Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Salaires : Pour Martin Hirsch mieux vaut augmenter le RSA que le SMIC (...)

Salaires : Pour Martin Hirsch mieux vaut augmenter le RSA que le SMIC !

Selon Martin Hirsch, il serait préférable d'augmenter le RSA et pas le SMIC, car cette solution ne pénaliserait pas l'emploi, et serait plus économe pour les finances publiques. Ceux très nombreux qui touchent 1 096,94 € net par mois apprécieront !

Bien que le Comité national d’évaluation du Revenu de solidarité active ait indiqué dans son dernier rapport que le RSA ne remplit par sa mission, dans la mesure où : « (...) les effets sur l’emploi ne sont pas discernables et la réduction de la pauvreté est fortement limitée (...) » Cela n'empêche par Martin Hirsch son créateur de continuer à défendre et surveiller son « enfant chéri »
 
En effet, alors qu'il occupe toujours les fonctions de président de l'Agence du service civique qui n'est pas un succès foudroyant, il vient de décider prendre la parole dans le débat sur ... l'augmentation du SMIC.
 
On peut lire ses propositions dans une tribune publiée sur Les Echos
 
«  Il existe incontestablement un problème de pouvoir d'achat des salariés les plus modestes, auquel il faut apporter une réponse. Mais le moyen apparemment le plus simple, l'augmentation du SMIC est-elle la méthode la plus efficace dont disposent les pouvoirs publics ? Il nous semble qu'il y a une alternative qui mériterait au moins d'être discutée et précisément expertisée à l'aune des questions suivantes : comment toucher les salariés les plus en difficulté ? comment ne pas pénaliser l'emploi ? comment être le plus économe pour les dépenses publiques ?

(...) Il existe désormais un instrument plus efficace, mieux ciblé : le revenu de solidarité active, justement conçu pour améliorer les ressources des salariés modestes sans peser sur le coût du travail. En augmentant le barème du RSA, il est possible d'aider davantage les salariés à temps partiel subi et ceux qui ont des charges de famille (...) Le coup de pouce du SMIC a une valeur de symbole. Il est cependant aussi symbolique, au sens de négligeable, pour les salariés les plus modestes. Si une promesse se doit d'être honorée, il serait néanmoins de bonne politique de mettre sur la table des partenaires sociaux un scénario alternatif ou complémentaire incluant le RSA, en l'illustrant par des cas types sur les familles et les salariés à temps partiel (...) Ce gouvernement, attentif à la parité et à la cause des femmes, sait bien que la plupart des salariés à temps partiel subi sont des femmes, ainsi que les foyers où une femme élève seule son enfant. Recourir au RSA, plutôt qu'à un coup de pouce dilué sur le SMIC, c'est prendre le parti des femmes et de la parité des revenus, là où il se pose de la manière la plus aiguë, en bas de l'échelle des salaires (...) »
 
Etonnant non comme raisonnement ? D'autant plus que ce qu'oublie Martin Hirsch c'est qu'avec sa démonstration il n'y aurait que 445.000 foyers concernés alors qu'une augmentation du SMIC concernerait directement plus de 2,5 millions de salariés nous explique L'Expansion
 
Ajoutons à celà la très pertinente remarque de FO qui signale que le : « niveau actuel, 1.100 euros net, n'est pas bien éloigné du seuil de pauvreté, 954 euros »
 
Mais le problème de Martin Hirsch n'est pas de s'occuper des salariés qui touchent le SMIC, il est plutôt de montrer du doigt son augmentation au fait qu'elle : « (...) surenchérit le coût du travail des personnes les moins qualifiées, celles qui sont le plus menacées par le chômage (...) » Ce qui est à priori faux puisque : 2,7 millions de salariés sont payés au Smic en France, dont 500.000 dans la Fonction publique et ne sont pas dans leur grande majorité peu ou pas qualifiés !
 
On pourra regretter que Martin Hirsch n'ait pas encore donné son avis sur la dernière déclaration de Laurence Parisot qui s'oppose comme lui à une augmentation du SMIC puisqu'elle : « empêcherait les embauches ». Celle-ci propose l'idée suivante : « qu'un salarié ayant passé un certain nombre d'années au SMIC bénéficie d'un entretien de carrière et d'une éventuelle réorientation  »
 
En tous cas, si l'entretien et l'éventuelle réorientation aboutissent au chômage (rupture conventionnelle ?) suivi à terme du RSA, Laurence Parisot et Martin Hirsch pourront toujours converser courtoisement de l'augmentation du RSA afin d'être : « le plus économe possible pour les dépenses publiques  »
 
 
 
Crédit et copyright photo
Le Point

Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • colza 7 juin 2012 14:06

    Pauvre Martin, pauvre misère
    Creuse la terre, creuse le temps...
    On ne devrait pas laisser les riches s’occuper des pauvres, ça leur éviterait de dire des conneries !


    • appoline appoline 7 juin 2012 18:27

      Que ceci soit écrit et accompli


    • mortelune mortelune 8 juin 2012 13:15

      ça fait du bien d’avoir un colza non OGM ;o)

      J’approuve à 100 pour cent ce que vous dites, et vous le dites bien.

      nota : zut ! crotte de biquette ! j’ai mis mon post au mauvais endroit, je le remets donc ici 

    • jef88 jef88 7 juin 2012 14:09

      Rêgle n°1 de notre système.....
      - Ne jamais s’occuper des causes traiter les effets
      Rêgle n°2
      - Protéger son fond de commerce à tout prix

      Le fond de commerce de Mer Hirsch : la pauvreté : il ne faut pas qu’elle disparaisse.....
      La cause de la pauvreté : le chomage, le manque d’emplois....

      Il ne faut donc jamais créer d’emplois !!!!

      Je refuse ce système !!!


      • martiseillais martiseillais 7 juin 2012 17:42

        jef88

        Ou brien faire les deux, sachant que ces augmentations auraient un double effet, à la fois de chevauchement d’une situation à l’autre, ou de complémentarité, d’une activité réduite(contrat précaire) au plein emploi (CDD , CDI ) !

         


      • appoline appoline 7 juin 2012 18:29

        Abrutir la « masse », c’est l’empêcher de penser car, quand la « masse » pense, les ennuis ne sont jamais bien loin, enfin les ennuis pour l’élite entendons nous bien.


      • tektek93 tektek93 7 juin 2012 14:09

        Bonjour ,

        opposer ceux qui travaillent au SMIC et les « assistés » c’est une idée de campagne de notre ancien président !


        • Mycroft 7 juin 2012 14:10

          Bonjour

          Le lien que vous mettez,concernant le statut des 2,7 millions de salariés payés au SMIC, ne nie pas le fait que ces employés sont des personnes peu qualifiés.

          De fait, les métiers nécessitant une expérience manuelle (plombier, électriciens, ect) ainsi que les métiers nécessitant de véritables compétences intellectuelle (ingénieur, médecin, ect) sont payés plus de 1,5 SMIC.

          Les métiers payés au SMIC sont plus accès sur le service basique, comme le nettoyage ou le travail de caissière. Métiers qui nécessitent un niveau de capacité quasi nul.

          Il faut néanmoins reconnaitre que ces postes sont de toutes façon amenés à disparaitre, étant donné qu’ils sont techniquement facilement automatisable (c’est en cour pour la gestion des caisses en supermarché, ça va venir pour le ménage). Donc augmenter le SMIC ne vas pas changer grand chose, vu que ces métiers vont disparaitre quoi qu’il arrive. Ca peut à la rigueur accélérer le mouvement.

           


          • squidjobi squidjobi 7 juin 2012 19:22

             Vous avez tout compris au principe de méritocratie, le problème c’est que derrière les chiffres et les catégories cela ne fonctionne pas du tout comme ça... tonymarus45 en est malheureusement une des nombreuses preuves. 


          • veilchen veilchen 7 juin 2012 23:13

            C’est marrant, vous devriez consulter un peu plus les offres d’emploi. je suis une bac+5 et la plupart des offres auxquelles je postule sont au SMIC : assistante de direction, comptable, assistante administrative, etc. Des postes non substituables, ni automatisables. En plus, ce ne sont pas des non-qualifiés qui occupent ces postes, détrompez-vous !


          • Valas Valas 8 juin 2012 11:03

            Mycroft,

            Un responsable informatique bac+4 dans la fonction publique payé au SMIC avec un CDD d’un an renouvelable ne vous choque pas ? Et pourtant c’est de plus en plus courant aujourd’hui !

            Et l’augmentation sans cesse des postes à responsabilités occupés par des incompétents placés là par relations et copinages ne vous choque pas non plus ? Ces mêmes personnes qui prennent très souvent des décisions importantes mais vu leurs incompétences le gaspillage engendré devient désastreux !!!

            Ne prenez pas les gens pour des merdes s’il vous plait...


          • bnosec bnosec 8 juin 2012 13:09

            @ veilchen :

            Bac +5, certes, mais dans quel domaine ?


          • Mycroft 8 juin 2012 14:15

            @tonimarus45

            Le fait que vous soyez caissière avec un Bac+3 ne signifie pas qu’il faut une qualification pour être caissière. Si une machine simple (oui, les caisses automatiques, pour avoir regardé un peu les mécanismes sous-jacents, sont des machines simples) est capable de faire le travail, c’est que le niveau nécessaire n’est pas très élevée. Après, la bêtise crasse des chargés de recrutement en France est tel qu’ils en sont à exiger des diplômes pour ça, mais la faute incombe uniquement aux recruteurs, pas au reste du système.

            Pour le personnel manuel qualifié payé au SMIC, c’est plus courant, mais, là encore, c’est lié au fait que les employés du secteur (secteur qui cherche du personnel, régulièrement) n’utilisent pas leur position pour faire monter les prix. Le « vas voir ailleurs, y en a 50 des comme toi », c’est du bluff. Un bon employé manuel, il faut se lever de bonne heure pour le trouver. Et il faut une expertise prononcé pour en créer un (expertise que n’ont pas souvent les employeurs, mais dont disposent les employés). C’est l’isolement, l’individualisme des personnes qui travaillent dans le bâtiment qui fait qu’ils sont si peu payés, faute de s’ouvrir et de voir qu’on a besoin d’eux.

            @veilchen

            Bac + 5, ça ne veut rien dire. On peut être bac +5 et non qualifié, être bac+5 et n’être capable de rien. Les différentes Facs de lettre, notamment, ne forment pas les gens, elle les occupe, et le diplôme obtenue n’est absolument pas une garantie de qualité. Bac +5 EN SCIENCE, dans une fac ou une école reconnue pour sa sélectivité (ce qui est la norme dans les autres pays, mais pas chez nous, raisons principale du succès de nos grandes écoles vis à vis de nos universités), oui, c’est une preuve de qualification. C’est une preuve d’un esprit capable de comprendre la Logique, avec un grand L, de part la capacité à comprendre les mathématiques. Ces formations là ne mènent pas au SMIC.

            Au passage, chez nous(entreprise de 50 personnes), les métiers que vous indiquez sont réalisés par les 3 secrétaire de l’entreprise. Qui sont qualifiés par leur ancienneté dans la boite et rien d’autre (ce qui, en général, ne correspond pas vraiment à la définition de « qualifié »). Il est vrai qu’on leur demande assez rarement de faire des jolie tableau et présentation pour nous expliquer comment on doit s’organiser, ou que sais-je encore. Simplement de faire le métier pénible, mais nécessaire, de l’administratif, en essayant de minimiser son impacte sur les employés « productifs » (terme du patron pour désigner tout le personnel non administratif). De plus, pour faire leur métiers (qui, comme dit plus, ne nécessite pas véritablement de qualification, mais simplement de connaitre la boite et les différentes paperasses associées), elles ne sont pas payés au SMIC, mais plus (et on ne s’en plein pas, elles le mérite, en nous évitant de perdre notre temps en connerie). Dans les TPE, j’ajoute que ces métiers sont directement réalisé par l’entrepreneur (qui, quand ils sont qualifié en quelque chose, le sont rarement en administratif, puisqu’ils ont besoin de savoir produire un bien ou un service pour que leur entreprise fonctionne et qu’on est rarement qualifié dans plusieurs domaines non connexes).

            @Valas
            L’augmentation d’incompétent présent pour cause de copinage est un grave problème. Mais quel rapport avec une hausse du SMIC ou avec la part de personne faiblement qualifié gagnant un SMIC ? La faute en incombe aux recruteurs, qui sont faiblement compétent, car souvent très éloignés des réalités du monde productifs. La faute en incombe aux RH, et n’a rien à voir avec le débat sur le SMIC.

            Un informaticien payé au SMIC, c’est un mec qui n’a pas cherché efficacement son taf, ou alors un mec qui n’a « d’informaticien » que le nom. Un informaticien, c’est 2 SMIC. Minimum. Sinon, il va voir ailleurs, et trouve. Sauf s’il se fixe des battons dans les roues (refus d’aller sur Paris, par exemple)

            Il suffit de voir à quelle point les entreprises sont demandeuse de profil pointu dans le domaine de l’info pour voir que payer un informaticien au SMIC, c’est, en général, se condamner à ne pas trouver de candidat.


          • jacques jacques 10 juin 2012 11:57

            @Mycroft
            Dans quel monde vivez vous ? De nombreux jeunes qualifiés avec des diplômes « utiles » sont sans travail ou au smic.Ils se rabattent sur ce qu’ils trouvent ,le livreur de pizza avec BTS ça existe.
            Les emplois industriels sont en Chine partis avec l’industrie et les bureaux d’études .Vous pretendez que les emplois de type femme de ménage sont menacés,c’est faux ,c’est ceux d’ingénieurs qui le sont plus car un bon ingénieur indien remplacera facilement de chez lui un de France par contre une femme de ménage française on fera venir des immigrés pour la remplacer !
            Les délocalisations on entrainé au début la disparition des emplois ouvriers suivi rapidement de ceux de leurs ex-dirigeants.
            Ne reste que les emplois peu délocalisables comme ceux liés au terrain


          • lebreton 7 juin 2012 14:12

            hirsch,la la bande a sarko ,la creme des honnetes gens bientot jugés !


            • appoline appoline 7 juin 2012 18:37

              Même pas en rêve, pourquoi ? Si l’on devait juger tous les tocards qui ont fait du mal à la France aussi bien à gauche qu’à droite, le paysage politique deviendrait diablement désert, adieu les Fabius, Miterrand, Sarkosy, Kouchener, Baudis et compagnie et j’en oublie, oh oui j’oublie la plupart.

              Alors s’il n’y avait que la bande à Sarko...... Oui, si nous devions juger tous les traîtres à la France et les passer par les armes, le sang impur abreuverait sacrément nos sillons.

              Bientôt jugés, vous êtes crédules, croyez vous qu’ils se laisseront faire sans tirer quelques lapins du chapeau ? Je rigole d’avance, en imaginant ce qu’ils pourraient bien créer

            • foufouille foufouille 7 juin 2012 15:01

              ben ouais fliquer les pauvres est mieux pour ce sale type
              surtout que l’epargne est cense rapporter 4%
              un peu de pognon sur ton compte et hop, ca rapporte 3%
              vaut mieux eviter son RSTO


              • squidjobi squidjobi 7 juin 2012 16:57

                Bon, que ce soit Sir Hirsch, un lamentin ou un caillou de mars qui propose cette modification je m’en fiche pas mal. Je trouve que cela mérite réflexion. D’après ce que je vois ce n’est pas une augmentation du revenu/indemnité RSA (qui est très bas vous le savez) dont on parle mais une augmentation du barème pour obtenir le RSA, c’est à dire aller dans le sens de plus de bénéficiaires. D’un autre côté, la hausse du SMIC, pourquoi pas, ça ferai plaisir mais dans quelle mesure ? Si c’est pour pouvoir s’achetter juste un ou deux Mc Do de plus dans le mois je ne vois pas l’intéret. Tout est affaire de mesure ici.

                Les éventuels nouveaux bénéficiaires du RSA seraient des gens déjà très précarisés et ayant un travail. Aujourd’hui pour toucher le RSA il faut avoir un revenu inférieur à 500 putains d’euros par mois.

                honnètement, si l’on pouvait faire les deux mesures je serai pour ! mais cela ne règlera pas nos belles inégalitées française, bravo la 5ème puissance mondiale.


                • veilchen veilchen 7 juin 2012 23:15

                  Il faut augmenter les salaires, point barre. Ce n’est pas à l’Etat et au RSA (financé par nous tous) de combler des salaires des pauvres dames, insuffisants ! C’est aux patrons de le faire !
                  Je suis une profonde solidaire, mais ce n’est pas à moi de compléter les revenus d’une femme alors que son patron pourrait lui donner un coup de pouce !


                • Cédric Moreau Cédric Moreau 8 juin 2012 08:56

                  Dans l’idée d’avoir plus de bénéficiaires, il y a aussi le revenu de base : on serait tous bénéficiaires de son montant (au niveau de seuil de pauvreté), de la naissance à la mort. Ce serait déjà une sacrée avancée.


                  Qui plus est, les salariés du coup seraient beaucoup moins contraints par la seule source de revenu qu’est leur travail : ils oseraient davantage revendiquer leur droits, et quelque chose me dit qu’ils ne se gêneraient pas... (comment ça il y a un mal-être au travail ?)

                • le journal de personne le journal de personne 7 juin 2012 17:38

                  J’y arrive pas… j’y arrive plus… je ne sais même pas si j’ai le désir d’y arriver…
                  à gagner ma vie, à nourrir ma famille, à rentabiliser ce que je suis…
                  Ma plume n’est pas exportable… et la table de ma loi n’est pas rentable.
                  Comment dire…. que je suis à bout… Comme tous ceux qui s’efforcent à joindre les deux bouts.
                  Je subis comme on dit, le sort de toute ironie, le revers de toute fortune… Parce que nul n’a le droit de créer sans rien devoir en retour.
                  C’est très étrange même le don de soi a un coût : la tête et les yeux.
                  Tout me pousse à intégrer le système marchand.
                  J’ai beau dire que je ne suis pas une marchandise, je ne peux éviter ma désintégration… ma solitude… ma lassitude… ma finitude.
                  Suis-je le cordonnier le plus mal chaussé ?
                  Suis-je l’aide-soignant le plus mal soigné ?
                  Suis-je l’artiste le plus triste ou le plus attristé ?
                  Il paraît que nous le sommes tous et toutes… parce que le verbe être… est en crise. On ne gagne pas assez pour rembourser la dette… celle que nul n’a contractée.
                  Qu’avons-nous à perdre ? T O U T
                  Puisque l’existence est devenue une question de comptabilité … voire d’incompatibilité… Entre les moyens et les raisons de vivre.
                  Tout à perdre… rien à y gagner.
                  Quelques fleurs… quelques flirts entre grands esprits et puis RIEN.
                  Rien ne suffit à combler le trou de notre sécu mentale et morale.
                  Je ne vais pas me tirer une balle dans la tête… NON.
                  Mais je vous demande de le faire… en cessant de m’encourager à faire ce que je fais : Exister
                  http://www.lejournaldepersonne.com/2012/04/ma-precarite/


                  • Daniel D. Daniel D. 7 juin 2012 18:44

                    Si on décide d’augmenter le SMIC le cout du travail vas augmenter pour les employeurs, qui s’adapteront, si ils le peuvent. Raisonnablement on peut présager un report partiel des charges sur le dos des consommateurs finaux, d’où inflation ressentie, au minimum.
                    Même si ce coup de pouce est nécessaire, il est une des choses les moins évidente a mettre en place étant donné l’impact immédiat de la mesure sur les trésoreries des pme/pmi. Les très grosses entreprises pourront amortir le choc d’une modification importante du SMIC, mais bon nombre des petites ne le pourront pas.

                    Augmenter le RSA est aussi une nécessité car il est l’unique moyen de survie hors mendicité auquel puisse prétendre certains. C’est pour beaucoup la différence entre un toit sur la tete et être SDF, comment oser plaindre une augmentation a des gens qui n’ont pour vivre en tout et pour tout 450euros/mois !!!

                    Les vaches inquiètes pour leur champs se sentent obligé de cracher sur d’autres vaches innocentes ? vous pensez protéger votre carré d’herbe ? Vous avez toujours pas comprit que quelqu’un au RSA attend de glisser vers la rue, et que tout ce qu’il aurais de plus serais directement une augmentation de la consommation intérieure ?

                    Battez vous pour augmenter le SMIC, progressivement, et de manière très significative, mais pratiquez les valeurs de ce pays et pensez a tous, les vrai pauvres sont au RSA et non au SMIC, arrêtez d’opposer les victimes entre elles !!!

                    Comment peut on espérer s’en sortir quand ceux qui sont du meme coté d’une crise s’entredéchirent sur de faux combats fratricides...

                    Réveil !!!
                    Daniel D.


                    • Cédric Moreau Cédric Moreau 8 juin 2012 09:19

                      J’adhère à vos propos, et vous renvoie aussi vers mon commentaire sur le revenu de base : ça suffit d’avoir des gens qui vivent avec moins de 600€ par mois (dont des jeunes ... merci les stages).


                      Pour rebondir sur vos propos : quand je parle d’augmentation du SMIC dans ma famille, je retrouve souvent cet argument du « tueur de PME/PMI » qui ne pourront pas survivre à une telle mesure. Mais attendez, si une entreprise ne peut pas payer ses employés plus que le minimum pour vivre, ne serait-il pas mieux qu’elle disparaisse ?

                      A quoi bon conserver des entreprises qui appauvrissent les gens sous prétexte du sacro-saint « emploi » ?

                    • BlackMatter 7 juin 2012 19:13

                      Il y a une chose que vous n’avez pas compris.

                      Le RSA n’est pas le RMI (revenu minimum d’insertion).
                      Le RSA est un revenu complémentaire.
                      Un couple avec des enfants dont une personne est au foyer et l’autre travaille au smic peut avoir plus d’intérêt à voir le RSA augmenté en complément de leur revenu - que voir le smic réévalué). Par ailleurs, dans le cadre d’une revalorisation du RSA, cette majoration serait pris en charge par la collectivité et non pas par l’entreprise - étant entendu que c’est majoritairement les TPE-PME qui paient leurs salariés strictement au smic-.
                      Bref, il s’agit d’augmenter le pouvoir d’achat des plus faibles, sans pénaliser la compétitivité des TPE-PME. Je trouve que c’est bien.

                      • foufouille foufouille 7 juin 2012 20:22

                        sauf qu’il faut se mettre a genoux pour l’obtenir
                        et subir le flicage
                        meme si tu vends un objet, c’est deduit


                      • chantecler chantecler 7 juin 2012 20:39

                        Parce que ce sont les contribuables qui doivent payer les bas salaires et puis quoi encore ?
                        Je comprends que L. Parisot trinque avec lui .
                        Quant à Emmaus , il a transformé ce mouvement en une entreprise à filiales .
                        Qui ne communiquent plus entre elles .
                        Dans mon coin , rurbain, Emmaus ne se déplace plus pour récupérer les dons, il jette ou rejette la moitié des objets que les gens viennent leur apporter , alors que d’autres Emmaus sont pauvres comme Job .
                        Pauvre Abbé Pierre qui n’a pas vu arriver ce petit arriviste bourgeois et catho .


                      • foufouille foufouille 7 juin 2012 20:42

                        fait une recherche avec emmaus dans le registre des entreprises
                        meme emmaus delocalise pour mieux « inserer »


                      • BlackMatter 7 juin 2012 23:10
                        « sauf qu’il faut se mettre a genoux pour l’obtenir
                        et subir le flicage »

                        C’est vrai pour les gens qui gagne moins de 500 euros par mois. Pour les autres, il n’y a pas de flicage. Et puis ce flicage n’est pas pire que celui que subit un chômeur pour toucher ses indemnités. En outre, ça dépend des départements et sans doute -malheureusement- de la tête du client.

                      • BlackMatter 7 juin 2012 23:16

                        « Parce que ce sont les contribuables qui doivent payer les bas salaires et puis quoi encore ? »


                        Je comprend bien mais que voulez vous faire ? Vous voulez forcer les petites boites qui sont déjà au bord du gouffre à augmenter les salaires ? Cela se terminera à Pôle Emploi et c’est 100% du salaire qu’il faudra alors prendre en charge.

                      • veilchen veilchen 7 juin 2012 23:20

                        Ah bah c’est dans leurs règlements... Comme la CAF, dont un inspecteur peut débarquer chez vous quand il veut, enquêter auprès du voisinage...
                        Moi, femme seule, j’ai eu la visite d’un inspecteur. Ca fait plaisir, tiens !


                      • chantecler chantecler 8 juin 2012 07:52

                        Vous connaissez beaucoup de petites boites qui ne crient pas misère ?
                        On dirait le sketch de F. Raynaud « je suis un pauvre paysan »...
                        Non faut être sérieux .
                        S’il y a des petites entreprises qui sont au taquet, que des allègements soient proposés mais pas sur la base de leur bonne foi : sur un contrôle de leur comptabilité .
                        Doux aussi crie misère , mais chacun sait que la famille s’est enrichie à mort sur le dos de l’entreprise , qui ne paie même plus ses fournisseurs éleveurs depuis des mois.
                        J’en ai connu des patrons de ces petites entreprises : fallait voir leur patrimoine , les bagnoles qu’ils achetaient etc ...Et leurs mentalités , toujours à gueuler contre les 35 heures , sans reconnaître ce que cette loi leur a apporté en subventions , en dérégulation , en annualisation , en blocage des salaires ....
                        La réalité c’est que le patronat se fiche des salariés depuis toujours et rares sont les entreprises vertueuses .
                        Je me répète : qu’on écoute leurs doléances , que l’on vérifie , et ensuite que l’on prenne des décisions en toute justice .


                      • foufouille foufouille 8 juin 2012 10:46

                        « C’est vrai pour les gens qui gagne moins de 500 euros par mois. Pour les autres, il n’y a pas de flicage. »
                        si, les conditions sont les memes
                        raison pour laquelle, pas mal de gens ne demandent pas le RSA chapeau
                         


                      • BlackMatter 8 juin 2012 11:24

                        Non, il y a des notes techniques qui allège les conditions de contrôles pour les personnes ayant des revenus supérieurs à 500 euros. La plupart des départements appliquent ce type de règle.


                        Voir par exemple ici :


                      • foufouille foufouille 10 juin 2012 12:17

                        « Les revenus sont évalués à 10 % par an ou 2,5 % par trimestre des
                        capitaux détenus.
                        La valeur des capitaux est appréciée au dernier jour de la période de
                        référence servant au calcul du droit, c’est-à-dire le dernier jour du trimestre
                        de référence. »

                        encore pire


                      • BlackMatter 10 juin 2012 20:06

                        Où est le problème ? Cela veut dire que temps que vous possédez plus de 40 000 euros de capital au cours du trimestre civil précédant , vous ne touchez pas le RSA... Vous connaissez beaucoup de personnes qui ont vraiment besoin du RSA et qui ont 40 000 euros sur leurs comptes ? Moi pas.


                      • Cigogne67 7 juin 2012 20:52

                        pauvre MARTIN...pauvre bobo


                        • Le péripate Le péripate 7 juin 2012 21:50

                          Il y aurait bien une troisième possibilité. Essayer le capitalisme. Juste pour voir.


                          • soimême 8 juin 2012 01:58

                            En quelque sorte creusé le déficit, c’est une roue de secoue crevé, qui ne résout rien.

                            Contact d’aveux qu’il y a plus de véritable solution économique social pour relevé d’une manière saine l’économie du pays !

                            Il faut s’attendre, qu’il va avoir une campagne de persuasion pour le retour à un croissance économique de revenir sur l’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste !

                            Le danger n’en est pas écarté, du fait que 6 grandes banques ont obtenue la licence de distribue du gaz, et à mon avis ils ne vont pas renoncés à relancé la campagne !

                            En rien ils résoudront le problème de fond qui est la paupérisation généralisé de la population !

                             


                            • soimême 8 juin 2012 02:47

                              A ton encore la possibilité de remettre à plat toute notre fiscalité, qui ne répond plus à sa mission première au fonctionnement de l’État, mais à rembourser les intérêts de la dette !
                              Peut ton alourdir les salaires avec une augmentation des prélèvements, où accroître la TVA
                              Non cela ne tiens pas la route, si il y a pas une volonté de véritablement revoir toute la fiscalité !

                              Comment mettre en place, cette proposition si la croissance économique est nul, donc c’est bien une proposition électoraliste sans lendemain !

                              Je suis surpris que Martin Hirsch ce lance dans la démagogie !

                              Je le pensais plus lucide et intègre !

                               


                              • Le péripate Le péripate 8 juin 2012 09:08

                                On est en plein dans le clientélisme. Le chômeur vote peu. Electoralement c’est beaucoup plus rentable de s’adresser à ceux qui ont déjà un job bien calé. Les jeunes sont les premiers touchés par une hausse du Smic. Tant pis, ceux qui sont politisés croient à des fables d’un autre siècle.

                                Finalement le socialisme de droite avait cette particularité : il s’intéressait vraiment aux pauvres. Etrange.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès