Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Sisyphe est las...

Sisyphe est las...

La flambée des marchés boursiers de Septembre prouve une fois de plus - si cela était encore nécessaire ? - la divergence fondamentale entre les fluctuations des marchés et l’économie réelle. Il est souvent fait mention dans les rapports de marchés (émanant des analystes et autres instituts spécialisés) de ce qu’il est convenu de qualifier avec respect comme étant la faculté d’"anticipation" de marchés qui seraient omniscients parce que capables de refléter - à travers leurs prix - le rétablissement (ou l’effondrement) à venir de l’activité économique. Pourtant, cette intelligence de marchés supposés exceller dans l’art de la prédiction n’est en réalité que la somme des attentes de participants - humains - à ce même marché qui sont donc naturellement sujets à l’erreur. 

Et que prévoient aujourd’hui ces investisseurs et parties prenantes aux marchés boursiers ? Que la Réserve Fédérale US se lancera à corps perdu dans la bataille contre la déflation, en tout cas c’est son Président qui l’avait suggéré dans le cadre de son discours déterminant de Jackson Hole. Comme il n’est plus possible de jouer sur la variable des taux d’intérêts qui sont au plancher, cette lutte passe donc par une razzia en règle de la part de la Fed de tous papiers valeurs en circulation : n’est-elle pas en effet l’heureuse propriétaire à ce jour de quelque 2’350 milliards de dollars de valeurs portées à son bilan ? Ce montant sans précédent injecté dans l’économie ne peut que la stimuler, tout au moins sur le court terme, sachant que la poursuite de ces baisses de taux quantitatives ne peut se traduire que par une embellie (passagère bien-sûr) au niveau du P.I.B. qui est - ou qui n’est que - la mesure de l’activité économique... Autrement dit, la spéculation et l’investissement se ruent sur les marchés boursiers en prévision d’un redressement économique qui ne serait redevable qu’au stimuli artificiels de la Fed ! 

Cet engouement n’est-il pas compréhensible si l’on considère que c’est cette même Réserve Fédérale Américaine qui avait largement contribué à gonfler la bulle immobilière ? En d’autres termes, les impulsions de la Fed affectent bel et bien le niveau de l’activité et ce même s’il aurait été nettement préférable pour la santé à long terme de l’économie US que ce carburant aille vers des secteurs plus productifs que le secteur immobilier. La Fed ferait donc mieux de s’abstenir de persévérer à entretenir des bulles stériles au détriment de pans entiers de son économie qui sont délaissés ... à moins que, dans son infinie naïveté, elle ne soit persuadée que l’optimisme boursier contaminera de proche en proche l’économie réelle ? 

Les appréciations boursières de ces dernières semaines sont donc motivées par de mauvaises raisons, l’euphorie ambiante ayant grisé les investisseurs qui ont oublié que les valorisations boursières réagissent aussi en fonction de la politique monétaire... Après tout, ces dollars imprimés et crées à partir du néant doivent bien se loger quelque part ? Pour résumer, notre Occident, qui val mal, ne se rétablira certainement pas à coups de baisses de taux quantitatives. Il est cependant regrettable de constater que nos autorités soient devenues les esclaves idéologiques de ce type de solutions de facilité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 28 septembre 2010 09:39

    avec l’or à 1300 $ l’once et l’argent à 21,$ l’once , c’est vraiment signe que la confiance n’est pas revenue , la bulle va encore exploser !


    • asterix asterix 28 septembre 2010 12:04

      Puisque la bulle est immobilière, cela ne coûterait-il pas finalement moins cher d’offrir leur maison à tous ceux qui l’ont déjà remboursée depuis 5 ans et laisser les banques mariner seules dans leurs salades ?
      Et pour toi le Chat, ces deux derniers mois, l’or n’a quasiment pas bougé en euros...


      • plancherDesVaches 28 septembre 2010 14:11

        L’or bouge « peu » car le FMI continue à en vendre.
        (Récemment 10 tonnes sur les 140 prévues)

        En effet, le FMI prévoit d’avoir besoin de liquidités, prochainement smiley


      • ChatquiChouine ChatquiChouine 28 septembre 2010 14:40

        Offrir leur maison à ceux qui ont commencé à rembourser leur emprunt depuis 5 ans !
         Et que croyez vous qu’il va se passer si l’américain moyen voit son voisin devenir propriétaire après 5 ans de remboursement sur les 20 du crédit initial ?
        Il va arreter de rembourser pardi ! et là, c’est de la bombe atomique, tout s’effondre illico.

         Après tout, pourquoi reculer pour mieux sauter me direz vous, mais, outre le fait que je ne suis pas spécialement préssé de voir cela, je pense qu’une location à tarif modéré, pour ceux qui le peuvent encore, serait plus judicieux pour au moins éviter le délabrement dans lequel ne manqueront pas de tomber les millions de maisons saisies, faute d’entretien.

        Quand aux banques, rassurez vous, elles n’ont besoin de personnes pour se fourvoyer dans l’impasse.
         Plus persuadées que jamais qu’elles sont à l’abri car l’ensemble des états s’inclinent piteusement à leur quatre volontés, elles n’ont même pas compris qu’elles viennent de mettre en banqueroute la Grèce, l’ Espagne et le Portugal avec leurs prêts à taux indécents.

        Persuadées qu’elles sont que si ces économies s’écroulent, la France, l’ Allemagne et le reste de l’ Europe mettront la main à la poche, ces imbéciles n’ont même pas anticipé le plus probable des scénarios, l’éclatement de l’Union Européenne.


      • fonzibrain fonzibrain 28 septembre 2010 12:34

        c’est fou que l’effondrement est long !!!!


        l’inertie du système et les faux milliard de milliards de dollars injecté dans l’économie font encore tenir le système, allez savoir combien de temps cela va encore durer.


        en tout cas, si c’est comme en 29, la deuxième crise ne devrait pas tarder, e, 29, la seconde crise est arrivé en 31 avec cette foisune longue descente aux enfer


        • plancherDesVaches 28 septembre 2010 14:08

          Pour ceux qui suivent l’actualité économique (cela exclue Mme Lagarde, bien sûr...), le Premier Ministre chinois vient de reconnaître que remonter le cours de sa monnaie provoquerait des conséquences économiques et sociales catastrophiques...
          De leur coté, les US parlent officiellement de lancer une inflation ...« mesurée » (hors quand on la lance, on ne maîtrise plus). Ce qui, comme vous le savez provoquerait une inflation mondiale, monnaie de réserve oblige.
          Et certains commencent à flipper :
          http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=9817
          « le ministre des finances brésilien met en garde contre une « guerre des devises » (FT) »

          Pendant ce temps, un président illégitime fait du spectacle :
          http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=9830
          « La France soutient une taxe internationale sur les transactions financières (ONU) »

          Tout va bien, dirait lagarde...


          • plancherDesVaches 28 septembre 2010 14:14

            Tiens, au fait, Monsieur Santi...
            Nos « autorités » sont surtout dans l’impasse... et ne peuvent RIEN faire car au service des richépuissants.

            C’est ainsi que le système va couler de lui-même.


            • Le chien qui danse 28 septembre 2010 14:39

              Le système ne s’écroulera pas, c’est un fantasme du 20eme siècle et de ses révolutions.
              Il se transformera ou se « performera » le tout est de savoir dans quel rapport de force.
              L’argent n’a plus de valeur ni d’interêt, je sais c’est facile de dire ça en étant en france et pas au bengladesh, mais c’est une réalité, l’argent est entrain de s’autodésacraliser il y aura transfert sur autre chose mais le choix n’est pas fait. L’argent appauvri la vie, devient un frein évident, trop le siège de passions qui ne peuvent plus être les ressorts du développement.
              Quand on sera capable de voir ce que coute l’argent par rapport à ce qu’il rapporte on pourra sonner le tocsin.


              • manusan 28 septembre 2010 15:27

                Les petits porteurs ont fuis wall street en 2009, il ne reste que les spéculateurs qui nous refont le coup du : regarder ça monte, vite venez acheter des actions, c’est le moment. Sauf qu’ils se gourent, ils vont devoir se dévorer entre eux cet hiver.


                • jymb 28 septembre 2010 18:17

                  Plus simplement, la bourse fait peur car elle est déconnectée du réel, sans grand lien avec la valeur objective des entreprises, et ne fonctionne plus que par sursauts lié à des rumeurs, alors que leur influence devrait rester marginale.
                  En d’autres termes, une action vaut un jour 50 E, le lendemain 80, le surlendemain 15 alors que rien n’a changé dans la boîte. pour un petit porteur, seule la fuite est salutaire.


                  • BA 28 septembre 2010 22:12

                    Mardi 28 septembre 2010 :

                    Voici cinq graphiques incroyables : observez bien ces cinq graphiques.

                    Si la France lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de seulement 2,614 %.

                    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GFRN10:IND

                    Si l’Allemagne lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de seulement 2,246 %.

                    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GDBR10:IND

                    La France et l’ancienne zone mark empruntent à des taux d’intérêt très très bas.

                    Mais en revanche, rien ne va plus pour le Portugal, l’Irlande et la Grèce.

                    Depuis le soi-disant « plan de sauvetage » du 10 mai 2010, les taux d’intérêt du Portugal explosent.

                    Si le Portugal lançait un emprunt à 10 ans, il devrait payer un taux d’intérêt de 6,512 % !

                    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

                    De même, les taux d’intérêt de l’Irlande explosent.

                    Si l’Irlande lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 6,739 % !

                    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

                    Si la Grèce lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 10,807 % !

                    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

                    Le Portugal, l’Irlande et la Grèce empruntent à des taux d’intérêt exorbitants.

                    Le Portugal, l’Irlande et la Grèce foncent vers le défaut de paiement.


                    • labulle 29 septembre 2010 16:34

                      Une monnaie ne peut être déconnectée du marché pour lequelle elle a été mise en place. La spéculation sur les devises dérègle leurs rapports entre-elles, sans considération des volumes de transactions de biens et services entre les marchés concernés.
                      Imaginons une nouvelle devise basé sur le kilo de sable. L’accepteriez-vous ? Oui parce que vous savez où vous fournir sans frais et sans effort ; non parce que vous savez qu’elle n’a aucune valeur.
                      Vous acceptez donc qu’il doit y avoir un rapport entre une monnaie et le bien ou service fourni par le marché correspondant, un pays, une zone économique.

                      Tant que les taux des devises entre-elles ne seront pas réévalués selon les capacités de leur marché correspondant, il n’est pas utile d’espérer un équilibre de l’économie mondiale.


                      • millesime 3 octobre 2010 18:09

                        au cours de la réunion de Jackson Hale, Ben Bernanke a fait passer le message qui suit :
                        bien que le politique de relance de l’économie américaine ait échoué, soit le reste du monde continue à financer à perte les déficits US et espère qu’à un moment donné ce pari sera payant et aura évité un effondrement du système global, soit les Etats-Unis vont monétiser leur dette et transformer en monnaie de singe l’ensemble des dollars et bons du trésor US possédés par le reste de la planète.
                        Le hic c’est que le consommateur US est insolvable (il faut rappeler que 70% de la croissance US dépend de la consommation des ménages), ainsi les tentatives de la FED de relancer l’économie se sont heurtées à cette absence de consommation .et cela risque fort de durer...

                        On risque ainsi d’assister à une guerre des monnaies.. ! puis à une seconde vague de baisse des bourses mondiales suite au chaos sur les monnaies.
                        http://millesime.over-blog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès