Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Sarkozy : remettre en marche l’ascenseur social dans les (...)

Sarkozy : remettre en marche l’ascenseur social dans les HLM

La crise du logement touche près de 3 millions de personnes en France. 400 000 personnes sont sur les listes d’attentes des organismes HLM. Le chef de l’Etat, propose un nouveau plan d’action à l’esprit très... socialiste.


sarkozy-logement-vandoeuvre-hlm-cherry-etoile-lrt-luc-binsinger.PNG

Rénovation urbaine : la droite avance sur le terrain du social pendant que la gauche piétine dans la rénovation du PS

A l’occasion du déplacement du chef de l’Etat en Lorraine, à Vandoeuvre-lès-Nancy, c’est un Nicolas Sarkozy très tonique et au discours franchement surprenant que l’on a pu voir sur le thème du logement.

Dans une allocution, qui pourrait être socialement digne des grandes figures de la gauche, Nicolas Sarkozy a proposé un ensemble de nouvelles mesures destinées à résoudre la crise du logement (3 millions de mal-logés en 2007 recensés par la fondation de l’Abbé Pierre) :

  • la création de 60 000 nouveaux logements supplémentaires d’ici à 2012 par la vente d’une partie du patrimoine de l’Etat et notamment de ses domaines militaires ;

  • des facilités financières, avec un élargissement du livret A (Caisse d’Epargne et Banque postale) aux autres réseaux bancaires (sous certaines conditions), le développement du crédit hypothécaire et la mise en place d’un crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt lors d’achat, pour tous les ménages, y compris les plus pauvres qui sont exonérés d’impôt, ce afin de favoriser la primo accession ;

  • une meilleure rotation des occupants de logements sociaux par une attribution des logements plus juste et la chasse aux abus. La situation des occupants sera ainsi contrôlée tous les trois ans afin de vérifier leur légitimité à occuper un logement social au regard de leurs revenus. En cas d’illégitimité, ces locataires devront s’acquitter d’une hausse du loyer ou seront redirigés vers la primo-accession ;

  • un retour au concept de « tours HLM belles et modernes ».

Nicolas Sarkozy a résumé l’objectif de ces mesures en une idée forte : “le logement social doit jouer à nouveau son rôle d’intégration sociale”.

Certains invités ont eu le sentiment d’entendre le programme de François Bayrou pour la présidentielle. Toutefois, au-delà des étiquettes politiques, reconnaissons que le logement était un point important du programme de Nicolas Sarkozy et que les actions entreprises en la matière datent déjà du temps où J.-L. Borloo était ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale. Il y a du socialisme chez Jean-Louis et il y a du Borloo chez Nicolas Sarkozy. Mentionnons pour l’anecdote, cette petite coïncidence du calendrier : pendant que Sarkozy « socialise » le gouvernement et son programme, Dominique Strauss-Khan « droitise » son action au FMI au sujet du travail : “les Français ne travaillent pas assez, il faut qu’ils travaillent plus”.

Une vraie politique du logement

Quelques jours précédant ce discours, Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville, avait déjà annoncé une revalorisation des aides au logement de 2,76 %, aux bénéficiaires d’allocations. Cette revalorisation est plus forte que l’inflation. Le gouvernement prévoit également une révision du mode de calcul de l’Indice de référence des loyers (IRL) au 1er janvier 2008, avec une indexation sur le coût de la vie plutôt que sur le coût inflationniste de la construction, trop dépendant du prix des matières premières.

L’ensemble de ces mesures s’inscrit dans la suite et la cohérence du Plan de cohésion sociale, initié par Jean-Louis Borloo en 2004. Ce plan prévoyait à l’origine la création de 500 000 logements sociaux en cinq ans (2004-2009), la reconquête de 100 000 logements laissés vacants et de 200 000 logements à loyers maîtrisés, grâce à des primes, des aides et des exonérations pour les propriétaires volontaires. 10 000 places supplémentaires étaient également prévues pour renforcer l’accueil et l’hébergement d’urgence. Fait assez rare en politique pour mériter d’être mentionné, objectifs et mesures ont même été revus à la hausse, avec la loi du 5 mars 2007 relative au Droit au logement opposable (dite loi Dalo) et la Loi d’engagement national pour le logement du 30 juin 2006.

La combinaison de ces nouvelles dispositions avec celles prises antérieurement devrait permettre de relancer l’ascenseur social dans les HLM, en réimpulsant la rotation des occupants. Car, si dans les années 60, les HLM étaient un tremplin vers l’accession à la propriété, les logements sont devenus au fil du temps, un refuge transformé en impasse pour les populations aux revenus intermédiaires, incapables d’accéder financièrement à la propriété. Cette absence de rotation a pénalisé les plus démunis, qui se sont retrouvés exclus du marché du logement comme on se retrouve exclus du marché du travail : par manque de place.

Alors, c’est sûr...

Certains points peuvent être critiqués, comme le recours ponctuel, mais régulier, à la vente du patrimoine de l’Etat pour résorber des problèmes structurels (vente des participations de l’Etat dans les entreprises, vente de biens immobiliers), comme le ralentissement du rythme de la construction des logements sociaux, ou le problème des sans-logis à Paris et la politique municipale qui a été menée à Neuilly...

Certains points auraient pu être étudiés, comme le plafonnement des frais de négociation pratiqués par les agences immobilières (qui concourent à l’inflation du marché), ou comme la question du relogement lors du passage en retraite (diminution des ressources).

Certains points mériteraient d’être discutés, comme le retour au modèle des tours HLM, même « belles et modernes », chacun sachant que l’aspiration des Français à devenir propriétaire réside d’abord dans la volonté d’habiter une maison en secteur pavillonnaire, et non un appartement au 13e étage d’un bloc HLM. Par ailleurs, la France a-t-elle les moyens de ses ambitions, les tours d’habitat ne bénéficiant pas des mêmes financements que les tours de business.

Pour autant, la politique de la ville et du logement en France a fait un sacré bond en cinq ans. Réelle et volontaire, elle n’est peut-être pas miraculeuse tant le retard accumulé depuis 1945 est important, mais elle a su remettre le pays sur l’autoroute de la rénovation urbaine. Elle a su, également, traiter une problématique dans son ensemble en prenant à la fois en considération les problèmes de mixité, d’inégalités, de chômage et d’environnement, dans le cadre du pacte législatif écologique.

Maintenant, est-ce que ces mesures suffiront pour que les "Don Quichotte" disparaissent ? Rendez-vous en 2009 pour le savoir.


Moyenne des avis sur cet article :  2.05/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • ripouette ripouette 19 décembre 2007 11:06

    Joli article de propagande. Ce qui est pratique c’est qu’il présente lui-même les objections à la si volontaire politique du logement social du gouvernement :

    "Certains points peuvent être critiqués, comme le recours ponctuel mais régulier à la vente du patrimoine de l’Etat pour résorber des problèmes structurels (vente des participations de l’Etat dans les entreprises, vente de biens immobiliers), comme le ralentissement du rythme de la construction des logements sociaux, ou le problème des sans-logis à Paris et la politique municipale qui a été menée à Neuilly...

    Certains points auraient pu être étudiés, comme le plafonnement des frais de négociation pratiqués par les agences immobilières (qui concourent à l’inflation du marché), ou comme la question du relogement lors du passage en retraite (diminution des ressources).

    Certains points mériteraient d’être discutés, comme le retour au modèle des tours HLM, même « belles et modernes », chacun sachant que l’aspiration des Français à devenir propriétaire réside d’abord dans la volonté d’habiter une maison en secteur pavillonnaire, et non un appartement au 13ième étage d’un bloc HLM. Par ailleurs, la France a-t-elle les moyens de ses ambitions, les tours d’habitat ne bénéficiant pas des mêmes financements que les tours de business."

    Bah voilà tout est dit. Y avait donc pas de quoi être aussi laudateur !!!!


    • spartacus1 spartacus1 19 décembre 2007 17:32

      Ascenseur ?

      Moi je croyais que c’était un escalier qu’il s’était fait construire dans son appartement de Neuilly !


    • Rage Rage 19 décembre 2007 23:38

      Beaucoup d’humour pour cet article de Lerma... ou d’un autre clone du même type.

      J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé la logique. On est à la période de Noël, pas encore au 1er avril... Franchement, dans le type contresens à longueur de paragraphe, on est au summum.

      Rien d’autre à ajouter.

      Au fait, le DirCab de Boutin, il faisait du social et n’avait rien à se reprocher c’est bien ça ? Comme Gaymard, Juppé et... et toujours les mêmes quoi.


    • Rage Rage 19 décembre 2007 23:43

      J’ajoute :

      « Pour autant, la politique de la ville et du logement en France a fait un sacré bond en cinq ans. Réelle et volontaire, elle n’est peut-être pas miraculeuse tant le retard accumulé depuis 1945 est important, mais elle a su remettre le pays sur l’autoroute de la rénovation urbaine. Elle a su, également, traiter une problématique dans son ensemble en prenant à la fois en considération les problèmes de mixité, d’inégalités, de chômage et d’environnement, dans le cadre du pacte législatif écologique. »

      OH MY GOD : Vous êtes payés pour, c’est pas possible autrement !

      « Maintenant, est-ce que ces mesures suffiront pour que les »Don Quichotte« disparaissent ? Rendez-vous en 2009 pour le savoir. »

      Ouais c’est ça, faisons « disparaître » le problème plutôt que de le solutionner durablement ; c’est tellement plus facile...

      Pour votre gouverne ça fait au moins 10 ans qu’on fait n’importe quoi en terme d’urbanisme, de logement, d’environnement. Quant à court circuiter les financements du logement social et du transport public, l’Etat est devenu maître en la matière.

      Quand il s’agit de relancer l’A45 -projet foireux par excellence- alors que le réseau ferroviaire souffre de sous investissement majeur depuis 15 ans (bizarre tiens) on peut vraiment se poser la question du contenu de votre cerveau : avez-vous vraiment la capacité à analyser ?

      Votre propagande est risible : elle est l’antithèse de l’intelligence.


    • tvargentine.com lerma 19 décembre 2007 11:22

      Voila de l’information digne de figurer sur AGORAVOX.

      Elle est simple,honnête et elle informe.

      Encore bravo


      • BuZardinho BuZardinho 19 décembre 2007 15:55

        Lerma est purement génial, il sait voir de l’information intègre là ou elle est.

        Moi, je me demande toujours ce qu’il fait ici, rejoindre le forum de l’UMP et y contribuer aussi activement ferait de lui un secrétaire d’état potentiel ( ministre de l’information ?).

        ++


      • La Taverne des Poètes 19 décembre 2007 12:14

        Quand la mauvaise foi rejoint autant la propagande, on n’a même pas le désir de contredire. Je connais bien ces questions sociales mais je ne me donnerai pas la peine de le faire car je considère que sur un media citoyen on doit faire l’effort d’un minimum de respect du lecteur sans enjoliver la politique du gouvernemnt comme on le ferait en Union sociétique ou en Chine. De toute manière ce n’est pas grave, je doute que l’auteur daigne intervenir sur son forum. Il a pondu sa propagande pour l’UMP et c’est tout. Navrant !


        • Bonjour Taverne des poètes

          Il n’y a pas de propagande pour l’UMP. Laissons faire l’UMP, qui sait la faire très bien elle même. En revanche il y a un constat qui est le suivant : avec plus de 300 millions d’euros investis dans le Logement sur les 5 dernières années, ces plans Logement sont probablement les plus importants depuis les années 1950-60 et la création des HLM. Après qu’on ne partage pas les idées politiques, c’est tout à fait compréhensible. Parcontre que l’on se place en constate opposition, et que l’on fasse la négation de tout ce qui n’est pas né de nous... c’est plus embêtant pour la construtivité du débat. Par ailleurs, je lis aussi tes articles, et même si je les trouve bons sans pour autant intervenir dessus, on ne peut pas dire qu’ils soient toujours objectifs et non orientés smiley Enfin pour ceux que cela intéresse : http://www.lefigaro.fr/immobilier/2007/12/19/05002-20071219ARTFIG00326-hlm-logements-a-la-vente.php


        • ripouette ripouette 19 décembre 2007 15:46

          Effectivement 300 millions pour le logement à comparer avec les 4,5 Milliards d’abattements sur les frais de succession. La priorité seble plutôt aller aux bas de laines qu’au logement correct de la population.

          C’est un tout petit bon en avant, à cloche pied et les mains attachées dans le dos que vous nous servez-là.


        • Black Ader 20 décembre 2007 00:01

          « Effectivement 300 millions pour le logement à comparer avec les 4,5 Milliards d’abattements sur les frais de succession. »

          Quel rapport ? Aucun, surtout qu’il n’y a plus que les cons pour payer des frais de succession de nos jours (Vive la mondialisation !)..


        • Rage Rage 20 décembre 2007 10:07

          300 millions d’euros sur 5 ans, soit 60 millions d’euros par an pour les plans dits « sociaux » pour le logement.

          Si je m’en tiens à vos chiffres - bons ou mauvais- et sans prendre la tendance à la réduction tendancielle des enveloppes « logement », cela nous ramène à envisager sur l’ensemble du territoire, avec un coût à la construction d’environ 100 000€ / logement (je suis très « sympa ») environ 600 logements construits via cette enveloppe.

          C’est à dire grosso modo rien.

          Ce sont les offices HLM via les sources des agglos et autres partenaires qui construisent : si ces structures n’attendaient que les fonds d’Etat, il y aurait beaucoup de sans abris...

          Cela n’empêche pas que le logement social ne résoud pas tout : le problème est dans le logement privé et dans la spéculation hasardeuse sur le produit « logement ». Les dispositions « De Robien » et équivalentes ont fait bien du mal... même si pour l’investisseur c’est autant d’euros mis dans la poche pour élargir son patrimoine.

          Le plus dur étant donc pour beaucoup de français d’acquérir le premier bien.


        • tvargentine.com lerma 19 décembre 2007 13:04

          http://www.union-hlm.org/Web/Ushgp.nsf/PA/95CBCB05402F639CC12573B0003D686A?opendocument

          un lien à lire pour se faire une idée aussi sur la nouvelle politique sociale du gouvernement en rupture avec le passé


          • Gilles Gilles 19 décembre 2007 13:55

            Aegidius merdicum

            « Sans même évoquer la discrimination positive qui fait que celui qui vient de là-bas est immédiatement logé, à la barbe des autochtones »

            J’aimerais bien voir des exemples d’immigrés à qui l’on octroie directement un logement social. A moins que vous ne considériez le logement en foyer, dans des hôtels minables, des gymnases comme des logements que les « autochtones »(quelle couleur de peau, au fait ?) seraient ravis d’occuper

            Ensuite, prouvez-nous cette fameuse discrimination positive

            Encore un guignol qui a la haine au ventre !


          • Zalka Zalka 19 décembre 2007 14:55

            Et Zou ! Au passage un tacle sur ces salopards de bougnoules et de négros... Pardon, sur les gens de « là bas ». Rexounet, arrête de prendre des gants, on sait bien que tu ne penses pas « ces gens de là bas » mais « les rastaquouères ».

            Les couillons dans ton genre vont être drôlement embêtés lorsqu’après avoir nettoyé ethniquement la France, vous aurez non pas autant mais plus de problèmes.


          • @ La taverne des poétes

            je me suis volontairement permis de mettre votre point de vue ci dessous smileypour que la contradiction du débat soit respectée. D’autant que vous dénoncez les mêmes problèmes (logement sous occupés, manque de rotation etc.)

            Cordialement

            « Politique du logement »pour les nuls« et les gens pressés » : problématique et solutions proposées : le problème : La loi DALO (Droit Au LOgement) adoptée le 5 mars 2007 oblige à mise à disposition de logements nombreux. Or, le manque en logements sociaux est évalué à 800 000 (selon l’association Abbé Pierre) pour seulement 80 000 -donc 10 fois moins !- de logements qui seront créés en 2007 (100 000 en 2008 et autant en 2009).

            Les solutions envisagées : Il faut donc aussi essayer de libérer des logements sociaux et de les ajuster à la taille de la famille occupante (échange de logements). En effet la sous-occupation de logements est importante (la part des personne sseules dans le parc social est passée de 8% en 1970 à 35,5%). La mobilité aussi est faible : quand on est en HLM pon peut y rester à vie (moyennant dans certains cas un surloyer mais pas très lourd). La commission Attali (Attali est sarkoziste) prévoit de jeter dehors plus vite et plus facilement les locataires indélicats. La ministre du logement Christine Boutin souhaite remplacer le principe de « maintien dans les lieux » par celui de « maintien dans le parc social » qui permet des déplacements de locataires avec éventuellement aides au relogement. Difficultés : les personnes âgées sont dures à bouger. Les parents assurant des droits de visite pour les enfants mineurs doivent pouvoir disposer de chambres pour les accueillir. Et même dans le cas d’enfants placés par le juge des enfants, l’absence de logement adapté pourrait empêcher le retour des enfants chez leurs parents.

            Pour tout savoir sur la loi DALO : je vous mets ce lien vers mon article :http://www.agoravox.fr/article..."


            • La Taverne des Poètes 19 décembre 2007 13:56

              Parfait. Comment expliqueriez-vous votre affirmation « Pour autant, la politique de la ville et du logement en France a fait un sacré bond en cinq ans ». Le mot « bond » est vague (pas de chiffres, de bilan comparés entre besoins et nouveaux logements), c’est un joli mot de communicant mais je préférerais que vous nous donniez des détails sur ce « sacré bond » en mettant en face évidemment la détérioration de la situation sociale, des sans-abris, des mal-logés, des banlieues. Cela compenserait le ton, disons, excessivement optimiste de votre article.


            • vivelecentre 19 décembre 2007 13:44

              Article interessant donnant un eclairage sur la question

              Je suis plutot pour donner a ce gouvernement le temps necessaire pour demontrer le bien fondé de son action et sur ce point comme dans d’autre domaine, je salue le volontarisme de Sarkozy qui a quand même tendance a faire bouger voir avancer les choses !

              Par contre, petit message personnel adressé à Mr Sarkozy, si quelqu’un peut lui transmettre au moins le sens du message

              Mr Le President, d’accord pour vous soutenir dans votre action contre les critiques permanentes et systematique, par contre je vous demande d’exiger la demission du directeur de cabinet de Mme Boutin

              En effet, si ces informations sont verifié , il semblerait que ce monsieur qui s’etait pourtant elevé publiquement sur les gens qui profitent abusivement , compte tenu de leurs revenus de HLM, beneficie egalement dans un tres beau quartier de PAris depuis 1981 un logement du parc hlm de la ville de Paris de 190M2 pour aujourd’hui un loyer mensuel de 1100€ environ, soit 4 fois moins que le prix de marché

              Si ce scandale est verifié, pas de quartier, demmission immediate de ce dir cab, svp mr Sarkozy !


              • Gilles Gilles 19 décembre 2007 14:14

                L’auteur

                « au-delà des étiquettes politiques, reconnaissons que le logement était un point important du programme de Nicolas Sarkozy et que les actions entreprises en la matière datent déjà du temps où J.-L. Borloo était ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale. »

                De toute façon, tous les thèmes qui ont une quelconque importance pour l’électorat que l’on chasse, sont forcément des points important de campagne, et au-delà des étiquettes politiques.

                Ensuite, faut voir les réalisation. Attendons pour voir si ces promesses se réalisent. J’avoue avoir un doute et en toute honnêteté vous devriez en avoir un aussi

                Doute sérieux car contrairement à ce que vous dîtes, les plans Borloo de ces dernières années peinent à être réalisés !!!! Les fameux 500 000 logements sociaux en cinq ans (2004-2009), je en sais pas où vous les avez vu. Je cite la fondation Abbée Pierre, pour les déficits en création de logement sociaux et qui montre le double langage de l’administration qui inclut dans le Plan de Logement Social d’autres types de logement

                « la demande de logement social a continué d’augmenter. Elle n’a jamais été aussi élevée, puisqu’elle dépassait en 2006 la barre symbolique des 1 300 000 ménages. »

                "En Midi-Pyrénées par exemple, seulement 81 % des objectifs du Plan de Cohésion Sociale ont été atteints en 2006 pour ce qui concerne les logements PLUS et PLAI, ce qui représente un déficit de 800 unités, alors que les chiffres du PLS (Plan de Logement Social) atteignent 158 % des objectifs, dépassant de 700 logements les objectifs du Plan. Et ceci n’est pas un cas isolé. Sur les 22 régions françaises, 19 dépassent d’au moins 15 % leurs objectifs pour les PLS, alors que 18 n’atteignent pas, ou tout juste, leurs objectifs en matière de logements véritablement sociaux. Seules deux régions (évolution 2005/06) connaissent depuis peu un mouvement inverse avec une baisse des financements PLS conjuguée à une hausse de ceux accordés aux PLUS et PLAI : Rhône-Alpes (PLS - 6,2 %, PLUS/PLAI + 8,3 %) et Nord Pas-de-Calais (PLS - 9,7 %, PLUS/PLAI + 6 %). Cette réorientation de la production permet aux pouvoirs publics, qu’ils soient locaux ou nationaux, de comptabiliser le logement intermédiaire dans les chiffres officiels du logement social, ce qui entraîne un effet d’affichage à bilan positif, notamment au regard de l’article 55 de la loi SRU. Ils s’affranchissent ainsi à bon compte de l’investissement financier plus élevé que représenterait pour eux le soutien à la construction vraiment sociale, le PLS n’étant pratiquement pas subventionné, contrairement au PLUS ou au PLAI."

                http://www.fondation-abbe-pierre.fr/_visuels_communiques/congres_hlm_07.pdf


                • JL JL 19 décembre 2007 14:24

                  Voilà de l’info : « Le bras droit de Boutin vit en HLM »

                  http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33299


                  • Gandalf Tzecoatl 19 décembre 2007 15:33

                    @ l’auteur, qui a écrit :

                    « des facilités financières, avec un élargissement du livret A (Caisse d’Epargne et Banque postale) aux autres réseaux bancaires (sous certaines conditions), »

                    L’élargissement du livret A aux autre banques (sous la ferrule bruxelloise évidemment) ne promet pas que l’épargne ira au logement social

                    « ... le développement du crédit hypothécaire ... »

                    Cool, on aura enfin en France l’opportunité d’avoir une crise des subprimes à la française, enfin !

                    Je n’ai pas lu plus loin smiley


                    • Fergus fergus 19 décembre 2007 16:04

                      M. Bolufer, directeur de cabinet de Mme Boutin paie 1200 euros de loyer pour un immense appartement de 190 m² dans le quartier de Port-Royal, à deux pas de la très chic Closerie des Lilas, alors qu’un studio de 30 m² dans le même secteur se loue... 800 euros !!! Cherchez l’erreur.

                      Comble de cynisme, France-Inter rediffusait ce matin un extrait d’un débat sur le logement social, débat au cours duquel ce monsieur qualifiait de scandaleux le maintien dans le parc locatif HLM de personnes dont les revenus dépassent désormais les normes d’attribution. On croyait avoir atteint les sommets avec Gaymard, l’histoire montre aujourd’hui qu’il était possible de faire mieux. C’est lamentable et honteux. Je vomis décidément ce type de personnages. Et Mme Boutin ferait bien d’être mieux avisée dans le choix de ses collaborateurs : après les petits-gris (moines intégristes) qui arpentaient les couloirs de son cabinet et la démission de l’une de ses conseillères pour cause de mise en examen pour abus de biens sociaux, cela fait décidément tache. Particulièrement dans un ministère comme le sien qui devrait être prioritairement au service des plus modestes. La démission de ce sinistre individu serait le minimum. Et si Mme Boutin n’a pas le courage de le virer, que Sarkozy s’en charge lui-même, ce sera toujours un petit pas de fait sur le chemin de la crédibilité !


                      • Proudhon Proudhon 19 décembre 2007 18:19

                        Et comme le disait si bien Coluche qu’ils se sont empressé d’assassiner.

                        UN POUR TOUS, TOUS POURRIS !!!


                      • Proudhon Proudhon 19 décembre 2007 18:31

                        C’est bizarre quand même. A lire un article de propagande pareil, on croirait, si on était assez con pour ça que la droite aurait viré à gauche.

                        Moi il faudrait m’expliquer un truc cher monsieur le gauchiste de droite.

                        Comment se fait-il que ma mère, veuve d’ouvrier, avec sa pension de réversion minable de 700 et quelques euros par mois, qui paie un loyer de 390 Euros par mois, percevait l’année passée des Allocations familliales, un peu plus de 200 Euros d’aide au logement et que depuis l’avènement de Dieu Sarkozy et de nouveaux calculs, elle ne perçoit plus que 53 Euros d’aide au loyer par mois ?

                        Ca monsieur c’est de la réalité vraie, pas de la propagande goebbelsienne !!!


                      • Gilles Gilles 20 décembre 2007 07:39

                        Comme le dit lus bas Black Ader

                        « C’est du à cette stupidité de HLM, évidement destiné en grande majorité à des parasites sociaux et autres immigrés »

                        Oui mais des parasites sociaux de la France d’En haut, bien gaulois ceux-là !


                      • Marsupilami Marsupilami 19 décembre 2007 16:23

                        Article de propagande sarkozyste. Heureusement, il y a le Canard Enchaîné pour s’informer.

                        "Les garde-fous sont si nombreux que le projet de l’Elysée relève de la mission impossible.

                        Première difficulté, toute HLM vendue à un locataire volontaire doit être remplacée par deux HLM construites. De plus, aucune opération ne peut avoir lieu dans les villes qui ont moins de 20 % de logements sociaux. Et l’accord des mairies reste indispensable. Ça tombe bien : les élus concernés - au moins ceux de gauche - sont souvent opposés à ces ventes"

                        Deuxième difficulté : « En janvier 2005, Sarko avait promis de céder à leurs locataires 4000 HLM en 5 ans dans son fief des Hauts-de-Seine. Les conditions financières semblaient alléchantes, et quelques mairies UMP avaient donné leur accord. Aujourd’hui, la montagne a accouché d’une souris : seuls 200 à 300 appartements ont été effectivement vendus ».

                        Troisième difficulté : « Il s’est engagé à faire réexaminer »tous les 3 ans« la siuation des locataires, histoire de déloger les personnes qui ne répondent plus aux critères d’attribution. Mais ce n’est pas avec ce genre de mesure qu’on va résoudre la crise du logement : les familles qui dépassent les plafonds de ressources ne représentent que 7 % des locataires sociaux et seule une infime minorité (2 %) dispose de revenus supérieurs de 20 % au fameux plafond ».

                        Quatrième difficulté : ça va être très coton de « faire déménager dans des logements plus petits les personnes isolées qui occupent des 3 ou 4 pièces », vu que « 35 % des locataires d’HLM vivent seuls, alors que les studios et les 2 pièces ne représentent que 22 % du parc social. Il est donc impossible de jouer aux vases communiquants ».

                        Ce qui est sûr c’est que Sarko n’est pas un vaseux communiquant, ce bonimenteur bling-bling sait très bien refourguer sa propagande de camelote...


                        • @Gilles Merci pour votre complément d’information. Les chiffres sont tirés de sources officielles (cliquez sur les liens dans le texte). 500 000 logements, c’est bien l’objectif du volet Logement dans le Plan de Cohésion Sociale adopté en 2004. Enfin concernant le rapport de la fondation de l’Abbé Pierre, vous citez les chiffres de 2006, mais vous trouverez les chiffres de 2007, à nouveau en cliquant sur le lien. @Tzecoalt Le problème des subprimes : le système bancaire français est peu propice au développement des problèmes de subprime. Un effet de contamination est toujours à craindre en raison de l’internationalisation du secteur bancaire, mais la France reste toutefois à l’abri en raison d’un marché caractérisé par des prêts à taux fixe, une réglementation bancaire plus « prudente » (ce type de crédits n’existent pas en France en raison d’un plafonnement légal des taux), et un marché de l’immobilier qui reste dynamique (prix à la hausse, même ralentie). Au pire, il sera toujours temps pour la BCE de relever ses taux directeurs pour maintenir son taux de refinancement smileyEt il n’est pas non plus ici question d’instaurer des hypthèques rechargeables (emprunteur qui continue à emprunter sur la base de la valeur de ses biens hypothéqués). @ La Taverne des Poètes Il aurait été possible de tout « chiffrer et statistiser » sur les 40 dernières années si l’interêt en valait le temps consacré à le faire, mais le plus important reste l’idée générale. Et il n’y a pas besoin de tout statistiser pour observer qu’il n’y a pas eu de plan Logement digne de ce nom depuis plus de 30 ans. A moins que vous en connaissiez un, auquel cas nous pourrons alors comparer les chiffres.


                          • @Marispulami Commentaire et éclairage constructifs. Merci smiley


                          • Marsupilami Marsupilami 19 décembre 2007 18:37

                            @ Sparte Furia

                            De rien, tout le plaisir était pour moi...


                          • armand armand 19 décembre 2007 16:34

                            Toutes ces mesurettes ne font que tourner autour du pot. Le système libéral a montré qu’il était impossible de fournir des logements à prix correct dès lors qu’on considère que c’est un bien comme un autre, donc soumis à la spéculation et à la concentration des biens entre les mains des plus riches. Tant qu’on n’a pas soustrait le logement, bien de première nécessité comme l’alimentation, au ’libre’ jeu du marché, donc de la spéculation, il n’y aura aucun progrès. A moins d’attendre que le krach qui se prépare ne remette les pendulmes à l’heure.


                            • Black Ader 20 décembre 2007 00:12

                              « Le système libéral a montré qu’il était impossible de fournir des logements à prix correct dès lors qu’on considère que c’est un bien comme un autre, donc soumis à la spéculation et à la concentration des biens entre les mains des plus riches. »

                              Arf ! L’immobilier en France n’est pas du tout libéral, tout au contraire. Il y a tellement de réglementation et d’impot que ca ne rapporte presque rien, moins que le livret A. Ce n’est pas un hasard s’il y a un « déficite de construction » depuis 15 ou 20 ans !

                              « Tant qu’on n’a pas soustrait le logement, bien de première nécessité comme l’alimentation, au ’libre’ jeu du marché, donc de la spéculation, il n’y aura aucun progrès. A moins d’attendre que le krach qui se prépare ne remette les pendulmes à l’heure. »

                              Il n’y aura pas de krak, car ce sont surtout des fonctionnaires qui achétent (ils ont compris enfin que leur retraite, il pouvez se la carrer dans le cul, d’ou cette épagne massive et brusque depuis qq années dans l’immobilier) et pour se loger.

                              Il est incompréhensible que les français ne soient pas autant propriétaire que les Anglais (50 contre plus de 70%), alors qu’ils ont a peu prés le même pouvoir d’achat, étant donné que si les français sont moins riche, les prix de l’immobilier français sont bas. C’est du à cette stupidité de HLM, évidement destiné en grande majorité à des parasites sociaux et autres immigrés (20% de HLM chez moi, ca fait 20% de plus à payer pour que les autres se loge..), et au fait que l’immobilier ne rapporte pas. On se mord donc la queu.. Heureusement, c’est la classe moyenne qui paye tous ca, et en parti à crédit, ouf !


                            • lilyy0971 19 décembre 2007 21:42

                              Le discours de M. Sarkozy n’est que de la pure démagogie : des belles paroles mais inapplicables. Comment peut-on mettre dehors des locataires HLM au motif qu’ils n’ont plus de raison d’occuper leur logement ? Il vont être contents d’apprendre que ce sont des gens plus nécessiteux donc plus méritants (! !!) qui vont le récupérer. Les attributions de logements HLM sont très réglementés et essaient d’être le plus équitable possible. Si le locataire, au cours de la vie de son bail, voit ses revenus évoluer de façon à dépasser le plafond de loyer, il se voit appliquer un surloyer déjà prévu par la législation. Par ailleurs, les programmes de renouvellement urbains prévus pour moderniser les grands quartiers ne se concrétiseront pas forcément par une hausse de l’offre de logements sociaux : ce qui sera construit compensera ce qui sera démoli. Où compte notre cher Président faire construire ses 500.000 logements, avec la hausse du prix des terrains et leur plus grande rareté ? Dans la Creuse ou au fin fond du Larzac ??


                              • Parpaillot Parpaillot 19 décembre 2007 22:56

                                Remise en marche de l’ascenseur social ... ?

                                Ce Sarkozy, travaille-t-il toujours chez « Roux & Combaluzier » ... ?


                                • caramico 20 décembre 2007 09:34

                                  Le Bolufer dénonce une « chasse à l’homme »

                                  Où a-t-il vu un Homme, lui ?


                                  • armand armand 20 décembre 2007 09:58

                                    Plaisanterie mise à part - il est effectivement curieux que les locataires de HLM, dès lors qu’ils ne sont plus du tout dans la situation qui avait justifié l’attribution de leur logement, puissent se maintenir. Certes, il y a des surloyers, mais ils sont fort raisonnables. Donc le bénéficiaire dispose d’une rente de situation. Mais est-ce plus choquant que le système des APL ? Ou mieux encore, des allocs payés sans condition de ressource, si bien que dans certaines familles aisées elles on les distribue comme argent de poche aux enfants ? Le problème restera entier tant qu’on n’a pas cassé la spirale haussière de l’immobilier, qui fait qu’une proportion croissante des classes moyennes ne peuvent même pas payer un loyer dans le ’libre’, les propriétaires, dans bien des cas, se servant des loyers pour rembourser les prêts faramineux qu’ils ont contractés pour les acheter.

                                    A toutes fins utiles, pour répondre à un post ci-dessus, l’immobililer n’est plus ’beaucoup’moins cher qu’en GB. Les salaires britanniques sont nettement plus élevés que les salaires français à emploi égal. Et les Britanniques ont des facilités d’endettement nettement plus généreuses... et dangereuses. Voyez les taux d’endettement record. En fait, les Britanniques sont ’locataires’ de leurs banques, établissements de crédits, ’building societies’. Construire davantage ? Peut-être faudrait-il commencer pas résorber des phénomènes étranges - et typiquement français - comme des blocs d’immeubles entiers laissés à l’abandon pendant des années, voire des décennies, en attendant des successions, des ’plans’ de rénovation, etc.

                                    Mais la crise actuelle nécessite des mesures énergiques, mais totalement inimaginables compte tenu de la ploutocratie au pouvoir - blocage des loyers, taxation des PV spéculatives sur les ventes.


                                  • stephanemot stephanemot 20 décembre 2007 09:54

                                    au-delà de la propagande officielle et des commentaires partisans, il y a consensus sur la nécessité de faire bouger les choses au plus vite.

                                    par définition, pas simple de faire bouger l’immobilier... mais certaines pistes évoquées relèvent du bon sens et sont susceptibles d’apporter une dynamique positive sans coûter cher ni renforcer les injustices.

                                    par ailleurs, je trouve qu’il y a du progrès au niveau de la transparence. et s’il y a encore débat sur les chiffres, on se dirige vers moins d’opacité. l’opposition peut se fonder sur des engagements plus clairs pour demander des comptes et imprimer une pression constructive et focalisée.

                                    en tout état de cause, le politique sera toujours en retard d’un métro sur les réalités du terrain.


                                    • Ironheart 22 février 2008 13:57

                                      Bonjour, J’écris actuellement un mémoire sur le journalisme citoyen, et j’aimerai vous interroger, en tant que rédacteur sur Agoravox. Si vous êtes d’accord, je pense envoyer un questionnaire par e-mail, ou vous téléphoner. Pouvez vous me répondre assez vite sur mon e-mail ? le voici :

                                      ironheart59@hotmail.fr Merci d’avance !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès