Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Soutien aux banques : pas obligatoirement une bonne affaire pour (...)

Soutien aux banques : pas obligatoirement une bonne affaire pour l’Etat

Dans un rapport thématique rendu public le 30 juin, la Cour des Comptes a procédé à une première évaluation du dispositif de soutien aux banques. Les sages de la rue Cambon épinglent l’absence de représentants de l’Etat dans les Conseils d’administration des banques en contrepartie des prêts accordés. Ils soulignent surtout que, compte tenu de leur incidence sur la dette publique, il n’est absolument pas garanti que les prêts aux établissements financiers rapporteront de l’argent à l’Etat.

Dormez tranquilles braves contribuables, les sommes colossales prêtées aux banques sont un bon placement. Avec un taux de prêt de 8% elles vont même rapporter de l’argent dans les caisses publiques nous a assuré le gouvernement. Pas si sûr, juge la Cour des Comptes.

Il n’y a bien que L’Expansion sous la plume de Julie de la Brosse pour avoir osé relever l’information dans un article au titre explicite : “Le plan d’aide aux banques finira par creuser le déficit public “.

Nicolas Sarkozy avait souhaité avoir l’avis de la Cour des Comptes sur le plan français de soutien aux banques. Il ne doit pas être déçu. Si la juridiction financière reconnaît la nécessité et l’urgence à agir, que le plan a atteint son objectif, elle relève quelques défauts et souhaite dissiper certains “malentendus”.

Principal reproche, le soutien financier de l’Etat ne s’est pas accompagné d’une participation de l’Etat aux conseils d’administration. Aujourd’hui, en effet, comme le rappelle L’Expansion, grâce aux récentes injections de fonds propres, l’Etat est devenu l’un des actionnaires les plus importants des banques françaises avec 15,9% de BNP Paribas, 7,2% de la Société Générale, 5,7% de Dexia et potentiellement 20% du futur groupe Caisses d’épargnes - Banques Populaires. “Il ne s’agit pas d’associer l’Etat à la gestion des établissements bancaires, mais bien de rendre effectif son droit à l’information” explique la Cour des comptes.

Ce reproche est allégrement repris par l’opposition. Guillaume Bachelay, Secrétaire National du PS à l’industrie estime que “là où la puissance publique intervient, elle doit exercer un vrai droit de regard” .

Mais, c’est par rapport à l’impact sur les finances publiques que le rapport est le plus gênant. Quelle sera la rémunération de l’Etat ? Contrairement aux affirmations gouvernementales il n’est pas certain que le taux de prêt de 8% soit appliqué. La Cour des comptes avance que ce taux pourrait être abaissé. Certains Etats membres ont en effet demandé à la Commission européenne de réduire la marge qu’ils perçoivent en contrepartie de leur garantie.

Outre le fait de percevoir une faible rémunération d’un côté, l’Etat pourrait mettre la main à la poche dès lors que les fonds levés pour les banques alourdissent le montant de la dette publique et les intérêts que l’Etat devra payer pour emprunter. Si à ce jour les taux consentis à l’Etat Français sont particulièrement bas, un faible relèvement dans le futur aura des effets conséquents. Un renchérissement mécanique de la charge de la dette.

Avec sagesse la Cour met les choses au point. Le bilan financier du dispositif ne pourra être établi que lorsque celui-ci aura pris fin, en raison des différents aléas qui peuvent l’affecter. Les éléments de recettes d’ores et déjà connus ou annoncés ne peuvent être considérés comme un bénéfice net pour l’Etat : d’autres coûts doivent être inclus, dont beaucoup ne seront évaluables qu’à la sortie du dispositif. La Cour se livrera, dans un rapport ultérieur, au chiffrage complet des bénéfices et des coûts du plan de soutien“. On ne manquera pas d’en prendre connaissance.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 7 août 2009 10:45

    est ce que dans quelques années , l’un des immondes cloportes qui grouillent dans le marigot bruxellois ne va pas décreter que cette aide faussait la conccurence et patati et patata .....  ? Toutes ces aides aux mauvaises banques , n’est ce pas aussi de la conccurence déloyale qui contrevient au dogme de la conccurence libre et non faussée ?


    • HELIOS HELIOS 7 août 2009 11:14

      Tout le monde s’en fout, Le Chat... ceux qui en ont profité seront « ailleurs » et toujours aussi intouchables.


    • alberto alberto 7 août 2009 13:56

      Bien d’accord, Le Chat, mais tu vois bien que tous ces chantres du libéralisme savent s’assoir sur la loi de la libre concurrence qu’ils encensaient la veille pour secourir les canard boiteux dès lors que cela les arrange !

       D’autant que le fric qu’on leur avance est offert par la collectivité des gentils contribuables consentant ou non...

      Mais rassure toi, dès que l’occasion se présentera, on saura bien nous la ressortir la fameuse loi de la libre concurrence !

      Bien à toi. 


    • Forest Ent Forest Ent 7 août 2009 12:11

      Cette aide était logique et rentable pour faire face à une crise de liquidité. S’il s’agit comme je le crois d’une crise de solvabilité, elle ne peut pas être rentable. C’est l’économie réelle qui donnera la réponse dans les années qui viennent.


      • tchoo 7 août 2009 12:25

        Le plus comique est à la fin
        On prend des mesures, dont on est incapable de mesurer le véritable cout !

        On nous prends pour des c.......... !


        • BA 7 août 2009 12:35

          Le gouvernement « a pris acte » de « l’engagement formel des banques françaises à se conformer strictement » aux règles du G20 en matière de rémunération des opérateurs de marché, a indiqué Matignon, ce vendredi, à l’issue d’une réunion avec des responsables du secteur bancaire.

          http://www.20minutes.fr/article/341125/Economie-Les-banquiers-vont-respecter-les-regles-du-G20.php

          J’éclate de rire  !

          «  L’engagement formel des banques françaises  »  !

          Qui croit encore aux promesses des banques françaises  ?

          Qui  ?


          • alberto alberto 7 août 2009 13:41

            Quand Cohn-Bendit dédouane Sarko : cherche-t-il un petit CDD à la solde de l’État ? 

            En effet, le gentil Daniel n’a-t-il pas déclaré de Sarko avait montré une incroyable naïveté en faisant confiance aux banquiers en leur prêtant sans contrepartie !

            Je crois D. C-B trop malin pour ne pas avoir compris que Sarko avait agit en parfaite complicité avec les banques en leur prêtant notre pognon sans exiger trop d’obligations de leur part, donc D. C-B nous prend pour des couillons : Dans quel but ?

            Bien à vous.


            • Yannick Harrel Yannick Harrel 7 août 2009 14:34

              Bonjour,

              Ce qui reste gravé dans ma mémoire c’est lorsque le locataire de l’Elysée énonça goguenard à un parterre d’affidés qu’il s’était bien gardé de nationaliser les instituts bancaires comme on (qui ? il ne cite personnement nommément) le lui avait recommandé. Outre l’outrancièreté du propos, c’était sa façon manifeste de démontrer qu’il n’entendait pas malgré l’ampleur de la crise se remettre en cause et changer d’un iota son adulation du veau d’or. Quoi d’étonnant pour une personne n’ayant jamais vécu en dehors de sa bulle et qui s’est toujours goinfré du fruit du labeur d’autrui ? Ridicule à l’international, incompétent au national : l’incapacité d’un tel homme d’avoir une politique économique claire et vigoureuse en temps de crise va plonger le pays dans un gouffre dont il aura bien du mal à s’en sortir. Non ce n’est pas de la prophétie : c’est déjà à côté de chez nous !

              Cordialement


              • JL JL 7 août 2009 15:49

                « Dormez tranquilles braves contribuables, les sommes colossales prêtées aux banques sont un bon placement. »

                Les Etats ont prêté l’argent qu’ils n’ont pas encore reçu des petits contribuables, à des apatrides fiscaux réputés encore plus endettés que lui. Mais ces mêmes gros prèteront à l’Etat dans le cadre du Grand emprunt ! Et forcément à un taux encore plus élevé !

                En réalité, tout ça c’est des pompes à fric. Une pome à fric c’est un montage qui fait monter l’argent vers le haut, vers les riches, afin que par la grâce de la main invisible, cet argent fasse des petits qui ruisselleront joyeusement sur toutes les couches de la population.

                 La finance c’est le nouveau credo : demain on rase gratis !

                Aléluia !


                • karquen karquen 7 août 2009 20:03

                  Bon article bien pensé.
                  Un peu comme JL, je pense que c’est un montage financier orienté vers un flux « vers le haut, vers les riches ».
                  En effet des mesures très simples comme la nationalisation d’entreprises clés, aurait eut un coût important - c’est clair ça aurait couté cher - mais aurait créer une dynamique d’emplois. Qui dit emplois dit cotisations, consommation et augmentation des niveau de vies.
                  Prêter aux banques signifie simplement une volonté affichée de niveler, voire de figer, les niveaux de vie, et répercuter l’argent aux plus riches en maintenant stable la misère sociale et le désespoir. Le seul « corpus » pouvant résister à une telle volonté est en train de disparaitre : la fonction publique.

                  Il existe une seule solution pour montrer aux banques leurs fragilité et leur manipulations anti-sociale : retirer tout l’argent des salaires à chaque paye, et garder à la maison le liquide.
                  Demandez-vous pourquoi vous ne pouvez pas retirer plus de 1500 euros avec votre carte bleue ! Il n’y a que les cartes Gold où vous pouvez retirer l’intégralité de vos fonds !
                  Retirer tous placements important pour les investir dans des assurances retraite par exemple...Idem biensur pour les Rmistes et les chômeurs - même si ceux-ci sont pour les 2/3 sans argent ou à découvert tous les 15 du mois.
                  Retirer toutes liuiditées sur les comptes banquaire : là il y aura une réaction rapide et moralement, un impact politique effectif, pour favoriser la vie des gens de France et non la vie des Banques et des riches mondialistes...
                  Sarkozy tente de sommer les banques de s’expliquer ce soir, apolitique je pense que c’est une bonne chose mais il ne fait que rappeler une bienséance, et non impulser une réponse véritable.
                  Pour une fois que Kozy fait quelque chose de presque bien, il va falloir qu’il face peur aux banques et ça... ç’est pas gagné. En effet il à les mains liées durablement, et bien entendu, il cèdera aux pressions et aux menaces des banques d’augmenter les taux de crédits.

                  Je pense que l’on peux - un peu - résumer ça par : la BCE dirige les banques, qui dirigent les nations. La BCE, le FMI, le GATT, l’OCDE ect... sont des organismes où les dirigeants sont nommés et non élus.

                  Kozy, le Bling Bling est certe pour les riches, mais il est bien qu’il s’esclaffe parfois pour un peu de justice, en limitant dans le temps l’appétit faramineux des charognards qui mangent et dépècent les moutons vivants !
                  Le peuple français mouton réfléchira peut être un jour, sous l’égide d’un bélier un peu moins conditionné et qui n’a rien à perdre, et peut être massivement retirera son argent liquide des banques...

                  Le résultat serai surprenant et irait dans le sens de la justice à mon avis.


                  • malqp 7 août 2009 23:00

                    Quand l’Etat emprunte à des banques privées pour financer ses depenses il paye des intérêts
                    Mais quand il prete de l’argent au banque il le fait gratuitement, voir a perte  !!!!!

                    et tous ca pour qu’en retour on payes des interets sur notre argent qu’ils nous repretes.


                    • JL JL 8 août 2009 07:45

                      Oui, de même qu’on a dit : « Le communisme c’est donne moi ta montre, je te donnerai l’heure »,

                      la finance c’est : Donnez moi vos sous, tout vos sous, je vous les prèterai.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès