Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Retraites, le tabou de la capitalisation

Retraites, le tabou de la capitalisation

Un des traits marquant de la controverse sur les retraites, réside dans l’absence totale de débat sur l’option de la retraite par épargne personnelle. En effet, les deux grands partis dirigistes de droite et de gauche, au pouvoir depuis 60 ans dans notre pays, sont tous deux de fervents partisans de la retraite dite « par répartition ».

argent ou pointsDepuis février 2010 le site du PS annonce fièrement : "Dans le débat qui s’engage dans notre pays, le PS est rassemblé pour défendre un système juste et solidaire, basé sur la retraite par répartition.
La retraite par répartition, c’est-à-dire la solidarité entre les générations, est au cœur du modèle social de notre pays et constitue le socle fondamental de notre système de retraites
"
Chez les écologistes, même son de cloche avec Eva Joly dans un article intitulé "Défendre la retraite par répartition", elle affirme : "le système de retraite par répartition repose sur la solidarité, notamment sur la solidarité entre générations".
Dans l’autre camp, Eric Woerth ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique ne craint pas d’ériger la retraite par répartition en principe inamovible : "Ne nous trompons pas, le dogme c’est le régime par répartition, le dogme c’est la solidarité entre les générations, c’est comme ça qu’est construit notre système de retraite, c’est ça qu’il faut sauvegarder".

De l’extrême droite à l’extrême gauche tout le monde prétend donc "défendre" une répartition qui n’est attaquée par... personne. Dans ce débat, on le sent bien l’affect a remplacé la raison. Il n’y a pas de place pour le débat d’idées. Tous ceux qui voudraient défendre la capitalisation sont d’avance traités d’égoïstes puisque la répartition est le mode "solidaire".

On peut légitimement se demander ce qui motive ce rejet passionnel de l’épargne personnelle qui est un mode de financement des retraites adopté, au moins partiellement, par de nombreux pays. Avant d’apporter des éléments de réponse à cette question, trois points méritent notre attention.

Première remarque, la retraite par répartition n’est évidemment pas plus "solidaire" que la retraite par capitalisation. Quand dans notre système on cotise toute sa vie pour payer les pensions des retraités, on ne le fait pas par solidarité mais par calcul en espérant se voir financer sa propre retraite par le même système. Dans les deux cas on paye son inactivité future avec une partie des fruits de son travail présent. Qualifier la retraite par répartition de "solidaire" est donc une tromperie voire une véritable escroquerie intellectuelle.

Deuxième remarque importante, notre modèle actuel de financement des retraites n’est pas une vraie retraite par répartition. La vraie répartition ne peut connaître de déficit. Les montants cotisés par les actifs sont répartis entre tous les retraités au prorata des points accumulés. Dans un tel système, si le montant des cotisations diminue, les retraités voient leurs allocations baisser. Si le modèle par répartition était appliqué, les pensions des retraités auraient du diminuer depuis longtemps.
Le modèle français qui répétons-le, n’est pas une retraite par répartition, consiste à garantir des allocations fixes ou même croissantes alors que le ratio entre le nombre des cotisants et le nombre des pensionnés diminue fortement. L’équilibre de ce système est assuré par des revenus autres que ceux du travail ce qui est aberrant. Ainsi la taxation des revenus du capital pour financer les retraites, préconisée par la droite et la gauche à des degrés divers, est un modèle d’incohérence et de démagogie. Pourquoi ne pas aussi taxer la baguette, l’eau ou les ordinateurs ? Si l’on est honnête et conséquent on admettra que seuls les revenus du travail doivent financer les retraites.

Troisième remarque le système par répartition est probablement l’un des plus injuste que l’on puisse humainement imaginer au regard de l’inégalité fondamentale que constitue la disparité des durées de vie. Celle ou celui qui meurt avant l’age de sa retraite aura cotisé toute sa vie pour rien. Il ne pourra pas laisser un patrimoine à ses enfants comme le permet la retraite par épargne personnelle. Pour ceux qui meurent jeunes la retraite par répartition revient à une double peine car ils sont en plus pénalisés financièrement dans la transmission d’un patrimoine. Les ouvriers ont une espérance de vie plus faible que les cadres, pourtant la gauche défend ce système dans lequel ceux qui meurent jeunes payent pour ceux qui meurent vieux.

Alors pourquoi la droite et la gauche défendent-ils bec et ongle cette doctrine ? Pour la gauche c’est évident, la retraite par répartition à une fonction redistributrice. Leur clientèle électorale espère tout simplement récupérer plus qu’elle n’a cotisé. On est évidemment loin de la "solidarité" citée plus haut. Il s’agit en fait d’une foire d’empoigne où chacun essaye de gruger l’autre en quémandant des avantages auprès de l’Etat. Les régimes spéciaux des fonctionnaires sont un bel exemple de ce que le système peut produire. Mais il n’y a pas qu’eux, chaque métier à travers sa représentation professionnelle tente d’influer sur le pouvoir pour obtenir des avantages au détriment des autres. La redistribution opérée par les dirigistes (socialistes et gaullistes) est antidémocratique car elle favorise les plus violents et les plus influents. Elle évite soigneusement de comptabiliser qui profite de quoi. La retraite par répartition à la française confirme le célèbre adage de Bastiat : L’Etat c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépends de tout le monde.

A ce point, disons le tout net, la gauche libérale n’a rien à priori contre une forme de redistribution. D’ailleurs l’allocation universelle ou revenu de liberté que nous préconisons en est une forme pratique. Cette ingénierie sociale, qu’il serait malhonnête d’appeler de la solidarité puisqu’elle relève de la coercition, nous parait nécessaire pour de multiples raisons. Mais la grande différence entre cet offset (décalage) social et la méthode socialo-gaulliste c’est l’absence de clientélisme et la transparence dans le montant des aides reçues. Mélanger l’aide sociale à la retraite c’est encourager l’opacité financière dont se nourrissent les dirigistes.

Une question demeure pourquoi la droite défend-elle aussi le système par répartition ? A cela plusieurs réponses. La clientèle électorale de la droite est plus âgée que celle de la gauche. Remettre en cause, même partiellement le système existant pourrait inquiéter cet électorat. De plus nous l’avons vu plus haut, le système profite clairement à ceux qui meurent vieux donc aux cadres, médecins, etc.. Enfin dernière et principale raison, les cotisations versées au titre d’une épargne personnelle, gérées par des fonds de pensions, seraient beaucoup plus difficiles à dégrever socialement. Or le dégrèvement "incitatif" qu’il soit fiscal ou social est l’un des grands moyens inventés par la droite pour "piloter" l’économie. Sans charges ou impôts élevés, impossible pour les dirigeants de droite, ces fonctionnaires qui se prennent pour les chefs de l’Entreprise France, d’administrer l’économie comme ils l’entendent, et avec le succès que l’on sait.

Moyenne des avis sur cet article :  2.15/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • dhbasse dhbasse 1er juillet 2010 11:16

    c’est vrai que la retraite par capitalisation a fait ses preuves, brillantes s’il en est, aux Etats Unis ces derniers temps...
    je garde un souvenir ému d’un petit vieux qui devait friser les 90 ans qui emballait mes courses au supermarché du coin...

    non mais on est des couillons en France, qu’est ce qu’on attend pour filer nos thunes à des caisses privées pour qu’elles se goinfrent sur notre dos et soient renflouées avec nos impots ?

     smiley


    • alcodu 1er juillet 2010 13:51

      Vous êtes hors sujet dhbasse.
      Cet article ne vis pas à recenser les avantages et les défauts des deux méthodes mais à s’interroger sur le fait que la retraite par épargne personnelle n’est même pas débattue en France.

      En ce qui concerne le fait de travailler à 90 ans, je ne vois pas le problème en soi si c’est un choix personnel. Je vois en revanche un problème dans le fait de ne pas avoir le choix. La société américaine a beaucoup de défauts mais le fait de pouvoir trouver un employeur à 90 ans est tout à son honneur.


    • foufouille foufouille 1er juillet 2010 14:02

      « La société américaine a beaucoup de défauts mais le fait de pouvoir trouver un employeur à 90 ans est tout à son honneur. »
      ca cours pas les rues, etre en bonne sante a 90a


    • rastapopulo rastapopulo 1er juillet 2010 14:13

      Honteux de parler comme ça des vieux qui ont tout perdu dans la crise financière à cause la retraite par capitalisation.

      Un aveuglement crasse.
       


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 1er juillet 2010 14:20

      rien n’empèche un salarié de cotiser à un plan d’épargne retraite en plus du système par répartition français et de la complémentaire.

      Ce qui est inadmissible c’est le système par capitalisation anglosaxon que certains libéraux français veulent rendre obligatoire, avec de prétendues vertus économiques comme arguments.
      Foutaises !!!


    • alcodu 1er juillet 2010 14:30

      Non rastapopulo la société américaine emploie des vieux depuis toujours. Cela était vrai avant la crise.

      Aux Etats Unis on peut choisir de cotiser très peu pour sa retraite. Les revenus des américains ne sont pas placés sous tutelle de l’Etat. Ils en font ce que bon leur semble. C’est un régime de liberté. Je comprends que ca déplaise à un dirigiste qui veut assurer le bonheur des gens de force et contre leur gré.

      Je vous fais également remarquer que les français aussi sont en train de tout perdre à cause de la répartition. Ils ont beaucoup cotisé et ils ne toucheront presque rien. Ils n’ont pas l’air content d’ailleurs... la fameuse « solidarité entre les générations » tant invoquée par le lobby dirigiste semble avoir des limites ! Ils veulent plus de fric pour eux !


    • foufouille foufouille 1er juillet 2010 14:45

      « Aux Etats Unis on peut choisir de cotiser très peu pour sa retraite »
      quand on a un salaire de merde, on a le choix ?
      ou ils ont qu’a se demerder, les debiles ?


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 1er juillet 2010 15:03

      La retraite par capitalisation, c’est souvent ça a un moment donné :

      « BP est en effet un placement phare des caisses de retraite. Symbole de la grandeur impériale passée, l’ex-British Petroleum a toujours choyé ses actionnaires en distribuant de généreux dividendes. Depuis le 20 avril, date de l’accident de Deepwater Horizon, sa capitalisation boursière a perdu 49,6 milliards de livres (61 milliards d’euros). »

      c’est du capital devant servir de rente à des retraités qui s’évanouit dans les méandres du système boursier, et des millions de pauvres vieux qui perdent tout du jour au lendemain.

      Voir l’article du monde.


    • alcodu 1er juillet 2010 15:19

      « Aux Etats Unis on peut choisir de cotiser très peu pour sa retraite »
      quand on a un salaire de merde, on a le choix ?
      ou ils ont qu’a se demerder, les debiles ?

      Exactement ce que je dis dans l’article : les étatistes veulent mélanger l’aide sociale à la retraite (comme à beaucoup d’autres choses). Cela leur permet de conserver leurs circuits opaques et les prélèvements de « fonctionnement » de l’immense machinerie administrative.
      .
      Gauche Libérale


    • foufouille foufouille 1er juillet 2010 15:24

      donc tu veut bien que les faibles crevent ?


    • foufouille foufouille 1er juillet 2010 15:27

      ton systeme revient a « changer de maitre »
      1789, les rois sont decapites et remplacer par les bourgeois puis le netat
      la communaute taisible est par exemple interdite

      systeme « liberale », le patron est ton maitre, si tu veut pas etre SDF


    • dhbasse dhbasse 1er juillet 2010 15:35

      "En ce qui concerne le fait de travailler à 90 ans, je ne vois pas le problème en soi si c’est un choix personnel"

      merveilleux !!!!!!!!
      comme si c’était un choix après s’être crevé à la tâche pendant 40 ans, d’être obligé de mourir au boulot pour tenter de survivre...


    • rastapopulo rastapopulo 1er juillet 2010 15:45

      Si tu n’a pas tord sur l’obligation de travailler vieux si une personne ne cotise pas aux USA...

      .... tu nie honteusement que des personnes qui ont cotisé mais devait partir à la retraite en 2008 ont tout perdu.

      J’espère que tu a compris et tant pis pour ton paradigme tatchérien (chacun ses goûts) sur l’étatisme (alors que cela nous vient d’une avancée social).


    • alcodu 1er juillet 2010 15:56

      merveilleux !!!!!!!!
      comme si c’était un choix après s’être crevé à la tâche pendant 40 ans, d’être obligé de mourir au boulot pour tenter de survivre...

      Absolument typique des dirigistes. Ils savent mieux que les personnes elles-mêmes ce qu’elles veulent !! 
      Faire le choix de toucher plus d’argent quand on est jeune et de travailler plus vieux n’est pas un choix possible. Les totalitaires dirigistes en ont décidé ainsi !
      .
      Gauche Liberale


    • lordrax 1er juillet 2010 15:57

      Aucun intérêt d’en discuter

      La retraite par capitalisation c’est bien quand il y a une situation de plein emploi durable dans le temps. Vu le nombre actuel de demandeurs d’emplois en fin de droits ou pas, nombre qui ne va cesser d’augmenter à cause de votre libéralisme à deux francs six sous je ne vois aucun intérêt de débattre de la capitalisation qui de toute façon profitera aux traders et autres petits cons sans foi ni loi


    • rastapopulo rastapopulo 1er juillet 2010 16:01

      Donc tu nies aux américains qui ont cotisé mais qui partaient à la retraite en 2008 d’exister ???

      A chaque fois tu es obligé d’éviter le sujet.


    • foufouille foufouille 1er juillet 2010 16:15

      « Absolument typique des dirigistes. Ils savent mieux que les personnes elles-mêmes ce qu’elles veulent !! »
      si tu es bonne sante, tu peut partout travailler a 90a
      dans ton systeme c’est obligatoire car les salaires seront trop bas pour cotiser


    • foufouille foufouille 1er juillet 2010 16:18

      "Faire le choix de toucher plus d’argent quand on est jeune et de travailler plus vieux n’est pas un choix possible. Les totalitaires dirigistes en ont décidé ainsi !
      ."
      500€ et 3€/h, il est ou le choix ?


    • alcodu 1er juillet 2010 16:52
      • si tu es bonne sante, tu peut partout travailler a 90a
      Non, c’est faux. Dans le système actuel les sociétés mettent fin au contrat de travail lorsque l’age de la retraite est dépassé.
      • dans ton systeme c’est obligatoire car les salaires seront trop bas pour cotiser
      Encore confusion entre le niveau de salaire (donc l’aide sociale) et la retraite. Si les salaires sont trop bas, raison de plus pour ne pas en prélever 33% de force.

    • foufouille foufouille 1er juillet 2010 17:16

      « Non, c’est faux. Dans le système actuel les sociétés mettent fin au contrat de travail lorsque l’age de la retraite est dépassé. »
      et ?
      il fait autoentrepreneur, etc
      il te vire a 50 des fois
      si tu bosses .........

      • "dans ton systeme c’est obligatoire car les salaires seront trop bas pour cotiser
      Encore confusion entre le niveau de salaire (donc l’aide sociale) et la retraite. Si les salaires sont trop bas, raison de plus pour ne pas en prélever 33% de force."

      y a plus de retraite, tu cotise quoi avec 507€ de salaire ?
      169x3=507+RU=1007
      ca fait juste de quoi vivre, donc pas d’epargne
      on est pas en afrique


    • Croa Croa 1er juillet 2010 20:50

      Alcoldu cite et commente :

      • si tu es bonne sante, tu peut partout travailler a 90a
      Non, c’est faux. Dans le système actuel les sociétés mettent fin au contrat de travail lorsque l’age de la retraite est dépassé.
      _____________________________

      En réalité celà dépend
      et cela déborde largement de la seule « santé ». La règle ne s’applique en fait de manière rigide que dans l’administration !

      Professions libérales : Tu fait ce que tu veux tant que t’as la santé ! smiley
      Salariés dans le privé (non cadre) : T’es viré bien avant l’age de la retraite. Tu es donc chômeur avant d’être retraité pauvre. smiley
      Cadres : Par chance être vieux donne un bon profil de chef. Le patron sera cependant obligé de te virer à 65 ans (67 bientôt.) Au delà et si t’as la santé tu peux être consultant à ton compte (il y a des cas.) smiley


    • Bleu Montréal 4 juillet 2010 21:40

      Quel argumentaire piteux Alcodu.

      Habitant en Amérique du Nord, j’ai plein de collègues dont le fond de pension est au raz des pâquerettes suite à la crise. Ils devront travailler encore une décennie alors qu’ils avaient prévu prendre leur retraite très bientôt. Ils vous détesteraient s’ils lisaient votre analyse.

      Vous prônez un système hautement inégalitaire concernant les retraites. Les riches, toujours plus riches, les pauvres, vampirisés par ces mêmes riches.

      Alcodu, votre système fait partie du passé, acceptez-le.


    • alcodu 4 juillet 2010 22:17

      Cher Bleu Montréal. Merci pour cet argument mille fois entendu dans les médias et mille fois lu sur le web. 
      Les fonds de pensions sont bas, certes, exactement comme la retraite par répartition qui est très basse et qui ne peut plus payer les retraites. La différence c’est que la retraite par répartition ne se relèvera pas alors que la bourse se relèvera, comme toujours.

      Par ailleurs l’article ne préconise ni la capitalisation ni même l’épargne personnelle comme solutions uniques. L’article traite du tabou de la capitalisation c’est à dire du refus français d’en discuter (toujours suspect).

      A titre personnel je ne suis pas défavorable à une part de répartition que je vois comme une espèce de fond de réserve ou d’assurance par exemple en cas de crise boursière.

      D’autre part il faut souligner les véritables âneries qui ont eu lieu aux Etats Unis ou certains salariés cotisaient uniquement à des caisses gérées par leur propre entreprise. Faire reposer sa retraite sur une unique entreprise est évidemment complètement débile. On peut donc très mal organiser l’épargne personnelle comme on peut aussi l’organiser correctement, en minimisant les risques, par exemple sans tout placer en bourse.


    • sonearlia sonearlia 1er juillet 2010 11:42

      Mais quand est-ce que les libéraux comprendront que presque plus personne ne croient a leurs mensonges ?
      A moins qu’ils soient payer pour faire de la propagande ?


      • alcodu 1er juillet 2010 17:27

        Nous sommes habitués à ce que presque personne ne croie à notre message humaniste et social. Les dirigistes étatistes sont effectivement archi dominant partout sur la planète comme vous le soulignez fort justement.


      • foufouille foufouille 1er juillet 2010 17:48

        mdr !
        500€ et plus de smic !
        social !
        haha !
        pire que mitterand !


      • Polemikvictor Polemikvictor 1er juillet 2010 12:05

        Le mot epargne n’existe pas dans le vocabulaire politique ni à droite ni à gauche, si vous etes une cigale et que vous avez une trop petite retraite,vous etes une victime et ont fera appel à l’argent du capital pour vous assister
        . Ce capital qui sera ponctionné n’est pas celui des grandes fortunes , ils ont les moyens de s’y soustraire, mais celui du salarié qui a anticipé les difficultés de sa retraite en se constituant une épargne en produits financier ou immobilier.
        Remplacez le mot capital dans les déclarations politique par les mots épargne et epargnant, le discourt sera à la fois moins sympatique et plus conforme à la vérité.


        • foufouille foufouille 1er juillet 2010 12:34

          A ce point, disons le tout net, la gauche libérale n’a rien à priori contre une forme de redistribution. D’ailleurs l’allocation universelle ou revenu de liberté que nous préconisons en est une forme pratique.

          juste tellement faible que tu fait sdf
          (a part un)


          • alcodu 1er juillet 2010 14:10

            Je ne crois pas que 500 € par mois et par personne soit un montant faible sachant que tous les revenus du travail et de l’épargne (retraite) se cumulent à ce montant. L’A.U. supprime en effet la trappe de la pauvreté. On a toujours intérêt à travailler.

            De toutes façons fixer un montant est une erreur. Il ne s’agit pas de répéter l’erreur de la retraite par répartition à prestations fixes. Ce sont les cotisations qui doivent être fixes et définies certainement pas le montant de l’allocation.
            De toutes façons, compte tenu du bénéfice pour l’économie (réemploi des millions de personnes jetées à la rue par le socialisme) l’allocation augmentera toute seule rapidement par répartition des sommes recueillies.


          • rastapopulo rastapopulo 1er juillet 2010 14:22

            Belle école, l’opposition stérile droite/gauche sans aucune prise en compte du protectionisme social (comme les écolos qui ne parle pas du protectionisme environementale) et de la domination de la finance, alors que normalement c’est la production qui devrait dominer.

            Mais comme la production était plus rentable délocalisé (après avoir déréguler puisque sinon l’vantage était perdu en taxe d’importation), il faillait bien trouvé un moyen de garder le pouvoir.

            Après on en vient à discuter du montant des allocations comme un frein à l’emploie......


          • foufouille foufouille 1er juillet 2010 14:46

            « Je ne crois (sait) pas que 500 € par mois et par personne soit un montant faible »
            tu devrais vivre avec, comme SDF !


          • alcodu 1er juillet 2010 14:59

            Pour un couple avec deux enfants cela fait 1400 € auxquels s’ajoutent tous les revenus du couple. je persiste à dire que ce n’est pas si mal car l’AU n’est pas destinée à assurer un revenu suffisant pour vivre. Ce n’est pas sa vocation.

            Contrairement à la situation actuelle (en partie corrigée par le RSA) il n’y a plus avec l’AU de perte d’aides ou d’avantages qui rendent la reprise d’un travail moins intéressante que le fait de rester sans emploi.


          • foufouille foufouille 1er juillet 2010 15:07

            precise que en contrepartie, tout est suprimer
            y compris le smic
            donc comme en allemagne des boulots a 1,2,3€
            les vieux, handis, malades peuvent crever en etant SDF
            mentalite libertaryenne, et non liberale ou humaniste, mais esclavagiste
            ou est la liberte ?


          • foufouille foufouille 1er juillet 2010 15:23

            "Contrairement à la situation actuelle (en partie corrigée par le RSA) il n’y a plus avec l’AU de perte d’aides ou d’avantages qui rendent la reprise d’un travail moins intéressante que le fait de rester sans emploi."

            1 ya pas 2000 000 d’offres reele d’emploi ni 5000 000
            2 les aides et credits sont reserves aux gros et remplis de conditions debiles et illisible
            3 le RSA est un STO, tu gagnes rien en plus sauf le flicage car les aides diminue, les boulots sont insertion ou EMT, et les dossiers se perdent car la CAF est compose de bureaucrate callabos


          • plancherDesVaches 1er juillet 2010 13:57

            Un document qui explique comment faire, entre autre, pour supprimer toute mise en commun de moyen, ce qui est, en principe, le rôle d’un état.

            http://www.recit.net/IMG/pdf/CT_FAIRE_UNE_POL_D_AJUSTEMENT_OCDE.pdf


            A diffuser partout autour de vous pour connaître et comprendre les politiques actuellement mises en place dans tous les pays de l’OCDE.


            • rastapopulo rastapopulo 1er juillet 2010 14:11

              Avant la crise financières, la retraite par capitalisation avait le vent en poupe.

              Le tout libéral (mais sans protectionisme social ce qui est à l’encontre du libéralisme d’origine enfin bon) n’était pas discutable.

              La banques s’exclamait « mais non, si vous dérégulez la finance il n’y aura pas de soucis, la scission des banques de dépôt (à sauver) et d’investissement (à laisser couler) ne sert à rien vu qu’un crash est impossible, bla bla bla ».

              Donc voilà, au lieu de laisser couler les banques d’investissement comme pendant les 60 ans qui ont précédé, elle sont encore là à dicter leur loi avec une fusion Europe/USA pour 2010 des marché de capitaux (la crise sera arrivé juste à temps pour constituer des mégabanques c’est pas beau ?).

              Et donc on ose nous reparlez de retraite par capitalisation alors que normalement aucune banque d’investissement n’aurait dû traversé la crise.

              Admirez la machination voulu par les financiers mondialistes qui sont prêts pour dominer la fusion Europe/USA et recommence le même délire comme si de rien n’était.


              • alcodu 1er juillet 2010 14:46

                Je crois malheureusement rastapopulo que vos capacités d’analyses sont pour le moins brouillonnes. Il faut aller du général au particulier.

                Comme tous les étatistes vous imputez la crise aux banques et à la finance. Or la monnaie fiduciaire et les règles de fonctionnement du crédit sont des inventions des Etats. Ce sont eux qui ont inventé cette monnaie fictive et les instruments de crédit qui vont avec. Ce sont eux qui ont totalement déresponsabilisé les banques en autorisant la production de monnaie (c’est à dire de crédit) par les banques centrales avec des montants de garantie d’à peine 15% des montants prêtés.
                .
                Gauche Libérale


                • foufouille foufouille 1er juillet 2010 14:50

                  ce sont bien les banques qui accepte cette autorisation
                  ce sont elles qui le font
                  elles sont donc coupables car personne ne les y obligent

                  acheter un objet vole est du recel, etc


                • plancherDesVaches 1er juillet 2010 14:52

                  Tiens, au fait. Pour votre culture :

                  Gauche libérale est un oxymore. Soit, deux mots antogonistes artificiellement liés. L’écologie surfe beaucoup sur ce genre d’astuces.


                • plancherDesVaches 1er juillet 2010 14:55

                  Bien vu, Foufouille.

                  Mais en droit, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé..par défaut. (règle établie en 1789 contre les habitudes de l’église)

                  Soit, voir la proposition d’inversion de cette règle pour le secteur de la finance par Jacques Généreux du NPA.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès