâture à la plèbe uniquement pour faire avaler la plus énorme pilule que vient de se prendre l’industrie automobile française depuis des décennies... Bravo M.Dongfeng, bien joué.

            Quant à Varin, il touchera, le double, ne vous inquiétez pas, sous une autre forme et en d’autres lieux... Continuez à vous entretuer pour la tirelire du boss, moi, je vais regarder les comptes de Renault...lol.


          • spartacus spartacus 30 novembre 2013 14:09

            Vous détruisez les investisseurs Français, les stigmatisez et venez vous plaindre qu’il ne reste plus que les chinois.



          • Fergus Fergus 30 novembre 2013 15:14

            @ Spartacus.

            Vous plaignez ces pauvres patrons du Cac40, mais vous oubliez une chose essentielle : il y 30 ans, les écarts de rémunération entre les plus bas et les plus hauts salaires dans les grandes entreprises étaient de l’ordre de 1 à 50 alors qu’ils atteignent aujourd’hui 1 à 400, 500 ou 600 ! En quoi la gestion des entreprises était-elle plus difficile à cette époque

            Et encore n’avait-on pas inventé tous les compléments qui ont surgi depuis ! Rien ne justifie que ces patrons se goinfrent désormais de manière aussi vorace et avec un tel mépris pour des ouvriers qui, eux, sont priés de se serrer la ceinture.

            Seul argument de justification : c’est pareil ailleurs. Pauvre argument, misérable argument que celui-là qui s’appuie sur le fait que les autres se montrant obscènes, il est normal que nos patrons soient aussi obscènes qu’eux.

            Vous avez parfois de bons arguments sur certains points. Mais là, c’est carrément indéfendable !

            Bonne journée.


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 30 novembre 2013 18:46

            Spartacus, vous avez l’air sincère. Vous me faites de la peine.


          • cardom325 cardom325 1er décembre 2013 09:22

            c ’est vrai qu’il nous fait bien rire, le Spartacus, voilà que les fleurons du capitalisme détenus par les communistes ......et il ne retrouve plus ses vrais capitalistes, ceux nés avec une cuillère d" argent dans la bouche , les purs quoi , ceux qui touchent des subventions plus élevées que les salaires de centaine de milliers de fonctionnaires et qui délocalisent dès qu’on leur supprime...

            Je sais bien que vous rêvez de travailleurs gratuits (ou presque) pour vous remplir la panse


          • spartacus spartacus 1er décembre 2013 10:45

            @fergus

            Je ne défend pas les gens du CAC40. Je défend les droits sociaux identiques pour tous

            La retraite chapeau est la conséquence des droits sociaux différenciés. Comme vous êtes tous des fonctionnaires ou assimilé sur ce fil, vous ne pouvez admettre cette vérité car vous savez très bien dans votre fort intérieur que vous êtes les premiers bénéficiaires des droits sociaux différenciés.

            Que voulez vous donnez des leçons de retraite aux autres, alors que vous même vous ne payez que des charges sociales fictives.

            @cardom 325.
            Comme ancien fonctionnaire, 76% de ta retraite est subventionnée par l’état. Tes cotisations sont fictives. 
            Celles des patrons quelles qu’ils soient sont réelles et ne coutent rien aux Français. Elles sont dans un système qui en plus compense le tien. Et vous vous êtes plusieurs millions. 
            Ce sont vos retraites spéciales qui détruisent le socle économique de la France. 

          • ZenZoe ZenZoe 29 novembre 2013 10:36

            Entièrement d’accord avec la CGT !
            Comment accepter qu’un patron incompétent au point de mener la boite au bord du gouffre parte au bout de 4 ans avec plus de 20 millions en poche ?
            Comment accepter que les salariés victimes prennent eux le chemin de Pôle Emploi avec comme toute perspective une indemnisation mensuelle qui ne dépassera pas 1500 euros, avec à la clé une retraite amputée ?
            Et au fond, comment accepter que l’Etat ne légifère pas là-dessus ? L’auto-régulation des entreprises est une belle esbrouffe, aucune avancée sociale d’envergure n’a jamais été initiée par elles (et d’ailleurs, ce n’est pas leur rôle).


            • bourrico6 29 novembre 2013 11:16

              Je pense que ce genre de « dirigeant » n’a pas à avoir de compétences, mais un carnet d’adresse.
              Comme en politique d’ailleurs.


            • escoe 29 novembre 2013 19:25

              Et encore on ne vous a pas tout dit.
              Le plan d’action de Peugeot vise à faire 120 million d’économies. Sur ces 120 millions, 70 vont être distribués aux six membres du comité de direction. Pas belle la vie ?
              La fermeture de l’usine d’Aulnay va être l’occasion d’une gigantesque opération immobilière pour laquelle l’état a déjà dépensé des centaines de millions d’euros en infrastructures de transport sans compter ce que va lui coûter l’accompagnement social de la fermeture de l’usine. Bénéfice pour la famille Peugeot, environ dix milliards d’euros. Elle est belle la vie, hein ?


            • Robert GIL ROBERT GIL 29 novembre 2013 11:40

              encore une foi on peut verifier LA FABLE DU TRAVAIL CHER, et en plus ce gugus a eut une gestion et des resultats calamiteux, a croire que le salaire au merite ne s’applique que sur les ouvriers payés au smic !

              Tous ces gens la vivent en vase clos, s’autocongratulent et se partagent les bonnes places payés par ceux qui bossent ! Le travail produit de la richesse et le capital de la misére !


              • titi 29 novembre 2013 11:54

                « Dans ce contexte, provisionner 21 millions d’euros pour le départ de M. Philippe Varin, c’est indécent, mais ce n’est pas tout  »

                Moi je le trouve très intéressant ce débat sur la retraite chapeau de M.Varin.

                M. Varin a été embauché il y a quelques années. 
                PSA se portait bien.
                M.Varin avait un beau CV
                PSA et M.Varin se sont mis d’accord sur les conditions de rémunération.
                Contrat a été signé.

                Quelques années plus tard.
                PSA se porte mal.
                M.Varin n’a pas été à la hauteur des attentes de son patron.

                Peut on remettre en cause ce qui a été établi lors de l’embauche au regard des critères de santé de PSA et de la performance de M.Varin ?
                Visiblement, les syndicats, la classe politique, l’opinion, tout le monde semble unanimement dire oui. Voire que c’est moralement juste.

                Etendons le débat... M.Varin est un salarié... cadre dirigeant, mais salarié.
                Question : peut on remettre en cause ce qui a été établi lors de l’embauche d’une personne au regard des critères de « santé de l’entreprise » et de la « performance du salarié ».

                La réponse doit unanimement être : oui.


                • nebari 29 novembre 2013 14:23

                  n’est-ce pas un peu ce qui se passe pour les ouvriers
                  qui ont été embauché à un certain taux horaire et à qui on demande de travailler plus et en sacrifiant une partie de leur rémunération. ou plus grave encore leur licenciement

                  je pense que le sacrifice pour ce Monsieur, bien que plus important en valeur absolue,soit moins grave et ne l’entrainera pas à s’inscrire aux restos du cœur ni à pointer à pole emploi.


                • titi 29 novembre 2013 15:00

                  Vous ne savez rien de la situation de M.Varin.
                  Je me fais l’avocat du diable...
                  Peut être a-t-il divorcé 4 fois, et qu’ils doit différentes pensions alimentaires calculées au plus fort de ses revenus ?

                  La règle ne doit pas s’encombrer de cas particulier.

                  Est il juste de modifier les clauses de rémunération et d’emploi d’un contrat si l’entreprise qui emploie éprouve des difficultés, ou si le salarié ne remplit pas ses objectifs ?

                  Question simple !


                • nebari 29 novembre 2013 17:18

                  on est bien d’accord :

                  pourquoi remettre en cause les contrats des travailleurs de PSA qui ont été établi lors de l’embauche, au regard des critères de « santé de l’entreprise »

                  La réponse doit unanimement être : oui


                • lloreen 29 novembre 2013 14:07

                  Excellente vidéo à partager autour de vous.
                  Levez-vous !

                  http://www.youtube.com/watch?v=Vgv-rIqFT0w


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2013 07:09

                    lloren,
                    Il est gentil ce 4e singe, mais il n’explique pas que pour nous européens, ce sont les Traités qui nous mis de plein pied dans la mondialisation.

                    Chacun est confronté à la concurrence non seulement entre salariés européens, mais avec les salariés du monde entier...

                    Goldman Sachs conseillait l’an dernier une baisse des salaires en France de 30%.

                    La CGT, financée par Bruxelles via la Confédération européenne des Syndicats, FO, la CFTC, la CFDT, la FSU etc, demandent-ils de sortir de l’ UE et de l’euro ? Pas du tout.


                  • christophe nicolas christophe nicolas 29 novembre 2013 14:15

                    Les contrats, c’est Faust. Franchement, pourquoi bosserait-il ? 21.000.000 €, ça suffit pour les années qui lui restent à vivre. Quel est le con qui lui a fait le contrat, c’est lui qu’il faut virer. Ah, c’est le propriétaire... peut-être qu’ils sont copains de p.... à la DSK quoi ! Non, il doit connaître les petites magouilles de Peugeot, c’est comme cela que ça marche. Ils ont des gros salaires et se tiennent les coudes à cause des mensonges. L’ouvrier, il n’a pas le temps de magouiller, il bosse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès