Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Sentences et mauvaises pensées sur le monde en crise

Sentences et mauvaises pensées sur le monde en crise

Cette crise ne dit pas la vérité. L’économie semble repartir mais elle laisse sur la route des millions de chômeurs. Les médias n’ont pas dit la vérité sur cette crise. Mais c’est comme pour la pandémie H1N1, les médias ne veulent pas voir. Ou bien voient ce qui est conforme à une bonne représentation du monde. Les médias sont chargés d’informer mais l’information n’étant pas neutre, il en résulte une vision du monde. Disons une manière de voir. Les éditocrates et les médiarques sont les maniéristes du 21ème siècle.

Une manière de voir consiste à désigner des coupables, les banques. Ce n’est pas faux mais sont-elles les seules en cause ? Prenons le déficit, la faute à la crise dit Madame Lagarde, alors que la Cour des comptes impute la moitié de l’accroissement du déficit aux décisions intempestives l’Etat. Qui croire ? Les experts sanitaires annonçaient une redoutable pandémie, ce fut une grippette. Il n’y a aucune raison de faire confiances aux déclarations des économistes et des politiques. En matière sanitaire, la ministre s’abrite derrière le principe de précaution. Pour expliquer la crise, il est commode pour les autorités d’accuser les banquiers.

Une économie éthique devrait mettre le projecteur sur l’emploi au lieu de la croissance et autres chiffres rationnels sans rapport direct avec les réalités humaines. La crise des subprimes en a caché une autre. La première a été causée par des individus pris aux pièges du crédit et de la montée de l’immobilier. La seconde concerne l’appareil productif. Le système économique était en excès d’emploi. La crise a servi au système de délestage. La raison essentielle étant la substitution des emplois industriels des pays riches vers les pays émergents et surtout la grande puissance émergée qu’est la Chine. Au final, il y avait trop de travailleurs pour produire, si bien qu’avant la crise financière, le taux d’utilisation des capacités industrielles a commencé à décliner, passant sous longue moyenne de 82% courant 2006 pour chuter rapidement et tomber à 70% en 2009. Les aides de l’Etat n’ont rien pu faire, à part sauver quelques rares secteurs comme l’automobile, en dépensant beaucoup. La Chine a repris sa croissance. Cette crise a comme résultat un rééquilibrage du système lié au déplacement des complexes industriels et à la liquidation des produits financiers douteux dont une partie se trouve transférée, par d’obscurs mécanismes, vers les déficits publics.

Les politiques menées par les Etats sont inefficaces quand elles visent des grands systèmes. Les primes à l’automobile ont favorisé les constructeurs étrangers et les usines françaises délocalisées dans les pays à bas coût. Quant à la Grèce, elle serait attaquée par les spéculateurs mais les prêts juteux que lui proposent les banques sont proposés par des établissements financiers, européens pour une part.

La dette publique n’est pas un obstacle à l’économie. Elle ne fait que lisser le déficit de solvabilité préjudiciable à la croissance. Les faiblesses de l’investissement privés se sont déplacés vers des placements sûrs mais avec des taux a minima. Du coup, les écarts entre rentiers et travailleurs se stabilise et même s’accroît à un rythme faible mais durable.

Les lumières citoyennes n’enverront pas les zélitocrates à la Lanterne. Trop de pénombre les en empêche.

J’ai fait un rêve, yes we can, I have a dream. Un jour peut-être, les citoyens se réveilleront. Ils sauront comment défendre leurs aspirations à l’émancipation et trouver les voies de la liberté, pour ne plus être asservis par un système dirigé par une caste qui pratique l’instrumentation de l’humain doublée d’une ingénierie sociale qu’on s’étonne de retrouver en 2010, au vu des excès du passé et des conséquences fâcheuses pour la civilisation. Mais ne soyez pas candides ni crédules. Tout ce qui va être écrit n’est qu’un constat assez sombre sur la société, avec quelques éléments d’analyses, de compréhension, d’explication. L’éventuelle sortie du modèle de société où nous sommes, sans violence ni chaos, n’est qu’un conte de fée, autrement dit, une utopie. Ce mot veut bien dire ce qu’on il est question. Une utopie n’a pas de lieu, autrement dit elle ne peut prendre racine dans un territoire. Mais en fait, l’utopie loge bien quelque part, dans la conscience de ceux qui en sont les maîtres d’œuvre.

Le monde va. Ce pourrait aller mieux, ou pire. Cette sentence si ordinaire possède une visée heuristique évidente. Le mieux ou le pire suppose que par dans le passé, des décisions bonnes ou mauvaises auraient pu être prises. Mais comme on ne remonte pas le temps, alors le monde va, au présent. Mais où va-t-il ? Vers un mieux ou un pire ? Cette question suppose l’éventualité de décisions pouvant induire un mieux ou un pire. Cela dit, l’état comptable des pays européens laisse supposer une crise sociale de grande intensité et certainement durable car ce ne sont pas les 1 à 2 points de croissance qui permettront de résorber le déficit social actuel. Le monde ira de pire en pire si on mesure l’état de la société à la situation matérielle de ses habitants les plus démunis. Voilà, c’est dit. Brut, et même un peu brutal.

Ceux qui ont un âge avancé se souviennent d’un temps où la société était traversée par deux oppositions politiques, la gauche et la droite. La ligne de partage n’était pas si claire, mais nettement tracée par des considérations économiques. On pouvait déceler une idéologie de droite et une idéologie de gauche. En 2010, on ne voit guère de différence entre gauche et droite, pas plus qu’entre les deux candidats du second tour en 2007. Les idéologies auraient donc disparu. Détrompez-vous, elles n’ont pas disparu. A la limite, on pourrait penser qu’elles se sont amalgamées mais une chose est sûre. L’action politique actuelle est guidée par une idéologie. Le problème, c’est qu’elle échappe à l’entendement de l’opinion. Quoique, l’honnête homme a parfaitement pigé que les dominants gèrent au mieux leurs affaires et après celles de la société. C’est là une idéologie qui n’a rien de nouveau. Elle ne fait pas partie d’un programme politique mais elle est inhérente à une caste au pouvoir qui a su la répandre dans les esprits. Il y a des dirigeants et des dirigés, des gouvernants et des gouvernés.

L’idéologie appliquée par les gouvernements, c’est la précarisation des plus faibles et le succès matériel pour les plus forts. Par force, on entend un ensemble de dispositions incluant des capacités professionnelles, une formation, un réseau, une santé physique, une aptitude à louvoyer dans un plan de carrière, un caractère adéquat, une naissance favorable dans un milieu où on est aidé, poussé, et parfois, un hasard heureux qui met sur la route. Par faiblesse, on entend tout le contraire.

Les partis politiques n’ont pas de marge de manœuvre. En plus, ils épousent les contours de l’idéologie dominante. Et quand bien même ils voudraient renverser l’ordre inégal des choses, ils se trouveraient face à des inerties insoupçonnables car l’appareil d’Etat est lui aussi complice de l’idéologie dominante et de plus en lien d’intérêt avec le système capitaliste. 

Conclusion. Le débat idéologique, en admettant qu’il existe encore, n’est qu’un débat verbal, qui ne pourra en aucune manière être susceptible d’une transformation sociale volontairement orchestrée par la volonté des individus. Pour le dire autrement, la volonté générale des individus n’existe pas mais le système veut que le peuple épouse son dessein. Et comme aurait dit Ellul, le système technicien agit et se détermine à l’écart du politique.

Et donc, il n’y a pas de solution en vue. Les puissants domineront et les faibles seront asservis. Jusqu’à la fin des temps et l’holocauste final ?

A moins qu’une mutation spirituelle ne change les conditions anthropologiques nourrissant le système.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • M.Junior M.Junior 15 février 2010 12:54

    La crise montre toute la vérité !
    Des agences de notation aux banques, des dirigeants aux politiques, la crise révèle qu’ils ne disposent pas des bons outils mais qu’ils ont toujours la main sur la communication pour transformer l’information vicieuse en vertueuse.

    http://interim.over-blog.com/article-l-entreprise-entre-propagande-et-realite-44970773.html


      • ddacoudre ddacoudre 15 février 2010 16:14

        bonjour dugué

        "ls sauront comment défendre leurs aspirations à l’émancipation et trouver les voies de la liberté, pour ne plus être asservis par un système dirigé par une caste qui pratique l’instrumentation de l’humain doublée d’une ingénierie sociale qu’on s’étonne de retrouver en 2010, au vu des excès du passé et des conséquences fâcheuses pour la civilisation.

        pour y arriver il faut que l’on se sépare de la société anonyme derrière qui tous s’abritent, y compris les citoyens qui placent leurs épargnes, et il ne voient pas quelle leur sert de pelle pour creuser leurs tombes au bénéfice des pompes financières.

        les populations n’ont toujours pas compris que la monnaie sert a se répartir la rareté, et donc la solution n’est pas dans un système monétaire quel qui soit, puisqu’il n’est pas fait pour apporter des solutions à la pauvreté.

        cordialement.


        • Croa Croa 15 février 2010 18:01

          Puisque la dette publique n’est pas un obstacle à l’économie effectivement «  il n’y a pas de solution en vue. »

          Marre de ces auteurs qui ne veulent pas voir que les peuples se font arnaquer par quelques ploutocrates au point de croire à la fatalité !  smiley


          • nhjsenior 15 février 2010 19:26

            Voila bientot 10 000 ans, depuis que l’homme s"est sedentarisé, que l’organisation sociale que nous connaissons aujourdh’ui existe. A savoir des castes dominantes qui possèdent et des castes exploitées. Rien de nouveau sur le front de la justice sociale depuis ces temps immémoriaux. Quelle que soit l’époque que l’on observe : antiquité, féodale, royautée, république ..... les dominants s’efforcent de préserver leurs intérêts par tous les moyens possibles.

            Faut il en déduire comme l’explique l’auteur de cet article que les dès sont pipés et que cela continuera indéfiniment ????

            Sa conclusion est rassurante et il m’arrive aussi d’y croire de temps en temps : pour que les choses changent l’homme devra faire une révolution copernicienne à savoir changer radicalement les perspectives. Prenons le simple exemple de la propriété. Imaginons un monde sans propriété ..... ? Cela semble impossible à imaginer ! et pourtant n’est ce pas la propriété qui est à la base de toutes les injustices. Je laisse à l’imagination de chacun le choix des valeurs que notre société défend bec et ongle et qui devraient être purement et simplement aboli


            • boris boris 15 février 2010 23:43

              Supprimer l’argent serait une véritable révolution en sus de la propriété.

              Dans quelques milliers d’années peut-être...

              Où alors trés soudainement quand cette fabuleuse civilisation craquera pour de bon.


              • Terran 15 février 2010 23:45
                Réflexion à la City : comment causer une « dépopulation rapide et profonde » ?
                15 février 2010 - 20:50

                15 février 2010 (Nouvelle Solidarité) – En pleine bataille pour sauver leur empire financier chancelant, les intérêts financiers britanniques appellent l’écologie malthusienne à leur secours. Dans un article intitulé « La biodiversité à portée de canon », le magazine de la City de Londres, The Economist, le dit clairement : « La dure réalité, c’est qu’il semble que la mort violente et arbitraire soit le moyen de conservation de la nature le plus économique inventé jusqu’ici. »

                L’auteur (toujours anonyme chez The Economist) part d’un simple constat : « Il y a encore des parcs naturels involontaires, pour reprendre le terme de l’écrivain et futuriste Bruce Sterling, qui permettent d’illustrer ô combien la nature fait bien lorsque l’on exclut les êtres humains de l’équation (…) la zone démilitarisée entre les deux Corée en est un bon exemple (…) elle est de facto une réserve naturelle. L’agriculture et l’industrialisation ayant migré ailleurs, cette zone inhabitée et lourdement minée de 1000 kilomètres carrés constitue un refuge pour deux espèces d’oiseaux en voie de disparition : la grue de Mandchourie et la grue à cou blanc. On y trouve aussi des ours noirs d’Asie, des aigrettes et, selon certains, une sous-espèce extrêmement rare du tigre de Sibérie. La plus grande menace pour cette biodiversité est probablement la paix. »

                Et il donne un autre exemple de succès de l’impérialisme : « L’archipel de Chagos dans l’Océan indien est aussi une zone militaire. Les autochtones ont été expulsés par le gouvernement britannique au début des années 1960 pour permettre l’établissement d’une base américaine sur l’île de Diego Garcia (…) Cependant, ils comptent bien revenir un jour, et dans ce cas, ils voudraient commencer à pêcher, construire des hôtels et même un aéroport. Seule l’occupation militaire empêche cela d’arriver. »

                Puis il poursuit : « La mer au large des côtes nord du Kenya connaît une profusion de poissons puisque les pirates somaliens font fuir les grands chalutiers étrangers. » Il va même jusqu’à évoquer Tchernobyl : « Le plus fameux des parcs involontaires est la zone évacuée autour de Tchernobyl, en Ukraine, où une vie sauvage bourgeonnante n’a été que peu affectée par les risques de radiation. »

                Enfin, il conclut à la manière d’un Bertrand Russell : « C’est la dépopulation qui importe. Les conflits armés et leurs répercussions se trouvent simplement être une des quelques forces sur la planète qui puissent causer une dépopulation rapide et profonde. Lorsque la paix arrive, ces zones doivent se battre pour survivre. La dure réalité, c’est qu’il semble que la mort violente et arbitraire soit le moyen de conservation de la nature le plus économique inventé jusqu’ici. »

                ***********************

                ça calme son homme ça !!!


                • Terran 16 février 2010 00:21

                  L’auteur est tout à fait capable de comprendre l’affaire et le fond.

                  Monsieur Dugué Bernard, vous pouvez nous faire un article précis, concis, qui résume logiquement les mécanismes en jeux.
                  En commençant par l’arnaque de la création de monnaie, en faisant un petit tour par ’histoire des USA, et rendant visite à Roosevelt et ce qu’il a fait.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès