Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Silence les agneaux, on taxe !

Silence les agneaux, on taxe !

Depuis 2005, IPSOS analyse l’opinion des entrepreneurs européens, histoire d’avoir leur opinion sur les contraintes qui pèsent sur eux. L’originalité de ce sondage annuel, c’est qu’il n’offre pas seulement une photo prise par les entrepreneurs de leur propre pays, mais aussi des autres. Sachant que la croissance et l’emploi sont essentiellement dus à l’entreprise, l’opinion de ces acteurs est intéressante à décortiquer. Evidemment, le monde politique s’en moque comme d’une guigne et préfère esquiver grâce à des thèmes beaucoup plus essentiels comme l’identité nationale ou la burqa. A croire que le chômage et la stagnation font partie de leur fond de commerce.

Après l’effet kiss cool des petits cadeaux offerts aux entreprises par le gouvernement (exonération partielle des heures supplémentaires, plan d’aide aux PME, exonération de la taxe professionnelle en 2009 pour les nouveaux investissements, etc ... ), c’est reparti pour un coup de blues. La France rejoint ainsi le trio de queue des pays dont les entrepreneurs, français ou étrangers, sont les moins satisfaits.

Alors qu’en Europe, leurs premières préoccupations sont, dans l’ordre, la stabilité juridique et réglementaire (43 %), l’impôt sur le sociétés (40 %) et les charges sociales (39 %), celles des entrepreneurs français concernent d’abord les charges sociales (68 %). Il faut dire que la France fait partie, est-ce une surprise, de la famille des pays les moins attractifs en termes de pression fiscale. Nous sommes mêmes les champions de l’union européenne dans la catégorie poids lourd de la fiscalité. C’est ce qui explique que notre taux de chômage et d’inactivité soient aussi haut depuis 30 ans. Le moteur de l’emploi est sensiblement pénalisé par ses handicaps structurels. Les politiques en vivent, on les comprend. Que feraient-ils sans ces millions de mains tendues vers eux pour recevoir la manne de l’Etat ?

Au moins nos entrepreneurs ne sont-ils pas trop mécontents des services publics français. A 61 %, ils sont moins nombreux que les Suédois (77 %, normal, ils sont tous privés), et les Hollandais (84 %), pays libéral par excellence. Le TGV est un transport de luxe apprécié par le monde des affaires. Mais il n’y a pas que ça. Dans ce jugement pas trop défavorable, il faut intégrer l’accalmie des conflits sociaux (sans doute avant que les prises d’otages de sites et de cadres dirigeants ne se multiplient et se banalisent) et les mesures de soutien (entendez des chèques) face à la crise. Clientélisme, quand tu nous tiens.

Allez, une bonne nouvelle, l’Europe reste un champ ouvert et attractif pour nos entreprises, et les barrières administratives leur semblent surmontables. Elles ont bien raison, il y a sans doute davantage de potentiel de valeur ajoutée dans des cadres réglementaires et fiscaux plus libéraux. Il faut aller créer des richesses là où c’est autorisé. Espérons qu’elle ne s’expatrieront pas.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 19 mars 2010 10:46

    Vous auriez dû signer de votre vrai nom : Aurélien MEDEF.


    • PhilVite PhilVite 19 mars 2010 11:41

      « Espérons qu’elle ne s’expatrieront pas. »

      Au contraire ! Le système prônant l’optimisation des profits, le signe que les entreprises françaises sont performantes (dans ce système) serait qu’elles quittent toutes, et rapidement, la France.

      Après, il sera toujours temps de s’interroger sur la pertinence du système !


      • Philippe D Philippe D 19 mars 2010 12:06

        Ne pourraient-elles pas être beaucoup plus nombreuses ?


      • PhilVite PhilVite 19 mars 2010 13:20

        Si c’est l’AFII qui le dit, c’est sûrement vrai.


      • sleeping-zombie 19 mars 2010 13:20

        Et sinon, c’est quoi l’intérêt d’être attractif pour les entreprises ?
        Pardon, de PARAITRE attractif ?
        (vu que tu ne donnes pas le poid réel de la fiscalité, mais seulement son ressenti)


        • Aurelien Aurelien 19 mars 2010 13:23

          Beaucoup payent leur IS ailleurs, et une grosse partie de leurs salariés echappent aux charges sociales françaises, notamment les cadres du siège social. Mais comme vous le rappelez, la France a des atouts incontestables : infrastructures, bon niveau chez les ingénieurs...


          • sleeping-zombie 19 mars 2010 14:23

            ... Et ?
            non, parce que si le but c’est de financer l’état à cout de charges sociales, dire « baisser les charges feraient venir plus d’entreprise », c’est faire un pari risqué. Ce mécanisme appliqué au prix d’un produit s’appelle, si je me souviens bien, la flexibilité. C’est l’éternel dilemme « vendre peu mais avec beaucoup de marge, ou beaucoup mais avec peu de marges ».
            Ca se mesure, et ça se calcul. mais pas a coup de sondages.


          • kiouty 19 mars 2010 14:53

            Mouais...

            On peut me rappeler combien de contribuables le bouclier fiscal a permis de ramener en France ? (pas beaucoup, la faute aux fonctionnaires surement).

            On peut me citer le nombre d’emplois créés par la TVA à 5% dans la restauration ? Et la baisse des prix sensée favoriser les consommateurs ? (ben pas beaucoup, ca doit etre de la faute aux 35h).

            On peut me citer des boites françaises ou les bénéfices sont redistribués plus aux salariés et dans l’investissement qu’aux actionnaires ? (pas des masses, mais c’est la faute aux impots mis en place par la gauche syndicaliste).

            Enfin bon, les gros poncifs ultra-libéraux ont encore de beaux jours devant eux malgré tous les contre-exemples flagrants.


            • Jean-paul 19 mars 2010 15:02

              A lire les commentaires ,je serai curieux de savoir ceux qui possedent une entreprise .


              • Aurelien Aurelien 19 mars 2010 18:35

                Le bouclier fiscal exclut la CSG, et il vient après les charges sociales. Plus concrètement, un salarié perd 50 % de la valeur de son travail en charges sociales (salariales et patronales), puis paye l’IRPP, l’ISF quand il a un patrimoine moyen, deux impôts plafonnés á 50 % de ce qui lui reste. Il est donc ponctionné de 75 %de la valeur de son travail jusqu’ici. Il peut alors payer la CSG/CRDS, puis tous les impôts complémentaires : TIPP, TVA, bonus/malus (voiture familiale, on imagine plutôt le malus) sur les véhicules, sur les cigarettes, sur les supports d’enrregistrement, etc. Ce bouclier n’empêche pas un particulier de perdre quasiment tout son revenu en taxes malgré le bouclier fiscal.

                Mais jJe rappelle que pour les employeurs, ce sont les charges sociales qui pèsent le plus en France dans l’esprit des entrepreneurs. Ce qui précède concerne d’abord les particuliers.


                • Vincent Marot 20 mars 2010 20:33

                  @Aurelien
                  IL faudrait vous mettre à la page.
                  Le bouclier fiscal inclut la CSG et la CRDS.
                  l’IRPP n’est pas plafonné à 50% : la tranche marginale maximale est de 40% (ce qui veut dire que le taux de 40% est inatteignable).
                  Quant aux cotisations sociales que vous appelez charges, elles ne sont pas de la perte de valeur pour le salarié mais du salaire socialisé et différé, pour se soigner, s’assurer contre le chômage, financer sa retraite.

                  Par ailleurs vous oubliez de lister l’éventail innombrable des niches permettant de réduire considérablement son impôt : quotient familial, loi Cellier, intérêts d’emprunt, emploi à domicile, frais de garde, souscription au capital des PME, investissements DOM-TOM....

                  Au total le montant estimé des niches fiscales (73 milliards) est supérieur à la recette totale de l’impôt sur le revenu !
                  La complexité du système fiscal permet aux riches contribuables, quand ils sont bien conseillés, de faire fondre leur feuille d’imposition. Au point de payer proportionnellement beaucoup moins d’impôts que les moins fortunés des contribuables !


                • frédéric lyon 19 mars 2010 19:33

                  Il serait bon que l’on finisse par comprendre qu’il y a une corrélation entre le taux des prélèvements obligatoires et le taux de chômage !


                  Cette corrélation se fait par le biais des investissements. 

                  • delamothe delamothe 19 mars 2010 22:59

                    J’aimerais savoir l’argent que l’Etat français verse directement et indirectement aux entreprises. Le plus grave c’est qu’il n’y a aucun chiffre précis sur ces aides, quand à la fiscalité elle touche majoritairement les classes les plus pauvres ou intermédiaires alors qu’elle est faible pour les catagories superieurs ou les grandes fortunes. Quant aux questions de l’investissement, c’est une vaste blaque, notre économie est une economie de la rente et du capital, les innovateurs se font vite racheter par les requins financiers, les grands patrons gèrent juste des portefeuilles d’actions. Mais votre article doit exister, pour montrer l’archaisme bureaucratique français, mais dans cette dictature etatique les entreprises ne sont pas les moins bien loties... Et puis avec les chiffres et les statistiques on peut tout dire surtout avec des sondages d’opinions, lorsque l’on sait que l’Insee est le seul institut de statistique au monde à etre totalement dépendant du pouvoir politique et de l’Etat, on peut avoir des doutes sur la fiablilité et ces explications. Par exemple en Norvège ou au Danemark le taux de TVA est de 22 pour cent alors qu’il est de 19.6 en France, mais au Danemark ou en Norvège les salaires sont plus eleves qu’en France. De meme il serait interessant de savoir pourquoi les niveaux de salaires en France sont plus proches de pays comme la Grèce ou le Portugal alors que le PIB de la France est plus proche de pays comme l’Allemagne... Alors que le CAC 40, les patrons des grandes entreprises, les haut fonctionnaires et autres responsables politiques n’ont jamais aussi bien gagnés.


                    • Aurelien Aurelien 20 mars 2010 10:46

                      Vous posez d’excellentes questions.
                      Les niveaux de salaire comparés sont-ils des niveaux de salaires nets ? Ceci expliquerait cela.


                    • delamothe delamothe 20 mars 2010 18:03

                      C’est du net, pourquoi les salaires sont aussi bas en France pour la majorité de la population ?


                    • TSS 20 mars 2010 08:18


                      La France 2ème destination au monde pour l’intallation d’ entreprises etrangères !pour un pays surtaxé c’est plutôt pas mal !!

                      ceci grace à la productivité des SALARIES,le BIT la voit même en augmentation actuellement !
                      revoyez votre copie... !!


                      • earth75 earth75 20 mars 2010 10:14

                        Bonjour,

                        C’est quoi cet article imbécile et nauséabond ?         La France n’est pas attractif ?

                         Depuis quand ?

                         Que ceux qui pleurent pour les pauvres entrepreneures et les misérables entreprises ( surtout du cac40) n’ont qu’à renoncer aux lourdes charges et travailler pour disons 50€/mois pour que ces mêmes entreprises puissent faire du bénéfice.

                        Car la droite dans son discours anticharge oublie juste que par charge, on entend la grande assurance chômage et la sécurité sociale : pour remémorer certains cerveaux trop ouvert à la publicité, la sécu ce sont 5 branches :

                         - l’assurance maladie ( a droite, ils sont jamais malade ............ )
                        - la protection et l’aide aux familles ( les fameuses allocs que les votant à droite refuse pas conviction bien évidement !!!),
                        -la retraite,
                        -les accidents du travail et maladies professionnelles ( car à droite on tombe jamais malade),
                        - la dernière branche en devenir,
                        - la dépendance pour les personnes âgées ( que les gens à droite pensent couteuses .... ).

                        Mais bon rien n’est trop inutile pour un riche si ca ne rentre pas dans sa poche .....................


                        • Aurelien Aurelien 20 mars 2010 10:39

                          @TSS : en effet, 500 à 550 entreprises s’installent chaque année sur notre territoire (on ne sait pas combien s’en vont) et créent 20.000 emplois (on ne connait pas le chiffre de destructions de celles qui partent). C’est bien, mais ça ne représente qu’une seule journée de turn-over en France. La vraie question que soulève cette perception d’une fiscalité confiscatoire, c’est le développement de nos PME-PMI et l’emploi. Comment faisons-nous pour avoir 10 % de chômage (officiel) contre 7,5 % en Allemagne ?


                          • Aurelien Aurelien 20 mars 2010 10:44

                            @ earth75 : croyez-vous que les Pays-Bas, l’Allemagne ou la Suède n’ont pas de protection sociale ? Pourtant, son coût est moins élevé pour les citoyens, et pour l’emploi.

                            La retraite par répartition ne tient plus, nous allons devoir basculer sur une part de capitalisation importante.

                            La sécu est un monopole bureaucratique qui ne fait pas correctement son boulot de prévention, d’encadrement de l’offre de soin. Il est financé sur le même mode que la retraite par répartition : les actifs financent les soins des inactifs si on prend les grandes masses de remboursements. C’est pourquoi un salarié au SMIC paye deux fois plus cher que le véritable coût d’une assurance santé comparable à la sécu. Il paye pour ses ainés, même lorsque ceux-ci vivent mieux que lui avec des revenus et un patrimoine plus élevés. Il y a vraiment un travail de réflexion sur la question pour rééquilibrer la participation individuelle à cette couverture santé, et pour mieux l’organiser dans son fonctionnement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès