Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Seule la collectivité est en mesure de socialiser les pertes

Seule la collectivité est en mesure de socialiser les pertes

Aujourd’hui, les chiffres sont accablants : seul un chômeur sur deux est indemnisé par l’assurance chômage à hauteur de 57,4% de son salaire antérieur. Très insuffisant pour accompagner les mutations de l’économie et sans aucun doute une barrière psychologique à la mobilité pour les plus démunis. A l’heure où notre gouvernement détricote un à un les acquis sociaux en vertu du primat idéologique néo-libéral (réduction du rôle de l’état), il me semble a contrario que « seule la collectivité est en mesure de socialiser les pertes » (1).

“Le rôle de l’état n’est pas d’empêcher les changements, il est d’aider les transitions, de sorte qu’elles soient finalement moins douloureuses et, si possible, bénéfiques” (1). Ce constat pertinent de Denis Clerc appelle entre autre une forte sécurisation des salariés au chômage pour accompagner les mutations de l’économie.

De quoi parlons-nous précisément ? Le débat demande à être explicité pour ne pas faire face aux critiques démagogiques de gauche comme de droite. Oui, les licenciements doivent être soigneusement encadrés pour éviter tout abus, et nous bénéficions en France d’une bonne protection ; oui, les délocalisations visant à accroître la rentabilité immédiate au profit des seuls actionnaires doivent être combattues ; oui, la “destruction créatrice” chère à Schumpeter doit continuer à jouer pleinement son rôle, des activités disparaissent tandis que d’autres apparaissent. En aucun cas, il ne s’agit de subventionner des activités non rentables, pas plus qu’il ne s’agit d’une désincitation au travail.

Entendons-nous sur le terme “mutation” : il s’agit de lutter contre les effets parfois dévastateurs de la mondialisation ou des conséquences dramatiques liées aux progrès technologiques. Le Nord de la France par exemple, ne s’est toujours pas remis de la disparition de l’activité minière ; le taux de chômage de la région reste, encore aujourd’hui particulièrement élevé par rapport au reste de la France. De la même manière, le secteur textile français a été durement touché par la concurrence chinoise : nombre d’entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes et les effectifs ont été sérieusement réduits. De nombreuses régions, bassins d’emploi et pans de l’activité économique sont alors durablement déstabilisés.

A plus long terme, nul ne peut encore prédire les conséquences de l’après-pétrole. Une chose est sûre : il y aura des gagnants et des perdants, le savoir-faire de certains n’ayant plus aucune valeur marchande.

“Seule la collectivité est en mesure de socialiser les pertes” (2). Et même s’il ne faut pas ôter toute responsabilité sociale à l’entreprise, il paraît évident qu’une entreprise en faillite n’est pas capable d’assurer la reconversion de ses salariés.

Aujourd’hui, les chiffres sont accablants : seul un chômeur sur deux est indemnisé par l’assurance chômage à hauteur de 57,4% de son salaire antérieur. Pis, les indemnisations bénéficient surtout aux salariés les plus favorisés : les cadres par exemple, susceptibles de retrouver aisément un emploi. A l’inverse, les jeunes ou les employés précaires sont totalement exclus de l’indemnisation chômage car ils n’ont pas cotisé un nombre de mois suffisant.

Cette situation ne peut qu’engendrer la perte d’une cohésion sociale pénalisant l’économie d’un pays : moindre consommation entraînant de fait une perte d’activité, ghettoïsation et paupérisation d’une partie de la population, violences urbaines ou développement d’économies parallèles.

A l’instar du Danemark où un chômeur touche pendant 4 ans 90% de son salaire antérieur, une revalorisation en France des indemnités chômage est souhaitable pour garantir momentanément des revenus décents et permettre à tout un chacun de rester citoyen à part entière. Ce type de mesure n’a de sens évidemment que si et seulement si, une véritable politique économique européenne visant à limiter le chômage de masse, voit le jour.

(1) - Denis Clerc - Déchiffrer l’économie - 15e édition - La découverte - 2004 - page 253.

(2) - ibid.


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • elec 42 elec 42 30 octobre 2010 11:47

     le danemark n’est pas la france !!!


    • Raphaël 30 octobre 2010 15:57

      C’est pas vrai smiley
      Et sur le fond ?


    • kemilein 30 octobre 2010 19:18

      sur le fond

      "
      “Le rôle de l’état n’est pas d’empêcher les changements, il est d’aider les transitions, de sorte qu’elles soient finalement moins douloureuses et, si possible, bénéfiques” (1). Ce constat pertinent de Denis Clerc
      « 

      bah non, pareil assertion est pure connerie.
      le rôle de l’état c’est d’être providence, donc d’être une état tout cour.
       »tout est public, tout ce qui est commun, sauf ce qui est privé"


    • Peretz Peretz 30 octobre 2010 19:33

      Raphael a parfaitement raison : économiquement et socialement. Au lieu d’injecter des liquidités dans les entreprises, dont on ne sait pas trop ce que devient cet argent, il faudrait immédiatement les injecter dans les bas revenus et les indemnités de toutes sortes qui vont directement dans la consommation de base. Ce qui est le vrai moteur de l’économie (voir Keynes)


    • LE CHAT LE CHAT 31 octobre 2010 14:50

      personne ne reste chômeur pendant 4 ans au Danemark ! et puis là bas , t’as pas interêt à refuser trop de propositions ! l’avantage de ce pays est qu’on peut pas t’envoyer bosser à 500 km de chez toi , le pays est tout petit !


    • c.d.g. 30 octobre 2010 23:13

      nationalisation des pertes et privatisation des profits ?

      Si on paye les gens a 90% de leur ancien salaire pendant 4 ans, ou va t on trouver l argent ?
      Quel impot supplementaire va t on creer ?

      Ne serait il pas mieux de depenser l argent en question a former les gens a autre chose ?
      Evidement avec un chomage massif comme en France, il y a peu de metiers porteurs, mais c est quand meme mieux que de payer les gens 4 ans et qu apres ils se retrouvent malgre tout toujours chomeur

      Sur un plan plus moral, trouvez vous normal qu un chomeur puisse toucher 3000€/mois pendant 4 ans alors qu un ouvrier va devoir se lever tous les matin a 5 h pour 1000 ?


      • patdu49 patdu49 31 octobre 2010 18:28

        attention

        au danemark, les indémnités chomage sont plafonnées.

        c’est donc 90% de l’ancien salaire NET, pour les gens modestes.

        en france, t’as des chomeurs à 5000€ par mois.

        par contre on ne parle pas non plus des mêmes salaires, rien que l’équivalent du RSA danois, c’est a dire de leur allocation minumum, quand pu de droit au chomage, est à 1200€ NET
        contre 404€ en France.

        leur RSA qu’ils octroyent aux plus pauvres, est supérieur à notre SMIC net, ...
        de + au danemark, un jeune primo demandeur d’emploi, dés 18 ans, aura au moins 700€ d’allocation d’autonomie, en France sous 25 ans, il aura ZERO€

        les personnes acceptent une certaine fléxibilité, car elles savent qu’elles ne peuvent pas quoi qu’il se passe tomber dans la précarité.

        en france c’est different, car même en bossant au SMIC plein temps, t’as même pas de quoi couvrir les charges courantes.

        Par contre au danemark le rapport de force PATRON / EMPLOYES est équilibré, car le syndicalisme est quasi obligatoire, si on veut cotiser à caisse de protection chomage, on doit etre syndiqué.

        tout n’est pas rose au Danemark, evidemment, et leur système est aussi fragile, dans la mondialisation, dailleurs avant c’etait pas 4 ANS le chomage à a taux plein, c’était 8 ANS .. ils ont divisés par 2 ...

        mais bon, les pays nordiques, sont les + équitables, et justes, y a pas photo ..
        le moral des citoyens fait partis des mieux notés ..
        ils sont aussi classés toujours parmis les meilleurs en lutte contre la corruption, etc .. transparence des comptes publics ... 

        un élu prend le BUS et va chercher ses momes à l’école, et ne gagnent pas comme en France de 10000€ par mois dont la moitié non imposable .... (sans parler des cumuls des mandats et autres revenus par à coté dans ces foyers fiscaux) ..


        • rastapopulo rastapopulo 31 octobre 2010 18:50

          En digression je me dis que le Danemark ne pèse rien. Quand les Français et les autres démocraties abandonneront leur service secret à l’Europe, les anglo-saxons auront de nouveau la domination du monde vu que la Chine est déjà empêtrée dans des milliards de dettes US (20 000 milliards avant 2020). 

          Notons aussi qu’il ont investi massivement dans l’éolien et sont des importateurs d’électricité dans cette folie anti-nuc anglosaxonne.

           


        • spartacus spartacus 4 novembre 2010 20:53

          Et oui la France c’est le monde à l’enversles indemnisations bénéficient surtout aux salariés les plus favorisés, les plus instruits.

          Les jeunes, les précaires sont ceux qui en auraient le plus besoin.
          Mais c’est pas nouveau, c’est pareil pour la retraite, les fonctionnaires, ceux qui ont la sécurité de l’emploi, elle est calculée plus favorablement, partent plus tôt.
          C’est pareil pour la PME, les plus instruits vont vers les multinationales, ne prennent pas des risques et se mettent rarement à leur compte.
          C’est pareil pour le logement, sont prioritaires les fonctionnaires et les salariés cotisants au 1% logement.
          C’est pareil pour les syndicats, ils ne défendent que les entreprises du service public, ceux qui bénéficient d’un max d’avantages.
          Ceux qui crient le plus après les employeurs qui ne veulent pas de salariés âgés travaillent tous à la SNCF ou l’EDF, ou entreprises qui mettent en retraite dès 50ans et sont les premières à ne pas embaucher des âgés.

          Tout simplement, le social est corporatiste.



          Le social en France est du social corporatiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès