Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Retraites : votre régime est-il en déficit ou en excédent, quelle pension (...)

Retraites : votre régime est-il en déficit ou en excédent, quelle pension verse-t-il ?

Les réponses sont surprenantes, sans ambiguïté et ne sont contestées par aucun syndicat et par aucun organisme de retraite. Dans cet esprit, nous vous proposons la synthèse ci-dessous, à partir des chiffres publiés le 4 avril 2010, dans le volumineux rapport du Conseil d’orientation de retraites (COR).
D’abord le constat avant d’exposer quelques éléments de réflexion.
 
Pour les cinq principaux régimes, les chiffres étaient les suivants pour l’année 2008 (voir dossier du COR ici), par ordre décroissant de leur état apparent de santé :
 
L’ARRCO (régime complémentaire des salariés non cadres du secteur privé), page 72 du rapport.
 
- cotisations = 44,4 milliards ; pensions versées = 38,8 milliards ; excédent = 5,6 milliards
- cotisants = 18,5 millions ; retraités = 9,8 millions
- pension moyenne versée = 275 € par mois
 
La CNRACL (régime général des salariés des collectivités locales et des hospitaliers), page 66 du rapport.
 
- cotisations = 14,9 milliards ; pensions versées = 12,3 milliards ; excédent = 2,6 milliards
- cotisants = 2,0 millions  ; retraités = 0,8 million
- pension moyenne versée = 1 224 € par mois
 
L’AGIRC (régime complémentaire des cadres salariés du secteur privé), page 79 du rapport.
 
- cotisations = 20,0 milliards ; pensions versées = 20,4 milliards ; déficit =0,4 milliard
- cotisants = 3,84 millions ; retraités = 1,8 million
- pension moyenne versée = 771 € par mois
 
La CNAV (régime général des salaires du secteur privé), page 56 du rapport.
 
- cotisations = 82, 5 milliards  ; pensions versées = 83,6 milliards ; déficit =1,1 milliard
- cotisants = 17,1 millions ; retraités = 11,2 millions
- pension moyenne versée = 556 € par mois
 
La FPE (régime général des salariés de la fonction publique d’Etat), page 61 du rapport.
 
- cotisations = 31,9 milliards ; pensions versées = 42,3 milliards ; déficit =10,4 milliards
- cotisants = 2,3 millions  ; retraités = 1,7 million
- pension moyenne versée = 1 898 € par mois
 
1er constat :
 
Le rouge domine ! Les secteurs les plus déficitaires sont :
 
- l’un du public, la FPE avec 10,4 milliards d’euros, pour 2,3 millions de fonctionnaires cotisants. Soit 4 521 € de déficit par cotisant et par an, ou 6 117 € par retraité et par an.
- l’autre du privé, la CNAV, avec 1,1 milliard d’euros, 17,1 millions de salariés privés cotisants. Soit 64 € par cotisant et par an, ou 98 € par retraité et par an.
 
2ème constat :
 
Le régime le plus déficitaire est celui qui fait apparaître les meilleures retraites :
 
- la FPE verse une pension moyenne mensuelle de 1 898 € à ses 1,7 million de retraités.
 
Le régime le plus bénéficiaire est celui qui fait apparaître les plus faibles retraites :
 
- l’ARRCO verse une pension moyenne mensuelle de 275 € à ses 9,8 millions de retraités.
 
Ce sont des moyennes. Malheureusement, comme toutes les moyennes, elles peuvent masquer des différences importantes. Il aurait fallu que le COR publie aussi les médianes. Cela aurait permis d’affiner notre appréciation.
 
3ème constat :
 
Les déficits / excédents cumulés du public, pour − 7,8 milliards et du privé, pour + 4,1 milliards laissent apparaître un déficit national de 3,7 milliards d’euros.
 
Eléments de réflexion :
 
1° La richesse créée par la France en 2008 a été de 1 950 milliards d’euros. C’est son PIB nominal.
 
De fait le déficit des régimes de retraites représente 0,19 % de cette richesse !
 
2° Est-ce donc vraiment le déficit de 0,19 % du PIB qui pose problème dans notre système de retraite ou plutôt son iniquité entre les retraités structurellement pauvres et ceux structurellement aisés ?
 
3° Faut-il, sous prétexte que le déficit des régimes coûte 0,19 % du PIB, ne pas traiter ses problèmes de profondes injustices ?
 
Eléments de réponse :
 
1° Le gouvernement a choisi "d’essayer" de diminuer le déficit de 0,19 % du PIB en 2008, à 0 % à une date ultérieure, non connue aujourd’hui !
 
Pour cela il a rallongé, au doigt mouillé semble-t-il, de 2 ans l’âge de départ à la retraite.
 
2° Le gouvernement a choisi de ne pas (même) tenter de répondre à l’iniquité de notre système de retraite !
 
Pourquoi ? Veut-il aussi paupériser un grand nombre de retraités… aux pensions souvent ridicules, notamment quand ils ont uniquement le régime général, celui de la CNAV ? Pour 11,2 millions d’entre eux, la retraite est de seulement 556 € en moyenne par mois !
 
 3° Le gouvernement a donc choisi d’ignorer que notre problème, c’est d’abord et avant tout qu’il y a 2 classes de retraités : les pauvres et ceux plus aisés.
 
Est-ce logique, après 40 ans ou plus de cotisations et de travail au service de l’activité économique du pays, de vivre avec 556 € par mois ?
 
Pourquoi un tel mépris de ce constat de pauvreté et de ne voir que le malheureux déficit de 0, 19 % du PIB ?
 
Malheureux déficit, car ce n’est que 0,19 % du PIB ! Et en fait, seulement 14,8 % du coût, chaque année, de la loi TEPA, initiée par N. Sarkozy en juillet de 2007 !
 
Rappel : juste avec le coût des exonérations fiscales de la loi TEPA − que personne n’avait d’ailleurs demandée (sauf quelques intimes) − on pourrait combler, durant 6,7 ans, le déficit de notre système de retraite.
 
N’est-ce pas tout bonnement ahurissant !
 
Comment, aujourd’hui, peut-on encore tolérer de telles insuffisances de maturité au sommet de l’Etat ? Pourquoi personne ne peut dire au patron de l’exécutif, qu’il se plante sur ce dossier, comme sur bien d’autres malheureusement… pour le pays !
 
Encore une fois, le problème de notre système c’est son iniquité. Ne pas le résoudre, c’est une injustice sociale dont l’histoire se rappellera.
 
A l’évidence, la réforme des retraites telle qu’elle a été votée le 15 septembre dernier, est donc inutile et mérite bien contre elle, la manifestation prévue après-demain, jeudi 23 septembre !
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.88/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • dhbasse dhbasse 21 septembre 2010 10:30

    et oui, les « quelques intimes » que vous citez sont, eux, assez satisfaits de cette réforme...
    le tout c’est d’être du bon coté de la barrière... smiley
     


    • iris 21 septembre 2010 10:31

      tout le monde devrait toucher pareil à la retraite-
      les gros revenus ont eu le temps d’en mettre de coté durant leur vie professionnelle-pour leur retraite-et s’ils ont dépensé à tort tant puis pour eux-
      Peut etre alors ceux qui galéré toute leur vie au smic pourraient voir leurs vieux jours avec + d’argent-la solidarité c’est ça-
      je suis ok avec ceux qui réclament 1500 euros pour tout le monde-
      le problème c’est ceux qui ont jamais travaillé-eu de l’argent par héritage-tout bouffé et qui n’ont rien à la retraite-peut ton les laisser crever san rien sanchabnt qu’il ne sont pas usés au travail et n’ont pas subit dominations ??ils sont je l’èspère peu nombreux mais une grande injustice pour ceux qui ont galéré et bcp travaillé


      • iris 21 septembre 2010 11:18

        je ne demande pas la lune-


      • Ronny Ronny 21 septembre 2010 11:40


        Juste une précision, les personnels de la fonction publique (FP) ne cotisent pas à une caisse de retraite même si des prélèvements sont effectués sur salaire. Les retraites sont en fait versées par l’employeur qu’est l’Etat, qui inclut ce versement dans le calcul du coût d’un fonctionnaire, celui ci prenant en compte les années d’activité et celles de retraite. Il s’agit en quelque sort d’un salaire différé. Le déficit provient également du fait que l’Etat n’abonde pas de caisse de retraite complémentaire comme le font les employeurs du privé. Ceci ne fait d’ailleurs pas des fonctionnaires des nantis, car les comparaisons doivent se faire à niveau de qualification égale. Or les personnels de la FP sont en moyenne plus qualifié que ceux du privé, et dans les catégories de cadre A de la FP, les salaires sont en général inférieur à ceux du privé (ex. adjoint au directeur d’un secteur de type R et D de 1 800 personnes, 3500 euros net / mois sur 12 mois), alors qu’ils sont supérieurs à ceux du privé pour les petites les plus basses (cat. C) en voie de disparition totale de la FP d’aillerus par le biais d’externalisations de plus en plus fréquentes. Les salaires de la FP comportent aussi une part importante (parfois + de 50%) de primes n’ouvrant pas droit au calcul des pensions, ni soumises à cotisation.

        Mais gardons nous d’opposer public et privé, car c’est un des buts recherché par le gouvernement. Le plus intéressant est bien le calcul que vous avez présenté et qui montre que la charge que représentent les retraites est « peanuts » ramené au PIB. Pour information, il s’échange en placements financiers sur la planète, tous les 3 jours, a peu près l’équivalent du PIB annuel de la France... Et le montant des déficits des régimes de retraite, tous confondus, ne représente que 2 jours de l’activité de la bourse à Paris !

        Enfin pour reprendre votre question "Comment, aujourd’hui, peut-on encore tolérer de telles insuffisances de maturité au sommet de l’Etat ? Pourquoi personne ne peut dire au patron de l’exécutif, qu’il se plante sur ce dossier, comme sur bien d’autres malheureusement… pour le pays !" Parcequ’il ne se plante pas justement. Sarko et sa bande ont mis en place une politique destinée à favoriser une frange ultra minoritaire des plus riches, qu’ils défendront quite à amener le pays au bord de la faillite et/ou de l’implosion sociale. La journée de demain doit donc être plus qu’une journée de manif. On doit se diriger vers un blocage générale de l’activité du pays, surtout au niveau financier avec des actions vers toutes les sièges sociaux des banques et toutes les bourses. Nos ennemis sont là, et Sarko n’est que leur marionnette ! 


        • Yohan Yohan 21 septembre 2010 12:01

          Le régime le plus déficitaire est celui qui verse les meilleures retraites. Une abération de plus. qui paye ? nous


          • Bulgroz 21 septembre 2010 12:46

            Aimé Fay,

            Vous donnez les résultats de divers régimes de retraites pour 2008 à partir du document du COR.

            Or, ces chiffres de 2008 sont ceux extrapolés par rapport à ceux de 2007 et ne sont donc pas la réalité. Il est même étonnant de constater l’écart entre les chiffres extrapolés que le COR donne pour 2008 en Mars 2010 et les chiffres réels de 2008. La réalité étant plus dégradée que l’extrapolation du COR.

            Les chiffres réels de 2008 sont ici :LES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE RÉSULTATS 2008 PRÉVISIONS 2009 et 2010
            http://www.securite-sociale.fr/chiffres/ccss/2009/ccss200910.pdf

            ARRCO : COR : +5,6 ; Réel SS : +3,5
            CNRACL : COR : +2,6, Réel SS : +0,5
            AGIRC : COR : -0,4 ; Réel SS : +1,04

            L’écart le plus significatifs est pour la CNAV (le plus gros des régimes) où le COR annonce -1,01 alors que le résultat a été de -5,07.Donc 4 milliards de différence à un an de distance entre une extrapolation et la réalisation !!

            De la même façon, les prestations vieillesse versées par la CNAV en 2008 ne sont pas de 83,6 comme le dit le COR milliards mais de 87,4.

            Par ailleurs, il n’est absolument pas significatif de comparer les moyennes de pensions versées entre régimes. Par exemple, dans le cas de la CNAV, il s’agit exclusivement d’une retraite de base (une grande majorité bénéficiant d’une complémentaire vieillesse), alors que pour les fonctionnaires, il s’agit d’une pension complète.

            Pour se faire une bonne idée de la situation des caisses de retraites c’est de comparer le taux de couverture des pensions par des cotisation Employés et employeurs.

            La CNAV par exemple couvre ses charges de pensions à 83% quand la SNCF ne les couvre qu’ à 35%, RATP à 33%, les fonctionnaires 12%, les avocats à 65%, les professions libérales à 97%, les Notaires à 73%, les fonctionnaires territoriaux à 97%, les artisans à 50% et les agriculteurs à 34%( chiffres de 2010).


            • tchoo 21 septembre 2010 15:08

              des ratios intéressants :

              ARRCO : 1.88 cotisants/retraité l’excédent représente 30.26€ par cotisant
              CNRACL : 2.5 cotis/retraité-excédent : 1300€/cotisant
              AGIRC : 2.13 cotis/retraité - déficit : 1692€/cotisant !!!!!
              CNAV : 1.53 cotis/retraité - déficit : 64.32€/cotisant
              FPE : 1.35 cotis/retraité - déficit 4522€/cotisant


              • Awake Awake 21 septembre 2010 15:42

                Un discourt qui change : Franck Lepage et Gaël Tanguy


                • HELIOS HELIOS 21 septembre 2010 17:25

                  Petite reflexion ....

                  En diminuant drastiquement le nombre de fonctionnaire, on diminue aussi drastiquement le nombre de cotisants theoriques, n’est-ce pas ?

                  Donc, a chaque depart D’UN SEUL fonctionnaire a la retraite, on multiplie par deux la part correspondante du ratio cotisant/retraité.

                  Si aujourd’hui il y a (par exemple car je ne connais pas les chiffre) 1 350 000 fonctionnaires actifs et 1 000 000 de fontionnaires retraités.... dans quelques temps , quand il n’y aura plus que 675 000 fonctionnaires (1 depart sur deux non remplacé) il y aura 1 675 000 retraités et donc le systeme de retraite sera intenable....

                  Voila a quoi servent les chiffres pris sans reflexion.... l’etat aura alors beau jeu de decider de tout privatiser.

                  PS.... que faudrait il faire pour maintenir le ratio ? ben c’est simple on ne remplace pas un fonctionnaire qui part a la retraite que si un retraité fonctionnaire decede !!!!!!!


                  • kemilein 21 septembre 2010 21:12

                    le non remplacement des fonctionnaires
                    a réduit le nombre de cotisants,
                    engendrant le déficit de la caisse de retraite.

                    ceci étant

                    l’économie des salaires des fonctionnaires non remplacés
                    est supérieure au déficit de la caisse de retraite

                     ;)


                    • tvargentine.com lerma 21 septembre 2010 21:17

                      Nous voyons bien que ce sont les fonctionnaires qui précarisent les salariés du privé

                      Comment pourrais t-on accepter de voir la France s’appauvrir pour le bien être d’une caste de privilégiés

                      Les réformes doivent mettre tous les français au même niveau de retraite

                      http://www.tvargentine.com


                      • Yohan Yohan 21 septembre 2010 21:48

                        Il faudra nous expliquer comment un régime de retraite comme celui des fonctionnaires français peut encore survivre à un tel déficit de nos jours sans une réaction des marchés. Le scénario argentin n’est pas loin..Surtout quand les grévistes continuent de prélever leur taxe sur l’ irresponsabilité ajoutée, sans se préoccuper de la solidité du navire. Fluctuat sed merdeautour 


                        • cmoy patou 24 septembre 2010 12:05

                          En voilà aussi qui coûtent chers on comprend mieux pourquoi ils se battent tant pour avoir des places passant même par-dessus le vote des Français et encore ce n’est que la partie émergée...- 



                          • kasko 26 septembre 2010 23:58

                            Article pernicieux

                            Votre article est fort pernicieux parce qu’il présente des chiffres reconnus faisant état d’une situation fort peu critique. Or par rapport au problème du financement des retraites ces chiffres ont 2 graves défauts :

                            1 - ils sont une photo à un instant donné. Or ce qui est important c’est l’évolution : le bon sens montre que plusieurs facteurs conduisent à une aggravation : allongement de l’espérance de vie, début de cotisation plus tardive pour les diplômés,... Gouverner c’est prévoir, ce n’est pas attendre d’être dans une situation hyper-critique pour réagir ! De plus la plupart des mesures à prendre, quelles qu’elles soient, ne sera pas appliquée de suite et leurs effets ne seront pas immédiats. Le délai entre la décision et les effets se mesurera globalement en années. L’anticipation est donc primordiale.

                            2 - Cette « photo » date déjà de 2 ans (2008), bientôt 3ans !

                            Il est surprenant qu’un spécialiste en management et organisation oublie ces points fondamentaux. C’est un pseudo raisonnement scientifique, probablement orienté par des a priori politiques masqués. Un vrai scientifique objectif ou un bon manager ne tiendrait jamais un tel discours.

                            Basé entre autre, sur une longue expérience en management, je suis donc en désaccord avec cet article et, bien que pas d’accord avec toutes les mesures envisagées par le gouvernement, j’affirme qu’il faut prendre des décisions dès maintenant.

                            Kasko

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès