Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Sombre outre-mer

Sombre outre-mer

Martinique, Guadeloupe, Réunion : pour nombreux d’entre nous, ces départements d’outre-mer (DOM) sont des petits coins de paradis. Malheureusement, ils risquent fort de se transformer rapidement en enfer, non pas du fait d’une lente montée des eaux issue du réchauffement climatique, mais à cause d’une conjonction de la dépression économique mondiale qui s’engage et des cours élevés de l’énergie.

On prend souvent l’île de Pâques médiévale comme exemple d’une société qui aurait dépassé la capacité de charge (carrying capacity) de son environnement et se serait ainsi brutalement effondrée, les ressources naturelles disponibles ne pouvant plus assurer la subsistance d’une population trop nombreuse.

Comme de nombreuses autres îles des Caraïbes, la Martinique d’aujourd’hui est tout autant en situation de dépassement de capacité (overshoot), mais jusqu’à présent elle a été maintenue sous perfusion par la prospérité mondiale.

Ainsi, considérons la densité démographique : avec plus de 350 habitants par km², "l’île intense" - comme l’ont précisément nommée les spécialistes de la communication touristique - se classe parmi les zones urbaines d’Europe les plus peuplées, comme le montre cette carte :


Mais en Europe continentale, l’approvisionnement de ces zones en produits alimentaires est assuré en grande partie par les zones limitrophes, moins denses car destinées à la production agricole, et reliées aux premières par un vaste et maillé réseau de routes, de canaux et de voies ferroviaires. Pour les DOM, point de cet arrière-pays nourricier : la mer qui les entoure est insuffisamment poissonneuse pour assurer la subsistance des centaines de milliers d’insulaires, qui doivent en grande partie importer par bateau l’essentiel de leurs besoins fondamentaux, jusqu’à l’eau potable pour certaines de ces îles.

Economiquement parlant, ces territoires ont deux sources de revenus : l’Etat et le tourisme de masse.

Or, il suffit de lire les journaux pour comprendre que la plupart des Etats occidentaux, et la France au premier chef, vont devoir réduire drastiquement leurs dépenses pour éviter que leur monnaie, qu’ils injectent en ce moment par centaines de milliards dans le système financier, ne perde trop de sa valeur. Face à des décisions difficiles amenant des perspectives d’émeutes, les gouvernements préféreront couper les robinets qui alimentent la périphérie plutôt que ceux qui irriguent la métropole.

Les classes moyennes métropolitaines, révisant avec parcimonie leur budget vacances, cesseront d’autant plus facilement de prendre l’avion pour les îles que le voyage sera devenu hors de prix du fait d’un baril qui reste toujours autour des 100 dollars.

La situation sociale dans les DOM devenant rapidement intenable, l’exil des classes supérieures puis des classes moyennes locales devrait en être la suite logique. Des paquebots de luxe évacueront à la hâte les habitants les plus fortunés vers des terres plus accueillantes - lesquelles ? Les hôtels quatre étoiles se transformeront rapidement en squats géants, tandis que les grandes plantations de bananes et de canne à sucre retrouveront peut-être leurs pratiques musclées à base de chiens et de gardes armés pour protéger leurs cultures des affamés.

Tel est le sort probable auquel sont condamnées (doomed) ces grandes îles surpeuplées ; les îles plus élitistes, Saint-Barth’ par exemple, pourraient être épargnées, ses habitants ayant largement les moyens de s’offrir des milices armées pour protéger leur patrimoine de modernes pirates des Caraïbes.

Vous avez aimé New York 1997 ? Vous allez adorer Fort-de-France 2011 et Pointe-à-Pitre 2013...


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 30 septembre 2008 14:28

    bah , avec le réchauffement , on pourra envoyer le surplus aux kerguelen et à st pierre et miquelon ! smiley smiley smiley


    • delicemetis 30 septembre 2008 14:43

      Il faut arreter de dire n’importe quoi.
      La simple levée de l’octroi de mer permettrait aux DOM de ne plus être tributaires de l’Etat.
      Mais c’est bien mieux de tenir sous tutelle ces territoires qui permettent à notre pays d’être implanté sur tous les continents.


      • at974 at974 30 septembre 2008 18:00

        "La simple levée de l’octroi de mer permettrait aux DOM de ne plus être tributaires de l’Etat. "mais l’octroi de Mer est au bénéfice de le région (au moins à la Réunion), alors......<BR>
        Un autre grand danger menace ces territoires, ce sont les régions ACP qui plaident auprès de BRUXELLES avec de plus en plus d’écoute pour la fin des droits de douane entre eux et les DOM. Dans ce cas, avec les niveaux de prix de ces ACP, plus rien ne sera poduit dans les DOM.


      • Daniel Roux Daniel R 30 septembre 2008 19:08

        Les dom tom, la Polynésie et la Corse sont des colonies. 

        L’Empire Français n’a profitter qu’aux exploiteurs des peuples colonisés. En ce début du 21 ème siècle, iI n’est plus que l’ombre de ce qu’il était au début du 20ème.

        Il ne reste que des confétis dispersés sur tout le globe qui donnent l’illusion à nos mégalos de politicards de gouverner une puissance mondiale. Les armes nucléaires sont les tristes attributs de notre puissance illusoire.
         
        Tout cela est ridicule et nous empêche d’affronter la réalité du monde actuel en nous enfermant dans une posture à la Tartarin.

        Finissons la décolonisation !



        • EricB 1er octobre 2008 12:17

          Des colonies qui nous coutent BEAUCOUP plus cher qu’elles ne nous rapportent.....


        • xav 30 septembre 2008 22:16

           

          Premièrement, les DOM ne sont pas des colonies. Il faudrait se renseigner de son histoire (histoire de la France) pour comprendre que la voie de la départementalisation était la suite logique de l’idéologie de la république française.
          Donc dire que la France a une politique coloniale actuellement, c’est absurde et voir raciste. Car la question ne se poserait pas si le Québec était un département français. De toute façon, la Martinique, la Guyane, la réunion et la Guadeloupe sont français et il faut admettre la réalité.
          Sachez que la départementalisation a été voté à l’unanimité donc seule ces territoires peuvent remettre en cause leur statut. Et ensuite cette question soulevée « les outre-mer sont-ils des colonies ? » a été répondu une multitude de fois. La départementalisation était la voie politique, administrative, sociale et historique pour répondre à un statut d’égalité de tous les citoyens français d’outre-mer par rapport au métropolitain.

          Ensuite pour entrer dans le sujet, il faut bien comprendre que l’octroi mer ne protège pas des difficultés économiques nationales. Je dirai même le contraire, elle ne crée pas la fluidité commerciale avec la métropole. Exemple :
          Les 3 iles (Martinique, Guyane, réunion) ne sont pas exonère de la TVA tandis que la Guyane n’a pas TVA et dont l’octroi mer est la plus élevée des 4 départements. Donc, la logique nous amène à dire que les produits venant de la métropole devraient être moins chers dans les 3 iles que la Guyane, et bien non, les produits importés de la Guyane reviennent à être plus élevés de 20% en moyenne et en plus le chômage est d’environ de 30%.
          Biensur, l’octroi-mer a eu des avantages sociales pour l’économie locale (aménagement du territoire) mais cela n’a jamais été la réponse d’une dynamise économique des départements outre mers.
          Le budget public envers les outre mers est à la hausse de 9,2 %, c’est un effort de la part du gouvernement pour une équité par rapport aux autres départements de la métropole.
          La question dont la population doit se poser : Comment peut-on développer de nouvelle économie dans les outre mers pour résorber le chômage de masse sachant que l’économie du tourisme est saturée et que la fonction publique se modernise ?

          Ce sujet soulève de bonnes questions sur le fret maritime, le cas de Saint Pierre et Miquelon nous interroge les tensions menées sur le pouvoir d’achat des ménages. Des réflexions au niveau européen montrent que la logistique peut être améliorée pour réduire la consommation de carburant des navires dont réduire le cout du fret.
          Aussi n’oublions pas que le port maritime le plus cher au monde (point de vue de l’exploitation) trouve en Guyane française. Alors cela nécessite une restructuration des ports outremer et pour cela les corporatistes locaux doivent être neutralisés pour le bien de la population.

          • Daniel Roux Daniel R 30 septembre 2008 23:14

            Vous ne démontrez rien en écrivant que les tom sont tom et les dom des dom.

            Les Haïtiens, dont l’histoire est semblable aux autres, se sont libérés du colonialisme Français. Les exploiteurs coloniaux ont fait payer très cher cet écart au peuple Haitien qui ne s’en est jamais remis. Leur misère actuelle est le résultat de la rancune tenace des colonialistes.

            Le Québec ne serait jamais devenu un département Français, car les Québécois se seraient libérés du joug de la couronne comme l’ont fait tous les américains du Nord au Sud des deux continents qu’ils soient anglais, espagnols ou portugais.


          • xav 30 septembre 2008 23:39

            Les haitiens ne sont pas des martiniquais, guadeloupeens et guyanais. Leur histoire est bien different, il n’y a pas eu d’assimilation du peuple haitien donc pas de departementalisation. Informez vous sur Gaston Monnervillle, cela vous ouvrez les yeux. La France a fait le choix depuis tres longtemps que ces territoires seront francais voici ces régions le sont maintenant. Acceptons la réalité !


          • fredleborgne fredleborgne 1er octobre 2008 09:07

            Il ne reste pas d’arawac en Martinique et en Guadeloupe. Tous les habitants sont de (lointaine) origine extérieure.
            Je sais pas pour La Réunion, mais en tout cas, pour la Guyane, Tahiti et surtout la Nouvelle Caledonie, il existe des populations autochtones, et il faudra bien un jour leur rendre leurs droits.
            En Nouvelle Caledonie, la colonisation est très récente, et la brutalité des colons français envers les canaques et le vol des terres a été un véritable scandale. Jusqu’en 1960 (oui, je ne me trompe pas de siècle), il y a eu un code de l"’indigénat". On assimile le mouvement des canaques toujours aux "évènements de 1984" et à l’affaire d’Ouvéa. On oublie qu’il y a une population caldoche, dont l’élite s’est considérablement enrichie au dépens de toutes les populations de l’ile et qu’il y règne une vraie oligarchie qui veut négocier l’indépendance en conservant ses privilèges.
            Mais bon, on s’ecarte du sujet, car là, ce n’est pas la même "densité".
            Il faut je pense réviser les politiques familiales, non en octroyant moins de droits qu’en métropole, mais en expliquant que si les enfants veulent rester sur l’ile, ils devront être moins nombreux. Sinon, il faut organiser un flux migratoire vers la métropole. Ce sont des gens qui parlent français, qui sont instruits, qui apportent en plus un peu de soleil à notre grisaille et qui sont jeunes alors que le reste de la France vieillit. Ces DOM sont donc une richesse pour nous et on peut leur faire bon accueil.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès