Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Sarkozy va-t-il mettre la France en Faillite ?

Sarkozy va-t-il mettre la France en Faillite ?

Que l’on soit pro, ou anti-sarko n’empêche pas de réfléchir aux effets prévisibles du prochain emprunt d’Etat.

La définition du mot faillite est « échec d’une entreprise, d’une idée, ou d’un système ».

Une faillite, qu’elle soit d’un commerce ou d’un Etat, implique que celui qui est en faillite cesse ses payements.

Dans le cas d’une faillite d’Etat, un emprunt lancé ne sera donc pas remboursé. C’est bon à savoir avant de prêter de l’argent à celui-ci.

Il en est de même d’ailleurs pour l’emprunt lancé par EDF, qui vient de collecter près de 3 milliards d’euros. Les emprunteurs sont convaincus qu’ils ne prennent aucun risque, ce qui reste à prouver, lorsque l’on constate les difficultés dans lesquelles EDF et AREVA sont plongés aujourd’hui. Dans l’article des échos du 6 juillet, sous la plume de Philippe Escande, on se rend compte que les choses se compliquent pour EDF.

La faillite d’état n’est pas une nouveauté, et a déjà frappé de nombreux pays :

Le Mexique, la Russie, l’Argentine et plus récemment l’Islande en ont fait les frais.

Cela se produit lorsque la dette publique atteint les 100% du PIB (produit intérieur brut).

Il faut aussi que les revenus de l’Etat soient inférieurs aux charges de la dette.

Depuis les années 80, nous sommes passé de 20% à 80 % de dette par rapport au PIB, et les prévisions de nombreux économistes évoquent l’année 2015 pour atteindre le seuil fatidique des 100%, avec un cap de 88% en 2012.

Il reste des optimistes notoires, comme par exemple Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, (office français des conjonctures) qui affirme très convaincu sur un air connu que « tout va très bien madame la Marquise », mais les chiffres qu’il donne ne sont pas bons : pour lui, par exemple, la dette française est de 71,2% par rapport au PIB, alors que tout le monde s’accorde pour dire qu’elle a déjà passé la barre des 80%. Ce qui ne fait pas sérieux pour un économiste, d’autant que nous sommes déjà depuis longtemps bien loin des 60% que nous impose de toute façon l’Union Européenne.

Depuis 20 ans, la France a pris un retard de 6 millions d’emplois par rapport au Royaume Uni.

Selon l’OCDE, le chômage de longue durée est de 5% en France, alors qu’il est de 1% au Danemark, Irlande, Suède, US, Royaume Uni, Finlande…

Sur un blog voisin, liberaux.org, dont on ne peut suspecter une appartenance partisane de gauche, le doute n’est plus permis  : la France court à la faillite.

Pour Jean Louis Caccomo, docteur en sciences économiques, à l’université de Perpignan, il est évident qu’un Etat peut faire faillite.

Comme il le dit très bien « les Etats ne sont pas des entités immortelles. Même les plus invincibles se sont écroulés »

Il rappelle la chute de l’empire romain, de l’empire soviétique, de la république de Weimar.

Pour Nicolas Baverez, dans une chronique récente du journal « le Point », le constat est encore plus cruel.

« Le grand emprunt national que veut lancer Nicolas Sarkozy ne sera en définitive productif que d’intérêts majorés pour les créanciers et de charges supplémentaires pour l’Etat ».

Il ajoute : « l’emprunt n’est qu’un pansement élégant pour cacher la gangrène de la dette dont la cour des comptes souligne qu’elle n’a jamais été aussi élevée en temps de paix ».

Nicolas Baverez enfonce le clou en rappelant que « la France est le seul pays développé dont le dernier excédent budgétaire remonte à 1973 ».

Il continue affirmant que « le grand emprunt est une illusion qui couvre du voile du volontarisme le piège mortel des déficits et de la dette. En laissant croire qu’il est possible de pérenniser les déficits et qu’il n’existe pas de limites à la capacité d’endettement de l’Etat, la France encourage la formation d’une nouvelle bulle financière autour des finances publiques ».

La France ? Parlons-en.

Son appartenance à l’Union Européenne l’oblige à avoir une dette publique inférieure à 60% du PIB, seuil défini par le traité de Masstricht.

La France va-t-elle pour autant être exclue de l’Union Européenne ?! Pourquoi pas.

C’est même ce que souhaitent les libéraux dans le blog proposé plus haut. (liberaux.org)

Pour sortir de la faillite qui la menace, il faudrait qu’elle sorte de l’Europe, abandonne l’euro, et puisse ainsi dévaluer sa monnaie.

En réalité, l’Europe aujourd’hui a déjà volé en éclats. Un protectionnisme déguisé est déjà en place, et chacun joue sa carte. Les égoïsmes nationaux retrouvent le devant de la scène, alors qu’il faudrait jouer la carte de la solidarité et du partage.

Car comme disait un vieil ami africain :

« Ce qui est plus fort que l’éléphant, c’est la brousse ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Reinette Reinette 7 juillet 2009 19:44

    FILLON nous l’a déjà dit le 22 SEPTEMBRE 2007



    « Je suis à la tête d’un Etat en situation de faillite » 

    « Je suis à la tête d’un état qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d’un état qui est depuis quinze ans en déficit chronique, je suis à la tête d’un état qui n’ a jamais voté un budget en équilibre et cela depuis plus de 25 ans. Cela ne peut plus durer ».

    François Fillon



    Petite page publicitaire
    http://www.dailymotion.com/video/x72d4_le-vrai-sarkozy_blog


  • John Lloyds John Lloyds 7 juillet 2009 11:32

    La France est déjà en faillite, le FMI l’a déjà rappelé à l’ordre il y a 2 ou 3 semaines, ses dérives budgétaires sont d’ores et déjà incontrolables. L’ensemble ne tient que par une directive européenne de changements de normes comptables, qui permet aux actifs toxiques bancaires de rester sous le tapis encore quelques temps, et évite encore aux états de porter secours aux banques poubelles qui mettraient les finances publiques dans un état rédibitoire. Même la bulle de la dette a ses limites.

    Quant à l’emprunt d’état, nul doute qu’il aura du succès, comme l’emprunt EDF. La machine à plomber les cerveaux est aux mains de l’état, et il sauront vanter les mérites de la quête merdeuse qu’ils vont lancer. La populace française a vocation de pigonnier, plus on les plume, plus ils en redemandent.

    _____________________________

    Alerte Info


    • herve33 7 juillet 2009 21:51

      Cet emprunt c’est la fuite en avant . Et la possibilité que les emprunteurs ne récupèrent pas entièrement leur argent n’est pas impossible et même très probable grace à l’inflation ou hyper inflation . On aperçoit déjà un second tsunami financier d’ici la fin de l’année et pour les années qui viennent . Tout est possible sauf une réelle reprise , à moins de nationaliser tout le secteur financier , chose que les gouvernements ne feront que lorsqu’on sera dans l’impasse totale . Avant cela les gorets de la finance se seront bien goinfrés

      Le taux de ces emprunts seraient à 4 ou 5 % , dans plusieurs années avec les injections de liquidités des banques centrales tout indique que l’inflation , voire l’hyper inflation nous guette . Ces taux seront sans doute une arnaque peut-etre dans 6 mois , l’année prochaine ou dans 2 ans . 


    • mimine mimine 8 juillet 2009 09:27

      vous oubliez que :
      ce n’est pas la « populace » qui va acheter l’emprunt Sarko : 80 % de l’épargne national est concentré dans les 20 % plus riches de la population, qui vont se faire des c******* en or avec les intérêts surestimés de cet emprunt (comme pour les précédents).

      La France ne va pas faire faillite (tout de suite, au moins) parce qu’elle est protégée par l’euro, destiné à remplacé le dollar à brève échéance : on va rester en déflation pendant un moment.


    • xa 8 juillet 2009 11:15

      "ce n’est pas la « populace » qui va acheter l’emprunt Sarko : 80 % de l’épargne national est concentré dans les 20 % plus riches de la population« 

      difficile à dire. La plus grosse partie des OAT détenues en France le sont via des placements »dit sans risque" dont la cible est, justement, les petits épargnants. Les gros préfèrent une gestion plus dynamique et rémunératrice.

      L’emprunt Balladur avait, d’ailleurs, été très fortement souscrit par des petits épargants contacté par leur banque parce que cet emprunt rapportait plus que leur livret A ou leur livret bleu.

      Quoi qu’il en soit, cet emprunt coutera plus cher qu’un appel au marché habituel ... et ce seront les classes moyennes qui paieront la facture. (Rappelez vous le cout de l’emprunt balladur)


    • martin martin 7 juillet 2009 12:08

      Sortir de l’UE et dévaluer, quelle idiotie on n’a pratiquement rien à vendre et on ne fabrique plus rien


      • Klef63 Klef63 7 juillet 2009 15:43

        Exact, toutes notre industrie et donc nos richesses, ont été délocalisés, regardez le taux de croissance de la Chine, qui à récupéré toutes nos usines et celles de nos pays voisins. Nous allons payer les conneries de nos connards de patrons.

        il faut recycler les cons et les riches !


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 7 juillet 2009 12:15

        Bonjour,

        devinons le prochain surnom de Sarkozy ?

        Sarkerviel pardi !

        Désolé, je sors


        • robin 7 juillet 2009 15:36

          Le plus marrant ce serait que tous les français souscrivent à l’emprunt, car alors il serait obligé de trouver des intérêts à payer à tout le monde, mais comment en renforçant les impôts ? donc en appauvrissant les gens donc en donnant de l’intérêt négatif......Bonjour le mal de crâne !

          Autre variante : Emprunter sur le marché à un taux inférieur aux intérêts d’Etat, pour le reprêter à l’Etat : je suis sur que des petits malins vont y penser


          • aetius320 7 juillet 2009 16:01

            " Emprunter sur le marché à un taux inférieur aux intérêts d’Etat, pour le reprêter à l’Etat : je suis sur que des petits malins vont y penser "

             Faut voir les conditions de l’emprunt. Mais un carry trade ne se genre ne serait possible et surtout vraiment rentable qu’avec des sommes énormes hors de portée des français normaux même riches (richesse normale hors initiés cela s’entend).


          • robin 7 juillet 2009 15:38

            Le plus drôle dans cet emprunt c’est qu’on ne sait même pas à quoi on va le dépenser !

            Vous connaissez beaucoup de foyers fiscaux endettés à 70% qui demande de l’argent à leur banquier mais sans savoir à quoi ils vont le dépenser... UBU ROI !

             


            • Dzan 7 juillet 2009 20:36

              Si, si, le 2ème porte- avions.
              Et les Mirages 2000 des Emirats Arabes à reprendre pour pouvoir dire « On a vendu des Rafales » Bien sûr , on ne dira pas à perte.

              Depuis que Sarko et sa bande sont au pouvoir, les avez-vous vus faire baisser le train de vie de l’Etat.

              Les Somptueuses limousines en surnombre, Jamais aucun Président de la République n’a eu autant de conseillers autour de lui. Des ministres, sous-ministres, membres de commissions Dudule en veux-tu en voilà.

              Et, on tiire sur le pianiste : Salauds de fonctionnaires ( ceux de bas, pas les hauts)

              Les usines ferment les unes après les autres, et Moulinet 1er, veut donner des leçons au monde entier.

              Je rejoins Robin. Moi, quand j’emprunte du blé, du fric, de l’oseille, de la thune, du flouse, je sais pourquoi faire, je n’ai pas besoin de commisssion ;

              Au fait vous savez où est passé Devedjian, soit-diant Ministre de la relance ?????????


            • plancherDesVaches 7 juillet 2009 15:40

              OUIIIII !!!

              Il met l’état en faillite.

              Mais je vous rappelle la devise des libéraux : « privatisons les gains, nationalisons les pertes »


              • Klef63 Klef63 7 juillet 2009 15:50

                Le capitalisme et à la société, ce que le mercurochrome est à la jambe de bois ! (Coluche)


                • signolab signolab 7 juillet 2009 16:04

                  Impressionnant ce que se met en place !

                  Quand les souscripteurs verront leur mise protégée par la garantie de l’État, les intérêts épargnés par le bouclier fiscal et que le quidam de base sera rançonné par la taxe carbone, TVA « sociale » a peine déguisée...il va y avoir un certain ressentiment, m’est avis !

                  Il a placé son exercice médiocre de mandat sous le signe de la lanterne ( les consultations après s’être remis du fouquet’s et de son petit tour en bateau). L’Histoire est parfois ironique !


                  • aetius320 7 juillet 2009 16:05

                    D’une manière générale, je déconseille à toutes les personnes cette emprunt ainsi que l’emprunt EDF. En effet, lors d’une grave crise mondiale, il faut absolument rester le plus liquide possible pour pouvoir, si possible, investir in extremis dans des biens réels type terrain, immobilier, métaux en cas de catastrophe imminente.


                    • Traroth Traroth 8 juillet 2009 11:00

                      Ca serait un début, oui...


                    • Massaliote 7 juillet 2009 16:32

                      Oui il va nous couler. IL A ETE PLACE LA POUR CA ! Il poursuit son but avec obstination, détruire la France.


                      • Jiache 7 juillet 2009 17:03

                        >> Depuis 20 ans, la France a pris un retard de 6 millions d’emplois par rapport au Royaume Uni.
                        Il faut comparer ce qui est comparable.

                        >> Selon l’OCDE, le chômage de longue durée est de 5% en France, alors qu’il est de 1% au Danemark, Irlande, Suède, US, Royaume Uni, Finlande.
                        Même remarque que ci-dessus. J’ajoute que l’on compare souvent le taux d’emploi des « jeunes ». Idem, ce n’est pas comparable. Dans ces deux cas, il faut prendre en compte la législation sur le travail, la précarité, la protection sociale, les salaires etc etc etc.

                        >> Pour sortir de la faillite qui la menace, il faudrait qu’elle sorte de l’Europe, abandonne l’euro, et puisse ainsi dévaluer sa monnaie.
                        La banque centrale pourrait aussi décider de laisser courir l’inflation sur toute la zone euro (qui en a bien besoin). Je ne comprends pas pourquoi cette solution n’est jamais évoquée.

                        Enfin cet emprunt n’est que de la poudre aux yeux., il ne profitera qu’aux riches. Il ne faut pas se leurrer, ce n’est pas en prenant quelques actions que Monsieur Lambda va changer la face du monde.
                        Le moyen pour un état de rembourser facilement un emprunt, c’est justement de laisser courir l’inflation. Ainsi, l’emprunt et ces intérêts ne valent plus rien au bout de quelques années.

                        Bref, beaucoup de bruit pour rien


                        • mimine mimine 8 juillet 2009 09:38

                          à déclencher une inflation, toutes les banques centrale s’y sont déjà mises, mais ça ne marche pas, pas tout de suite (au Japon ça n’a jamais marché, mais ils avaient une situation particulière), pour le moment on coule doucement, le temps que les copains jouent leurs dernières billes en short en bourse, et rachètent des biens tangibles, puis, après (nécessaire) nettoyage des banques (=nationalisation), l’iperinflation va se déclencher, et qui va payer ?

                          devine !
                          surprise ! : les salariés, ceux à revenus fixes !


                        • xa 8 juillet 2009 11:46

                          Quand donc le Japon a-t-il favorisé l’inflation ?????????

                          L’inflation ne se décrète pas. On joue sur les taux pour tempérer le rythme de l’économie et donc de l’inflation. Favoriser l’inflation (ce à quoi réfléchisse certains pour régler le problème des dettes), c’est conserver des taux d’intérêts anormalement bas alors que l’économie est florissante.

                          Le Japon n’a pas dépassé les 1,2% d’inflation en 10 ans, alors on ne peut pas dire qu’il a tenté de favoriser celle-ci. D’autant que cela n’aurait pas eu d’effet positif sur sa dette : la dette japonaise est essentiellement en devise, l’inflation ayant un impact négatif sur la valeur du Yen, son retour implique une hausse mécanique de la dette (il faut plus de yen pour rembourser l’énorme part de dette en dollar, c’est déjà à cause de ce phénomène que la dette japonaise est monté jusqu’à 192% du PIB : en raison des taux de change).


                        • logan 7 juillet 2009 17:08

                          Vous faites de nombreuses erreurs dans votre article.

                          D’abord vous expliquez qu’un état serait en faillite dès lors que sa dette atteindrait 100% du PIB, c’est évidemment du grand n’importe quoi, je ne sais pas d’où vous sortez ça ?

                          Le PIB correspond aux richesses du pays, il n’a rien avoir avec les comptes de l’Etat. Cela comprend notamment les richesses de l’état, mais aussi celui des entreprises françaises et des ménages français.

                          Comparer les dettes de l’état avec le PIB n’a aucune espèce d’intérêt si ce n’est que le PIB et la dette son dans les mêmes ordres de grandeurs et sont ainsi quantifiables par un simple pourcentage. Ainsi vous trouverez des pays comme l’Italie ou le Japon qui ont des dettes supérieures à leur PIB, c’est à dire respectivement 105% et 164% :
                          http://www.journaldunet.com/management/repere/dette.shtml

                          Ce qui est important pour l’état c’est combien lui coûte la dette chaque année par rapport à ses recettes, c’est à dire le service de la dette.

                          En effet, quand l’état emprunte, c’est depuis 1973 uniquement sur les marchés financiers, et il émet des titres à plus ou moins long terme, la plupart du temps 5 ans, et chaque année l’état doit payer des intérêts à l’acheteur de ces titres, c’est ainsi qu’ils sont rémunérés.

                          Vu que l’état a son budget en déficit chaque année, les emprunts sont remboursés au bout des 5 ans en émettant de nouveaux titres. Donc la seule chose que paye l’état ce sont ces intérêts chaque année, qui cumulés représentaient en 2007, 39 milliards d’euros, on doit être autour des 50 milliards en 2009.

                          Pour comparaison le budget de l’état c’était en 2007, 226 milliards de recettes et 268 milliards de dépenses.

                          L’Etat fixe par ses impôts le montant perçu par l’état sur ces richesses, la recette des impôts est la principale source de revenu de l’état.

                          Donc rapporté au PIB de 1800 milliards d’euros en 2007 de la France, sur lequel l’état fixe arbitrairement la part qu’il perçoit via les impôts, ces intérêts ne représentent que dalle et tant qu’autant de richesses seront créées chaque année dans le pays, l’état peut facilement payer ces intérêts, et d’ailleurs il a toujours payé ces intérêts au point que depuis 1978 nous avons jusqu’à présent payé 1100 milliards d’euros d’intérêts.

                          Donc l’état n’est pas en faillite, et il est très loin de pouvoir faire faillite, la France est le 5eme ou 6eme pays le plus riche au monde.

                          De toute manière la faillite d’un état est quelquechose de très idéologique et contrairement à ce que vous dites c’est une nouveauté. C’est une nouveauté car une création totalement artificielle de la mondialisation libérale. L’état n’a pas toujours eu besoin d’emprunter sur les marchés financiers, avant l’état pouvait emprunter à sa banque centrale par création monétaire par exemple. Et en se liant les mains en s’obligeant à emprunter auprès des marchés financiers l’état devient ainsi dépendant de ces marchés financiers, ceux-ci peuvent pour une raison ou pour une autre à tout moment ne plus vouloir acheter les titres de l’état, et les états se retrouvent ainsi à la merci d’attaques financières, c’est ce qui s’est passé notamment en Argentine ...

                          Si nous devions subir une telle situation, la question d’un retour à un système proche de celui que nous utilisions pendant les 30 glorieuses où l’état pouvait emprunter auprès de sa banque centrale se poserait clairement. Et avec un tel système la faillite de l’état est impossible à moins que sa monnaie ne vale plus rien.

                          Maintenant est-ce que cette question est apolitique comme vous le sous-entendez ?
                          Bien sur que non ... Elle est totalement idéologique et politique.
                          L’emprunt donne lieu à une rente détestable vu qu’il s’agit de prendre une partie des recettes de l’état et de le distribuer à des plus ou moins riches rentiers.
                          Et quand on se rappelle que Sarkozy a exonéré les plus riches de 15 milliards d’euros avec les cadeaux fiscaux et le bouclier fiscal, quand on comprend ensuite que ces 15 milliards d’euros réduisent d’autant les recettes de l’état, et quand on comprend ensuite que Sarkozy en empruntant 15 milliards d’euros va ainsi permettre à ces mêmes personnes de prêter ce qu’elles ont gagné dans leurs diminutions d’impôts à l’état et ainsi de toucher une rente via les intérêts, le gain pour ces plus riches est donc double ...

                          On est pleinement dans une politique que l’on appelle une politique de classe qu’il faut dénoncer ...
                          Exonérer les riches de 15 milliards d’euros au début de son mandat, puis ensuite emprunter 15 milliards d’euros et ainsi permettre à ces plus riches de toucher une rente supplémentaire sur les recettes de l’état, qui se traduira par des coûts supplémentaires chaque année en paiement d’intérêts pour les français, ce qui sera arbitré par Sarkozy quand il va faire son budget par moins de protection sociale et de services publiques ...

                          Je pense qu’il faudrait que les gens se réveillent et se révoltent face à de tels procédés ...


                          • nortydal 7 juillet 2009 21:12

                            Merci pour ces corrections et explications.


                          • debase 7 juillet 2009 23:10

                            « Je pense qu’il faudrait que les gens se réveillent et se révoltent face à de tels procédés ... »

                            Il faudrait d’abord que les citoyens cessent de mélanger les notions de dette, intérêts, PIB, PNB, etc... Quelques explications telles que les vôtre seraient les bienvenues dans tous nos médias à une heure de grande écoute au lieu des retransmissions de matches de foot.

                            Un bémol cependant : vous incluez dans la ’richesse du pays’ la richesse de chacun de ses citoyens. Je ne comprends pas bien : voudriez vous signifier que pour éviter sa faillite, l’état pourrait s’approprier de bon droit le patrimoine de chacun (évidemment non, nous ne sommes pas en dictature) ?

                            A partir de quand exactement l’état Français serait-il en faillite ?


                          • Stalker 8 juillet 2009 01:04

                            Commentaire vraiment remarquable et meilleur que l’article.


                          • plancherDesVaches 8 juillet 2009 15:02

                            Debase.

                            Un état est en faillite à partir du moment où il le décide. Et que ses bons du trésor ne sont plus achetés comme en Angleterre actuellement.

                            Et il passe en économie de guerre, c’est à dire qu’il donne tous les moyens possibles à son armée et à l’industrie de l’armement.
                            Voir l’Allemagne vers 1938.


                          • SURVEYOR 7 juillet 2009 17:28

                            Et lui se la coulera douce, vous pouvez me croire, à mettre hors d’état de nuire.


                            • minidou 7 juillet 2009 17:40

                              Je reconnais que la tendance française à l’endettement est inquiétante, mais absolument pas pour les raison que l’auteur donne :
                              - Un état n’est pas en faillite lorsqu’il atteint 100% d’endettement, je ne sais pas d’où sort cette affirmation, mais il est certain qu’elle ne sort pas d’un ouvrage d’économie ! Pour exemple, la Belgique, l’Italie ou le Japon ont dépassé ce seuil psychologique depuis belle lurette sans pour autant être en faillite...Un Etat est en faillite lorsque la valeur de sa dette depasse la valeur de ses actifs, ET que ses revenus sont inférieurs à la charge de la dette et à ses charges fixes.
                              Pareil que pour un menage, vous achetez un appartement à crédit, il est courant que votre dette soit l’équivalent de 300 ou 400% de votre revenu...Sans pour autant être en faillite...
                              Pour un état la faillite n’est généralement pas la seule conséquence de l’endettement, le cas le plus courant est celui d’un Etat dont la dette est libellé dans une devise différente de sa propre devise, et dont la devise coule à un moment donné : mécaniquement par ce biais monétaire la dette explose et n’est plus tenable.
                              - Faire figurer Baverez comme économiste de référence a quelquechose de risible (je ne m’étend pas là dessus)...
                              - Ce qui est inquiétant dans l’endettement, c’est ce qu’on en fait !!! Pour être didactique, revenons en à l’économie domestique, s’endetter à 400% pour acheter un appartement est cohérent, la famille économise un loyer et accumlule un capital, c’est au contraire rationnel...Maintenant imaginez la même famille qui s’endette pour louer un appartement plus grand, manger au restaurant tous les jours, consommer...C’est un peu la France !
                              On ne s’endette pas pour de l’infrastructure qui pourrait faciliter l’implantation d’entreprises, pas dans l’energie, pas dans l’éducation superieure...Non on s’endette pour financer principalement des baisses d’impôt (aux plus riches) et des baisses de charges sociales...Comme si une famille avec 4000€ de revenu s’endettait pour bosser à mi-temps et financer les 2000€ manquants...Il est évident que cette posture est intenable à long terme...
                              Le problème est que la droite (la France contrairement aux fantasmes ne s’endette jamais autant que lorsqu’elle est gouvernée à droite) a un but précis : le jour où ce ne sera plus tenable, et bien on privatisera le peu qu’il reste, on virera les derniers fonctionnaires, enfin bref, on atteindra l’idéal libéral de l’Etat minimal...Lorsqu’on croit en l’action publique, on doit être sensible à la question des dépenses publiques...
                              Pour en revenir à l’emprunt Sarkozy, c’est un non sens économique, mais si la souscription est à la hauteur ce sera un succès pour lui un succès politique...Peu importe le futur, si ça lui permet une réélection...


                              • Mohammed MADJOUR Mohammed 7 juillet 2009 18:31

                                « La définition du mot faillite est « échec d’une entreprise, d’une idée, ou d’un système ».

                                Simplifions d’abord votre définition pour dire : Puisque l’idée ou le concept supporte tout système on conclut qu’une idée ou un concept corrompu implique inévitablement la ruine de ce système !

                                Depuis 2001, le machin « Liberté, Egalité, Fraternité » est atteint d’une rapide érosion sur tous les frontons républicains : La France, comme concept national n’est plus, elle ne survit que grace à la routine administrative assurée par des fonctionnaires qui ne croient plus en rien !

                                La France d’aujourd’hui n’ est que cette coalition UMP en connivence avec les pouvoirs obscurs de tous bords et les multinationales, c’est le seul noyau qui respire dans une éconinomie réellement en faillite !

                                Vous n’allez pas me croire, mais je vous dis que malédiction existe !

                                Mohammed.


                                • chmoll chmoll 7 juillet 2009 18:51

                                  perso, s’pays est endetté de toute part, l’gus vas faire un emprunt,

                                  pour moi c inéluctable,pour tout dire ça fait un moment que s’pays est sur la paille


                                  • tvargentine.com lerma 7 juillet 2009 19:30

                                    Encore une fois un article anti-sarko de type primaire qui a fait fuir les élécteurs de gauche vers Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007.

                                    Ce n’est pas avec ce type de discours que vous allez créer des idées pour la gauche !

                                    Remettons nous dans le contexte économique de la gauche en 1981 qui aussi avait eu à subir une grave crise économique (rien de comparable dans la faille du système économique mondiale)

                                    La fin de la période BUSH à marquer la fin du libéralisme exacerbé sans fois ni lois

                                    A vous lire,vous pensez comme les libéraux américains qui considérent que l’Etat n’a pas à intervenir dans l’économie !!! comme en 1929 ?????????????

                                    Mais vous êtes un véritable réactionnaire dans vos propos.

                                    Vous dévriez plutôt rendre hommage à la politique économique suivi par Nicolas Sarkozy pour permettre à la France de ne pas avoir à subir la crise de plein fouet et de se servir de
                                    l’entervention de l’Etat pour soutenir l’activité économique dans notre pays

                                    D’ailleurs,la politique économique de Nicolas Sarkozy me semble meilleure que celle suivi par TOUT les gouvernements « socialistes » ou de « gauche » depuis mai 1981

                                    Regardez bien le passé et regardez bien le présent ,vous comprendrez de Nicolas Sarkozy construit notre avenir,l’avenir de la France,alors que Mitterand,Jospin et Chirac n’ont rien fait dans la politique de développement de notre pays.

                                    Quand à la politique régionale dirigée par les socialistes,il y a fort à parier qu’ils paieront
                                    le prix fort auprès des électeurs en 2010 pour n’avoir RIEN FAIT pour développer et améliorer la vie du citoyen dans la cité à l’exception de remplir les poches aux « mouvements associatives »

                                    Qui créé des emplois en France ???? les « associations » ou les entreprises ????

                                    Curieux de lire des « gauchistes » rejetter l’intervention de l’Etat dans l’économie !

                                    Je vous invite à écouter le Président LULA et Nicolas SARKOZY pour comprendre
                                    que le monde bouge et que le changement est en marche

                                    http://www.elysee.fr/accueil/


                                    http://www.tvargentine.com





                                    .



                                    • plancherDesVaches 7 juillet 2009 20:41

                                      Et Lula est aussi libéral que sarko... ???
                                      Ils piquent autant dans les caisses l’un et l’autre... ???


                                    • Dzan 7 juillet 2009 20:42

                                      Ah Lerma enfin de vos nouvelles.
                                      Je vous ai cru un instant frappé du H1N1 ou du Chicungunia.

                                      Vous nous manquiez Ô grand adorateur de Sa Munificence


                                    • tvargentine.com lerma 7 juillet 2009 19:34

                                      j’avais oublié !

                                      Allez aussi sur http://www.relance.tv/accueil/index.php

                                      Pour savoir de quoi vous parlez ,car je préfére une intervention forte de l’Etat pour moderniser mon pays,plutôt que de voir Jean Paul Huchon remplir les poches
                                      des « associations »

                                      http://www.tvargentine.com


                                      • millesime 7 juillet 2009 20:31

                                        @lerma
                                        on s’approche en effet d’un moment « à la 1983 » quand F. Mitterand avait dû choisir entre une politique économique idéologique de hausse du pouvoir d’achat malgré un contexte de crise économique et la sortie du Système Monétaire Européen
                                         (du fait des déficits français croissants)
                                        Pour N.Sarkozy il impliquera de lourdes révisions d’alliances parmi ceux qui l’ont fait élire et qui lui permettent d’exercer son pouvoir. On peut imaginer une scission entre d’un côté les clans banquiers/Washington et de l’autre les clans industries/hauts fonctionnaires
                                        à suivre... !
                                        Ce sera bien évidemment « déterminant » pour l’avenir... !
                                        http://millesime.over-blog.com


                                        • Stalker 7 juillet 2009 20:33

                                          En réalité, depuis 15 ans, ce sont les « gauches de gouvernement » qui gèrent mieux le système capitaliste, que ce soit en France, en Angleterre ou aux USA. Ce sont par contre les droites qui se prétendent pragmatiques et efficaces qui mettent tout par terre, ont des politiques inefficaces et incohérentes.

                                          Le problème serait la fameuse crise de la social-démocratie européenne, qui empêcherait tout retour rapide du PS en France. Je n’aimais pas Jospin, mais que dire de la gabegie de la droite depuis 2002 et de son bilan lamentable ?

                                          Je crains que l’on ne soit pas sortis de l’auberge à échéance de plusieurs années.


                                          • Manu Manu 7 juillet 2009 21:25

                                            Cet article est du grand n’importe quoi !

                                            Il aura au moins eu le mérite d’initier le commentaire de logan (merci à lui).

                                            Encore une fois, Agoravox montre tout l’intérêt d’un média interactif.


                                            • furio furio 7 juillet 2009 22:42

                                              De 800 milliards de dette en 2002, nous sommes passés à 1400 milliards !!!!
                                              Sarkosy avec ses tics (de pire en pire) me fait penser à Monsieur Plus. Il en rajoute toujours. ( 1 milliard par ci un milliard par là )
                                              Nouveau scandale en cours...une soi-disante universitaire française est accusée d’espionnage en Iran. Et not’président bien au courant de la situation de notre espionne en herbe, tics à l’appui, demande la libération de la mata hari !! Encore quelques millions à verser ( c’est nous qu’on paye, les conneries de l’état français qui joue à envoyer des james bond girls en Iran !!.) Alors la faillite, on y va TOUT DROIT !


                                              • Reinette Reinette 7 juillet 2009 23:23

                                                Pédaler plus, pour transpirer plus

                                                la photo n’a pas été retouchée !

                                                http://zigzornif.com/2008/10/09/eux-aussi-ils-font-du-velo-nicolas-sarkozy/


                                                • Reinette Reinette 7 juillet 2009 23:27

                                                  Travail dominical : Sarko mobilise ses troupes

                                                  Alors que les discussions autour du travail dominical débutent ce mardi à l’Assemblée nationale, Nicolas Sarkozy tient à rappeler aux parlementaires UMP leurs devoirs de vacances. Ce midi, les députés de la majorité ont eu droit à une invitation spéciale du chef de l’Etat, officiellement pour une simple « réception » à l’Elysée.

                                                  Concrètement pour leur rappeler les bienfaits du travail le dimanche.


                                                  RESTE plus qu’à trouver des patrons d’entreprises qui embauche !

                                                  http://www.liberation.fr/politiques/0101578439-travail-dominical-sarkozy-mobilise-ses-troupes

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès