Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Ryanair : provocations, mépris, dumping social, la coupe est pleine (...)

Ryanair : provocations, mépris, dumping social, la coupe est pleine !

Michael O’LEARY, patron de RYANAIR avait habitué l’Europe à ses outrances et provocations en tout genre. Il continue d’innover en « low-cost » pour se rapprocher très dangereusement du plus bas niveau de sécurité. Rappelons les plus flamboyantes idées telles que le paiement de l’accès aux toilettes dans l’avion, la création de sièges « assis-debout » et la suppression du copilote.
 
Mais pour augmenter les recettes de la société, il faut savoir avec plus ou moins d’habileté, utiliser, user voire abuser de certaines dispositions européennes en matière de libre circulation des travailleurs en Europe.
 
La plupart des salariés de RYANAIR de la base de Marseille relève du droit social français. N’en déplaise au P.D.G. irlandais. Et donc sont assujettis au respect du code du travail national. L’information judiciaire ouverte en avril par le parquet d’Aix-en-Provence est donc d’une logique imparable et la mise en examen fin septembre pour "travail dissimulé et prêt illicite de main d’œuvre" poursuit l’affaire.
 
L’affaire RYANAIR montre bien, à nouveau, les limites de la « libre circulation » et surtout des interprétations abusives de ce principe.
 
Le chantage du patron irlandais n’a, fort heureusement, pas porté ses fruits. Il est vrai que la base de Marseille de RYANAIR, est importante à plusieurs titres. La compagnie est présente avec 200 salariés (sous contrats de travail irlandais- 7000 salariés dans le monde), quatre avions, et c’est le second transporteur de l’aéroport avec près de 1,5 millions de voyageurs en 2009.
 
Treize lignes vont fermer suite à cette décision : Agadir, Brest, Eindhoven, Lille, Marrakech, Nador, Nantes, Palerme, Paris, Tanger, Tenerife, Tours, Venise.
Dix lignes seront maintenues (Bruxelles, Dusseldorf, Fez, Londres, Madrid, Malte, Porto, Rome, Séville, Valence) mais opérées par des personnels installés dans d’autres aéroports que celui de Marseille.
 
Selon l’aéroport de Marseille, le départ de RYANAIR va se traduire par 30.000 passagers en moins en janvier et 50.000 en février et mars.
 
Cet évènement serait-t-il une conséquence d’une spécificité française protectionniste et réticente aux compagnies low-cost et en particulier rétive à l’imagination débordante qu’elles déploient pour faire du « cost-killing » ?
 
Que nenni ! En témoigne d’autres informations qui en rajoutent dans le dossier RYANAIR.
 
Durant l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll, en avril 2010, l’agence italienne de l’aviation civile (E.N.A.C.) avait reproché à la compagnie irlandaise de ne pas avoir respecté ses obligations légales d’assistance aux passagers lorsqu’un vol est annulé (178 infractions tout de même !).
 
Les autorités publiques Italiennes avaient dû prendre en charge les passagers de RYANAIR bloqués à l’aéroport de Rome. Précisons que les autres compagnies aériennes avaient, elles, respectés les obligations essentielles d’assistance prévues dans un tel cas (boissons, repas et nuits d’hôtels). C’est donc une amende de trois millions d’euros qui a été infligé à RYANAIR.
 
En janvier 2010, la compagnie avait menacé de suspendre tous ses vols à l’intérieur de la péninsule italienne pour cause de refus d’accepter les nouvelles procédures d’embarquement applicables à toutes les compagnies. Elle avait pliée devant les injonctions des autorités.
 
L’Allemagne connaitrait aussi des doutes sur la capacité de la compagnie irlandaise à être « responsable » et des menaces de quitter certains aéroports germaniques auraient été proférées en cas de non-obtention de facilités et autres subventions publiques.
 
Autre anecdote à la fois (presque) morbide et très démonstrative de la capacité à se moquer de ses passagers. Sur un vol Marseille-Edinbourg (FR 1286), un passager quinquagénaire eut un malaise important (évanouissement) après 1 heure de vol. Après l’intervention de deux médecins présents parmi les passagers, s’agissant d’une hypoglycémie, on lui procura quelques biscuits et du thé dont la facture fut portée beaucoup plus rapidement que le soutien au malade. L’épouse du passager dut s’acquitter illico presto de la note mais ne pût obtenir de couverture (absente de l’équipement de l’avion) ni d’un éventuel défibrillateur cardiaque (matériel certes non obligatoire légalement mais présent dans toutes les compagnies aériennes généralement).
 
La concurrence dans les transports en Europe, et notamment dans les transports aériens pose des questions graves sur les conditions sociales pour les personnels comme pour la sécurité et l’assistance aux passagers.
 
La France n’est pas entièrement à l’écart de ce mouvement. En témoigne l’affaire City Jet (filiale low-cost du Groupe AIR FRANCE-KLM). Celle-ci vient de faire l’objet d’une plainte au Conseil des Prud’hommes de Bobigny déposée par quarante employés navigants sous contrat de travail… irlandais ! Les salariés réclament 2,7 millions de rappel de salaires et dommages et intérêts pour…travail dissimulé.
 
Michael O’LEARY sera peut-être condamné dans l’affaire de Marseille. Et la justice hexagonale reconnaitra sa qualité de patron exemplaire en matière de délinquance économique et sociale.
 
En attendant que d’autres juridictions nationales montrent à nouveau le vrai visage de celui qui voudrait si bien nous faire voyager « assis-debout » pour qu’il n’y ait plus demain de confusion entre la bétaillère et l’avion, et entre le personnel navigant commercial et le travail dissimulé.
 
Il se trouvera toujours quelques esprits chagrins prétextant le nombre d’emplois directs et indirects supprimés par la fermeture de la base de Marseille (car directement concernés et/ou libéraux assumés). Certains répéteront que « l’ouverture à la concurrence » si bien défendue par la Commission de Bruxelles provoque le développement du trafic aérien. Et qu’au final, le résultat vaut bien quelques souplesses avec le droit du travail et la sécurité des passagers. 
 
Mais, le respect de tous les droits (celui des salariés comme celui des passagers) a un coût qu’il convient d’assumer. Nul doute que Michael O’LEARY continuera de l’ignorer tant que les Etats européens (et peut-être l’Union Européenne) ne freinera pas ce délitement concrétisé par la compagnie RYANAIR.
 
Rémi AUFRERE

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 2 novembre 2010 10:14

    Nous travaillons comme des esclaves, le peu que nous ayons gangné nous le donnons tout ravis (sous forme de dépenses de consommation insensées) à ceux qui nous ont exploités, ces voyages, nous permettent d’avoir l’illusion d’être riches en faisant des voyages par avion à des « distinations de rêve »,
    nous sommes nos propres bourreaux consentant à notre exploitation,
    nous n’avons même pas l’excuse d’être soumis à un régime dictatorial. C’est uniquement la dictature de mimetisme qui nous rend servil.


    • FRIDA FRIDA 2 novembre 2010 10:17

      serviles c’est mieux que servil smiley


    • cathy30 cathy30 2 novembre 2010 10:49

      pas mieux que Frida
      50 € pour aller sur une ville européenne, il y a comme un problème. Il faudrait se réveiller, non ? Un monsieur fait un malaise dans l’avion, et il lui faudrait un médecin, une couverture et tout cela gratuit. Les gens veulent des services pas chers, avec des compagnies libérales, mais avec comme au bon vieux temps une sécurité de service public... L’illusion est à son plus haut sommet.


    • easy easy 2 novembre 2010 18:40

      Très lucide


    • paul 2 novembre 2010 10:16

      Ryanair, pirate de l’air, carbure aux subventions .....

       IRLANDE • Ryanair carbure aux subventions | Courrier international 


      • remiaufrere remiaufrere 2 novembre 2010 12:37

        Vous avez tout à fait raison !
        le VRAI PRIX (et non le juste prix !) d’un billet sur RYANAIR est en bonne partie payé par le contribuable français qui paye plus que cela rapporte en terme d’emplois et de dynamique économique.
        A moyen et long terme, cela provoque une forte tension à la baisse sur les salaires des employés et une réduction dans tous les éléments de sécurité « non essentiels » mais pourtant nécessaires en fin de compte.
        La France n’est pas du tout isolée avec RYANAIR !
        Quand à l’Irlande, vu la situation actuelle de son droit du travail et sa réalité économique (montré en modèle par les ultra libéraux), il y a un incroyable retour de baton économique et surtout social (le pays redevenant une contrée d’émigration pour de nombreux jeunes irlandais)
        quel désastre bien symbolisé par Michael O’Leary aussi...


      • Salade75 3 novembre 2010 14:05

        Quel que soit le mode de transport, et en particulier collectif, c’est toujours les impôts qui payent la plus grande partie des coûts, soit directement (subventions), soit indirectement (manque à gagner fiscal) : infrastructures routières gratuites (en tout cas ne rapportant pas à l’état), infrastructures ferroviaires à prix d’ami (dette enfouie pour le plus grand bonheur des générations à venir), subventions aux TER (2/3 du prix du billet d’après la cour des comptes !!), subventions aux transports urbains, ....kerosène détaxé, ....dépollution prise en charge par les collectivités... nuisances, maladies induites à la charge de ceux qui subissent, ....
        Rien de nouveau là dedans si ce n’est un peu plus d’impudence qu’à l’accoutumée !
        Si je souscris entièrement à la dénonciation des pratiques de cette société, comme j’aimerais aussi voir une implication syndicale du même ordre sur tous les cas autrement plus douloureux pour les portefeuilles nationaux sur les cas cités au dessus.
        Mais là, ... motus !
        Pourquoi ?


      • Ornithorynque Ornithorynque 2 novembre 2010 10:26

        Chantage ???

        Ce qu’il faut savoir c’est que Ryanair sera perdant malgré son chantage... en effet, c’est Transavia, la compagnie low cost de Air France qui va reprendre la plupart des créneaux laissés vacants par Ryanair... et qui fera travailler le même nombre de salariés, mais sous droit Français, à partir de la plateforme de Marseille.
        De la à penser que la plainte était un peu téléguidée par Air France, il n’y a qu’un pas... mais c’est de bonne guerre, et il est vrai que c’est toujours agaçant, pour ceux qui respectent la loi, de voir triompher ceux qui profitent du système.

        Du Balai , Ryan !


        • remiaufrere remiaufrere 2 novembre 2010 12:40

          Dans cette affaire, point besoin de la compagnie Air France mais de la combativité des syndicats et des salariés.
          Et la compagnie nationale va devoir tenir compte de cette affaire pour éviter à l’avenir ce genre d’ennuis judiciaires qui fera date !
          Donc la situation ne devrait pas se reproduire à l’identique ni dans de telles proportions (il s’agissait de la quasi des personnels basés à Marseille qui relevent du droit irlandais !!).


        • spartacus spartacus 2 novembre 2010 18:37

          Mettre un compagnie « Air France » Transavia" en situation de monopole un progrès ?

          Aux dernières nouvelles une grève des pilotes de Air France pour ne pas payer de charges sociales sur les avantages en nature.
          http://www.deplacementspros.com/Air-France-greves-en-fin-de-semaine_a7310.html
          Remplacer Ryanair par Air France c’est remplacer des mesquins par des bras cassés.


        • Login Login 2 novembre 2010 10:32

           Dehors + interdiction de survol sur l’ensemble de l’espace aérien Français.

           Simple. 


          • piroliat 2 novembre 2010 10:43

            perso je pisse dans le couloir


            • Shaytan666 Shaytan666 2 novembre 2010 12:20

              Mais c’est très bon un Paris-Brest et pas si cher que cela !


            • remiaufrere remiaufrere 2 novembre 2010 12:32

              Monsieur,
              Je sais bien que la crise est là mais lorsque vous indiqué que beaucoup de français renonçent à voyager , c’est à la fois vrai pour une partie d’entre eux (les plus modestes comme d’habitude) mais beaucoup moins vrai pour les classes dites « moyennes » en témoignent les chiffres fournis par les entreprises de transports de voyageurs...qu’elles soient ferroviaires, routières ou aérienes (y compris hors RYANAIR).


            • Yvance77 2 novembre 2010 12:17

              Salut,

              Ayant vécu de nombreuses années en Irlande, j’ai en plus partagé un appartement avec un pilote espagnol de cette compagnie.

              J’ai pu aborder tous les sujets avec lui : sécurité, salaires, politique du groupe, etc...

              Le point le plus important pour Ryanair est la pub. Tout ce qui peut contribuer à faire parler de cette compagnie (en bien ou mal) est à prendre et le plus tôt est le mieux.

              Le blé que ce fait Ryan est sur les subsides européens en premier lieu, puis les diverses taxes et ne cherchez pas elles sont partout, notamment sur les CB, car vous ne pouvez payer qu’ainsi (pas de chèque) ce qui est un comble, car on doit être libre de son moyen de paiement bref passons...

              Les salaires sont tirés vers le bas les pilotes y compris (copilotes), et tout se paye et les bagages c’est une horreur surtout si vous êtes au-dessus du seuil, là aussi banco.

              L’anecdote la plus croustillante restera l’histoire d’une des hôtesses de l’air de nationalité tchèque (je crois bien) qui vivait donc à Dublin et s’est fait embaucher par cette firme. Pour arrondir ses fins de mois, elle avait un autre job. Elle était actrice de porno.

              Il y a eu, sur la ligne où elle officiait, une recrudescence de vente de billets On se demande bien pourquoi. Il est vrai qu’elle était charmante. Et l’information avait été balancée par Ryanair. Tout est dit ensuite.


              A peluche


              • lolo 2 novembre 2010 12:34

                Le scandale de cette compagnie est le chantage aux subventions qu’elles fait sur les collectivités locales, en leur faisant miroiter des retombées économiques sur la région.
                As t-on demandé l’avis des riverains des aéroports en pleine campagne, et surtout s’ils étaient d’accord pour payer avec leur impots une partie des billets d’avions des futurs touristes et les infrastructures de l’aéroports (ces aéroports avec peu de passagers sont généralement pas rentables) ??? En plus les retombées économiques sont souvent pas si terribles que cela. Dans le sud ouest par exemple, hausse des touristes certes, mais aussi hausse de l’immobilier due aux anglais arrivant en masse qui a fait que les locaux ne pouvaient même plus se payer une maisonette même trés vieille ou à moitié écroulée...


                • ZenZoe ZenZoe 2 novembre 2010 13:12

                  Deux réactions possibles lorsque les consommateurs et leur libre-arbitre sont confrontés à une compagnie qui dépasse allégrement les limites et bouscule nos valeurs :

                  1) On se dit que vu le prix, on est quand même content de pouvoir se promener ici et là. Ca s’appelle le budget travelling et c’est caractérisé avec des prestations mini mini.

                  2) On se dit que la compagnie exagère, et on va voir ailleurs ou on limite les voyages lointains. Ca s’appelle le boycott et ça marche bien si on l’utilise.

                  Quand son chiffre d’affaires baissera parce que les clients manqueront à l’appel, Ryan’Air ne refléchira pas longtemps et optera pour la continuation de pipis gratuits pour tous. Tant que les clients choisiront le bas coût au détriment des prestations, Ryan Air continuera à tirer sur la corde. C’est tout.


                  • Cogno2 2 novembre 2010 15:21

                    Marrant, y a quelques temps, j’avais traité cette compagnie de négrier des temps moderne, mais tout ce qui importait aux commentateurs de ce site, c’était de pouvoir continuer à faire 1000km pour 20 euros.

                    Pour le coup, ces autistes semblent avoir disparus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès